Coup de chaleur en Afrique ?

Pour la première de la saison hiver 2010, notre émission Planète Terre se penche sur l’impact du réchauffement climatique en Afrique.

Un point de vue détonnant sur le réchauffement.
Un point de vue détonnant sur le réchauffement.

Une étude récente fait le lien entre chaleur et conflit, y compris dans le cas du Darfour. Donc demain, davantage de chaleur, davantage de conflits ? Le géologue Michel A. Bouchard, spécialiste de l’environnement et de l’Afrique, n’est pas d’accord.

En prime, j’interroge le juriste Yann Joly au sujet de l’émergence du Droit international de la Santé, puis le géographe Rodolphede Konink recense The end of food. À voir ici.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

7 commentaires
Les commentaires sont fermés.

973 millions d’habitants aujourd’hui, 133 millions en 1900. L’Afrique me semble souffrir bien plus d’un coup de population (sécheresse amenée par la coupe des arbres et des buissons; etc.) que d’un coup de chaleur. Quelle température fait-il maintenant en Afrique? Sans doute +0,4 °C par rapport à 1900! (Le réchauffement climatique se fait sentir bien plus dans l’Arctique qu’ailleurs sur Terre, pour une moyenne mondiale de + 0, 7 °C par rapport à 1900; d’où mon +0,4° C présumé pour l’Afrique.)

Si quelqu’un a des données météorologiques sérieuses pour l’Aftique en général, et ce, de 1900 à nos jours, j’aimerais les connaitre. On pourrait avoir de grandes surprises quant à la faibliesse de la pseudo augmentation, ainsi que de sa marge d’erreur!

PS: dans ses chroniques du J de M, Richard Martineau ne plogue qu’exceptionnellement ses entrevues aux Francs-Tireurs. Exemple à suivre?

Si ca continue à geler en Floride (pire froid en 40 ans, « réchauffement de la planète » qu’appellent) on va manquer d’oranges cet hiver….

DeKonick est rendu à L’Université de Montréal? Mais qu’est-ce qui se passe? Vous volez à Laval tous ses profs? Balhtazar, Pierre Fortin et là De Koninck.

Quelle belle propagande! Tous ces morts causés par quelques dixièmes de degrés difficilement mesurables sur des centaines d’années. Bien sur rien à voir avec les politiques de génocide et de pillage des Britanniques, et autre pouvoir impérialiste. Rien à voir avec le pillage des ressources par les pays riches. Rien à voir avec l’esclavage du passé.

Certain osent parler de surpopulation, quelle surpopulation? Est-ce que l’Inde et la Chine sont surpeuplées et eurent un problème avec le même « réchauffement » de quelques dixièmes de degrés durant la même période?

Ce lien http://bit.ly/6J7hph montre les fortes densités de population de différent pays et régions. L’Afrique n’est même pas dans la liste. Pourquoi donc parler de « surpopulation » en lien avec l’Afrique?

La surpopulation est un mythe comme le montre ce site: http://bit.ly/5v85ur

Voici deux vidéos sur l’Afrique qui parlent des vrais problèmes:
http://simonfiliatrault.blogspot.com/2010/01/lafrique-le-test-moral-de-lhumanite.html

Les rapports étasuniens sur le Darfour sont à prendre avec des pincettes. Les Étasuniens et leurs valets entretiennent aujourd’hui l’idée d’un «génocide» au Darfour pour justifier un conflit armé qui leur permettra éventuellement de renverser le régime actuel, puisque ce régime ne leur est pas favorable. Les conseillers militaires et stratégiques étasuniens sont très présents sur le terrain, au Darfour.

Les Étasuniens et leurs valets luttent désespérément contre l’avancée des Chinois en Afrique, qui est susceptible d’empêcher les Étasuniens et leurs valets (notamment le Canada) de poursuivre leur pillage de la planète et leur surconsommation.

La même chose s’est produite au Rwanda entre 1990 et 1994. Les Étasuniens, leurs ONG de façade et leurs conseillers militaires ont complètement intoxiqué l’opinion publique avec l’idée qu’un génocide était en préparation par les extrémistes hutus. En fait, c’était leur homme, Paul Kagame, qui massacrait. C’est lui qui a provoqué le génocide. Depuis la fin du «génocide des Tutsis», il a tué des millions de Hutus. Parmi ses pires tueries de masse figurent le massacre de Kibeho, en 1995, et les massacres des réfugiés hutus au Zaïre, en 1996 et 1997, perpétrés avec la complicité du général Baril et de l’ambassadeur Raymond Chrétien.

Kagame continue de massacrer aujourd’hui, notamment en République démocratique du Congo, par l’intermédiaire de ses patins, comme Nkunda (voir http://web.me.com/bernarddesgagne/Rwanda/Nkunda.html) et Ntaganda, qui ont pris les commandes des divisions de l’armée congolaise se trouvant au Nord-Kivu et au Sud-Kivu. Les massacres dans l’Est du Congo, près de la frontière rwandaise, font beaucoup plus de morts que ceux du Darfour, mais la propagande de Washington fait que les journalistes canadiens ne s’intéressent qu’au Darfour.

Depuis 1990, Paul Kagame est responsable d’environ six millions de morts. À côté de ça, Polpot, c’est de la petite bière.

Alors, les rapports débiles sur les conflits engendrés par la chaleur ne sont que de la désinformation pour brouiller les pistes. Ce serait bien que les médias fassent vraiment leur travail. Peut-être qu’en écrivant moins souvent et en cherchant un peu plus, les journalistes trouveraient des choses intéressantes à nous dire.

L’Afrique souffre des guerres entre les musulmans et les animistes , entre les pays protestants contre les pays catholiques, entre les chinois ( par intermédiaires ) et les USA et leur base militaire Israel, entre les capitaleux d’Afrique du Sud et tous les pays autour , entre l’Afrique du nord et les Touareg , entre les multinationales des matières premières et les mafias autochtones dans presque tous les pays , entre les indépendantistes et les anciens colonisateurs , entre les déserts et les forêts vierges, entre les pays limitrophes et l’Afrique centrale pour des couloirs d’accès à la mer
Mais les principauc conflits se passent à cause de la jihad qui tente de s’emparer de toute l’Afrique et de la Chine qui s’empare de tous les marchés rentables le temps que les occidentaux perdent leurs temps autour des tours de Babel

«Une étude récente fait le lien entre chaleur et conflit, y compris dans le cas du Darfour.»

Quelle horreur! Est-ce qu’on peut vraiment être détestable à ce point? C’est de l’aveuglement volontaire?

Certes, cela n’a rien à voir avec la religion des gens exterminés, ou leur couleur, ou leur tribu. C’est le soleil qui leur réchauffe le coco. Des musulmans tuent des coptes en Égypte aussi, c’est la chaleur? Et pour le Caucase? C’est quoi? Un rhume de cerveau qui leur fait dérailler des trains.

MichelG dit souvent des absurdités sur son idée absolutiste du Québec souverain, mais il est suffisamment sensé ici. C’est d’ailleurs le meilleur post que j’ai lu de sa part depuis que je visite le site.

Mais sérieusement M.Lisée, cette étude est une horreur.

Ce que je peux vous dire par contre… c’est que plus de chaleur = plus de maladies. Une chose que vous n’entendrez jamais des réchauffistes qui n’osent pas parler du réchauffement climatique du Moyen Âge par peur de contredire leur a priori, c’est que la peste noire est arrivée alors que la planète s’est réchauffée, à cette époque! Extermination par la maladie d’une large frange de la population. Si on coupe l’Amazonie et les forêts de Madagascar et les forêts appalachiennes et les forêts boréales, tout le monde comprend que cela nous rendra tous malade. Car non seulement la majorité des médicaments du monde proviennent de la végétation de l’Amazonie, l’abattre nous menace, du simple fait que la prochaine peste noire en sortira inévitablement, si on ne fait pas attention. Donc, arrêtée ce non-sens de couper les émissions, quand la question la plus urgente est de cesser de détruire dame nature, garante du cycle carbonique de la vie (photosynthèse). On peut bien tous retourner aux chevaux, ça ne change foutrement rien aussi longtemps qu’on massacre les poumons de la planète, que sont ces grandes forêts (boréale, amazonienne, Madagascar, etc).

Mort à Maurice Strong et à tous ses conspirateurs criminels, si vous aimez les Pétrolières, c’est bel et bien celles-ci qui sont derrière le mouvement environnementaliste actuel que tous les moutons médiatiques broutent (oui oui, si Rockefeller est d’accord, vous pouvez être certain que c’est pour votre bien; OBEY disait Orwell). Les profiteurs de la taxe du carbone, de la bourse du carbone, de toute ces machinations totalitaires, sont les mêmes qui contrôlent Shell, BP, Standard Oil, ExxonMobil… Et oui, l’écologisme est une arnaque concocter par les ultrariches, dont les médias font la propagande, puisqu’ils sont identiquement contrôler par ces mêmes intérêts, ils ne peuvent même pas s’en rendre compte. Ted Turner ne peut avoir tort, nous serons tous cannibales!

Le gros problème dans tout, c’est l’étatisme, ça bousille tout. Je suis loin d’être un sceptique quant aux dangers que représente la destruction de notre planète, par le fait de la surpopulation et d’une logique commerciale suicidaire. Je rejette simplement tous les tenants bobos de l’écologisme propagandiste (comme l’auteur). Celle qui vent implanter une autre banque mondiale pour contrôler l’énergie (la vie), mon souffle carbonique et ma liberté. Je ne tolère pas ces chaînes, je n’ai pas besoin d’un État-Nounou pour me tenir la main, je ne crois pas aux grands programme, aux grandes solutions universelles qui veulent forcer le citoyen à agir contre son gré. Le vrai dicton de la révolution, c’est Liberté, Égalité, Fraternité ou la Mort. On retire souvent le dernier passage, mais il exprime bien la condition des trois premiers. Vivre libre ou mourir, ce n’est pas négociable. Le totalitarisme comme solution aux problèmes environnementaux, c’est une petite mort, qui en engendre une grande.

Vous voulez savoir ce qui crée la guerre, la misère, la discorde, les conflits. Imposer des mesures draconiennes qui limitent la liberté individuelle pour ce qu’on donnera comme étant le «bien commun» et vous saurez c’est quoi, la source de la guerre. Ce n’est pas négociable, la liberté… les socialistes l’oublient souvent, assoiffés de justice sociale qui coupe les têtes qui dépassent. Anti-américain, anti-occidental, antisémite, morts aux cons!

Si vous avez besoin de vous donnez un coup de pied dans le cerveau, retournez au catéchisme nietzschéen:
«le socialisme est une conséquence de l’inculture générale, de l’éducation abstraite, de la grossièreté d’âme.»
«Le socialisme est le frère cadet et fantasque du despotisme agonisant dont il veut recueillir l’héritage ; ses aspirations sont donc réactionnaires au sens le plus profond. Car il désire la puissance étatique à ce degré de plénitude que seul le despotisme a jamais possédé, il surenchérit même sur le passé en visant à l’anéantissement pur et simple de l’individu»

« Il faut être un crétin pour se définir comme un nietzschéen de gauche. »
-Michel Houellebecq, entretien avec Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur, 25 août 2005.

L’écologisme est le nouveau terrain fertile de la gauche inhumaine et despotique. C’est pour cette raison et uniquement pour cette raison qu’elle doit être résisté. Faute de quoi, les despotes de la bien-pensée gagne et l’individu disparait alors qu’on l’étouffe pour l’empêcher de souffler des gaz carboniques, de sa bouche immonde. Humain, Trop Humain!