Citation de la semaine: faire un chèque et «fermer sa boîte»?

Le lancer du coup d'épée dans l'eau.
Le lancer du coup d’épée dans l’eau.

C’est jour de ma «citation de la semaine». Aujourd’hui, elle nous vient courtoisie de Christian Paradis, le fidèle lieutenant de Stephen Harper au Québec :

«De là à dire « toi, le fédéral, tu fais un chèque et tu te fermes la boîte« , les gens n’achètent pas ça. Il y a une vision d’infrastructure qui doit être nationale. C’est toujours le même contribuable, mais les gens se fient à ce qu’il y ait une vision pancanadienne.»

Le ministre de l’Industrie fait référence à l’annonce du gouvernement Marois sur la création d’un comité pour évaluer le coût d’un certain nombre de «dédoublements» de dépenses créés par l’ingérence d’Ottawa dans les compétences du Québec.

Dixit Alexandre Cloutier, le ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes :

« Le gouvernement veut économiser et faire le ménage pour que les Québécois cessent de payer en double les services.»

Le tout faisant partie de sa soi-disant stratégie de «gouvernance souverainiste».

En réaction, Christian Paradis annonce que dorénavant, le gouvernement Harper se fera plus «volubile» et plus «combatif» face au gouvernement Marois et ce qu’il appelle son «comité de chicane»….

Quelques constats :

Hormis d’être pittoresque, cette citation de Christian Paradis montre surtout à quel point les conservateurs sont nerveux depuis l’«affaire Wright-Duffy». Cette «affaire» étant celle de la signature par le dorénavant ex-chef de cabinet de M. Harper – Nigel Wright – d’un chèque personnel de 90 000$ au sénateur Mike Duffy pour «rembourser» des dépenses que le sénateur n’aurait jamais dû facturer aux contribuables.

Depuis, les tuiles politiques leur tombent sur la tête les unes après les autres pendant que les enquêtes policières se multiplient du Sénat au bureau même du premier ministre.

Piquant du nez dans les sondages et ayant perdu leur image de chevaliers de la propreté, chez les conservateurs, on semble donc croire qu’une bonne bataille avec un gouvernement dit de «séparatistes» ne leur ferait peut-être pas de tort au Canada anglais ou chez les Anglo-Québécois séduits par Justin Trudeau.

Quant au gouvernement Marois, souffrant depuis plusieurs mois d’une chute vertigineuse dans les sondages, on semble aussi y croire que de brasser un peu la cage face au fédéral ne lui ferait peut-être pas de tort, non plus. Question de montrer aux militants qu’il tente au moins «quelque chose» face à Ottawa et de tenter de ramener au bercail quelques votes de souverainistes déçus de l’ensemble de son œuvre depuis l’élection du 4 septembre.

Or, au-delà de ces motivations passablement évidentes, il reste ceci.

À part de provoquer quelques vagues bâillements dans le ROC, cet épisode ne fera rien pour aider des conservateurs pris au cou par des allégations d’éthique trop élastique.

Si chiffrer une partie de ces fameux «dédoublements» dont on parle au Québec depuis Maurice Duplessis n’est certes pas une mauvaise chose en soi, il reste que ça risque de provoquer des bâillements équivalents au Québec. Pourquoi?

Primo : parce que Stephen Harper ne se laissera pas émouvoir par quelque chiffre que ce soit. En cela, il aurait d’ailleurs l’opinion publique anglo-canadienne de son bord, laquelle voit depuis longtemps le Québec comme l’«enfant gâté» de la fédération…

Secundo : parce que l’annonce du ministre Cloutier n’a rien à voir avec l’option souverainiste.

La question des «dédoublements» – ou des chevauchements – fait partie du paysage politique québécois depuis les années 1940. Tous les premiers ministres les ont dénoncés.

Pour les fédéralistes, la seule méthode efficace fut celle de Jean Lesage dans les années 60. Or, elle fonctionna essentiellement parce qu’il était face à un premier ministre fédéral libéral plus ouvert d’esprit sur ces questions – Lester B. Pearson.

Cherchant par définition à mieux faire fonctionner la fédération et à le faire au bénéfice du Québec,le premier ministre Lesage avait réussi à négocier avec Ottawa un droit de retrait pour certains programmes «conjoints».Il retirait aussi le Québec de certains programmes dits à frais partagés établis et obtenait en échange une compensation.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Pierre Elliott Trudeau en 1968, c’est plutôt le dialogue de sourds entre Québec et Ottawa sur cette question. Du moins, la plupart du temps. Personne ne pouvant forcer la main du fédéral, les complaintes du Québec se terminent souvent en queue de poisson.

Et côté souverainiste, il est évident que le gouvernement Marois – déjà aux prises avec un taux d’insatisfaction frôlant les 70% depuis plusieurs mois -,  ne convaincra personne d’épouser cette option ET/OU de voter pour lui pour l’unique raison d’«économiser» de l’argent. De surcroît sans le moindre petit référendum se pointant à l’horizon, tout cela est condamné aux petites oubliettes de l’Histoire.

Bref, plutôt que de s’occuper de son option et de redresser l’ensemble de sa gestion de l’État, ce gouvernement préfère multiplier les coups d’épée dans l’eau dans l’espoir de raviver la flamme vacillante de sa propre clientèle électorale traditionnelle.

Il faut dire qu’à entendre Christian Paradis faire semblant d’être fâché, fâché, il est loin d’être le seul à le faire…

***

Photo : F. Vachon / PC
Photo : F. Vachon / PC

Sur ce, je vous souhaite à tous et toutes une très belle Fête nationale!

Et surtout, à la lumière des révélations qui se bousculent à la commission Charbonneau, je nous souhaite de ne pas succomber aux plumes vinaigrées selon lesquelles LE Québec serait corrompu. Cette corruption, elle est le produit de plusieurs facteurs, dont l’aveuglement volontaire d’une partie de sa classe politique et de ses notables. Si l’on clonait la commission Charbonneau au fédéral et quelques autres provinces, qui sait si un constat similaire ne finirait pas un jour par s’y faire?

LE Québec n’est pas corrompu, pas plus que ne l’est LE Canada. Ces glissements routiniers et ses extrapolations répétitives sur LE Québec dégagent un parfum qui n’a rien à voir, mais vraiment rien du tout, avec l’analyse…

 

 

 

 

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

43 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Ce M. Paradis, fédéraliste pur et dur, a souvent l’air enragé…pauvre lui !

Au sujet de la jolie photo avec plein de drapeaux fleurdelisés, royaliste par ses fleurs de lys et religieux par sa croix blanche catholique, ce que nous verrons particulièrement à la Fête nationale, la Saint-Jean, il est assez incongru que la majorité de ces nationalistes, souverainistes, séparatistes, indépendantistes, autonomistes et nationalistes québécois, très majoritairement en faveur d’une république laïque inclusive, l’arborent sans en bien connaître la signification..

Votre entêtement à fendre les cheveux en quatre est remarquable. Les dictionnaires éthymologiques sont pleins d’explications sur des mots dont le sens et la signification n’ont pas cessé d’évoluer et de se modifier avec le temps.

Alors cessez de nous casser les pieds avec vos explications alambiquées que vous allez chercher dans les siècles passés. L’important est le sens que l’on donne aujourd’hui aux symboles comme aux mots et expressions. L’incongruité que vous dites observer, en fait elle vient de vous-même qui ne cessez d’aller chercher dans le passé des significations qui n’existent plus mais qui correspondent bien à votre pensée archaïque.

«Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage.»
[Proverbe]

FAUX!

Monsieur Bousquet a parfaitement raison: un symbole ne doit pas s’astreindre à entrer dans un quelconque moule qui fait notre affaire aujourd’hui (qu’en sera-t-il demain???) et être ainsi laissé à l’interprétation plus ou moins fantaisiste et capricieuse de gens incultes.

Un symbole représente des valeurs solides passées qui sont les phares de la cause qu’il représente et l’interprétation qu’en fait Monsieur Bousquet est conforme à la moralité et à la signification fondamentale que les ancêtres ont voulu lui donner.

En passant…c’est Maurice Le Noblet Duplessis qui nous a gracieusement donné notre drapeau national…

Z’êtes devenu un admirateur du père de la Grande Noirceur maintenant? Eh ben…

Monsieur Drouin a raison. Amusez-vous à calculer vos commentaires sur le sujet ici dans l’Actualité, à Voir et au Devoir pour ne nommer que ceux-là. Si c’est pas de l’entêtement je me demande bien ce que c’est. D’autant que votre interprétation sur la symbolique du drapeau est fausse comme bien des commentateurs vous l’ont reproché jusqu’ici.

Quant au lys comme symbole de la monarchie française, il est attesté à partir du XIIIe siècle (même si une légende le fait remonter à Clovis). Les fleurs de lys du drapeau québécois se distinguent de celles du blason royal français par leur couleur. Les premières sont blanches, la couleur du catholicisme, mais aussi celle du royaume de France sous les Bourbons, les fondateurs de la colonie. Les secondes sont dorées, la couleur des Capétiens directs. Même si elles ont été apposées sur le drapeau du Québec afin de rappeler l’époque de la Nouvelle-France, ces fleurs de lys blanches ne symbolisent pas pour autant un quelconque attachement du peuple québécois à la monarchie française. Le lys de l’héraldique, décliné en différentes couleurs selon les régions, s’est imposé comme symbole de la francophonie nord-américaine, du moment que la feuille d’érable devint un emblème pan-canadien.

Bonne Fête nationale à tous et toutes les Québécois(e)s !

Les péquêteux demandent à Ottawa de respecter les juridictions du territoire des vaincus, The Province of Kwibek. Autrement dit, les ronds-de-cuir à l’exécutif de l’intendance coloniale supplient le maître de ne plus s’ingérer dans les affaires de la cuisine et de la chambre à coucher des colons. Pathétique !!!

Il faut être deux pour danser le tango affirme-t-on fort justement. Même si plusieurs ne sont pas heureux, dont Mme Legault elle-même, de la performance du gouvernement Marois, il serait complètement stupide de laisser le fédéral envahir des champs de compétence provinciale sans ne rien dire. C’est évident que Paradis fait diversion pour détourner l’éclairage ailleurs que sur les dossiers chauds qui leur chauffent les fesses.

Le jour où une majorité de Québécois arrêtera de se comporter comme des colonisés, alors nous nous lèverons et notre affirmation déferlera irrésistiblement et les parasites fédéralistes devront changer d’hôtes.

En attendant, rien ne nous empêche de souligner dans la joie et l’ouverture notre fête nationale.

«Pour que le colonisateur soit complètement le maître, il ne suffit pas qu’il le soit objectivement, il faut encore qu’il croie à sa légitimité. Et pour que cette légitimité soit entière, il ne suffit pas que le colonisé soit objectivement esclave, il est nécessaire qu’il s’accepte comme tel. En somme le colonisateur doit être reconnu par le colonisé.»
[Albert Memmi]

Oui oui M. Drouin, nous comprenions très bien que le gouvernement actuel péquêteux veut faire respecter les juridictions provinciales, tout comme ont tenté de le faire de nombreux gouvernements fédéralistes statuquoistes dans le passé, notamment les gouvernements Duplessiste, Lesagiste, Bourassiste, voire même Lévesquiste. Pathétique !!!

IIl y a quelques mois, une journaliste québécoise, parlant de la présence de la corruption ailleurs dans le ROC, faisait justement remarquer que, primo, ce sont les journalistes d’enquête qui au Québec avaient attaché le grelot et que, deusio, ailleurs dans le ROC, aucune enquête n’était sérieusement menée par les journalistes. Il a même fallu que ce soit des journalistes québécois qui aillent en Alberta pour déterrer une affaire de demande de pot-de-vin de la part d’un employé municipal. Et depuis que les journalistes québécois sont revenus ici, c’est le silence complet. Bizarre n’est-ce pas !

«On ne saurait stigmatiser par trop d’expressions le vice de ces hommes souples et trompeurs toujours prêts à parler comme vous le voulez, non comme la vérité l’exige.»

[Cicéron]

Êtes-vous en train de nous dire que le Québec est aussi corrompu que le RDC???

Eh ben… Surprenant de votre part!

RDC ? Vous voilà maintenant rendu en Afrique. À moins que ce soit le Red Deer College …

«La culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale.»
[Françoise Sagan]

Bonjour,

Bien sûr, la vérité choque. Tout en étant un fier Canadien de centre gauche et fier Libéral du Parti Libéral du Canada ainsi qu’être libéral dans tous les sens littéraire du mot, je votais NPD a l’occasion parce que ces deux partis fédéraux étaient tout à fait centralisateurs en voulant le Canada avec un pouvoir central FORT. Voilà la gauche dans toute sa splendeur par un État Central fort alors que les partis d’extrême droite veulent tout à fait la DÉCENTRALISATION de l’État afin de l’affaiblir tout comme nos nationalistes québécois qui furent toujours de l’extrême droite sur ce plan. Car,il n’y a pas à dire, faire de la pédagogie avec cette gang de nationalistes est toute un JOB car nous devons partir de très creux, très mais très creux.

En effet, depuis les années 1940, ce sont toujours les nationalistes québécois qui ont toujours « dédoublé » LES POUVOIRS » . Toujours mais toujours avec ces braillards qui commencèrent par dédoubler par la Police Provinciale, soit la Sûreté du Québec ainsi que l’impôt provincial alors que chacune des autres provinces ne fait qu’un seul rapport d’impôt Canadien. Ensuite vinrent les allocations familiales, l’emploi et la main d’oeuvre, les soins hospitaliers et tutti quanti and name it…….Et toujours avec en plusse la pleine compensation financière dans tous les domaines et même beaucoup plus venant d’Ottawa. Souvenons nous des $ 800,000,000.00 millions de dollars Canadiens donnés pour la santé au Québec il y a une quinzaine d’années qui dormaient dans une banque de Toronto depuis deux ans alors que le premier ministre DÉSIGNÉ du Québec soit Monsieur Bernard El Latino Landry « savait » alors que des centaines de patients québécois mourraient sur les listes d’attente alors que d’autres partaient par pleins autobus se faire soigner aux États Unis il y a 15 ans. Tandis que les Médecins sans frontières arpentaient partout en long et en large les rues de Montréal à la recherche de grabataires et de miséreux laissés à eux mêmes et sans aucun soin. C’est ça la sociale « DÉMOCRASSIE » de nos péquistes à nous autres qui ne sont que rien de bon autre qu’à geindre et se lamenter contre Ottawa pour du CASH, rien que du CASH afin de faire semblant de jouer au pays.

En outre, Monsieur Christian Paradis horripile le Canadien que je suis mais celui ci a totalement raison face au braillage de nos nationalistes que Monsieur Pierre Elliot Trudeau avait dit en parlant des nationalistes du Quebec qui sont des ( QUETEUX montes sur un cheval ) soit pour faire encore plus queteux et mendiants en voulant la CHARITE et pour le mendiant ainsi que pour son joual qui a faim lui ITOU.

Par ailleurs, quelle sournoiserie de faire de la demagogie de la sorte avec nos amis de la bande de nationalistes. Alors que le Canada jouit de cette richesse de ses 34 millions de Canadiens en incluant les 8 millions de citoyens du Quebec, il est bien visible que le Canada aide grandement le Quebec par son aide providentielle de la perequation soit de cette aide sociale pour que le Quebec aie cette ALLURE. Alors que des dizaines de milliers de travailleurs du Quebec vont gagner leur Pain en Ontario et au Nouveau Brunswick, des centaines de milliers de quebecois partirent avec une claque pis une bottine pour aller vers cet OUEST mythique de la Colombie Britannique et ALBERTA.

De plus, alors que 44 % de nos amis du Quebec ne paient pas une maudite cenne noire en impot,, ce qui veut dire plus ou moins 3 millions et demi de pauvres, nonobstant les enfants et certaines personnes vieillissantes, il ne reste que plus ou moins que 3 millions de travailleurs du Qu/bec qui contribuent aux deux paliers fiscaux, soit Ottawa et Quebec.

En terminant, alors que certains nationalistes ingrats croient en donner ( PLUSSE ) au Canada que de recevoir, pensez vous vraiment vous autres de la bande de nationalistes que 3 millions de travailleurs du Quebec qui gagnent assez pour payer aux deux paliers fiscaux font vivre les 34 millions de Canadiens incluant ici dans cette province……. Ou si cela est l,inverse soit que ce soient les 26 millions de Canadiens qui gagnent des salaires plus substantiels et souvent de beaucoup plus payants qui aide les citoyens du Quebec pour BOUCLER les fins de mois… Avec plaisir, John Bull.

C’est certain que le reste de la planète vit des épisodes de corruptions, il y a des voleurs de banques au Québec au Canada et ailleurs sur la planète. Il y a a aussi des prêtres catholiques ailleurs qu’au Québec qui poignent les fesses des adolescents. Ce n’est pas une raison pour atténuer la corruption et ses effets dans notre propre patelin.Ce qui différencie notre société des autres c’est que chez-nous on érige une statue a la mémoire d’un des plus grand corrompu de notre histoire (Maurice Duplessis). Et c’est un parti qui supposément devait assainir ces pratiques de la corruption dans nos moeurs électoral qui soit l’initiateur de la mise en place de ce monument. Comment
voulez-vous qu’un peuple se débarrasse de sa culture de corruption avec cette glorification de la classe politique corrompu sur la place publique. En plus ce bon peuple est prêt a remettre le pouvoir entre les mains d’un parti qui a laisser faire une corruption qui a volé a ce bon peuple plus de 500 millions de dollars. C’est viscérale cette corruption au Québec et il faut arrêter de se mettre la tête dans le sable en prétendent que c’est pareil ailleurs. Levez-vous les enfants c’est Monsieur le curé, Monsieur l’inspecteur, Monsieur le ministre qui nous fait l’honneur de venir nous visiter! Bonjour Monsieur le Ministre!

Peut-être avez-vous raison. Mais j,en doute. Il est une chose que nous ne pouvons nier : si les journalistes d’enquête n’avaient pas été là, il n’y aurait pas eu ici tout ce déballement sur la corruption et la collusion. Et nous continuerions à vivre comme si ça n’existait pas.

Je suis incapable de penser que c’est juste au Québec où ce cancer existe. Si les Québécois et les Québécoises ont un défaut, c’est celui de l’auto-flagellation. Sauf à quelques occasions, la société québécoise n’a pas été la championne de la confiance en soi.

Nous sommes sans doute beaucoup trop nombrilistes en ce sens que nous croyons spontanément que si nous avons des problèmes, c’est certain que c’est juste nous qui les avons et qu’ailleurs tout est parfait. Mais c’est évidemment faux. Croire que les défaux moraux sont attachés à la race est bien la base même du racisme. Les colonisateurs mettent beaucoup d’efforts à amenr les colonisés à y croire. Ici, le conquérant britannique, soutenu par le clergé catholique, l’a fait pendant des générations. Sa réussite a été impresionnante puisqu’encore aujourd’hui un grand nombre de Québécois sont encore aujourd’hui convaincu que nous serons à jamais incapables de prendre en main notre destin en prenant toutes les décisions qu’une nation normale devrait être amenée à prendre.

Les racines de colonisés sont encore très actives chez bon nombre de Québécois. Ceux-ci sont donc complètement subjugués et ils sont inapables de s’imaginer voler de leurs propres ailes et préfèrent vivre comme des parasites. Parallèlement, ils sont très rapides à démolir toute notre société, étant entendu que seule la société des maîtres possède quelque vertue.

«La petitesse nous rassure, car elle exige peut, mais il n’en est pas ainsi de la grandeur, qui exige beaucoup.»
[André Pronovost]

La péréquation n’est qu’un pis-aller venant rétablir les incongruités, les anomalies et les invraisemblances du fédéralisme canadien. Si le Québec sortait de cette confédération absurde et innéficace, il ne s’en porterait que mieux.

La péréquation ne sert donc qu’à dorer la pilule à nos parasites à nos colonisés qui continuent à penser que c’est une bénédiction.

Quelle tristesse.

«Si tu te fais ver de terre, ne te surprend pas si l’on t’écrase d’un pied»
[Emmanuel Kan

Notre bonhomme serait bien en peine de nous expliquer la péréquation. Rien qu’à le lire on voit bien qu’il a de la difficulté avec les chiffres, ne serait-ce que ses statistiques farfelues. Cependant, dans son délire verbal, il nous démontre bien que le Canada est un pays déséquilibré. Pendant que le fédéral ramasse l’argent, les provinces sont prises avec tous les problèmes sans avoir les moyens pour les résoudre.

En tout cas, votre Parti québécois la comprend, lui, la péréquation et il semble y tenir beaucoup plus que la séparation…

Les adéquistes péquistes du gouvernement Marois et le gouvernement de droite entaché , de l’évangéliste Harper , sont pénibles a regarder aller . Le parti conservateur qui forme le gouvernement canadien depuis trois mandats semble avoir été une solution temporaire face a la » pénitence » que le ROC imposa au gouvernement corrompu du PLC celui de Chrétien et de son successeur par la suite . Avec le retour d’un Trudeau au PLC le ROC semble séduit par ce nom prestigieux du colonisé francophone par excellence au service de sa majesté . Le Canada n’est pas de droite autant que les conservateurs de Harper le sont et certainement pas aussi vertueusement religieux .

Tant qu’aux adéquistes souverainiste du gouvernement Marois ils cherchent de façon maladroite a préserver leurs appuis souverainistes de centre-gauche tout en voulant séduire le vote caquiste de centre-droit . L ‘ illustre Lafontaine n’avait -il pas une fable concernant le fait de courir deux lièvres a la fois !!!!!

Si je comprends bien, le gouvernement conservateur, tout en prétendant dénoncer la chicane, en prépare une de taille avec le gouvernement péquiste, en se frottant les mains d’avance de satisfaction, pensant faire oublier ses déboires éthiques, voire criminels, à sa base électorale. Il est en position de force vis-à-vis un gouvernement provincial très minoritaire et faible. Je ne sais pas ce que cette stratégie va donner. Elle peut aussi se retourner contre lui, je l’espère ardemment. Non pas que je sois favorable au gouvernement péquiste en place, mais je ne voudrais pas que le Québec paie le prix de sa faiblesse. Si nous devons nous retrousser les manches face à Harper, c’est pour le Québec et non pour le PQ. L’un n’est pas l’autre, même si le PQ aimerait que l’on confonde les deux.

Mais, M. Drouin, c’est sous le règne de Louis VII, roi des Francs de 1137 à 1180, que l’expression « fleur de lys » apparut et que les fleurs de lys d’or sur champ d’azur devinrent les armes de France et l’emblème spécifique de la royauté française jusqu’à sa déchéance, quand son descendant, le dernier roi de France, Louis XVI, a été guillotiné par ses sujets républicains, en 1 793. Ils ont alors remplacé les fleurs de lys par leur drapeau actuel, bleu, blanc et rouge sans cette figure héraldique royale, ce qui a été pris comme modèle par les Acadiens qui se sont rappelés, eux, que la royauté française était passée-date, depuis longtemps..

Si vous voulez rendre hommage aux successeurs de Louis XVI et au Pape, tout en excluant, de la Nation québécoise, tout ce qui n’est pas catholique et royal, le fleurdelisé, est parfait.

Vous avez parfaitement raison Monsieur Bousquet.

Le symbolisme du drapeau québécois est…curieux compte tenu du passé auquel il est rattaché.

De plus, il est bizarre et inusité de constater avec quelle loquacité Monsieur Drouin défend un symbole national qui nous fût donné par…Maurice Le Noblet Duplessis, père de la Grande Noirceur québécoise…

Monsieur Drouin serait-il soudainement devenu un grand admirateur de ce gardien du conservatisme?

L’histoire, une autre de vos faiblesses. Restreindre son commentaire à reconnaître la paternité du drapeau québécois à Duplessis, c’est court un peu. Quant on connaît les ruses politiques du bonhomme. Puisque vous ne l’avez pas fait alors voici:

« En choisissant de procéder par décret ministériel, Duplessis empêche tout débat en Chambre et met ses opposants devant le fait accompli. À cause de la force du mouvement en faveur du fleurdelisé, le fait de devenir le père du drapeau québécois sert ses intérêts électoraux, d’autant qu’il projette une élection dans les mois qui suivent. […]

Avant son adoption, il passe pour un drapeau « séparatiste » aux yeux de Maurice Duplessis, puisque ses partisans les plus fervents sont des nationalistes de l’école de Lionel Groulx. Mais, une fois adopté, le Premier ministre l’utilise en campagne électorale, en en faisant même « son » drapeau et celui de son parti, tant et si bien que lors de la campagne électorale de 1960, les libéraux de Jean Lesage « décor[ent] leurs estrades de banderoles rouges ornées de lys blancs et même de lys rouges sur fond blanc » plutôt que du drapeau du Québec. » Bouvier, Luc; http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-557/Drapeau_du_Qu%C3%A9bec_:_le_fleurdelis%C3%A9.html#2

Le symbole, la croix, à laquelle se réfère notre ami Bousquet, avant le troisième siècle de notre ère, était considéré comme un symbole de torture barbare. Devons-nous prétendre que ce symbole du christianisme est un rappel du barbarisme et de la violence ?

Si nous endossions votre raisonnement obtus, cher François 1, nous devrions décréter que le vocable « Canadien » ayant été à l’origine utilisé pour identifier EXCLUSIVEMENT les habitants du territoire connu comme étant celui de la Nouvelle-France dont la langue maternelle était le français et en plus qui étaient catholiques, donc le mot « Canadien » même au XXI ème siècle n’identifie pas les Habitants du pays connu sous le nom de Canada, qui sont de diverses origines dont britannique ?

Le raisonnement de Bousquet, que vous le vouliez ou non est un pur sophisme que vous François 1 n’êtes même pas en mesure de reconnaître.

Votre idéologie vous aveugle complètement tous les deux. Vous ne pouvez même admettre que la signification des symboles évolue au cours des âges, reflétant ainsi les changements profonds des sociétés.

Qui s’assemble se ressemble.

Bonsoir,

Bien sûr que Monsieur Gilles Bousquet frappe sur un clou qui fait mal à tous nos amis de la gang des nationalistes du Québec. Et n’oublions jamais que le Fleurdelisé est encore d’actualité en France car le Fleurdelisé représente le drapeau du Front National alors que l’extrême droite de l’Hexagone se drape dans le Fleurdelisé. Qui ne connait pas cette extrême droite du Front National en France dont les membres quadrillent les rues en hurlant la France aux Français. Toute cette bande d’irréductibles d’extrême droite qui ont « une peur bleue des ÉTRANGES » et sont tout à fait contre le port du voile dans l’espace public…….. Non, ce n’est surtout pas la gauche qui se promène avec un Fleurdelisé à bout de bras ou bien en guise de tunique…….. Merci Monsieur Gilles Bousquet de nous rafraîchir la mémoire qui vacille chez certains nationalistes qui ne veulent pas « sawouère mais juste craire que c’est autre chose »……. Avec plaisir, John Bull.

M. Bousquet ne frappe pas sur un clou qui fait mal. Il est tout simplement à côté de la « track ». Votre commentaire démontre tout simplement votre haine viscérale pout tout ce qui est Québécois francophone non fédéraliste. Le rapprochement que vous faites avec le PN de Le Pen est tout simplement lui aussi à côté de la « track ». Tous ceux de votre acabit, ils sont quelques uns à exprimer leur opinion sur ce blog le font comme s’ils étaient les seuls dépositaires de la vérité. Risible !

Décidément, vous en fumez du bon! Je vous l’ai déjà dit et je vous le répète : prenez le temps de vous documenter avant d’affirmer n’importe quoi.

D’une part, sous sa conception actuelle, le drapeau du Québec – appelé « fleurdelisé » – n’a strictement rien à voir avec le logo du Front national, lequel consiste en une flamme tricolore.

D’autre part, vous prétendez que « ce n’est surtout pas la gauche qui se promène avec un Fleurdelisé à bout de bras ou bien en guise de tunique » (sic). Pourtant, à l’occasion des manifestations étudiantes du printemps 2012 (composées de militants qui n’étaient certainement pas à droite), beaucoup de fleurdelisés flottaient au-dessus des foules.

Mais ça vous a échappé, sans doute. Comme bien des choses, d’ailleurs…

Parlant de « fête nationale », quelqu’un peut-il nous faire savoir quel évènement s’est produit un 24 juin dans l’histoire du Québec pour que cette date soit devenue une « fête nationale »??? Hein???

Je comprendrais que le 21 janvier la soit, notre « fête nationale » car ce fût la date où l’Union Jack a été remplacé par le fleur de lysée en 1948 par Maurice Le Noblet Duplessis, personnage héroïque québécois et père de la Grande Noirceur et auquel voue une grande admiration Monsieur Drouin, mais un 24 juin???

À moins bien sûr que cette n’ait été choisie que pour condamner une fête religieuse (la Saint-Jean-Baptiste) et la remplacer par un évènement bassement politique dévoué tout entier à la propagande séparatiste. D’ailleurs, moins de 15% des Québécois la célèbrent, leur « fête nationale »!!!

On pourrait appliquer le même raisonnement à l’Église catholique et affirmer qu’un bon nombre de ses célébrations (Saint-Jean-Baptiste; Noël; Toussaint; Pâques; etc.) ont servi à reléguer aux oubliettes des fêtes qui, de prime abord, étaient païennes.

Qu’une fête change de nom et de vocation selon l’endroit où elle est soulignée, c’est tout à fait normal, et les exemples à ce chapitre ne manquent pas. Il n’y a pas de quoi en faire un drame.

Bonjour,

Bien sûr, tout comme cette démonstration dans mon commentaire d’hier à 07.heure. 48, le Québec et ses nationalistes ont toujours « dédoublé » en chevauchant toutes les Mesures Sociales du Canada. Faut bien le dire, dans la foulée de « GAUCHE CANADIENNE » qui se permit par l’exemple de toujours tasser fermement à gauche le Québec et ses nationalistes de droite et d’extrême droite, surtout cette extrême droite nationaliste des années 1940 lorsque sévissait outre la droite du Devoir ce nationaliste enragé qu’était Feu Paul Bouchard et son journal « LA NATION ».

En effet, dans le début des années 1940, alors que cela prenait toute une police dite provinciale avec une Assemblée Législative dite nationale pour se mettre la charrue avant le beu, l’impôt provincial fut créé avec la bonne foi d’Ottawa. Soins de santé, assurance emploi pour créer Emploi Québec, en ayant dépensé des milliards et des milliards de beaux dollars Canadiens pour des maisons du Québec partout dans les monde un certain temps avant les drastiques coupures à ce niveau alors que la province de Québec s’amusait comme une « tite folle du logis Canadien » à jouer au pays en faisant le jars, en faisant les « FRAIS » avec pas une maudite cenne noire dans l’escarcelle qui leur appartenant.

En outre, afin que vous sachiez l’heure juste, vous Autres de la petite gang d’irréductibles nationalistes québécois qui ne lâchez « la patate » ou la pétaque selon le dialecte régional de votre province, souvenez vous lorsque Monsieur Stéphane Dion et votre fantastique Notre Dame en Béton qui obtint tous les droits d’Ottawa pour DÉCLÉRICALISER la province de Québec il y a plus ou moins 15 années maintenant alors que c’est fait depuis longtemps dans les autres provinces Canadiennes. Et presque en même temps suite à une entente avec Ottawa, tout l’argent des Allocations Familiales données au enfants jusqu’à 16 ans, et BEN OUI, les péquistes, tout ce bel argent d’Ottawa allant aux enfants s’est fait kidnappé ou plutôt à vrai dire « snappé » comme disent de nos nationalistes en région dans le dialecte local.

Par ailleurs, voilà pourquoi le Ministre Monsieur Christian Paradis s’insurge contre cet incessant gazouillis d’une volée d’alouettes en colère qui veulent dans le fond « inque du cash » tout en espérant se ramasser un plein panier de raisins de la colère pour servir de stimulus pour se fouetter les flancs avec la pauvre Cause qui gît « la pantoufle à terre » alors que la grande majorité des péquistes se branlent dans le manche..

En terminant, tous ces sparages de la gang des péquistes n’est qu’électoraliste et nous Canadiens le savons bien . Voilà pourquoi nous laissons braire en grande majorité du temps car nous savons bien que le Parti Québécois va de show de boucane en show de boucane depuis 45 ans en n’ayant jamais voulu de l’indépendance du Québec. Cette affreuse « PILULE » des lendemains qui déchantent servit en premier lieu de contraceptif pour faire avorter la Mère Porteuse du projet soit le RIN pour ensuite essayer de zigouiller tous les autres partis indépendantistes qui se pointaient le « boutte du nez » comme y disent dans le Québec de ses régions. Une maudite chance que le Parti Québécois pouvait compter depuis 45 années du fanatisme et du nationalisme aveugle de nos péquistes qui, faut bien le dire n’ont jamais trop finassé en étant si peu difficile dans leurs choix. Avec plaisir, John Bull.

Une autre » bullinade » aussi farfelue que la première. Quand on est » Proud to be canadian « , on prend le temps de lire sa propre constitution et l’histoire de son pays comme il faut. Ça lui évitera d’écrire autant de niaiseries. À mettre des milliards de dollars par-ci et par-là dans ses commentaires, on comprend maintenant, pourquoi il se plaint du faible rendement de ses placements.

John et Frank pourraient sûrement nous dire ce qu’il est advenu en faisant une reddition de comptes des $800,000,000,000.00 milliards du Québec donnés à Ottawa en impôts et taxes depuis le dernier référendum (de 1995 à 2013).

Non seulement cet argent nous a été retourné mais nous avons reçu EN SUPPLÉMENT plus de $9 Milliards PAR ANNÉE!!!

M. François 1, les Canadiens-français ont choisit le 24 juin, fête de Saint-Jean-Baptiste, qui a baptisé le Christ, il y a fort longtemps, dans le Jourdain, parce que c’était tout un modèle catholique à prendre, du temps du catholicisme mur-à-mur québécois, où nos ancêtres allaient en enfer s’ils manquaient la messe de chaque dimanche sans parler des péchés de la chair, jugés pires que le meurtre…minimum.

Nos traditions religieuses et autres se perdent. Qui s’en désole ?

La religion catholique fait intégralement partie de NOS traditions, même aujourd’hui.

Par quoi comptez-vous remplacer Noël? Pâques? Le Jour de l’An? L’Action de Grâces?

Les politiciens séparatistes, imbus d’impiété et anxieux de nous faire perdre plusieurs de nos repères religieux ont premièrement tenté de remplacer la Saint-Jean-Baptiste par la fête de Dollard-des-Ormeaux mais devant l’incrédulité du peuple (le personnage était loin d’être une croix de Saint-Louis!) qui a finalement dégénéré en farce nationale, ils ont tenté de réparer les pots cassés et ont donné dans la basse politique de propagande en nommant cette fête une fête « nationale » sans pour autant nous expliquer clairement en quoi cette date particulière nous représentait. Par exemple, la France fête la prise de la Bastille, les USA soulignent le jour de leur Indépendance et tutti quanti à travers le monde mais le 24 juin pour le Québec???

Expliquez-moi en quoi cette date est IMPORTANTE pour le Québec. Quel évènement d’ampleur mémorable s’est produit un 24 juin pour en faire une fête « nationale »?

Je crois que l’on a voulu lâchement masquer une fête chrétienne par de la propagande politique. Point! Et le peuple n’a pas suivi car aux dernières nouvelles, seuls 15% de la population la célèbre, notre fête « nationale ». Par contre, tous se souhaitent Bonne Saint-Jean!

Vous y tenez tellement à vos explications ! Faire remonter ça à l’époque du Christ, si tant qu’il a existé. Wow !

Mais si nous allions au delà de vos explication judéo-chrétiennes. Tiens, disons la nuit des temps où les humains commençant à remarquer les cycles saisonniers se mirent à les souligners en organisant des fêtes. Dison que nous évoquions les antiques fêtes soulignant le soltice d’été, ça vous dirait ?

Alors les chrétiens ont voulu « lâchement masquer » une fête payenne. L’arroseur arrosé quoi !

Avez-vous une autre joyeuse pseudo controverse à nous proposer. Tiens vous devriez proposer un sondage sur le sujet. Ainsi probablement vous pourriez identifer une autre «solide» majorité en faveur de l’une ou l’autre hypothèse de votre cru.

«Fais preuve de gentillesse envers tous ceux que tu rencontres, leur combat est peut-être plus dur que le tien.»
[Platon]

Je voudrais profiter de cette occasion du 24 juin pour souhaiter un très bel anniversaire de naissance à l’un de nos plus grands Premiers Ministres de l’histoire moderne du Québec, j’ai nommé Monsieur Jean Charest.

Oh et en passant, joyeuse Saint-Jean à TOUS les Québécois.

Patapouf un des grands Premiers ministres du Québec !!!!!!!!!!!

L’amour a des raisons que la raison ignore !!!!!

Oui, M. François 1, St-Jean Charest, priez pour nous, pauvres Québécois royalistes et contre la laïcité, selon notre drapeau fleurdelisé…amen.

Les conservateurs aussi bien aux états qu’au Canada, sont reconnus statistiquement pour êtres mois instruit et plus croyant. Quand on ne sait pas on se contente de croire.

Ici, le Québec n’y échappe pas. Nos conservateurs Québécois ont tendance à être fédéralistes et donc ils ont pratiquement les mêmes défauts. Se contentant de croire, et de se conformer ils sont de bons colonisés comme des Elvis Grattons soumis et ayant une piètre estime des sois se contentent en meute d’admirer les Etats-Unis plutôt que de faire pareil.

Depuis 3 ou 4 jours ces Québécois se prononcent sur la corruption de leur coin de pays, le drapeau de leur Québec et leur fête nationale. On les reconnaît bien par leur ignorance de l’histoire, leur crédulité et leur mauvaise foi.

Ils parlent de croix sur le drapeau de leur Québec et nous disent que si nous voulons être laïque il faudrait se débarrasser du drapeau, des clochers, des églises, bref un ultimatum comme s’ils voulaient défendre le droit à la religion. Ils sont en général contre l’islam puisqu’ils peur du terrorisme et qu’il l’attribuent à l’islam. Donc ils ne leur restent que leur catholicisme et le protestantisme qui est leur diable et sont pour les accommodements raisonnables. Ils se ridiculisent par leur ignorance. Des champions de l’incohérence.

De plus ce drapeau a comme père des conservateurs leurs ancêtres politiciens.

Ils n’ont pas fait leur secondaire ou ont trichés leurs examens. Ils ne savent pas que la croix une simple forme géométrique existe depuis la nuit des temps et qui est nécessaire en physique et en géométrie. Ce ne sont pas les religions qui l’ont inventé ils adoptés. La croix paraît sur au moins 31 drapeaux dans le monde, mais dans leur Québec il faut que ce soit religieux afin de pouvoir dénigrer leur voisins.

De la fête nationale ils sont encore plus ignorants. Que voulez-vous le Canada leur a caché leur histoire et comme conservateurs croyants ils ne le savent pas. La fête Nationale ; elle aussi existe depuis la nuit des temps. Elle est fêtée par la majorité des pays dans le monde.

Il faut ajouter que la corruption dans leur belle province de Québec que c’est leurs idoles politiques qui l’ont permis refusant de faire enquête. En aveugles ignares ils les admirent et leur souhaitent bonne fête.

Ayant tout pris en note ils recommenceront pour l’occasion l’an prochain à dénigrer leur frères.

« Les conservateurs aussi bien aux états qu’au Canada, sont reconnus statistiquement pour êtres mois instruit et plus croyant. » (sic)

Sugar Sammy disait à peu près ceci: les séparatistes gauchistes ont leurs diplômés universitaires…de l’UQUAM!

Et VLAN!!!