Compression du jour: l’accès à Internet pour les démunis

Le dernier budget a sonné le glas du volet communautaire d’un programme créé en 1994 pour procurer «aux résidants des collectivités rurales, éloignées et urbaines du Canada un accès abordable à Internet et la possibilité d’acquérir les compétences qu’il leur faut pour l’utiliser efficacement». Le volet formation des jeunes du Programme d’accès communautaire (PAC) sera maintenu. Ce qui disparaît est l’aide financière offerte aux centres communautaires, maisons de jeunes, centres pour personnes âgées, hôpitaux ou  bibliothèques publiques pour offrir, entre autres, un accès gratuit à l’Internet aux Canadiens qui n’ont pas d’ordinateur ou accès à Internet à la maison ou au travail. Les premiers touchés seront les Canadiens vivant en milieu rural, les personnes plus démunies, les personnes âgées, les immigrants nouvellement arrivés et les personnes les moins scolarisées.

Car ce sont eux surtout que le PAC visait, comme l’écrivait le ministère de l’Industrie en juin 2007, au moment du renouvellement du PAC:

Le PAC s’adresse à tous les Canadiens, mais il concentre ses efforts sur les personnes qui sont les plus touchées par le fossé numérique. L’Enquête sociale générale (2000) de Statistique Canada a révélé que les Canadiens à faible revenu, les résidants des zones rurales, les Canadiens plus âgés, les communautés de langue minoritaire et les Canadiens moins scolarisés sont moins susceptibles d’utiliser Internet que la population en général. En 2005-2006, on estimait à 15 millions le nombre de visiteurs des sites d’accès communautaire et à 8 millions, le nombre de personnes qui en faisaient usage de façon répétée.

On pouvait lire plus loin que «le programme exerce un impact important à la base et il est devenu un important outil de développement socioéconomique communautaire».

Pour justifier la décision du gouvernement, le ministre actuel de l’Industrie, Christian Paradis, disait ceci aux Communes, le 30 avril dernier:

Ce programme a été lancé en 1995, et il a atteint ses objectifs. Lorsque j’ai rencontré des électeurs, j’ai appris que la grande majorité d’entre eux ont maintenant accès à Internet à la maison, et que beaucoup d’autres peuvent y accéder grâce à leurs appareils mobiles.

Une réponse qui fait fi de la raison d’être du programme, c’est-à-dire aider ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir ces appareils ou encore les abonnements pouvant leur donner accès à Internet. Selon l’Enquête sur les dépenses des ménages 2010, de Statistique Canada, un peu plus de 17 % des ménages n’ont pas d’ordinateur à la maison (21,5 % au Québec). Chez les ménages ayant un revenu annuel inférieur à 30 000 $, le taux est d’environ 46 %. Près de 22 % de tous les ménages canadiens n’ont pas accès à l’Internet à la maison (un peu moins de 27 % au Québec) et le même pourcentage n’a pas de téléphone cellulaire (33 % au Québec).

L’ensemble du PAC a coûté 14 millions $ en 2010-11.

Laisser un commentaire

C’est scandaleux. Et dans quel but? Permettre aux Conservateurs de tenir leurs promesses électorales, en offrant des exemptions d’impôt à ceux qui ont les moyens de se payer des abonnements dans un gym et autre follie. Je suis membre d’un gym et je n’ai pas besoin du gouvernement pour le payer. Je n’ai surtout pas besoin qu’on enlève aux plus pauvres des services qui les aident à se sortir de la pauvreté pour subventionner mon abonnement au gym.

C’est bien là la différence entre un libéral, un socialiste et un conservateur: j’appui les mesures prises par l’état qui encouragent les gens à se sortir de la pauvreté; je suis contre celles qui les encouragent à vivre aux crochets des autres et celles qui appauvrissent les pauvres pour enrichir les riches.

Comme le disait si bien Maurice «le Noblet» Duplessis: «l’ignorance, c’est le pouvoir!»

C’est en maintenant la population le plus loin possible du savoir que le contrôle de l’État est le mieux servi…

le gouvernement n’a pas à favoriser à qui que ce soit l’accès à Internet. L’a-t-il fait pour la radio? la télé?

Lorsque j’ai rencontré des amis, tous ceux-ci m’ont dit que les Conservateurs devraient démissionner pour laisser la place à des gens qui comprennent vraiment les citoyens et qui ne basent pas leurs décisions sont des consultations informelles bidons…

La justification de M. Paradis est grotesque.

Compression du jour: l’accès à Internet et aux études universitaires pour les démunis »
Le gouvernement conservateur au fédéral comme le gouvernement conservateur qui se dit PLQ du Québec, s’entende très bien pour enrichir les amis.
Il ne faut pas oublier que pour être riche il faut générer des pauvres dans la société, mais pas leurs donner l’occasion de le comprendre…

@ lemoutongris

Votre commentaire trahi votre âge.

Oui le gouvernement l’a fait et pour la radio et pour la télévision.

Les premiers réseaux accessibles à tous à la grandeur du Canada (a mari usque ad mare, d’un océan à l’autre, from coast to coast) fut le réseau radio et le réseau télé entièrement financés par l’ensemble des contribuables canadiens, soit Radio-Canada, dont on fête les 75 ans d’existence, par l’installation de tours de transmissions à l’échelle du pays.

Encore une fois vous vous êtes leurré…

@Le Mouton Gris – le gouvernement a certainement facilité l’accès à la télé et la radio – c’est un gouvernement conservateur qui a créé la SRC. Je suis assez vieille pour me souvenir du temps où la SRC était le seul télédiffiseur. C’est aussi un gouvernement conservateur qui a assuré le développement ferroviaire qui lui a contribué à l’expansion du Canada comme c’est le gouvernement américain qui a créé l’Interstate Highway.

@Le Monton Gris – Eh bien, les Conservateurs ne se sont jamais gênés pour créer des responsabilités à l’état.

Vous croyez que c’est la responsabilité de l’état de m’aider à financer mon abonnement au gymnase? (Programme électoral du Parti conservateur du Canada de 2011, Ici pour le Canada, page 31, crédit d’impôt pour la condition physique des adultes, couvrant $500 des frais des activités physiques pour adultes, lorsque le budget sera équilibré.)

Rien de nouveau sous le ciel bleue de FY HArper. Couper tout les programmes qui à très courts termes ne rapportent pas mais qui à moyen ou long termes diminueront le potentiel global des Canadiens.

Bref, FY Harper sait bien qu’il ne lui rste que 4 ans au pouvoir donc il accélère la destruction de tout ce qui peut entraver son idéologie.

« Vous croyez que c’est la responsabilité de l’état de m’aider à financer mon abonnement au gymnase? »

Non. je dénonce TOUTES les interventions du gouvernement hors de la justice et de la sécurité publique (qui ne nous transforme pas en État policier, naturellement. À ce sujet, je me demande pourquoi nous avons une armée de terre)

Grande question politicoéconomique: pourquoi ce même gouvernement qui coupe dans les programmes aux simples citoyens,continue t-il de subventionner à hauteur de 2 milliards $ par année la richississime industrie pétrolière des sables bitumineux?Celle qui nous siphonne les poches avec des prix à la pompe qui n’ont rien à voir avec le prix du brut.

@#11

Vous avez entièrement raison. Je propose qu’on abolisse les écoles primaires et secondaires publiques.

C. Paradis et son gouvernement , au lieu de tenir des rapports anecdotiques, devraient s enquerir grace a un sondage objectif de la necessite de couper cette aide.

Des mesures arbitraires sans reeelle consultation aupres de la clientele concernee .

Cependant, ce gouvernement a trouve de l argent pour faire produire des medaillons de la Reine. Qui a besoin de ces medaillons ?

la comparaison avec Radio Canada est intéressante car elle illustre bien le rôle de l’État.

Au début, il n’y avait pas de service de Radio et Télévision au Canada. Le gouvernement a assumé son rôle pour developper cette industrie et assurer le service partout au Canada. Aujourd’hui, cette industrie est mature et disponible a faible coût partout au Canada.

Il en est de même pour le service internet. Au début, le service n’était pas disponible en milieu rural. L’état a assumé son rôle en s’assurant de fournir ce service en région. Comme pour la radio et télévision, l’internet est maintenant une réalité partout au Canada (je vis en région éloignée). L’état peut donc se retirer de ce dossier.

Une fois de plus, ce gouvernement nous prouve son désintérêt total et absolu et son incroyable mépris pour le peuple et en particulier pour les plus démunis de la société. Les nouvelles lois sur l’assurance-emploi qui paraîtront demain en sont une preuve supplémentaire. Non seulement je ne reconnais plus ce pays, mais fasse que nous voguions de nos propres ailes au plus sacrant…!

Moi ce que j’ai besoin c’est un service abordable non subventionné. Mais ce que j’ai c’est un service vieillot, très dispendieux et limité tant en vitesse qu’en volume.
Je n’ai qu’à regarder du côté Américain pour voir des taux mensuels que je ne peux même pas rêver avec des vitesses 1000 fois plus rapide et sans limite de volume.
Si je regarde du côté Européen c’est encore meilleur…
Nous assistons aux mêmes stratagèmes du côté de la téléphonie.
Alors je rêve qu’un jour notre cher gouvernement instaurera une politique de vrai concurrence. En ce moment le monopole est total. Les principaux fournisseur se répartissent les secteurs des villes comme bon leur semble. Et nous consommateurs nous payons le TOTAL.

$50 par mois: pourquoi donc l’internet haute vitesse coûte-t-il si cher?

Nous qui vivons de notre pension de vieillesse devons nous serrer la ceinture pour nous payer ce « luxe »!

Encore des économies de bout de chandelle.
Ca servira à financer les généreux fonds de pension des juges, hauts fonctionnaires et députés dont celui particulièrement riche de notre ‘solidaire’ Gille Duceppe

Les plus populaires