Dans la tête des petits garçons

Ce qui se passe dans la tête de votre fils lorsqu’il joue à la guerre avec ses copains:

(via Likecool)

Laisser un commentaire

Je vais dans le même sens que Serge ci-haut.

Oui, c’est de la violence, voir de l’hyper-violence, banalisé et combien fort gratuite.

De mignons gamins occidentaux qui s’amusent, certes, le tout brillamment filmé et monté par une équipe de fins adultes immatures et irresponsables… C’est sans conséquence, tout ça! On s’amuse!

Aussi bien y aller à fond dans le morbide: il existe de par le monde des enfants-soldats disponibles qu’on pourrait filmer de la sorte, en plein carnage! Du vrai sang, oui oui! Avec de la bonne musique techno et accrocheuse par-dessus, ce sera un vrai régal pour l’oeil!

Bref, j’aime vraiment pas.

Génial ce vidéo.

Ça ressemblait pas mal à ça quand j’étais petit…moins le sang exagéré qui gicle de partout.

Bon video, tous les garçons passe par ce chemin depuis des lunes un contre poison à notre TV bonne femme et couple (donc bonne femme puisque les mecs abdique sur tout).

Puis-je rappeler que dans «l’ensauvagement», Thérèse Delpech rapporte que lors d’une enquête faite auprès de jeunes soldats engagés dans le combat en Afghanistan, certains rapportaient avoir eu l’impression une fois sur le vrai champs de bataille, de se retrouver derrière leur console de jeux…(L’ensauvagement Thérèse Delpech, chapitre II, page 67)

Ce n’est pas banal je trouve.

Ça fait pas naturel. Je trouve que ça sonne faux, scénarisé. Les enfants ne sont pas si torduent que ça. Certains le deviennent mais ils ne sont plus des enfants. À mon avis ce sont nos expériences de vie qui nous façonnent. Mais ce n’est pas comme ça dans la tête d’un enfant, arrêtez de fantasmer.

Mais je trouvé ça original de la façon qu’ils ont exploité la violence. Oui, c’est une forme de banalisation, mais aussi, ça peut-être une forme de sensibilisation?

Contrairement aux adultes ou plus exactement moins que les adultes, les enfants ne pensent pas; ils agissent au meilleur phylogénétiquement, en vertu de l’histoire évolutive des êtres vivants, en autant qu’ils ont le temps, l’équipement et qu’ils y trouvent du plaisir.

Comme de petits chats qui se battent entre eux, contrairement aux veaux, sans vouloir être vache et avec plus d’équipements et de modèles.