Crise autochtone : réflexions politiques autour d’une barricade

La crise actuelle semble réunir tous les défis de notre temps en matière de revendication des Premières Nations et de lutte aux bouleversements climatiques. Elle est à la fois révélatrice, essentielle et complexe à résoudre.

Chaque jour, 120 millions de dollars de marchandises passent par le point de passage ferroviaire de Belleville, en Ontario (Photo : La Presse canadienne)

Il y a maintenant plus de 14 jours que les barricades ferroviaires autochtones ou en appui à leur cause ralentissent l’économie canadienne et freinent le déplacement des passagers de Via Rail. À écouter Justin Trudeau, il ne semble pas y avoir de limite au dialogue nécessaire à la résolution pacifique de la crise. À entendre Andrew Scheer, toujours sur le pied de guerre, la police et l’armée pourraient tout régler, oubliant au passage les tragiques épisodes d’Oka en 1990 et d’Ipperwash, en Ontario, en 1995.

La situation est complexe. Et la voie de passage pour une sortie de crise se situe probablement entre l’attentisme et la force.

Voici quelques réflexions.

  • Les chefs héréditaires de la nation Wet’suwet’en, en Colombie-Britannique, exigent le retrait de la GRC de leur territoire avant de commencer un quelconque dialogue. Les officiers y sont présents pour faire respecter une injonction des tribunaux et assurer que les travaux du pipeline de Coastal GasLink vont de l’avant. C’est sur ce nœud que les gouvernements de Justin Trudeau et de John Horgan travaillent en ce moment. Une piste semble se dégager. Les chefs héréditaires ne représentent pas l’opinion de la majorité des autochtones de la nation Wet’suwet’en, qui souhaitent au contraire le passage de ce pipeline afin de recevoir les millions de dollars de redevances qui l’accompagnent dans cette région pauvre. Les conseils de bande, élus par les autochtones, souhaitent la réalisation du projet. Des entrepreneurs locaux se sont fait garantir des emplois. Bref, tout arrêter semble simple, mais comme l’expliquaient plusieurs autochtones Wet’suwet’en à l’antenne de la CBC cette semaine, ils ne veulent pas l’arrêt des travaux. N’empêche que c’est probablement inévitable : déplacer la GRC ou la remplacer temporairement par une police autochtone, puis arrêter les travaux le temps de trouver un compromis sur le tracé ou les sommes en jeu. En contrepartie, la levée immédiate des barricades à travers le pays. Ce qui semble de plus en plus limpide : la solution viendra en dénouant le nœud qui se trouve en Colombie-Britannique. Mettre l’accent sur les barricades en Ontario et au Québec, c’est se préoccuper des symptômes et non de la source du problème.
  • Ottawa a un rôle crucial à jouer auprès des autochtones, mais dans ce conflit, la Colombie-Britannique et le gouvernement néodémocrate de John Horgan sont grandement responsable du problème, puisque ça se déroule chez eux, pour l’un de leurs projets. John Horgan est aussi important, sinon plus que Justin Trudeau, pour trouver une issue à cette crise.
  • La nation Wet’suwet’en ne suit pas unanimement les cinq chefs des clans héréditaires, même si ceux-ci sont très respectés. Plusieurs nations à travers le Canada ont aboli la notion de chefs héréditaires. La Loi sur les Indiens a désigné des conseils de bande élus comme les dirigeants reconnus au sein des Premières Nations et si plusieurs autochtones rejettent ce principe amené par les Blancs, beaucoup d’autres préfèrent être représentés par un conseil de bande élu par des autochtones — et qu’ils peuvent mettre à la porte au besoin — que de suivre des chefs héréditaires. Après cette crise, il appartiendra aux Wet’suwet’en de déterminer les rôles que pourraient jouer les chefs héréditaires et les dirigeants élus d’un conseil de bande à l’avenir. Clairement, ici, le mélange n’est pas fructueux.
  • Le chef de Kanesatake, Serge Otsi Simon, a dit tout haut ce que plusieurs chefs autochtones du pays pensent tout bas : les blocus ferroviaires ont atteint leurs objectifs, il est maintenant temps de les démanteler pour s’offrir un dialogue plus constructif et moins dans l’urgence. Ce serait un signe de compassion, de force, et non pas de repli, a-t-il dit, avec raison. Il a dû nuancer ses propos par la suite, mais il a eu le courage de pointer dans une direction impopulaire pour les éléments plus radicaux sur les barricades : la réconciliation en marche avec les autochtones a bénéficié d’une bonne foi et d’une sympathie populaire depuis quelques années au Canada, mais si les blocus s’étirent en longueur et nuisent de manière sévère à l’économie et aux emplois, des gens vont souffrir et ce capital de sympathie va s’envoler rapidement. Or, ce capital de sympathie de la population est essentiel à la poursuite de la réconciliation. C’est lui qui donne la marge de manœuvre politique aux gouvernements pour continuer d’avancer sur ce chemin.
  • Justin Trudeau et John Horgan sont les deux premiers ministres les plus proautochtones au Canada depuis une quinzaine d’années. Excuses officielles pour les douleurs et les injustices passées, commission d’enquête sur les femmes assassinées et disparues, modifications au serment de citoyenneté pour tenir compte des droits des autochtones, diminution des avis d’ébullition d’eau dans les réserves… Le gouvernement Trudeau multiplie les gestes depuis 2015. Plus de 75 négociations de reconnaissance des droits des Premières Nations sont en cours. Le budget dédié aux affaires autochtones à Ottawa grimpe rapidement. Il était de 11 milliards de dollars en 2015-16 et sera de 17 milliards de dollars en 2021-22. Une hausse de 50 %.

 

Source: Chapitre 3 du Budget 2019 du gouvernement du Canada

Dire que la réconciliation avec les autochtones ne représente que de belles paroles et pas d’action relève de la mauvaise foi. Les chefs autochtones, eux, savent que le projet est en marche. C’est lent et complexe, mais en marche.

  • Les autochtones ne forment pas un bloc homogène, même si les médias ont tendance à mettre toutes les nations et les communautés dans le même sac. Certaines nations sont très avancées économiquement et politiquement, avec un système de gouvernance efficace et des partenariats avec la Couronne. C’est le cas de la nation crie au Québec, par exemple. En revanche, certaines nations ont peu confiance envers le gouvernement canadien ou celui des provinces, sont peu sophistiquées politiquement et sont beaucoup moins prospères. Elles ont plus de rancunes et de griefs envers la Couronne, ce qui teinte leur vision du conflit actuel. Sur le chemin de la réconciliation, toutes les nations ne sont pas rendues au même endroit.
  • Justin Trudeau n’aime pas les conflits. Il est mal à l’aise dans la confrontation directe, particulièrement lorsqu’il s’agit d’un sujet particulièrement important pour lui. C’était visible dans l’affaire SNC-Lavalin, alors que sa ministre Jody Wilson-Raybould représentait deux symboles importants pour lui : l’accession des autochtones au gouvernement — elle était la première autochtone ministre de la Justice — et l’importance des femmes dans son cabinet. Dans la crise actuelle, c’est la réconciliation avec les autochtones, une priorité depuis le début de son premier mandat, qui est en cause. Cela accentue ses hésitations sur la voie à suivre.
  • Politiquement, l’hésitation, l’impression de confusion et celle de ne pas avoir de plan, est plus nuisibles à Justin Trudeau que les blocus sur les voies ferrées. Il s’active en coulisse, mais la communication publique étant mal calibrée depuis deux semaines, ça nuit à son image.
  • Ce conflit, alimenté par des autochtones et des non autochtones, n’est pas simplement territorial, mais aussi et surtout environnemental. Il pourrait préfigurer des lendemains douloureux pour les projets Trans Mountain et Teck Frontier.
  • Les autochtones, comme les citoyens du reste du pays, sont aux prises avec ce grand dilemme de notre époque : comment concilier la recherche de prospérité, qui passe dans plusieurs régions par l’exploitation des richesses naturelles, avec le grand défi qui consiste à lutter contre les changements climatiques. C’est particulièrement vrai dans un pays riche de ses ressources pétrolières, gazières et minières comme le Canada, et c’est d’autant plus difficile pour les autochtones, attachés à leurs terres, à leurs traditions et à leurs territoires, mais où souvent la manière la plus rapide de sortir leurs concitoyens de la pauvreté consiste justement à participer à des projets d’exploitation de ressources naturelles.

Une nation autochtone comme celle de Wet’suwet’en, avec ses déchirements internes sur ce projet de pipeline et ses répercussions sur le pays, condense tous les défis de notre temps en matière de revendication des Premières Nations et de lutte aux bouleversements climatiques. Et c’est pour cette raison que cette crise est à la fois révélatrice, essentielle et complexe à résoudre.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

9 commentaires
Laisser un commentaire

Quand vous parlez que toutes là nations ne sont pas rendues à la même place sur le chemin de la réconciliation, j’ai l’impression de lire plutôt « sur le chemin de l’assimilation ». La nation Wet’suwet’en du camp Unist’ot’en souhaite vivre davantage de façon traditionnelle (chasse, pêche, trappe) et n’est pas intéressée par une éventuelle compensation financière pour le saccage de son territoire. C’est la préservation de ce dernier qu’elle réclame. La loi prévoit d’ailleurs que les territoires non concédés soient gérés par les chefs héréditaires. L’injonction contrevient à cette loi.
Dans le contexte de la crise climatique, c’est aberrant qu’on n’écoute pas davantage les autochtones qui veulent protéger leur Terre mère. La sacro-sainte économie nous tuera. Il serait temps de regarder ailleurs sur le sens qu’on veut donner à nos vies. L’accumulation de capital, vraiment, c’est ça le but?

Répondre

Merci pour ce temps de recul et cette analyse non partisane. Je rêve qu’un politicien au pouvoir ait le courage de présenter les faits de cette façon… Et en passant, merci pour vos chroniques qui sont pas mal toutes de ce niveau là.

Répondre

C’est quand même le point-de-vue de la majorité non autochtone au pays. Si vous voulez lire le point-de-vue autochtone pour vous faire une idée vous devriez consulter Ricochet en anglais, ils ont leur point-de-vue. Après on peut se faire une meilleure idée du conflit, un peu plus neutre. Autre suggestion, lisez la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples autochtones que le Canada a ratifiée, elle est disponible sur le web en français. Pour les plus endurants, feuilletez le rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones (1996) qui donne l’état des lieux sur la question, fait 440 recommandations et qui est toujours d’actualité.

La politique sur les peuples autochtones est en voie de revisoon. Puisque chaque nation/région a des liens plus ou moins étroits avec les provinces, que leur avancement socio économique est différent d’une province à l’autre, pourquoi ne pas laisser la responsabilité, gestion et interaction avec les provinces?
Je vois plusieurs avantages….qui aideraient à régler plusieurs situations! Même si un changement constitutionnel est à prévoir! On est en 2020 pas en 1800!

Répondre

Je ne comprends pas qu’étant abonnée à l’ACTUALITÉ, on limite la lecture des articles que je vois dans le courriel de L’actualité .

Merci.

Répondre

Bonjour Mme Théroux, pour avoir accès à tous nos contenus en ligne, vous devez vous connecter à votre compte. En tant qu’abonnée à notre magazine, vous aurez alors droit à l’ensemble de nos articles. Merci de votre confiance!

Ne serait-il pas temps pour fiston Trudeau d’oser rouvrir la Constitution pour y mettre du sien au lieu de se fier sur celle que son patriarche nous a forcé dans la gorge lors de la nuit des longs couteaux?? Les autochtones pourraient finalement participer à la suite de l’évolution du Canada ou choisir de quitter. On abolirait la Loi sur les Indiens ainsi que les réserves pour repartir à nouveau sur de nouvelles bases. Nous sommes devant une xième épisodes dans notre Histoire qui nous démontre comment le Canada uni est cette belle illusion nationale régionalisée vouée à se dissoudre un jour en petites nations distinctes comme l’Europe romaine s’est subdivisée à travers le temps. Donnons aux autochtones ce qui leur revient pour qu’ils expérimentent une vrai autonomie de gouvernance comme au Nunavut…sauf que…ce jour venu sera la fin du néocolonialisme pan-canadien qui profite encore à nos dirigeants et exploiteurs de richesses naturelles qu’on troc cette fois-ci pour des millions de dollars au lieu de pelleteries, farine, fusils et motoneiges… Benoît Côté, sympathisant autochtone…

Répondre

Ce n’est pas à vous M. Castonguay ou aux gouvernements de dicter aux nations autochtones comment se gouverner. Sachez que la Déclaration des NU sur les droits des peuples autochtones reconnaît la gouvernance traditionnelle de ces peuples. C’est à eux à décider comment se gouverner.

Ce n’est pas parce que c’est compliqué que c’est insoluble. En fait, c’est le manque de volonté politique qui est la cause de ce conflit, qui en fait en est un parmi bien d’autres. Les Wet’suwet’en ont eu beau aller devant les tribunaux pour faire reconnaître leurs droits, les gouvernements continuent à faire la sourde oreille. Alors je ne sais pas ce que ça prend pour qu’ils fassent respecter leurs droits.

S’ils sont divisés c’est parce que les Wet’suwet’en sont épuisés des décennies de combats pour faire valoir leurs droits ancestraux. Ils ont dépensé plus de 10 millions $ avec leurs voisins Gitxsan pour avoir gain de cause en Cour suprême du Canada sur le titre autochtone pour en arriver à… rien.

Au lieu d’être de bonne foi et de négocier véritablement d’égal à égal, le gouvernement prétend une série de demi-vérités pour convaincre la majorité dominante que la patience a assez duré et vous comme bien d’autres journalistes tombez dans le panneau parce que vous n’avez pas le contexte ni le point-de-vue autochtone.

Je suis convaincu que l’histoire va juger durement le colonialisme canadien et sa propension de réagir avec violence contre les peuples autochtone (Oka, Gustafsen Lake, Ipperwash et maintenant Wet’suwet’en).

Répondre

Dans tout mouvement populaire, peu importe par qui il est initié, il y a toujours un prétexte. Le prétexte peut être fondé, quoiqu’il en soit, ce prétexte est le plus souvent symptomatique d’une crise plus globale. Ce que relève d’ailleurs Alec Castonguay dans ses réflexions.

Dans le cas des revendications d’une partie de la nation Wet’suwet’en, il est assez évident que la manifestation ne relève pas du seul problème du tracé du gazoduc de Coastal GasLink, mais d’un malaise généralisé qui touche l’ensemble des nations autochtones, lequel affecte une part non négligeable de la population canadienne qui n’a pas reçu tous les bénéfices de la croissance espérée au fil du temps.

Il y a une sorte de chevauchement entre la lutte aux changements climatiques, les sacrifices demandés, l’éloignement des uns au rythme du progrès et la position avantageuse de privilégiés pour qui les crises n’existent pas… juste des opportunités d’affaires.

Ainsi la question d’une issue pacifique et gagnante-gagnante de la crise peut paraître accessible à court terme, mais l’issue ne peut être que temporaire et donc transitoire.

Bien qu’il soit du propos de circonscrire cela à une problématique qui relève seulement des Premières Nations, je ne suis pas convaincu que la solution passe par la seule réconciliation, même si elle fait partie du processus de guérison. Comme le disaient quelques manifestants ces jours derniers, je paraphrase : cela fait quelques 500 ans qu’il y a une sorte de suspension entre ce qui devrait être et ce qui est réellement.

Ce sentiment, est vécu par quantité de gens partout au Canada qui cessent d’être acteurs pour devenir les spectateurs du naufrage annoncé de leur propre embarcation. Ce qui en résumé nous conduit finalement à la question de l’identité canadienne. Qui se sent vraiment Canadien au Canada ? Et, de quelle façon forme-t-on l’identité des nations ?

Évidemment je n’ai pas de réponse à toutes ces questions… cependant je me dis parfois que l’union des sciences (des arts) et de la sagesse ancestrale pourrait après tout faire encore partie de la solution.

Répondre