Dans le bon vieux temps de la grève de 2012

Revivra-t-on un autre printemps marqué par les grèves et les manifestations ? Une chose est sûre : pour la partie où deux camps se parlent sans s’entendre et se comprendre, oui, on devrait revivre 2012, dit le blogueur Mathieu Charlebois.

PolitiqueLa grève est à l’université québécoise ce que la chanteuse qui en met trop est aux concours de chant à la télévision : un passage obligé que certains trouvent émouvant, tandis que d’autres rêvent que la police embarque les responsables de ce tapage.

Le premier jour de la Grève étudiante 2015, seul festival annuel qui ne soit pas encore organisé par Spectra, n’a pas échappé à cette polarisation.

Lundi, une partie des médias a rapidement déclaré que c’était le triomphe des anarchos-communistes. Le Québec est sous leur contrôle, et comme c’est la tradition quand un groupe prend le contrôle d’une nation, on a envoyé l’antiémeute pour les féliciter et leur faire visiter le palais présidentiel en panier à salade.

Le reste de la planète médiatique était plutôt complètement obnubilé par une seule et unique question : les grévistes pourront-ils «refaire 2012» ?

Ouf ! Grosse commande !

Après tout, on ne demande pas à tous les ados qui lancent un groupe de musique s’ils pensent pouvoir refaire les Beatles. Faire un Ringo Starr, ce serait déjà une réussite. Même une reprise par Sylvain Cossette, ça mériterait un bravo.

Surtout que 2012, c’était spécial sur bien des aspects. À commencer par la météo.

Je sais, je sais, ce sont les idées qui font sortir dans la rue. Mais le soleil, ça aide. Même des émeutiers de la coupe Stanley trouveraient qu’une télé gratuite passée par une vitrine cassée, ça ne vaut pas deux heures les pieds dans la «sloche».

Pour ceux que le sujet intéresse, j’ai parlé longuement des effets de la météo sur la grève de 2012 dans mon livre Dame Nature boycottait ses cours, que vous trouverez dans toutes les bonnes librairies (et dans le petit présentoir là où vous attendez vos pilules à la pharmacie).

Vu la volte-face de miss météo depuis 2012, je planche actuellement sur une suite intitulée «Dame Nature appelle la police quand on bloque l’accès à son cours».
Vu la volte-face de Miss Météo depuis 2012, je planche actuellement sur une suite intitulée Dame Nature appelle la police quand on bloque l’accès à son cours.

Quoi qu’on puisse se mettre à penser en regardant les bulletins de nouvelles, une manifestation, c’est plus qu’un ensemble de gens qui sont allés d’un point A à un point C en se faisant tabasser par la police au point B. Et c’est probablement sur le plan des revendications que 2012 et 2015 diffèrent le plus.

Pourquoi sortira-t-on dans les rues, ce printemps ? Quelles sont «les raisons de la colère», pour citer Steinbeck tout croche ? Les étudiants protestent contre l’austérité et l’exploitation des hydrocarbures. Ce sont de grosses bouchées, mais s’il reste de la place sur la pancarte, les étudiants sont aussi contre la chasse à la baleine et les filaments de céleri qui restent pris entre les dents.

En 2012, les étudiants sont partis avec une revendication claire : l’abolition de la hausse des droits de scolarité. Par le moyen des manifs de nuit, on réclamait aussi que les jeunes aient le droit de se coucher à l’heure qu’ils veulent — parce que, come on maman, je ne suis plus un enfant ! —, mais c’était surtout contre la hausse.

La grève avait donc une «victoire» possible, un moment où les étudiants pourraient se dire «On a gagné !» en se donnant des high five autour d’une sangria, sur une terrasse. #LaBelleVictoire.

Les étudiants 2015 sont en grève contre l’austérité et l’exploitation des hydrocarbures, ou, dit autrement, contre la philosophie économique dominante en Occident depuis 10 ans et contre une des principales sources d’énergie de la planète.

Ce sont des causes louables, mais s’ils manifestent vraiment jusqu’à la victoire, ne les attendez pas pour souper, ils risquent d’être là longtemps (*).

Alors, revivra-t-on 2012 ? Pour l’ampleur et la durée, qui peut savoir…

Mais s’il y a quelque chose que j’ai pu constater en une seule journée de grève, c’est que pour la partie où deux camps se parlent sans s’entendre et sans se comprendre, oui : on devrait revivre 2012. Yé.

Allez ! Bonne chance, les anarchos-communistes. N’oubliez pas : c’est vous qui contrôlez le Québec !

.     .     .

(*) Je pose la question sans avoir la réponse : ces combats contemporains n’auraient-ils pas besoin de moyens de pression plus adaptés au contexte moderne ? La grève, c’était bon dans Germinal, en 1885. Depuis, on a découvert Internet, on a inventé des écrans qui tiennent dans le creux de nos mains, et l’homme a mis le pied sur Facebook. J’ose croire que Zola aurait écrit une tout autre histoire s’il avait vécu en 2015.

* * *

À propos de Mathieu Charlebois

Ex-journaliste Web à L’actualité, Mathieu Charlebois blogue maintenant sur la politique avec un regard humoristique. On peut aussi, lire ses anticritiques culinaires sur le blogue Vas-tu finir ton assiette ? et le suivre sur Twitter :@OursMathieu.

Laisser un commentaire

Je suis tellement d’accord avec les étudiants. Notre bon gouvernement veut nous discipliner à tous points de vues: coupures dans les services publiques, en éducation, en santé, en culture… J’en oublie? Ah oui! Augmentation des taxes, des tarifs et ohlala! Baisse d’impôts!!! Reste tranquille populace!
Bienheureux les députés, les ministres, les banques, les abris fiscaux!
On voudrait que les jeunes de 16 ans votent «comme papa…?» Mais on refuse qu’ils soient conscients de ce qui se passe autour d’eux, qu’ils voient que ce bon gouvernement est en train d’étouffer le peuple qui lui donne déjà une bonne partie de son salaire.
On croirait être dans un pays totalitaire: l’argent aux bien nantis. Ils travaillent tellement fort pour mettre la main dans nos poches.
Mais c’est pour le déficit zéro! Notre bien quoi!

Es-tu déjà allé dans un pays totalitaire? Tu ne sais pas de quoi tu parles.Va dans le pays de M.Kadir en passant celui-ci devrait y retourner il débarrasserait le Québec avec ses méthodes de lanceur de souliers. Inconcevable que cet individu incite les manifestants à continuer leur grabuge.Hier, M.Drainville a dit qu’il allait peut-être y participer…C’est complètement irresponsable.

Il vaut mieux en rire! Ce n’ est pas drôle du tout , de voir un groupuscule d’ anarchos-communistes manifester contre a peu tout ce qui est capitaliste au Québec a commencé par eux-mêmes! Prendre des votes bidons et réussir a mobilisé 60,000 étudiants avec 1200 votes ; faut le faire!
En plus ils mobilisent des forces policières en temps supplémentaire et on paie des professeurs qui n’ enseignent pas! En le comble de la farce l’ adolescente insipide Camille Godbout qui répète sans cesse la même litanie ridicule aux médias qui je trouve en passant très complaisant!

Si tu poses une question moindrement intelligente a cet ados ( présidente de l’ Assé) elle n’ est même pas capable de répondre! Et en plus notre co-chef de Québec Solidaire qui s’ en mêle et qui encourage ces étudiants a manisfester contre eux-mêmes! C’ est hilarant! Non ce n’ est pas drôle du tout M.Charlebois!!

Ouais pis ils bloquent NOS rues et nous empêchent d’aller confortablement et en toute quiétude magasiner au WALLMART…. Nous qui tentons de faire notre devoir de citoyen en s’achetant tout ces petits bonheurs….

Tiens… On devrait tous ces jeunes communistes-marxistes-ananashiques en service militaire obligatoire pour nous défendre contre les FORCES du MAL, déjà à nos portes… 🙂

Le bloquage des rues est un moindre mal pour nos activités quotidiennes. Là où il devient problématique surtout lorsque les organisateurs s’entêtent à ne pas fournir l’itinéraire, c’est pour les services publics : ambulances, pompiers. Ces derniers doivent répondre à un appel et là, boom, bloquer par un beau groupe de manifestants!

Je dirais plutôt que l’argent vient quand on trime dur, mais ce n’est plus la mode de travailler pour construire un pays. On ne travaille que pour s’offrir un Iphone 6 et prendre des selfies. Les fillettes veulent devenir des chanteuses et les gars s’érigent contre tout système. Vive l’anarchie ! Rien n’a changé, l’ignorance va bon train. L’argent va aux bien nantis. Non, mais faut-il être… pour dire des choses comme ça. Comme si l’argent tombait du ciel. J’ai trimé trente-deux ans pour gagner mon pain et m’offrir quelques années de repos avant de mourir. Mais ça, ce n’est pas correct. Il faudrait enlever aux riches leurs acquis pour distribuer leur fric sur les terrasses de la rue Saint-Denis. Durs à suivre, ces jeunes !

Vous vous considérez VRAIMENT faisant parti des riches ciblés quand les économistes parlent de la lutte à la trop grande inégalité des patrimoines ?????

Ou des magnats des complexes militaro-industriels !!!!!

MAIS lisez un peu !!!!! 🙂

Bien sûr. Les jeunes qui sortent dans la rue sont ceux qui veulent devenir chanteuses et ne pensent qu’à prendre des selfies. Bien sûr.

D’accord avec vous Pierre Simard, il faut travailler et trimer dur pour réussir a avoir une belle retraite! Des étudiants , il y en aura toujours pour manifester! Mais ils se tirent dans le pied actuellement car ils n’ ont pas de causes! Ils se maganisent des amendes par la police et une reprise de session l’ an prochain a leurs frais! Les contribuables vont devoir encore payer le temps supplémentaires des forces de l’ ordre et aussi les salaires des prof. qui n’ ont pas donner de prestation! Comme disait un certain humoriste: ( C’ est qui le cave! )

Et Vous mon cher Beauly,

Vous n’avez pas espéré un monde meilleur et des conditions de vie plus équitables quand vous étiez jeunes ???? Ne vous en faites pas, eux aussi, travaillerons dur et longtemps pour tenter de s’épanouir dans un monde qu’ils auront ( peut-être ) contribués à changer…

Nous, on nous a » vendu » l’idée d’une retraite dorée au soleil comme l’Épanouissement Total.. LIBARTÉ 55… Et nous voilà, après la crise de 2008, avec des taux de rendement anémique pour nos REER, gracieuseté de nos prédateurs à cravates et des Golden Boys de Wall Street, leurs revendeurs de papiers toxiques….

Alors pour les conseils venant de vieux rentiers, on repassera….. ( 😉

Ce n’ est une raison pour vous venger du gouvernement car il essaie de plaire aux électeurs ! Nous avons les gouvernements qu’ on méritent ,un point c’est tout! Cessez donc votre rançoeur contre le gouvernement car c’ est vous parce que c’ est vous qui demandiez LIBERTÉ 55 avant hier aux frais des contribuables! Moi je ne les ai jamais cru!

Pauvre Beauly,

Ce n’est pas le gouvernement qui nous vendait le rêve de la retraite dorée à 55 ans. Ce sont nos bons services bancaires de placement….car il n’a rien de mieux que les petits investisseurs pour enrichir les grands… Vous savez ceux qui sont plus claivoyants et mieux outillés 🙂

Vous savez aussi, que le milieu bancaire est un des domaines les plus lucratifs de notre système économique… Un de ceux qui utilisent le stratagème » des tourniquets » qui consistent à infiltrer le gouvernement à l’aide d’émissaires à gages ( nos bons ministres anciens banquiers ).

Une fois leur mission accomplie, ils retourneront dans leurs anciens domaines avec des promotions et des primes de départ » normales et bien légitimes « ….

En période de taux d’intérêt très faibles, il n’est pas rentable de prêter… Il devient plus intéressant de réclamer le remboursement, de placer les gens en difficultés financières et ainsi pouvoir les refinancer à taux plus élevés puisque qu’ils sont devenus plus à risques….. ( Finance 101 )

Pour ce qui est de votre accusation simpliste qui s’appuit sur le mythe que c’est le consommateur qui incite les producteurs à offrir certains produits et les méthodes de les produire, plutôt que l’inverse…., vous devriez lire JOHN W. GALBRAITH ( économiste de Harvard )

Vous MÉRITEREZ, peut-être, de meilleurs gouvernements 🙂

Votre tome II serait : « Dame Nature appelle la police quand on bloque l’accès à son cours. » puis-je suggérer en sous-titre « Quand le 911 ne répond plus. »