Le conflit étudiant québécois expliqué à Denver

Ce poster de solidarité envers les étudiants québécois, du groupe Occupy Denver, pose une bonne question et donne une bonne réponse:

Question : Pourquoi les étudiants québécois paient-ils les droits de scolarité les plus faibles en Amérique du Nord ? Réponse : Parce qu'ils se battent !
Laisser un commentaire

Ma réponse:
Lorsque les étudiants(tes) seront au travail à plein temps,ils seront les plus taxés(Impôts et taxes à l’achat de leurs produits et services) de tout l’Admérique du Nord.
C’est pour cela qu’ils se battent pour payer le minimum de droits de scolarité afin de sortir de leur étude avec le moins de dette possible et également, ils se battent pour que certaines dépenses somptueuses de nos administrations universitaires soient économisées dans le but de participer à maintenir ces droits le plus bas!

Oui, la lutte des Québécois contre l’imposition de la Loi de la jungle à nos étudiants est un modèle à suivre dans le Rocanada et aux U.S.A. Même les pays d’Europe semblent vouloir s’inspirer de ce modèle québécois estudiantin, voir l’éditorial de l’édition de juin du Monde Diplomatique:

http://www.monde-diplomatique.fr/2012/06/HALIMI/47847

Des communistes qui en soutiennent d’autres (je ne parle pas de la loi 78). On passe à un autre appel

Interessant et très encourageant de voir l’image des québecois changer à être pret à se lever activement contre les injustices sociales. Ceci, à partir de mouton, indiferent et victime née.

Cette generation de nos jeunes va changer la face du québec. Nous pouvons êtrent fiere d’eux.

Pourquoi ?

Parce que le modèle québécois est une grande fiction où à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde…

Les québécois sont encore malgré les tentatives des séparatistes prêt a démontrer leur attachement. Sacré roc pas aussi dur quon le prétend.

Nos universités sont loin d’avoir le niveau académique de la vaste majorité des universités américaines et je ne parle surtout pas de la Ivy League…
McGill demeure l’exception au Québec.

Le nerf de la guerre pour la qualité de l’enseignement demeure le financement des universités. Si nous voulons attirer ou garder les meilleurs professeurs ou chercheurs ; il faut avoir les ressources fiancières.

Ceux qui sont contre la hausse semblent se foutre royalement du niveau académique de nos universités. Que l’étudiant paie environ 20% de la facture universitaire me semble raisonnable…Il ne faut pas oublier le système des prêts et bourses vient aider la classe moyenne et les étudiants des classes socio-économiques inférieures.

La gratuité ( dogme idéologique de la CLASSE) est une aberration et cela favoriserait les mieux nantis.

@lemoutongris

Comme à votre habitude vous avancez des théories sans avancer de preuve et en plus en insultant tout ceux qui ne sont pas en accord avec vous. Je vous prirais la prochaine fois de fournir les preuves de tout ce que vous avancer.

On lâche rien! Courage et persévérance dans le combat pour la justice.

Nous sommes arrivés à ce qui commence.

Chers jeunes, valeureux combattants, vous êtes source d’inspiration. Je vous appuie totalement.

Je crois que mon livre de poésie : La liberté en péril , aux Éditions de l’Étoile de mer, explique bien que le conflit étudiant n’est que le prélude d’une guerre pacifique contre une mafia mondiale corrompue que l’on appelle le système.Je suis persuadé qu’un jour les gens comprendront qu’il en va de la survie de l’homme de se débarasser de la finance et de l’économie comme principale raison d’exister de nos sociétés.

Le gouvernement tergiverse parce que Charest ne sait pas s’il sera plus payant de faire échouer les négociations ou règler le conflit. En bon politicien accroché aux sondages (comme Bourassa d’ailleurs)il n’a pas pris de chance, il s’est présenté aux étudiants afin de pouvoir mieux prétendre qu’il a tout fait. On a qu’à attendre la suite pour voir…Plus ça change plus c’est pareil, plus c’est pourri…

Et l’ONU qui s’inquiète.

« (Québec) Deux experts indépendants de l’Organisation des nations unies sur les questions de libertés fondamentales et de liberté d’expression ont aujourd’hui fait part de préoccupations face aux actes de violence survenus au Québec lors des manifestations du 24 mai, qui ont mené à la détention de 700 manifestants, a fait savoir l’ONU dans un communiqué transmis mercredi. »

http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201205/30/01-4530170-lonu-sinquiete-de-la-rigueur-de-loi-78.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS2

Réponse réelle:

Parce qu’ils profitent d’un système d’éducation grassement financé par tous les payeurs de taxes du Québec.

Des payeurs de taxes fatigués, écrasés par un système qui a besoin de réforme, d’un utilisateur payeur qui se concientise sur ses choix d’éducation et de carrière. Pas d’un bébé gaté qui se donne le droit de s’enpiffrer au frais de la société qui est sur le bord d’exploser.

Ce que vous supportez est purement démagogue et sorti de son contexte, et j’ai honte pour vous, L’Actualité.

Bien que je demeure resolument souverainiste,j`aime bien garder vivant mon reve americain.Evidemment il y a des gens qui alimentent leur conscience partout sur le continent et je ne peut faire autrement que de les admirer.Ils ont leurs Charest,Demarais et leurs suites aux aussi mais tout homme et femme qui se leve a droit au respect.Bien entendu nous sommes de toute la terre;les canadiens aussi.
Andre de Calgary.

Il faut se méfier des classements. Ils ne mesurent pas la valeur réelle d’une université.

Selon les classements:
Les meilleures universités ont en moyenne 200 ans, disposent d’environ 2 500 enseignants, accueillent près de 24 000 étudiants, sont très sélectives, attirent et retiennent les meilleurs professionnels, et bénéficient de dotations d’un montant approximatif de 1 milliard de dollars US et d’un budget annuel de 2 milliards de dollars US.

Einstein: « Tout ce qui compte ne peut pas être compté »

@ Philippe (# 10):

D’accord avec vous.

Payer peu n’est pas nécessairement une bonne nouvelle. C’est souvent le contraire.

La Lada est peu chère mais peu de gens l’achètent.

Les universités les plus reconnues au monde sont les plus chères: MIT, Oxford, Cambridge, etc…

Si un employeur a le choix entre un diplômé de l’UQUÀM et un diplômé de Cambridge (ou de McGill), lequel choisirera-t-il?

C’est ce que je pensais.

D’habitude, quand on paie des pinottes, on a des singes.

Paradoxal: l’endettement étudiant augmente… et la marge de profit de l’université diminue. Le coût de la commercialisation de l’éducation:

http://www.cnbc.com/id/40552539/

Sans oublier, l’excellent article de Giasson qui rapporte les propos de Hugues Boisvert:

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/05/09/005-couts-budget-universite.shtml

P.S.

Note au mouton gris: votre manque de nuance et vos cris d’alarme au communisme ne font pas de vous un commentateur particulièrement édifiant. Vous voulez participer aux débats? Tentez de nous convaincre. Avec des chiffres. Des études. Des preuves. Votre fiel est sans intérêt.

J’écrivais dans un commentaire sur le blogue M. Lisée dernièrement que la grève des étudiants avait fait des petits depuis l’année passée à la suite du mouvement de Occupy Wall Street. En voici un exemple frappant.

Non seulement il a fait des petits, mais les petits en montrent aux autres par leurs courages de ce tenir debout devant l’injustice que cause les 1 % de la population qui dévorent les richesses des 99 %. Les moutons sont tannés de se faire tondre.

@ David # 8

Et vous aux dépend de qui vivez-vous ? Je serais surpris que vous viviez au fond de la jungle, seul et sans rien d’autres pour vous en sortir que ce que vous fabriquez uniquement de vos mains. Vous n’êtes toujours bien pas un nouveau Robinson Crusoé.

Tout ce bruit pour une augmentation rédicule au total, mais qui aura été tellement mal présentée avec un rattrapage de 75% et un Jean Charest tellement, mais alors tant et tellement déconnecté du Québec qu’il aura attendu les lumières rouges avant de commencer à discuter.

C’est bien fait pour son incompétence et merci aux étudiants d’avoir allumé la mèche du changement globa; la fin des copinages et du vol systémique.

@ Philippe

Le financement des universités est sans doute un réel problème. Mais Charest et son gouvernement ont choisi une voie de solution respectant les dogmes néolibéraux du désengagement de l’État et de l’utilisateur payeur. Ce que conteste le mouvement étudiant. Et selon moi ils ont raison.

Or ce choix est strictement idéologique. D’autres avenues pour le financement des universités sont implicitement évitées pour des motifs tout aussi idéologiques.

Alors arrêtez de me casser les oreilles avec vos arguments. Si le gouvernement Charest avait réellement souhaité éviter le conflit étudiant, il aurait très bien pu trouver d’autres solutions pour assurer le bon financement des universités.

Par exemple, des états généraux portant sur ce problème pourraient identifier d’autres avenues. Mais encore une fois, l’idéologie néolibérale refuse cette approche qui donne trop de pouvoir aux citoyens. Alors Charest n’en parle pas.

Penser que ce dont on ne parle pas n’existe est une forme de pensée magique excessivement pernicieuse. On voit où ça a mené le Québec et le monde étudiant depuis plus de 3 mois.

De plus en plus, ce conflit des étudiants avec le gouvernement Charest, montre bien que sa source tient beaucoup à l’opposition des associations étudiantes aux politiques néolibérales du gouvernement Charest.

L’entêtement de Charest à imposer sa solution aux étudiants n’a pas d’autre assise qu’idéologique. Il n’y a aucun pragmatisme du côté gouvernemental. Rien n’y fait : il faut que les étudiants paient plus pour leurs études. Point à la ligne.

«L’idéologie, c’est ce qui pense à votre place.»
[Jean-François Revel]

Wow on fait parler de nous à l’étranger, j’vous sens tout rouge de fierté là….

Nous sommes les champions mondial de la manif au chaudron, maudit qu’on est fier.

@ mouton gris ,j’ai un vague souvenir(je n’ai que 50 ans) d’une religieuse de la congrégation des soeurs de marie déblatèrant les mêmes arguments anti-communiste au début des années 70 ,on est en quelle année déja?les communistes c’est un peu comme dans ;ou est charlie ?,y’en a juste un par page ,c’est celui qui porte le chandail rayé.lol

« Et l’ONU qui s’inquiète. »

une organisation qui condamne plus une démocratie que toutes les dictatures réunies ensemble, qui laisse ces mêmes dictatures nous faire la morale n’a absolument rien à dire.

@ François 1 #18
«Si un employeur a le choix entre un diplômé de l’UQUÀM et un diplômé de Cambridge (ou de McGill), lequel choisirera-t-il? [sic]» Par ces propos je m’aperçois que vous n’avez jamais eu d’entrevues pour un emploi. Ce que recherche un employeur chez un candidat(e), c’est de savoir si celui-ci remplit les exigences pour le poste de travail. L’expérience, les habiletés, aptitudes, attitudes et autres traits de caractère exigés de la part du candidat idéal sont plus importants que la provenance du diplôme.

« j’ai un vague souvenir(je n’ai que 50 ans) d’une religieuse de la congrégation des soeurs de marie déblatèrant les mêmes arguments anti-communiste au début des années 70 » (benito chevarie)

Et bien moi un peu plus vieux, j’en ai les mêmes souvenirs et très précis de plusieurs bonnes soeurs et de commères. Même à l’école au temps de Kenedy on nous faisait énormément peur avec les communistes et la bombe atomique.

Jamais personne n’en a vu. On cherche encore après 50 ans.

Rien n’a changé pour les naïfs croyants

Faudrait plutôt parler des rouges à Québec qui, à coup de matraques et de balles, veulent que les étudiants et maintenant la population au complet soient aussi docile et soumise que celle de la Chine.

Il est intéressant de voir sur l’image américaine comment le carré rouge se fait tirer.

Bonjour nos étudiants se battent et il faut les supporter.
Article du devoir sur le niveau d’endettement des étudiants américains: mille milliards oui un trillion de dollars prêté par les banques à des taux d’intérêts parfois élevés.Beaucoup de ces étudiants très endettés ne pourront rembourser. Le taux de chômage réel chez les jeunes américains seraient de l’ordre de 15 %.
Après l’éclatement de la bulle immobilière ce serait la prochaine bulle et que vont faire les banques si elle ne peuvent se faire rembourser?
Après avoir pris bien soin d’empocher salaires faramineux et primes elles vont se tourner vers le gouvernement fédéral pour se faire compenser et c’est le citoyen qui va finir par fouiller dans ses poches. Cette quasi faillite des politiques néo-libérales de nos voisins de sud me semble tellement contre productive et pourtant nos Harper et Charest, il faut que les étudiants paient leur juste part, continuent à les adopter.
Pourquoi et pour qui??

Cessez d’écouter la radio-poubelle ! A entendre ses gérants d’estrade, la grève étudiante est un complot ourdi, dans le but de renverser l’ordre établi, par les syndicalisses, les péquisses, les communisses, les socialisses, les terrorisses, les gauchisses, les anarchisses et tous les autres « isses » qu’ils n’aiment pas, avec, cela va de soi, la collaboration de Radio-Canada (qu’ils aiment encore moins).
Et pourtant, les étudiants n’ont-ils pas le droit de revendiquer une société meilleure et plus solidaire plutôt qu’une société orientée uniquement sur le chacun pour soi et sur une « économie » qui ne profite qu’aux riches et aux tizamis du parti au pouvoir ? L’éducation profite à tout le monde et une société éduquée est une société riche. Le problème qu’engendrent les frais de scolarité est l’endettement des étudiants. Après leurs études, ils doivent rembourser ces dettes pendant des années sinon pendant toute leur vie. Aux USA, le total des dettes d’études dépasse 1 trilliard de dollars. C’est plus que tous les emprunts de voitures ou que les dettes sur cartes de crédit. Et qui en profite ? Les banques ! Est-ce la direction que nous voulons prendre ? C’est ça que nous voulons pour nos jeunes ? C’est ça qu’on entend par « chacun sa juste part » ?
Les études universitaires coutent cher! Un baccalauréat dure 3 ans et coutera à partir de 2019 près de 4.800$ par an seulement en frais de scolarité. Ajouter à cela environ 3.000$ de livres et on arrive à un total de 17.500$. Si on compte les frais de logement, et les autres dépenses liées aux études, on arrive à un total de près de 50.000$. L’étudiant qui a tout emprunté se retrouve donc avec une très lourde dette avant même d’avoir trouvé un emploi.
Que diriez-vous si on s’avisait d’appliquer le principe de « chacun sa juste part » à la santé ? « T’es malade, tu payes ! » Ça serait moins drôle, n’est-ce pas ? S’opposer à ça, c’est être communisse ? S’opposer à ce qu’on creuse des puits de gaz de schiste dans sa cour, c’est être terrorisse ? Refuser de s’endetter à vie, c’est être « enfant roi » ?
Oui, nos universités sont sous-financées. Mais ce qui est désolant, c’est de voir que pas un seul de nos 18 savants recteurs n’ait pu imaginer ou envisager une solution autre pour y pallier que la hausse des frais de scolarité, tout en maintenant, bien sûr, des frais afférents sans cesse croissants. Pas plus d’ailleurs que les anciens recteurs Pierre Reed et Robert Lacroix. Ces messieurs ont complètement perdu le contact avec leur clientèle. C’est de la bonne gestion, ça ? C’est pour ça qu’on les paye 350.000$ par an ? Pas très édifiant.
Ne pouvons-nous pas imaginer autre chose que le modèle américain qui, à l’évidence, ne fonctionne pas ? Ne pourrions-nous pas prendre modèle sur les pays les plus progressistes, comme la Suède, la Norvège ?
Bravo à nos trois leaders étudiants. Tenez bon !

« Et pourtant, les étudiants n’ont-ils pas le droit de revendiquer une société meilleure et plus solidaire plutôt qu’une société orientée uniquement sur le chacun pour soi et sur une “économie” qui ne profite qu’aux riches et aux tizamis du parti au pouvoir ? »

Par si c’est pour être sur notre bras

« Le problème qu’engendrent les frais de scolarité est l’endettement des étudiants. »

à CAUSE DE l’intervention de l’État

« Aux USA, le total des dettes d’études dépasse 1 trilliard de dollars »

une autre bulle causée par l’État

« Ne pourrions-nous pas prendre modèle sur les pays les plus progressistes, comme la Suède, la Norvège ? »

Si c’est pour libéraliser l’économie comme la Suède, alors ça serait un début de solution. Mais si c’Est pour être aussi surtaxé, non merci

«Si un employeur a le choix entre un diplômé de l’UQUÀM et un diplômé de Cambridge (ou de McGill), lequel choisirera-t-il? [sic]» Par ces propos je m’aperçois que vous n’avez jamais eu d’entrevues pour un emploi. Ce que recherche un employeur chez un candidat(e), c’est de savoir si celui-ci remplit les exigences pour le poste de travail. L’expérience, les habiletés, aptitudes, attitudes et autres traits de caractère exigés de la part du candidat idéal sont plus importants que la provenance du diplôme.

Hahaha !

Renseignez-vous : il faut un diplôme, d’accord, mais savez-vous que 85 pour cent des emplois autres que manuels sont obtenus par CONTACT? Réveillez-vous.

@ François Premier no 18

« Si un employeur a le choix entre un diplômé de l’UQUÀM et un diplômé de Cambridge (ou de McGill), lequel choisirera-t-il? »

Si un employeur a le choix entre un étudiant de la Sorbonne ou l’université de Pheonix (tier 4 une des moins bien cotée)

Pourtant l’étudiant américain a payé plus cher…

@ bob #33

Même avec des «contacts», il faut avoir des compétences, ce qui ne contredit pas ce que j’ai affirmé. Peut-être que mon langage est trop savant pour vous je m’en excuse.

Bonjour en parlant de ils se battent les étudiants, vous avez entendu hier M.Charest parler des menaces de la classe au sujet des propos tenus sur le grand prix à l’effet que le mouvement étudiant s’en occuperait.Comme si tout à coup les étudiants étaient dotés de char d’assaut
M Charest qui tente de justifier sa loi 78?
Diviser la population est sa stratégie depuis un bon moment dans ce conflit avec toutes ces portes soi disant ouvertes pour négocier.
Que fait M.Charest en tenant de tels propos dits sur un ton menaçant. Déplacer l’opinion publique vers la seule cible qui peut lui permettre de se faire réélire soit la crise étudiante dont les associations prônent la violence et menacent la paix sociale.
Comme il LE disait hier vous voulez la rue et des référendum voter PQ vous voulez la paix sociale et des jobs votez Charest.
La campagne est partie depuis un bon moment
O

Les plus populaires