Comment Justin Trudeau perd peu à peu du terrain

À l’automne prochain, les libéraux risquent de perdre leur majorité, selon la dernière projection de Philippe J Fournier. Il se pourrait même qu’ils se retrouvent sur les bancs de l’opposition s’ils ne parviennent pas à convaincre l’électorat non conservateur de voter pour eux. Explications.

Photo originale : La Presse canadienne

Au cours de l’hiver, nous nous doutions bien que la saga entourant la poursuite de SNC-Lavalin et les pressions alléguées sur Jody Wilson-Raybould auraient des répercussions sur les intentions de vote. Mais bien malins sont ceux qui auraient prédit que cette controverse fasse plonger le PLC à ce point.

Les données de la plus récente projection fédérale nous indiquent que les libéraux de Justin Trudeau ont glissé à leur plus bas niveau depuis la création du modèle électoral fédéral à l’automne dernier. En effet, la projection du vote populaire basée sur les sondages fédéraux des dernières semaines place le PLC à une moyenne de seulement 29,9% au pays.

Voici la progression de la projection du vote populaire du PLC depuis l’automne dernier:


Notre mode de scrutin majoritaire uninominal à un tour n’est pas tendre envers les partis qui glissent sous leurs zones payantes respectives. Alors que les appuis libéraux avoisinaient 39% au pays à l’automne dernier, la projection de sièges pour le PLC s’élevait à une moyenne de 200 sièges – confortablement en terrain majoritaire (le seuil pour la majorité à la Chambre des Communes est de 170 sièges).

Toutefois, depuis le début de la controverse SNC-Lavalin, les libéraux ont glissé dans la projection durant huit semaines consécutives. Après un léger regain à la mi-avril, la projection moyenne de sièges est tombée à seulement 111 sièges pour le PLC – même l’intervalle de confiance supérieur n’atteint pas le seuil des 170 sièges:



Au Québec, les Libéraux sont toujours en tête des sondages, mais l’avance dont jouissait le PLC au Québec s’est considérablement resserrée – à la fois le Bloc québécois, les conservateurs et les verts semblent en profiter.

Alors qu’il était projeté à l’automne dernier que le PLC pouvait faire le plein de sièges au Québec et y remporter plus de 60 circonscriptions, la projection actuelle se situe plutôt à 42 sièges en moyenne – un total certes respectable pour le PLC, mais aussi nettement insuffisant pour compenser les pertes projetées ailleurs au pays.



Le soir de l’élection fédérale de 2015, le PLC avait complètement balayé les circonscriptions des provinces de l’Atlantique – un score parfait de 32 circonscriptions sur 32, un présage de la victoire majoritaire qui allait se confirmer quelques heures plus tard.

Jusqu’au milieu de l’hiver 2019, les Libéraux semblaient toujours favoris dans les provinces de l’Atlantique, mais les récents coups de sondes nous indiquent que les conservateurs et les verts ont progressé auprès de ces électeurs. Résultat? Le PLC voit sa projection de sièges piquer du nez de 28 sièges en janvier à 13 sièges (en moyenne) au début mai:
Néanmoins, c’est en Ontario que la baisse du PLC combinée à une hausse des Conservateurs fait le plus mal à Justin Trudeau. Rappelons qu’en 2015, le PLC avait raflé pas moins de 80 des 121 circonscriptions ontariennes. La plus récente projection fédérale coupe ce total de près de moitié, à 42 sièges en moyenne:



En analysant froidement ces chiffres, il devient de plus en plus difficile de concevoir un scénario où Justin Trudeau remporterait une deuxième majorité consécutive. Rappelons qu’en 2015, la victoire « décisive » du Parti libéral du Canada fut une récolte de 184 sièges, soit seulement 14 de plus que le seuil pour une majorité. Pour y arriver, le PLC avait dû balayer les provinces de l’Atlantique, enregistrer le plus grand total de sièges libéraux au Québec depuis 1980 et conquérir toute la ville de Toronto ainsi que plusieurs des banlieues du 905. Ainsi que les 7 circonscriptions de la région de Winnipeg et une récolte de 4 comtés en Alberta.

Évidemment, comme l’indique les données de la projection, non seulement les Libéraux risquent de perdre leur majorité, mais ils pourraient bien se retrouver sur les bancs de l’opposition s’ils ne parviennent pas à convaincre l’électorat non conservateur de voter pour eux.

Et avec les appuis du Parti vert du Canada évalués à près de 10% au pays, Justin Trudeau a certainement de quoi s’inquiéter d’une fracture du vote au centre et centre-gauche de l’échiquier politique.

Dans la même catégorie
11 commentaires
Laisser un commentaire

Pourquoi Justin Trudeau perd du terrain à cause de la mauvaise presse des journalistes québécois qui comme tout bon Québécois qui se respecte poignarde les siens dans le dos. Typique des jaloux qui voit l’un des siens réussir

Répondre

Euh! vous n’ avez sans doute pas lu la presse anglophone ! C’est deux fois pire !!!

Pas besoin des journalistes du Québec. Justin Trudeau se poignarde lui-même dans le dos depuis qu’il est premier ministre.

C’est sur son bilan environnemental que Justin Trudeau se fera battre. Les GES ont augmenté au Canada, depuis son élection, alors qu’il se faisait un gloire de remettre le Canada sur les rails en signant les accords de Paris et en proclamant : « Canada is back again ! » Il a acheté le pipeline Trans Mountain et il ne cesse de soutenir l’industrie pétrolière par des subventions. Où sont ses belles paroles ?… Ses bottines ne suivent pas ses babines !!!

Répondre

La victoire des Verts hier à Nanaimo-Ladysmith confirme la tendance. Trudeau est le pire ennemi des libéraux et le meilleur ami des conservateurs avec ses promesses non tenues et sa langue fourchue sur la question environnementale alors qu’il prêche pour la taxe sur le carbone et en même temps achète un oléoduc avec l’argent des contribuables…

Répondre

Ce que je retiens du PLC , c’est qu’ il a fait déficits par-dessus déficits alors que l’économie allait bien ! Qu’ il a donné un beau demi milliards à Radio Canada qui se vautre dans l’opulence éhontée ! La seule réalisation de ce parti qui me saute aux yeux est la loi sur le cannabis domper aux provinces !! Pour le reste scandales et pleurnichage à tout vent!

Répondre