Croissance sur 10 ans : le Québec, médaille d’argent !

Nous interrompons, comme c’est notre habitude le vendredi matin, le lancinant commentaire antimodèle québécois des plumes économiques locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le Québec a la médaille d'argent
Commentateur de droite apprenant que le Québec a la médaille d'argent !

Au cours de la décennie écoulée, la croissance économique par habitant au Québec a été plus forte que celle de la moyenne des sept pays les plus industrialisés, plus forte que celle de l’Ontario et de la moyenne canadienne, plus forte même que celle du paradis du capitalisme : les États-Unis (dirigés dans la période par des néo-conservateurs).

Le seul pays du G7 qui coiffe la performance québécoise est le Royaume-Uni travailliste.

Étonnant, non ?
Étonnant, non ? (Cliquez pour agrandir)

Nous pouvons faire ces calculs, maintenant que tous les chiffres de 2009 sont disponibles, y compris pour les provinces. C’est l’économiste Denis Boudreau, de Statistique Canada, qui vient de colliger ces données. La comparaison de l’évolution du PIB par habitant est l’outil de comparaison prédominant dans toutes les organisations économiques internationales : OCDE, FMI, Banque Mondiale, ainsi qu’à l’ONU.

En portant notre regard encore plus loin, sur deux décennies (car on nous rétorque toujours que les bonnes performances du Québec sont éphémères et conjoncturelles), on peut comparer les courbes de croissance annuelle entre le Québec, l’Ontario et le Canada.

Le Canada est en rouge, l'Ontario en orange, le Québec en bleu / Cliquez pour agrandir
Le Canada est en rouge, l'Ontario en orange, le Québec en bleu / Cliquez pour agrandir

Le constat est net : le Québec est toujours dans la course. Parfois légèrement derrière, parfois légèrement devant, notamment en fin de parcours.

Comparons maintenant avec l’économie qui, selon le discours ambiant, devrait laisser derrière le toussotant modèle québécois comme le Road Runner sème le Coyote : l’économie américaine.

USA en vert, Québec en bleu / Cliquez pour agrandir
USA en vert, Québec en bleu / Cliquez pour agrandir

Il est étonnant de voir que le Québec est, non seulement dans la course, mais dépasse fréquemment le Road-Runner, et plus fréquemment à mesure que les années passent… Dans la dernière décennie, les néo-conservateurs américains ne font mieux que les sociaux-bureaucrates québécois que trois années sur dix ! Étonnant !

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Laisser un commentaire

Encore une fois, comment a-t on calculé cette croissance?
Si on a créé 190 000 postes de fonfons,est ce de la croissance ou on a emprunté pour s’endetter et à court terme, on a créé cette croissance.
Ca donne des votes aux Polit-Bureau QC avant des élections.
Une saine croissance se calcule `a partir du privé en excluant les contrats gouvernementaux et en calculant surtout les exportations de celles-ci!
Tout ca encore me fait l’effet d’une épreinte.

Il faudrait dire que pendant les trois années où les USA ont été les meilleurs, c’était au plus fort de la bulle.

C’était en partie un PIB qui n’existait pas, de l’air, une bulle quoi.

Oupsss! j’oubliais…j’ai tellement raison avec mon commentaire précédent que la GB est le prochain pays a plongé après la Grèce,le Portugal,l’italie,l’Irlande et l’Espagne.(PIIGS)puis GB et ensuite l’EURO avec la France et l’Allemagne en dernier. Il reste moins de 2 ans à la monnaie EURO. Le délicieux cocktail viendra gangrainer l’Amérique et la Chine d’ici 2 ans également.
Aller chercher vos infos ailleurs pour comparer.
Donc,la GB a la médailles d’or car elle s’est endettée en or pour maintenir artificiellement son économie.
Non,je sais,j’ai pas fait Harvard lollll

Les Amaricains, eux-autres, ils l’ont «l’affaire», dixit Elvis Graton dans son tout premier et original film, signé feu Pierre Falardeau…

Quelle belle et juste ironie…

Si j’ai bien compris, nous qui sommes à droite et qui n’aimons pas le gouvernement Charest (ou son alternative en la personne de Marois) et les syndicats (et la mafia)… et même les néo-conservateurs, en cela qu’ils ne s’opposent pas à l’État-providence, contrairement aux conservateurs québécois (traditionalistes, libéraux, républicains, néolibéraux, régaliens, etc).

La différence profonde, c’est que personne ici n’argumente contre la créativité québécoise. On a certaines des meilleures entreprises du Canada (Bombardier, SNC-Lavalin, Hydro-Québec, Jean Coutu, Alimentation Couche Tard, Cirque du Soleil, etc). Contrairement à l’Alberta, qui a un salaire moyen à peine supérieur à celui du Québec et où le coût de la vie est beaucoup plus élevé, notre économie est diversifiée et doit le rester. Ce n’est pas le point principal ici, on peut admirer la performance de l’entreprenariat québécois sans croire que l’étatisme interventionniste aide en quoi que ce soit. Qu’on ne s’en porterait que mieux si on libéralisait notre économie.

Il y a un très bon livre qui sortira la semaine prochaine que je peux vous suggérer.
http://www.amazon.com/End-Free-Market-Between-Corporations/dp/1591843014
Je l’ai vu ce soir en entrevue avec Jon Stewart et il résume fort bien ce que je crois être le problème. Ce n’est pas du tout les banques et le libre-marché qui est en cause. C’est l’étatisme qui grossit de plus en plus… et la gauche semble s’entendre qu’il faut suivre la Chine, plutôt que de continuer sur le modèle américain. Les salopards comme George Soros ou Maurice Strong s’entendent sur ce point. C’est une question de liberté contre la tyrannie. Car oui, l’autoritarisme d’État peut, en effet, avoir autant de succès économique que le libéralisme, mais c’est une vision à court terme. La Chine n’est toujours pas un pays créatif, c’est un État-Voleur qui pille toutes les idées des autres, c’est facile de réussir quand on n’a pas besoin d’investir des milliards dans le R&D. La compétition des marchés doit continuer à travers tout cela, car ça crée des sociétés justes. Parfois, on croit que des monstres comme Monsanto sont le résultat du capitalisme sans régulation. Lorsqu’en réalité, il est le résultat de l’interventionnisme d’État dans l’agriculture à travers l’occident.

Car oui, l’État peut nous rendre plus riche, en moyenne. La question reste toujours: à quel prix? J’aime autant payer le prix réel de la nourriture, plutôt que d’avoir nos gouvernement subventionner celle-ci de A à Z. Le modèle québécois ressemble beaucoup au modèle européen, auquel je ne crois pas du tout.

Croissance??? Nous (Québécois, Canadiens, peut importe le régionalisme qui vous anime)… étions propriétaire (pas a 100%, ,mais beaucoup plus qu’au début du 20ième sciècle), de nos entreprises et donc récoltions les profits. Donc individuellement et collectivement nous étions plus riche. Ce que je (et je ne suis pas un grand spécialiste), mais à mon opinion, nos fleurons ont changé de mains, nous achetons davantage de biens et produits de l’étranger et même si grace à nos richesses nous arrivons a avoir un certain pouvoir d’achat (étant donné la valeur élevé de notre dollard), individuellement et collectivement nous sommes plus pauvres, plus endettés et surtout les gros profits s,en vont ailleurs. Mondialisation oblige vous direz? Pas si sur, américanisation, et vente a rabais ça n’est pas aux mains des anglos canadiens que le Québec et le Canada est en train d,être passé (la phobie de bien des québécois, mais bien évidement aux américains. Est que ça sera les Chinois ou les Européens qui gagnerons ce territoire? La guerre est technologique et elle se joue sur les marchés boursier mais il faudrait être vraiment autruche pour ne pas le voir. S’endormir avec des tableaux statistiques n’arrangera rien. La richesse qui nous croyons avoir est relative à la valeur de notre dollard et des taux d’intérêts et de nos valeurs immobilières. Demain matin votre maison vaux la moitié moins, que la valeur du dollard tombe et que les taux d’intérêts explosent… ils n’y en a pas tant que ça qui pourrons garder leur toit sur la tête, continuer a rouler leur voiture et garder leur emplois puisque si toutes les banques rappels leurs prêts les actifs seront bien maigres et les vrais propriétaires de nos biens vraiment plus évidents.

Il serait intéressant de comparer la performance du PQ vs le PLQ lors de la dernière décennie. On sait que le PQ a ramassés le Québec dans une sinistrose économique en 1994 après 9 ans de régime libéral (6 milliards de déficit; 13 % de chômage à Mtl).Tout en ramenant le déficit à zéro il a ranimer la croissance (en 2002 à 4,2%, un record).

En 2003 Charest arrive au pouvoir et (un hasard) la croissance se tasse par rapport aux années Landry. C’est d’ailleurs une des raisons invoquées par un des experts qui avaient signé le Cadre financier du PLQ de 2003; (lequel validait la promesse de baisse d’impôts de un milliards par années) pour expliquer pourquoi que la promesse ne fut pas tenue: « La croissance économique a été un plus faible que prévue, » (Philip Merrigan)

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/131925/le-risque-de-la-continuite#reactions

Donc si le PQ avait garder le pouvoir en 2003 la stratégie Landry de croissance nous aurait sans doute valu la médaille d’or plutôt que celle d’argent.

Étant donné que les différents blogueurs « semblent » campés dans des positions opposées, je vais offrir trois réponses.

Vision Libertaire: Tout ça s’est réalisé sous des gouvernements fortement fédéralistes et surtout grâce aux transferts massifs de la péréquation venant des autres provinces qui nous aident ainsi à payer notre épicerie. M. Lisée, vous me décevez! car ces chiffres cachent aussi un déficit énorme. bref, la Québec fausse sa performance en s’endettant criminèlement et ce sont les générations futures qui vont payer… croyez-moi, j’vous l’dis, on est petit, trop petit.

Vision Séparatisssse: En plus de mieux performer que les autres provinces canadiennes, on doit payer pour les autres. À cause de l’Alberta, on a de la difficulté à exporter et on a le gouvernement le plus corrompu de toute l’histoire du Québec. Qu’on mette en prison les bandits, ils nous nuisent. On s’endette car les libéraux volent le pays en mettant l’argent dans les poches de Charest et des autres. On est les meilleurs.

Vision réaliste: Nous continuons ce qui a été commencé en 1960. Le Québec se lève et commence à se tenir debout fièrement. Malgré les politiciens corrompus, les chicanes constitutionnelles et les bully-tactics canadian, nous avançons.

Imaginez un peu si nous étions maître chez-nous!

Se pourrait-il que dans un proche avenir les vieux idéalistes se joignent aux jeunes générations pour aller un peu plus loin?
I have a dream… Yes we can!

Je pense que je me tannerais jamais de l’image du commentateur de droite apprenant que…

Pour partir la journée en riant!

C’est effectivement surprenant!

Et qu’en est-il de la croissance du revenu par habitant au Québec?

Et qu’en serait-il d’une comparaison de la croissance des revenu entre les anglophones « de souche » et les francophones « de souche »?

Bonne journée.

Raphaël Erkoréka

On va encore lire les commentaires de nos pisses-vinaigres nationaux qui vont se fendrent en quatre pour dénigrer cette performance.

Il n’ont aucune fierté ces bougres.

Pourquoi ne parle-t-on de ces statistiques économiques à la faveur du Québec qu’ici, le vendredi matin, et nulle part ailleurs dans les médias, ou presque?

Serait-ce moins alléchant pour les entreprises de presse comme PowerCorporation et Quebecor?

Sauf que l’Ontario passa durant ce temps à presqu’au double de la population du Québec et le Québec stagne de 7 à presque 8 millions depuis 2000
Et il faudrait calculer aussi le vieillissement des deux populations Québec /Ontario
Qui n’avance pas recule et il se réveille du jour au lendemain le dernier en tout

Monsieur Lisée , vous allez faire encore beaucoup de pepeine aux frustrés , démolisseurs et complexés fédéralistes au Québec qui prennent plaisir a ne voir que du négatif au Québec et se plaire a dire que tous va mal et que nous sommes incapables de réussir quoi que ce soit …..Que faire avec ces gens nées pour un petit pain qui passent leur vie a répéter que l’on est pas capable ……?

« Être libre, c’est voler de ses propres ailes. » (Pierre Bourgault) Nous sommes capables!

Voilà pourquoi les Québécois ont élus Jean Charest à la dernière élection… Pour s’occuper d’économie. J’aurais jamais pensé une seconde que Jean-François Lisée lui donne raison !!!!

Pour tous les néo-libéralismes qui se respectent, on devrait tenir compte que des 5% des mieux nantis au Québec par rapport au 5% des États-Unies. Là le Québec prendrait une débarque.
Pour un néo-libéral, il se projette dans le 5%… et s’il n’est pas dans le 5% des mieux nantis au Québec, c’est de la faute du gouvernement et ses politiques d’universalité!

C’est comme Joe le plombier qui n’a jamais fait plus de $30 000 annuellement et qu’il été atterré que l’impôt augmente de 2% pour les $300 000 et plus!
Obama venait d’imposer son rêve (américain) de faire un jour plus $300 000!!!

Il faudra que le Québec adopte une nouvelle mani`re de compter, adopter un pib vert, qui tient compte de la dégradation de notre environnmeent et des ressources exploitées dans notre croissance…
Vous avez déjà parlé d’un film concocté par Mélanie Busby et Érik Bouchard-Boulianne, le film achève mais il aura surement besoin de diffuseurs, pourquoi pas le Cerium ?

C’est évidemment réjouissant, mais on pourrait faire mieux!

En fait, le PIB québécois augmenterait si on réduisait un peu plus notre consommation de pétrole. En 2008, les importations de brut ont atteint la somme astronomique de 17 milliards $, soit presque 6% de notre PIB.

Ceux et celles qui ont fait un cours de principes de macro se souviendront certainement du calcul par les dépenses, e.g.
Y = C + I + G + (X – M)

Chaque dollar de dépensé en moins en Algérie, en Norvège ou au Royaume-Uni ferait fondre notre déficit commercial de 19,9 milliards (2008)!

Peut-être le sujet d’une prochaine livraison de votre série « Sables mouvants », M. Lisée?

L’article date de 2008.
http://www.vigile.net/La-face-cachee-de-la-dette
On y apprend que de 1997 à 2008, la dette fédérale combiné à celles des province aurait diminuée de 19$MM.
Celle de l’Ontario passe de 109 à 143$MM.
Celle du Québec passe 65 à 123$MM OUPS!!! on double ici!
Dépenses en santé:
Ontario passe de 19 à 38$MM
Québec passe de 13 à 24$MM
pop du Qc = 7,8M soit 56% de l’Ontario 14M
1997 santé= 13$MM soit 68% de l’Ontario 19$MM
2008 santé= 24$MM soit 63% de l’Ontario 38$MM
Maudit que ca doit être épeurant aller se faire soigner en Ontario, ils dépensent moins que nous. Ouff, imaginez!
Vous avez du caca dans les yeux ou quoi? Votre PIB superficiel soutenu par l’emprunt et le gaspillage.
DE la LECTURE>>
Taille de la dette: le Québec en queue de peloton
« Avec une dette atteignant 94 % de son produit intérieur brut (PIB), le Québec ne serait devancé que par le Japon, l’Italie, la Grèce et l’Islande au sein de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). « -Jean-Pascal Lavoie LE SOLEIL
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201003/23/01-4263590-taille-de-la-dette-le-quebec-en-queue-de-peloton.php
Aller l’ENAP aussi.Dès fois ils travaillent fort;
http://etatscanadiens-canadiangovernments.enap.ca/fr/nav.aspx?sortcode=1.0.3.4
(Québec)31 mars 2010 « Pour réussir à payer la facture d’épicerie, le gouvernement du Québec ajoutera 32 milliards $ à la dette de la province d’ici 2015.
Mercredi matin, les contribuables québécois ont une dette collective de 160,1 milliards $. Dans cinq ans, cette même dette (brute) se chiffrera à 192 milliards $. »-Pierre Couture LE SOLEIL
http://quebecattention.blogspot.com/2010/04/ca-nen-fini-plus.html

Ce serait vraiment intéressant de connaître les source de ce Mr Denis Boudreau, de Statistique Canada, ainsi que son approche pour colliger ce rapport.

On peut faire dire beaucoup de choses aux chiffres en le manipulant bien.

Avez vous le même type de graphe provenant de sources disons plus objectives et reconnues (IMF, CIA, etc.)?

@Joël Cuerrier
Finalement, en poussant la logique à fond, le communisme est le résultat du capitalisme!

Que l’état « interventionniste » à le dos large. D’une façon ou d’une autre, tous les états pratique l’interventionnisme a tout sorte de niveau. C’est le propre même d’un état. Les États-Unies plus qu’ailleurs.

Quand on me dit que la crise est causée par la réglementation et non le milieu de la finance, c’est comme dire que la réglementation sur les limites de vitesse est la principale cause des accidents !

@Christian P
Le plus drôle, c’est que tous les pays doivent de l’argent a tous les pays via les banques. Plus drôle encore, ce sont les pays qui prêtent de l’argent à la Grèce… pour qu’elle achète des produits de ces dites pays!
Subvention indirecte à l’entreprise quoi!

Je commence à crois que l’art du capitalisme c’est de refiler la facture à quelqu’un d’autre.

Au final quel est le résultat de cette « spectaculaire » croissance ?

PIB aux prix du marché par habitant
Québec: 38 411$
Ontario: 43 359$
Reste du Canada: 45 385$

Le classement des provinces:
1-Alb.: 72 900
2- Sask.: 57 706
3-T.-N.–L.:55 127
4- Ont.: 43 359
5-C.-B.: 41 495
6-Man.: 40 727
7-Québec: 38 411
8-N.-É.: 35 420
9-N.-B.: 35 426
10-Î.-P.-É.: 32 929

Une médaille d’argent qui se transforme en 7e place/10.

WOW!!! Le modèle fonctionne !!!

On oublie trop souvent que le Québec vient de loin. Que l’on se souvienne que pour nationaliser les compagnies d’électricité privées, nous avons pu compter sur les Américains. Ce fut le premier choc de Toronto. Le 2e choc, ce fut quand le Québec a appuyé Brian Mulroney dans son projet de libre échange avec les É.-U.
Je crois maintenant que Toronto avait raison de craindre ce projet. C’est probablement ce qui a libéré le Québec de son carcan et nous a permis de renforcer notre économie et de les concurrencer.
Nous semblons traverser un moment pénible présentement mais je suis confiant que dans quelques années nous reverrons des gens compétents à Québec et tout ça ne sera plus que des mauvais rêves.

En tant que commentateur de droite, je vous réponds en double, ou en triple… Puisque ça ne suffit jamais pour les socialistes qui désirent nous réduire au silence… ou à l’insignifiance réactionnaire. Parce que la parole ne suffit jamais, utilisons la chanson humoristique. Je ne sais pas, ne conçois, que nous avons tort, je comprends simplement qu’il y a divergence d’opinion. Sommes-nous quoi, je ne sais trop, en tout cas. Alain Bashung répond, dans sa verve, Sommes-nous la sécheresse | Sommes-nous la vaillance | Ou le dernier coquelicot | J’ai décimé décimé | Des armées de répondeurs | Occupés à se dire | Mes naufrages au saut du lit http://www.youtube.com/watch?v=kXMySqmALGE

À quoi je répond avec FEAR, Let’s Have a War. http://www.youtube.com/watch?v=yJAlIHsXcLY
Let’s have a war! | Jack up the Dow Jones! | Let’s have a war! | It can start in New Jersey! Let’s have a war! | Blame it on the middle-class! | Let’s have a war! | We’re like rats in a cage!

Sérieusement, il n’y a pas de réponse à cette question. L’individualiste en moi peut vous répondre que vous n’avez aucune chance contre les égoïstes, nous croyons plus en notre individualisme que vous en votre collectivisme. Encore pour suivre mon point sur FEAR.

« I’ve seen an old man have a heart attack in Manhattan. Well he just died while we just stood there lookin’ at him. Ain’t he cute? I don’t care about you! Ohhhhhhhhh! I don’t care about you! I see man rollin’ drunks, bodies in the streets.
Some man was sleepin’ in puke and a man with no legs crawling down 5th street trying to get Something to eat! I don’t care about you!
Oh noooooo!! I don’t care about you!
Fuck you! »

C’est la mentalité punk conservatrice, I DON’T CARE ABOUT YOU, FUCK YOU! http://www.youtube.com/watch?v=a6rtdnI2VJM

C’est méchant, mais c’est vrai. Pour que ce soit triplement clair, on agrée aussi avec les politiques étrangères américaines. Avec FEAR, en coeur tous: http://www.youtube.com/watch?v=07_hjsGmlrw

http://www.metrolyrics.com/foreign-policy-lyrics-fear.html
Elimate the incompetents! Differences don’t exist in harmony! Survival is superiority. We don’t need no hands across the sea!
We’ve got… Foreign policy. The lines are drawn! Establish the new order! Suspect everyone Know your enemies! Know your enemies!

Encore plus clairement, c’est l’empire américain. Nous ne sommes pas déconnecté. Nous sommes l’extension, on est le chien de garde encore plus mordant, au Rwanda, au Kosovo, comme au Congo. On mâchera les derniers, les indigestes, on est en position, saoul de pétrole. On emmerde les chinois et Obama. Vive l’Empire Américain, nous sommes américains. Comprende. Pas Mexicain, pas sud-américain, pas nouvel-empire, extension, vrai, soif de pouvoir, on est un. Les non-compétitifs, tant pis. Give up! Fuck the government! Kill the home owners! Get disconnected! http://www.youtube.com/watch?v=tLKPCDojlU4

L’Empire se meurt, mais nous sommes la banlieue de Rome. Nous ne crèverons pas, nous sommes dépendances. On est comme dirait Hank Willians.
http://www.sing365.com/music/lyric.nsf/I-DON%27T-CARE-If-Tomorrow-Never-Comes-lyrics-Hank-Williams/26C49A6BAC5B9C58482569810008EAF9
http://www.youtube.com/watch?v=wl9jKyZPtQE
I don’t care if tomorrow never comes This world holds nothin’ for me I’ve been lonely night and day ever [D] since you went away So I don’t care if tmorrow never comes.

@Raphaël Erkoréka

C’est écrit sur le graphique: PIB/h
Ca veut dire produit intérieur brut par habitant
Vous avez vu les stats sur l’analphabétisme? Deux Québécois sur cinq ne savent pas lire. Mais on ne dit pas combien d’immigrants ne savent pas lire non plus…

J’aime autant payer le prix réel de la nourriture, plutôt que d’avoir nos gouvernement subventionner celle-ci de A à Z. (Joël Cuerrier)

Pourtant c’est aux USA que la nourriture est la plus subventionnée.

C’est justement à cause des subventions américaines que l’agriculture du Québec et canadienne ainsi qu’européenne est subventionnée, compétition obligeant. Pourtant les USA passent pour le modèle concernant le capitaliste.

Le modèle avec très peu d’intervention de l’état est très près de nous il y a 100 ans. C’était simple : quelques riches et une population très pauvre et dans la misère, la loi du plus croche et du plus fort.

Ainsi la presque totalité de ceux qui prônent l’absence d’intervention de l’état seraient de pauvres types en guenilles gagnant seulement de quoi à s’abriter et se nourrir indécemment comme au début du XX siècle.
————

La non-intervention de l’état est un rêve libertarien qui pour faire sa propagande ne voit toujours qu’un côté de la médaille.

Ces gens deviennent paniqués devant le succès d’un économique d’un pays où l’état intervient et quand l’état intervient beaucoup moins comme aux Usa et que l’économie ne va plus, ils mettent encore la faute sur le dos de l’état.

De toute façon, la preuve est faite que quand l’état intervient, l’économie se porte mieux. Les statistiques le prouvent : quand l’impôt est haut surtout pour les riches, l’économie est plus prospère et ce fait nous a été présenté, il y a peu sur ce blogue.

On a qu’à regarder l’histoire et à mesure que les syndicats deviennent importants, l’économie est parallèlement meilleure.

Ici au Québec aussi longtemps que l’instruction a été contrôlée par le privé, les Québécois sont restés ignorants. Alors pas de gens instruits pas de Bombardier.

De plus, l’augmentation du partage de la richesse est suivie de la prospérité économique. Que voulez-vous, les pauvres en guenilles ne prennent pas l’avion et quand les gens ne prennent pas l’avion, on n’en construit pas et quand on n’en construit pas il n’y a pas de Bombardier Aéronautique ni de Boeing.

J’ai gagné ma vie avec des entreprises et je sais qu’on ne fait pas d’argent avec des pauvres sans le sous et qu’on n’en fait pas beaucoup avec les riches étant trop peu nombreux.

Un classique libertarien d’un seul côté de la médaille.

Ce que David #25 nous cache est la croissance par habitant.

Bien oui à force d’avoir une meilleure croissance du PIB par habitant il devient un jour plus grand par habitant que ceux qui augmentent moins.

Les libertariens et les libéralistes nous présentent toujours le plus petit bout du pain.

@David :
Vous qui savez tout, pourriez-vous nous expliquer pourquoi le Manitoba, qui a un PIB supérieur à celui du Québec selon vos données, reçoit per capita deux fois plus de péréquation que le Québec?
Est-ce que vous changeriez votre « pauvreté » québécoise avec la « richesse » de Terre-Neuve?

Mr lisée vous avez entierrement et parfaitement raison. Ils sont nombreux à faire du Québec bashig régulièrement. Pour plusieurs d’entres eux il n’y a rien de valable dans la société au Québec. Sans le Québec le Canada est fini. Hydro-ontario une entreprise en difficulté au bord de la faillite. La faillite est souvent due à une déficience de l’organisation causé par ses actionnaires qui veulent faire plus d’argent le plus vite possible. Pour etre bien et heureux collectivement et individuellement l’argent n’est qu’un élément parmi d’autres qui sont aussi important. le travail la santé l’environement sur toute ses formes la famille etc. il ne s’agit pas de vivre riche, mais de vivre heureux. l’argent ne fait pas le bonheur.

@Frrank

à quel CIA faites-vous, la Canadian Institute of Actuaries ou la Central Intelligence of America?
D’où croyez-vous que proviennent ces statistiques que vous considérez comme plus sérieuses: des diverses agences gouvernementales nationales membres de l’IMF. Or, au Canada, Statistiques Canada est cette agence qui collecte les renseignements que veulent bien fournir les partenaires. Soyons juste un peu sérieux avant de s’en prendre à des statiticiens.

@ Joël Cuerrier

J’avoue ne pas comprendre votre très longue intervention. Euh! oui, on est nord-américain au même titre que les Américains eux-mêmes. Sommes-nous pour autant une extension. Si c’est le cas, réclamons-nous de la nationalité américaine, cessons toute activité en tant que nation canadienne, et là, je ne parle même pas de la rhétorique indépendantiste et annexons-nous directement aux États-Unis. La droite ne mourra jamais. In God we trust, but in human being??
On ne peut pas dire que vous carburez à l’optimiste et que vous n’avez rien non plus de concret à proposer. Critiquer pour critiquer, cela, oui, vous êtes maître.

Ainsi, j’en viens donc à dire ceci: le capitalisme, oui, mais j’ajouterais la dictature de l’argent, assurément.

@ PM

Le Manitoba ne reçoit pas 2 fois plus de péréquation per capita que le Québec.

Québec: 1 086$/h
Manitoba: 1 485$/h

1086 vs 1 485 ce n’est pas le double comme tu le prétends.

En bonus, voici la dette (en % du PIB) de chaque province:

Québec: 42,8%
Manitoba: 22,6%

Et oui j’échangerai notre position n’importe quand avec celle de Terre-Neuve. Parce que les Terre-Neuviens sont des gens fiers, pas une bande de para-sites qui ne pensent qu’à prendre l’argent des autres provinces.

Terre-Neuve s’est sorti du programme de péréquation en quelques années et ils ont fait passer leur dette de 70,2% de leur PIB à 25,5% de leur PIB en l’espace de 10 ans !

Un exemple qui devrait inspirer le Québec.

Voici quelques chiffres sur la formidable croissance économique du Québec.

Depuis 30 ans, le revenu médian des Québécois n’a pas seulement stagné, il a diminué ! Les revenus avant et après impôt ont décru de 9,2% et 8,7% respectivement. Dans le reste du Canada, la situation est diamétralement opposée. Les revenus avant et après impôt ont augmenté de 8,3% et 9,0% respectivement.

Depuis 1977, seules 2 provinces ont affiché une décroissance de leurs revenus médians: le Québec et la Colombie-Britannique (5,9% avant impôt et 0,2% après impôt). À titre comparatif, le revenu médian des Albertains a augmenté de 23,3% avant impôt et de 18,1% après impôt.

En 1977, l’écart du revenu médian avant impôt entre le Québec et le reste du Canada était de 2 286$; en 2007 cet écart est passé à 11 402$. Durant la même période, l’écart du revenu médian après impôt entre le Québec et le reste du Canada est passé de 1 872$ à 10 028$.

Pour couronner le tout, en 2007 le Québec se classait bon dernier dans le palmarès du revenu médian.

1. Alberta: 56 200$
2. Ontario: 52 000$
3. Colombie-britannique: 47 000$
4. Manitoba: 41 100$
5. Saskatchewan: 44 000$
6. Île-du-Prince-Édouard: 43 200$
7. Terre-Neuve: 41 600$
8. Nouveau-Brunswick: 40 900$
9. Nouvelle-Écosse: 40 700$
10. Québec: 40 000$

http://cansim2.statcan.gc.ca/cgi-win/cnsmcgi.pgm?regtkt=&C2Sub=&ARRAYID=2020411&C2DB=PRD&VEC=&LANG=F&SrchVer=&ChunkSize=&SDDSLOC=&ROOTDIR=CII/&RESULTTEMPLATE=CII/CII_PICK&ARRAY_PICK=1&SDDSID=&SDDSDESC=

Et on va me faire croire que le modèle Québécois fonctionne ?

@ PM

Pour répondre à votre commentaire:

1)croissance,
2)PIB par habitant et
3) revenu disponible, ne sont pas la même chose.

Votre commentaire est agressif sans raison. valable.

Comme le modèle Albertain et Terre-neuvien fonctionne si bien, il ne reste plus qu’à trouver du pétrole au Québec!

Le « modèle » québécois est une grosse farce qu’heureusement personne n’imite ailleurs dans le monde!!!

Voici un autre « avantage » du modèle québécoi`:

Allez voir la rubriue du 17 mai 2010:

Être travailleur syndiqué, c’est bon; être fonctionnaire c’est mieux…mais être fonctionnaire syndiqué, ça n’a pas de prix!!!

http://www.antagoniste.net/

Et vive l’État québécois!!!

Le modèle québécois fait en sorte ue les québécois d,origine ne doivent pas réussir. On s’y prend tot dans le processus d’éducation pour les mettre hors d,état de réussir. On empèchant les jeunes d,accéder a une formation générale complète (incluant sciences, math qui donnent accès a tous les programmes et anglais langue seconde) et fini par ne pas les retrouver pour combler les besoins en santé, ingénérie, haute technologie etc. On fait tout ce ui faut pour les obliger a choisir un métiers. Les profession àa doit demeurer l’appanage des riches et des étranger. Ne pas reconnaitre les expériences et les compétences des notres asemblent faire partie intégrante de la culture québécoise. C’est tellement ridicule de gacher le talent de nos jeunes en ne permettant qu’aux performers d’accéder aux cours de leurs choix. Si on devait retirer les diplomes et les jobs de tous les fonctionnaires et politiciens qui administrent ce système sans avoir été des performants aussitot dans leur vie qu’en secondaire 3, on en mettrait une maudite gang dehors.