Cliché de la crédibilité du maire Vaillancourt

Selon Léger mise-en-marché (ma traduction), 57% des Lavallois n’ont plus confiance en leur maire, alors que 62% avaient voté pour lui il y a un an. On peut voir ici la trajectoire de la crédibilité du maire:

Note: cela fera plus mal en arrivant qu'en tombant !
Note: cela fera plus mal en arrivant qu'en tombant !
Laisser un commentaire

Parlant de corruption et de malversations possibles, voici un billet publié plus tôt aujourd’hui par Éric Valmir pour Radio France. Cela concerne la mafia en Italie. L’auteur se demande si seulement des enquêtes policières suffisent pour les contrer… Ça vous rappelle quelque chose ?

http://radiofrance-blogs.com/eric-valmir/2010/11/17/ignazio-cutro-entrepreneur-ruine-par-la-mafia-et-lache-par-letat-vend-ses-organes-sur-le-net/

Petite citation pour vous incitez à lire l’article : « D’un coté, un nombre d’arrestation à la hausse, la statistique est réelle, ce n’est pas une exploitation politique, mais sur l’autre versant, un volume d’affaire mafieux qui n’a jamais été aussi important. C’est le paradoxe, la Mafia n’a jamais été aussi forte. »

Ce qui est obscène, c’est l’ouvrier, le voteur, sur le haut de l’échafaudage, qui essaie de se retenir de rire aux éclats.

En bas, on peut apercevoir Charest ne voyant rien, occupé qu’il est à lire les conseils et recommandations d’un collecteur du parti libéral.

Laval (Ville de)
Région administrative : Laval

Taux de participation à la mairie : 35,7%

M.Vaillancourt à été élu avec 35% des voix. Le sondage n’est pas un retournement surprenant, c’est l’abstention qui aurait été élu en 2009!

Ce maire travaiillait en 1995 pour propagande Canada qui alors et encore aujourd,hui tente de détruire les pouvoirs de l’Assemblée Nationale du Québec et tous ses pouvoirs sur les municipalités en passant directement dans le financement des municipalités avec les impôts fédéraux . Ce système établit par les fédéralistes et la compicité de John Charest est pire que les commandites de John Chreetien .
Voilà pourquoi une enquête publique élargit est essentielle .
Pauline Marois à promis de tenir cette enquête aussitôt élue .
Je me souviendrai

La mafia veut moins d’État, et prospère par les privatisations et la déréglementation. Selon Roberto Salviano, écrivain italien et ancien journaliste, la mafia avance à la vitesse où l’État recule, et ne connaît qu’un guide : le plus de fric possible, et le plus vite possible. C’est tout simplement que la mafia est un « contre-pouvoir ».

M. Salviano exprime d’ailleurs sa frustration : « /…/ Dans n’importe quel autre pays, la liberté d’action laissée à une telle meute de tueurs aurait suscité un débat, une polémique, des réflexions. Au contraire, ici, on traite ce cas comme si ces crimes étaient liés à la nature d’une province considérée comme le trou du cul de l’Italie. » On croirait entendre M. Lisée en train de défendre la province de Québec contre certains journalistes de « Maclean’s ».

Bertolt Brecht avec sa pièce « La résistible ascension d’Arturo Ui » nous a montré le lien consubstantiel entre la mafia et le capitalisme. Le synopsis est celui-ci : » Lassé de ne pas pouvoir se tailler une part de la choucroute, Arturo Ui et ses gangsters déclenchent une guérilla urbaine afin de « protéger par la force si besoin » les commerçants et contrôler le Trust des choux à Chicago et Cicéro. » Cette pièce écrite aux États-Unis en 1941, au-delà des images du monde mafieux, évoque l’ascension d’Adolphe Hitler au pouvoir, au moment de la crise économique de 1929.

Avec cette pièce, on a le portrait d’un médiocre manipulé par les puissants de son époque et qui devient dictateur. Actuellement, au Canada, sommes-nous face à une « médiocratie » ? Ce qui semble surtout caractérisé nos politiciens, c’est la médiocrité.

La mafia est un capitalisme prédateur. En Italie, on a bien compris que pour lutter contre la mafia, on se devait de renforcer l’État. Ce qui oblige les citoyens à se tourner vers la mafia, c’est l’absence de programmes sociaux dans ce pays, l’absence du gouvernement.

Préserver la « social-démocratie » serait donc une bonne façon de lutter contre les organisations mafieuses.

PS à mon numéro deux :

Dans la partie supérieure, on distingue les membres du parti libéral.

Des pieds, essentiellement.

Vaillancourt je le savais fédéraliste mais selon ce qu’on apprend il en serait un des champions au Québec.

Mais c’est vrai qu’il a comme la parfaite bouille du colonisé.De plus ,il me semble menteur,il a donc tout ce qui faut pour être un champion.

N’oublions pas que ce ne sont ni Ménard, ni Auclair qui sont allés voir les journalistes, au contraire !

Qui donc ont fourni aux journalistes les informations à propos de cette rencontre « privée » entre ces personnes et Vaillancout ?

QUI ?

Soyez courtois svp. À quoi bon ridiculser l’adversaire sauf pour tenter de vous convaincre de quelque chose que personne d’autre que vou verrez.

Leçon d’humilité: Je vous propose l’histoire (vraie et vérifiable) de deux amis du PQ qui ont chacun obtenu un lucratif contrat du gouvernement, alors péquiste.

Le hic, en fait les hics, sont:
Les contrats avaient chacun leur livrable différent mais liés, étaient accordés par le même ministère et destinés aux mêmes utilisateurs et dans les même lieux ET LES DEUX SONT CONJOINT ET CONJOINTE!

Ouuuups!

@ Thomas B. – Demeules:

« La mafia veut moins d’État »???

Ben tiens…jamais on n’a autant parlé de corruption au Québec au grand dam de Monsieur Lisée d’ailleurs qui s’est jadis évertué à dénoncer le magazine MacLean’s qui avait dénoncé cette même corruption et le Québec est la province où l’État est le plus obèse en Amérique du Nord…

Il est beaucoup plus facile pour un mafiosi de corrompre UN politicien qui a accès à de nombreux privilèges monnayables que de tenter de corrompre DES entrepreneurs qui doivent, eux, répondre de leurs actes devant ses actionnaires et qui doivent payer de leur propre argent les affres de cette corruption.

Le politicien est à la tête d’un monopole étatique et il fait payer le passif de la corruption par les contribuables et ne met jamais en jeu son argent propre contrairement à l’entrepreneur privé qui,lui, paie de ses propres deniers.

Moins il y a d’État monopolitique et tentaculaire et moins il y a de corruption.

Bonjour,
Qu’il est navrant de constater avec quelle facilité en ce début de 21ème siècle qu’il existe un endroit sur la Planète ou une peuplade se lève d’un seul bond et sur la foi d’un ou deux commentaires entendus à la Tivi et gobe le tout comme un seul homme. En plus faire de ces amalgames boiteux pour essayer de se convaincre eux-mêmes de la crédibilité de leur démarche. Et sans aucun procès, et même s’il en avait un, les procès d’intention ont toujours gain de cause dans la perception populaire. Pathétique est ce levage de boucliers qui fait que l’Histoire se répète dans cette société qui se croit plus que distincte qui dans un passé pas si lointain faisait les mêmes amalgames en étant dévoré par leur nationalisme étriqué que le communisme sévissait dans les rangs des libéraux, les Rouges de l’époque. Aujourd’hui, dans le même pattern de pensée étroite, avec toujours la même étroitesse d’esprit, le couperet tombe avec la mafia qui infiltre le gouvernement quand ce n’est pas le crime organisé et les Hell Angels. Une vraie bande d’assiégés de partout qui font d’eux des VICTIMES qui en souffrent ainsi que le Québec à feu et à sang…..Et si un certain philosophe qui disait qu’un peuple qui a besoin de HÉROS ne mérite même pas d’exister ! Et pour en comprendre tout le sens, cette même peuplade pourrait facilement et d’un seul claquement des doigts tomber sous le charme et les vérités de n’importe quel maître chanteur ou manipulateur qui leur dirait pour les mettre dans sa petite poche arrière exactement ce qu’ils VEULENT ENTENDRE et l’affaire serait dans le sac….Au plaisir, John Bull.

@johnbull

♫ ♫ Viens
Un nouveau jour va se lever
Et son regard
Se moquera de l’autorité de César
Car les enfants
Défient les grands
Quand vient le temps

♫ ♪ Le temps des révérences
Le temps du long silence
Le temps de se taire est passé
C’est assez
Le temps des muselières
Se meurt dans la fourrière
Le temps de mordre est arrivé ♪ ♫

Jacques Michel

Ici, dans « la belle province » (territoire pour les vaincus, même si nous n’avons jamais été réellement vaincus), les tentacules de la pieuvre sont partout et ce n’est vraiment pas un accident.

L’État du Québec est systématiquement livré corps et biens aux prédateurs, pour mieux le démembrer, le déchiqueter.

Cela n’est que le prolongement du scandale des commandites, comme si le monstre tentaculaire amputé de quelques-uns de ses membres, n’en était que plus déchaîné.

Je me souviens, pour les fédéralistes, nous battre ne saurait être suffisant, il essaient de nous écraser, pour nous anéantir, nous, les irréductibles résistants!

Résistons, signons la pétition!

Présentement, ce ne sont pas les commentaires à la « tivi » qui déterminent notre action ce sont plutôt nos actions qui suscitent les commentaires, nuance.

Écoutez, regardez, pour voir le peuple souverain écrire en lettres de feu, sa jeune et prometteuse Histoire.

Pour ce qui est de la « crédibilité » de notre démarche, nous pouvons déclarer haut et fort qu’elle se déroule à la face du monde!

Nous sommes loin des méthodes scabreuses des mystificateurs qui squattent les parlements.

Même question que M. Campagna. Comment les journalistes ont appris le tout si ces réunions étaient privés?
de plus je constate que les rumeurs que tous circulent finissent par sortir un jour ou l’autre heureusement même que trop tard parce que ce sont les contribuables qui payent toujours en bout de ligne.
Il existe de ces gens qui ne savent plus laisser la place et par le fait même entravent la démocratie. remarquons que ce sont toujours les mêmes qui sont nommés à différentes commissions comme si le Québec n’avait pas d’autres gens compétents et honnêtes malheureux de voir ces gens de pouvoir s’accochés comme des BS au système. Ce sont ces mêmes qui approchent les jeunes parce que disant personne s’intéressent à la politique quand dans les faits ils ont même menacer tous ceux intéressés durant leur règne. Il est vrai qu’un jeune peut-être plus facile à manipuler pour continuer de régenr en roitelet.
On a rien vue car la pratique est généraliser au Québec voilà la raison de l’Écoeurement des gens on connait les fautifs mais le système les protègent.

@John Bull

Si autant de gens sont prêts à croire deux ou trois allégations faites à la tivi, c’est peut-être parce que… ils suivent les nouvelles!
Des terrains vendus à son avocat juste avant l’annonce d’un métro juste à côté à des contrats de déneigements donnés à son beau frère, la carrière politique de Gilles Vaillancourt a été jalonnée d’allégations de corruption. Alors oui, les révélations récentes ne sont pas vraiment une surprise. Quiconque de bien informé s’en doutait avant.
Ce qui n’est pas une surprise non plus, c’est que, dès qu’il y a enjeu de société, il y a toujours de ces individus qui vont se lever et planter « le Québec au complet » au lieu de simplement chercher à souscrire le problème. Le sujet de l’heure dans tout ça? Interchangeable. Et puis pourquoi régler quoi que ce soit quand on peut chiâler, mais en se plaçant au dessus de ceux qui chiâlent? C’est pas ça le plus beau?
Allons! Sentez-vous bien dan votre peau, c’est ce qui compte! Mais je préfère ceux qui ont des éléments précis à apporter que des vagues critiques sur des peuples au complet.
À votre santé.
Jean-François Trottier.

@François1

« Il est beaucoup plus facile pour un mafiosi de corrompre UN politicien qui a accès à de nombreux privilèges monnayables que de tenter de corrompre DES entrepreneurs qui doivent, eux, répondre de leurs actes devant ses actionnaires et qui doivent payer de leur propre argent les affres de cette corruption. »

Ils en reçoivent aussi les bénéfices! Et ce ne sont pas les contribuables qui se font refiler la facture, mais les clients! Et ton fonctionnaire, comme par magie, il n’a pas de boss? Personne ne surveille personne? Dans ton monde idéal, toutes les compagnies ont des actionnaires? Ça existe pas des PME?
Et ils veulent quoi, tes actionnaires? Un rendement, non? S’ils se font offrir un avantage (écoule mon produit dans tes chaînes de magasin et j’intimide tes concurrents), ils vont refuser? N’importe quoi!
Une chaîne de cinéma qui dit à son distributeur « tu ne distribue plus à cette chaîne-là ou je ne passe plus tes films », c’est déjà arrivé. Ça a pris une poursuite parce que, vois-tu, les actionnaires étaient bien d’accord. Une corruption donnant-donnant qui scrappe ton beau système dans ton monde idéal. Tu sais, la « main invisible du marché », elle fout quoi dans ce cas-là? Une fois un avantage indu donné à une compagnie, c’est drôlement difficile de le lui enlever..
Ton politicien croche, tôt ou tard, il se fera débarquer. Et faudra repayer. Regarde tous ces Libéraux grassement payés. 8 ans de système sans faille et faudra tout recommencer dans deux ans. Et rien ne garantit que le prochain politicien sera aussi corruptible.
À tout prendre, l’État a un rôle de régulation essentiel. Cet espèce de communisme à l’envers des Libertariens ne tient pas plus debout que l’autre.

Avec toutes ces personnalités politiques qui se «retirent temporairement» de leur fonction, on a l’impression d’assister à une séance collective de « politicus coïtus interruptus ».

Et ç’est chez nous !

Désolez, mais je trouve que l’administration municipale de Laval a tout de même été un exemple a suivre. Les services de base sont bien offert. Les grèves des employés municipaux sont évitées. Les policiers n’ont pas a faire de moyens de pression comme porter des pantalons de camouflages comme a Montréal et a Québec. La santé financière de la ville est saine. Je préfère rester a Laval avec ce maire que partout ailleurs au Québec.

Et…. a Montréal, ils doivent couper plus de 100 postes de policiers pour boucler leur budget, ce qui est une menace pour la sécurité publique….
Alors avant de juger, constater.

Il n’y a rien de plus beau et de plus magnifique que l’État. C’est tout particulièrement vrai lorsque cet État permet d’arrêter ces gens qui croient que le plus important sont les affaires, peu importe que cela brise des vies. L’État se doit d’éduquer le capitalisme prédateur et d’apporter la civilisation à la brute épaisse de l’avidité.

L’État est seulement une perle précieuse qu’il ne faut pas jeter aux cochons. Le problème n’est pas la perle, mais plutôt le cochon. Ce qui corrompt les humains, c’est l’individualisme, l’égoïsme, le manque d’empathie, ce n’est pas l’État.

C’est un peu normal que la mafia aime bien les privatisations et la déréglementation. Les privatisations offre à la mafia la possibilité d’une « prise de contrôle », et la réglementation est constamment un obstacle à leurs activités, même si les mafieux arrivent parfois à la contourner. Plus de privatisations, c’est moins de présence de l’État, et plus de gens livrés à cette organisation criminelle. Aussi, la mafia se nourrit de la « faiblesse » des gens qui ne croient pas justement en l’État.

La mafia affaiblit progressivment l’État jusqu’à ce qu’il ne soit plus capable de réagir, un peu comme un malade sur son lit de mort. La mafia, c’est la mort de l’État, et le citoyen livré à la brutalité des plus forts.

Il faut recommencer à croire en l’État. Il ne tient qu’à nous de faire de l’État quelque chose de bien. Sans l’État, pas de véritables souverainistes et pas de véritables fédéralistes !

L’État, c’est le sens du bien commun. Sans « ce sens du bien commun », on n’aura que des mafieux au pouvoir.