Construction: la soif d’ignorance de Jean Charest!

La grande nouvelle est la suivante: le Premier ministre du Québec n’a pas lu le rapport Duchesneau sur l’ampleur de la collusion dans la construction au Québec. Il trouve ça normal. Il nous avise même de bien comprendre « pour la suite » des choses que :  « ces rapports-là ne sont pas écrits pour aller au bureau du Premier ministre ».

Ce quotidien de Quebecor se demande aussi si on n'en sait pas un peu trop, dans cette affaire. Original !

Un cordon sanitaire est donc installé autour de lui. Il ne faut pas qu’il en sache trop. Certes,on ne veut pas que les résultats des enquêtes policières lui soient transmises. On ne veut surtout pas qu’il parle aux juges.  Mais on sent qu’il nous avise qu’il compte se tenir le plus loin possible du dossier, pour ne pas avoir à répondre des initiatives et des actions du gouvernement.

C’est un peu comme si Barack Obama jurait qu’il ne voulait rien savoir de la chasse à Oussama Ben Laden, qu’il n’était pas dans la pièce de contrôle au moment de l’assaut, qu’il n’en connaissait même pas la date — juste où ça n’aurait pas marché.

C’est un peu, pour revenir chez nous, comme Robert Bourassa, après avoir approuvé un nouvel accord constitutionnel en 1992, jurant qu’il n’avait pas lu les analyses de son équipe constitutionnelle lui expliquant que l’accord était globalement nuisible au Québec.

Mais le rapport Duchesneau, commandé par un membre du conseil des ministres, offre une description générale du contexte de la corruption et de la collusion, le plus grand problème intérieur du Québec aujourd’hui. Qu’il ne soit pas immédiatement remis au Premier ministre pour qu’il en devienne un des premiers lecteurs, que Jean Charest n’en réclame pas une copie dès qu’il soit rédigé pour être, comme il le devrait, le Québécois le mieux informé car le premier responsable, c’est simplement consternant, pour ne pas dire louche.

Car ces informations, cette toile de fond, devraient lui permettre, avec ses collègues ministres, d’ajuster la politique gouvernementale pour affronter un tel défi.

Ce que Charest aurait du faire

S’il avait voulu démontrer son réel intérêt pour cette question cruciale, c’est Jean Charest qui aurait appelé les journalistes pour leur remettre copie du rapport, flanqué de Duchesneau qui aurait répondu à toutes les questions.

C’est lui qui aurait du affirmer que ce travail, qu’il a fait commander, lui permettra de revoir le dispositif gouvernemental de lutte contre la corruption et de juger s’il en fait assez.

Au passage, c’est lui qui aurait du se montrer plus qu’irrité du départ ce printemps de plusieurs des enquêteurs, victimes de tracasseries administratives.

Voilà le comportement attendu d’un Premier ministre qui mène la charge contre ce cancer.

Laisser un commentaire

Preuve supplémentaire que Charest de fout complètement de ce que peuvent penser les Québécois.

Le pire est qu’il continue de nous mentir et de nous rire en pleine face.

Moi n’importe quand je suis prêt à sortir dans la rue pour une grande manif.Une vraie pour que lui et sa gang sentent vraiment que là nous sommes tannés et que l’on en peu plus de faire rire de nous et surtout de donner nos impôts au crime organisé !!!

C’est évident que quand on risque gros de se retrouver au banc des accusés, on veut pas trop en faire un drame! Je sais que ce ne serais pas du journalisme profsessionel d’accuser le premier ministre d’être de mèche avec ces firmes et la mafia dans cette histoire sans preuve irréfutable mais j’espère que la population sais encore comment additionner 1 + 1 même après 10 ans de gouvernement Charest!

C’est que Jean Charest veut conserver le seul argument qui lui reste: « je ne le savais pas, je n’étais pas au courant, je n’ai pas lu le rapport… » Il a appris cette leçon de Gérald Tremblay, le maire de Montréal…

C’est absolument consternant! S’il ne l’a pas lu, c’est peut-être qu’il est analphabète. 🙂 À part s’en étonner, et être choqué, que peut-on faire?

Ce que Charest aurait dû (et non du) faire… C’est le participe passé du verbe devoir! Vous avez raison, M, Charest n’a rien compris de ce qu’aurait dû être son devoir… 😉

Cet homme est dangereux (John James Charest). Il ment, il dilapide les taxes au profit des mafieux.
Souvenons-nous des garderies. Souvenons-nous des gazs de schiste lorsque la passionnara Normandeau nous disait que les « pets » de vache polluaient plus que les gazs de schiste et maintenant le rapport Duchesneau. Le ministre Moreau disait il y a 24 heures qu’il acceptait le rapport Duchesneau , maintenant il dit qu’il ne l’a pas lu (Ce ministre n’a pas de jugement).
Des impôts plus qu’ailleurs, des taxes plus qu’ailleurs, des voleurs plus qu’ailleurs……on lance un appel au fédéral….on exige la mise en Tutelle Fédérale de la province de Québec…..on croule sur les taxes puis on se fait voler…..avant qu’on descende dans la rue pour se révolter, on exige de par nos taxes fédérales de faire enquête et et de faire condamner celui ou ceux par qui le vol arrive.

On tourne encore en rond avec la clique à Charest.
Les trois singes de la sagesse (déjà vu)
Les singes de la sagesse (aussi appelés « les trois petits singes ») sont un symbole représenté par trois singes, dont chacun se couvre une partie différente du visage avec les mains : le premier les yeux, le deuxième les oreilles et le troisième la bouche. Ils forment une sorte de maxime picturale : « Ne rien voir de mal, ne rien entendre de mal, ne rien dire de mal ». À celui qui suit cette maxime, il n’arrivera que du bien.
Ne pas vouloir voir ce qui pourrait poser problème
Ne rien vouloir dire de ce qu’on sait pour ne pas prendre de risque
Ne pas vouloir entendre pour pouvoir faire « comme si on ne savait pas »

Quand j’ai entendu notre ineffable Premier ministre avouer qu’il n’avait pas lu le rapport qui faisait l’objet de cette conférence de presse et qui faisait jaser tout le Québec, les deux bras, la mâchoire et ma moumoute (là j’exagère…) m’en sont tombés. Il a dû venir mal en dedans. Il faut qu’il ait la couenne dure pour ne pas s’être mis à rougir jusqu’aux oreilles.

Comment peut-il faire la job, ce Premier ministre, s’il ne lit rien. À ce que j’ai compris c’est que comme son nom et son adresse n’étant pas sur l’enveloppe il n’ rien lu. Dire qu’il voulait avoir les deux mains sur le volant. Peut-être que si elle avait été brune l’enveloppe se serait-il empressé de s’en saisir. Bon, ça on ne le saura jamais et c’est tant mieux, ça serait trop déprimant.

C’est évident que ce premier ministre et tout son gouvernement devraient tout simplement démissionner. Comble de malheur, ça arrive à un mauvais moment la seule autre formation politique qui pourrait sérieusement prendre le flambeau a un genou à terre mais pour d,autres raisons qui ne tiennent pas à l’intégrité ni à des odeurs de corruption.

Si les matamores démissionnaires avaient retardé leurs sorties peut-être le tableau serait différent. Mais ce n’est pas le cas.

En passant, aie-je bien entendu la question à mme Marois, d’un journaliste à l’effet qu’une rumeur circulait qu’un exécutif péquiste au complet s’apprêtait à démissionner ? Si cette rumeur s’avère ça nous amènera à nous reposer de sérieuse question sur ce parti.

Je continue à penser que la meilleure chose qu,il pourrait maintenant arriver aux citoyens québécois, s’il y avait encore quelques députés libéraux intègre à Québec, serait qu’ils quittent les rangs de leur parti pour siéger comme indépendants. Peut-être qu’alors un vote de confiance viendrait à bout de ce gouvernement corrompu et remettrait le Québec sur les rails du bon sens et de l’intégrité.

«Une fois qu’on a passé les bornes, il n’y a plus de limites.»
[Alphonse Allais]

Pourquoi le lire.. Il sait déjà tout se qu’il y a a savoir sur le sujets.. Quand tu fais parti d’un système que tu a mis en place, pourquoi lire un rapport dessus?

Jean Charest a les deux mains sur le volant et vous le savez, c’est interdit de lire en conduisant. On nous le dit assez!

M. Lisée,

Vous dites:- »Voilà le comportement attendu d’un Premier ministre qui mène la charge contre ce cancer. »

C’est justement. Jean Charest n’est pas un Premier ministre digne de ce nom mais plutôt un opportuniste!

L’histoire le jugera, il sera avec Duplessis considéré comme ayant mis en place une gouvernance corrompue avec des faveurs aux amis contre rétribution dans la caisse électorale du parti … tout son plan Nord relève de la même magouille.

C’est consternant, honteux et frustrant.

Don Charest nous fait encore la démonstration qu’il se fout de la gueule des citoyens.

Le pire premier ministre de l’histoire du Québec.

@Jean-François Côté

Il y a un manif qui s’organise le samedi 24 septembre prochain devant le bureau de Don Charest à Montréal. On dit que ce sera une manifestation monstre. Malheureusement, les médias n’en parlent pas.

Il faut faire circuler le message.

Je serai à la manif du 24 septembre à midi afin
d’HURLER MON ÉCOEUREMENT…
J’espère que je ne serai pas seul.

Puisque nous savons très bien que Jean Charest ne veut pas d’enquête publique, qu’il ne démissionnera pas et ne déclenchera pas d’elections, la solution serait que TOUS les députes des partis d’opposition démissionnent en bloc. Il en résulterait une crise politique sans précédent et la situation deviendrait intenable pour le gouvernement. Quelle serait la légitimité d’un gouvernement siégeant sans opposition dans une Assemblée nationale à moitié vide ? Je croismqu’un tel moyen de protestation serait nouveau et original.

Si, après la nomination de Jacques Duchesneau, après avoir été chercher des péquistes pour faire le ménage, ils affirment que ce sont ENCORE des allégués? Mais qu’a donc tout ce beau monde à leur en vouloir, à ces pauvres libéraux?

Notre parrain n’a pas besoin de lire car il est le maitre d’oeuvre de ce système et qu’il ne peut en apprendre plus ….. Que les contribuables paient une surprime cela lui importe peu en autant que la caisse du PLQ s’emplisse comme c’est le cas depuis 2003 …..

M.Charest devrait travailler au jumelage Québec-Palerme, il y paraît que les affaires sont florissantes dans le coin.

Si M. Charest ne lit aucun rapport, c’est que cela lui réserve un porte de sortie en cas de dérapage.

Il laisse la tâche de la lecture à d’autres, et ceux-ci sont par la suite supposé de l’informer oralement (pas autrement) de ce qu’il a besoin de savoir.

Donc, si quelque chose tourne mal, il aura toujours l’excuse de dire qu’on l’avait mal informé, et qu’il va prendre des mesures afin que cela ne se reproduise plus. Amen!

Lucie De Bellefeuille

D’accord pour dire que le régime Duplessis était corrompu.Mais honnêtement pour ce que l’on en connaît, ce n’est rien comparer avec les Libéraux de Charest.

Duplessis aura quand même construit des écoles et des hôpitaux.

Jean Charest n’a rien .Aucunes réalisations après huit ans et six mois au pouvoir !

Kevin

Merci j’aimerais y être même si j’habite Québec.

Faudrait que le message soit propagé par le PQ,QS,et L’ADQ. Évidemment il faut que les syndicats embarquent et que tout ces gens accordent leurs violons.

On nous ment en direct.Vous avez vu le ministre Dutil à l’émission de Anne Marie Dussault ?

Jamais vu des réponses aussi pitoyables….

petit quizz:

quel est le premier ministre le plus corrompu de l’histoire du quebec?
duplessis ,taschereau,charest.
pour la première fois de ma vie ,je vote pour charest.
ce sera son héritage politique,pathétique…

Les méchantes langues disent que Jean Charest attend la traduction du rapport… en langue de bois!

@ Kevin, si vous voulez inviter des gens à la manifestation, faudrait commencer par écrire l’heure et l’adresse de l’affaire, pour celles et ceux qui ne sont pas au courant.

On entend souvant dire que l’enquête Gomery fût couteuse et ne mena pas à beaucoup d’arrestations; les gens oublient que c’est la GRC qui est responsable des poursuites et des arrestations mais passons
.http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201107/05/01-4415356-commandites-la-grc-nenquete-presque-plus-sur-le-dossier.php

Les libéraux fédéraux ne s’en sont jamais remis au Québec, c’est peut-être pourquoi leurs cousins provinciaux craignent autant une commission d’enquête sur la corruption publique et le financement ders partis politiques. Leurs hurlements désespérés n’émeuvent pas plus que le couinement des porcs avant l’abattage.

Vous avez fait une lapsus Jean-François 😉

… Mais on sent qu’il nous avise qu’il compte se « ternir » le plus loin possible….

Une manifestation pacifique anti-corruption est organisée samedi prochain le 24 septembre à Montréal. Voir la page facebook à ce sujet.

La démission de Jean Charest s’en viens à grand pas…il est comme un rat pris dans un coin! p.s: Surveillons maintenant l’actualité des prochains jours, tout sera mis en branle pour divertir les médias pour étouffé l’affaire(Laval)!

La stratégie d’entourloupettes antidémocratiques libérules crève les yeux, ne la voyez-vous pas ?

Ils formeront le prochain gouvernement majoritaire du Québec dès cet automne avec l’appui de seulement 13% de la population du Québec ayant les qualités du droit de vote.

Dès cet automne, les premières accusations seront portées par l’UPAC contre quelques acteurs – petits poissons – de « l’Industrie de la corruption » au Québec; JJ Charest déclenchera alors des élections sur les thèmes de l’économie et la confiance des citoyens en sa gouvernance coloniale; le jour du scrutin aura lieu en décembre lors d’un froid sibérien.

Ainsi, il coupera l’herbe sous le pied des caquistes, péquistes, souverainistes et indépendantistes pour se faire réélire grâce à une division du vote sans précédent des Québécois et d’un taux de participation minimum record.

Mes prédictions sur les résultats d’un scrutin ayant lieu dès cet automne sont:

PLQ 30%, PQ 27%, ADQ-CAQ 27%, QS 12% Autres 4%.

Majorité de sièges au PLQ obtenue avec un taux de participation de seulement 45% des électeurs inscrits à la liste électorale.

Quel horrible scénario !!! Mais plausible.

À suivre…

Il serait intéressant d’entendre ce que la députation libérale pense de tout cela. à moins que le magicien réussisse tout un tour de passe-passe, il serait étonnant qu’ils veuillent s’en aller en élection avec ce chef.

Ils vont donc trouvés un moyen de l’éjecter, dans l’harmonie la plus totale. Pauline en sera verte de jalousie!

Bonjour à vous tous,

jean charest n’a pas besoin de lire ce rapport, il est au courant que la mafia dérive son parti le PLQ . Le transfert des spécialistes en ce qui regarde les travaux d’infrastructures a été fait en toute connaissance. On ne ferme pas un ministère sans que le conseil des ministres soit au courant . Plus que ça, le conseil des ministres est au courant, que la pègre est propriétaire de la majorité des contracteurs, du monde de la construction .

Mais, ce phénomène social semble se répandre à d’autres niveaux, comme les contracts en informatique.

La seule façon de couper court à ce phénomène social c’est de descendre dans la rue. La question est de savoir si les Québécoises et Québécois veulent descendre dans la rue.

Jean Isabelle

Une autre théorie de nos grands penseurs de droite qui s’effondre. Le salut devait être dans les PPP et le privé,ce qui ferait baisser les coûts et éviter les dépassements.Eh bien je crois que c’est raté.La mafia ne loge pas à gauche je crois.
Il me semble aussi que nos bons libertariens sont drôlement silencieux sur ce blogue aujourd’hui.

M. Jean Gagnon, vous semblez prendre vos désirs pour des réalités. M. Charest n’a qu’à répéter : Non, pas de d’enquête sur la construction, comme il fait depuis de nombreux mois, ce ne sont pas ses députés moutons bêêêêêêê qui vont le lâcher.

Certains complices de John James Charest vont toujours tenter de faire diversion en faisant croire en toute autre solution fallacieuse et ainsi berner que les imbéciles.

Seule une action conjointe du politique et du judiciaire, soit une Commission d’enquête publique, pour le politique, et l’Unité permanente anti collusion + corruption (UPAC), pour le judiciaire, pourra abattre l’armée industrielle mafieuse de la corruption au Québec.

@Jean-François Côté

Il y aura aussi une manifestation devant le Parlement du Québec, samedi prochain, le 24!

https://www.facebook.com/event.php?eid=169480786465762

C’est le lien Facebook de l’évènement. Partagez-tous ce lien, « aimez » le et, surtout, cochez, «je participerai».

Ça prend 30 secondes de votre temps, mais vous pouvez créer une véritable vague. 250 000 personnes ont signés une pétition en 3 jours à cause d’un «buzz». On peut faire la même chose.

On ne peut pas compter sur les médias pour nous informer d’une telle manifestation.

Je redonne le lien:https://www.facebook.com/event.php?eid=169480786465762

Et voilà celui pour Québec: https://www.facebook.com/event.php?eid=282172938459869

À vos souris!

Le parain du Québec coupera 800 millions en santé et en éducation afin de rémunérer les mafiosos de la construction.
Un premier sinistre se doit d’avoir des priorités quand même.
DÉGOÛTANT

Comment un chef d’état peut-il rester si longtemps indifférent au cynisme de ses commettants ? N’a-t-il pas un rôle à jouer pour les rassurer ? Est-ce un problème lié à un individu, ou bien la nouvelle façon de diriger un pays ? Pourvu que nous vienne un homme… Ou une femme.

Monsieur le Premier Ministe,

Je n’ai pas besoin d’être Libéral, pour croire en votre bonne foi et celle du gouvernement.

je comprendre très bien la différence entre une enquête policière qui jettera les coupables en prison, et une commission d’enquête qui ne sera qu’un spectable qui vendra des journaux.

le même résultat que la Commission Gomery, c’est-à-dire un gros Show Médiatique qui aura couté des millions de dollars, pour envoyer 2 petits poissons en prison.

Monsieur Charest, les Québécois se manifestent. Comme dans le temps des Romains, ils réclament du sang et des jeux et ce, en étant motivé par les médias, ainsi que les partis de l’opposition. je vous trouve très sage de garder votre calme dans la tourmente.

Somme toute, après le revirement de position de la part de vos détracteurs qui demandent a leur tour une commission. ils réalisent maintenent qu’il vaut mieux faire un Show que d’aller en prison. il est fort à parier que l’enquête policière secouera le monde politique, le monde des affaires ainsi que la population en entier lorsqu’il réaliseront l’ampleur réel.

La population ne comprend toujours pas qu’une commission d’enquête est un avis donné a tous les truands pour leur permettre de cacher les preuves. Qu’une enquête policière, si cette dernière n’avait pas été annoncée, aurait fait beaucoup plus.

Je Salue votre entêtement à aller jusqu’aux fonds des choses afin qu’un tel scénario ne se reproduise plus.

pour ceux qui dédirent du sang et des jeux pour vendre des journaux, ou encore pour s’attirer du capital politique, sachez que vous êtes soit tout aussi compromis soit irresponsable.

Monsieur Charest, je vous appuis dans votre démarche, mais ne nous décevez pas.

Je me demande si Harper ne gagnerait pas 25-30 députés au Québec s’il déclenchait une commission d’enquête sur la construction au Québec avec l’excuse qu’un Pont Champlain à 4G$ payé à 30% trop cher serait contre ses principes de bon gestionnaire.

En plus, une partie de cet argent irait à la Mafia et lui, Haper, est contre le crime.

Déjà qu’il n’aime pas charest et qu’un bon coup de pied au cul aux Québécois est bien vu au ROC…

En y pensant bien, je me demande si c’est le milieu de la construction le problème. La corruption est trop généralisée pour être circonscrite à un seul domaine. Prenez Hydro. Des cadres prennent leur retraite, vont au privé, se font sous-contracter pour faire le même travail en touchant leur retraite ET un salaire.
Il y a les exemples de garderies privées à des amis qui n’ont pas de permis. Il y a les droits d’exploration minière donnés pour une bouchée de pain. On sait tous que les redevances ont été haussées à la dernière minute pour sauver la face parce que tout le monde était devenu au courant du cadeau mirobolant que ce gouvernement offrait aux gazières. On sait aussi que plein de Libéraux avaient décidé de se lancer dans ce pactole.
Peut-on se demander ce qui arrive en santé avec la multiplication des cliniques privées, autre héritage de l’ère Charest? Les coûts explosés du CHUM profitent à qui?
Parlons du fiasco de l’UQAM. OK. C’est de leur faute. Mais encore… Ils pourraient assumer, charger quelqu’un de régler cet embarrassant dossier? Est-ce que quelqu’un planche là-dessus? Le building commence à fissurer mais tout est sous contrôle, qu’ils disent. Sam Hammad disait aussi que les routes du Québec sont sécuritaires, d’ailleurs.
Montréal, devenu capharnaüm administratif, n’a plus les expertises nécessaires pour se rendre compte qu’ils se font f** avec leurs compteurs d’eau. Les Libéraux ont défusionné Montréal mais depuis 9 ans qu’ils sont là, ont-ils fait AUTRE CHOSE pour le cœur économique de la province? Après 9 ans de problèmes criants rapportés dans tous les médias, a-t-on vu un ministre arriver avec un plan d’action pour contrer le déclin du français, l’exode vers les banlieues, les allégations de corruption municipale, les problèmes de gestion des trop nombreux arrondissements?
Y a-t-il UN ministre qui a un plan d’action pour un problème, quelque part?

Le parti Libéral EST le problème.

La commission ne peut pas se faire sous leur règne. Si par miracle, ils en faisaient une, on sait tous qu’ils ne feront jamais les lois nécessaires pour mettre en œuvre ses recommandations. Ils ne l’ont jamais fait avant, ils ne vont pas commencer maintenant! S’ils agissent, ce sera une nouvelle façon de faire un cover-up en demandant à un Fournier quelconque de scinder ses lois en cinq ou six. Avons-nous envie de perdre notre temps à tenter de les croire une autre fois?
La population doit manifester, fort. Le PLQ doit partir. Il n’y a plus d’autre solution.

@Newton »la mafia ne loge pas a gauche »
Elle est bien bonne celle-là
Les liens entre syndicats et mafia ne sont pas assez clairs pour vous?
Les liens entre syndicats et gauche ne sont pas assez clair pour vous?
Les liens entre fonctionnaire et mafia ne sont pas assez clair pour vous?
Les liens entre politique et mafia ne sont pas assez clair pour vous?
Finalement la mafia n’a pas d’idéolgie, c’est le pouvoir et l’argent qui l’intéresse, alors ceux qui n.ont pas compris ça, vous pouvez continuer de vous illusionner à croire que changer de parti pourrait changer quelque chose, vous ne ferez que retardez la mise en place de solutions.
Qu’est-ce que vous croyiez qu’ils veulent les mafia, retardez la mise en place de solutions, attendre que vous retombiez endormis.
Il faut changer les lois pour que des criminels ne soient plus libérés sur des procédures. Ne pas avoir un état de loi, mais un état de justice sociale. Si a la lumière de commission de vérité il est prouvé que vous êtes criminellement responsable, peut importe les procédures pour obtenir les informations et en faire la preuve, vous êtes condamné point final. Et pas de sanction bonbon.

Alors Monsieur Lisée, vos excuses envers votre collèque anglo de McClean’s qui a levé le lapin…ça vient?

Moi ce qui me fait rigoler, c’est de voir matante Pauline réclamer une enquête publique tout en sachant que son propre parti est aussi incriminé et pourri que les libéraux.

On connaît tous les liens incestueux entre le Parti québécois et leurs alliés naturels, les grosses centrales syndicales qui sont, elles, inflitrées jusqu’au trognon par la mafia.

Seul un parti « clean » fera un vrai ménage: l’ADQ, ou la CAQ!!!

Bonjour,
Encore un immense drame qui frappe le Québec de plein fouet. Serait ce que cette partie du Canada serait frappée d’une malédiction. Beaucoup comme moi se posent cette question si nous devrions pas tout simplement foutre le Québec à la porte. Au bout du compte, le Québec est toujours dans le TROU financièrement et le Canada avec l’aide de la péréquation finit toujours par payer pour boucher les trous un peu partout. Bien à vous, John Bull.

Je suis consterné, par ce qui ce passe au Québec.
Pour le moment je vie à l’étranger, donc j’ai une vision externe de ce qui se passe. On blâme Charest, mais il est égale à lui même, pourriture de la pire espèce. C’est nous québécois que je blâme, que sommes nous devenu? Nous n’avons plus de jugement, incapable de réfléchir, nous nous laissons berner par des Charest, Legault. En perdant notre capacité d’analyse nous nous condamnons à disparaitre, c’est peut être ce que nous voulons. L’énoncé de Mr Gascon, est plausible, avec des chieux comme nous tout ce peu.

ce qui me turlupine un peu,c’est que les grandes lignes de ce rapport étaient connu depuis environ 25 ans
on a qu’à penser à beaver asphalte
et tommy derrico,le stratagème des extras avient été soulevé par plusueurs journaliste,pourquoi cet enquête journalistique a t elle été enterré?

En tout cas le référendum de 95 si nous l’avions gagné nous serions entrain de bâtir un pays le Québec.

Seize ans plus tard notre état (provincial)est squatté par un gouvernement corrompu qui est de connivence avec les mafieux et de firmes d’ingénieurs et autres malfrats.

Et dire que Charest durant la campagne référendaire nous parlait de trou noir advenant la souveraineté…

Ce trou noir c’est en y demeurant dans cette fédération que l’on s’y est engouffré.

L’attitude de M. Charest annonce sa fin. Il est coincé et écoeuré car il ne sait plus comment s’en sortir. Prendre le leadership comme vous le mentionné M. Lisée, c’est donner encore plus de voix et appuyer les moyens qu’il a mis en place. C’est donner encore plus de crédibilité au rapport de M. Duchesneau. Ce n’est pas pour rien que le rapport a été coulé, M. Charest ne voulait pas qu’il soit sur la place publique. L’attitude de M. Charest ressemble à de l’évitement, le sujet le fait souffrir, il ne cesse de tenter de le tasser mais il lui revient toujours dans la face, il partira très certainement car il a épuisé toutes les stratégies qu’il pouvait utiliser pour nous amener à parler d’autres choses.

Mme Normandeau a choisi le bon temps pour quitter M. Charest, comme dans la chanson country, Lucille.

J’ai un téléviseur HD depuis moins d’un an. Avec la diffusion numérique par ondes hertziennes, j’obtiens une image plus précise que celle obtenue par les abonnés du cable. J’ai vu Jean Charest vendredi soir à la télé avec Pascale Nadeau. Le Premier ministre était tellement calme que s’en était louche. Ses yeux, surtout le gauche, étaient fixes, un peu comme s’il était sous l’effet du valium. J’ai vu un homme qui mentait, malgré sa grande connaissance des trucs de la communication.

On dirait que le gouvernemnent de Jean Charest est attiré par l’idée d’un retour à la grande noirceur. D’abord, en refusant de tenir une enquête publique sur les magouilles dans le miiieu de la construction. Ensuite, en retournant aux vieilles habitudes caractéristiques des années 40 et 50, où il était de bon ton de brader nos richesses naturelles pour des miettes. Que dire aussi de cette propension à nier tout ce qui est évident pour la majorité des citoyens et qui devrait faire l’objet de toute son attention. Le premier ministre y gagnerait en faisant d’abord un grand ménage dans son entourage immédiat et en mettant à la porte tous ceux qui refusent de voie la réalité en face. Le temps des lunettes roses est révolu. Ça va mal au Québec et il faut remettre les pendules à l’heure dans tous les domaines. C’est drôle que c’est exactement ce que pense François Legault qui, soit dit en passant est en train de rallier la majorité des Québécois derrière lui avant même d’avoir fondé son parti politique. M. Charest, vous aviez l’occasion de lui couper l’herbe sous le pied et vous avez fait semblant de ne pas voir ce qu’il a vu et tout ce que la population québécoise est aujourd’hui en mesure de voir. C’est vraiment triste.

Quelle étrange coincidence que cette corruption émane d’un sauveur fédéraleux dretteux, dans un système fédéraleux de dretteux, financé par des fédéraleux dretteux !!!

Les PPP : Petits Partis Pourris.

Il y aura toujours des trolls de blogue pour balancer qu’on reçoit de la péréquation en omettant de mentionner que c’est le parti qui devrait avoir comme premier devoir de nous en libérer qui nous en empêche. LEUR parti, qui dirige le Québec depuis 9 ans.
Au bout du compte, le Québec est plus dans le trou et a davantage de problèmes de corruption quand il est dirigé par ceux qui prétendent que le fédéralisme est meilleur pour le Québec.

@Benoît:

« je comprendre très bien la différence entre une enquête policière qui jettera les coupables en prison, et une commission d’enquête qui ne sera qu’un spectable qui vendra des journaux.

le même résultat que la Commission Gomery, c’est-à-dire un gros Show Médiatique qui aura couté des millions de dollars, pour envoyer 2 petits poissons en prison. »

Mon cher Benoît, j’ai bien peur que tu ais été victime de la stratégie de banalisation de notre éloquent PM.

D’abord, les deux petits poissons qui ont été jeté en prison, c’est l’enquête policière qui l’a fait, et non la commission Gomery. S’il n’y aurait pas eu de commission Gomery, nous n’aurions rien su sur l’implication du politique dans le scandale des commandites.

Vrai, que l’enquête policière n’a pas réussi à jeter un seul politicien en prison. Pourtant, on sait tous (peut-être pas toi) aujourd’hui que le PLC était impliqué au plus haut niveau. M. Chrétien n’a peut-être pas été jeté en prison, mais il a quasiment tué le PLC. Et, ceci, on le doit à la commission Gomery.

Alors, quand M. Charest veut se limiter à une simple enquête policière, c’est pour s’assurer qu’il n’arrive pas au PLQ ce qui est arrivé au PLC.

Extrait du rapport de l’UAC:
« Nous avons ainsi découvert un univers clandestin et bien enraciné, d’une ampleur insoupçonnée, néfaste pour notre société aussi bien sur le plan de la sécurité et de l’économie que sur celui de la justice et de la démocratie. La situation n’est pas banale. C’est ce que nous ont appris, sous couvert de l’anonymat, des gens exaspérés, voire désespérés, qui ont besoin d’appuis pour espérer de nouveau. »

Voilà ce que M. Charest banalise comme de simples allégations. Faut le faire!

À la lecture du rapport, il est clair qu’il sera extrêmement difficile d’aller chercher des preuves irréfutables qu’un juge endossera. Sans de telles preuves, impossible de faire condamner quiconque. Oh, il y aura bien quelques exécutants de bas niveau qui auront été assez malhabiles pour laisser des traces, mais cela sera tout.

L’enquête policière n’arrivera jamais à remonter toute la filière avec des preuves solides permettant de coincer les « gros » poissons.

Voilà pourquoi M.Charest aimerait bien convaincre tout le monde que l’enquête policière est la seule façon de mettre les responsables en prison.

Quand il dit qu’une commission ne mettra personne en prison, il a tout à fait raison. Toutefois, une commission aurait pour conséquence de mettre en lumière toute la filière de la collusion.

Et pour qu’une collusion fonctionne bien, elle doit demeurer dans l’ombre.

Le plus important, ce n’est pas de jeter en prison quelques petits poissons, mais de faire cesser ces pratiques. À cette fin, une commission est le meilleur outil.

@ Benoît

Votre commentaire m’inspire cette image du cocu content préfèrant ignorer toutes les péripéties des aventures de sa douce avec ses amants plutôt que de souffrir de la vérité qui fait mal.

J’ai lu le rapport Duchesneau. La lecture d’un seul paragraphe de ce rapport devrait convaincre le gouvernement liberal et son chef de famille de faire le ménage réclamé par le peuple entier; il se lit ainsi: « Nous avons découvert un univers clandestin et bien enraciné, d’une ampleur insoupçonnée, néfaste pour notre société aussi bien sur le plan de la sécurité et de l’économie que sur celui de la justice et de la démocratie. »

Ce système endémique de malversations bien enraciné dans les hautes sphères de la gouvernance étatique, défini et décrit dans le rapport Duchesneau, implique nécessairement de grosses légumes du parti liberal et des hauts fonctionnaires de l’État mis en place par le régime de John James Charest depuis 2003.

Depuis plus de deux ans que 80 % de la population réclame une Commission d’enquête publique sur l’industrie de la corruption et le financement des partis politiques au Québec. JJ Charest refuse la seule solution pouvant enrayer un système de corruption endémique enraciné dans la gouvernance d’un État. Nul ignore ses raisons. Ça pue.

Seule une action conjointe du politique et du judiciaire, soit une Commission d’enquête publique, pour le politique, et le maintien de l’Unité permanente anti corruption (UPAC), pour le judiciaire, pourra abattre l’armée industrielle mafieuse de la corruption installée dans les couloirs de notre parlement et de l’administration publique.

Votre commentaire, consciemment ou pas, fait le jeu du maintien d’une démocratie en état de siège, d’un contrôle allégué l’État exercé par une organisation de gangsters.

JJ Charest et ses complices useront de stratagèmes diversifs pour tenter de noyer le poisson, vouloir la population céder et remédier à l’inévitable création d’une Commission d’enquête publique sur l’industrie de la corruption au Québec.

Les Québécois ne seront pas dupes de tentatives de manipulations des citoyens de la part de la grande famille liberal et ses p’titzamis.

Tient

Selon vous M. François un ex péquisse sépatatisse assis entre trois chaises, qui ne veut pas dire qu’il est fédéralisse, va faire le ménage.

Vous êtes facile à convaincre avec seulement trois ou quatre mots bien placés.

@Benoît

La commission Gommery a fait un show de boucane? Peut-être. Mais le parti coupable des malversations est maintenant rendu troisième. Et il lutte pour ne pas disparaître. Aussi, on ne peut pas dire que les Québécois cautionnent le PC qui agit de la même façon. Ce n’est quand même pas de notre faute si le ROC ne trouve pas ça grave de voir des ministres détourner des fonds dans leurs comtés à l’occasion du G20!
Si une commission permet de faire rentrer les rats dans leurs tanières pour quelques temps, ce sera déjà ça. Si le PQ est fidèle à son histoire, il prendra des mesures pour contrer la corruption et les contournements à la loi électorale. Ouiiii il y a des cas de malversation qui émanent aussi de ce parti mais il est quand même le seul qui ait modifié les lois pour améliorer un peu le processus de nomination des juges et nos moeurs électorales. Le PLQ, avec ses habitudes de lancer des principes grandiloquents pour masquer son inaction, n’a rien fait. Avec eux, « Faut relativiser », « Faut mettre en perspective », mais faut surtout pas que ça change.
François Legault a aussi eu une position articulée sur le sujet, mais on ne connaît pas son équipe. Mais comme le PLQ est le parti qui tire le plus sa subsistance des cadeaux et des récompenses (l’histoire de ce parti en fait foi), on peut être certain que les autres se feront un plaisir de leur mettre des bâtons Légault dans les roues.

Oups, je voulais écrire « légaux », pas « Légault ». Lapsus pas très subtil et totalement involontaire. L’inconscient, aussi, fait des calembours…

@ David (# 44):

…et on est toujours dans l’attente des excuses publiques de M. Lisée à TLMEP!!!

Au fait, qui a donné la job de nettoyage à Duchesneau?

Duceppe? Non.

Ma tante Pauline? Non.

Amir? Non.

Attendez…je crois m’en souvenir…

Quelqu’un peut m’aider ici?

Edgar Morin analyse fort bien le phénomène du déni. Il constate que chez ceux qui sont dans une idéologie, ceux qui la défendent, leur idéologie devient une barrière à l’information qui pourrait participer voire amener à la désintégration de cette même idéologie. Et ceci toutes idéologies confondues.

Dans le contexte actuel, tant pour les fédéralistes que pour les séparatistes virulents n’importe quels arguments venant contredire leur conviction devenue une idéologie ne seront perçus que comme une attaque en règle contre leurs convictions. Il en est de même des informations même factuelles.

Par example M. Ausasant qui confirme la création d’un nouveau parti politique n’aura que faire d’une information qui lui dirait que ce faisant, il livre encore une fois le Québec aux libéraux de Charest. Sa conviction l’empêche de tenir en compte l’hypothèse que son action pourrait bien devenir contreproductive au regard de la finalité recherchée.

À moins que ce ne soit qu’une simple manifestation d’un égo surdimensionné qui prend le pas sur la réalité politique concrète.

«[…] une conviction bien assurée détruit l’information qui la dément.»
[Edgar Morin in « Pour sortir du XXè siècle »]

@ François 1

Donner un mandat d’enquêter n’est pas un exploit en soi, surtout quand c’est fait pour éviter une commission d’enquête publique exigée par plus de 85% de la population (sondages à l’appui).

Ne pas donner suite au mandat qu’on a commandé est tout simplement médiocre, surtout quand ce n’est pas fait parce qu’on est concerné (rapport Duchesneau à l’appui, non lu par Charest de son propre aveu)

Voilà tout le mérite de Charest et du PLQ, faire des choses à la sauvette et faire l’ignare quand ça chauffe trop.

De plus, annoncer des coupures draconiennes au même moment où le tollé est de plus en plus fort tient de l’improvisation afin de détourner l’attention du public. Technique d’écran de fumée 101 fait-il partie des cours obligatoires pour entrer au PLQ?

Bref, le motto des libéraux est présentement: « Sauve qui peut! »

Nous, il nous reste un « Je me souviens » à graver dans notre mémoire afin de ne rien oublier de ce roman savon à la saveur d’Omertà…

Le boomerang Duchesnault lui revient en pleine gueule.

Que les témoignages de Bellemare et Fava devant Bastarache prennent donc une tout autre dimension.

HéHéHé

François 1 n’a pas compris que Charest voulait faire diversion pour berner les naïfs.

Il semble avoir réussi facilement auprès de certains…

68 François 1 :
septembre 19, 2011 à 4:31
Au fait, qui a donné la job de nettoyage à Duchesneau?
– – – – – – – – – – – –

Duchesneau n’a jamais eu le mandat de « nettoyer », mais un mandat pour enquêter.

C’est pas pareil, François 1.

@François1:

Tu sembles vraiment plus préoccupé par les autres partis que par le gouvernement. Veux-tu dire que tu es satisfait de son job et que tu vas voter pour lui à la prochaine élection?
Est-ce que tu appuies Jean Charest dans sa démarche?

J’espère t’avoir aidé. Tu semblais avoir perdu le sujet du blogue.

« Au fait, qui a donné la job de nettoyage à Duchesneau? »

Ha bon!

Je ne savais pas que Duchesneau avait reçu l’ordre de faire le ménage.

Merçi du scoop M. François.

@ François premier

« …et on est toujours dans l’attente des excuses publiques de M. Lisée à TLMEP!!! »

Pourriez-vous nous expliquer quelles sont ces excuses?

@Gastondegatineau

Je ne croyais pas que mon mot provoquerait autant.

entre vous et moi, c’est facile de dire que c’est Jean, ou Pauline, ce sont eux qui passe devant le Kodak, mais entre vous et moi, Vous savez très bien que ceux qui sont protèger, cacher et féliciter ce sont les H-F de l’état. et ces H-F de l’état sont là depuis 30 ans. leur allégeance politique, je m’en fou litérallement.

ce qui faut réellement dans notre système c’est rendre le décisionel imputable, ce qui n’est pas le cas en ce moment.

le problème est plus profond que les partis politiques, plus profond que les ministres et sous ministres. c’est en dessous que ca se passe.

certes je n’ai aucune preuve de ce que j’Avance, mais quand je lis le rapport, moi, c’est ca que je vois.

@Benoit

L’EACP ne secouera rien du tout. Il s’agit d’une créature du gouvernement qui dépend du ministre de la sécurité publique et qui ne peut rien faire sans son assentiment. La SQ avait quelques grosses pointures dans sa mire et l’EACP a été créée pour deux raisons :

1- Retirer les dossiers chauds des mains de la SQ;

2- Faire en sorte d’évacuer la preuve. Comme on a pu le constater lors de l’Opération Colisée et dans l’affaire de fraude impliquant deux entreprises contrôlées par Accurso, les accusés s’étant empressés de plaider coupable, le dossier de preuve n’a pu être rendu public, il sera à jamais confidentiel et inaccessible.

Il en ira de même avec les accusés « triés sur le volet » par le ministre de la sécurité publique. Ils plaideront coupable et la preuve sera escamotée.

Les enquêtes policières de l’EACP sont donc bien pratiques pour le gouvernement, elles lui servent de paravent, elles lui permettent d’avoir l’air de faire quelque chose, elles lui permettent de décider qui fera l’objet d’une enquête et quels dossiers seront transmis au bureau du procureur et enfin, elles ont l’immense mérite, aux yeux du gouvernement, d’empêcher finalement toute divulgation de la preuve accumulée.

Peut-on imaginer plus belle arnaque, plus belle confiscation de la démocratie et de la transparence, au profit des magouilleurs et des mafieux.

Au contraire, une enquête publique amènerait la preuve en plein jour, sous le feu des projecteurs et nous permettrait de comprendre enfin le modus operandi du système de corruption et de collusion, son ampleur, ses ramifications et son degré de pénétration de nos administrations publiques provinciale et municipales.

Une fois en possession de toute l’information, les membres de la commission feraient les recommandations permettant d’éliminer le système.

Tant que nous n’aurons pas un portrait exhaustif de ce qui se passe, tant que nous ne connaîtrons pas jusqu’à quel niveau en est arrivée la gangrène qui ronge nos administrations, nous ne pouvons nous fier que les quelques modifications apportées par ce gouvernement soient suffisantes et d’après les constatations du rapport de l’UAC et d’après ses recommandations, on est loin, très loin du compte.

Ce qui importe n’est pas de faire accuser quelques joueurs des ligues mineures, qui plaideront coupable et seront aussitôt remplacés. Ce qui importe, c’est de détruire le système.

On ne peut empêcher l’existence de magouilles, on ne peut empêcher l’existence de gens corrompus et de corrupteurs, ils relèvent du travail policier, mais on peut venir à bout du système qui les abrite et les nourrit avec notre argent et ce faisant, nous limiterions leur influence à n’être que ponctuelle, plutôt que systémique et endémique et nous sauverions sur les coûts de construction et probablement sur les coûts partout où nos gouvernements contractent avec le privé.

Il y a donc une différence essentielle entre les magouilleurs et un système de magouillage. Les enquêtes policières s’intéressent aux premiers et l’enquête publique au second. Chacun son métier et les moutons seront bien gardés.

Pour ce qui concerne l’EACP, il faudrait l’abolir et tout recommencer. Elle devrait relever de l’Assemblée Nationale, autant pour son mandat, la nomination de son personnel, que pour sa reddition de compte et ses rapports. Elle devrait aussi avoir une complète autonomie concernant les sujets sous enquête, quels que soient leur richesse, leur statut social ou l’organisation à laquelle ils appartiennent, incluant les fonctionnaires et les politiciens et ce jusqu’au PM et aux maires de toutes les villes du Québec.

En terminant, je souligne l’excellent travail de Duchesneau et je déplore qu’il n’ait pas été nommé à la tête de l’EACP. Je présume qu’il est trop honnête et pas assez malléable, comme le démontre la teneur de son rapport.

Je déplore aussi les bois dans les roues que le gouvernement a mis aux enquêteurs de l’UAC, pour empêcher leur incorporation automatique à l’EACP. Là encore, on peut s’interroger sur la volonté du gouvernement d’avoir une escouade efficace, expérimentée et incorruptible.

Pour ceux qui tentent de donner à patapouf le crédit d’avoir commandé le rapport de l’UAC, je souligne qu’il s’agissait d’un rapport secret et que nous n’aurions jamais rien su de ce qu’il contenait, n’eut été de ce providentiel coulage. Alors pour le crédit, on repassera et il faut plutôt le donner à celui qui a eu l’intelligence de comprendre les intentions du gouvernement et la présence d’esprit de les contourner en l’envoyant à La Presse et à RC.

@Youlle

Il veut que M. Lisée fasse des excuses concernant l’article du Macleans. Il y en a qui souffrent de fixations obsessives compulsives. Ils jouissent, dès que quelqu’un quelque part nous fait son petit numéro de Québec bashing, cela les enchante, c’est ce que j’appelle le syndrome du colonisé, pour ne pas dire du colon. Ils sont trop simplets pour réaliser que la seule différence entre nous et le reste de la planète c’est, comme le disait Antoine, que nous sommes en avance de deux ou trois longueurs.

Nous ne souffrons d’aucune hypocrisie et d’aucun puritanisme et nous acceptons volontiers de parler de corruption et de collusion sur la place publique, comme nous avons abondamment parlé d’accommodements raisonnables.

Des bandits et des mafieux, il y en a partout et des gouvernements corrompus aussi. La différence entre nous et les autres, c’est qu’eux ne veulent pas le savoir et nous, oui, nous voulons savoir, tout savoir, sauf évidemment ceux qui ont beaucoup à y perdre.

Si la corruption est à ce point présente ici et quand on sait que ce système n’est là que pour l’argent, il est difficile de croire que cela se limite au Québec. Je suis d’opinion que plus il y a d’argent dans l’assiette au beurre, plus les vautours se précipitent.

Mais comme nous n’éprouvons aucune gêne à en parler, je dirais que cela provoque un effet d’entraînement sur nos médias qui se sentent appuyés et encouragés par la population à fouiller ce bourbier puant et comme les autres ne le font pas, nous avons l’air des plus corrompus de la planète.

Mais les autres, plutôt que de se moquer de nous, auraient tout intérêt à nous imiter. Ils auraient probablement de très grosses et très mauvaises surprises. Mais il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre et pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Pour ce qui concerne le Macleans, l’auteur s’est limité à faire le compte des malheurs qui nous affligent, jusque-là c’est tel que tel, mais les conclusions qu’il en tire sont parfaitement imbéciles et ne jugent finalement que ses préjugés. Cet article n’était qu’une sorte de liste d’épicerie écrite par un frustré trop lâche pour faire chez-lui le même exercice que nous faisons ici, sachant qu’il risquerait d’être mal reçu.

À tous ceux qui m’ont fustigé au sujet de ma question: vous avez raison, Duchesneau n’a pas été recruté pour « faire le ménage » pais pour enquêter.

Donc, je reprend ici ma question: Qui a recruté Jacques Duchesneau pour « enquêter » sur la corruption dans le monde de la construction au Québec?

J’attends vos réponses avec espoir…

Ce que je retiens c’est que l’Unité anticollution (UAC) du Ministère des Transports présidée par M. André Duchesneau qui a produit le rapport du même nom a été créée par le gouvernement libéral de Jean Charest. Plusieurs cas suspects détectés par les enquêteurs du ministère des Transports ont été transmis aux policiers de l’escouade Marteau, une autre création du gouvernement Charest. Quant à la nouvelle Unité permanente anticorruption (UPAC], une troisième création du gouvernement Charest, elle a confirmé la semaine dernière que 13 dossiers avaient été soumis à la police et dont on entendra parler dans les prochaines semaines.

@François 1 04h21

Qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans le fonctionnement des institutions parlementaires ?

C’est madame Julie Boulet.

«Jacques Duchesneau n’a pas encore signé de contrat avec le gouvernement. «Je suis tellement convaincu de la cause que je n’ai même pas parlé de ça encore», a-t-il affirmé. Son mandat est d’une durée de deux ans, renouvelable. Il relèvera du sous-ministre, a indiqué Julie Boulet.

Selon la ministre, des négociations sont en cours avec le Secrétariat aux emplois supérieurs du ministère du Conseil exécutif – le ministère du premier ministre. Or, le Secrétariat n’était pas au courant de l’embauche de Jacques Duchesneau, a indiqué la secrétaire générale associée à la communication gouvernementale, Marie-Claire Ouellet.»

Réponse de Duchesnau à sa nomination : «Est-ce que, parce qu’on lance l’unité anticollusion, toute idée d’enquête publique est effacée? Je vous dirais que non. Mais ce n’est pas à moi de prendre la décision. Moi, je m’occupe de m’assurer que les 4,2 milliards seront bien investis. Le reste relève du politique.»

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201002/23/01-954532-duchesneau-a-la-tete-dune-unite-anticollusion.php

Comme pour le CHUM, il semble que monsieur Charest raffole des « études tablettes » pour essentiellement décorer les étagères de son bureau… Le hic c’est que cette manie de « design intérieur » coûte cher aux contribuables.

@Francois 1

DONC, tu appuies Jean Charest?
Tu es satisfait de son job? Vas-tu voter pour lui à la prochaine élection?

Ce serait bien que tu répondes, parce que tu prétends être Libertarien et que franchement, à voit ton obstination, je n’en crois plus un mot.

Vas-y. Assume-toi.

Charest n’a jamais pensé que Duchesneau oserait être du côté de la vérité. Puisqu’il est seulement du côté du pouvoir et de l’argent.

@ Jean-François Trottier (# 84):

MON vote M’APPARTIENT et n’a pas à être dévoilé ici!

Par contre, il semblerait, selon les derniers sondages, que votre matante Pauline coule à pic et ce, même si notre Premier Ministre, Monsieur Jean Charest est soupçonné de corruption Pauline = 18%, Monsieur Charest = 22%)!

En clair, les Québécois lui préfèrent quand même Jean Charest. C’est dire…

Peut-être ont-ils lu récemment, tout comme moi, que la campagne à la chefferie de votre Pauline a été largement subventionnée par de grosses firmes de génie-conseil et par les grosses centrales syndicales? Allez savoir…

Lorsqu’interrogée à ce sujet, elle a répondu que ce « n’était pas pertinent… »!?%…

Pas beau ça?

@ Raymond Campagna (# 82):

Vous pouvez bien écrire des chapitres pour tenter de discréditer Jean Charest, la vérité et là…têtue: Monsieur Jean Charest a engagé Jacques Duchesneau pour enquêter sur la corruption et ce même Jean Charest a mis en route une équipe spéciale d’enquête sur le monde de la construction.

La corruption qui gangrène le Québec, endroit le plus étatiquement adminstré, le plus syndicalisé et le plus gauchisto-socialiste en Amérique, est aussi le plus corrompu et cette tare est le résultat des vérités ci-devant énoncées.

Lu sur Internet: les politiciens et les fonctionnaires possèdent des privilèges monnayables (un plat de bonbons!) qu’ils distribuent à leurs n’amis pour les récompenser et pour se faire réélire. Ceci existe depuis longtemps ici mais seul Jean Charest a agit. Du temps du Parti québécois, rien n’a été fait!

LA solution? Réduire la taille de l’État et ainsi éliminer le plat de bonbons.

Raymond Campagna (# 82):

La corruption qui gangrène le Québec, endroit le plus étatiquement adminstré, le plus syndicalisé et le plus gauchisto-socialiste en Amérique, est aussi le plus corrompu et cette tare est le résultat des vérités ci-devant énoncées.
– – – – – – – – – – – –

Le « parrain » Charest qui dirige un gouvernement gauchisto-socialiste depuis plus de huit ans est donc responsable à vos yeux.

Les libéreuls n’en reviendront pas.

@Francois 1

« MON vote M’APPARTIENT et n’a pas à être dévoilé ici! »

Curieuse réponse de la part de quelqu’un qui a de si tranchantes opinions… (surtout quand vient le temps de parler d’un seul et unique parti. )

De toute façon, c’était la 3e question. Mais je vois que ça te permet d’éviter de répondre aux deux autres. Je vais donc en garder juste une, question de faire ça simple.

Trouves-tu que Jean Charest fait une bonne job?

Vas-y. T’es capable.

@ Jean-François Trottier (# 90):

« Trouves-tu que Jean Charest fait une bonne job? » (sic)

Compte tenu des circonstances, je dirais que OUI!

Notre taux de chômage est relativement bas; il a mis sur pied plusieurs enquêtes sur le crime organisé qui prolifère depuis les dizaines d’années dans la construction (il a fait plus à lui seul que TOUS les autres gouvernements!); il a nommé la Lionne à la tête de la RBQ pour faire le ménage car cette dernière était gangrénée par la mafia syndicale, alliée naturelle du Parti québécois; il adhère aux crédos des écolos à tel point qu’il a été largement félicité dernièrement à New-York, il a mis sur pied le Plan Nord qui sera l’équivalent de la Baie James, autre réalisation Libérale, et il semble s’attaqer au déficit provincial, etc…

Je m’arrête ici car le temps me manque mais j’en aurais pour des heures!!!

Bref, je crois que oui mais un gouvernement MOINS interventioniste aurait fait un bien meilleur travail…

@Francois 1

Boooon. On a au moins une liste des bons coups. J’ai mes doutes su plusieurs d’entre eux mais c’est un début.

1) Il n’y avait pas de déficit quand il a été élu. Et il a promis de réduire les dépenses. Or, il a fait plusieurs annonces de projets non nécessaires (prolongement autoroute 19, stade à Québec, réductions d’impôts en pleine campagne électorale)qui montrent qu’il aime encore dépenser. Lucien Bouchard avait eu plus de guts là-dessus (je ne discute pas des mérites de toute l’administration Bouchard mais ils ont refusé de subventionner les expos même si c’était populaire).
2) Il y avait moins de corruption quand il a été élu. À ce chapitre, c’est quand même drôle de nommer une lionne péquiste pour faire le ménage. On sait aussi que c’est pour éviter de faire on-sait-quoi qu’il l’a nommée.
3) Le plan Nord… Les milliards d’investissements annoncés étaient déjà prévus par les compagnies minières, plan Nord ou pas. Pas pour rien que Jean Charest a été si vague pendant si longtemps: il attendait que les investissements commencent pour en prendre le crédit. Et puis le PQ depuis Boisclair (avec son « occupation du territoire ») parlait aussi d’investir dans le Nord. Les péquistes ont quand même fait la Paix des Braves qui permet ce qu’on vit présentement.
Vrai qu’on a quelques autres bons coups mais ils ne compensent pas tout ce qu’il a fait de mauvais (et je n’en ai nommé qu’une toute petite partie). Le délabrement de l’état sous sa gouverne est une vraie bombe à retardement. Par exemple: il n’a rien privatisé mais il a sous-contracté énormément. C’est pire qu’un état trop petit ou trop gros: on a un état qui achète à des gens sans savoir si c’est bon ou pas parce qu’elle n’a plus d’expertise. C’est le pire des deux mondes.

Un détail pour finir: la mafia est dans la construction. Prétendre que les syndicats de profs, de fonctionnaires, de la santé ou autres son infiltrés par la mafia, je n’y crois pas. Que le PLQ le soit, par contre, j’y crois. La mafia infiltre aussi leurs entreprises donatrices. À côté de ça, la campagne à la chefferie de Marois qu’elle était sûre de gagner, c’est de la petite bière.

Vrai qu’on a un bas taux de chômage. Mais c’est grâce à un vaste programme de travaux publics qui coûtent trop cher et à la structure de notre économie moins affectée par la crise.

Enfin, je pourrais continuer longtemps à vanter ses « mérites ». Ma seule question c’est « par qui je le remplace ».

@François 1

Bref, s’il y avait moins de mafia, il y aurait moins de corruption.

Et s’il y avait moins de corruption, il y aurait moins de mafia !

Vous travaillez pour Hygrade ?