Coup de gueule: peut-on ficher la paix à Justin Trudeau?

Chaque fois qu’une course à la direction d’un parti pointe à l’horizon, les médias se lancent de façon bien compréhensible dans toutes sortes de conjectures. Ce qui est plus agaçant, par contre, est cette chasse frénétique aux engagements prématurés. Bob Rae y a goûté dès qu’il est devenu chef intérimaire du Parti libéral du Canada. À peu près personne ne voulait croire à son engagement initial de ne pas être candidat ni à son hésitation à changer d’idée avant de connaître les règles de la course. Il avait l’air d’en avoir envie? D’être flatté par les pressions et les éloges? Bien sûr, mais à part ses proches et lui, personne ne savait où en était sa réflexion. Ceux qui affirmaient qu’il serait de la course jouaient aux oracles. Son refus de plonger a toutefois relancé le manège autour, cette fois, de Justin Trudeau.

Les pressions sur lui s’intensifient. On le porte aux nues. La course n’est même pas officiellement commencée et déjà deux sondages ont été faits pour mesurer la popularité d’un PLC sous sa houlette. Ce n’est vraiment pas sérieux! Sa notoriété a tout à voir avec son nom et son charme. Il n’a encore rien dit ni rien fait qui permettrait aux Canadiens de juger de ses qualités de chef. Et lui-même n’a pas terminé sa réflexion. Il pourrait encore dire non. Appuis ou pas, idées ou  pas. Une fois tout cela jauger, il doit aussi être certain d’en avoir envie et dès maintenant. Fils de premier ministre qui a grandi une partie de sa vie au 24 Sussex, il sait ce que ce que le travail de chef voudrait dire pour sa jeune famille.

Alors, avant de conclure trop vite et à sa place qu’il devrait être de la partie, on pourrait peut-être le laisser réfléchir en paix, sans le harceler avec les mêmes questions. Sa décision, il va l’annoncer de toute façon.

Laisser un commentaire

Aujourd’hui, j’entendais sur les ondes de Radio-Canada votre collègue Daniel Leblanc du Globe And Mail qui évoquait entre autre le sujet de l’élection d’un prochain chef au Parti Libéral. Quoiqu’il se gardait de ne citer aucun nom, il indiquait qu’il y avait possibilité que le Parti Libéral ne revienne pas au pouvoir avant au moins une, si non deux élections. C’est la raison pour laquelle, considérant que beaucoup de libéraux souhaitaient qu’on arrête de changer de chef presque tous les ans comme cela s’est fait depuis Paul Martin, le choix d’un chef plus jeune était une option.

Si le nom de Dominic LeBlanc a été quelquefois lancé puisqu’il avait envisagé à une certaine époque de se présenter. On comprend que Justin Trudeau qui est pratiquement de la même génération, que c’est aussi une option. Après tout, s’il devait advenir que les Libéraux ne soient prêts à reprendre le pouvoir qu’à l’horizon de 2020, on comprend que les quadragénaires de maintenant, seront juste à point dans 8 ou 10 ans, qu’ils auront amplement le temps de se faire connaître à la population et qu’ils auront tout le loisir d’apprendre l’art de devenir premier ministre. D’autant qu’avec leur « maître » Harper, ils sont en tous points à très bonne école 🙂

Les Libéraux fédéraux seront un parti politique d’un autre pays bientôt. Alors, on s’en fout.

«On le porte aux nues. La course n’est même pas officiellement commencée et déjà deux sondages ont été faits pour mesurer la popularité d’un PLC sous sa houlette.»

Contrairement à monsieur Drouginsky dont je respecte l’opinion, j’incline à penser pour ma part que tout cela montre bien que finalement nous ne sommes finalement que spectateurs dans un grand cirque. Volaille dirait Brassens.

J’en ai plus que marre de ces maudits concours de popularité. Ce n’est pas la substance qui porte les gens vers des politique, c’est l’image.

Si tu as une bonne et belle image tu passe, même si tu n’a pas de substance. Si tu as de la substance mais une image publique déficiente tu mange tes bas.

Plusieurs analystes sérieux ont déjà relevé le fait que Trudeau fils (Ti Pet) est loin d’avoir la profondeur et l’intelligence du père (Pet).

Quant à moi tout ça n’a pas beaucoup d’importance. J’espère toujours que l’on sortira de ce bordel Canadian dans les meilleurs délais.

Alors l’avenir de Ti Pet et du parti libéral m’importent peu.

Qu’on laisse le jeune Trudeau en paix.
Qu’il veille sur sa jeune famille et qu’il s’entoure de jeunes loups pour que dans 7 ou 8 ans ce soit le temps pour lui d’offrir une équipe jeune et dynamique.

@ Cincibole (#4)
Votre opinion est respectable également et ne vient pas nécessairement contredire la mienne.
– Bonne Fête Nationale !

Je croyais que avec la venu de Harper que le pays serait chose faite ( indépendance ) ! Mais avec Trudeau comme chef des libéraux le voeux de Lévesque se réalisera !

Un Trudeau dans une vie c’est bien assez. J’ai 65 ans et je ne suis pas encore revenu du premier Trudeau.
Laissez-moi finir ma vie en paix je vous en prie!

Un Trudeau par siècle, c’est déjà de trop. Justin Trudeau, chef du parti libéral du Canada, Hi ! Hi ! Hi ! C’est la meilleure chose qui pourrait arriver pour nous, les indépendantistes du Québec. Là, c’est vrai, que l’on va le faire notre pays.

De toute façon, il ne faut pas rêver, car les Québécois on la mémoire longue suite au scandale des commandites et le parti libéral du Canada est mort et enterré. Il n’a plus aucun avenir, ni au Québec et ni au Canada. Bon débarras !

Pierre Duquette (Abitibi)

J’aimerais bien voir Trudeau arrivé en scène parce que maintenant on accorde beaucoup trop d’importance à Mulcair. Le chef du NPD n’a pas la stature pour devenir Premier ministre du Canada. Je ne crois cependant pas que les Québécois vont se tourner en masse vers Trudeau, mais au moins il saurait brouiller les cartes ailleurs au Canada.

Ceci dit, il n’en demeure pas moins qu’un Québec souverain serait fort souhaitable, et pas seulement parce ce qu’on ne se reconnait pas dans le Canada d’aujourd’hui. C’est déjà le cas auparavant, mais c’était moins évident pour bien des Québécois. Que ce soit Harper ou Trudeau, ce n’est pas un chef de la sorte qui sauvera le Canada.

Quant à moi, un Trudeau peut bien rester sur son siège sans bouger, le père a assez fait et dit. Cependant, comme il faudrait remplacer de manière urgente les clowns dangereux d’Ottawa, n’importe qui pourrait faire l’affaire, même un Trudeau. Or, il faudrait avant tout qu’il apprenne que le Canada est divisible, alors que les provinces ne le sont pas. C’est ce que dit la constitution canadienne de 1867. Bonjour West-Island!!!

Bonjour. Si je me fie aux commentaires, il n’y a pas que les journalistes et maisons de sondages qui disent n’importe quoi sans savoir de qui ils parlent. Comme d’habitude certains québécois persistent à cracher sur le Canada mais je n’ai entendu personne cracher sur les 2 milliards que le Québec a reçu en péréquation. Les québécois devraient comprendre que si le Québec reçoit 2 milliars c’est qu’il est d’autant plus « pauvre ». Ce n’est pas sans raison que le PQ veut que l’âge nécessaire pour voter diminue constamment, ils savent que les plus sages ont suffisamment de connaissance et d’expérience pour ne pas voter pour un parti qui a servi de « distributrice à bonbons » et enfonce le Québec dans les dettes.

J’aurais vu M. Bob Rae – premier ministre du Canada. En ce qui concerne M. Trudeau, il est très jeune, cherche à « imiter » la facon de faire de son père, et même parler comme il le faisait!

D’ici une dizaine d’années, il va maturer… et, éventuellement, il pourrait toujours se présenter comme candidat!

Tant qu’à M. Muclair, il aurait fallu qu’il occupe ce poste presque tout de suite après le décès de M. Layton. M. Harper aurait eu du « fil à retordre »avec sa Loi C-38…
Patience, son terme tire à la fin et il est clair que les Canadiens ne voteront plus pour lui et sa « gang » de « miouf »!…
Entre autre, bon débarras pour la « Oda »!
et, éventuellement, la « gang » de casse-pieds (Baird, Toewes, McX (armée?), Paradis, etc.) de ce Gouvernement qui cale les Canadiens, aux yeux du monde entier! Exemple: attaque de la Libye!…

Réponse à M. Y Bertrand:
Si je ne fais erreur, cela faisait vingt (20)ans que nous attendions ce deux milliards qui nous était dû…
Il nous reste à recevoir les « intérêts » de ce vingt milliards, en « retard » depuis vingt (20) ans = donc, ± 20 milliards de plus, en intérêts composés, dû aux Québécois! sauf erreur…

Justin a l’air bien gentil mais on ne sait pas grand chose de lui, a part qu’il est le fils de…Qu’a t’il comme études comme formation, comme expérience? a mon avis il aurait tout a gagner a attendre un peu pour maturer, développer sa propre personnalité et prendre de l’expérience. Je le vois bien là un jour. un peu de patience!

vant de revenir au Québec, je pense qu’il enseignait en Colombie Britanique où habitait sa mère Margaret Sinclair. Vers l’âge de 40 ans, il aurait plus de maturité et pourait suivre les traces de son défunt père Pierre Élliot.

Les plus populaires