Déficits : le Québec dans une planète d’encre rouge

« Le Québec dans le rouge », c’est presque devenu le slogan de l’empire Quebecor. Comme l’empire est mondial, nous sommes curieux de savoir quel slogan catastrophiste est utilisé pour caractériser les déficits existants cette année dans les autres pays de l’OCDE.

Comme le tableau qui suit le démontre, en proportion du PIB, le déficit québécois (additionné ici de sa part du déficit fédéral) est parmi les moins désastreux des pays industrialisés.

Bon: qui veut changer de place avec le Québec ?
Bon: qui veut changer de place avec le Québec ?

Autrement dit, si le Québec allait aussi mal que la Grande-Bretagne, par exemple, son déficit s’élèverait à 42 milliards par année, soit 10 fois plus qu’aujourd’hui.

Le déficit québécois est-il trop élevé ? Évidemment. Faut-il faire des efforts importants pour l’éliminer assez rapidement ? Évidemment. Les Québécois sont-ils les cancres des pays industrialisés ? Au contraire.

Merci à l’alertinternaute
Stéphane G. pour ce signalement.

*   *   *

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Les commentaires sont fermés.

Monsieur Lisée , pourquoi être comme cela et lancer ce pavé dans la mare des détracteurs , des rapetisseurs et des complexés envers le Québec qui vont en baver d’indignation et sortir toutes les excuses pour ne pas commenter vos chiffres …. Ils y en a encore qui sont nées pour un petit pain !

Il faut regarder la dette totale par rapport à l’économie et non un déficit quelconque sur une courte période. Il faut regarder la situation à long terme. Malheureusement, le Québec accumule des déficits depuis 40 ans et les intérêts sur la dette sont devenus un poste budgétaire important du gouvernement.
Combien ? Près de 10 milliards par année. C’est énorme.

Je ne connais pas vos sources, mais je me pose des questions?.
Est-ce que dans le déficit canadien, on inclut celui du Québec ou vise versa est-ce que le déficit du Québec inclut la portion que le Québec aurait à assumer compte tenue de sa population ou d’un autre indicateur.
Si ce n’est pas le cas, ça voudrait dire que la dette du Québec se situerait au niveau de la Grèce, ce qui n’est pas très rassurant!!!

Aussi, est-ce qu’on inclut les dettes de sociétés de la Couronne comme Hydro Québec etc.

HL

Le problème de notre endettement se situe au niveau de nos actifs? Nous avons plus d’actifs que la Grèce mais ont-ils autant de valeur que l’on croit? Si on soustrait la dette d’Hydro-Québec, elle n’est plus un actif aussi gros qu’il n’y paraît. Les infrastructures scolaires sont considérés dans les actifs mais ça n’aurait pas de sens de vendre nos écoles. Est-ce que nos actifs peuvent vraiment nous aider à améliorer la situation?

Parmi les pays du tableau ci-haut est-ce qu’ils y en a qui vivent ou vivront un problème de dénatalité?

On peut faire dire bien des choses à ces tableaux comparant des pourcentages par rapport au PIB.

Saviez-vous vous qu’en terme du pourcentage du PIB dédié aux achats militaires les Etats-Unis se classent au 27e rang?

http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_military_expenditures

Les Américains doivent-ils craindre d’être envahi par la Mauritanie parce qu’en terme de pourcentage du PIB la Mauritanie dépense deux fois plus que les USA ?

Enfin, mon point est que ce genre un tableau ne donne pas toute la mesure. Année après année, le PIB per capita du Québec se situe sous la moyenne canadienne. (38,980 $ QC, 48,010 $ CA en 2008).

Evidemment qu’on doit toujours rechercher une meilleure gestion des deniers publics mais le Québec selon moi a tout ce qu’il faut pour s’enrichir. Aux Québécois d’agir.

@Hubert Lavigne

Le déficit du Québec est de 4,6 milliards, celui de l’Ontario 21,9 milliads et celui d’Ottawa de 56 milliards.
Maudit que ça va mal au Québec

Le seul déficit qui existe au Québec c’est ce pouvoir qu’a la Nation étrangère Canadian de nous endetter sans aucune compensation et aucune représentation.

Quel article démagogique. On parle de déficit mais pas de la dette qui est beaucoup plus représentative où là, le Québec est la 5e société la plus endettée au monde…

Avec la récupération de ses pleins pouvoirs, de ses taxes et impôts, notre Québec prendrait son envol, il deviendrait prospère.

Nous savons que le Québec souverain est viable économiquement. Le Québec est un des endroits les plus riches de la planète. Riche de son monde, de sa situation géographique, de ses régions, de ses ressources. Nous avons un potentiel formidable, ça c’est évident.

Nous savons que nous n’avons pas besoin de la tutelle d’une autre nation pour administrer nos affaires, c’est aussi une évidence. Qu’attendons-nous pour être maîtres chez nous? Qu’attendons-nous pour affirmer haut et fort que nous voulons assumer nos rsponsabilités, voler de nos propres ailes, sans compter sur leur pétrole sale, leurs entreprises criminelles?

Je suis convaincu que le « cadre » actuel limite réellement notre champ d’action, sans compter que nous nous faisons piller systématiquement nos ressources avec la complicité des deux paliers de gouvernement, à la solde des oligarques. Depuis des sciècles, ce sont des étrangers qui profitent de nos richesses, voilà pourquoi, selon moi, nous nous classons présentement parmi les « moins pires… ».

Et bien bonne nouvelle cette semaine…
on va donc pouvoir diminuer les impots des particuliers et des entreprises pour qu’il créent de la richesse et sortir de notre rouge clair relatif.
C’est donc le klondike au Qc et on va redonner de la péréquation à l’Ontario.On va les boucher nos Canucks.
Super! Ca me fait penser à TVA,une semaine,il faut boire du lait car c’est bon pour les os et 2 semaines plus tard,TVA annonce une nouvelle étude qui demande qu’on limite la consommation de lait encore pour les os,euhhh,les femmes, non,les enfants ,euhhh je ne sais plus.
J,attend dans 2 semaines,une nouvelle contradictoire.Pas vous?

Bonjour,
Cela n’est pas du tout étonnant en considérant que le Journal de Montréal est en lock-out depuis plus d’un an. En frappant sur le clou du sensationnalisme pour mousser ses ventes, et le tout relayé en boucles par sa convergence multi-médias, Québécor fouette les sangs de ses lecteurs qui, pour la plupart sont des nationalistes québécois qui, jours après jours, continuent de s’abreuver aux sources du Journal de Montréal et de TVA. Il n’est pas sorcier d’affirmer que la grogne populaire, la vindicte et les cris de vierges offensées qui affligent le Québec maintenant ont pris racine dans ces reportages populistes qui alimentent la foule qui a surtout besoin de sensations fortes. John Bull.

Le système économique est un jeu mené par le réseau des banques privées.

La planète, la terre, un bout de terrain n’appartient pas à une ou des banques privées.
La structure est arrivé à terme.

Lorsque l’on vient à renflouer banques et corporations privées pour sauver le jeu de Monopoly pour sauver dit-on le système c’est de la foutaise.

Pour que ça passe, l’augmentation du stress en faisant peur à chacun et à tous a un effet. Et pour faire passer des budgets dans la gorge de l’éphémère humanité.

Ils se sont assurés d’affirmer que les pays ne pouvaient pas faire failitte. « Too big to Fail » comme les banques privées et les corporations privées comme on a pu le voir.

L’exemple ces temps-ci et il faudra surtout ne pas l’oublier c’est la Grèce.
Ils vont tout faire incluant le FMI afin que l’euro ne baisse pas trop.

Et puis on apprend de temps à autre que le FMI a effacé la dette de tel pays ou de tel autre.

Pour gagner à ce jeu de l’économie tel que l’on connaît c’est la peur. C’est l’espace que l’on nous attribue. Un système, contrôlé par la peur, un jour tu as du travail, l’autre tu n’en a plus.
Une journée pour avoir une maison, on offre un taux d’intérêts « dit raisonnable » un autre jour il devient déraisonnable et on saisit….

Il y a « Too big to Fail » et le lendemain il n’y a pas de « Too small to Fail »……On saisit encore aujourd’hui des maisons aux usa parce que le système frauduleux dirigé par les banques privées qui furent renflouées l’a permis.

Alors les chiffres, les statistiques, les comparables, les bêtises de Bernier et compagnie, c’est de la foutaise pour encore une fois faire peur. Si on réagissait autrement que d’avoir peur?

Il est vrai que, pour un esprit verreux l’on peu faire dire ce que l’on veu bien, à des statistiques ou des études. Cependant même ci notre position n’est pas la pire, elle n’est pas enviable pour autant. Ci nous avions eu plus de visions et de perspicacité nous serions en meilleur position. Exemple, l’industrie des Pâtes et Papiers s’est effondré, cela était prévisible. Aujourd’hui encore nous n’avons aucune étude ou alternative pour cette ressources ni pour ses travailleurs. Où est passé notre sens légendaire d’innovateur et de débrouyardise. Nos politiciens sont trop occupé par leur statut personnel et leurs cupidité. À quand un politicien qui fera passer les intérès de la collectivité avant les siens propres ou partisants.Malheureusement pour nous je n’en voie pas en ce moment.

Et après ça nos économistes de l’Institut propagandiste de Montréal, les scribes de Québécor et autres Maxime Bernier nous vantent le modèle américain…

Le monde à l’envers !

Je ne vois pas ce qu’il y a de verreux dans les chiffres de M. Lysée. En fait, le chiffre surestime le déficit du Québec.

Le déficit du Québec est seulement de 4,6 milliards et le PIB de 302 milliards. Ca fait 1,5% (le graphique donne plutot 4%)

Quant à celui qui dit qu’on devrait redonner de la péréquation à l’Ontario, eh bien c’est déjà fait: l’Ontario va recevoir un beau chèque d’un milliard. Qui l’aurait crû? L’Ontario sul BS!

PIB… Produit intérieur brut. Donc pourcentage de la dete comparée au PIB.
Si quelqu’un est sur le chômage en appartement, avec une voiture louer qu’il ramène au concessionnaire. Le pourcentage de ses dettes est bas comp tenu de ces revenues.
Son voisin qui gagne 100,ooo$ par année roule en roll roice. On est d’accord une voiture trop cher pour lui… il la raméne chez le concessionnaire et reviens chez lui en mercedes… une C230 mettons.
Il avait un pourcentage de dette trop élevé pour ses revenus, mais il a encore le choix, quhypothéque pour un bout de temps au pire il n’aura qu’à la renouveller a taux variable a chaque année, il a malgré les fluxtuations de taux, un moins gros taux d’intérêt, une plus grande augmentation chaque année d’équité sur sa maison et il peux toujours dormir tranquille.
C’est quoi en fait un pourcentage de dette sur une valeure qui n’est même pas comparable?

Ce que le billet ne dit pas: le Québec n’a pas les moyens de faire des déficits monstres parce que notre dette est déjà monstre.

Le gouvernement québecois prévoit revenir a la rentabilité vers 2015(déficit zéro)sais-t’on quand
les différents pays indiqués au tableau prévoient
de le faire.J’ai l’impression que plusieurs pays à
qui sont situés en bas du Québec (6e place et +)ne
gagne des places au classement des plus endettés.

Enlever les paiements de perequations et le quebec ce retrouve au premier rang ou presque.

Ne croyez vous pas que la seule question soit celle du traitement qu’Ottawa fait subir au Québec ? Référendums volés, loi de la clarté, politiques rétrogrades à tous les chapitres. Que nous faut-il de plus comme démonstration ? Un Maxime Bernier ? On l’a. Quoi encore ?

Balancer ces chiffres sans mentionner l’énorme et écrasante dette accumulée du Québec (la 5ème plus importante au monde, rappelons-le) relève de la démagogie pure.

Vous nous avez habitués à mieux, M. Lisée…

Cool.
Mais j’ai une question:
pourquoi est-ce que tout le temps, on calcule le déficit du Québec et notre part du Canada (ce qui est normal) mais qu’on ne fait pas la même chose pour les autres pays?

La dette des californiens (Californie + leur part des USA).
La dette des anglais (Londres (ou leur « province ») + UK)
La dette des…

Parce que logiquement, si une province prends sa part de la dette nationale, si on veut comparer, il faut faire la même chose ailleurs, non?

Il y a un truc que j’aime dans ce billet.

Il tend à démontrer que le keynésianisme c’est une grosse arnaque !

@ Danny:

La dette est abondamment traitée dans des blogues précédents. La conclusion est similaire: il y a des problèmes à régler, mais on est loin d’être les cancres de l’occident! Apprends à lire.

@ Danny

Le Québec est une nation quand il s’agit de déficit mais elle ne l’est pas quand il s’agit d’autre chose ?

C’est ça monsieur Dupe, on est pas dupe.

Paul Pieter Kruijmer

Eh bien non. Comme le déficit est de 4.6 milliards et la péréquation de 8, ça donne 12,6 milliards sur un PIB de 302, soit seulement 4,2%
(l’Ontario, avec son milliard de péréquation, est à 21,9 milliards)

Je ne comprends pas la hargne de certains contre le Québec. Ca me dépasse. Pour ces colonisés, il faudrait que ça aille toujours mal au Québec, faudrait qu’on soit le pire trou sur terre. La moindre manifestion de fierté québécoise, les rend malade.

M. Lysée, on aurait besoin d’un psy sur votre blogue pour nous expliquer pourquoi une partie de notre peuple est allergique au succès et au bonheur.

Danny, oublis ça en partant là 5e dettes la plus importante du monde, pure BULLSHIT, pure manipulation de chiffre et pure addition de situation non-existante a des situation existante, dire que le Québec a la 5e plus haute dette ça c’est de la démagogie! comme si le Québec avait les problème se l’islande et de la grèce….n’importe quoi

Je pensais comme la plupart des gens qu’un Québec séparé du Canada aurait à assumer sa part de la dette immense (et qui va grandissante, probablement 600 milliards dans 5 ans). Grossière erreur me dit un ami économiste: ce qui est la dette du Canada demeure la dette du Canada!

Et là, il me fait une comparaison – un peu boîteuse et que certains n’aimeront pas – avec une sorte de foursome: trois femmes et un homme qui vivent de le même appartement.

Une des femmes est très « contrôlante », se mêle toujours de tout et se place toujours au-dessus des autres: elle veut s’occuper de gérer les dépenses communes. Les trois autres la laissent faire et ils vivent comme ça en donnant l’argent pour le loyer à la Mme contrôlante et payent chacun de leur côté leurs dépenses personnelles

Un jour le monsieur en a assez de vivre là. Il a toujours payé ses frais pour l’appartement, mais quand il arrive pour partir la Mme contrôlante lui annonce qu’elle a contracté une lourde dette…

Est-ce que le monsieur est responsable de la dette de la Mme? Non, bien sûr: il a toujours rempli ses obligations vis-à-vis des autres et si la Mme a mal employé l’argent du loyer, c’est à elle de le rembourser. D’autre part, si les deux autres madames restent avec la Mme contrôlante, ils n’auront pas le choix de payer plus cher pour rembourser le loyer en retard…

Voilà une autre bonne raison de quitter le Canada: parce que la Mme contrôlante n’arrête pas de refiler sa dette aux provinces. Une épargne de 175 milliards de $ pour le Québec.

Pourquoi pensez-vous que la British-Columbia veut déclarer unilatéralement sa séparation du Canada immédiatement advenant le départ du Québec? Ils ne sont pas fous: ils vont quitter cet appartement mal géré à la première occasion!

Le déficit actuel est proche 5% du PIB. Il est évalué autour de 4.7 milliards de dollars.

En arrondissant pour simplifier les chiffres, on peut dire que 1 milliard = 1% du PIB.

La dette est autour de 212 milliards selon ce site: http://matin.branchez-vous.com/nouvelles/2009/09/la_dette_du_quebec_en_temps_re.html

Donc la dette du Québec représente 212% de son PIB annuel actuel (en espérant que celui-ci augmente plus vite que l’inflation).

Donc, pour se donner une idée en comparant cela avec un individu. Le Québec gagne 100 000 dollars par ans, s’endette de 5 000 dollars de plus chaque années et a une dette de 212 000 dollars.

C’est pas si pire tout dépendant de notre taux d’intérêt, mais il est évident qu’on doit quand même couper dans les dépenses. Et si on considère la relation entre notre PIB et notre population, nous sommes très loin d’être un pays du tiers monde.

@lanationaquébécoise – je pense comme votre ami : le gouvernement du Canada est légalement responsable de sa dette. Par contre, il est aussi légalement propriétaire de ses avoirs, incluant tous ceux qui sont sur le territoire du Québec. Certains diront, tant pis, comment feront-ils pour nous empêcher de nous servir de nos aéroports, de la voie maritime, etc. Le Québec aura toujours le Canada d’un bord, le Canada de l’autre bord et les États-Unis au sud. Un pays du Québec devra s’entendre avec ses voisins. Ne croyez pas un instant que le Canada et les États-Unis verraient d’un bon oeil que l’état du Québec les empêche de circuler librement là où ils ont circulé librement depuis des siècles. Le Québec n’aura jamais les moyens d’être du mauvais bord d’une telle chicane.

« Pourquoi pensez-vous que la British-Columbia veut déclarer unilatéralement sa séparation du Canada immédiatement advenant le départ du Québec? » ( lanationquebecoise)

J’ai déjà lu que l’Ontario avait le même plan. Évidemment, ils n’ont pas envie de continuer à payer seuls.

Pourquoi pensez-vous qu’Ottawa à investi des milliards de notre argent pour tenir le Canada d’un seul morceau?

Des millions pour dire à ses citoyens que le pluss beau pays est très uni.

Un déficit est un déficit. Ça veut dire que l’on dépense plus que l’on ne gagne et le Québec a réussi ce tour de force depuis les quarante dernières années. On a toujours été dans l’trou et ce, même lors des années de déficit zéro où notre dette AUGMENTAIT quand même!

Ici, on ne veut pas attendre d’avoir gagné l’argent AVANT de le dépenser. NAÔÔÔN!!! Trop simple pour nos gauchistes. On préfère consommer aujourd’hui! maintenant! right now! quitte à faire payer plus tard par NOS enfants NOS excès d’aujourd’hui.

Ahhh elle est belle, la « so-so-solidarité québécoise »!!! Quelle belle preuve de justice inter-générationnelle.

Et on n’a pas encore parlé des frais d’intérêts qui nous coûtent plus de $8 Milliards par année. Ces frais sont le TROISIÈME poste de dépenses gouvernementales en importance après la santé et l’éducation.

Un GROS merci aux gauchistes et aux syndicalistes pour leur camaraderie envers le peuple québécois!

Il faut RÉDUIRE l’État tentaculaire à sa plus simple expression et redonner la LIBERTÉ de choix aux Québécois…