Cinq circonscriptions fédérales à surveiller au Québec

Quelles circonscriptions sont caractérisées de « pivot », à quatre mois des élections ? Philippe J. Fournier a décortiqué les données des derniers sondages pour en dresser la liste. 

Photo : La Presse canadienne

Plusieurs circonscriptions fédérales québécoises pourraient changer de couleur, selon le modèle électoral Qc125, qui a compilé et décortiqué les multiples sondages sur les intentions de vote des Québécois en vue de l’élection fédérale à venir cet automne. Parmi ces circonscriptions, nous en comptons présentement cinq dont le modèle Qc125 accorde l’étiquette « pivot », c’est-à-dire qui sont hautement incertaines puisqu’aucun parti ne remporte plus de 60% des simulations effectuées.

Évidemment, les projections s’ajustent au fur et à mesure que de nouvelles données de sondages sont publiées, alors ces chiffres fluctueront assurément d’ici le 21 octobre prochain.

Jetons un coup d’oeil à ces cinq circonscriptions.

Berthier-Maskinongé

En 2011, Ruth Ellen Brosseau avait causé la surprise en remportant cette circonscription rurale qui chevauche Lanaudière et la Mauricie. Toutefois, la plus grande surprise fut certes le fait que Mme Brosseau ait réussi à conserver cette circonscription en 2015, malgré que le NPD ait perdu plus de 15 points des suffrages au Québec entre les élections de 2011 et 2015.

Néanmoins, la projection fédérale Qc125 actuelle dans Berthier-Maskinongé est une des plus énigmatiques au Québec: selon les données disponibles, cette circonscription serait une réelle course à quatre, où à peine 30% du vote pourrait être suffisant pour l’emporter. Le modèle accorde au Bloc québécois un minuscule avantage sur ses rivaux, mais, comme nous pouvons le constater sur le graphique ci-dessus, les intervalles de confiance du Bloc, du NPD, des libéraux et des conservateurs se superposent bien trop pour étiqueter un quelconque favori.

Hochelaga

La députée néo-démocrate Marjolaine Boutin-Sweet était parvenue à conserver de justesse cette circonscription de l’est de Montréal en 2015. Seulement trois points séparaient Mme Boutin-Sweet (30,9%) du candidat bloquiste en troisième place (27,7%). Marwah Rizqy, aujourd’hui députée libérale à l’Assemblée nationale, avait terminé deuxième en récoltant 30,0% des suffrages comme candidate du PLC.

Voici la plus récente projection Qc125 dans Hochelaga:

Le modèle accorde présentement au Bloc québécois un très mince avantage sur le PLC et place le NPD non loin derrière en troisième place (le Bloc avait remporté cette circonscription aux élections de 2004, 2006 et 2008).

Laurentides-Labelle

En 2015, David Graham avait causé toute une surprise en remportant de justesse cette vaste circonscription des Laurentides, qui comprend Sainte-Agathe-des-Monts, Mont-Tremblant et Mont-Laurier. La projection actuelle nous indique qu’il s’agirait d’une course à deux entre le Bloc et M.Graham du PLC.

Depuis sa création en 2004, la circonscription de Laurentides-Labelle avait été bloquiste à trois reprises, puis est tombée aux mains du NPD en 2011.

Saint-Hyacinthe-Bagot

Après avoir récolté plus de 50% des suffrages dans Saint-Hyacinthe-Bagot en 2011, le NPD s’était faufilé avec la victoire en 2015 avec seulement 28,7% du vote, à peine 500 votes devant le candidat libéral. La députée néo-démocrate Brigitte Sansoucy aura cependant fort à faire d’ici cet automne pour conserver ce comté qui s’étend en Montérégie.

Selon la dernière projection, Saint-Hyacinthe-Bagot serait une bataille à trois entre les conservateurs, les libéraux et le Bloc.

Salaberry-Suroît

Dans l’ouest de la Montérégie, voisin des frontières de New York et de l’Ontario, la circonscription de Salaberry-Suroît a été un comté chaudement disputé en 2015, alors que la députée néo-démocrate Anne Minh-Thu Quach l’avait remporté avec seulement 30,4% du vote. À peine deux points séparaient la première et la troisième place.

Avec la baisse du NPD au Québec depuis le départ de Tom Mulcair, quel parti pourra se faufiler avec la victoire dans ce comté? Le modèle actuel indique qu’il s’agirait d’un « pile-ou-face » entre le PLC et le Bloc. Les conservateurs sont projetés en troisième place.

* * *

Parmi les projections des circonscriptions ci-dessus, nous pouvons remarquer qu’aucun parti n’est présentement projeté à plus de 30% d’appui. La division du vote avait profité à plusieurs candidats québécois en 2015 et nous pouvons parier que ce sera le cas dans plusieurs comtés en 2019.

Le Bloc était parvenu à remporter 10 circonscriptions en 2015, six de plus qu’en 2011, mais n’avait atteint 40% des suffrages que dans deux de ces circonscriptions (Manicouagan et Bécancour-Nicolet-Saurel). Du côté du NPD, parmi les 16 circonscriptions remportées au Québec en 2015, seulement la moitié des vainqueurs avait reçu au moins un tiers des suffrages! Les libéraux avaient aussi remporté leurs parts de comtés par la peau des dents.

Il s’agit certes un cliché surutilisé en période électorale, mais il demeure encore et toujours vrai: chaque vote peut faire la différence.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Il me semble important d’envoyer a Ottawa une majorité de députés Bloquistes pour défendre les intérêts du Québec .Le Québec est une nation spécifique avec des revendications particulières qui sont divergents des autres provinces et que Ottawa refuse d’accepter a cause justement de ses autres provinces.Un jour il faudrait en sortir de ce Canada.