Découverte d’un gisement de Québécois de droite: Au New Hampshire !

Orpheline de l’ADQ, déçue du conservateur Charest, trahie, ces temps-ci, par son électorat de Québec soudain converti à l’utilisation massive de fonds publics pour se donner du pain et des jeux, la droite québécoise se cherche.  Ce blogue croit avoir trouvé la raison pour laquelle les libertariens québécois (hormis Maxime Bernier, Éric Duhaime et quelques autres) sont si peu nombreux.

Les zones bleues indiquent que la majorité des citoyens sont d'origine CF
Les zones bleues indiquent que la majorité des citoyens sont d'origine CF (Cliquer pour agrandir)

C’est que le pool génétique de la droite québécoise a été siphonné lors du grand exode des Canadiens-français vers les États dans les années 20 et suivantes. Normal, les plus entreprenants, les plus audacieux, les plus assoiffés de liberté ont quitté l'(in)confort de ce qui n’était pas encore le modèle québécois pour aller vivre le grand rêve américain, laissant derrière les frileux, les grenouilles de bénitiers et les assistés.

Comment en suis-je venu à cette conclusion ? Simplement en lisant la une du Concord Monitor, principal quotidien du New Hampshire.

Le Monitor, comme toute la presse locale, rapporte que deux descendants de CF, Ovide Lamontagne et Kelly Ayotte, se sont affrontés pour représenter le Parti Républicain lors des élections sénatoriales du 2 novembre.

C’est mademoiselle Ayotte qui a terrassé Ovide — précisant cependant qu’Ovide est un « gentleman ». Ayotte s’ajoute donc à la liste des nouveaux candidats républicains ayant obtenu la bénédiction de Sarah Palin et les voix des partisans du Tea Party.

Elle est évidemment contre l’avortement, pour le port d’armes, contre les mariages gays et pour le maintien des réductions d’impôts octroyés par Bush aux millionnaires et milliardaires américains et contre la réforme de la santé.

Voici notre cousine Ayotte en plein action:

Quant au regretté Ovide, il avait contre lui d’être perçu comme le candidat de l’establishment Républicain. Il était contre l’avortement, pour le port d’armes, contre les mariages gays et pour le maintien des réductions d’impôts octroyés par Bush aux millionnaires et milliardaires américains et contre la réforme de la santé.

Selon tous les sondages, notre cousine Ayotte va l’emporter facilement contre le démocrate Paul Hodes (qui n’est même pas parent avec nous) le 2 novembre. Je suggère donc à mon ami Éric Duhaime de préparer tout de suite son message de félicitations et son invitation pour une prochaine rencontre du Réseau Liberté Québec.

Merci à l’alertinternaute Sylvain Goulet pour ce signalement.

Laisser un commentaire

La blague est bonne. Oui évidemment ils sont de racine québécoise mais la racine est de plus en plus loin.

Je tique un peu quand vous dites même si je sais que c’est sur un ton humoristique, que «les plus entreprenants, les plus audacieux, les plus assoiffés de liberté ont quitté l’(in)confort ».

Quand mon grand père a essayé de passer les lignes, venant de Bellechasse, c’est pas qu’il était assoiffé de liberté. C’est qu’il était assoiffé tout court, et littéralement affamé. Heureusement une de mes tantes avait la coqueluche…

Quant au comportement politique de ces cousins et cousines, en connaissant quelques uns je suis d’avis que vous avez raison. À mon grand étonnement d’ailleurs j’ai découvert qu’ils sont passablement de droite. Et ce qui ne va pas particulièrement vous plaire…. anti Obama pour la plupart.

Alors que madame Ayotte soit élue ça ne m’étonnerait pas du tout. Et même Ovide l’aurait été.

Finalement, bien content d’être débarrassé.

Il ne reste maintenant qu’à regarder les USA se suicider lentement.

C’est un pays où la misère et la pauvreté augmente inexorablement de jours en jours.

Il faut se trouver d’autre marchés et sa presse avant que les riches de ce pays aient fini de siphonner l’argent des pauvres et de la classe moyenne.

Ce jour là nous ne pourrons plus rien leur vendre.

Être contre l’avortement, pour le port d’armes, et contre les mariages gays ne sont pas communément des mesures libertariennes… c’est simplement être conservateur.

C’est tellement facile de simplement associer les libertariens avec les méchants républicains.

Après 4, voire 5 générations, nos cousins sont devenus de braves Américains. Lorsqu’on est blanc, de classe moyenne, et patriote, automatiquement on est républicain.

Bonsoir
Effectivement que le Concord Monitor n’a pas tout à fait tort car la crème des Canadiens français prit son courage à deux mains et alla vers des cieux plus cléments ailleurs au Canada et en parti du côté des États-Unis. En fuyant les grenouilles de bénitier et le constant besoin de se poignarder dans le dos avec en prime, le triste réalité de tous ceux qui refusent de s’assumer en faisant porter le poids de leur misère séculaire sur le dos des autres. Pourquoi un nationaliste québécois renierait son passé de porteur d’eau pour se prendre en main ? Et encore pourquoi ce même nationaliste voudrait devenir riche et prospère ? En se prenant en main et en devenant riche et puissant, le nationaliste québécois serait sur le même pied, au même diapason que l’anglophone puissant et riche qui fut la cause de tous ses malheurs. Ainsi, le nationaliste québécois se verrait contraint d’abandonner son lourd passé de victimisation en étant sur le même pied que ses prétendus bourreaux qui, dans l’inconscient collectif du pure laine l’anglophone qui les exploitait et les spoliait de leurs droits. En plus, tous ses repères existentiels s’écrouleraient et annihileraient les arguments folkroriques requis de la victimisation. Pas de Cause Nationale sans victimisation et surtout sans les raisins de la colère….Ainsi soit-elle est la victimisation car sans elle, le nationalisme québécois s’écroule comme un vulgaire jeu de cartes. Au diable la Tuque et le Goupillon disait dans ses premières strophes le Refus Global. Oui, les nationalistes québécois rejetèrent petit à petit, tranquillement et pas vite le Goupillon depuis 1960, mais ils se réfugièrent sous la Tuque, leur seule bouée restante…..Au plaisir, John Bull.

« Chaque dollar gaspillé par le gouvernement et chaque dollar ajouté à la dette nous rapproche invariablement d’un gouvernement libertarien. » (David)

Mais pas avant 12 000 ans.

» En fuyant les grenouilles de bénitier et le constant besoin de se poignarder dans le dos avec en prime,… »

Votre texte est un brillant exemple qui démontre qu’ils ne sont pas tous partis.

Dans le JdeM d’hier, sur l’une des rares pages qui ne contient pas une pub… Un encart publicitaire déguisé en « lettre du jour » de la part du Réseau Liberté Québec. Juste a cote d’une chronique maladive de Nathalie Elgrably-Levy de l’Institut Économique de Montréal, le fameux organisme de charité qui ne donne raison qu’aux riches et au libertariens républicains dans le « plus grand quotidien français d’Amérique ». Tellement grand ce quotidien qu’il peut rouler plus de 600 jours sans journalistes.

600 jours sans une approche équilibrée et professionnelles des faits. On dirait le manuel de prise de pouvoir d’un mouvement révolutionnaire corporatiste ou ploutocratique.

D’ailleurs, l’appel au GBS (le gros bon sens) est encore présent dans la conclusion du texte de Elgrably-Levy pour critiquer en même temps le plan de relance démocrate et le candidat néo-démocrate Thomas Mulcair, d’Outrement – la capitale mondiale du mouvement prolétariat, comme tout le monde sait.

Bref, tout cela pour dire qu’il est de plus en plus urgent de consulter la circulaire de PKP pour comprendre qu’un événement politique important s’en vient et qu’on le publicise comme si c’était un concert rock:

« Réveiller le vieux fond bleu »

Une sorte d’ostishow passé date organisé par des bougalous nostalgiques du Parti Bleu (tiens, on dirait la Marche Bleue…), l’Union Nationale et le Parti Conservateur du Québec.

A moins d’avoir la réincarnation de Maurice Duplessis (qui a déjà les deux mains sur le volant a Québec), je vois mal en quoi le retour d’une droite marginale serait une bonne nouvelle pour la classe moyenne du Québec.

D’autant plus que l’ADQ existe toujours et que cette formation a tourner en rond telle un vautour démagogique dans le ciel de Québec sans jamais se rendre compte qu’il faut une aile gauche, une aile droite et des ailes de poulet a profusion pour qu’un parti de centre-droit prenne son envol sur un territoire quelconque.

Sinon, l’initiative politique ne sert en rien la population mais plutôt les intérêts corporatistes les plus radicaux d’un pays en devenir ou d’une des Premières Nations Fondatrices de ce pays.

Pour plus de détails, ces quelques articles:

http://m.ledevoir.com/politique/quebec/296147/en-bref-jacques-brassard-au-reseau-liberte-quebec

Pour l’ancien ministre (Jacques Brassard), les écologistes sont à l’origine de «la pensée unique qui pèse comme une chape de plomb sur l’univers politico-médiatique».

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2010/09/01/003-reseau-liberte-qc.shtml

« Malheureusement, comme dans bien des sociétés où la planification socialiste des actions gouvernementales fait des gains, la déresponsabilisation de la population est navrante, soutenait Ian Sénéchal. Les Québécois semblent oublier qu’ils sont trop souvent réfractaires à des réformes qui leur permettront d’obtenir plus de libertés individuelles et ainsi soutirer des pouvoirs aux administrations publiques centrales. C’est en soutirant des pouvoirs à ces administrations que les Québécois réussiront enfin à combattre la corruption. »

Joanne Marcotte, réalisatrice de l’illusion tranquille, sera du parti, oh non, désolé, du party organisé a Ste-Foy, a conseillé Mario Dumont il y a quatre ans et a participé en tant que vice-présidente à la commission Castonguay sur la réforme du financement de la santé, qui faisait la promotion du partenariat public-privé.

Mais la blague ou le punch final est le suivant:

« Le seul invité prévu jusqu’à présent à l’horaire de la rencontre du RLQ du 23 octobre est Kory Teneycke, directeur de SUN TV News, une nouvelle chaîne de nouvelles en continu de Quebecor, et ancien directeur des communications du premier ministre du Canada, Stephen Harper. »

Eh oui, le même cave qui vient de se faire remplacer par Luc Lavoie cette semaine et qui a la police sur le dos dans l’affaire Avaaz vs PKP-Quebecor-Sun media.

Voilà, la boucle est bouclée! Attachez vos ceintures fléchées serrées parce que vos culottes vont tomber si vous vous imaginez que la droite qui se peté les bretelles en ce moment va cogner aux portes du pouvoir au Québec…

Ce message vous a gracieusement été offert gratuitement par un citoyen québécois écoeuré de se faire raconter n’importe quoi.

Lu ce matin dans le JdeM, 44 millions de chômeur aux USA.

Certains de nos compatriotes dans le passé se sont fondus dans le grand melting pot américain. Pendant ce temps là, ceux qui sont restés au Québec, ont créés une nation à son image, une nation francophone avec des valeurs distinctes.

Finalement je suis heureux que mes ancètres soient resté ici.

Est-ce qu’il serait possible qu’un candidat soit :

– contre l’avortement (mais seulement l’avortement qui accommode, qu’on utilise pour se faufiler de ses responsabilités),

– contre le port d’armes sans restriction (on pourrais dire ici pour le registre d’arme à feu),

– contre les mariages gays (Entendre pas ceci que s’ils veulent vivre ensemble et s’unir civilement, pourquoi pas ? Mais apposer le sceau du mariage à ces couples est, à mon avis, quelque peu absurde et déraisonnable),

– contre le maintien de ces fichus réductions de ce cher « president Bush »,

– finalement, pour des soins de santé accessibles à tous (donc pour la réforme)?

Je sais pas moi, est-ce que ça serait possible ? Existe-t-il un milieu quelque part ? Pour ma part, je trouve ma petite liste raisonnable.

Maintenant j’évoque devant tous ma paranoïa. Nous savons que vers 1840 Lord Durham fit connaître à la couronne britannique son opinion sur ce qui deviendra le Canada. Ce fut le Rapport Durham. Il y prône l’assimilation des Canadiens français. Puis advint quelques décennies plus tard une vague de migration des Canadiens-français vers les USA. Ainsi vers 1850, plus 1/2 millions de Canadiens-français avaient émigré vers les USA pour des causes économiques.

Si le gouvernement de l’époque avait contré par des mesures économiques appropriées cette perte migratoire, aujourd’hui le Québec serait la province la plus populeuse du Canada.

Et voilà ma paranoïa : se pourrait-il que cette vague d’émigration eut fait l’affaire de l’administration britannique, désireuse depuis la conquête de réduire au maximum l’impact des Canadiens-français sur la politique de la colonie?
Ou pire, l’a-t-elle encouragée ?

N’oublions pas qu’à la même époque (1850) sévit en Irlande la Grande famine, faisant environ un million de victimes, conséquence de la politique britannique face à l’Irlande.

«Les Irlandais accusèrent le Royaume-Uni de les avoir volontairement abandonnés. L’armée britannique possédait les plus grandes réserves alimentaires d’Europe, qu’elle refusa de partager.» peut-on lire dans Wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_famine_en_Irlande)

Donc se peut-il que les Britanniques de cette époque aient développé une certaine politique pour gérer la contestation ?

Bon sujet pour une recherche universitaire !

C’est connu que de 1880 à 1920 la moitié des Québecois émigrèrent aux USA ( un million sur deux millions) subirent une crise économique entretenue par les canadians devenus majoritaire au Canada pour la première fois en 1867 et ces orangistes en profitèrent pour organiser cet exode criminelle.
Durant ce temps le Canada était dans l,opulence et construisait ses chemins de fer en massacrant les métis francophone et en important des chinois et des Ukrainiens en fermant le Canada aux Québecois .
Et durant ce temps les irlandais de service qui contrôlaient déjà la politique anglicisèrent de force ces AmericanosQuébecois en plus de les pousser à l’extréme droite toujours en contrôlant les médias .

Durant ce temps les Québecois affaiblient à mort passèrent de deux millions en 1867 à deux millions en 1910 et perdirent leur majorité sur 90% de leurs territoire du Canada

D’autres nations appellent cela un génocide programmé mais pour nos colonisés fédéralistes c’est le hasard

David :
septembre 16, 2010 à 22:26
Chaque dollar gaspillé par le gouvernement et chaque dollar ajouté à la dette nous rapproche invariablement d’un gouvernement libertarien.
– – – – – – – – –

Aussi vrai que le Père Noël existe ! MDR !!!

C’est ça, un acte de foi dogmatique. :-)))

Mon grand-père paternel né au Massachusets était revenu, disait-on dans la famille de mon père, parce qu’il avait tiré vers l’âge de 20 ans un curé irlandais. C’était au tournant du XIXe siècle vers le XXe. Les tensions entre CF (les Canucks de l’époque) et anglo-américains étaient vives, mon grand père en étant une illustration. Lui, analphabète, avait commencé à travailler dans les « facteries » de coton dès l’âge de 8 ans. Revenu au Québec, il s’installa sur une terre où mon père est né à Roxton Pond. Lors de la crise de 1929, il perdit sa terre et voulut retourner aux USA avec sa famille. Parti explorer la région de sa naissance, il en revint une semaine plus tard, clandestinement, car il y était toujours recherché. Jusqu’à la fin de sa vie, il a conservé le revolver Colt qu’il avait ramené de sa cavale. La famille pris plutôt le chemin du Faubourg à la mélasse dans ce qui est maintenant l’emplacement de la SRC à Montréal. Aussi, j’ai toujours conservé de la sympathie pour ceux des miens qui partirent troquer leur misère ici pour le rêve américain, et concomitamment je ne peux m’empêcher de sentir en moi soudre du ressentiment envers ces yankees qui les considérèrent longtemps comme des nègres blancs corvéables à merci.

Une chance que Madame Ayotte mentionne qu’elle est une « fiscal conservative ».

Autrement, vous auriez raison, en disant qu’elle se présente aussi comme une « moral conservative ».

Grosse nuance entre les deux. Un veut des politiques économiques saines et responsables, l’autre veut imposer sa religion ou ses valeurs religieuses aux autres.

@ Denis Drouin

« Donc se peut-il que les Britanniques de cette époque aient développé une certaine politique pour gérer la contestation ? »

Certainement et avec la complicité de notre bonne sainte église catholique qui prenait bien soins de ses ouailles.

Maintient dans l’ignorance.

Beaucoup de pressions pour que les gens restent sur leurs terres qui les nourrissait mal.

En obligeant les familles a avoir plus d’enfants qu’ils étaient capable d’en soutenir.

En rendant la possession de l’argent pratiquement péché.

Contrôlant leur fidèles pour ne pas qu’ils se syndiquent.

Dénonçant les récalcitrants.

Etc.

Finalement en maintenant le peuple dans la misère.

Comme vous dites bonne partance pour pour une recherche universitaire.

Ma grand-mère partait au cours de l’automne avec les plus vieux de ses enfants, cela pendant plusieurs années, elle montait aux USA, dans le Maine et tout le monde travaillait dans les usines à « Weaver », ou dans la chaussure, revenant au printemps. Une tante me disait comment elle s’ennuyait du Québec, si bien que le dimanche ils allaient voir arriver le train espérant y reconnaitre quelqu’un… Heureusement qu’elle ne s »est pas installée là-bas, car j’aurais été une très mauvaise américaine..

@ Yvon Fleurent

peut-être pas avant 20 ans, peut-être pas avant 12 000 ans, mais la progression est inexorable.

Chaque dollar gaspillé par les politiciens a pour effet de nous rapprocher d’un gouvernement libertarien.

On a dit de la présente récession qu’elle allait mettre un frein au capitalisme. Ironiquement, la dette créée par les politiques gauchistes pour contrer la crise pourrait bien obliger de nombreux pays à se reconvertir au capitalisme.

Cette crise représente peut-être une opportunité pour faire avancer la cause libertariennes. Pour éviter de crouler sous leur dette, plusieurs pays pourraient être obligés de réduire la taille de leur gouvernement.

Lénine disait : « les capitalistes finiront par nous vendre la corde qui les pendra ». Aujourd’hui, on pourrait dire: « les socialistes finiront par subventionner et nationaliser la corde qui les pendra ».

@ M. Cotnoir

On ne nous appelait pas les Nègres Blancs mais plutôt les Chinois Blancs, cher monsieur.

White Chinese. Pas White Negro.

Consultez les journaux de l’époque, lâchez Pierre Vallieres. Vous confondez deux discours: l’impérialisme Anglais et le republicanisme Américain émergent de la Révolution industrielle.

@ Yvon Fleurent

Je suis presque d’accord avec ce que vous dites, lorsque vous écrivez: « Certainement et avec la complicité de notre bonne sainte église catholique qui prenait bien soins de ses ouailles. »

J’irai plus loin et je vous dirais que l’église catholique est a la fois responsable de notre survie en tant que peuple de CF ET de notre asservissement VOLONTAIRE au régime britannique.

On n’a qu’a penser a la contre-attaque des cathos envers les impies ou les traîtres a la Nation pour s’en convaincre.

Doit-on rappeler que Henri Bourassa, un peu plus tard, devra se battre pour que l’église ne nous recommande pas carrément de nous soumettre a la langue de l’occupant afin d’unir la force et le nombre de Cathos Francos aux Irlandais présents sur le territoire?

Mais revenons a la colonisation du Nord du Québec, c’était la faute de qui, hein?

C’était pour fuir quoi?

C’était un retour a la terre après la déception citadine.

Mais ca, on n’en parle pas. Eux aussi, j’imagine peuvent manger de la marde, pas vrai?

Franchement, vous êtes de beaux moutons si vous croyez que tous ceux de NOS ancêtres qui sont partis aux States sont des traîtres et des suppots de Sarah Palin et du Tea Party movement.

Misère, vous n’avez pas besoin de beaucoup d’encouragement pour faire dans l’excommunication, vous autres les bons québécois de gauche ou de centre-gauche.

My gosh, vous oubliez l’accueil fait aux foreigners venus remplacer les pauvres héros dans les mines par la suite? Le racisme et la xénophobie de l’époque, elle était Américaine ou typiquement quebecoise ou canadienne française?

L’appel de la race, on le lançait depuis Washington seulement ou du haut de la chaire de nos belles églises en pierre?

Regardez vos croix de chemins, regardez ou se trouve la croix a l’assemblée Nationale, constatez le zèle royaliste et loyaliste de grands politiciens francos ayant participé a l’édification de l’AANB en 1867.

Repensez au tandem Baldwin-Lafontaine avant de crier au complot lorsqu’en 1832, ces deux-la doivent aller jusqu’à Londres en bateau, pas en avion, rapatrier le gouvernement responsable avant de sombrer dans la parano de la collaboration ou du fascisme britannique.

Bref, regardez-vous dans le miroir et demandez-vous: pourquoi c’est Steve Yzerman qui a permis la construction du club de hockey le mieux nantis en terme de talents québécois et aussi pourquoi les snowbirds du Québec passe de trois a six mois en Floride sans que cela fasse chier qui que ce soit…

Calmez-vous le ponpon. Vous êtes en train de vous faire manipuler bêtement et vous ne vous en rendez même pas compte.

Bonjour,
Pauvre de nous ! Encore et encore de la victimisation . Lord Durham, les Anglais qui nous spoliaient, l’Église Catholique qui nous mettait à genoux avec nos portées de 20 enfants, qui nous valorisait la pauvreté etc…..Vous en avez oublié car : Et la France qui nous laissa tomber…..Avec plaisir, John Bull.

J’ai été voir le site que tu suggère à ton billet no.21. François.

C’est intéressant, c’est un point de vue. Malheureusement comme tout bonne libertarienne, Joanne ne se mouillera pas. Elle ne fondera pas de parti politique, elle restera en marge du combat politique. Elle fera du bla-bla comme une multitude d’autres organismes au Québec.

Décidément, vous manquez de courage politique. Comme David et d’autres, continuez à ergoter, c’est bien tout ce que vous savez faire.

Je ne pense pas que ce réseau va empêcher M. Lisé de dormir. Désolé pour toi.

@ David #20

Ton texte ne sont que des voeux pieux sans références.

« Lénine disait : « les capitalistes finiront par nous vendre la corde qui les pendra ». » (cité par David)

Vois tu mon David cette citation de Lénine est justement ce qui se produit aux USA présentement.
Mais toi David tu essaye de nous démontrer par toutes sortes de désinformations et de tromperies que ce sont les agissements du gouvernement qui sont responsable de la situation alors que justement c’est le désengagement du gouvernement qui en est la cause. À chaque fois que tu as essayé de prouver que le gouvernement avait passé une loi qui a causé la débandade des USA tu t’es fait démolir et ridiculiser.

La cause libertarienne au Québec est une affaire de quelques d’ados et jeunes adultes en révolution passagère. Aux usa elle est en perte de vitesse présentement.

Les libertariens sont aussi marginaux que les partis communistes.

« Calmez-vous le ponpon. Vous êtes en train de vous faire manipuler bêtement et vous ne vous en rendez même pas compte. »

Pour la manipulation je vous dis que je ne crois en rien, j’ai bien dis rien. Ni en personne, ni en dieu créé par l’homme, ni à vous, ni à mon voisin, ni en ma défunte mère, ni à ma blonde. De plus j’ajouterai que j’en ai manipulé des gens et des entreprises pour en profiter. La personne qui va me manipuler n’est pas encore née. Les affaires sont les affaires.

Dans ce que j’ai écris au #18 il y a des chose dont j’ai été témoin personnellement.

Pour contrôler un peuple il suffit de le maintenir dans l’ignorance et de profiter des élites traître de ce peuple en les engraissant. Des rois nègres que certains diront.

C’est exactement ce que l’église catholique a fait et ce dont j’ai été témoin et c’est amplement suffisant pour dominer un peuple. On a qu’à remonter aux années 50 pour le constater et j’étais là.

Interprétez l’histoire comme vous le voulez. Des traîtres qui ont protégé le peuple il en pleut de par le monde.

Et justement je fais présentement de la recherche pour 2 historiens. Je ne peut que constater que par les contrats ENREGISTRÉS que ces derniers confirment ce que j’ai écris.

Oui les Québécois se sont donnés de sérieux coup de pied au cul et ils continuent de plus belle encore aujourd’hui.

Ces coups de pieds originent encore aujourd’hui de l’ignorance. L’exemple le plus flagrant de cette ignorance est parfaitement observable aux USA présentement.

Sans mépris ni rancune,

Yvon Fleurent

@ John Bull

Bonjour. Vous avez oublié le génocide de 13 000 des 18 000 Acadiens déportés par la puissance Britannique, pour prendre les terres défrichées à la sueur de notre front.

Comment se fait-il que les citoyens d’une île aussi petite que l’Angleterre (surtout sans la partie qui appartient aux Écossais), avec aussi peu de ressources naturelles soit devenue une aussi grande puissance mondiale?

Par la domination de l’humain sur l’humain.

Ça laisse des séquelles que vous aimeriez pathologiser sous le nom de ‘victimisation’.

Donc, à chaque fois qu’on se rappelle le joug sous lequel nous perdons encore le fruit de nos effort (Charest et sa gang qui nous volent les deux mains sur le volant; et nous impose des dossiers perdants pour nous comme le gaz de schiste), vous voulez ridiculiser notre capacité à comprendre QUE ÇA CONTINUE ENCORE PAREIL DEPUIS PRÈS DE 400 ANS.

Le contraire de se rappeller de la continuation de l’histoire de notre oppression s’appelle ou bien ‘l’assimilation’ ou ‘l’identification à l’agresseur’. C’est pareil.

Alors, M. John Bull, cessez de nous casser les oreilles avec votre refrain méprisant de notre droit à savoir pourquoi notre l’autonomie est préférable à la subjugation.

Tous les peuples opprimés de la terre, que ce soit une oppression génocidaire brutale (l’Acadie, le Rwanda, la Bosnie, Le Sudan, le Darfur, l’Holocauste) ou une oppression génocidaire culturelle, lente et inexorable (le Québec sous le Canada, l’Aménie sous les Turcs (Azerbajian, 1998-2006), les Koréens sous le Japon (1910-1945), Le Tibet et les Uïgurs sous la Chine) se sentent victimes, et le sont.

Tout être humain qui ne dit rien, ne fait rien, pour aider un autre humain sous un tel joug participe à l’aggression.

Bonne journée,
Nathalie Pellerin

Avoir du bon sens économique, ce n’est pas de vivre sur le dos des autres, quand-dit tu ?

Transférer 220 milliards de dettes sur le dos des jeunes, tu penses que c’est brillant.

Et perdre plus de 10,000 Québécois par année en immigration interprovinciale parce qu’il trouve que la vie est meilleure est un bon investissement.

Vive le modèle québécois, un modèle bourrez de dette et de copinage.

@david

«On a dit de la présente récession qu’elle allait mettre un frein au capitalisme. Ironiquement, la dette créée par les politiques gauchistes pour contrer la crise pourrait bien obliger de nombreux pays à se reconvertir au capitalisme.»- – – – – – – – –

C’est vrai que l’Irlande et l’Angleterre en sont des exemples percutants.

« Avance inexorable » : Ils viennent de faire ce qui s’appelle un « about turn » !

Bonjour,
Et oui, bien des pays ont été des colonisateurs dans une autre époque pas si lointaine, ce qui devait être dans l’air du temps. L’Angleterre, la France, l’Espagne, le Portugal, la Belgique etc…name it. Une petite question en passant : Trouvez moi un seul pays, oui un seul que la France a colonisé et qui aujourd’hui, est riche et prospère ? Et ne serait-ce pas l’Angleterre qui nous délivra du joug français ? Comme tous les endroits que la France a colonisé, qui sont tous des exemples patents de la terre brûlée et peut-être bien aujourd’hui, nous serions la Louisiane du Nord ou encore mieux, Haïti du Nord. Au plaisir, John Bull.

Que John Bull nous nome des pays très riches colonisée par l’Angleterre.
—————–

@ David antagoniste, bien oui quelle référence!

@david

L’état toujours responsable des coups fourrés des profiteurs. (Lieu commun libertarien)

Dogme, quand tu le tiens !

@ Raymond Campagna:

« Dogme, quand tu le tiens ! » (sic)

Il n’y a aucun dogme. Rien que du concret! Et les références de David sont impeccables.

Les avez-vous au moins lues AVANT de commenter?

François 1 :
septembre 20, 2010 à 5:42
@ Raymond Campagna:

(…)
Les avez-vous au moins lues AVANT de commenter?
– – – – – – – –

Oui.

Autre question sur l’essentiel ?

@ Yvon Fleurent

« Que John Bull nous nome des pays très riches colonisée par l’Angleterre. »

—————————————-

Canada, États-Unis, Australie, NZ, SA…?

Et bien Alexandre vous avez oublié un pays. L’Inde a été colonisée par les Anglais, mais a toujours été pauvre. Cependant, il faut dire que l’Inde est très… gauchiste.

J’aime bien les derniers commentaires de cette conversation. Félicitation David pour tes liens, Yvon ne sait plus quoi dire sauf tenter de discréditer votre source. Son seul problème est que même si le site peut-être discréditer, la vidéo est originale et prouve l’implication du gouvernement.

De plus, on voit bien ce que la gauche aime faire, soit se cacher des problèmes qui arrivent à grande vitesse et après cela mettre cela sur la faute de la méchante droite fasciste.

@ Raymond Campagna:

« l’Angleterre est à genoux. » (sic)

Bien sûr qu’elle est « à genoux » après des années de règne des Travaillistes qui sont les gauchistes de ce pays! Mais heureusement, ces gauchistes ont récemment subi une défaite historique ce qui devrait remettre les choses dans l’ordre.

Les États Unis sont devenus riches parce qu’ils ont foutu l’Angleterre à la porte grâce à la France et aidé par plusieurs Québécois et autres pays.

Le Canada est resté petit lui.

Finalement la liste n’est pas longue.

Les colonisateurs ne sont intéressés que par une chose, exploiter les pays colonisés pour s’enrichir. Quand il n’y a plus d’argent à sortir ils les laissent tomber.

C’est comme en affaires c’est l’indépendance qui paye et non pas être colonisé.

@ yvon Fleurent

j’aime ta comparaison avec l’indépendance américaine.

Quand les États-Unis ont obtenu leur indépendance en 1776, l’objectif était de retirer des pouvoirs à l’entité coloniale pour les redonner au peuple.

Quand les pays africains ont obtenu leur indépendance dans les années 50-60, l’objectif était de retirer des pouvoirs à l’entité coloniale pour les redonner aux politiciens/gouvernements locaux.

L’indépendance américaine a fait de ce pays, dans un laps de temps relativement court, une puissance économique. Les indépendances en Afrique ont poursuivi le cycle de corruption et de pauvreté, le tyran colonial ayant seulement été remplacé par un tyran local.

Voilà pourquoi je ne suis pas souverainiste, parce que le projet qu’on nous propose (via le PQ et Québec Solitaire) n’est pas une indépendance à l’américaine, mais une indépendance à l’africaine.

Un projet indépendantiste crédible, cohérent et viable devrait viser à libérer les individus et non pas simplement remplacer la domination d’un gouvernement par celle d’un autre gouvernement.

L’indépendance à l’africaine n’a pas pour but de briser nos chaînes, il désirait simplement changer l’identité des geôliers.

Et les nationalistes mettront toujours de l’avant une indépendance à l’africaine parce qu’ils considèrent qu’aucun individu n’est plus important que la société à laquelle il appartient. Par conséquent, ce n’est pas l’émancipation des individus qui prime, mais la création d’une entité centrale forte qui se réservera le droit d’intervenir dans nos vies sous prétexte qu’il faut protéger la nation.

Les plus populaires