Commission Charbonneau : le monde à l’envers

Le témoignage de l’ex-président de la FTQ-Construction, Jean Lavallée, à la commission Charbonneau a donné lieu a un véritable renversement des règles de la logique. 

L’ordre naturel des choses est supposé aller ainsi : les chanteurs pop se font prendre en photo torse nu sur la plage et les gens qui trempent dans des affaires louches se font croquer le portrait au poste de police.

Or, qu’avons-nous vu cette semaine ?

Justin Bieber au poste de police (espérons qu’Eugenie Bouchard aime les mauvais garçons)…

bieber

… et Tony Accurso «en bedaine» sur la plage avec son ami Jean Lavallée, de la FTQ.

140120_ai7hb_jean-lavallee-accurso_sn635
Jean Lavallée, au centre sur la photo, entouré de Joe Lombard, président d’Alouette, et de Tony Accurso. (Photo : CEIC)

C’est le monde à l’envers.

Après des mois de commission Charbonneau, nous croyions avoir vu et entendu les pires choses. Fonctionnaires véreux, élus sans scrupules, chefs syndicaux magouilleurs : rien de tout cela ne nous préparait à subir les photos de voyage de trois bedonnants messieurs. Car, quoiqu’en pense l’utilisateur moyen de Facebook, personne n’aime regarder les photos de voyage des autres. Et encore moins quand on sait que le voyage s’est fait sur notre bras.

«Ce sont des relations d’affaires», a expliqué Lavallée. Que faisaient ces trois messieurs sur la photo ? Des affaires.

Voici la transcription de ce moment surréaliste de la Commission Charbonneau. Les réponses (R) sont de Lavallée, les questions (Q) sont de l’avocat.

R. Non, non, c’étaient juste des relations d’affaires, mais je l’ai vu [Joe Lombard] peut-être… C’est pas un ami personnel, c’est un… le temps de la construction, point final.

Q. Mais, c’est une bonne relation de construction, on va l’appeler comme ça.
R. Une relation de construction, c’est exact.

Q. Mais, suffisamment proche pour… pour faire… je ne sais pas exactement ce que vous faites, là, c’est de la crème solaire ou quelque chose de cet ordre.
R. Mais, ça, c’est lors du voyage de… avec le bateau puis, je pense, c’est une des dernières fois que… que je l’ai vu.

Q. Mais, quand même, vous conviendrez comme moi que vous êtes assez proche, en tout cas, là-dessus.
R. Oui, mais c’est pas un ami.

Q. Mais, c’est pas un ami.
R. C’est pas un ami personnel, c’est… on s’est vu le temps de la construction, point à la ligne.

Des relations d’affaires, donc. À fin de comparaison, voyons voir ce que nous donne la recherche «Affaires» dans Google images.

affaires

Il y a des banques d’images qui vont devoir se mettre au travail. Je vois beaucoup de complets-cravates, et bien peu de maillots de bain.

C’est le monde à l’envers, vraiment.

Si je mentionne le nom de Tony Accurso, vous pensez sans doute à «bateau», «croisières» et «je ne suis allé qu’une seule fois sur le Touch, je le jure, et ça n’a pas du tout influencé mes décisions en tant qu’élu». Hé bien on peut maintenant ajouter «poids santé» à cette liste.

En 2007, Toné (c’est le petit nom utilisé par «Johnny» Lavallée tout au long de son témoignage) invitait quelques amis à une cure d’amaigrissement en Allemagne. On devine que si Tony Accurso te dit que tu es gros, tu acquiesces sans trop protester.

Q. Expliquez-moi un peu ces voyages de cure d’amaigrissement ?
R. Tu bois de l’eau avec de l’eau puis rien que de l’eau.

Q. Mais, là, qui est-ce qui organisait ça ?
R. C’était Tony. Tony il m’avait dit : «Viens avec moi on va aller maigrir.» Ça fait qu’on buvait de l’eau. De l’eau, puis de l’eau, de l’eau.

Q. Ça fait qu’il a sélectionné un certain nombre de personnes dont il jugeait qu’ils avaient besoin, qu’ils devaient perdre du poids ?
R. Qu’ils avaient besoin de maigrir, j’avais perdu vingt-cinq (25) livres.

(…) Q. Combien de temps vous êtes resté ?
R. Une fois quinze jours, puis l’autre fois j’ai été trois semaines.

Q. C’est des longs séjours quand même ?
R. Si tu veux maigrir, il faut que tu te prives. Si on y va deux jours on maigrira pas.

(…) Q. Tout le monde faisait la cure ?
R. Oui.

Q. Et vous restiez sur place ?
R. C’est comme…

Q. À boire de l’eau ?
R.c’est comme un hôpital que tu vis, là, tu fais tes activités, là, tu bois de l’eau.

Q. Vous faites un peu de tourisme aussi quand même tant qu’à être là ?
R. Très peu.

La question que l’avocat a oublié de poser, c’est celle-ci : à quoi bon avoir des amis relations d’affaires comme Tony Accurso, si c’est pour se retrouver trois semaines dans un hôpital en Allemagne à boire de l’eau, de l’eau, puis de l’eau, de l’eau ?

C’est le monde à l’envers, je vous dis.

À quoi pouvons-nous nous attendre de la semaine prochaine, si les choses continuent à ce rythme inversé ? À un bon disque de Justin Bieber ? À un pont Champlain qui ne s’écroule pas ? À entendre des citoyens dire qu’ils ne sont pas tannés du tout de parler de la Charte ?

Dieu seul le sait. Et par Dieu, je veux dire l’entité divine, pas Jean Lavallée.

Laisser un commentaire

Les ti n’amis du Parti québécois semblent bien s’entendre…

M. Francois, avez-vous entendu l’architecte Taillibert.? Avant d’ironisez, jvous devriezi écouter ce qu,il avait à dire sur la construction et le parti libéral. ( sem. passée au Francs Tireurs) oups. Çà fait mal…

…et la Gaspésia Madame?

On peut bien remonter au déluge si vous voulez mais le fait demeure que le Parti québécois est clairement gangrené par les grosses centrales syndicales au point où on peut légitimement se demander qui mène le Québec actuellement? La mafia syndicale (le Parti québécois – et le Bloc – est farci d’ex-syndicalistes!!!)? Claude Blanchet? Pauline? Arsenault?

À vous de choisir…

Avez-vous écoutez ce reportage? Sinon, allez y et vous verrez que ce n,est pas le parti politique qui rends malhonnête, c’est la cupidité…

Les plus populaires