Chômage: Seulement du bronze pour le Québec

Nous interrompons (pour un vingtième-et-unième mois consécutif) le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes économiques locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le taux de chômage est moins élevé au Québec
Commentateur de droite apprenant que le chômage est toujours moins élevé au Québec qu'aux USA.

Taux de chômage en juin 2011 :

Canada : 7,4 %
Ontario : 7,7 %
Québec  : 7,9%
États-Unis : 9,2%
Union européenne : 9,3% (mai)

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Les commentaires sont fermés.

Je l’attendais celle là (taux de chômage).

Mais je me demandais sous quel angle vous alliez la traiter, car le taux de chômage est demeuré stable pour l’ensemble du Canada alors qu’il a augmenté au Québec.

Mais de faire le détour par le pays de l’oncle Sam, c’est une pirouette que je ne pouvais parer.

Oui Jean-François,
Cette foi, tu as de la raison, car au Québec les seuls que sont en chômage sommes nous « ceux de peaux bronze », les autres sont aux mains blanches qui ne savent quoi faire, depuis la défaite électorale. Des mains blanches, quelques uns se disent en chômage et les autres sont des écrivains de la défaite. Quoi faire avec nous, les bronzes?

C’est toujours mieux de comparer des pommes avec des pommes

chômage au Manitoba : 5,5%
en Saskatchewan: 4,9%
en Alberta: 5,6%
en CB : 7,3%

Le Québec est donc en 6e position an Canada. Bof…

Voyons voir le taux d’activité…

IPÉ : 68,5%
QC: 65,5%
Ont: 67,2%
Man: 69%
SK: 69,1%
Ab: 73,7

6e position aussi pour le taux d’activité. Bref, moins de gens travaillent et moins de gens veulent travailler. Très beau modèle…

Pas de commentaires M. Lisée??
Dans le language optimiste ça s’appelle une opportunité. Peut-on faire mieux? Oui c’est ce que je me tue à dire. Que les résultats soient bon ou pas pire on peut-tu faire mieux? Si oui, pourquoi s’assoir sur ses lauriers et se lancer des fleurs quand il y a tant de travail à faire.
http://www.youtube.com/watch?v=_9PYdMFgi-E

Quelle est la création d’emploi par province?quel est le taux d’activité?le taux de chomage étant un sondage quel est la grosseur de l’échantillon
les marges d’erreurs etc?

Au début les billets disaient qu’on était meilleur que le Canada…

Ensuite il a fallut changer le billet pour dire qu’on était meilleur que l’Ontario…

Et là il faut encore changer le billet pour dire qu’on est meilleur que les USA…

Et encore une fois, si Lisée était honnête et faisait un classement État par État, on serait très loin de la 3e place.

En bref, ces billets tendent à démontrer que pas mal n’importe qui peut devenir conseiller de PM.

@lemoutongris

Ce n’est pas une compétition. Le but est simplement de se comparer, pas d’être meilleur que l’autre.

Il faut aussi comparer des pommes avec des pommes. L’Alberta et la Saskatchewan ont la «chance» d’avoir du pétrole, ce qui fait d’eux des provinces en pleines expansions. Ça fausses les données.

Une comparaison avec l’Ontario, qui nous ressemble beaucoup plus, est beaucoup plus approprié.

Mais bon, M. Lisée aussi joue le jeu des classements…

« Bref, moins de gens travaillent et moins de gens veulent travailler.Très beau modèle… »

Vous auriez pu vous passer de cette phrase complètement démagogique.Ce n’est pas parce que tu n’es plus chômeur que tu ne recherches pu d’emploi ou que tu n’en veuilles plus (tsé, les gens qui deviennent invalides à l’emploi). De toutes façons, cela n’a aucun rapport avec le «modèle québécois.»

En lisant les autres commentaires, je suis porté à me demander si votre chronique n’est lue que par des pessimistes-négativistes. Ou encore des gens qui se complaisent dans le cynisme.

« Le but est simplement de se comparer, pas d’être meilleur que l’autre »

alors pourquoi se vantait-il quand le QUébec battait « tout le monde »?

» L’Alberta et la Saskatchewan ont la «chance» d’avoir du pétrole, ce qui fait d’eux des provinces en pleines expansions. Ça fausses les données. »

« Ce n’est pas parce que tu n’es plus chômeur que tu ne recherches pu d’emploi ou que tu n’en veuilles plus (tsé, les gens qui deviennent invalides à l’emploi). De toutes façons, cela n’a aucun rapport avec le «modèle québécois.» »

ça a tout à voir. Si tu regardes les provinces qui nous dépassent, elles ont toutes des impôts moins élevés et une dette relativement moins grosse. Quand le gouvernement intervient trop, il entretient la paresse. Je ne serais pas surpris de voir la NÉ, qui a créé un nouveau palier d’imposition, augmenter sa pauvreté

foutaise. Le Québec exploite 1/4 du tableau périodique (j’exagère à peine). Et on a des combustibles fossiles. Mais non éteignoirs préfèrent vivre pauvres

Évidemment ici les les gens promoteurs du lancinant commentaire anti-modèle québécois font de grands efforts pour nous démontrer que la Saskatchewan, beaucoup plus petite que Montréal fait mieux que le Québec et les USA.

Mais eux qui se plaignent que M. Lisée ne compare pas des pommes avec des pommes en comparent des cerises avec des citrouilles ou des grenouilles avec boeufs.

Bien sûr qu’ils se retiennent de comparer la Saskatchewan avec la Nouvelle-Écosse.

Ils se retiennent aussi de dire que c’est le Québec et l’Ontario qui ont subventionné la Saskatchewan, le Manitoba et l’Alberta à coups de plusieurs milliards pendant des années et maintenant pour leurs exploitations des richesses naturelles dont ils ne sont même plus propriétaire aujourd’hui.

C’est vrai qu’ils sont lancinants les dretteux.

À lemoutongris

« Quand le gouvernement intervient trop, il entretient la paresse. »

Pouvez-vous nous dire combien d’heures vous faites par semaine pour ne pas entretenir la paresse?

« Et on a des combustibles fossiles. »

Pouvez-vous nous donner les chiffres pour savoir quand et combien d’années les combustibles fossiles du Québec peuvent remplacer les besoins actuels et futurs en pétrole pour ce dernier?

De plus donnez-nous ce que l’exploitation de ces combustibles rapportera aux Québécois. C’est quand même important les profits.

Le mois dernier, malgré la création saisonnière de nombreux emplois, le Québec affiche un bilant négative de 15 000 job.

Pour vous donner une idée, à l’échelle des États-Unis c’est grosso modo l’équivalent d’une perte de 600 000 jobs !

Bref, c’est absolument catastrophique.

Et c’est pas avec le stupide marché du carbone que la situation va s’améliorer.

En tout cas, on est meilleur que le pays libertarien qui n’existe pas en réalité, mais uniquement dans les dogmes de ces raéliens de l’économie.

« Ils se retiennent aussi de dire que c’est le Québec et l’Ontario qui ont subventionné la Saskatchewan, le Manitoba et l’Alberta à coups de plusieurs milliards pendant des années et maintenant pour leurs exploitations des richesses naturelles dont ils ne sont même plus propriétaire aujourd’hui. »

la différence est que les Prairies – la Saskatchewan et l’Alberta du moins – font un effort pour s’en sortir. Le Québec reste assis sur ses lauriers à attendre son chèque de péréquation

« Évidemment ici les les gens promoteurs du lancinant commentaire anti-modèle québécois font de grands efforts pour nous démontrer que la Saskatchewan, beaucoup plus petite que Montréal fait mieux que le Québec et les USA. »

une province à 1M, sans ressource minérales mtalliques, fait mieux que nous. Je préfère me comprarer aux meilleurs, même si leurs méthodes comptables sont douteuses, qu’aux pires.

« on est meilleur que le pays libertarien qui n’existe pas en réalité »

uniquement parce que les humains N’apprennent pas de leurs erreurs. Ce que le Japon a vécu en 1990 (91?), on le vit présentement

« De plus donnez-nous ce que l’exploitation de ces combustibles rapportera aux Québécois. »

Difficile à dire, avec les éteignoirs qui s’opposent à tout projet de développement…

Il y a bien le gaz naturel, mais la paranoïa s’est emparée de nos écologeux, et ils s’opposent à son exploitation même si le hype contre semble être exagéré

@lemoutongris

« alors pourquoi se vantait-il quand le QUébec battait “tout le monde”? »

Si vous aviez lu le reste de ma phrase, vous auriez vu que je critiquais aussi M. Lisée pour rentrer dans le jeu de la compétition.

« Quand le gouvernement intervient trop, il entretient la paresse. »

Encore un slogan démagogique qui ne prouve rien. Ce n’est pas parce que le taux d’activité diminue que les gens ne cherche plus à travailler. Et ce n’est pas parce que tu paie un peu plus d’impôts que tu veux moins travailler.

Il n’y aucun lien de cause à effet.

@ David

«Le mois dernier, malgré la création saisonnière de nombreux emplois, le Québec affiche un bilant négative de 15 000 job.»

Ce sont des données désaisonnalisées…

« Et ce n’est pas parce que tu paie un peu plus d’impôts que tu veux moins travailler. »

vraiment? Tu voudrais travailler aussi fort si ton salaire était imposé à 53%? Si c’est le cas, tu es masochiste

« “De plus donnez-nous ce que l’exploitation de ces combustibles rapportera aux Québécois.”
===
« Difficile à dire, avec les éteignoirs qui s’opposent à tout projet de développement… »

C’est ce que l’on appelle avoir parlé au travers de son chapeau.

@ Darwin

C’est le TAUX de chômage qui est normalisé en fonction de la période de l’année (la désaisonnalisation).

Le nombre d’emplois créer ou perdus lui est toujours brut.

Nos chers dretteux extrémistes libertariens seraient les premiers à affirmer que M. Lisée et les statisticiens auraient triturer les statistiques s’ils avaient eu le culot d’affirmer que le Québec avait un taux de chômage situé au même niveau de pourcentage que la Saskatchewan, soit 4.9%.

Mais parce que la Saskatchewan est meilleur que le Québec, ils achètent ça comme argent comptant, sans aucune analyse profonde au-delà des chiffres, juste pour se moquer de M. Lisée comme des gamins dans une cour d’école.

Les libertariens voudraient qu’on soient intelligents, mais ils nous prennent toujours pour des cons, surtout à force de faire preuve de mépris, de malhonnêteté intellectuelle et de faire de l’éclairage rose sur les chiffres et les conclusions simplistes qui font bien leur affaire en ignorant tout le reste qui est tout aussi essentiel.

Et après, ils nous accusent de chercher à les prendre pour des imbéciles quand on leur répond, en nous répliquant tout simplement: « Quand on nous cherche, on nous trouve! »

Pour ça oui, nous n’avons pas eu à vous chercher longtemps! Je vous rassure tout de suite!

Hélas, le mot réflexion semble exclu de votre vocabulaire.

Toujours drôle de voir la même gang qui s’offusquent que le Québec s’en sorte relativement bien.

La « gang » ce sont évidemment les libertariens, la drette et les ti-Québec-basheux habituels. 🙂

Jean Émard

« C’est ce que l’on appelle avoir parlé au travers de son chapeau. »

non, pas du tout. Il y a des combustibles au Québec; sinon, pourquoi voudrait-on interdire l’exploitation des gaz de schiste?

« Mais parce que la Saskatchewan est meilleur que le Québec, ils achètent ça comme argent comptant, sans aucune analyse profonde au-delà des chiffres, juste pour se moquer de M. Lisée comme des gamins dans une cour d’école. »

si stats can n,est pas fiable, alors rien ne le sera.

Si notre chômage était plus bas qu’en Sk, alors notre économie serait florissante, ce qui n’est pas le cas. La Sk paie sa dette et a un palier supérieur d’impôts à 15%; les entrepreneurs se bousculent pour y aller, de même que les familles (il faut 40k$ avant de payer de l’impôt). Sans comtper qu’elle aura, l’année prochaine, l’Exemption de base la plus haute au pays

» extrémistes libertariens »

ceci est une oxymore. Il n’y a rien d’extrême à vouloir se libérer du joug gouvernemental, qui n’a JAMAIS été relâché complètement

@ David

«Le nombre d’emplois créer ou perdus lui est toujours brut.»

Mais vous êtes vraiment ignorant! Vous affirmez des bêtises et vous vous croyez! Et vous vous pensez un expert!!!

Le mois passé, je vous ai appris la méthode que Statistique Canada utilise pour calculer le taux de chômage avec les définitions américaines. Ça, bon, bien des gens ne le savent pas (mais ils ne se prennent pas pour des experts en économie, eux !)

Ce mois-ci, je dois vous donner un cours sur la désaisonnalisation! Celle-là, je ne la voyais pas venir!

Avez-vous vérifié ? Ben non, pas besoin quand on a la science infuse, injectée directement des dogmes libertariens!

À http://www.bls.gov/news.release/empsit.t09.htm ,
le BLS montre sur un même tableau des données sur l’emploi désaisonnalisées et non désaisonnalisées. Et, croyez-le ou non, les chiffres sont différents! Allez, écrivez-leur pour leur dire qu’ils se trompent!

En données non désaisonnalisées, l’emploi a augmenté d’environ 100 000 entre mai et juin, tandis qu’il a diminué de près de 450 000 en données désaisonnalisées. Et vous prétendez que c’est la même chose!

Et, oui, ces données sont différentes de celles du «Nonfarm payroll employment». Je garderai l’explication de cette différence pour une autre fois!

Je savais que vous aviez bien des lacunes dans vos connaissances en économie, mais pas au point de ne rien connaître sur la désaisonnalisation!

@lemoutongris

Etes-vous imposé à 53% ?

Sinon, qu’en savez-vous ?

Si oui, votre patron doit vous trouver paresseux, selon votre affirmation…

De façon générale, les statistiques économiques sont positives pour le Québec quand ce dernier est comparé avec les provinces maritimes.

Ce que Martin Coiteux décrit se passe dans un régime fédéral, sous un gouvernement fédéral de droite à Ottawa, et sous un gouvernement fédéraliste à Québec depuis huit ans, mené par Charest, un conservateur « teindu » rouge.

Vive les dretteux qui nous endettent !

Comme nous l’apprenent de nombreuses études, les immigrants au Canada travaillent moins (taux de participation et d’emploi moins élevé), chôment plus (taux de chômage plus élevé)et gagnent moins (revenu par habitant).

L’Ontario a fait le pari d’une immigration massive. Les immigrants comptent maintement pour presque 25% de ses résidents.

L’illusion du progrès relatif du Québec tient essentiellement au fait que le Québec compte beaucoup moins d’immigrants. Selon le recensement de 2006, 3,398,725 (sur 12,160,282)ontariens sont nés à l’extérieur du Canada. Au Québec le chiffre équivalent s’établissait à 851,560 (sur 7,546,131).

Selon le recensement de 2006, le taux de participation des ontariens nés au canada s’établissait à 69,7% alors que le taux de participation des québécois nés au Canada ne représentait que 65.5%. Par contre les immigrants résidant en Ontario affichait un taux de participation de 62,2%. Les immigrants résidant au Québec fermaient le peloton avec 61,6%.

L’écart du Québec avec l’Ontario sur le plan de l’emploi et du revenu par habitant demeure le même depuis 25 ans si on tient compte des seuls non-immigrants. Aucun rattrapage. Le modèle québécois a réussi à générer de meilleures statistiques grâce à une combinaison de facteurs: moins d’immigrants, déficits budgétaires plus élevés et dette publique beaucoup plus forte (qui soufflent artificiellement l’emploi), taux de fertilité bas. Conditions gagnantes? Permettez-moi d’en douter.

La défense du modèle que nous sert M. Lisée appartient au phénomène plus général du déni souvenainiste.

@lemoutongris

Vous êtes donc peu motivé à votre travail, comme vous l’avez affirmé à Youlle :« Tu voudrais travailler aussi fort si ton salaire était imposé à 53%? Si c’est le cas, tu es masochiste.»

Soit vous êtes maso, soit vous volez votre patron.

@lemoutongris

” extrémistes libertariens”

« ceci est une oxymore. Il n’y a rien d’extrême à vouloir se libérer du joug gouvernemental, qui n’a JAMAIS été relâché complètement »

Mais à confier notre destin aux mains d’un libre-marché qui se régule tout seule, ça demeure tout aussi extrême, sauf pour les aveugles sourds et muets de votre acabit. PARCE QUE SEULE LA MAJORITÉ ÉLITISTE ÉCONOMIQUE EN TIRERA PROFIT et appauvrira les masses.

Et jusqu’à maintenant, le libertarianisme n’a été appliqué que dans les dictature d’extrême-droite, à croire que même les dirigeants politiques ont été « oxymnorosés ».

Et puis de toute façon, vous utilisez bien l’oxymore à profusion en accusant le Québec d’être un état gauchisto-socialiste ou communiste à l’image de Castro et de Che Guevara. Si vous n’êtes pas gêné d’en faire usage, je ne vais pas me gêner non plus puisque c’est le seul langage que vous comprenez. Voilà ce que c’est que d’être LIBRE ou d’avoir la liberté de parole: c’est d’accepter d’être critiqué par ceux que vous critiquez et ceux qui ne sont pas d’accords avec vous sans pour autant être communistes ou socialistes.

Les bouchons à l’émeri sont profitables au libre-marché libertarien en tout cas, mais au détriment de l’écoute et de la réflexion profonde.

« Vive les dretteux qui nous endettent ! »

depuis quand le keynésianisme est à droite?

« Vous êtes donc peu motivé à votre travail, comme vous l’avez affirmé à Youlle »

SI j’étais imposé à 54%, oui. Je ne gagne pas assez pour l’instant.

» PARCE QUE SEULE LA MAJORITÉ ÉLITISTE ÉCONOMIQUE EN TIRERA PROFIT et appauvrira les masses »

Pas si 1) les contrats se font de gré à gré et 2) il y a une justice pour renforcer le tout. Si tu maltraites des employés, ils ne travailleront pas, ou du moins pas autant

» le libertarianisme n’a été appliqué que dans les dictature d’extrême-droite, »

Libertarianisme = intervention minimale de l’État. Fascisme = soumission à l’État.

« accusant le Québec d’être un état gauchisto-socialiste ou communiste à l’image de Castro et de Che Guevara »

j’ai jamais dit communiste (quoi qu’avec l’éducation publique obligatoire, l’impôt fortement progressif, le contrôle des transports et des communications, violation facile de la propriété privée, multiplication des moyens de productions de l’État…). Mais à tendance socialiste, définitivement.

au fait, une oxymore, c’est utiliser deux mots qui ne vont pas ensemble (libertarien extrémiste, gauchiste pour la liberté).

et je n’ai jamais empêché qui que ce soit de me répondre

Encore, et ce comme à toutes les semaines, Jean-François Lisée fait l’éloge des 8 années de gouvernance du gouvernement libéral de Jean Charest. Tout simplement ironique.

J’espère que les stratèges libéraux gardent des copies des textes « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » puisque c’est le premier ministre fédéraliste qui est à la gouverne du modèle québécois depuis 2003. Et à lire les textes de M.Lisée, son bilan est très reluisant.

@ Darwin

Le moi passé tu as surtout refusé de répondre à ma question à savoir comment tu pouvait appliqué un facteur de correction nationale à des états individuelles dont la réalité démographiques est très différentes.

Pour le reste, en juin 2010, + 23 000 job, en juin 2011, -15 000. Une situation catastrophique dans un contexte ou normalement avec les jobs d’été la création d’emploi aurait du être massive.

@ François Premier: « Ça vient d’un économiste, un VRAI celui-là!!! » [NB: Martin Coiteux, prof à hec Mtl]

= = =

Intéressant, ce cri du coeur en faveur des « vrais économistes »! Et particulièrement dévastateur envers « David », qui n’a ni la formation ni les connaissances d’un économiste.

Darwin, par contre, EST économiste de formation et il occupe un poste d’économiste, après avoir enseigné la science économique…

Vous savez, François, point n’est besoin d’adhérer aux dogmes de l’école autrichienne pour avoir droit au titre d’économiste…

@lemotongris

Libertarianisme = intervention minimale de l’État = loi de la jungle.

Comme la nature a horreur du vie, enlève le pouvoir aux gouvernements démocratique et les corporations (À démocratie limite a l’actionnaire majoritaire) vont le prendre!

@ David

«catastrophique dans un contexte ou normalement avec les jobs d’été la création d’emploi aurait du être massive.»

Ce sont des données DÉSAISONNALISÉES! Il S’est créé 24 800 emplois en mai (http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/110610/t110610a3-fra.htm lisez en haut: «Données désaisonnalisées»), et s’en est perdu 15 500 en juin, ce qui fait tout de même 9 300 de plus qu’en avril.

Un autre jour, je vous parlerai des saisons hatives et de marge d’erreur (elle est de plus de 100 000 au Québec à 95 % pour les données mensuelles). Mais, avant tout, concentrez-vous sur la notion de désaisonnalisation. Vous ne l’avez manifestement pas comprise encore.

Quand à votre première question, j’y avais répondu. Vous ne l’avez manifestement pas comprise, elle non plus. Je vous le répète, concentrez-vous sur la notion de désaisonnalisation, on verra après si vous êtes en mesure d’apprendre autre chose.

Le taux de chômage a été en dessous de celui de l’Ontario pendant quoi, une vingtaine de mois? Si celui du Québec augmente, est-ce parce que la situation va plus mal ou est-ce parce que le nombre de gens qui se cherchent un emploi a augmenté? De mémoire, à la fin des 2 dernières récessions, on a vu ce phénomène. Or, on prédit que le marché de l’emploi au Québec va s’accélérer.
Ce taux de chômage serait-il, paradoxalement, une bonne nouvelle?

PS
S’il y en a qui prennent ma question comme une offense à leur secte, je ne m’adresse pas à vous. C’est une vraie question, pas un bombage de torse sur un blogue. J’envisage donc d’être dans le champs, mais qu’on me donne de vrais arguments, pas des répliques smattes pigées à mesure dans le manuel de sophismes for dummies. Là, j’en ai une overdose.

@lemoutongris #35

Ainsi, pour éviter d’être peu motivé à votre travail, on vous souhaite que votre salaire soit gelé, et même baissé.

Vous connaîtrez ainsi l’orgasme dogmatique libertarien de rester petit en évitant d’être imposé au max à cause de revenus supérieurs.

La logique absurde des catéchumèmes encore en phase d’initiation à la foi extrême dretteuse.

« Libertarianisme = intervention minimale de l’État = loi de la jungle »

j’ai dit minimale, pas absente.

« Vous connaîtrez ainsi l’orgasme dogmatique libertarien de rester petit en évitant d’être imposé au max à cause de revenus supérieurs. »

(soupir)

tu n’as vraiement rien compris. L’impôt est carrrément une taxe à l’effort. Plus on els augmente, moins on obtient de revenus parce que les gens trouvent des façon, légales ou non, de les contourner. Plus les impôts sont bas ou égaux (taux fixe), plus les gens sont encouragés à investir.

@lemoutongris

« au fait, une oxymore, c’est utiliser deux mots qui ne vont pas ensemble (libertarien extrémiste, gauchiste pour la liberté). »

Comme si vous croyiez que je ne le savais pas. Je ne suis pas un inculte. Je savais déjà lire un dictionnaire et des livres pendant que votre maman changeait vos couches. Et je n’ai jamais prétendu que gauchiste signifiait liberté, car je me situe au centre. Ce genre de phrase démontre à quel point les défenseurs du libertarianisme se moque de l’intelligence de leurs détracteurs. Une raison de ne pas vous suivre jusqu’au bord du précipice.

« Libertarianisme = intervention minimale de l’État. Fascisme = soumission à l’État. »

Au contraire, le fascisme est une sorte d’intervention minimale de l’État qui ouvre toutes grandes les portes de l’entreprise au libre-marché que vous défendez, tout en assurant que le peuple demeure exploité et ne se syndicalise pas. Ce n’est pas en contradiction avec le libertarianisme, bien au contraire. On n’a qu’à regarder en Somalie pour s’en faire une idée.

« Pas si 1) les contrats se font de gré à gré et 2) il y a une justice pour renforcer le tout. Si tu maltraites des employés, ils ne travailleront pas, ou du moins pas autant. »

Mais comme les travailleurs n’auront aucun droit sous un régime libertarien, étant donné la politique du libre-marché, les patrons pourront les foutent à la porte s’ils ne travaillent pas ou s’ils se plaignent, et prendre des employés peu demandeurs qui auront moins de scrupules à travailler dans des conditions bâtardes. Pire encore, ils fermeront boutique et iront voir ailleurs dans un autre pays où la main-d’oeuvre sera encore moins coûteuse. Et encore une fois, les élites riches exploiteront les pauvres au gré de leur soif de profits.

Pas forts comme arguments. Faudra trouver autre chose pour convaincre les gens intelligents du « bien-fondé » de votre idéologie rétrograde. Et ce n’est pas un oxymore que de l’affirmer.

Bonjour,
Le temps n’est pas très loin où les statistiques concernant le Québec se devront d’être comparées avec strictement les provinces maritimes, le Québec étant la plus populeuse des provinces maritimes en ayant cette chance inouïe d’être plus à l’Ouest, ce qui est un must. Bien à vous, John Bull.

@ Benton (# 39):

Libertarianisme = intervention minimale de l’État = LIBERTÉ de choix, responsabilisation des individus, fin de l’asservissement étatique et fin du despotisme syndical!!!

@David

L’amateur de titres ronflants qui sommeille en toi a fait ses choux gras ce ces 15000 emplois perdus au Qc – l’équivalent de 600000 à l’échelle des USA. Une catastrophe!

Puisque tu aimes faire ce genre d’exercice, pourrais-tu expliquer pourquoi tu n’as jamais souligné que les 24000 emplois créés en mai 2011 au Qc, c’était l’équivalent de 960000 emplois créés en un mois aux USA?

@ Darwin

En moyenne depuis 1976, il se crée plus de 5 000 jobs en juin. La performance du Québec, -15 500 jobs est catastrophique.

C’est le 3e pire mois de juin depuis 1976 et nous ne somme même pas en récession !

« Comme si vous croyiez que je ne le savais pas »

la réponse que tu avais donné me laissait douter. Rien de personnel 😉

» le fascisme est une sorte d’intervention minimale de l’État »

euh, pas vraiment. Sous l’Allemagne nazie, l’État contrôlait tous les prix, et gare à quiconque osait charger un prix différent.

« On n’a qu’à regarder en Somalie pour s’en faire une idée. »

pas vraiment, bis. La Somalie est dans un état d’anarchie.

« Mais comme les travailleurs n’auront aucun droit sous un régime libertarien, étant donné la politique du libre-marché, les patrons pourront les foutent à la porte s’ils ne travaillent pas ou s’ils se plaignent, et prendre des employés peu demandeurs qui auront moins de scrupules à travailler dans des conditions bâtardes. »

Parce que tu crois vraiment que c’est la majorité des travailleurs qui voudront travailler dans des « condition batârdes »? Il y en aura, je ne le cache pas, mais un employeur intelligent, pour son intérêt personnel, a avantage à bien traiter ses employés.

« Pire encore, ils fermeront boutique et iront voir ailleurs dans un autre pays où la main-d’oeuvre sera encore moins coûteuse. »

et?

« Faudra trouver autre chose pour convaincre les gens intelligents du “bien-fondé” de votre idéologie rétrograde. »

c’est très difficile de convaincre qqn complètement endoctriné aux supposés bienfaits de l’État que ce n’est que de la servitude

Effectivement, par l’exemple Somalien, le libertarianisme est le plus court chemin vers l’anarchie!

@lemoutongris

« c’est très difficile de convaincre qqn complètement endoctriné aux supposés bienfaits de l’État que ce n’est que de la servitude »

Tout comme c’est insensé de convaincre quelqu’un d’encore plus endoctriné aux supposés bienfaits du libre-marché que ce n’est qu’une autre forme de servitude, et non de la vraie liberté.

Et si tu savais vraiment lire, tu verrais que je ne fais que critiquer le libertarisme, pas défendre l’endoctrinement à l’État, preuve encore une fois du manque de nuance complet du regard dichotomique libertarien sur les opinions d’autrui qui n’adhèrent pas aux siennes.

« pas vraiment, bis. La Somalie est dans un état d’anarchie. »

C’est pourtant un très bon exemple d’un pays ou l’intervention de l’État est totalement absente et ou le libre-marché peut donc s’y auto-réguler, tel que le souhaite les libertariens. Dire que la conséquence qu’est l’anarchie n’est pas le résultat espéré en théorie par ceux-ci, c’est un manque flagrant de clairvoyance camouflé encore une fois sous la jupe de la dissimulation orgueilleuse du déni total que cette idéologie ne peut pas fonctionner car elle n’assure pas plus de liberté. Assumez-le au lieu de faire dans le faux-fuyant habituel.

Ce n’est pas avec un argumentaire aussi pathétique qui prend les lecteurs pour des cons que vous allez réussir à « endoctriner » d’autres suiveurs pour qu’ils deviennent adeptes de votre doctrine en leur faisant croire à tort qu’ils deviendront intelligents.

Rien de personnel également contre vous.

@ Benton & Mathieu Lemée

À propos de la Somalie:

Somalia Celebrates 20 Years of Prospering Anarchy. It’s not a myth, says the BBC! http://bbc.in/ifmy0p

@ Mathieu Lemée

Je préfère, et de loin, la pseudo servitude au libre-marché qu’à la tyrannie bien réelle de l’État.

« Dire que la conséquence qu’est l’anarchie n’est pas le résultat espéré en théorie par ceux-ci, c’est un manque flagrant de clairvoyance camouflé encore une fois sous la jupe de la dissimulation orgueilleuse du déni total que cette idéologie ne peut pas fonctionner car elle n’assure pas plus de liberté. »

J’ai TOUJOURS plaidé pour un État MINIMAL, pas absent. et par minimal, j’entends sécurité publique et justice (et, à l’extrême limite, gros travaux publics, mais le privé peut s’en charger)

@lemoutongris

« J’ai TOUJOURS plaidé pour un État MINIMAL, pas absent. et par minimal, j’entends sécurité publique et justice (et, à l’extrême limite, gros travaux publics, mais le privé peut s’en charger »

Un état minimal ne fera pas mieux, car en matière de sécurité publique et de justice, il suivra les diktats du privé au mépris de la masse, comme dans les dictatures fascistes du genre Pinochet.

Trouve autre chose.

@David

« Je préfère, et de loin, la pseudo servitude au libre-marché qu’à la tyrannie bien réelle de l’État. »

Wow! Toute une argumentation ici! C’est vraiment tout ce que vous avez trouvé de mieux comme idée constructive pour améliorer le Québec? Du sophisme plein de vide insondable à l’état pûr.

C’est pas un argument ça, c’est du dogmatisme irréfléchi encore une fois sans nuances et dichotomique ou bipolaire. De plus, vous ne garantissez toujours pas si les excès corporatifs seront contrôlés et par qui, ni si ces excès seront meilleurs ou pires que celles de l’État, ni si cela empêcherait la monopolisation des ultra-riches. Toute votre idéologie est fondé sur des concepts trop arbitraires pour que le simple citoyen s’y sente libre.

Sans oublier qu’il n’y a pas que l’économie ni l’argent qui sont importants pour l’être humain dans son existence pour qu’il s’épanouisse. En quoi un régime fondé sur un présupposé libre-marché va répondre à ses aspirations non-économiques tout aussi essentielles? Aucun libertarien n’a trouvé une réponse à ça.

Par exemple, imaginons qu’on abolisse le système de santé public, mais les individus demeurent encore dépendants de quelque chose d’autre que l’État pour assurer leur santé: les entreprises. Ce sont elles qui prendront en charge la santé du patient. Ici, l’individu n’est pas plus autonome ou responsable de lui-même puisqu’une entreprise s’occupe de lui. Certes, il devient responsable de choisir à qui il va demander des soins, mais ce n’est pas être pleinement responsable de soi en toute liberté. Et les entreprises pourront-ils lui garantir un meilleur service selon ses besoins? Comme le profit passe avant le facteur humain, le libertarisme n’offre aucune garantie à l’individu que les soins de santé seront viables, sauf sur le prix de la facture que probablement il ne pourra même pas contester s’il est mal opéré et souffre de problèmes récurrents; on a vu des exemples dans le cas de quelques cliniques privées à l’émission LA FACTURE.

L’idéal de l’individu parfaitement autonome et indépendant est non seulement utopique, mais impossible à atteindre, à moins de vivre de manière autarcique, isolé, de construire sa maison et d’entretenir sa propre ferme.

Et encore après, autre exemple: Si je veux de l’électricité dans ma maison, à moins de disposer par moi-même de ma propre forme d’énergie, je dépend de celui qui peut m’en offrir. Que ce soit l’état ou une entreprise privée qui me l’offre, le résultat est le même: la dépendance, ce qui est contraire à la notion de liberté totale. C’est pas le fait de choisir qui me vend l’électricité qui suffit à me rendre autonome et indépendant. Non, ça change rien. L’électricité risque juste de me couter plus cher, comme pour les soins de santés, alors que les chances d’avoir un bon salaire dans une entreprise ne sont pas plus garanties.

Pas un hasard donc, si même les Républicains du Tea-Party les plus à droite sont 70% contre l’abolition de l’assurance-médicale Medicare et Medicaid, et l’abolition du régime étatique de retraite. Tiens tiens tiens, la servitude de l’État leur convient tout à coup?

http://blogues.cyberpresse.ca/hetu/2011/04/20/appel-aux-partisans-du-tea-party-et-aux-libertariens/

Ce qui est encore plus amusant, c’est la naïveté de ceux qui croient que c’est dans la nature de toutes les personnes que d’être gentilles comme un bon toutou et qu’advenant l’abolition de l’état, aucune gang ou grande entreprise ne risqueraient de grossir et d’imposer sa volonté sur le territoire et les gens qu’elles contrôlent. Il n’y aurait aussi aucun risque de guerre à prévoir entre eux non plus.

Mais non, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil…

Vous ne comprenez pas le rôle inhibiteur de violence que joue l’État (même s’il en emploie lui-même) et ne tenez pas compte du fait qu’il n’est pas dans la nature de tout le monde de se comporter en bon toutou docile et gentil avec tout le monde. Il est dans la nature de beaucoup de personnes de chercher à dominer depuis que le monde est monde, et que d’autres se soumettent à la volonté du plus fort. Dans des sociétés comme la nôtre, ces personnes ont le contrôle des marchés. Enlève l’État et ils élargiront leur pouvoir et se substitueront à lui, sauf qu’il n’aura pas besoin de la pression du vote populaire pour négocier avec la volonté du peuple, il pourra faire ce qu’il voudra, que cela plaise à la masse ou non. Simplifier la réalité humaine et nier sa complexité à un tel point d’absurdité ne contribuera pas non plus à le rendre plus libre. Le libre-marché n’est qu’un mythe qui opprime la liberté au lieu d’en donner. D’ailleurs à l’heure actuelle, l’individu est déjà plus dépendant des grandes entreprises et du libre-marché que de l’État car il n’a pas le choix individuellement de consommer et qu’il n’y a pas d’autres alternatives à ce mode de vie en dehors du communisme et des régimes totalitaires. Bref, il n’est toujours pas plus libre, sauf dans une illusion qui le lui fait croire.

Comment peut-on parler de responsabilité individuelle tout en excluant ses conséquences sur un ensemble plus grand. Elles sont interdépendantes que vous le vouliez ou non, car l’action d’un individu aura toujours des conséquences sur les autres. Comme l’être humain n’est pas parfait, rien en peut garantir que ces conséquences ne seront pas néfastes ni exercer une coercition ou des contraintes pour les autres qui ne pourront librement y échapper, même en dépit de la bonne volonté et de la bonté de l’individu qui agit librement sans contraintes.
Un individu n’est rien sans les autres car personne ne vit tout seul sur sa petite île et rien de ce qu’il fait ou décide n’a de conséquences que pour lui-même. Assumez-le, ce sera déjà faire preuve de plus d’empathie.

Mais vous préférez encore jeter de la poudre aux yeux en vain à partir d’une affirmation négative basée sur du nulle part abyssale. On croirait entendre un adolescent boutonneux trop paresseux et négatif pour réfléchir à des idées constructives pour faire valoir son point de vue.

Et même là, si c’est vraiment ton sentiment, alors au lieu de venir polluer la blogosphère et t’enfoncer encore davantage dans la connerie, pourquoi ne déménages-tu pas en Somalie, modèle libertarien par excellence ou ailleurs (ton vidéo n’a rien prouver du tout)? Tu y serais plus épanoui que d’essayer de convaincre des gens intelligents et plus nuancés que tu ne te l’imagines à adhérer à ton idéologie sectaire.

Soi dit en passant, la servitude de l’État québécois ne vous empêche pas d’aller « librement » où bon vous semble habiter un monde meilleur si vous n’êtes pas heureux. L’État québécois ne vous tient pas enfermé dans un goulag du Grand Nord. Vous vous gargarisez d’ailleurs sur l’exode des cerveaux au Québec, alors allez les rejoindre, ce sera comme vous dites plus productif.

» comme dans les dictatures fascistes du genre Pinochet. »

pinochet, fasciste? c’est nouveau ça.

avec un gouvernement complètement détachés des intérêts des lobbys, ça n’arrivera pas

fait intéressant : la liberté économique était moindre sous sa gouverne que sous celle de la présidente dite socialiste des années 2000

« De plus, vous ne garantissez toujours pas si les excès corporatifs seront contrôlés et par qui, ni si ces excès seront meilleurs ou pires que celles de l’État, ni si cela empêcherait la monopolisation des ultra-riches. »

excès de quoi? s’ils n’ont pas accès à la mamelle gouvernementale, ils seront obligés d’être bien dirigés

« la dépendance, ce qui est contraire à la notion de liberté totale. »

ah, la démagogie protectionniste. Tu confonds, dépendance et interdépendance

« et ne tenez pas compte du fait qu’il n’est pas dans la nature de tout le monde de se comporter en bon toutou docile et gentil avec tout le monde. »

d’ou a nécessité d’avoir une force de sécurité publique et un système de justice neutres. pour le reste, c’est l’État qui crée la violence en volant légalement les gens ou en les arrêtant arbitrairement. OU en les privant de leurs droits

« Le libre-marché n’est qu’un mythe qui opprime la liberté au lieu d’en donner. »

comme son alternative du contrôle de l’État échoue depuis la nuit des temps, je crois qu’on est mûrs pour du changement

« On croirait entendre un adolescent boutonneux trop paresseux et négatif pour réfléchir à des idées constructives pour faire valoir son point de vue. »

cet adolescent est toi; tu refuses de voir que la majorité des maux modernes (chômage, inflation, crises économiques) sont causés en quasi totalité par des interventions de l’État

» L’État québécois ne vous tient pas enfermé dans un goulag du Grand Nord. »

indirectement oui pour plusieurs, alors qu’il démonise l’anglais et empêche la mobilité de ses citoyens

@lemoutongris

Pourtant Pinochet était conseillé par le maître à penser du libre-marché, Milton Friedman lui-même!

Comme quoi le libre-marché ne peut fonctionner…. librement!

Les plus populaires