Quatre électeurs qui devraient nous inquiéter plus qu’un étudiant ontarien

Telle la Crimée envahie par les Russes, voilà le Québec sur le point de tomber sous le joug des étudiants universitaires ontariens qui obtiennent le droit de vote.

PolitiqueIls arrivent !

Ils débarquent en hordes dans les commissions de révision, comme des Français sur le Plateau Mont-Royal. Telle la Crimée envahie par les Russes, voilà le Québec sur le point de tomber sous le joug des étudiants universitaires ontariens qui obtiennent le droit de vote.

Leur plan pour voler les élections est infaillible. Dans Westmount-Saint-Louis, par exemple, ils pourraient donner au candidat libéral une avance de 13 000 voix, plutôt que le maigre 12 718 voix qui le séparait de la CAQ en 2012.

Résultats des élections de 2012, alors que Westmount était presque emporté par une vague péquiste.
Résultats des élections de 2012, alors que Westmount était presque emporté par une vague péquiste.

Mais les étudiants ontariens ne sont pas les seuls électeurs dont le vote devrait nous apeurer. En voici quatre autres qui devraient nous inquiéter autant, sinon plus.

 

1- Ces gens qui considèrent que la Coalition avenir Québec et Québec solidaire sont interchangeables.

Qui sont-ils ? 

On les a découverts au détour d’un tableau du sondage Léger du 15 mars dernier : 12 % des électeurs de QS ont la CAQ comme deuxième choix et 13 % des caquistes ont QS comme seconde option.

Comme le dit l'expression : c'est blanc bonnet et manteau d'hiver bleu.
«Vous n’avez plus de gâteau au chocolat ? Pas grave, je vais vous prendre du brocoli.»

La CAQ et QS, comme le dit l’expression, c’est «blanc bonnet, manteau d’hiver bleu». Pendant que l’un pellette des nuages, l’autre propose de congédier la moitié des fonctionnaires du ministère responsable des nuages.

Pourquoi devraient-ils nous inquiéter ?

À première vue, ces électeurs nous semblent aussi désorientés que le 3 % de francophones qui, dans le même sondage, croient que la CAQ va former le prochain gouvernement. Mais sont-ils une exception ? Ne représentent-ils pas plutôt la grande confusion qui règne dans la population en général ?

Le citoyen qui lance au journaliste venu le vox-poper que «les partis, c’est toute du pareil au même», il est peut-être très sérieux.

 

2- Ces gens qui achètent des pommes de terre au four à l’épicerie

pommes de terre au four
Que faire avec tout le temps qu’on gagne grâce à ce produit ? Apprendre à cuisiner ?

Qui sont-ils ? 

Complètement dépassés par la complexité de ce que l’on appelle communément «patate au four», ils achètent leurs pommes de terre déjà emballées dans du papier d’aluminium.

Pourquoi devraient-ils nous inquiéter ?

Placés devant un choix économique de base (trois patates pour trois dollars ou un sac complet de patates pour le même prix), ils crient simplement «OH MY GOD ! Des patates déjà emballées dans l’aluminium ? Ferme-la et prends mon argent !»

Que comprennent-ils lorsqu’un politicien parle de création d’emploi et de balance commerciale ?

Et pourtant, leur vote vaut autant que le vôtre.

 

3- Ces gens qui votent pour Option nationale, mais sont contre l’indépendance du Québec

Qui sont-ils ? 

C’est la boussole électorale de Radio-Canada qui nous apprend leur existence.

Le Parti québécois répète souvent que la souveraineté est l’article un de leur programme. Option nationale, lui, a écrit ça au gros feutre noir dans l’espace blanc entre le nom du parti et l’article un de son programme. Tu ne fais pas plus souverainiste qu’ON. Et pourtant…

«[L]es partisans d’Option nationale [sont] à 74 % pour l’indépendance du Québec. Soulignons cependant que du côté d’Option nationale, 25 % de ses électeurs sont soit en désaccord ou neutre en ce qui concerne la souveraineté du Québec.»

Pourquoi devraient-ils nous inquiéter ?

Visiblement, le débat sur l’indépendance et le référendum s’est tellement étiré que les gens commencent à en perdre des bouts.

Moi-même, je suis tellement tanné d’entendre parler de référendum que je pense voter pour le PQ. Avec un gouvernement péquiste, on sait qu’on n’en entendra pas parler pour quatre ans.

 

4- Cet homme qui prend tout au pied de la lettre

Qui est-il ?

Alors qu’il écoute le Téléjournal, un citoyen entend l’analyste Sébastien Bovet dire que le PLQ et la CAQ ont «aiguisé leurs couteaux» et sont «restés éveillés une bonne partie de la nuit» pour se préparer à répliquer à la venue de PKP. Estomaqué par la violence de ces propos et par le fait que M. Bovet n’a aucune preuve que les partis sont effectivement restés éveillés toute la nuit, l’homme dépose une plainte à l’ombudsman de Radio-Canada.

Résultat, l’ombudsman a été obligé d’écrire ce texte surréaliste :

«Il m’est difficile d’imaginer que M. Bovet ait voulu dire, en utilisant l’expression “aiguiser ses couteaux”, que les libéraux et les caquistes avaient vraiment passé la nuit à affûter des armes blanches pour en découdre physiquement avec les péquistes.

Le français, comme toutes les langues, comporte son lot d’expressions toutes faites qui font image et qui sont passées dans l’usage. Elles ne sont évidemment pas à prendre au pied de la lettre.»

Pourquoi devrait-il nous inquiéter ?

Quand on lui parle de séparer le Québec du Canada, il s’imagine sans doute Pauline Marois, découpant physiquement le territoire, avec une scie à chaînes. Je le répète, son vote vaut autant que le vôtre. Et vous savez ce qu’on dit : pour chaque client qui se plaint, il y en a 100 qui n’ont rien dit, mais l’ont pensé.

 

* * *

À propos de Mathieu Charlebois

Ex-journaliste Web à L’actualité, Mathieu Charlebois blogue sur la politique avec un regard humoristique depuis 2014. Il est aussi chroniqueur musique pour le magazine L’actualité depuis 2011 et co-rédacteur en chef du webmagazine culturel Ma mère était hipster, en plus d’avoir participé à de nombreux projets radio, dont Bande à part (à Radio-Canada) et Dans le champ lexical (à CIBL). On peut le suivre sur Twitter : @OursMathieu.

Laisser un commentaire

Malheureusement Mathieu,
ce genre de propos a un nom: Celui d’ ÉLITISME …. Réfléchis sur les dérives possibles de ce genre d’idéologie et tu verras que l’humanité a déjà mis de côté ce genre de « solution »….

Une éducation citoyenne, à laquelle de bons journalistes peuvent grandement participer, est une bien meilleure avenue. En ce sens, j’applaudis l’excellent DOSSIER-ELECTION du magazine (papier) l’actualité 🙂

Je sais : tu es sensé jouer l’humour et, en flirtant avec le cynisme qui est une forme de désengagement social, tu contribues peut-être à perpétuer le « problème » que tu denonces…. Bonne réflexion. 🙂

Très bon.

La patate au four me fait penser à la loi 101 renforcée: pourquoi dire au gars du dépanneur que tu veux être servi en français et aller acheter ailleurs quand tu peux demander à l’État de mettre sur pied une bureaucratie débile et envahissante pour faire semblant de faire ta job à ta place…

Je viens tout juste de terminer le visionnement de documentaire The CORPORATION ( Gagnant de 10 prix du public) Je ne sais pas si tu l’as vu.. Si oui,

Je t’incite à le revoir…Nous oublions si vite de nos jours… Je suis certain que tu y trouveras de très bons sujets d’humour !!! ( 😉

Vous oubliez ceux qui n’iront pas du tout voter, parce qu’ils ne savent pas quel parti pourra assurer le futur de notre nation. Ils se disent: « Aussi bien ne pas contribuer à tout ce gachis ». Et ceux qui votent pour le candidat et non pour son parti, parce qu’ils aiment sa bouille sur les photos, les orientations du parti les laissant tout à fait indifférents.

Monsieur Mathieu Dubois trouve les québécois un peu « niaiseux » il me semble. Avec ce tableau négatif, il ne resterait que les journalistes comme lui qui voteraient intelligemment.
Je crois qu’il a même oublié une catégorie: celle, comme la mienne, qui trouve que les journalistes orientent tellement leurs questions sur les côtés noirs des candidats à devenir premier ministre qu’ils en arrivent à bloquer l’intérêt du citoyen.
Quand les journalistes s’entêtent à interroger les Marois, Couillard, Legault sur leur « intégrité », le passé de leur Parti, leurs avoirs personnels, c’est tellement une « toquade facile et adolescente » que ces journalistes en sont ridicules. On voit que ces journalistes n’ont qu’un gros égo et ne pensent vraiment pas à faire évoluer les vrais enjeux, LE PROGRAMME des Partis. Et c’est ça qui nous intéresse.
Cet environnement malsain que crée les journalistes fait en sorte justement que les candidats n’arrivent plus à développer leur programme; ils n’ont en tête que « d’aiguiser leurs couteaux » comme une armure contre une meute.
Je n’écoute plus les périodes de question. Trop bancales. Trop rapaces, on se rue sur le candidat sur des questions tout à fait hors présentation. Et jamais de questions pour clarifier un point de programme qu’il vient de donner…
Monsieur Dubois, je crois que je vais voter pour la patate au four pré-emballée. « Ferme-a et prends mon vote »,,,

Les plus populaires