Dans la tête des jeunes anglos…

… on n’arrive pas à trouver la loi 101 !

Un sondage étonnant, un dossier choc, demain dans L’actualité, sur ce blogue et à 13h00 chez Benoît Dutrizac au 98,5 FM

En kiosque demain.
Laisser un commentaire

si le français a besoin de la loi 101 pour survivre, alors ça montre qu’il n’est pas une priorité pour les francos

Dimanche passé à la fête des Irlandais, la St-Patrick, il y avait une plus importante foule qu’à la fête de la St-Jean et, ça parlait anglais, all the way.

Montréal est une ville irlandaise, juive et arabe et anglophone etc. et anglophile qui s’étend de plus en plus, vers l’Est, au-delà de la rue St-Laurent et au Nord et au Sud et partout, en agrandissant le cercle dans les banlieues. Si nos Anglos ne font pas attention, il ne leur restera plus de franchies pour pratiquer leur français, avant longtemps, ni au Québec, ni en France anglophile.

Faudrait débarquer l’anglophile PLQ du pouvoir avant qu’il ne soit trop tard. Il est déjà pas mal tard.

Et alors? Que nous apprendrez-vous de nouveau M. Lisée. Mais plus important encore, que ferez-vous avec les « découvertes » de votre étude à part vous gargarisez de slogans de la gauche caviar?

Here we go again… on va nous ressortir les arguments selon lesquels il faut « renforcer la loi 101 » pour sauver le français à Montréal. Désolé de le dire si crûment, mais c’est n’importe quoi. À terme, aucune loi linguistique ne peut véritablement stopper l’anglicisation… La seule chose qui peut assurer la survie du français, c’est la souveraineté du Québec. Point à la ligne. Tout le reste n’est que discussions stériles.

5 Sébastien Demers :
mars 21, 2012 à 14:23

Et alors? Que nous apprendrez-vous de nouveau M. Lisée. Mais plus important encore, que ferez-vous avec les “découvertes” de votre étude à part vous gargarisez de slogans de la gauche caviar?

L’élégance de votre commentaire cache mal votre jupon…En fait, je crois que les résultats vont confirmer ce que plusieurs comme moi pense de façon empirique. N’ayez pas peur. Le « caviar » n’en sera que plus délicieux. 🙂

Le problème ne vient-il pas du fait que les francophones ont du mal à se respecter et à se faire respecter?

Y aura-t-il un avertissement à l’émission de Dutrizac comme quoi l’audition du programme pourrait offenser de jeunes oreilles ? Ou du moins faire une mise en garde aux parents de vos détracteurs !

Ils vous ont eus! YOU HAVE BEEN HAD!

Lors de la signature de la confédération, le Québec comptait pour 43 p. 100 de la population totale du Canada. Maintenant, il ne compte plus que pour moins de 25 p. 100.

Quelle situation humiliante! N’avez-vous donc aucune fierté?

Le besoin d’une autre mechante et toujours necessaire pour chaque mouvement nationaliste, comme anglophone du Quebec c’est ma role premier.

La force relative du français et de l’anglais à Montréal est du à l’immigration. Quand Le PQ est au pouvoir l’immigration baisse quand c’est le PLQ elle augmente, a l’heure actuelle très peu d’asiatique choisissent le français comme langue principale d’intégration. Si demain matin il n’y avait plus de nouvelles immigration anglophile à Montréal la place de l’anglais diminuerai naturellement pour cause de migration vers les autres provinces du canada de la population anglophone. Très peu de Québécois ont l’air de comprendre que tout ce joue par la question du caractère francophile ou anglophile de l’immigration.