Couillard dit ne pas avoir de temps à perdre avec un individu comme Bédard

DAVOS, Suisse – Les commentaires effectués par certains députés péquistes concernant le séjour en Arabie saoudite de Philippe Couillard sont un signe de faiblesse, croit le premier ministre, qui estime que certains de ces propos sont à la «limite de la diffamation».

M. Couillard n’a pas du tout apprécié la sortie du chef intérimaire péquiste, Stéphane Bédard, qui a entre autres estimé que le premier ministre semblait «très imprégné de ces valeurs», faisant référence aux accusations de non-respect des droits de l’homme à l’endroit de l’Arabie saoudite.

«Si j’étais susceptible, je pourrais le poursuivre pour avoir dit ça», a clamé le premier ministre, visiblement irrité, en point de presse, en marge du Forum économique de Davos, en Suisse.

Lorsque questionné quant à savoir s’il allait passer de la parole aux actes, M. Couillard a répondu de façon négative, affirmant qu’il n’avait «pas de temps à perdre avec un individu semblable».

Au caucus du PQ, en Montérégie, plusieurs députés s’étaient demandé si le séjour de quatre ans du premier ministre en Arabie saoudite, où il a travaillé comme médecin avant d’être conseiller du gouvernement, était à l’origine de ses hésitations à légiférer pour la laïcité de l’État.

D’après M. Bédard, le premier ministre doit expliquer rapidement pourquoi il ne démontre pas plus d’empressement à déposer un projet de loi sur les accommodements raisonnables et la place des symboles religieux dans les institutions publiques.

M. Couillard a répliqué en disant que le PQ ne faisait que ressortir un discours «boueux», qui était un «grand signe de faiblesse» visant à détourner l’attention d’un enjeu qui risque de monopoliser la course à la direction du parti indépendantiste.

«C’est pour empêcher les candidats (…) de préciser leur pensée sur un enjeu qui est compliqué (la souveraineté), a-t-il dit. En attaquant quelqu’un d’autre, bien ça permet de détourner l’attention.»

M. Couillard s’est également dit surpris de voir le candidat à la direction Alexandre Cloutier lui faire la leçon dans le dossier du traitement réservé au blogueur Raïf Badawi, condamné par les autorités saoudiennes à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour avoir défendu les valeurs libérales en plus de faire la promotion de la liberté de religion.

Le premier ministre ne comprend pas pourquoi M. Cloutier l’enjoint à intervenir à Davos auprès du prince saoudien Turqi al Faisal al Saud, ancien ambassadeur invité à l’événement, alors qu’il n’a pas vu le député péquiste «lever le petit doigt» dans ce dossier.

Il s’est défendu d’avoir les bras croisés dans ce dossier en rappelant qu’il avait contacté, la semaine dernière, l’ambassadeur saoudien au Canada ainsi que l’épouse de M. Badawi.

«D’un parti qui s’est distingué (…) par une attaque sans précédent contre les libertés individuelles (avec sa charte des valeurs), d’aller faire la leçon aux autres sur la liberté alors qu’on est soi-même coupable d’un des actes les plus discriminatoires que le Québec ait connu, ça m’apparaît assez ironique», a observé M. Couillard.

Il a par ailleurs été possible d’apprendre que le premier ministre avait discuté du dossier avec le ministre fédéral des Affaires étrangères, John Baird, qui se trouve à Davos en compagnie de quatre de ses collègues.

M. Baird a par ailleurs rencontré un prince saoudien pour plaider en faveur de la défense de M. Badawi. Si ce dernier devait être libéré par les autorités saoudiennes, Québec et Ottawa vont joindre leurs efforts afin de ramener le blogueur le plus rapidement auprès de sa famille, à Sherbrooke.

Pour une deuxième journée consécutive, M. Couillard a enchaîné, avec son ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, une série de rencontres et d’ateliers — dont un avec l’ex-vice-président des États-Unis Al Gore — même si aucune annonce n’a été effectuée.

MM. Couillard et Daoust ont toutefois affirmé que des ententes étaient en voie de se conclure, mais qu’elles seraient vraisemblablement annoncées au moment opportun.

Les commentaires sont fermés.

¨Ce genre d’insinuation démontre le désespoir dans lequel se trouve le PQ face à vivre dans l’opposition pour encore très longtemps.

Pauvre PQ qui s’enfonce encore plus dans la vase d’une fausse lutte identitaire.

La crise identitaire du PQ vient de ce qu’il a été infiltré par des fédéralistes, tellement nombreux que le parti ne se reconnaît plus et qu’il se désintéresse du mandat de René Lévesque.
Quand Maxime Bernier lance ses faussetés sur la péréquation, le parti ne réplique pas, alors que le Québec n’est pas la province la plus choyée du Canada. On ne peut parler de péréquation sans ajouter les subventions que chaque province reçoit, en fonction de sa population. Si on additionne subventions et péréquation, le Québec est la cinquième province dans l’échelle des favorisées. I-P-É: 3600$,
Québec: 2300$.
Quand 650 000 Québécois sont sur-imposés sur leurs dividendes pendant 7 ans, le parti ne réplique pas! Jamais le parti québécois n’a mentionné les raisons économiques qui défavorisent le Québec et qui se suivent depuis la Confédération et même avant, quand l’Ontario (Haut-Canada) a transféré la moitié de ses dettes au Bas-Canada, i.e. le Québec.
En 1902, Ottawa a obligé le Québec à acheter les trains du C.N. de l’Alberta, 58 millions de dollars, alors que les trois provinces de l’Ouest ne payaient ensemble que 11 millions; il faut dire que la route ferroviaire était plus étendue dans cette région que dans le Québec. Le critère sur lequel Ottawa s’est basée, c’est la population et non pas l’importance du réseau.
Le parti québécois n’est plus un parti séparatiste. Il ne fait que parler, parler, parler…

Mais un moment donne faut quand meme assumer ses choix …—

—-

Travailler en arabie saoudite c’est voir des affaires qui cadre pas avec 2015 …

Travailler en arabie saoudite c’est voir des manquements aux droit humains quotidiennement….

Si on y travaille pendant 4 ans … si on a rien a dire sur les manquement aux droits ou que ca pas fait partie de notre reflexion je pense que ca en dit beaucoup sur notre personne.

Il n’y a pas des journalists qui ont ete la bas … j’imagine que ca du etre toute une experience …

Quelqu’un de raisonnable pourrait meme pas ne pas avoir ca a l’esprit en allant travailler le matin.

Le reel c’est que du monde sont trop heureux d’etre content de pouvoir faire de la grosse piasse dans un pays sans veritable droit … ils sont heureux tant qu’ils peuvent faire de la grosse piasse.

Les droits humains du monde autour ils s’en foutent comme dans l’an 40 …

—-

M.Coulilard si vous aviez ete travailler dans medecin sans frontiere vous series une autre personne. Vous vous avez travaillez dans un espace de non droit et ca pas l’air meme d’alimentre votre reflexion.

J’ai honte , mais vous vous devriez avoir honte.

Désolant ce que le PQ a dit, car les propos de S. Bédard entachent tout le monde de ce parti. Comment discuter avec des gens comme ça? Ils sont tellement arrogants dans leurs propos et comportements qu’ils ne méritent pas d’être un parti ou que la population vote pour eux.

Lorsque M. Couillard mentionne que la charte est une attaque sans précédent contre les libertés individuelles, j’ai de la difficulté à croire que la laïcité de l’état et ceux qui la représente soit une attaque contre les libertés individuelles car c’est par la laïcité de l’état que l’on se garantit la liberté.
Pas l’inverse.

Le PQ me fait penser à Ti-Mé…mais en pire!

Je me demande ce qu’en penserait René Lévesque…

http://www.journaldemontreal.com/2015/01/22/les-neo-creditistes

Extrait:

« M. Stéphane Bédard a donc imploré M. Couillard hier de ne pas imposer ces valeurs aux Québécois. «On lui demande de ne pas importer cette réalité ici.»
Cela aurait été parfait dans un show de Juste pour Rire: un Michel Barrette faisant des jokes de mononcle politiques à la Roméo Pérusse: une fois, c’t’un gars qui revient d’Arabie avec une valise pleine de cash, m’entends-tu…
Mais, non! M. Stéphane Bédard est le chef intérimaire du Parti québécois et il parlait sans rire.
Et ce ne sont pas de vieilles archives des sophismes de Duplessis sur le complot des juifs, des communistes, des homosexuels et des athées anglophones qu’on nous resservait hier, mais les propos concertés d’une brochette de candidats à la chefferie du PQ sur le complot islamiste qui nous menace tous. »

Si j’étais péquiste, ce dont je me garde bien, j’aurais proprement HONTE de l’abaissement et de l’abjection dans lesquels pataugent mes futurs « chefs »!

Pas de temps à perdre P.Couillard; pas de temps à perdre pour protéger les citoyens, contrer la radicalisation chez les jeunes québécois, ni pour aller montrer un peu de condoléances et de solidarité à Paris lors de la marche pour Charlie hebdo! Pas le temps.bien trop occupé à trouver des contrats pour les p’tits amis du parti! Il faut se rappeler la réponse de P.Couillard quand on lui a demandé ce qu’il pensait des pratiques de l’Arabie Saoudite et de l’oppression des femmes. Ce à quoi il a répondu que ce n’était qu’«une autre culture!»!! P.Couillard semble donc avoir beaucoup de tolérance pour ces pratiques barbares et misogynes. Accomodements plus que déraisonnables à prévoir sous ce gouvernement. Rappelons nous que sans la vigilance de quelques parlementaires en Ontario il y a quelques années, la loi permettant aux musulmans de se gouverner selon la charia aurait été adoptée!

Les plus populaires