Corruption: univers clandestin ou salissage politique?

 

Au 12e jour de la campagne, Jean Charest est revenu sur le sujet de la corruption. Pas le choix, vraiment. Et ce, pour deux raisons.

1) L’arrivée de Jacques Duchesneau à la CAQ en a fait le thème dominant de la première moitié de la campagne électorale.

2) Le sujet pourrait aussi lui coûter une partie des appuis restants au PLQ chez les francophones au profit, justement, de la CAQ. Rappelons que les intentions de vote francophones pour le Parti libéral tournent à peine autour des 20%. Pas de quoi se permettre d’en perdre encore.

Donc, pas le choix. Le chef libéral continue de marteler qu’aucun gouvernement avant le sien n’a autant fait pour lutter contre la corruption. On se souviendra que dans ce département, il a même attribué à son gouvernement la note exceptionnelle de 8/10.

Pour bien des électeurs, par contre, cela leur rappelle surtout que s’il y a autant d’actions gouvernementales sur ce front, c’est peut-être aussi parce qu’ils n’auront pas été soumis à autant d’allégations de corruption depuis belle lurette…

Pourtant, en même temps, un ex-politicien se vidait le coeur sur le sujet en des mots qui ont dû beaucoup plaire au premier ministre. Selon cet «ex», toute l’attention dévouée au Québec depuis quelques années au sujet de la corruption serait du «salissage politique».

Ces paroles, elles viennent de nul autre que Guy Chevrette, ex-ministre péquiste des Transports et ex-organisateur du Parti québécois.

En entrevue avec Le Soleil, M. Chevrette s’en est également pris à Jacques Duchesneau. Durement. Lui reprochant, entre autres, un manque de rigueur, d’éthique, de jugement et même, de mettre en péril la commission Charbonneau avec ses critiques ouvertes de son procureur-chef.

Quant aux allégations faites en 2011 par M. Duchesneau dans son rapport explosif sur l’existence au Québec d’un «univers clandestin bien enraciné et d’une ampleur insoupçonnée», M. Chevrette les traite d’«épouvantables».

Outré, il se porte à la défense de la réputation des politiciens. Selon lui, la «très grande majorité des politiciens sont honnêtes».

Quant aux électeurs et aux médias, il est d’avis qu’ils comprennent mal le «métier des politiciens».

Sur la question de l’influence de l’argent dans les partis et de l’octroi de contrats publics, les élus, dit-il, ne savent tout simplement pas avec qui ils se retrouvent dans les cocktails de financement.

Guy Chevrette dit même se refuser «à croire qu’il s’agit de systèmes structurés et organisés. Je ne crois pas ça. Je crois bien plus que les gouvernements sont victimes d’arnaques qu’ils n’ont pas vues venir».

Des «victimes»? Le moins qu’on puisse dire est qu’une telle déresponsabilisation des gouvernements – les gardiens élus des deniers publics – est pour le moins étonnante.

Cela dit, parce qu’elle est lancée en pleine campagne électorale, la charge de Guy Chevrette n’aura sûrement pas passé inaperçue dans le «war room» libéral.

Surtout pas à quelques jours du premier débat des chefs.

Donc, la corruption: univers clandestin ou salissage politique? Vaste question.

Les multiples allégations et reportages de journalisme d’enquête des dernières années penchent pourtant nettement plus vers la première hypothèse que la seconde…

Un autre point de vue

Sur le sujet de la corruption, on entend beaucoup les voix du PLQ, du PQ et de la CAQ.

Or, ici, sur le blogue de L’actualité, cinq candidats sont maintenant présents pour défendre les positions de leurs partis respectifs: PLQ, PQ, CAQ, Québec solidaire et Option nationale.

Dans son billet sur l’«intégrité», la candidate d’Option nationale, Catherine Dorion – dont sa vidéo de présentation particulièrement originale fait un véritable tabac sur les médias sociaux -, en dit ceci:

L’intégrité n’est pas une affaire de mesures, de programmes coûteux pour rendre les politiciens moins menteurs ou moins crosseurs. Un gouvernement malhonnête qui met lui-même en place une escouade anticorruption ne fera pas en sorte de s’humilier et de se punir soi-même juste pour le plaisir de le faire, voyons.

Le seul moyen d’avoir un gouvernement intègre, monsieur le journaliste, c’est d’élire des gens intègres.

Pour ou contre ce point de vue, il reste que personne d’Option nationale ne pourra l’articuler lors des quatre débat des chefs des 19, 20, 21 et 22 août. Son chef, Jean-Martin Aussant, quoiqu’il ait siégé à l’Assemblée nationale, n’en sera pas

 

Laisser un commentaire

Je pense que Guy Chevrette est complètement dans le champ. Peut-être est-il resté accroché à l’époque où il était politicien. J’aimerais croire qu’à cette époque la collusion et la corruption étaient moins généralisées. J’espère que c’est là la meilleure explication à son étonnante déclaration. L’autre explication, que j’espère ne pas être la bonne, c’est qu’il craint de voir sortir des informations qu’il préfèrerait voir laissées dans l’ombre.

Même si Charest ne peut plus de faire comme si le problème de la moralité de la politique et des politiciens n’existait pas, des questions fondamentales et centrales restent posées et qui restent sans vraies réponses.

Par exemple, pourquoi cette attente de trois ans pour créer une commission d’enquêtes ?

Pourquoi avoir attendu des pressions extrêmement fortes émanant de tous les pans de la société pour donner à SA commission les pouvoirs normaux d’une telle commission d’enquête ?

Pourquoi avoir créé alimenté et instrumentalisé le conflit étudiant exactement au moment où des élections étaient à prévoir ? Pourquoi avoir volontairement mis en péril une session complète d’études ? Pour aider à sa réélection ?

Pourquoi exiger des ministres libéraux qu’ils rapportent au moins 100,000 $ dans les coffre du PLQ ?

Pourquoi le PLQ versait-il 75,000 $ en salaire caché à Charest ? Qui était l’employeur de Charest, le PLQ ou les citoyens du Québec ? Pour qui travaille Charest ?

En terminant, je tiens à souligner que si des membres de partis politiques autres que le PLQ sont impliqués dans des allégations de collusion et de corruption, ils en paieront le prix. Mais ce n’est pas une raison de se boucher les yeux et d’éviter de regarder le problème même si le cancer est plus généralisé qu’on le croyait. Le «tout le monde le fait, fait-le donc » n’a pas sa place en politique et chez les politiciens.

Les truands n’ont pas de place en politique. Les citoyens paient assez de taxes et d’impôts. Nous n’avons pas en plus à payer pour la mafia, le crime organisé et tous puants qui gravitent autour.

Mais d’affirmer que «Le seul moyen d’avoir un gouvernement intègre,[ … ] c’est d’élire des gens intègres.», se rapproche des vieux pieux, de l’angélisme. L’approche de la carotte et du bâton n’a pas perdu ses vertus.

« C’est une maxime bien essentielle dans le gouvernement, de prévenir que les peuples ne tombent dans une sorte d’indifférence qui leur fasse penser qu’il est égal de vivre sous une domination ou sous une autre. »
[Louis XVI]

«Le seul moyen d’avoir un gouvernement intègre, monsieur le journaliste, c’est d’élire des gens intègres.»
Bullshit. Le mythe du caractère et l’idée qu’élire des gens vertueux réglera nos problèmes a été abandonnée, avec raison, par toute bonne philosophie politique moderne. C’est la force des institutions, un bon ensemble de ramparts institutionnels, donc certaines de ces «mesures et programmes coûteux» comme nous parle Mme Dorion, et des citoyens avertis qui font la lutte à la corruption au sein d’un système politique et économique complexe comme le nôtre.
Malheureusement, les bonnes intentions ne suffisent pas et les gens gentils n’y peuvent souvent pas grand chose.
En ce sens, j’ai tendance à croire que M. Chevrette n’a pas tout faux. Bien des politiciens doivent se retrouver victimes d’un système, quoique bien d’autres doivent jouer le jeu avec un certain plaisir.

J’ai 46 ans, ça fait 35 ans que je suit la politique et que je m’implique. Mr Chevrette a eminament raison. Je crois que l’on sous-estime le niveau d’improvisation en politique et l’incompétence. C’est des bénévoles!!!

95% des gens qui partent leur business ferment leur porte ou font faillite. Est-ce des fraudeurs? Ont-il planifier leur faillitte? Ben non, ils sont juste pas bon.

Je ne crois pas que le PLQ soit un repère de bandit. Thomassi pour moi est l’exception.

Est-ce qu’on essaie réellement de me faire croire que le gouvernement est corrompu jusqu’à la moëlle pcq des dons de $5000.00 ont été fait en bonne et due forme par des gens qui voulait un permis pour un CPE sur un budget de 70 milliard annuellement???

Vous pensez pas que si les Ingénieurs du gouv était plus compétent il y aurait moins de trou dans les contrats pour des extra… Une idée de même.

Pour moi on parle de fraude lorsqu’on devrait parler d’incompétence, mais ça fait moins les machettes…

Pour Jean Marti Aussant qui ne peut faire parti des débats il aurait du y penser avant de quitter son parti.Au jeux de l’échèle il a pogné un serpent.¨Ca fait parti de la game.

Guy Chevrette, lobbyiste des entreprises de l’industrie forestière du Québec, aurait-il des squelettes dans le placard ? Sa sortie a toutes les apparences d’une tentative de sauvetage du dernier gouvernement péquiste dans lequel il a agit comme ministre senior à plusieurs portefeuilles. Aurait-il été lui-même « victime » de magouilleurs ? Il y a anguille sous roche…hummm!

La corruption a toujours existée des filous il y en a toujours eu, il y en a et il y en aura encore, mais ce n’est pas en cognant et en martelant constamment au-dessus de la tête de Jean Charest et son parti qu’on me convaincra moi que ça n’existait pas du temps du PQ, je ne suis pas si naïve. Moi ce que je constate, c’est qu’on a mis un disque rayé sur un vieux gramophone, qu’on ne se lasse pas de nous faire tourner et entendre jour après jour dans l’intention bien calculée par des stratèges politiques péquistes ou souverainistes qui ont des intérêts à faire disparaître le PLQ afin de reprendre la place occupée actuellement par un parti fédéraliste. Tout ça pour y replacer le PQ dans le but non caché de reprendre la bataille référendaire pour «se faire un pays». Malhonnêteté, conspiration pour détruire des réputations, pour arriver à réaliser les plans machiavéliques péquistes.

@ Bernard Théroux # 3

N’importe quoi pour ne pas appeler un chat, un chat.

Votre comparaison avec les entrepreneurs est tout à fait loufoque. Vous dites avoir 46 ans. Ce n’est pas un défaut évidemment. Mais il me semble qu’à votre âge je savais bien qu’on ne devait pas comparer un cheval avec un lapin.

Quant aux bénévoles, là vous avez perdu une belle occasion de ne rien dire. C’est comme ceux et celles qui présentent leurs commentaires sur Internet, il y en a des meilleurs que d’autres, et de beaucoup dois-je dire. J’ai connu des bénévoles ici et là qui mettaient leurs TRÈS GRANDES compétences au profit d’OBNL extrêmement performantes.

Je mettrai vos autres judicieux commentaires sur le dos de votre jeune âge. Sans rancune …

«La différence essentielle entre un jeune con et un vieux con réside dans le temps qu’il leur reste à être cons.»
[Jean Dion]

Dans la listes des pays corrompus, les pays honnêtes, en tête de liste, ont non seulement des lois appropriées mais surtout ils les appliquent. C’est là le secret. Légistlation et application.

Ici, au Québec, on a déviargé la fonction publique parce qu’elle coûtait trop cher, et on a laissé aux loups la garde de la bergerie. Ce qui devait arriver arriva. Les loups se servirent et se servent encore.

Solution : remplumer la fonction publique au niveau antérieur et observer la crise se résorber.

De tout temps, les capitalistes de tout accabit se sont efforcés de déjouer le système. C’était vrai au temps des Egyptiens, au temps des Grecs, au temps des Romains et encore et toujours vrai en Chine, en Inde. On y échappe pas.

Les stratagèmes sont connus et employés. Chez les pays honnêtes, les lois et les gardiens de l’ordre sévissent. Le système fonctionne parce que les gens sont fondamentallement honnêtes. La société dans ces pays est mieux soudée que dans les pays corrompus où l’individualisme règne en maître. Le chacun pour soit conduit à la ruine du tissu social : Grèce, Italie, pour n’en nommer que deux.

Dans les pays plus évolués, honnêtes, l’idée de société et de la responsabilité de chacun est présente chez la vaste majorité des citoyens. Donc ça marche.

Lors de la Révolution tranquille et lors de l’élection du PQ en 1976, il existait un air du temps qui soudait la société. Aujourd’hui, cet air c’est évaporé avec les résultats que l’on connait.

Il est temps de retourner à la case départ : un pour tous et tous pour un.

Ah…si Chevrette savait !

Gosh…après avoir pillé nos forêts comme l’avait fait son prédécesseur (Brassard), on le retrouvait après sa démission comme ministre, à la tête du Conseil de l’industrie forestière du Québec…trouvez l’erreur.

Elle est là l’arnaque.

Pas de crime organisé dans le système sinon dans la tête des honorables ministres et des lobyistes.

Rien sur papier qui puisse prouver le crime pendant le mandat des ministres. C’est après le méfait que les liens peuvent être fait par celui ou celle qui a le moindrement de jugeotte.

Regardez Bouchard, Beauchamps, Couillard, HP Rousseau et j’en passe…tous recrutés par les firmes qui, reconnaissantes pour les faveurs recues de nos augustes ministres (voir reportage de RC: http://www.youtube.com/watch?v=liTXzDjZG2U ou roi (Desmarais, Paul de son prénom), ouvraient leurs carnets de chèque au profit de ses pôvres ex employés de l’Etat.

Le crime est organisé de la facon suivante…tu rends le service et on te paie grassement plus tard…

La petite chèvre de Joliette qui rumine le foin de ses maîtres, c’est tout ce qui me vient en tête…

« La pire des corruptions n’est pas celle qui brave les lois ; mais celle qui s’en fait à elle-même. » Bonald

Pour avoir travaillé 30 ans dans le secteur public, je crois en effet que l’incompétence (des élus et des journalistes) coûte 1000 fois plus cher que la corruption. Le problèeme est que l’on gère et dénonce ce que l’on connaît et sait reconnaître. Il est plus facile de dépister une fraude dans un compte de dépenses de quelques centaines ou milliers de dollars que de se rendre compte que l’on paie trop cher le béton, qu’on fait faire plusieurs fois et inutilement les mêmes travaux ou que les niveaux intermédiaires de gestion sont incompétents au point de démobiliser les employés et encourager l’absentéisme. Mais tout cela est trop compliqué pour nos bons journalistes qui repèrent et dénoncent plus facilement le prix exorbitant payépour un jus d’orange ou l’avion utilisé une couple de fois à des fins privées. Et ce n’est pas près de changer car les commissions parlementaires font de meilleurs show que le travail lent, rigoureux et systématique du rehaussement des compétences à tous les niveaux.

@ Bernard Théroux

« Vous pensez pas que si les Ingénieurs du gouv était plus compétent il y aurait moins de trou dans les contrats pour des extra… Une idée de même. »

Justement le gouvernement Charest les a mis à la porte.

C’est dérangeant les ingénieurs du Gouvernement.

Tout le système est pourri jusqu’à la moelle.

Nous nous laissons déposséder par une bande de mafieux et pillards qui siphonnent littéralement nos ressources tout en détruisant les écosystèmes.

Des milliers de milliards s’envolent vers les paradis fiscaux et on nous demande de faire notre juste part…quelle outrecuidance!

Nos taxes et impôts détournés pour faire rouler la machine de guerre, des milliers de milliards consacrés à la destruction, folie furieuse! Pas d’argent pour la santé, ni pour l’éducation…

On nous affaiblit, on nous appauvrit pour mieux nous arracher le petit peu qu’on a et finir de démanteler, liquider les structures de l’État.

Les psychopathes ont les deux mains sur le volant.

Ils sont armés jusqu’aux dents pour mieux nous faire rentrer dans le rang.

Nous baignons dans la corruption comme des poissons dans un aquarium et nous nous sentons bien au chaud…alors que le monde se meurt!

La guerre c’est la paix La liberté c’est l’esclavage L’ignorance c’est la force (1984).

Votez néolibéral!

@ Bernard Théroux
Je vous cite: « Est-ce qu’on essaie réellement de me faire croire que le gouvernement est corrompu jusqu’à la moëlle pcq des dons de $5000.00 ont été fait en bonne et due forme par des gens qui voulait un permis pour un CPE sur un budget de 70 milliard annuellement??? »

Ce questionnement de votre part révèle votre profonde ignorance de la politique.

Un don de 5000$ à votre parti magouilleur serait selon vous un don à Sa Majesté, au fonds consolidé de l’État. Quelle bêtise ! Pour cela vous serez en retenue après les heures de classe pour faire vos leçons et devoirs sous la surveillance d’un tuteur de votre école secondaire.

C’est peut-être du salissage, reste que le PQ n’a pas de leçon à donner à personne. Rappelons rapidement un certain scandale d’une agence de publicité, proche du gouvennement péquiste, des rencontres dites de »milieu de vie » et certainement des contributions de firme d’ingénieurs.

N’oublions pas que M.Chevrette a occupé des ministères »dits sensibles » ou justement l’État est impliqué largement comme entre autre le ministère des ressources naturelles. Cela me rappele que certaines entreprises avaient des exigences de reboiser, bien que subventionnés, et oubliais de le faire..

Faut pas se méprendre, je suis péquiste. Juste que faire dans l’angélisme comme tente de le faire M. Chevrette, nous fait dévier du fond du problème:faut briser le lien entre l’argent et le pouvoir.Comment le règler? pas compliqué. Fini les contributions privées, autant des individus que de groupes d’individus appartenant à une organisation.

Que la majorité des politiciens ne soient pas corrompus possible, mais il reste les partis et les autres

Je comprends vos preocupations visavis des Politiciens.
Commencons par nous debarasser de Charest, avec ses commission bidon et soyons ferme.
Merci

Confier des mandats a des firmes permet au élus de se défiler de leur role de gestionnaire. Quand ca ne va pas comme prévu, ils peuvent mettre la faute aux consultants. C est faux de croire que le Québec ne peut pas se doter du nombre d ingénieurs nécessaire a la réalisation des travaux.Juste a Montréal encore un contrat de 1.5 Millions pour superviser les changements des travaux prévus pour Pie Ix, donc mettons 10 ingénieurs a 100 000 $ par année qui prendrait un an a vérifier ca, on économiserait 500 000 $….

Les plus populaires