Citation de la semaine : et le paradis fiscal à la fin de vos jours !

Un des meilleurs ouvrages à sonner l'alarme sur ces «riches qui ne paient pas d'impôts». Mais qui, dans nos gouvernements, l'a lu?
Un des meilleurs ouvrages à avoir sonné l’alarme sur ces «riches qui ne paient pas d’impôts». Mais qui, au sein de nos gouvernements, l’a lu… et compris?

Comme à tous les vendredis, c’est jour de ma «citation de la semaine».

Ces citations, vous le savez, sont choisies pour ouvrir le débat à vos observations et vos analyses. Avec l’actualité qui ne cesse de s’emballer, j’avoue toutefois que le choix devient de plus en plus difficile…

Pendant que la Commission des droits de la personne du Québec ajoutait sa voix à celle de la Protectrice du citoyen pour condamner l’intention du gouvernement Marois de couper dans l’aide sociale – une vraie honte -, le quotidien britannique The Guardian révélait les résultats d’une enquête journalistique mondiale sur les paradis fiscaux.

Ces mêmes «paradis» privent littéralement les assiettes fiscales nationales de véritables fortunes pour cause d’États par trop complaisants. Une complaisance aussi mondialisée que cet air d’un temps politico-financier particulièrement vicié.

Cette même complaisance qui, lorsqu’elle se fait inaction chronique, devient complicité.

Dans cette vaste enquête menée par le Consortium de journalistes d’investigation américains (ICIJ), comme le rapporte La Presse :

L’ICIJ a réussi à se procurer un disque dur contenant 2,5 millions de courriels et des informations sur 122 000 sociétés offshore et quelque 12 000 intermédiaires: mémos internes, copies de passeports, pièces comptables ou encore documents officiels. Soit «le plus important stock d’informations venues de l’intérieur sur le système des sociétés offshore, jamais obtenu par des médias», commente The Guardian, qui fait partie de la quarantaine d’organes de presse internationaux qui ont eu accès ensuite à ces données confidentielles, avec Le Monde, la BBC, le Washington Post ou encore le Süddeutsche Zeitung.

Ces informations concernent principalement les Îles vierges britanniques et représentent un volume «160 supérieur aux informations confidentielles publiées par WikiLeaks sur le département d’État américain en 2010». Elles ont fuité à partir de deux sociétés offrant des services «offshore» à Singapour et aux Îles Vierges.

On y trouve les noms de «milliers de détenteurs» d’intérêts dans des paradis fiscaux, dentistes américains, «villageois grecs issus des classes moyennes», dirigeants étrangers, milliardaires et marchands d’armes, selon le Guardian.

Parmi eux, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, qui détiendrait quatre sociétés offshore aux Îles Vierges à son nom ou à celui de son épouse et de ses filles. Ou l’ancien ministre des Finances de Mongolie, Bayartsogt Sangajav, qui aurait monté la société Legend Plus Capital quand il était en fonction.

Y figurent aussi la célèbre collectionneuse d’art espagnole, Carmen Thyssen-Bornemisza, la fille aînée de l’ancien dictateur philippin Ferdinand Marcos, Maria, et Olga Chouvalova, femme d’Igor Chouvalov, un homme d’affaires proche de Poutine, titulaire du poste de vice-premier ministre en Russie.

Mais l’affaire se révèle particulièrement embarrassante pour le président français, déjà aux prises avec le scandale déclenché par l’inculpation de son ex-ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, pour fraude fiscale. Jean-Jacques Augier, son trésorier pendant la campagne présidentielle de 2012, est aussi mentionné par l’ICIJ. Il serait actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïmans par le biais de son holding financier Eurane.

(…)

The Guardian prend aussi soin de rappeler que «rien ne suggère que les personnes mentionnées sur ces listes aient enfreint la loi.

***

Ouais. Bien sûr. Les mêmes lois complaisantes, justement… C’est bien évident qu’elles ne sont pas enfreintes…

Et donc, toujours extraite de La Presse, voici  la citation de la semaine :

Ce «Who’s Who des paradis fiscaux», comme le baptise l’ICIJ, «montre comment le secret de la finance offshore s’étend agressivement dans le monde, permettant aux riches d’éviter de payer des taxes, nourrissant la corruption et les malheurs des pays riches et pauvres», souligne le consortium.

Ouais. Bien sûr. La même corruption qu’on voit étalée ici, également, au grand jour et grâce au journalisme d’enquête et la commission Charbonneau.

Cette même corruption qui, à l’instar des paradis fiscaux, privent les services publics – donc, les citoyens -, de montants faramineux.

Ouais. Bien sûr…

Et pendant ce temps, la classe moyenne croule sous les augmentations de tarifs édictées par des gouvernements obsédés par leur «déficit-zéro». Quant aux plus fragiles des moins nantis, le gouvernement Marois voudrait couper dans l’aide sociale. Côté travailleurs, le gouvernement Harper, lui, vise à couper dans l’assurance-emploi…

***

En Europe seulement, cette évasion fiscale à grande échelle – ce grand vol autorisé -, coûte «plus de 1000 milliards d’euros par an». C’est beaucoup d’hôpitaux et d’écoles… Ce sont aussi les moyens dont on aurait besoin pour combattre, mieux et pour vrai, la pauvreté.

Dans le monde entier, ce serait «20 à 30 000 milliards de dollars» qui seraient engloutis dans ces mêmes paradis fiscaux. Nul besoin d’ajouter le rôle des banques dans cette équation nauséabonde.

Indécent, vous dites? Un bel euphémisme.

Le Canada n’échappe évidemment pas à cette vague mondiale de gloutonnerie. Pour 2011 seulement, ce sont au moins 140 milliards de dollars qui auraient échappé au trésor public canadien.

Ah oui, j’oubliais. La date limite pour remettre nos rapports d’impôts est le 30 avril…

***

Un autre ouvrage éclairant sur ce grand vol organisé...
Un autre ouvrage éclairant sur ce grand vol organisé…

Sans compter que même les élus donnent un sens péjoratif à la contribution nécessaire aux services publics par les taxes et impôts. Ils le font en parlant en termes de «fardeau» fiscal tout en laissant des fortunes en impôts non payés dormir dans des «paradis» fiscaux.

Non par hasard, cela permet ensuite aux gouvernements de crier famine et de sabrer dans les services publics par manque présumé de fonds. Ce qui, invariablement, ouvre de plus en plus la porte aux services «privés» et à la tentation d’en retourner le moins possible au fisc.

Ce cycle que l’on peut aisément qualifier de néolibéral, il remonte en fait aux années Reagan-Thatcher. Le Prix Nobel et économiste réputé du New York Times, Paul Krugman, l’illustre et l’explique comme étant celui d‘une bête qu’on affame volontairement.

Nul doute que les paradis fiscaux contribuent copieusement à «affamer» les trésors publics. Et ce faisant, ils nourrissent les écarts qui ne cessent de croître entre les moins et les mieux nantis… Alors. ça vous inspire?

***

Enquête sur l’enquête…

Ce jeudi soir, l’excellente émission Enquête terminait justement sa saison sur cette même vaste enquête journalistique mondiale sur les paradis fiscaux. Le journaliste Alain Gravel la présentait en ces termes sur son blogue:

Il s’agit en fait d’un reportage tiré d’informations sur des activités financières secrètes d’une dizaine de paradis fiscaux, notamment les îles Vierges britanniques, dans les Antilles, et les îles Cook, au large de la Nouvelle-Zélande. Ce reportage provient d’une des plus grosses fuites journalistiques de l’histoire.

Radio-Canada, avec Enquête, fait partie de la trentaine de médias internationaux traitant les deux millions et demi de documents provenant de la fuite, en compagnie de médias aussi prestigieux que la BBC, Le Monde ou le Washington Post.

C’est une opération journalistique sans précédent.

Et mon collègue, à son tour, de noter que:

Le dévoilement des secrets bancaires d’individus, de compagnies ou de fiducies dans des paradis fiscaux est hautement d’intérêt public. Ce n’est pas d’hier que l’existence des paradis fiscaux fait scandale.

On se demande pourquoi la communauté internationale n’a pas encore tout fait pour les éliminer. Comment accepter que les plus nantis de nos sociétés réussissent en toute légalité (pas toujours) à placer d’importantes sommes d’argent à l’abri de l’impôt des pays d’où proviennent leurs revenus! La question est d’autant plus d’actualité que le monde occidental est touché depuis quelques années par une crise économique majeure où ce sont les plus vulnérables qui en font les frais.

***

(*) Le titre de ce billet se veut bien évidemment ironique…

 

 

Laisser un commentaire

Bonjour,

Bien sûr, alors que j’étais sur la route hier en avant midi, sur la Première Chaîne de Radio Canada surgit cette nouvelle qui,. en passant ne m’a pas fait « prendre le clos » comme y disent dans les régions éloignées et nationalistes. Simplement que dans cette « période de vide existentiel sur le plan des idées », l’information, cette grande inconnue a justement horreur du vide.

Tout comme disait Monsieur Jean Chrétien, cet habile communicateur qui « jouait la carte du populisme » pour consommation locale seulement dans ce Québec de nationalistes à fleur de chagrin, ce batailleur de ruelles affirmait ceci : un milliard de dollars, ça voyage vite ! Et tout ça pôur affirmer qu’avec les Paradis Fiscaux, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Et bien sûr, dans cette longue liste ( de ceux qui sont des ingrats ) , Samuel est absent ainsi que Baptiste le nationaliste car lui pour le vrai, il est pas riche en tant que Pure Laine.

Finalement pour tout dire, tous et chacun ont droit au Paradis fiscal lors de la triste Fin des Jours. Et en passant, Baptiste aussi y a droit et pour y arriver, celui ci doit cesser de chercher la chicane avec tous les autres qui ne sont pas des Pure Laine .

En conclusion, une citation de John Bull : Parlant de Paradis Fiscaux, ne pas oublier que notre Oncle Samuel est le surnom de nos voisins du Sud et que cet oncle richissime est tout le contraire de notre Oncle Mohammed ……… Ne pas confondre…….. Avec plaisir, John Bull.

Si les paradis fiscaux existent, c’est que les enfers fiscaux existent également.

Non mais quoi? Faudrait que les gens qui ont travaillé dur, pris des risques et qui ont fait des sacrifices se laissent tondre docilement sans mot dire? Et quoi encore?

Vous voulez vraiment, mais alors VRAIMENT mettre fin aux paradis fiscaux?

Alors, BAISSEZ LES IMPÔTS!!!

Simple, rapide et efficace.

Mais nâââoooonnn!

Trop simple. Pas assez compliqué.

Faut faire des commissions, des tables de concertation, des chantiers et obtenir un consessus.

Quelle bêtise ne faut-il pas lire !

Alors abolissons les taxes et les impôts. Tarissons toutes les entrées d’argent de l’État. Assurons-nous qu’il n’aura plus aucun moyen financier pour faire quoi que ce soit.

Si, aux intersections routiers les arrêts obligatoires ne sont pas respectés, abolissons-les ! Quelle stupidité !

Et qui paiera pour les routes, les écoles, les hôpitaux ? Qui s’assurera de réduire la pollution ?

Juste ces dernières décennies on a affamé l’État à un tel point qu’il n’était plus en mesure d’assurer l’entretien des infrastructures publiques. La société est confrontée à des coûts astronomiques pour éviter que les ponts et les édifices ne s’écroulent.

Pendant ce temps, les paradis fiscaux se multipliaient et la pire vermine financière internationale s’y précipitait. Les défenseurs de cette droite criminelle, comme le fut toute cette noblesse aristocratique d’antan, estiment qu’il faut revenir à la loi de la jungle où seuls les prédateurs les plus puissants peuvent prétendre au bonheur.

«Il y a plusieurs façons d’être con, mais le con choisit toujours la pire.»
[Frédéric Dard]

Vous lisez mal Denis: j’ai écrit « BAISSEZ LES IMPÔTS » et non « éliminez les impôts »!!!

Comme toujours, vous déformez les propos.

La courbe de Laffer…ça vous dit quelque chose? Hein?

Voici pour votre culture pernonnelle:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Courbe_de_Laffer

Vous vous en prenez à ceux qui font de l’évasion fiscale mais vous ne nommez que les « riches » qui ouvrent des comptes dans des paradis fiscaux en omettant de souligner les innombrables Québécois qui travaillent au noir (surtout en construction), qui trichent avec l’impôt, qui reçoivent du BS tout en tirant des revenus illicites et tutti quanti. Bref, les exemples pullulent.

Votre indignation est à géométrie variable et me laisse totalement indifférent.

L’État serait « affamé »??? J’éclate de rire Monsieur!

L’État n’a AUCUN problème de revenus. Nous sommes DÉJÀ les PLUS taxés en Amérique.

Par contre, L’État a un GROS problème de DÉPENSES. Nous sommes l’un des endroits les plus endettés de la planète et si ce n’était de la générosité de nos frères canadiens, nous serions en faillite totale depuis longtemps!

La courbe de Laffer n’existe que dans la tête du bonhomme et sur sa napkin, il n’a jamais pu faire la démonstration de ses prétentions. « L’expansion économique de la période « Bush II » a été accompagnée de baisses d’impôts massives… et d’une politique de crédit très généreuse des Chinois !!! » Pascal Ordonneau

Bonjour,

Il y a quelques années, tout en ne me souvenant pas de la provenance, une tarification fiscale était suggérée avec un taux unique de 10 % d’impôt à payer à la base pour tous les contribuables sans exemptions. Tandis que ce ballon, cette mesure fiscale était portée ici par Monsieur Mario Dumont de mémoire avec l’Action Démocratique du Québec. Des cris d’orfraies et de vierges offensées fusaient de partout dans le province tout en qualifiant cette mesure d’extrême droite. Tant qu’à moi, étant un fier partisan du Parti Libéral d’antan avec Monsieur Pierre Elliot Trudeau, ce fier socialiste tant méprisé par certains Pure Laine de cette extreme droite nationaliste du Quebec qui ( ignorent encore la gauche de la droite ), je ne peux ignorer mes origines et ainsi traverser la ligne du centre vers la droite. Ayant pris toujours partie pour la gauche dans ma prime jeunesse, en prenant des ans, je pus trouver une niche au Centre tout en ne traversant jamais la ( ligne menant vers la droite ) que je meprise totalement.

Enfin ! Cette mesure fiscale me semblait tout simplement juste si nous regardons aller le capitalisme de maintenant . Non, il ne faut pas se leurrer. Souvenons nous que les etats et le systeme etatique naquirent afin de proteger les citoyens entre eux Autres. Et que depuis toujours que la finance mondiale est de loin beaucoup plus puissante que le plus puissant des Pays avec les armes les plus destructrices…….. Que faire …….. Au plaisir, John Bull.

Depuis toujours les paradis fiscaux ruinent une des bases de notre démocratie libérale en évitant de payer les impôts qui financent notre bien commun. Aujourd’hui, on apprend que l’ampleur des fuites est énorme pour ne pas dire catastrophique et que les pays qui dénoncent, comme le Canada mais facile de l’autre coté de la bouche en ajustement la fiscalité pour le facilité cette fuite ! Ce n’est pas par hasard que le secteur minier se concentre essentiellement dans le meilleur pays du monde !

La révolution française et la révolution russe, notamment, ont réglé leur compte à une certaine société d’aristocrates qui se vautraient dans la richesse et l’opulence pendant que le reste de la société croupissait dans la misère, la malnutrition, l’absence d’éducation et des taux de mortalités infantiles abominables.

Si rien ne change on pourrait bien risquer de voir se reproduire la même chose au XXIème siècle. Et ce ne serait que justice planétaire.

«Le capitalisme ne donne pas ce qu’il a promis et donne ce qu’il n’a pas promis : la pollution, le chômage et – c’est le plus important – la dégradation des valeurs jusqu’au niveau où tout est acceptable et où personne n’est responsable»
[Joseph E. Stiglitz; Le Prix de l’Inégalité]

Votre comparaison avec la révolution russe: priceless!

Surtout lorsqu’on se penche sur les résultats de « staliniens cette dite révolution…

Le socialisme est un parasite qui a besoin d’un hôte, le capitalisme pour se faire vivre. Il tire sa subsistance de la différence entre votre salaire brut et vottre salaire net!!!

Je n’ai jamais parlé de ceux ou celles qui ont remplacé les vampires arisatocrates se servant de leurs esclaves pour vivre dans l’opulence.

Tout ce que je dis c’est qu’à un moment donné dans l’histoire des peuples écrasés, il y a un moment de bascule où toutes les règles antérieures sont balancées par-dessus bord. Si les capitalistes milliardaires continuent à s’enrichir au dépend du reste de la population, il se pourrait bien qu’ils subissent le même sort que les grandes aristocraties du XVIII et XIX siècles ont subi.

Encore une fois, cessez de faire dire aux autres ce qui fait votre affaire et faites preuve de moins de malhonnêteté intellectuelle.

«Comme le dit un jour un homme d’esprit, le cannibalisme fit place au capitalisme lorsque l’homme se rendit compte qu’il était plus rentable d’exploiter son prochain que de le manger.»
[Lytle W. Robinson]

Les riches s’enrichissent, c’est un fait mais contrairement à la propagande semée par mythologie gauchiste, les pauvres s’enrichissent également mais vous omettez de le mentionner:

http://www.antagoniste.net/2013/04/08/plus-dinegalites-mais-moins-de-pauvrete/

Pas demain le veille d’avoir une « révolution »!!!

Les riches ne s’enrichissent pas au détriment des pauvres. Tout le contraire! Ils entraînent les pauvres dans leur sillon (la maré monte pour TOUS les bataux!!!) et rien, ABSOLUMENT RIEN, dans un pays civilisé, n’empêche un pauvre de s’enrichir si toutefois il est prêt à y mettre les efforts et les sacrifices.

Je recommande fortement votre mentor (David) d’aller suivre des cours de statistique afin qu’il comprenne ce qu’est une corrélation au lieu de jetter des statistiques à tort et à travers.

Bonjour,

Tout en revenant sur mon commentaire d’hier concernant un taux d’imposition tout à fait fixe, disons de 10 % du revenu brut, je suis encore à me demander où certains y voient de l’injustice sociale et une mesure d’extrême droite comme cela se produisit au Québec il y a de cela quelques années. Ne nous fions surtout pas aux québécois et surtout en très grande majorité chez nos « nationalistes confus à l’extrême et sur toutte BEN ÉVIDEMMENT » afin de décortiquer des perceptions erronées car ceux ci sont par leur nationalisme éculé et revanchard des « erreurs de la nature de par leur invraisemblance atavique ». Et comme disent de vieux péquistes qui viennent de défroquer de la religion péquiste pour passer à « un peu plusse de vraisemblance », soit à l’Option Nationale soit en parlant de nos chers péquistes : « Y sont sourds d’une oreille et n’entendent point de l’autre ». Bien sûr, avec cette vieille expression consacrée du terroir nationaliste.

En effet, avec un taux fixe d’imposition sur le revenu brut de 10 % par exemple, le citoyen faisant un revenu de $ 50,000.00 brut se verrait imposé à l’ordre de 10 % en mettant du côté du passif les exemptions personnelles et les frais reliés directement à l’emploi tandis que ce serait exactement la même chose pour « l’ambitieux qui décide de « faire un million ou deux » en se voyant frappé d’un taux d’imposition de 10 % en enlevant les frais et les dépenses reliés directement à l’emploi . Autrement dit, l’ambition et la démesure des salaires serait frappées d’imposition fiscale à la mesure de tes ambitions, ce qui aurait l’heur d’être beaucoup plus équitable.

En outre, tout comme cette « gangrène » nommée politique ainsi que les « personnes morales que sont les sociétés et compagnies » ne sont pas nés de la CUISSE DE JUPITER. Car les compagnies, à numéro ou pas sont des « personnes morales » qui furent créées de toute pièces p;ar un génie « sorti d’une bouteille de coke » afin d’être des paravents, d’opaques rideaux pour cacher à la face de la plèbe les richesses incommensurables de certaines personnes dont les voûtes des banques suisses regorgent à craquer. Et posez vous donc pourquoi la Suisse ne fut pas victime d’agression lors des deux guerres ? Tout simplement parce que les maîtres de la guerre, soit tous ceux qui l’organisèrent vouaient un culte à ce fric « intouchable » tandis que la vie humaine, soit celle des Autres ne valait rien pour ces tenanciers du Pouvoir monétaire. Alors que la crasse du politique ne sert qu’à faire de l’esbroufe en s’agitant devant la plèbe pour lui « FAIRE UN SHOW DE BOUCANE » afin de permettre au VRAI POUVOIR de rester incognito et tout à fait dans l’ombre . En faisant croire à ce p’tit peuple que c’est grâce à lui que la « démocrassie » existe car cette plèbe décida de les « METTRE AU POUVOIR ». Ainsi, bien des québécois et des québécoises croient maintenant que c’est « Notre Dame de Béton » qui dirige le Québec de maintenant…………. BEN SÛR.

Finalement, pour la conclusion tout en me servant d’expériences de vie personnelle, après avoir été plus que trois fois millionnaire en 1987 à l’âge de 40 ans, j’eus cette ultime chance de me regarder aller en atteignant mon plafond de verre si personnel à soi , un peu comme de faire face dans une évidence CRUE à ses « PROPRES LIMITES ». En réalisant à la fin de 1987 à 40 ans que c’est bien par « manque d’amour de SOI » que j’en étais rendu à ce point. En ayant voulu être « UN PERFORMER » afin de VIVRE DU REGARD DES AUTRES que ceux ci portaient sur moi en me donnant de bonnes tapes dans le dos, en me disant « intelligent » etc, etc….. Ce que j’avais besoin pour devenir ce « QUELQU’UN » pour les Autres. Tout à fait heureux à 40 ans d’avoir eu cette prise de conscience qui me faisait « VIVRE PAR PROCURATION » en étant dépendant du regard des Autres sur mes performances et réussites financières. Afin d’y remplir un vide existentiel, soit celui de vivre au travers du regard que les Autres portent sut toi.

En conclusion, voilà pourquoi je n’ai aucune animosité, ni haine, ni jalousie teintée de rancoeur envers TOUS CEUX qui possèdent beaucoup de POUVOIR ET DE FRIC. Car ceux ci ont beaucoup besoin de TOUT ÇA pour être quelqu’un dans leur triste Vie. C’est malheureusement de cette façon que ceux ci essaient d’aller chercher dans le pouvoir et l’argent une façon de COMBLER UN VIDE INTÉRIEUR. N’oubliez JAMAIS QUE DES GENS HEUREUX, ÇA NE CONSOMME PAS ! Avec le bonheur intérieur, consommer est du superflu. Et aux sceptiques, ayant roulé en Porsche de l’année dans mon autre VIE tout en n’ayant plus « aucun temps pour CRUISER », croyez vous vraiment qu’un homme bien mis et avec du bagout qui peut se permettre des conquêtes féminines hebdomadaires a besoin d’une « PORSCHE POUR POGNER » ? Voilà pourquoi certains ont besoin de pouvoir afin de se valoriser, de faire de l’épate et d’emplir un vide existentiel, soit l’Amour de Soi. Et ce n’est qu’à ce prix de l’Amour de Soi, vous Autres les nationalistes québécois que nous pouvons arriver à « aimer les Autres »……… Au plaisir, John Bull.

On a le choix entre le paradis fiscal avant la fin de nos jours ou le paradis ordinaire…après, pas les deux.

L’article est complet et dit l’essentiel. Si la majeure partie des politiques des partis sert au pouvoir à servir une aristocratie financière et que cela est compris profondément par le peuple tout entier. Cette démocratie existante du libéralisme deviendra instable partout.

Que le gouvernement Marois lance une commission sur la réforme néolibérale des conservateurs sur l’assurance emploi et de son côté qu’il puisse paniquer en regard de l’augmentation d’assistés sociaux conséquence de la réforme Harper en allant vers une coupure d’assistés sociaux existants selon certains critères arbitraux afin d’équilibrer le budget pendant qu’à Québec comme partout des incitatifs fiscaux gouvernementaux privilégient les entreprises pour pousser leurs -investissements- et des emplois. Ces mêmes entreprises et actionnaires qui envoient leurs parts d’impôts dans les îles de l’évasion fiscale. C’est qu’il y a une quadrature du cercle politique centré sur l’inégalité sociale acceptée et hypocritement favorisée par les gouvernements.
Si donc la p.m Marois agit de la sorte comme vase communiquant d’Harper, nous savons qu’avec les Couillard, Legault, Trudeau ou Mulclair cela risque d’être du même acabit. Le gouvernement Marois ferait un certain ménage de la corruption et aurait équilibré selon les revenus la taxe santé résultat de la diminution de l’assiette fiscale et de la corruption sous les libéraux mais après comment ce gouvernement n’apparaît t’il pas comme celui des socialistes français sous la coupe des banques et des milieux financiers!

En attendant, tout comme L.Bouchard a accompagné les coupures fédérales à la santé sous J.Chrétien par ses propres coupures, P.Marois accompagne le saccage de l’assurance chômage sous juridiction fédérale d’Harper par ses propres coupures sur l’aide sociale. Principe de complicité politique et de vase communiquant cynique d’autant que les mesures Maltais ne sont pas plus optionnelles que celles du gouvernement Harper. Ces deux types de politiques se font sous la pression, l’intimidation. Si la politique Maltais est moins large que celle des conservateurs, elle n’en n’est pas moins réelle et intimidante. Et ce ne sont pas les propos maternants ridicules d’A.Maltais: -On ne va échapper personne- qui changent quoi que ce soit.

Le PQ largue la gauche souverainiste de nouveau ce qui indique que le PQ n’est pas sans faire penser à une sorte de gouvernement caquiste un petit peu plus nationaliste sans plus et effectivement plutôt proche de la droite de F.Legault.
Ce gouvernement étant minoritaire ça peut expliquer sa sensibilité caquiste inavouée en se rappelant néanmoins que sous L.Bouchard majoritaire, le gouvernement péquiste d’alors ressemblait à celui d’aujourd’hui. Donc, Justin Trudeau et son jovialisme multiculturaliste incessamment dans le décor et à droite inévitablement sur le plan économique selon la tradition libérale pendant que le NPD se rapproche du centre droit et que les bloquistes déjà affaiblis devront traîner le boulet d’un gouvernement minoritaire péquiste inégal. Quant au programme Couillard, les grandes lignes: privatisation accrue des services avec faux semblant d’assurance maladie et inscription dans le statu quo fédéraliste avec signature d’une constitution anti québécoise. Voici la politique réelle qui alimente l’abstention.

Il y a Option Nationale en construction.