Comment Philippe Couillard en est venu à être obsédé par la décarbonisation

Chaque fois qu’il prend la parole, c’est pour parler de lutte contre les changements climatiques et de réduction des gaz à effet de serre.

Photo: Christophe Petit Tesson/EPA/La Presse Canadienne
Photo: Christophe Petit Tesson/EPA/La Presse Canadienne

Robert Bourassa a eu sa Baie-James; Jean Charest son Plan nord; Philippe Couillard veut léguer aux Québécois la décarbonisation du Québec.

C’est presque devenu une obsession. Chaque fois qu’il prend la parole, c’est pour parler de lutte contre les changements climatiques et de réduction des gaz à effet de serre.

Dans quelques semaines, le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, présentera la nouvelle politique énergétique 2016-2025 du gouvernement, et vous pouvez parier que la conférence de presse sera flamboyante, avec projections multimédias et un aréopage d’invités, tous plus verts les uns que les autres.

Philippe Couillard veut être vu comme un visionnaire, dit-on dans son entourage. Il veut être celui qui aura assuré la conversion du Québec vers une nouvelle économie plus propre. Et sa stratégie énergétique en sera le reflet.

«Cette politique va marquer un tournant; une page qu’on tourne et pas qu’à moitié; une page qu’on tourne véritablement», affirmait Philippe Couillard, devant l’Association de la production d’énergie renouvelable, à Québec. Cela explique en partie son aversion pour l’exploration d’Anticosti.

«La décarbonisation, c’est quitter progressivement le monde du pétrole pour gagner le monde de l’avenir», se plaît à dire le premier ministre. Mais que retrouvera-t-on dans cette stratégie? On misera d’abord sur les énergies renouvelables comme l’hydroélectricité, l’éolien et la biomasse.

Il y a peu de doute qu’on relancera le volet des petites centrales hydroélectriques comme celle inaugurée à Val-Jalbert, en mai 2015. Philippe Couillard avait alors été clair: «Il est fort probable, je dirais quasi certain, que le versant de production d’énergie communautaire va faire partie de cette stratégie».

Puis, on tentera de donner un nouvel élan au «développement éolien réfléchi». Fini la production d’énergie au-dessus de la valeur marchande. Il faudra désormais développer des parcs éoliens à valeur ajoutée, sans impact sur l’environnement. L’un des premiers projets sera sans doute celui des Îles-de-la-Madeleine.

«Il y a un projet d’appel d’offres qui sera relancé, promet le premier ministre. Vous savez qu’ils brûlent du diésel en grande quantité et il faut s’assurer de faire cette transition-là».

Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, travaille aussi à l’élaboration d’une norme ZEV (Zero Emission Vehicle), semblable à celle adoptée par la Californie et d’autres états américains.

Dans sa politique d’électrification des transports, Québec s’est donné comme objectif 100 000 véhicules électriques sur nos routes d’ici 2020. L’ennui, c’est qu’il n’y en a que 7 500 actuellement, malgré les incitatifs offerts à l’achat. La solution serait donc de forcer la main aux concessionnaires automobiles «pour qu’il y ait une offre», disait Philippe Couillard en décembre dernier, à Paris. «S’il n’y a pas d’offre chez les concessionnaires, on peut comprendre les gens de ne pas faire d’effort supplémentaire», ajoutait-il.

Et Québec pourrait aussi permettre aux citoyens de combler eux-mêmes leurs besoins en énergie, comme le fait actuellement le Vermont. Il leur suffirait d’installer des panneaux solaires sur le toit de leur résidence, d’emmagasiner l’électricité grâce à des piles et de revendre les surplus à Hydro-Québec. Une forme d’affranchissement de l’État, dit Philippe Couillard, dans une formule un peu ésotérique.

«Dans cette circonstance qu’on connait actuellement où les gens vivent une certaine aliénation par rapport aux gouvernements, cette question de la prise de pouvoir des citoyens sur leur destinée et sur leurs choix est bien essentielle», affirme-t-il, sans épiloguer davantage.

Mais le grand défi sera d’arrimer cette vision avec l’économie. Philippe Couillard insiste sur un mot: cohérence. «On ne peut pas avoir d’une part une politique de lutte contre les changements économiques, une politique énergétique, puis une politique économique sans liens étroits les uns avec les autres, et sans que l’un ne renforce pas l’autre», soutient-il.

Or, des décisions passées de son gouvernement et de son parti reviennent constamment le hanter. Comme celle d’avoir autorisé la cimenterie de Port-Daniel, en Gaspésie qui, avec ses deux millions de tonnes de GES par année, sera l’entreprise la plus polluante du Québec.

Et plutôt que de marquer une coupure avec l’ère Charest, Philippe Couillard persiste à soutenir que l’exploration d’Anticosti a été décidée par le gouvernement de Pauline Marois.

Pour illustrer l’importance de la mission qu’il s’est donnée, le premier ministre disait cette semaine à l’Assemblée nationale: «Où sont les défenseurs des milieux naturels dans cette chambre? Il n’y a que moi; il n’y a que le Parti libéral du Québec. L’histoire le retiendra…»

[brightcove id=’4639645671001′ width=’800′ height=’450′]

Dans la même catégorie
25 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Bonne article … Le contenu résume la situation actuel et souligne les grandes orientations de sa vision. Ce qui me laisse interrogatif, c’est l’incohérence qu’il nourrit a travers les actions qui cible sa propre vision. Comment justifier le partenariat avec Peujeot, Exagones, quand ce dernier oeuvre du coté High-tec F-1 et que sont bilan financier est a la limite de la fermeture.???????????? C’est pas d’une F1 et performance qui va aider TM4 a batir le parc de 300K
voitures et favoriser les taxis et Uber a s’inscrire a la politique ZEV qu’il veut mettre en place.
J’ai déjà figurer que les Québecois mettre de l’avant un mécanisme de développement économique régionale …
qui cible que chaque propriétaire produise 50% de ce qu’il consomme annuellement dans sa propre cour a l’aide d’énergie renouvelable combinée et adapter a son environnement. A mon avis c’est son manque de Leadership et son EGO et le culte de l’opportunité qui cloisonne sa vision et ses actions. Partager sa vision et devenir le messager de l’avenir c’est dans ses cordes, mais pour ce qui est de s’entourer et faire preuve efficacité dans ces dépenses.
Il est plutôt nul et peu talentueux pour un homme qu’on dit intelligent … !.

On ne doit pas écouter les même nouvelles. À chaque fois que je l’entend, c’est pour nous parler d’austérité (sans coupures de services) ou pour défendre ses ministres qui ne sont pas toujours compétents, tel celui de l’environnement…

La plupart des politiciens espèrent laisser leur marque.

Couillard n’est pas un imbécile et il a peut-être fini par comprendre que le Québec est foutu économiquement et qu’il ne peut y faire grand-chose compte tenu des rapports de force en place. Le système de santé implose et dans quelques années devrait prendre jusqu’à 70% du budget (…), l’éducation ne vaut guère mieux et les garderies suivront sans doute. Nos infrastructures tombent en ruines, la branche judiciaire se meure dans les délais, Bombardier est en faillite, etc..

Alors mieux vaut essayer de changer de sujet…

Alors il se rabat sur une cause sur laquelle il pense encore avoir un certain ascendant.

Pauvre homme!

Il est obsédé de lui-même. Les hydrocarbures, même si on souhaite s’en débarrasser, nous en avons besoin pour un bon bout de temps encore. Il faut être réaliste. Et son approche est non seulement incohérente mais hypocrite. On le verra bien dans le dossier de l’oléoduc. Les sables bitumineux , ce n’est certainement pas une industrie environnementale. Mais il préfère que cela se passe ailleurs. Foutu narcissique.

Autre petit point: quel est le % de la pollution mondiale engendrée par le Québec? MOINS de 1% si je me souviens bien…

Le GROS problème, c’est en Chine qu’il se trouve.

Pourquoi alors pénaliser économiquement tout le peuple québécois, déjà l’un des plus pauvres en Amérique, pour prétendument réduite notre pseudo- pollution d’une fraction de 1% surtout lorsque l’on voit ce que l’État fait de notre « Fonds Vert »!!!

Le Climategate, ça vous dit quelque chose???

Pauvre de lui complètement déconnecté de la réalité ! Le pire premier ministre de toute l’histoire du Québec!

On dit Mme Marois. C’est difficile de modifier ses manières de malotru (nom masculin singulier; personne mal éduquée, qui a des manières grossières).

Comme Paul, dans un ouvrage biblique, Philippe Couillard s’est converti. Mais à quoi au juste?

Je trouve votre titre un peu provocateur et ce, dans le mauvais sens.
Pouvons nous pas, pour une fois, encourager cette prise de position qui ne peut être que bénéfique pour notre environnement à long terme?
Pouvons-nous pas, pour une fois, être fière d’avoir un homme d’état, un visionnaire, à la tête de notre province?
Pouvons-nous pas, pour une fois, félicité le courage de cette homme de prendre cet enlignement controversé pour les générations futurs?.
Pouvons vous pas, pour une fois, dire à notre premier ministre Bravo et Merci de veiller à nos intérêt commun et de ne pas seulement dirigé que pour les prochaines élection?
Moi entuca, c’est ce que j’ai le gout de lui partager!
Merci Monsieur Couillard

C’est bien beau sa prise de position sur Anticosti mais à la condition qu’il dise NON au pipeline Trans-Canada et à tous les autres projets de fracturation sur tout le territoire québécois ! SINON…..ce n’est que du spectacle !

J’ai beaucoup de difficultés à accepter les subventions à l’achat de voitures électriques et hybrides alors qu’on décourage au Québec l’utilisation des motos. Au Québec les coûts d’immatriculation des motos sont astronomiques et totalement injustes et injustifiés. Une moto consomme beaucoup moins de carburant en ville et surtout sur la route que les autos hybrides. Certains scooters font 1 à 2 litres au 100 km et sont utilisés beaucoup dans le reste du monde comme moyen de transport en ville et même sur la route.
Il y a des moyens efficaces pour réduire consommation inutile de carburant comme les ronds points au lieu des feux de signalisation qui bloquent souvent inutilement la circulation, combien de fois sommes nous arrêtés à une intersection alors qu’il n’y a personne dans l’autre direction. Une auto dont le moteur tourne au ralenti consomme beaucoup de carburant inutilement et pollue plus qu’à vitesse de croisière.
Ce n’est pas en n’exploitant pas nos ressources pétrolières (si on peut le faire sans endommager l’environnement) que l’on va faire diminuer la consommation de carburant et la production de gaz à effet de serre mais plutôt des mesures assez simples comme des taxes sur la cylindrée des véhicules, favoriser l’utilisation des motos et des vélos et l’installation généralisée de station de recharges pour les véhicules électriques par hydro-québec.

Bien d’accord avec vous Jacques, vive la moto 🙂

Malheureusement on est arriéré, ça va prendre encore des études et bien du temps pour nous donner accès aux voies réservées, et encore là aux dernières nouvelles il va falloir être deux sur la moto!!!!

Quant à la circulation interfile (maintenant possible en Californie) peut-être dans le prochain siècle…

Je suis tout à fait en en harmonie avec notre premier ministre, » NOUS CHANGEONS, OU NOUS ALLONS DISPARAITRE… »…! Il n’y a pas d’alternative…Je sais que c’est drastique, mais nous sommes malheureusement déjà allés trop loing !

Phillippe Couillard s’ empêtre dans les faits ! Il parle des 2 côtés de la bouche ! Quelle mouche l’ a piquée? Il se prépare à renier la signature du Québec pour des raisons que personne ne comprend!

Au nom de la décarbonisation future de la province de Québec ; il s’ apprête à nous faire payer des dédommagements énormes à son partenaire dans le développement d’ Anticosti !

Il est complètement sur une autre planète tout cela pour satisfaire un ego incommensurable ou bien peut-être pour protéger des investissements locaux! En effet 25% de la superficie de l’ île est la propriété d’ une pourvoirie pour richissimes étrangers qui viennent à la chasse et à la pêche au saumon ( donc Porter lorsqu’ il parle d’ Anticosti , ne parle pas à travers son chapeau ) sont acceuillis par un groupe spécialisé en tourisme unique et dispendieux! Donc qui est le président de ce groupe? C’ est nul autre que M. Dutil du groupe Canam Canac en Beauce qui ont le sait a beaucoup d’ accointance avec le parti libéral !

Je m’amuse, techniquement parlant, avec des panneaux solaires à mon chalet. Je n’en ai pas suffisamment pour produire le quart de mes besoins, mais juste suffisamment pour l’éclairage aux lumières DEL, avec des batteries pour accumuler l’énergie. Comme je suis technicien en électronique/électricité, je n’ai pas de difficulté à régler les problèmes fréquents. Alors, j’imagine mal le commun des mortels avec un arsenal solaire sur le toit de sa maison et les contrôles électroniques à l’intérieur. Et l’hiver, oubliez ça avec la neige qui colle aux panneaux. C’est pas tout le monde qui va grimper sur sa toiture pour dégager.
Et les voitures électriques, c’est la même chose. Avant qu’elles ne soient vraiment efficaces pour être assez chaudes à moins 25C pour aller travailler et revenir, je ne vois pas d’issue avant bien des années encore. Alors, le pétrole, on en a besoin encore pour bien des années. Reste à savoir de quelle façon on va s’en servir . Est-ce qu’on va continuer à l’importer à coups de dizaines de milliards par année de la Saoudite Arabie (de monsieur Couillard) ou bien le produire nous même de façon correcte ici, chez nous ?

Monsieur Couillard, a sabré les budgets au ministère de l’environnement , malheureusement, il a beaucoup de travail à faire avant d’être crédible dans ce domaine.

Il faudra que le premier ministre Couillard nous explique clairement sa politique ! Mais bien sûr il faudra qu’ il commence par l’ expliquer et surtout la vendre à ses députés qui en passant représentent les électeurs de leur comté respectif ! D’ autant plus qu’ il incite comme représentant d’ une nation tous citoyens à ne pas respecter sa parole ! C’ est indécent !!!

Très bon article,
Mais n’est-il pas surprenant d’entendre les commentaires actuels de M. Couillard sur les hydrocarbures. Probablement que la poignée de main d’AL Gore à Paris y est pour quelque chose.
Il faut qu’il prépare son après passage en politique…

Quel désastre ce Couillard ! On veut du réchauffement, le carbone c’est la vie, l’énergie bon marché ce qui nous a permis de nous en sortir !

Alors mon Pierre prend une bonne bouffée de CO2 et tu verras comment ta vie va être meilleure ! Ou déménage à Manille ou encore à Pékin pour voir les effets agréables de la pollution atmosphérique causée par la combustion des hydrocarbures ! Wow, tout un avenir à moins qu’on soit des végétaux !

Obsédé vous dites ? C’est le temps que quelqu’un monte aux barricades ! La terre est devenue une vrai boubelle de détritus humains. Anticostie ou ailleurs, l’utilisation et la production de pétrole est une obscénité ! Si on ne réagit pas bientôt et bien nous allons tous crever carbonisé au CO2. Jettez un coup d’oeil en Chine ou ailleurs bande cons !