Délires…

Combien de temps le Québec résistera-il aux assauts de l'extrême-gauche ?

Il se dit et s’écrit des choses étranges, délirantes, ces temps-ci au Québec.

L’exemple vient de haut. Le Premier ministre du Québec et ministre de la jeunesse, Jean Charest, expliquait ce lundi que « Ce n’est plus un débat sur la hausse des frais de scolarité. C’est l’extrême-gauche qui tente d’intimider la population. »

On lui accorde que l’extrême gauche existe, que les casseurs existent, que des ignobles envoient des lettres avec de la poudre et que tout cela doit être dénoncé.

On lui souligne aussi que le pourrissement de la situation dont il est le grand responsable contribue à radicaliser des jeunes qui, autrement, seraient sagement en train de préparer leurs examens.

Autrement ? Oui. Car on ne dit pas assez que cette crise aurait pu se conclure le 31 mai, si le gouvernement Charest avait simplement accepté la dernière offre étudiante, à coût nul pour l’État, et par laquelle les étudiants offraient de payer de leur poche droite — baisse de leur crédit d’impôt — ce qu’ils ne voulaient pas payer par leur gauche — la hausse des deux premières années. Il faut le rappeler: c’est par pur réflexe de relations publiques, soit la crainte de sembler reculer, que le gouvernement a refusé cette offre et a préféré mettre un terme aux négociations.

Parmi les délires qu’on lit à répétition il y a donc celui voulant que les étudiants n’aient cédé sur rien. Or ils ont cédé sur leur revendication principale, l’annulation de toute la hausse. A deux reprises, ils se sont montrés prêts à renoncer à cette position en échange d’un gel temporaire, financé autrement, et d’une promesse de discussions qui n’entrainaient aucun résultat certain.

Mais revenons à l’extrême gauche du Premier ministre. Sa volonté de définir l’ensemble d’un mouvement social autour de sa seule faction violente est d’une malhonnêteté intellectuelle qu’il a peut-être héritée de l’Union Nationale qui assimilait, jadis, PQ et FLQ. Sa ministre de la culture en a fait autant, équivalant carré rouge et violence, même lorsque des poètes arborent le carré.

Nous approchons-nous de « l’insurrection appréhendée » ?

Nous sommes donc aux prises avec une volonté gouvernementale affichée de diaboliser les centaines de milliers de québécois de tous âges qui expriment, dans la rue, leur opposition au régime. Cette diabolisation peut être utile en préparation de l’application de la délirante loi 78 dont on verra toutes les dents à la mi-août, au moment de la reprise forcée des cours. Il sera intéressant de suivre l’application de l’article 30, selon lequel « quiconque aide ou amène une autre personne à commettre une infraction visée par la présente loi commet lui-même cette infraction ».

C’est à ce moment que, selon ce qu’en a dit sa ministre responsable Michèle Courchesne à l’Assemblée, les policiers et juges détermineront si l’envoi d’un courriel ou d’un message tweet favorable à la poursuite de la grève pourra être ainsi passible d’une amende équivalente à celle imposée à un étudiant qui tente effectivement de bloquer le passage ou à un professeur qui jugera qu’il ne peut donner son cours dans ce climat ou à un directeur d’établissement qui posera le mêle jugement.  Nous sommes, là, dans le délit d’opin’ion.

Le cas Amir

Vient s’ajouter à ce contexte délétère un tir groupé, plus large, sur le député de Québec solidaire. D’abord autour de son arrestation lors d’une manifestation illégale à Québec. De partout, y compris du PQ, on a entendu dire qu’il y avait une règle non écrite selon laquelle les élus ne pouvaient se mettre en situation de désobéissance civile contre une loi qu’ils considéraient comme contraire aux droits fondamentaux.

Cette règle n’existe pas. Chaque élu doit se déterminer en fonction de ses convictions et, bien sûr, en subir les conséquences. Des dizaines de députés péquistes ont d’ailleurs participé à des manifestations de casseroles dans leurs patelins, manifs qui étaient non seulement non-conformes à la loi 78 mais dont l’existence même exprimaient un rejet de la loi.

La seule différence ici est que les députés péquistes ont participé à des cortèges dont ils pouvaient penser qu’ils seraient tolérés par la police (qui n’applique pas la loi) et qu’Amir, lui, avait de bonnes raisons de penser que la police de Québec allait l’appliquer, comme c’est son habitude.

Déserté par des parlementaires qui auraient pu montrer un peu plus de sollicitude, le député Khadir devait subir ce lundi une extraordinaire chronique de Joseph Facal, imaginant un Québec dictatorial, présidé par un Amir Khadir ayant ordonné l’exécution de ses opposants politiques, y compris de gauche, et venant visiter Facal dans sa cellule.

Passons sur l’insensibilité qu’il faut pour décrire comme un geôlier sanguinaire un homme dont la fille est au même moment en cellule et sur la décision du scribe de s’en prendre, en plus, à cette jeune femme dans son délire.

Mais ce texte participe d’une tentative plus globale d’assimiler Québec solidaire et son programme radical, certes, mais écologiste, féministe et foncièrement démocratique à la gauche stalinienne avec laquelle il est pourtant en rupture totale.  On sent, ici, une claire volonté de désinformer ou alors une volonté ferme de rester désinformé.

On est d’autant plus surpris du procédé que Joseph est membre d’une famille politique, souverainiste, régulièrement diabolisée par certains de ses critiques, qui ne se gênent jamais pour associer la défense du français à du nazisme.

Amir et le 1%

Bon, je ne puis cependant terminer ce tour d’horizon des délires sans souligner celui commis par Amir Khadir lui-même dans le dernier texte où il explique pourquoi une entente tactique avec le PQ n’est ni souhaitable, ni envisageable. Il y parle de »la « dictature effective » du 1%, avec lequel dans les faits ( quoi qu’en dise son programme) le PQ a toujours montré qu’il n’a pas de problème! »

Soupirs… On est pas sortis du bois !

Laisser un commentaire

Que de délires, effectivement! Par contre, j’aurais aimé que vous élaboriez plus le dernier paragraphe. Que signifie: « on est pas sortis du bois! » Seriez-vous en accord avec une sorte d’entente entre le PQ et QS, mais que cela semblerait pénible à convaincre QS? ou si vous pensez que QS ne comprend pas le programme du PQ? ou que QS sous-estime le PQ ? ou?

« On lui souligne aussi que le pourrissement de la situation dont il est le grand responsable contribue à radicaliser des jeunes qui, autrement, seraient sagement en train de préparer leurs examens. »

Il n’y a pas que les jeunes que cela radicalise, les hommes de 50 ans aussi…

Et ça, c’est pas mal plus dangereux…

ben écouter ,si elle se présente comme la jeune dame sur votre photo,je ne garantie rien a ma résistance,sans blague je me souviens vaguement (je n’ai que 50 ans) du dernier marxiste léniniste du cégep du vieux Montréal devenu plus tard vendeur de chars usagés ou député fédéral libertarien quelques part en Beauce mais il n’avait définitivement pas son charme,maudite mémoire quand tu nous joues des tours.hasta siempre camarade.lol ps quand on voit une personne du centre comme vous m.lisée être traiter souvent par une partie importante de vos blogueurs de socio-communo-bolchévico-chéputroquoi ,il me semble de plus en plus évident qu’il faille couper tout les autres services de l’état et de mettre tout ça en éducation,collectivement une 3 ième année B c’est pas suffisant ,ça presse.lol

Blâmer Charest pour la violence de la gauche, c’est comme blâmer une femme qui a été victime d’un viol en disant que sa jupe était trop courte.

Certes M. Lisée, qu’un risible groupuscule qui expédie des enveloppes poudrées sous le label ridicule des «Forces armées révolutionnaires du Québec» (pâle imitation des cellules de l’ostracisé FLQ?) apporte de l’eau au moulin propagandiste de notre gouvernement fantoche.

Les sévices perpétrés par ces «chemises brunes» des temps modernes, les fameux «black block» contribuent également à merveille à cette rhétorique Libérale.

En ce qui me concerne, le danger d’une présupposée insurrection appréhendée vient plus du côté de la droite vertueuse (1%) que des anarcho-communo-socialo-bolchéviquo-marxistes-lénino-trotskistes en maillot vert et arborant un inoffensif petit carré de tissu rouge…

Mais tout ça, ce n’est qu’une question de perception M. Lisée.

Vous étiez bien parti, M. Lisée! Dommage que le dernier paragraphe ne rabatte le tout à un point de vue bassement partisan. Nous sommes nombreux à nous souvenir de Québec 2001, de qui avait le pouvoir de décider d’exercer une telle protection autour des représentants de l’obscur 1%. Les gens du PQ ont beau arborer le carré rouge, ils n’en seront pas moins aveuglément soumis aux lois du marché si d’aventure ils retournent aux « affaires » qui ne sont pas les nôtres.

Je propose une loi encore plus musclée que la loi 78, une loi intransigeante, infâme et ignoble qui forcerait le contrevenant à voir sa désobéissante grande trappe condamnée au supplice de la roulette de duct tape.
J’exige, en mon âme et conscience, un MORATOIRE IMMÉDIAT sur tous les commentateurs de médias. Un mois de moratoire sur les Martineau, Facal, Duhaime, Gendron, Dubuc, Pratte… À 5 tweets, billets, capsule télé par chroniqueur par journal par jour, le peuple Québécois dont tout le monde se revendique a un peu pas mal beaucoup totalement de quoi se faire une idée.
(Question d’équilibre, je vous incluerais aussi, m Lisée, en sachant malicieusement que ça entraînerait à votre suite un troupeau de surnoms antisocialistes, anticapitalistes, ultrasophistes ou autre qui ne manqueraient qu’à eux-mêmes. Oups, ça m’inclus là-dedans! )
Même l’ONU, je leur dirais « vos gueules, sinon c’est la roulette de tape ». Je sais, le droit inaliénable à la liberté d’expression et tout ça… mais nos deux oreilles et ce qui est en train de fondre entre les deux ont aussi des droits!
Après un mois de thérapie par le SI-LEN-CE, on pourra parler de financement d’éducation, de rôle de l’état avec peut être un peu plus de maturité qu’avec ces démonisations puériles de journaux en mal de copie.
Mais en attendant, vacances. Dans le Nord ou dans le sud mais ailleurs, autant que possible.

Je pense que Facal a depuis longtemps pris ses distances du PQ. Ce dernier, avec messieurs Lucien Bouchard et Jacques Brassard sont les seuls souverainistes pour qui j’ai du respect.

J’ai toujours eu beaucoup d’estime pour M. Facal, mais ce matin, il semble avoir oublié de prendre son lithium!

Facal est une girouette qui sait très bien préserver ses arrières et son profit individuel. Et la chère Lysianne, il m’a fallu que quelques lectures pour me rendre compte que je n’Avais pas de temps à perdre.

Ce délire qui embarrasse tout le Québec, « la peste, puisqu’il faut l’appeler par son nom » vient d’une infection généralisée du système de places qui est censé engendrer la santé sociale et économique de la nation. Qui donc est responsable de cette infection?… Plus on lit les blogues,les chroniques, les éditoriaux, les nouvelles à la une, plus on regarde les informations à la télé, plus on en parle avec son voisin, son patron, son frère, son curé, ses partenaires de tennis, sa maîtresse ou son gigolo, plus on participe à ce qui se passe et à qui se dit sans bouder personne, plus on est forcé de conclure que tout le monde est coupable. Il ne reste plus qu’à attribuer à chacun sa « juste part » de culpabilité. On dira que là-dessus, chacun a sa manière d’évaluer les choses. Peut-être bien, peut-être bien mais pourtant, il existe une méthode qui a fait ses preuves. Suffit de lire
« Les animaux malades de la peste » de Lafontaine. Si on comprend bien, on voit tout de suite que plus on se rapproche de l’âne, « ce pelé, ce galeux d’où venait tout le mal » plus on est coupable plus on se rapproche du lion, le roi des animaux, moins on est blâmable. Donc, d’après le célèbre fabuliste, il suffit de prendre pour modèle les institutions qui rendent la justice et on conclut que « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. Pareillement, la responsabilité de l’actuelle peste québécoise est inversement proportionnelle à votre importance dans le système de place. Facile, non?

Il y a certe des délires du côté des partisans de la hausse, mais ce n’est rien à côté de tout ce qu’on peut lire dans les écrits ce ceux qui appuient les étudiants… Lire Josée Boileau, ce matin, comme dernier exemple… Des 2 côtés, il y a plein de gens, tout à fait sain d’esprit, qui sont en train de virer gaga. Je soupçonne que plusieurs auront honte de leurs écrits dans 6 mois…

J’ai deux questions, pour vous, M. Lisée.

1- Trouvez-vous normal que des étudiants empêchent d’autres étudiants d’étudier contre leur gré?

2- Comment comptez-vous réaliser l’indépendance du Québec avec un appui 50%+1, si la déobéissance civile est banalisée (encouragée) lorsqu’une loi que l’on juge injuste ne fait pas notre affaire?

Monsieur Lisée, un seul mot : bravo!

Vous résumez parfaitement la situation. Il n’y a rien à ajouter.

C’est un fait le texte d’hier de Facal est du gransd délire.
Charest a entammé le prochaina cte avec l’orgie de pubs télé qui nous assomment présentement à nous montrer graphiquement pour ne pas dire grossièrement c’est quoi 50 sous.
Est-ce que vous comprenez petit peuple comment, nous sommes de bonne foi et pas eux.
Hier après le résultat d’Argenteuil, le vrai naturel de John James Charest a vite fait surface, indigne d’un PM.
Argneux, revanchard n’a même pas félicité le gagnant.
Il y a des mois qu’on attend la prochaine élection.
Come on Down John James Charest, you’re the next contestant on the Price is Right

c’est ce qui arrive quand on laisse le pouvoir au « moins pire » et qu’on se concentre sur l’économie et non sur le projet de société!

La machinerie éditoriale médiacor fait beaucoup d’effort depuis plusieurs jours proportionnels à la peur et son goût très prononcé de la caricature à défaut d’argument pour la mise à mort médiatique du co-président de Québec solidaire en finissant plus de finir de dénoncé les faces cachées Amir Khadir qui profitent de nos libertés démocratiques ! Déjà Éric Duhaime le dénonçait avec un complot islamique et peut-être une cellule dormante pour imposer le foulard et autre tissus rouges de préférence symbole comme indiquait notre ministre de la culture d’intimidation et de violence. Que faire avec cet homme médecin de formation, socialiste, propalestinien, féministe… qui pousse la liberté de parole et de l’agir politique pour ébranler nos vieilles structures démocratiques dont les profiteurs se sont installés depuis si longtemps qu’on dénonce la corruption que la droite courageuse de leur confort en fait qu’un problème de morale et éthique.

Parlons de Amir mais pas de justice des 11 % des enfants du Canada qui vivent en bas du seuil de la pauvreté ! Parlons de Khadir mais pas des milliards en F-35, en sous-marins, des blindés qu’on va faire l’achat ! Parlons d’idéologie mais pas des choix et conséquence de nos gouvernements sur l’assurance chômage, les pensions de vieillesse, du nucléaire et de Gentilly 2 , de l’environnement et de nos gestions de nos ressources ! Écrivons sur un homme qu’on a fait au préalable une caricature et dénonçons-le comme un vilain bonhomme !

J’avoue ne pas comprendre pourquoi, dans ce texte où vous dénoncez les amalgames et les délirantes attaques rhétoriques, vous commettez vous-mêmes ce genre de geste en écrivant que « l’extrême-gauche existe (…) et tout ça doit être condamné », ajoutant plus loin que cette gauche extrême est la « faction violente » du mouvement social actuel. Permettez-moi de vous dire que l’on peut fort bien être démocrate, pacifiste et d’extrême-gauche, si l’on entend par là une opposition résolue à la structure de pouvoir qui s’appuie sur la propriété privée du capital. Je ne vois pas ce qu’il y a de « condamnable » là-dedans, à moins de penser que certaines options politiques n’ont pas lieu d’être en régime démocratique, ce qui me semble une contradiction patente.

@ amaury,facal bouchard brassard ,souverainistes? ,faudrait leur dire,ils ne semble pas le savoir,moi je les vois simplement comme des petits opportunistes des régions a la maurice duplessis sans culture et prêt a se vendre et a vendre la province au premier patroneux venu(c’est déja fait,au moins pour LULU) ,ils ne semble pas le savoir,ou peu être en version nazional socialiste.un réactionnaire aurait beau visiter sagar a toute les semaines ça fait surtout pas de lui quelqu’un de respectable ,des larbins ,des larbins ,des larbins,la province en est pleine.dire que j’étais a 30 pieds de rené levesque quand il a dit ;on est pas un petit peuple ,on est peu être quelques choses comme un grand peuple ,plus je vous lis et plus j’en doute.

Pour ma part, je me considère centre gauche. Et croyez-le ou non, je suis autant POUR la hausse que POUR la sociale-démocratie. Je consulte régulièrement L’actualité et La Presse depuis le début de ce conflit, jamais Le Devoir ou les médias de Québécor (trop polarisés d’un côté comme de l’autre, selon moi). J’adore lire Jean-François Lisée et j’adore lire Yves Boisvert. Je déteste le PLQ tel qu,il est gouverné par Charest. J’ai voté NPD aux dernières élections fédérales.

Pourquoi je raconte tout ça? Parce que j’en ai MARRE de polariser le débat. Autant d’un bord comme de l’autre. Je trouve ce débat pathétique, pitoyable, sans aucune finesse. Après des mois de réflexion (depuis 2011), je me suis positionnée POUR la hausse, mais ça ne fait pas de moi une personne d’extrême droite. Mais pourtant, personne ne me croira, car si tu es pour la hausse, tu es un procapitaliste sale et sans coeur (bien sûr l’inverse est vrai, si tu es contre la hausse, tu es probablement un pauvre communiste).

En passant, petite nouvelle… les deux partis ont leurs tords! EH OUI!!! Et oh mon dieu, qu’ils en ont, des tords! Je ne comprends pas que personne autour de moi ne critique les DEUX partis, merde! Est-ce que vous les regardez aller, depuis des mois? Est-ce que je suis la seule à être exaspérée? Il me semble que c’est si évident, que ce débat devrait être tout SAUF noir ou blanc!

Alors de lire toutes ces chroniques, d’entendre un journaliste avec un parti pris dire ci, un autre dire ça, un nous présentant les mauvais coups de Courchesne, l’autre les immaturités de la CLASSE ou de Kadhir… et bien sûr en évitant toujours de parler du revers de la médaille, de présenter les arguments valables des autres (parce que, petite nouvelle, les deux partis ont des arguments valables, oui oui! je vous jure!)… eh bien, ça ne m’étonne pas.

Est-ce que tout le monde a encore son petit Larousse chez lui? Conseil: cherchez-y le mot NUANCE.

C’est drôle (et triste !) de voir les adversaires idéologiques imputer à l’autre camp la responsabilité de l’échec des négociations. La question pour moi, n’est pas de savoir qui a raison mais bien de savoir comment gérer le droit à la dissidence. Alors je vous pose la question M. Lisée; Est-ce que vous accepteriez de négocier une forme de « moratoire » avec par exemple, des milliers d’anglophones qui manifesteraient contre la loi 101 jusqu’à obtenir une réduction des normes? Mon petit doigt me dit que vous diriez » votez au prochaines élections » pour un parti qui defend votre point de vue…en attendant, c’est le parti au pouvoir qui fixe les règles…

Je vais sûrement accumuler quelques points Goldwin en écrivant ça mais il faut dénoncer le fait que l’AgitProp des Libéraux roule à plein régime.

Moi je suis plutôt sympatique à l’écosocialisme de Québec Solidaire. J’ai pas envie d’être transformé en produit et la consommation excessive me répugne. Pourtant je ne me sens pas extrémiste, malgré que c’est là que les grands médias veulent me placer politiquement.

Une fois que c’est dit, je trouve qu’il y a beaucoup d’acharnement contre le petit député solidaire, presque trop. Ce qui m’a fait pensé à cette citation de Ghandi (encore lui) :

First they ignore you.

They laugh at you. Then they fight you.

Then you win.

Facal semble avoir perdu la raison depuis que Pédaleau lui a étendu les beaux dollars avec une belle chronqiue de drette dans son torchon. Plus facile pour les beaux dolars à ce moment là.

Votre analyse est très intéressante. Concernant la règle non-écrite qu’un élu ne doit pas faire de désobéissance civile, je partage entièrement votre opinion. Je crois que même Socrate, qui pourtant a refusé de s’évader de sa prison où la mort l’attendait pour ne pas violer les lois d’Athènes, désobéirait à l’inique loi 78. Je me permets de vous inviter à lire mon texte sur la question:

http://vitamimpenderevero.wordpress.com/2012/06/10/socrate-desobeirait-il-a-la-loi-78-le-maitre-de-platon-aimerait-mieux-subir-linjustice-que-la-commettre/

bof ça nous changerait de l,extrême droite kébecanadienne de caudillo harper et son sbire le méchant isnogoud charest.lol

http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201206/12/01-4534219-khadir-envisage-de-poursuivre-le-journal-de-montreal.php

« Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, craint que le pastiche ne contienne des messages subliminaux qui incitent à la violence.

Simplement parce qu’il possède cette image chez lui, M. Khadir pose une menace, croit Yves Bolduc. «Il y a toujours des messages subliminaux (sic) qu’on passe avec des peintures comme celles-là. Pour certaines personnes qui eux autres sont vulnérables, ça pourrait présenter un risque», a-t-il affirmé. »

Sommes-nous en plein délire éthylique chez les libéraux ? J’ai vu dans ma vie des dérives désinformatives mais là on tombe dans la classe mondiale. Les libéraux doivent avoir une chienne de peur de Khadir pour dire des énormités semblables. Qu’on attaque un simple député avec autant de hargne démontre que dans le camp libéral on est en mode panique.

On ne devrait pas parler de « la crise des étudiants » mais de la « crise de Charest », au sujet de laquelle je sens le besoin de à mon tour délirer:

« Un mensonge répété dix fois reste un mensonge; répété dix mille fois il devient une vérité. »
Adolf Hitler (chancelier allemand, dans Mein Kampf)

« Plus le mensonge est gros, mieux il passe. »
Joseph Goebbels (ministre de la Propagande du précédent)

« Il ne fait aucun doute que le mensonge, lorsqu’il est organisé de façon systématique, constitue une arme politique extrêmement efficace. »
Hannah Arendt (philosophe américaine, 1906-1975)

« C’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison. »
Coluche

( merci à: http://membres.multimania.fr/wotraceafg/citations.htm )

Dernier délire en date: l’histoire du tableau chez Amir Khadir. Ça sent le salissage médiatique concerté. Et de voir ensuite le défilé de députés pharisiens qui jouent aux outrés… Je n’ai pas lu mais j’attends les chemises déchirées de Martineau, Duhaime…
Je réitère: 1 mois de moratoire sur les médias, ce serait vraiment bien!

Comment on fait pour rester positif et serein M. Lisée?

Ma colère est presque constante…

Je ne parlerai pas des idées qui me viennent quand j’entends Jean Charest, chaque jour, dire « Je vois que madame a toujours son carré rouge »

C’est tellement enfantin…

Je suis en colère mais j’ai aussi honte d’avoir un tel homme comme premier ministre.

Heureusement que c’est du délire, M. Facal, un mauvais rêve après un repas trop bien arrosé, sinon, j’aurais pensé que vous êtes pris du même délire destructeur que les autres chroniqueurs de votre journal. Car, jusqu’ici vous aviez réussi à garder la tête un peu plus froide, avec une pensée un peu plus nuancée que celles de vos collègues anti tout: syndicalistes, étudiants, artistes, souverainistes, maroistes, gauchistes, etcaieteraistes.

Mais ouf. j’ai lu jusqu’à la fin… Même les mauvais rêves nous font bien dormir. Pas facile d’être membre du Parti Québécor, hein? Comme pour le PLQ, la pensée unique. M. le Président, le Gouvernement ne parle que d’une seul voix. Faites attention, M. Facal, vous au moins, gardez la tête froide.

Bon attendez, pour que vous ayez mon commentaire, je dois m’enregistrer au Journal de Montréal… Oups tout est unilingue anglais. M. Facal, je délire-tu moi là là? Bon, c’est contre ma nature, mais je me prostitue cette fois-ci. Juste cette fois-ci

Il ne vous manque que les plus nouveau dérapage de Jde Montréal et de Québec voyant le postiche de la toile de Delacroix une prise de position violent de Kadhir… et sans parler des commentaires de ministres Libéral… tout pour essayer de faire oublier qu’ils ont perdus un comté hier…

Je crains énormément la rentrée du 17 août dans les 14 cégeps en grève et les 8 campus universitaires en grève.

On peut imaginer qu’il faudra 22 groupes de policiers….! Et, puis, rien ne dit que d’autres cégeps n’entreront pas en grève.

J’ignore si le nouveau conseiller politique Gagnier de Charest y est pour quelque chose. Mais je trouve cynique la stratégie libérale. En fait, il s’en remet à la police!

Si la dernière offre du Gouv. était au même coüt pour les étudiants que leur contre-offre, pourquoi ne l’ont-ils pas accepté cette offre du Gouv.

J’aimerais tellement que quelqu’un m’explique mais très sérieusement.

Mon avis, la Classé ne voulait rien d’autre qu’un gel complet et ce depuis le premier jour.

J’ai pas de problème à blâmer le gouvernement pour la situation actuelle, mais les étudiants ont également une grande de responsabilité dans cette histoire (avec les syndicats comme coach).

Concernant la chronique de Facal, moi ce qui m’est venu à l’idée spontanément c’est que c’était une grosse caricature en réaction aux idées un peu grandiloquentes de Khadir qui se prend pour Ghandi ou Martin Luther King, ce qui est largement exagéré. Je pense que c’est très, très ironique, tout simplement.

Je le dis et le répète, Charest et son minable gouvernement ont amené le Québec exactement là où ils le souhaitaient. Dans la division où les prises de position se rencontrent comme des plaques tectoniques.

Ce faisant, ils ont conforté une certaine parti de l’électorat, les adeptes de la loi et l’ordre, dans l’idée que les jeunes étudiants ne peuvent avoir raison car justement ils sont jeunes et que leur place est dans la classe, pas dans la rue.

De la même façon que les citoyens de Lafontaine préfèrent un gouvernement libéral même s’il est corrompu,cette fange de la population, fédéraliste, de droite et amateur de la loi et l’ordre, sera toujours prête à endosser les pires infamies si elles viennent des libéraux et des fédéralistes de droites. Nous en avons eu un exemple patent lors de la Commission Gommery : même pattern, mêmes réactions ultra-partisanes.

Effectivement nous sommes en plein délire. Hier c’était Facal, avant hier c’était la ministre St-Pierre. Que sera demain.

M. Charest vous avez semé le vent. Il est normal que vous récoltiez la tempête …

« On est d’autant plus surpris du procédé que Joseph est membre d’une famille politique, souverainiste, régulièrement diabolisée par certains de ses critiques, qui ne se gênent jamais pour associer la défense du français à du nazisme. »

Mais il fait maintenant partie d’une famille politique beaucoup plus étendue, forte (étant au pouvoir, pas seulement politique) et agressive: les néo-libéraux.

Le premier concerné et qui devrait tenter quelque chose et qui n’a jamais rien voulu savoir d’aucune stratégie électorale commune, est le PQ; et c’est encore pire maintenant, qu’il se considère comme le seul parti capable de battre Charest.

Le véritable problème est le 43 % des gens qui ne sont pas allés voter en 2008.

2,500,000 électeurs !

Mon dernier espoir est l’encerclement et le blocus de l’Assemblée nationale comme en Islande.

Christian Montmarquette

.

Il n’y a aucun délire. Charest ne veut pas régler et ne réglera pas point final. Toute la mise en scène autour de la crise étudiante est parfaitement orchestrée et n’a qu’un seul but: Provoquer. Charest joue son avenir politique, il va se battre avec tous les coups bas possible.

Fort! Voilà ce que ça prend face au chaos social qu’il a souhaité et provoqué.

Ainsi, il tente de nous faire oublier tous les scandales, favoritismes, corruptions des dernières années et le pire… (et cela personne ne le note):
Jamais aucun gouvernement du Québec n’a été aussi pitoyable face à un Harper qui détruit systématiquement ce qui nous restait comme valeurs.

Je suis un peu hors sujet, une simple observation.

J’ai remarqué, hier, en écoutant les nouvelles (Radio-Canada), qu’on ne disait plus seulement, en analysant les résultats des élections partielles, « la crise étudiante », mais « la crise sociale ».

Je trouve que c’est intéressant. Il ne s’agissait pas d’un partisan qui voulait insister pour dire que ce n’est plus que les étudiants qui sont dans la rue. Il s’agissait d’un journaliste qui utilisait l’expression tout naturellement.

La crise n’est plus qu’étudiante.

Écoutez, on ne pourra rien régler tant que ce gouvernement Charest sera en place.

Le problème, comme le dit si bien Mr. Lisée, c’est que nous ne sommes pas tous convaincus que les étudiants sont « fermés » et qu’ils ne veulent rien savoir de négocier. Ça, c’est ce que Jean Charest veut nous faire croire. Et il y a un petit peu de monde qui ne le croit pas.

Ensuite, avec le pourrissement de la situation, c’est le délire qui arrive.

Imaginez une simple solution où on coupe la poire en deux: 825$ de hausse sur cinq ans.

Vous êtes pour la hausse? Il y a une hausse (et même un rattrapage).

Vous êtes pour le gel? La hausse est deux fois moins importante. Moins sévère que prévu.

Les gens de mauvaises fois vous diront que les étudiants n’auraient jamais accepté cette offre. On ne le saura jamais. Mais il n’en demeure pas moins que Charest aurait pu dire aux gens: « Hey, j’ai fait la moitié du chemin…et ils ne veulent rien savoir ». Là, ça serait vrai. Mais voilà. Ce que le gouvernement a fait c’est de bâtir une autre « patente à gosse » pour donner des illusions aux gens.

Vous vous souvenez sans doute de l’autre « patente à gosse » de la première version de la commission Charbonneau?

Alors, il semblerait que c’est une habitude chez les libéraux de faire des « patentes à gosses ».
Et avec cette réputation…qui est de mauvaise foi?

Et lorsqu’on rit dans la face des gens, qu’on fait le baveux, et qu’en plus on est au pouvoir, c’est sûr que la grogne ne fait qu’augmenter. Et la loi 78 est loin d’avoir calmé le jeu. C’est pour ça que nous sommes tous aujourd’hui en maudit contre quelqu’un. Qu’on soit pour ou contre la hausse. De gauche ou de droite. Jeunes ou vieux. Au nord, au sud…bref, vous voyez ce que je veux dire.

C’est la raison pour laquelle Jean Charest est un homme d’État incroyablement pourri, mais incroyablement bon comme chef du parti et des amis de celui-ci.

Beaucoup de choses ici.

En accord avec la plupart des affirmations si ce n’est que pour Khadir c’est ceci qu’on peut dire.

Monsieur Khadir veut faire évoluer le Québec dans un cadre socialiste en s’accommodant du cadre provincial.

M.Khadir est prêt a ouvrir une collaboration avec le NPD dont l’avant goût a été donné l’année dernière.

On peut accuser le PQ-Marois d’être flou avec son programme souverainiste-autonomiste. On peut s’interroger aussi sur un axe QS-NPD utile et prévisible d’autant que le prochain gouvernement fédéral pourrait être néodémocrate dont le tiers des ministres pourrait provenir du Québec. QS connaît un axe ou une tentation pour se transformer en NPD provincial.

A.Khadir est ouvert vraisemblablement pour que la polarisation gauche droite remplace la polarisation souveraineté-fédéralisme.

Les souverainistes durs ou mous n’ont pas à donner de chèques en blanc à Québec solidaire un point c’est tout.

Seule l’adoption de la proportionnelle mixte compensatoire comme mode de scrutin pourra ramener la paix sociale au Québec. L’hystérie et le délire se sont effectivement installés chez les jouirnalistes et grosniqueurs de Desmarais-Gesca, Quebecor et Rad-Can. Ce ne sont sûrement pas des élections reportant l’association de magouilleurs Liberal au pouvoir d’intendance coloniale, occupant notre Assemblée nationale depuis déjà neuf ans, enceinte devenue la Caverne d’Ali Baba, ou selon la préférence de chacun le Bunker du Chef Liberal John James, qui pourra ramener la paix et l’ordre social dans The Bell Province of Kwibek.

On vit dans un Québec où des chroniqueurs doivent être protégés par des gardes du corps, cette situation n’existait pas avant l’arrivé des infâme carré rouges. C’est ça le Québec des gauchiste,un Québec ou la violence est devenu un instrument politique.

Et après ça on veut nous faire croire que le carré rouge n’a aucun lien avec la violence.

Qu’elle mauvaise blague. Nos médias ont accusé le Tea Party d’être un groupe violent pour beaucoup moins que ça.

Ce qu’on voit en ce moment c’est le vrai visage de la gauche intolérante et haineuse.

La droite n’a jamais été un fan de Luc Godbout, mais la droite ne lui a jamais envoyée une enveloppe avec de la poudre. Là gauche là fait. On n’avait jamais vu ça avant les carrés rouges.

D’ailleurs voici comment un anarchiste de l’UQAM décrit l’implication de ce mouvement dans la CLASSE:

Anarchists play a very important role in the militant, combative wing of the student movement, largely grouped under the Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) […] These same people are also often elected to positions inside their unions, sometimes the top positions.

Not only does the student movement serve as a training ground for militants in the anarchist movement […] Almost all of the anti-capitalist militants in Quebec have at some level or other, been active in the student movement.

http://linchpin.ca/content/Education/role-anarchists-Quebec-student-movement-interview-R%C3%A9mi-Bellemare-Caron

Je pourrais aussi parlé du carré noir, très populaire dans les manifs. Voici un extrait du manifeste du carré noir:

Nous considérons qu’un individu armuré, qui est prêt à frapper violemment d’autres individus simplement parce qu’il en a reçu l’ordre, perd momentanément l’exception qui prévaut quant à l’utilisation de la violence.

Si on regarde un peu dans les livres d’histoire, il est plus que facile de voir que le vandalisme a toujours été une arme légitime utilisée par les mouvements sociaux, suffragettes, syndicats, minorités racisées, peuples autochtones, etc. Aucun gain social n’a été acquis sans perturbation. Malgré la part décroissante de l’économie réelle dans le total de «l’argent créé», la propriété privée est encore la base sur laquelle est érigée le château de carte du capitalisme et du néolibéralisme qui attaquent présentement l’accessibilité aux études et notre vie au quotidien. C’est à elle que nous nous attaquons.

http://www.cmaq.net/fr/node/45191

Je pourrais aussi parler de l’UCL, un autre organiste d’anarchiste proche de la CLASSE. Voici ce qu’on peut lire sur leur site:

Cependant, pour toute personne désirant domestiquer la violence, s’en approprier les outils et la légitimité, frapper et être frappé doivent devenir des gestes connus, pour ne pas dire « normaux ».

Ainsi, un des objectifs d’un entraînement d’autodéfense est d’abaisser les barrières psychologiques associées au fait de causer de la douleur.

http://www.causecommune.net/publications/ruptures/7/autodefense-la-domestication-de-la-violence-comme-strategie-demancipation

Associer le carré rouge à la violence, c’est le gros bon sens. Les preuves sont multiples.

Il y a quelques décennies, le texte de Facal aurait été une mauvaise composition d’un adolescent qui veut se rendre intéressant sans trop savoir comment. Aujourd’hui, les jeunes sont plus intelligents, allumés et créatifs que ça. Pauvre Joseph qui continue à faire une fixation sur les mauvais gauchistes de QS.

Concernant la fameuse affiche du groupe Mise en demeure trouvée chez M. Kadir, pourrait-on rappeler les faits? Elle était posée dans son salon depuis des semaines, apportée par sa fille, donc aucunement du domaine public ou encore en support à quelque cause que ce soit. Elle a été produite et éditée par de ‘bons’ ‘purs’ québécois depuis plusieurs mois sans que personne n’y porte attention (d’ailleurs, quelle belle publicité pour le groupe!). Si indignation il doit y avoir, elle devrait plutôt concerner le Journal de Québec (PKP et cie)qui la monte en une en y adossant un titre insensément provocateur. Si M. Kadir décide de poursuivre le Journal, je souhaite que le ou la juge qui entende sa requête soit suffisamment sensée pour lui donner raison.

Concernant le pseudo-rêve de M. Facal, il ne serait pas étonnant qu’il lui ait été fourni par le Journal de Montréal lui même qui devait préparé sa sortie de la page couverture avec le fameux poster rebelle. La police avait déjà cela en mains depuis quelques jours et ça permettait une belle attaque contre Khadir. Il n’y avait qu’à fournir l’information au JdeM.

On rit de M. Khadir car il s’inspire de grands hommes pour agir… Et vous, quels sont vos sources d’inspiration ? Charest !? C’est intéressant d’y réfléchir un peu

La diabolisation des étudiant,es, celle de Amir Khadir, de sa fille, l’amalgame sophistique, outrancier, sans bon sens, entre dictature stalinienne et Amir Khadir, tout ça ne vise qu’une chose, faire en sorte de rendre impossible l’émergence d’une vraie Coalition démocratique multipartite, a pour but de rebuter le PQ, a pour but de placer une entrave de plus pour que n’advienne pas cette indispensable Union nationale des forces démocratiques citoyennes et politiques des Québécois,es. Car, si ce gouvernement et cet État qu’il défend peut encore avoir une chance de durer encore quelque temps, cela ne pourra être que dû à la division des forces de la majorité. Tout ce qui pourra les diviser sera méthodiquement entrepris et réalisé.

Ne reste qu’à placer au dessus de tout, la Raison d’État démocratique, la défense de l’État démocratique, contre la dictature d’occupation canadianisatrice… ( une exagération !? ).

Qu’est-ce qu’un État qui est incapable d’obtenir le clair OUI des voix référendaires de ce peuple, sinon un État qui impose une loi constituante arbitraire et autocrate par-dessus la tête du peuple ? L’État est démocratique, dans la seule mesure où trône au sommet de l’État, nul autre que Le PEUPLE, et il trône quand, et seulement quand, il approuve les Actes qui fondent, constituent et gouvernent l’État, la députation, le gouvernement du peuple. À défaut, l’État, la députation, le gouvernement obéissent, sont tenu,es d’obéir à un Loi qui n’est pas celle du peuple démocratique. C’est donc la dictature. Ce n’est pas la brutalité de l’État qui détermine s’il est ou pas dictatorial, mais le fait que s’impose ou pas, au sommet de l’État, nul autre que Le PEUPLE SOUVERAIN, sur son sol et sous-sol national, du Québec en l’occurrence.

@ Sophie, bonjour !

Faut arrêter ce délire à propos des commentaires de Khadir sur Martin Luther King et Ghandi. Le député québécois n’a jamais dit qu’il se prenait pour eux mais seulement qu’il a agit selon les mêmes principes qui les ont conduits à utiliser la désobéissance civile. C’est avoir une mauvaise foi malheureusement déplaisante que d’interpréter cela comme une « idée un peu grandiloquente ». Ghandi et Luther King, comme personnages connus pour leur pacifisme, ont utilisé à profusion la désobéissance civile. Citer cet exemple n’est pas vantard ni exagéré : c’est simplement pertinent car tous les connaissent ! Cordialement !

@ David 12 juin 2012 à 20:25

L’amalgame sophistique ne vous sera d’aucun secours. Associer le carré rouge à des textes produit par quiconque est abusif, comme le fait d’associer l’Actualité à la violence, parce qu’y est publié ce genre d’incitation à la violence.

La Classe s’est dissociée de la violence. Les étudiant,es se sont dissociés de la violence. Avec raison.

La publication de ces textes ne prouve rien quant à la prétendue ou appréhendée association de leur contenu avec le port du carré rouge.

Le fait de porter un écusson du PLQ, ne fait pas de ce partisan un corrompu. Le fait de porter un carré rouge, ne préjuge de rien d’autre que d’appuyer ce qui veut contrer avec raison, la privatisation forcée de l’éducation nationale des Québécois,es et contrer ce qui nie le droit de grève des Québécois,es.

Prétendre le contraire est un abus sophistique qui ne pourra en aucun cas aider les partisans de la privatisation forcée de l’éducation des Québécois,es.

À propos de Facal… !

WOW! Sérieux man? Dirait un étudiant!

S’il est sérieux, il doit avoir reçu un mauvais coup de soleil sur la tête celui-là! Le délire est ce contagieux?

Sérieux, je suis très déçu de l’article de cet homme-là! On nage en plein délire maccartiste là. Plusieurs décennies après les camions de Brinks, les communistes s’apprêteraient-ils à débarquer au Québec? Après, ça va être les extraterrestres? Ben, voyons donc!

La crise sociale qui perdure au Québec en ce moment n’est due qu’aux dérives démocratiques d’un gouvernement corrompu qui tentent, par tous les moyens, de sauver sa peau! Rien de plus!

L’affiche saisie par la police au domicile des Kadir n’est qu’une affiche drôle. Est-il interdit d’avoir des affiches drôles dans nos maisons maintenant. Je n’ai pas vu passer la Loi qui les interdisait!!!!

Le fait que la police ait rendu publique la saisie de cette affiche en dit long sur le système d’État policier qui semble s’installer au Québec ces derniers temps. Et, les commentaires des députés libéraux à ce sujet sont d’autant plus risibles. Tout ça, ce ne sont que les preuves de la DÉRIVE DÉMOCRATIQUE du gouvernement corrompu du parti libéral. C’est tellement gros que s’en est ridicule!

La meilleure arme que nous ayons pour lutter contre cette dérive démocratique c’est la dérision! Il faut faire comme nos bons étudiants, rire de ce gouvernement qui a perdu les pédales! Rire et attendre la suite, on va rigoler…!

Pauvre David! La désinformation fonctionne avec toi, tellement que c’en est apeurant! La violence existe depuis l’homme préhistorique, elle n’a pas été inventé par les carrés rouges. Je suis un père de famille, tout ce qu’il y a de plus pacifique, j’aime mon prochain. Je veux ce qui est bon pour lui. ET OUI, JE SUIS CARRÉ ROUGE!!! La majorité des gens que je connais qui porte des carrés rouges sont comme moi, ouverts, conciliants et pacifiques. Mettre tout dans le même panier est dangereux, je te conseille de ne pas aller chercher ton information à la même place. Il y a toujours des radicaux qui profitent des manifestations pour faire de la casse, malheureusement cela existe. Il y a beaucoup de radicaux dans le camp de la droite aussi, ben oui! Tiens donc. Essaie de te faire une vision nuancée du conflit. Ton manichéisme ne sert à rien et te condamne à l’immobilisme, mais peut-être qu’au fond, c’est ce que tu souhaites.

David, vous profiteriez de tenter l’exercice inverse de celui auquel vous vous adonnez ici. Au lieu de diaboliser de façon éhontée et expéditive, en utilisant des généralisations abusives, des arguments fallacieux, des collages bancaux, des centaines de milliers de vos concitoyens, tentez (en privé, si vous ne voulez pas vous commettre en public) de prendre la défense de la jeunesse, des carrés rouges, de la « crise sociale ». Ce genre d’exercice, soit celui d’adopter l’espace d’un instant le point de vue d’un « parti adverse » ou de celui qui nous a causé préjudice (que le préjudice soit réel ou perçu), est un exercice de conciliation qui a aidé à trouver des solutions inventives à des conflits sociaux dans des contextes variés. Des organismes internationaux revendiquent cette stratégie pour réconcilier l’irréconciliable. Et il appert que vous avez besoin de vour réconcilier avec la réalité.

Notons au passage que vous résumez tout le problème en posant comme prémisse fondamentale de votre courte réflexion l’existence, voire l’essence, d’une droite et d’une gauche, deux partis, deux binarités, qui ne se communiquent pas. L’invention de ces deux entités opposées, trahissant votrte vision manichéenne du monde, est érronée à plusieurs niveaux. Au Québec, prétendons au moins encore pouvoir se parler, à défaut de bien le faire. Suffit de rappeler que la gauche et la droite constituent dans leur ensemble une importation plus théorique qu’avérée, et fort récente, dans le paysage sociopolitique québécois – une invention qui, soulignons-le, a créé plus de torts et de divisions dans notre tissu social qu’elle n’a apporté de solutions ou d’outils à nos besoins et aspirations.

Primo, la gauche et la droite n’existent pas, ce ne sont pas des « essences » ni des ontologies. Nous pouvons tous changer d’opinion. Nous pouvons tous discuter de nos expériences, en commun, sans se peinturer dans un coin « par obligation morale, essentielle ou ontologique ».

Secundo, il s’est commis des gestes violents. Non revendiqués – c’est un point important. Ces gestes pourraient donc être le fait de n’importe qui. Vous comme moi. Condamnons, mais au demeurant il s’avère impossible d’accuser (par association ou directement) quiconque – la justice le fera et nous ne nous ferons pas justice nous-mêmes. Pourquoi le salissage, la diabolisation, en avons-nous besoin – alors que c’est en soit un acte violent ? David, gardez-vous un droit de réserve, je vous en prie.

Tertio, l’anarchie n’est ni un mouvement ni une association étudiante. Pour plusieurs personnes vraisemblablement plus éclairées que vous sur le sujet, l’anarchisme en soi ne constitue pas non plus une insulte, un crime ou une anomalie. Il y avait des anar’ parmi les intellectuels qui ont jeté les bases de toutes nos conceptions actuelles de ce qu’est la « justice sociale » et les Droits et libertés. Faut pas l’oublier.

Quatro, l’historique du carré noir est plus nébuleuse que vous le dépeignez. Et puis prenez je vous en prie le temps de décortiquer votre pensée parce que l’extrait que vous citez en relation avec la question du carré noir n’est pas aussi inintelligent que le reste de vos propos. Penchez-vous sur les relations entre les carrés noirs et les carrés rouges, dans votre exercice personnel d’inversion de votre point de vue (cf. le début de mon message).

Quinto, l’UCL (dont vous ne questionnez pas la limite des liens avec les associations étudiantes; mais quelles sont leurs influences les unes vis-à-vis des autres ? S’il s’en trouvent ?) écrit « toute personne » (une personne individuelle) et parle d’auto-défense. Puis de « causer de la douleur », je l’admets, mais dans le cadre d’une action violente ET légitime ET d’auto-défense (dans votre exercice, questionnez cette possibilité de la violence légitime approprié par le citoyen, dans quel contexte, dans quelle mesure, en vue de quoi ?)

Sexto, le gros bon sens, vous n’en n’avez pas le monopole.

Bonne réflexion !

On appelle ça de l’enflure verbale, cause : ignorance crasse de l’histoire, de la valeur des mots, de l’ignorance encore plus crasse et du désir de faire peur, et ceux et celles qui ont peur sont justement ces ignorants primaires qui confondent Hitler et nos rhéteurs populistes (rhéteur, cherchez dans le dico, ça vous apprendra!!!) qui, pourtant, au 18e et 19e siècle faisaient le bonheur des foules (avec quelques dérives, je vous l’accorde…) Et Joseph Facal, méchante débarque dans mon estime…

@David:
« La droite n’a jamais été un fan de Luc Godbout, mais la droite ne lui a jamais envoyée une enveloppe avec de la poudre. »
Ça, ça reste à prouver. Le groupe qui est prêt à faire du Pierre Poutine pour empêcher de voter peut très bien envoyer de la petite vache en poudre par enveloppe. Ça peut TRÈS BIEN être de la propagande de droite. Surtout que ça fait très « George w. Bush » avec les niveaux d’alerte montés pour stresser la population à l’approche d’élection.
Ça ressemble à une « scare tactic » importée des états. Tiens, j’y pense, comme ton site!

Un mot sur « la droite qui ne fait jamais de menace ». Voici le genre de commentaire de la droite sur la gauche. Oui David. Des cons, y’en a aussi de ton bord. Et ce sont des menaces à l’intégrité physique de gens qui ne pensent pas comme le crétin fini qui les profère.

http://blogues.lapresse.ca/lagace/2012/06/13/gabriel-nadeau-dubois-rejean-breton-prone-les-claques-sur-la-gueule/

« Vers 3:06, on entend les crissements de pneus qui annoncent le dérapage ; à 3:21, M. Breton évoque les « minables » qu’il ne faut pas endurer ; à 3:26 il poursuit la description de son « rêve » en espérant que la prochaine fois que Gabriel Nadeau-Dubois se retrouve à Québec, il prendra une claque sur la gueule ; à 3:45, M. Breton prend le champ, dans un nuage de poussière, quand il évoque un autre rêve, celui de faire passer un tabac, « avec une dizaine d’amis », au « mollah Khadir » »

Je ne connais pas de commentateur de gauche qui approche ce niveau de bêtise.

Je suis entièrement d’accord sur le fait que cette situation aurait dû se régler le 31 mai dernier si les étudiants avaient pu accepter une légère hausse de 100$ des frais de scolarité pour la prochaine session, sachant pertinemment que des élections auraient pu tout changer pour les années subséquentes. L’idée de tout reporter sur les crédits d’impôt n’est pas simple, puisqu’elle affectait également d’autres catégories d’étudiants que ceux qui fréquentent l’université (CEGEP et formation professionnelle). Le gouvernement avait déjà fait un gros bout de chemin pour tenter de régler la situation. Mais les étudiants ne pouvaient accepter de plier sur leur position initiale de GEL des frais de scolarité.

@arobas – Si j’apprenais que Jean Charest a dans son maison une photo montrant Pauline Marois morte, ou que Stephen Harper en a une montrant Mulcair mort, je trouverais celà tordu. Je remercierais le média de nous apprendre que nous sommes dirigés par des tordus. Pas vous. Vous trouveriez que cela démontre un esprit sain et un comportement normal. Comme quoi cela prend toute sorte de monde pour faire un monde.

Concernant le texte de M. Facal et la feuille de chou dans laquelle il se produit, je n’ai qu’un mot: dégoûtant.

Crédible !

En cette période agricole, je vous asperge de synonymes : croyable, fiable, plausible, vraisemblable; merci CRISCO. Podium : les quatre arrivent égaux. Antonyme : incroyable, le titre de mon commentaire chez Facal.

http://bit.ly/NdRk5m

En réponse à David (http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/?p=13584#comment-57166).

Vous devriez vous renseigner sur le concept de violence d’État. Elle survient lorsqu’un État revendique un monopole de la violence légitime pour exécuter des décisions de justice ou assurer l’ordre public.

Lorsque le gouvernement d’un État fait usage de violence envers une partie de sa population, par le biais de lois spéciales et de forces de l’Ordre, il est tristement normal que cette population réagisse avec colère, et parfois avec violence.

Vous parlez de ce qui est arrivé à Luc Godbout, et soutenez que la droite n’a pas de comportements similaires. Comparons la gravité des événements, et remettons les dans l’ordre chronologique : l’atteinte à l’intégrité physique de manifestants pacifistes, parfois jusqu’à la mutilation, et l’envoi d’enveloppes contenant de la poudre.

Dans le cas de la violence à laquelle le gouvernement a décidé de soumettre ses citoyens, ce n’est pas parce que l’agresseur est mandaté par l’État (de droite) que son agression est acceptable. L’envoi d’enveloppes contenant de la poudre n’est qu’une triste mais prévisible riposte à l’agression du gouvernement envers ses citoyens. Le nier ou refuser de le comprendre serait faire preuve de mauvaise foi.

Vous parlez aussi des groupes plus radicaux qui se greffent aux manifestants pacifistes, tels que les anarchistes et le carré noir. Toute déstabilisation de la paix sociale, peu importe ses causes et ses responsables, attire ce genre de groupuscule. La déstabilisation sociale permet aussi aux policiers au caractère violent d’exercer cette violence en toute impunité. Dans un cas comme dans l’autre, c’est inévitable.

Toutefois, dire que les citoyens opposés à la mauvaise gouvernance actuelle de l’État appuient ces groupuscules revient à dire que l’État appuie les abus commis par les policiers. Dire que les citoyens opposés à la mauvaise gouvernance actuelle de l’État sont tous des anarchistes revient à dire que tous les policiers sont des violents sadiques. Je suis tout à fait certain que ce ne soit pas le cas, et j’ose espérer que nous sachiez faire cette nuance.

D’ailleurs, vous parlez des groupes radicaux anarchistes ou de gauche, mais je vous invite à remarquer que plusieurs des décisions du gouvernement dans le contexte actuel peuvent être considérées également extrêmes. La paix sociale se négocie, elle ne s’impose pas.

Je ne cherche pas ici à justifier cette violence, comme vous ne cherchez probablement pas à justifier la violence de l’État. Je tiens seulement à vous l’expliquer, afin de vous extirper du triste piège dans lequel vous êtes tombé.

Mr et Mme Tartenpion voteront Libéral comme toujours, je vote PQ tu vote Solidaire il vote Option Nationale… Jean Charest s’incruste pour un autre 4 ans…
Ou donc est le PQ de René Lévesque, cette vaste coalition des pressés et moins pressés, des z’à gauche et des z’à droite, de tous ceux qui avaient compris qu’on ne peut pas livrer toutes les batailles en même temps et espérer gagner.

@david ,tu sais moi le gros bon sens.j’ai vu des milliers de morts en son nom durant les 50 dernières années et je suis toujours inquiet quand j’entends ou lis quelqu’un évoquer son nom ,c’est un peu comme liberté quand tu la sert a la sauce fasciste elle n’a pas le même gout.bon sommeil,ça dort bien en région???

Normal que le gouvernement refuse l’offre des etudiants, cette offre penalise les milliers d’etudiants qui etudient dans uneecole de metier et paient le plein prix (exemple operateur de machinerie lourde etc)

Elle penaliserait aussi les parent mono etc

Lorsque je lis les commentaires je me demande si quelques uns ne sont pas dans un exercice de dissertation, peut-être aussi que certains se sentent en compétition avec vous Monsieur Lisée mais revenons aux quelques paroles que Fred Pellerin a osé prononcé. On peut dire beaucoup avec peu de mots. Monsieur Charest a volontairement dirigé les Québécois dans la crise actuelle croyant en la rentabilité pour lui et son parti et c’est cela qui est grave. Un chef d’État devrait être imputable a n’importe quel moment de son mandat.Attendre au élection pour contrer la dilapidation des fonds publics beaucoup pense que c’est trop long beaucoup trop long. Ce n’est pas la première fois que je dis que vous êtes Monsieur Lisée un des rares qui peut redonner confiance au peuple Québécois. Le livre de Laurence Richard, Jacques Parizeau, un bâtisseur tranche avec ce que nous observons au gouvernement. Voilà un projet de société pensé par une personne qui aime le Québec. Ce livre devrait être dans les écoles mais non l’histoire ne fait plus partie de l’éducation et l’ignorance fait du dommage. Je ne dis pas que les gens qui sont au parti Québécois ne sont pas compétents au contraire mais encore une fois les gens ont besoin de quelqu’un de solide même si celui là ne l’est pas tant que ça, ce n’est pas ça l’important c’est la perceptionet, elle est importante et vous, vous avez cette qualité que j’ai aperçu à l’émission Tout le monde en parle avec Duhaime cette soirée là j’était très contente de vous entendre. Le jour que vous prendrez la décision de vous lancer je vous assure que cela fera du bien. De toute manière vous êtes allé à la bonne école n’est-ce pas!

On peut aussi parler des attaques d’Éric Duhaime qui cherche à associer Khadir à un programme islamique (pourtant assez contradictoire avec un programme communiste) alors que, ni sa fille, ni son épouse ne portent le voile et qu’il est féministe, c’est-à-dire pour l’égalité des hommes et des femmes.

Et pour les irréductibles mélangés qui confondent violence du groupe et violence d’individu, peut-on associer toute la droite à la corruption, à la collusion, aux mensonges, à la brutalité policière, à la misogynie, à l’eugénie et au racisme puisque quelques individus de droite prônent l’une ou l’autre de ces positions ou ont commis un acte y correspondant?

Si on peut associer l’ensemble des gens qui portent le carré rouge au vandalisme, l’association plus haute est autant valable.

On peut également se permettre de dépasser le point Godwin et dire que la droite est associée à l’holocauste puisqu’Hilter était de droite!

Ces raisonnements sont bidons. Si le gros bon sens les permet, le gros bon sens a perdu sont gros bon sens.

Il a bien fait de refuser, on ne doit pas discuter avec des gens qui osent nous menacer., Les étudiants devront changer de représentants s’ils en veuelent plus. Ils ont déjà eu énormément mais la mauvaise fois dont ils font preuve en refusant de bouger sur la hausse alors que le gouvernement lui a bougé, pour avoir travaillé dans la négociation un règlement ne peut avoir lieu quand un des participant refuse se faire un bout de chemin. Refuser de bouger sur la hausse était la plus grave erreur qu’ils pouvaient faire. Et REFUSER de la présenter aux membres la cerise sur le sundae. Prétendre vouloir militer pour la démocratie et agir en dictateur en refusant de bouger et en se campant dans leur position cest irrecevable. Le gouvernement doit s’il veut régler le conflit et empêcher qu’on se retrouve dans la meme situation années après années faire un référendum. Cest envoyer le message a tout les groupes que l’anarchie ne fera pas office de loi et que cest la démocratie qui a le pouvoir. Pas les groupes ni d’intérêts, ni politique.
Les domages sont grands prétendre que le pq nest responsable de rien dans cette crise cest prendre le monde pour des caves. Le résultat est clair. Les élections ont eu une baisse importante de participation et les libéraux comme les péquisses ont perdu des votent dans les 2 comptés. Si on veut avoir un taux de participation valable aux prochaines élections il faut regagner la confiance des citoyens et la meilleure façon cest de leur proposer différentes option sur la question des frais de scolarité et les laisser choisir. Ce sera bon pour toutes les institutions démocratiques. Si ça veut encore dire quelque chose aux partis politiques. Un référendum avec différentes options pour appliquer CELLE que la population va choisir. Tout le monde sera gagnant. personne ne perd la face, et la proposition aurait intérêt a venir de l’ensemble des élus qui se réunirait pour faire un brainstorming sur des résolution de crise et définir les 3-4 options a choisir(il pourrait y en avoir une de formulé par chaque parti officiels.

@ François V (# 60):

Entre vos propos insignifiants et la chronique de Joseph facal, je choisis Facal et de loin.

Merci encore de nous prouver hors de tout doute que les gauchisto-anarchistes du style de la CALSSE vivent toujours un profond délire ésotérique, mais fort heureusement, ils ne sont qu’une misérable poignée à manifester à tous les soirs. Les autres sont trop occupés à étudier ou à des fonctions utiles à la société québécoise.

450,000 jeunes au Québec.

2,000 manifestent.

Taux de participation: 0.05%.

Go Gabriel-Amir Go…

@ David # 51

Vous êtes comme un train sur ses rails. Impossible d’aller ailleurs que là où elles le mènent.

Ainsi, à la lecture de votre texte on se rend bien compte que ce qui est pour vous une réalité absolue n,est en réalité qu’une une hypothèse. Par exemple, les enveloppes avec une poudre à l’intérieur ne peuvent avoir été envoyées que par des gauchistes. Votre raisonnement extrêmement primaire me rappelle comment on expliquait la place de la Terre avant Galilée. Comme on voyait quotidiennement le Soleil se déplacer à l’horizon c’était donc obligatoirement lui qui bougeait et non la Terre.

Où mettez-vous l’hypothèse de la provocation de la droite pour nuire à la gauche? Vous êtes sans doute incapable d’en tenir compte car elle ne conforte pas votre propre vision des choses. C’est bien là de la pure subjectivité, une incapacité viscérale à envisager une réalité autre que celle qui vous sert.

L’Histoire des peuples et des Nations est pleine d’exemples où le groupe au pouvoir a utilisé des actes de provocation pour assoir et conforter son pouvoir sur le peuple et sur l’opinion publique. Vous n’avez sans doute jamais entendu parler de l’incident de Gleiwitz par exemple.

Dans d’autres cas, de tristes et dramatiques évènements servent très bien les velléités de d’autres. L’exemple idoine est l’attentat de Sarajevo comme déclencheur de la première grande guerre.

Bref je vous trouve bien naïf David. Mais comme le disait Edgar Morin :««[…] Une conviction bien assurée détruit l’information qui la dément.» Dit autrement : «Il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.»

@arobas: « Elle a été produite et éditée par de ‘bons’ ‘purs’ québécois depuis plusieurs mois ».

Juste question de clarifier, ça veut dire quoi ce passage? Je suis inquiet.

La «majorité obéissante» n’est pas très intelligente. Au lieu de craindre la gauche désarmée, pacifiste et écologiste, elle devrait s’occuper de ce que la droite est en train de faire.

Le président des États-Unis gère chaque semaine la liste des assassinats politiques effectués par ses drones, le premier ministre du Canada est en train de centraliser tous les pouvoirs dans ses mains et d’éliminer toutes les organisations qui osent s’opposer à sa volonté, le premier ministre du Québec est en train de faire passer Fred Pellerin pour un sanguinaire extrémiste de la gauche stalinienne afin de monter la majorité des électeurs contre la minorité des manifestants et ainsi reprendre le pouvoir pour un autre mandat majoritaire afin de compléter sa vente de garage de notre bien commun aux amis du pouvoir.

Franchement pathétique.

Pensez-y bien, on peut être soit intelligent, soit obéissant, mais pas les deux.

Serge Grenier

@ François 1 # 79

Vous devriez du même souffle faire remarquer à quel point le gouvernement pourri de Charest est incompétent dans la gestion de cette crise qui comme vous semblez l’affirmer est le fait que d’une infime portion de la population.

Vous devriez aussi reconnaître que si l’infâme gouvernement Charest n’est pas incompétent, c’est qu’il se sert de ce conflit pour des fins idéologiques néolibérales et partisanes électoralistes.

Dans un cas comme dans l’autre, l’ignoble Charest avec ses sbires comme Courchesne et St-Pierre ne méritent pas la confiance des citoyens.

«Sauf pour les dictateurs et les imbéciles, l’ordre n’est pas une fin en soi.»
[Michel Audiard]

Le Québec surréaliste de la dernière décennie illustre sa petitesse par sa propension à faire les mauvais choix; élire des bandits au pouvoir afin de profiter du crime, c’est vraiment minable.

Comment expliquer une telle régression depuis les annnées 80 ? Individualisme et opportunisme ?

QS et le PQ sont heureusement là pour veiller au grain.

Vivement les élections afin de balayer toute cette racaille hors de nos institutions.

État Policier en devenir
Le simple fait que la police aie saisi le tableau humoristique est un grave signe de l’État policier que Charest est entrain d’aider à mettre en place pour répondre aux souhaits de ses sbires supérieurs qu’il reçoit cette semaine engrande pompe au Hilton avec une subvention de au dela de 1 millions $ car il il est certain que ces pauvres ont besoin de notre aide.
À chacun sa juste part.

Du grand délire

Le délire de Marois a l’assemblée nationale qui jour après jour est au niveau des attaques personnelles a demander des démissions, des excuses etc a jouer les ti-boss des bécoss, cest tu vraiement les responsabilitées quelle croient etre payé pour?. Elle est vraiment pas capapble de sélever au niveau intellectuelle et de laisser son ton argneux et ses montée de lait de coté pour avoir de sdiscussions intelligente sur els vrais affaires. Son obsession pour des élections lui enleve toute crédibilité. Elle ne la veut pas la job de chef de lOpposition officielle ben quelle la laisse. Est-elle capapble d’assumer son role et de représenter les intérêts des citoyens et non ceux de sa petite personne qui veut jouer un autre role a la chambre? Ce niasage continuel nous donne vraiement limpression quon gas^pille notre argent dans des futilités de gueguerres intestines de gros égos. Les élections sont voté par les élus pour des mandats a durée déterminés. Pu ca

excellent article M.Lisée et voici mon délire,
lu sur canoe journal de montréal, 14,2 millions d’ordonnances d’antidépresseur aux Québécois, augmentation de 50 % depuis cinq ans.
En fait depuis que les libéraux de Jean Charest sont au pouvoir, une corrélation aussi solide qui associe le mouvement étudiant et les manifestations à la prise de contrôle de la population par l’extrême gauche et pour M.Facal et bien vous savez quand vous faites partie des lucides, votre point de vue devient la voie et la vérité.
Mais vous savez quand on prend des antidépresseurs, en tout respect pour ceux qui doivent le faire, il faut faire attention de ne pas se tromper de bouteille car il existe aussi des hallucinogènes

La Marois qui jour apres jour fixe les discussions de la chambre sur son egotrip a vouloir des élections. Quel gapillage de temps et dargent. Dehors ceux qui ne veuelent pas respecter leur mandat et le processus démocratique. Kadir et Marois dehors. Ils ont une job a faire et la refuse. Il y a des lois, des regles, un mandat d’élection a durée déterminée et une DÉMOCRATIE A RESPECTER. Y sont pas daccord avec le choiox de la population quils laissent leur place. On ne changera pas les regles pour des arrivistes.

@ Fançois 1

« Voici une caricature qui résume assez bien l’enflure verbale gauchiste qui prédomine actuellement au Québec: »

Cette caricature vous ressemble beaucoup plus qu’à votre supposée gauche.

@ Phillipe Vallois

« On peut également se permettre de dépasser le point Godwin et dire que la droite est associée à l’holocauste puisqu’Hilter était de droite!
Ces raisonnements sont bidons. Si le gros bon sens les permet, le gros bon sens a perdu sont gros bon sens. »

Puisque l’holocauste à été commandé par le gouvernement très à droite et la dictature d’Hilter, lui même à l’extrême droite… C’était le gros bon sens du parti d’extrême droite.

Il faut se méfier du gros bon sens, il n’est pas le même pour tous, donc pas universel. Il y a un gros bon sens pour les rouges et un gros bon sens à l’opposé pour les bleus.

Écoeurée oui de l’arrivistes des partis qui se foutent de la démocratie et du pouvoir du citoyen de ceux qui ne respectent pas les décisions des élections. Ecoeuré aussi des syndicats qui font du brassage de M. Pourquoi des citoyens d’Ottawa ne veuelent pas de pont pour améliorer la circulation entre les 2 provinces? Des fonfons symndiqués qui sdont contre Harper, le démonisent comme les fonts les gens de l’alliance et de la coalition opposée a la tarification et la privatisation des services publiques.
Dégoutée de la convergence des médias qui véhicule le message des groupes les plus corrompus cest a dire les syndicats les organismes qui maintiennent en place les systemems de corruption malgré les changement de partis.

Ils vous faut quoi pour voir que les carrés rouges c’est le mouvement politique le plus violent depuis le FLQ? Des morts.

Dans le Québec des carrés rouges la violence et l’intimidation sont devenus des outils légitimes. Suffit de voir les menaces de mort envoyés à ceux qui ne pensent pas comme eux.

Ici nous avons pris la décisions de ne plus embaucher de carrés rouges et d’étudiants qui ont fait la grève. Pas le genre de personne qui peuvent apporter quelque chose de positif.

« Il y parle (Khadir) de la “dictature effective” du 1%, avec lequel dans les faits ( quoi qu’en dise son programme) le PQ a toujours montré qu’il n’a pas de problème!” J’aime bien vous lire Mr Lisée en général mais cette affirmation de Khadir n’était pas du délire mais bien une référence à la loi 204, entre autres gestes malsains, que je n’ai pas encore digéré non plus. Je crois que la corruption est notre grand ennemi commun et effectivement, ce genre de geste est complètement innaceptable et je suis bien d’accord avec Khadir la-dessus! Imposer une ligne de parti électoraliste pour voter une loi qui assure encore plus d’impunité à des élus afin de servir l’Empire PKP, quoi de pire? C’est surtout très significatif à mon avis, tout comme le fait que le PQ a recu des contributions de la famille desmarais lui-aussi… Le 1% en personne à l’action, rien de moins.

@ François 1 (#79)

Merci, cher collègue! C’est vraiment la première fois que l’on me traite de gauchiste. WOW! C’est également étonnant, pour moi, qui ai une formation en administration (MBA). Et mois qui suis père et grand-père de plusieurs enfants, me faire traiter membre de la classe…! REWOW! Encore Merci!

Je pense de plus en plus que monsieur Facal a tout simplement voulu faire usage de dérision pour nous démontrer la grand dérive antidémocratique de notre gouvernement corrompu du parti libéral. Est-ce vraiment mes propos sur monsieur Facal qui vous ont choqué ou ceux que j’ai émis sur votre gouvernement corrompu du parti libéral?

Je me suis surpris de lire certains de vos commentaires sur ce blogue, camarade. Il me semble étrangement que ceux-ci penchent toujours du même côté. Ils sont toujours anti-québécois et d’extrême droite. Bien que je respecte votre opinion, je ne crois pas que cette pensée soit représentative de la Nation québécoise. Go West, Far West, Young Man…!

Je constate que vous utilisez souvent le mépris, la démagogie et la désinformation pour contester les idées qui ne vont pas dans le sens de votre pensée conservatrice, décadente, tous comme le fait votre bon gouvernement corrompu du parti libéral. Charest et Harper même combat!

Je constate également, camarade, que vous ne pouvez pas tolérer la vérité sur ce gouvernement corrompu du parti libéral. Les médias ne cessent pourtant de nous informer d’innombrable cas de collusions et de corruptions de ce gouvernement libéral. Que vous le vouliez ou non, ce gouvernement du parti libéral est vraiment un gouvernement corrompu. J’en ai moi-même la preuve à tous les jours…!

De toute façon, vous le constaterez bien, très prochainement, à la commission Charbonneau. J’ai très hâte de lire vos commentaires à ce sujet! À moins que vous soyez en parfait accord avec la corruption et la collusion de ce gouvernement libéral. En passant, je ne vous ai jamais vu décrier cette gangrène qui pourrit notre société!

Puisque vous semblez friand d’ésotérisme, laissez-moi vous faire une prédiction :

La commission Charbonneau révélera un système de corruptions et de collusions généralisé de la société québécoise, comme en faisait mention le journal McClean, il y a quelques mois. Il sera fait la preuve que ce système de corruption aura été mis en place par les partis libéraux du Canada et du Québec pour garder le Québec sous la domination canadienne. Le système de corruption avait pour but de maintenir une minorité de privilégiés (dont vous faites peut-être partie) chargés de propager la désinformation canadienne.

Le scandale des commandites ne serait que la pointe du iceberg d’un système de corruption canadien au Québec. La commission Charbonneau aura le même effet sur le parti libéral du Québec qu’a eu le scandale des commandites sur le PLC, son annihilation!

Cela pourrait bien expliquer la panique qui sévit dans les rangs du parti libéral du Québec en ce moment! Mais cela n’est qu’une hypothèse…!

Une seule autre question cher camarade, j’ai des doutes sur votre réelle identification, seriez-vous membre du bureau de la propagande de ce gouvernement corrompu du parti libéral, un spin docteur? Si oui, saluez bien bas JiJi Charest. Salut Camarade!

@ François 1

Si ce que vous dites était vrai, votre très honorable PM libéral adoré serait un pleutre incapable de résoudre une situation où 1/4000 personne rouspète.

450,000 jeunes au Québec.

2,000 manifestent.

Taux de participation: 0.05%.

Go Gabriel-Amir Go…

Pas fort votre affaire, j’ai toujours dis que les dretteux ne sont pas fort en calcul et qu’ils pensent que les autres sont pareils à eux.

La réalité est qu’il y a eu jusqu’à 200 000 jeunes à la fois qui ont manifesté. De plus beaucoup de gens de 30 à 70 ans les ont accompagnés. Évidemment vu leur naïveté les dretteux sont incapable de tenir compte des gens qui ne sont pas des étudiants.

500 avocats sont descendus dans la rue pour offrir aux étudiants de les défendre GRATUITEMENT. 300 juristes sont descendus dans la rue pour contester la loi de votre adoré PM libéral, loi qui ne respecte pas la constitution de votre adoré P. E. T. libéral fédéraliste. Vous aurez certainement remarqué que sous le gouvernement de votre adorable PM libéral que les policiers n’arrêtent plus personne en vertu de la loi 78. Au moins votre adorable honorable PM Libéral a vu que le gouvernement serait saigné a blanc par les milliers poursuites s’il s’entêtait à continuer avec sa stupide loi 78 qui sera invalidée.

En fait, au minimum 33% de la population appuient fortement les étudiants. 33% ce n’est pas 0,05%. Imaginez maintenant si les médias rapportaient TOUTE la vérité. Ce serait 80%. Mais la réalité est plutôt aux environ de 50%.

Il y a au moins 2 640 000 personnes qui appuient les étudiants. On est loin de votre 2000 manifestants.

L’avenir des jeunes appartient surtout aux jeunes étudiants qui ont 60 ans devant eux et non pas aux vieux schnocs braillards qui se plaignent et qui n’en ont plus que pour 23 ans avant leur silence éternel.

Ne croyez pas que le ministre Bolduc ou la ministre Saint-Pierre délirent avec leurs accusations farfelues sur la «violence» du carré rouge ou les «dangers subliminaux» d’une affiche satirique trouvée chez Amir Khadir. Ces apparents «dérapages» démontrent simplement qu’ils sont déjà en campagne électorale et qu’ils seront des adversaires sournoisement redoutables. En fait, c’est de la manipulation de l’opinion publique. Un mythe répandu est que les messages publicitaires les plus intelligents sont les plus efficaces. Faux : ce sont les messages les plus cons qui sont les plus efficaces. Plus un message est idiot, plus il s’imprime directement dans le cerveau reptilien et plus il conditionne les comportements des consommateurs à leur insu. Ce n’est pas aussi efficace de s’adresser à l’intelligence des gens. Il faut toujours viser leurs plus bas instincts; c’est une règle de base en publicité. Les émotions de base : la peur, la gourmandise, les instincts sexuels… Le gouvernement joue surtout sur la peur en ce moment… et ça marche. C’est le gouvernement le plus pourri, le plus corrompu de l’histoire du Québec et regardez les sondages… Ils sont habiles, ces bandits… et d’autant plus dangereux. J’espère que l’opposition ne commettra pas l’erreur de les sous-estimer.

Malgré ses timides et timorées excuses la ministre St-Pierre est responsable des propos malveillants et vicieux qu’elle a tenus à l’égard principalement de la gent artistique et de l’ensemble des citoyens qui, pour une raison ou une autre arborent le carrés rouges et du fait que : «En colère, quelque 2600 acteurs du milieu culturel, dans une fronde sans précédent, ont exigé des excuses publiques de la ministre de la Culture et des Communications, Christine St-Pierre, pour ses propos associant tous ceux qui portent le carré rouge à la violence.»
(http://www.ledevoir.com/politique/quebec/352328/les-artistes-indignes-par-la-ministre-st-pierre )
la ministre St-Pierre n’a visiblement plus la confiance de ceux et de celles qu’elle doit représenter et défendre lorsque nécessaire.

La ministre St-Pierre doit donc démissionner et laisser la place à une personne qui, elle, aura su gagner et conserver le respect des citoyens..

Je vois difficilement comment négocier et régler une crise avec des représentants qui affirment que l’accessibilité aux études n’est pas le point principal. Pardon ? Si au moins les étudiants avaient focusé sur la bonification des bourses afin d’assurer l’accessibilité et ne pas augmenter l’endettement, là ils auraient une cause noble entre les mains. Là on a tout simplement une petite guéguerre d’égo entre le gouvernement et les représentants étudiants.

@François V. votre raisonnement ne tient pas la route
Je suis de gauche, je ne suis pas pauvre et je n’ai pas pris le temps d’aller manifester. Essayez donc de rajouter cela dans votre petite équation.
Aussi voudriez vous justifier pourquoi vous dites que l’article de Monsieur Lisée est insignifiant? Je trouve cela très gratuit. On dirait que les gros mots ont plus d’influence sur votre jugement que les arguments logiques.

À François 1: Le fait qu’après plus d’une quarantaine de manifestation des milliers d’étudiants se réunissent encore démontre bien que la motivation est là.

C’est également bien triste de vous voir utiliser les chiffres des petites manifestations nocturnes et non ceux des gigantesques manifestations nationales.

C’est également la première fois qu’il y a des manifestation étudiantes d’été. La mobilisation est bien évidemment plus difficile.

Parlant de délires, il y en a beaucoup plus dans certains commentaires que dans l’article de Jean-François Lisée avec lequel je suis plutôt d’accord.

Je partage votre soupir M. Lisée. Trop de choses divisent les québécois en ce moment pour espérer les réunir derrière un projet de Pays. Joseph Facal et Amir Kadir nous en donne malheureusement la preuve.

@François 1

Ta oublié la manifestation de 200-250 000 personnes à Montréal…

Ce n’est pas parce que quelqu’un ne manifeste pas qu’il ne supporte pas la cause… La plus grande manifestation des carrés vert comptait 100 personnes.

Non seulement vous nous sortez des statistiques vident de sens, vous semblez également habité par un profond fanatisme politique.

Essayez donc d’être plus neutre. Que vous soyez de droite ou de gauche, il me semble que personne n’approuve la fraude et la corruption…

@Claude Lachance:
Je comprends l’idée de M. Khadir en faisant allusion à Luther King et Ghandi, mais je trouve tout de même cela exagéré. Je suis contre la loi 78 que je trouve honteuse, et pas à cause de l’obligation de donner à l’avance le trajet d’une manifestation, mais plutôt à cause des atteintes à la liberté d’opinion. Je pense que si les avocats se sont donné la peine d’aller manifester en toge, ce n’est pas pour rien.
Malgré tout, je trouve exagéré de faire un parallèle entre la situation des noirs aux États-Unis à l’époque de la ségrégation ou le régime britannique en Inde colonisée, deux situations où l’oppression était bien plus considérable. Il faut quand même un certain sens de la mesure.

Vivement des États généraux sur l’éducation où toutes les parties prenantes pourraient faire des propositions. C’est toute la vision de l’éducation qui doit être revue. Nous ne devons plus voir l’éducation comme une marchandise.

Monsieur Lisée,
vous voyez la situation avec les ornières du PQ …toujours la même salade à la sauce gogauche… et même gogauche caviar dans votre cas, vous qui vivez surtout de fonds publics, donc de cet argent que la majorité silencieuse paye avec ses taxes. Vous êtes un beau parleur hors paire, j’en conviens, mais vous ne me convaincrez pas de manger cette salade pimentée de rouge! Vous devriez prendre le parti de ceux qui vous nourrissent.

Vous indiqquez que M. Charest est le grand responsable du pourissement du dossier des frais de scolarité. Encore l’état et seulement l’état qui est responsable. L’état doit toujours céder aux actes de pression. Vous semblez dire que cela représente la norme que le gouvernement doit plier.

Je crois que l’augmentation des frais de scolarité est juste et raisonnable en considérant la situation globale du Québec qui a 8M d’habitants. Sans vouloir se comparer aux autres provinces, il faut bien convenir que nos étudiants ne sont pas trop maltraités et comme l’indique un dossier fiscal largement étudié et véhiculé, ces frais sont ramenés à 0$ en tenant compte des différents crédits auxquels ils ont droit.

Alors pourquoi font-ils un boycott?

Vous parlez de la proposition des étudiants que le gouvernement aurait dû accepter. Vous indiquez que la diminution des crédits aurait contrebalancé l’augmentation des frais. Alors ils admettent que ces frais ne coûtent rien en considérant les crédits qu’ils reçoivent.

Alors pourquoi font-ils un boycott?

Il y a lieu de mentionner que les étudiants ont aussi proposé l’annulation des crédits d’impôts des REEE. Belle façon de favoriser l’instruction des plus jeunes!!!!!!!!! Et en plus ils se sont montrés indignés que Mme Courchesne n’ait pas fait montre d’intérêt envers cette proposition. Ils n’auraient même pas dû la faire, même pas pensé la faire, même pas envisagé….

Vous n’avez pas dit que le gouvernement a aussi offert de diminuer ces frais à 100$ pour la première année; proposition qui a été refusée par les étudiants. Pourquoi ???

Puisqu’ils n’en coûtent rien aux étudiants pour aller au Cegep et à l’université, alors pourquoi faire un boycott. La majorité des étudiants sont contre et se servent de leur GBS. Ils invoquent alors la corruption, la loi 78, le capitalisme et même l’exposition des pitounes lors du Grand Prix. Ils ont quand même de l’imagination.

Il faudrait regarder la situation en face et se servir du GBS.

Je suis fier que des vieux péquistes membres de la société St-Jean Baptiste et des jeunes filles issues de l’imigration des pays musulmans luttent ensemble contre un gouvernement corrompu.

Je suis fier que le gang de rue le plus actif à Montréal se nomme la CLASSE.

Je suis fier. J’aime mon Québec. Merci monsieur Charest et bonne St-Jean Baptiste.

Facal fait un lien direct avec Hitler avec »son empire de 1000ans », pas très fort fort.

Mon jeune dirait : « Encore des généralisations abusives »! Je pense pour ma part que M. Facal a eu envie de rigoler un peu, c’est tout. Mais pourquoi associe-t-il l’UPAC au clan Khadir ? Bizarre!

@ Luc Archambault, Mathieu &

Sauf que les gens qui ont écrit ses texte son intimement lié aux carrés rouges (qui n’ont rien fait pour s’en dissocier).

@ PA Paquet

Les geste violents sont revendiqués, ils sont fait par des gens qui porte fièrement les couleur de l’anarchie.

Et bravo pour avoir dit que la droite et la gauche ça n’existe pas. Lisée qui a voulu passé un KO a la droite sera content de l’apprendre.

@ Daniel

Ton commentaire confirme ce que je dis: pour la gauche (et ses carrés rouges), la violence est légitime.

Au pire tu l’endosse, au mieux tu fais comme Ponce Pilate et t’en laves les mains.

Facal se moquait des gens qui associent Charest à Hitler.

C’était probablement trop subtil pour la gauche comme humour. La gauche préfère l’humour avec des politiciens assassinés.

La hausse des frais est un prétexte. Oh, avec un autre gouvernement, il y aurait eu quand même une grève mais elle n’aurait pas dépassé le 22 avril: les libéraux l’ont laissée pourrir avec quotidiennement des provocations de toutes parts.

Les étudiants ont mis le feu aux poudres à un mécontentement populaire.

Vous me faites rire les bourrus de la droi-droite avec vot « go-gauche » et la cassette d’arguments qu’on connait par coeur. Vous avez la chienne parce que malheureusement ceux que vous associez à la gauche ont, par le passé, monté la dette à des degrés jamais rêvés. Je vous l’accorde.

La droite, la gauche, ça existe: ce sont des outils. Mais ça prend les deux mains pour tenir le volant.

Moi je dis que le PQ n’est pas l’idéal mais c’est la seule roue de secours du Québec en ce moment: la CAQ est trop jeune, QS ne passe pas et Option Nationale est dans la couveuse électrique en train d’hésiter entre le statut de prématuré ou de mort né. *** Attendez qu’on entre en mode électoral et vous allez voir Marois se recentrer. Oui, ça jouait main dans la main avec les syndicats au PQ mais ils ne sont pas stupides. Il savent que ça ne passe plus. Il savent que le Québec veut des politiques un peu plus à droite économiquement parlant (sans lâcher son coeur à gauche). C’est ça le vrai centre: l’équilibre. *** Avoir eu un choix, ça n’aurait peut-être pas été Marois. Mais je me dis qu’ils (le PQ) ont quand même eu une bonne gestion et que c’est clairement mieux que l’épaisse mafieuserie libérale dont les coulages nous ont privé de dizaines de milliards de dollars (voire même de milliers de milliards [Anticosti])… Alors la banale hausse des droits de scolarité, vous savez, je lui dit prout!

Je ne sais plus qui a dit: « Il y a deux choses qu’il faut changer souvent: les couches et les hommes politiques. Et les deux pour la même raison. », mais il l’a tout de même dit.

Guillaume C. Lemée
Quarantenaire, auteur et étudiant à la maîtrise.

Hé oui, la prochaine campagne électorale est partie ! Puisque tout le Québec est au courant que nous sommes gouvernés par des fraudeurs, des menteurs et des vendeurs de pays, il faut bien faire peur au monde et démoniser quelqu’un d’autre, créer une crise ou le gouvernement sera le dernier rempart contre la violence des carrés rouges, des supporteurs(Q Solidaire et le PQ) des carrés rouges et des artistes qui supportent les carrés rouges. Puisque le Québec ne réélira pas le gouvernement actuel pour l’ensemble de son (dés)oeuvre, peut=être le fera-t-il comme champion de la loi et l’ordre. There is something rotten in the kingdom of Quebec !

@ David

« Au pire tu l’endosse, au mieux tu fais comme Ponce Pilate… »

Le connaissez-vous ce Pilate? Est-ce un amis?

@ Guillaume C. Lemé

« Vous avez la chienne parce que malheureusement ceux que vous associez à la gauche ont, par le passé, monté la dette à des degrés jamais rêvés. »

Trouvez-vous que pet, meule ro nez qui ont le plus endettés le pays étaient de la go-gauche?

Évidemment quand Lévesque, celui qui avait déjà refusé une job à 100 000$ de mononc power, a coupé drastiquement les fonctionnaires, c’était encore un gauchiste, « un maudit socialiste » comme disait l’oncle Power.

Quand la drette répète constamment les mêmes mentries, plusieurs finissent par CROIRE que c’est vrai.

Merci de m’apprendre que M. le Premier Ministre est aussi le ministre (délégué ? pogné-parce-que-c’est-lui-qui-a-l’air-le-plus-d’un-jeune-dans-son-cabinet ?) de la Jeunesse. Par ailleurs, j’aimerais vous faire part d’un qualificatif qui revient souvent pour ce genre de discours, mais dans un tout autre domaine : le logiciel libre.

Les grands éditeurs de logiciels propriétaires (alias privatifs, fermés, etc.) dénigrent souvent avec force véhémence et malhonnêteté calculée les solutions de rechange libres à leurs logiciels non libres. Le discours, qui se décline en fonction de l’éditeur de logiciel et des circonstances, comporte à peu près toujours ce trio gagnant : peur, incertitude et doute. En fait c’est le qualificatif en anglais qu’on lit le plus souvent : FUD pour Fear, Uncertainty and Doubt. Quand son argumentaire s’appuie sur du FUD, c’est qu’on n’a plus grand-chose à dire d’intelligent.

On n’a pas besoin d’être à gauche pour trouver que la commission d’enquête sur la corruption généralisée au Québec, (corruption qui faisait se pavoiser les David et François 1 de ce blogue, au demeurant) est drôlement plus importante que ce tintamarre pour un groupe qui a 7-8 fans et qui est pogné pour faire lui-même ses affiches.
Avant d’y aller de petits textes de propagande sur la droite merveilleuse qui ne fait pas de menaces, quand une radio de Québec brûlait des livres qui avaient comme gros défaut d’avoir un article sur Françoise David, quelqu’un de la droite a protesté? Quand un de leurs commentateurs parlait d’attendre le « mollah Khadir » avec une gang de dix personnes (le même qui a déjà qualifié les gauchistes de peureux à Denis Lévesque, je vous signale), est-ce qu’on a lu un quelconque David ou Francois 1 dire qu’il désapprouvait? Nope.
Je comprends que c’est bin platte ce qui leur arrive mais il y a surement moyen d’avoir un break sur la bande de pharisiens hypocrites qui se font du capital politique sur un montage photoshop. Bin oui, « la gauche tolère les morts sur une peinture oh mon dieu! » mais c’est surtout une bin belle occasion pour Jean Charest de jouer du violon pour couvrir le son du témoignage de Jacques Duchesneau qui raconte comment l’escouade anti-collusion était volontairement laissée sans moyen par son parti.
Et ensuite, les mêmes bozos dretteux nous arrivent, tout surpris avec des « icittte au Québeeec… » sans se rendre compte que la corruption est aidée si, quand on en parle, ça n’écoute pas parce que ça se fait distraire par la première crisette que le parti au pouvoir a imaginé!
C’est pas de la gauche ou de la droite, ça. C’est se servir de ce qu’il y a entre les deux oreilles.

Des artistes pour la hausse n’osent pas le dire de peur de voir leur carrière ruiné.

C’est ça le Québec maintenant, de la violence et de l’intimidation.

Et c’est ça qui fait tripper Lisée.

@Nic,81
Ne vous inquiétez pas inutilement, il s’agit bien sûr d’ironie bien sentie….

@ Frank (# 102):

Je n’oublie absolument rien Frank.

Un évaluateur de foule professionnel a affirmé qu’ils étaient 110,000 tout au plus mais je ne parviens pas à retrouver le lien. C’est devenu une farce cette estimation du nombre de participants à un évènement par les organisateurs du même évènement. Grosso modo, ils doublent le nombre véritable de participants histoire de se donner de l’importance.

Si les étudiants étaient VRAIMENT aussi injustement traités qu’ils le laissent entendre, ils seraient 450,000 à manifester à tous les soirs et à sécher leurs cours, or, on note qu’ils ne sont plus que 100 à 250 tout au plus à chaque soir et que 75% d’entre-eux ont obtenu leur diplôme malgré la « grève ».

Bref, la « vague d’indignation » et la « crise sociale du printemps érable », création totalement artificielle de la gauche-casserole-chiffon-rouge, est en train de s’asphyxier et ne provoque plus que bâillements d’ennui de la part des Québécois.

@ François 1

« Bref, la “vague d’indignation” et la “crise sociale du printemps érable”, création totalement artificielle de la gauche-casserole-chiffon-rouge, est en train de s’asphyxier et ne provoque plus que bâillements d’ennui de la part des Québécois.»

Par le nombre de vos commentaires, cela ne semble pas s’appliquer à vous.

@David

Votre pensée se raboudine, se ratatine de façon constante, vous avez remarqué ?

Ça s’appelle l’implosion intérieure.

Il en résulte le néant.

@serge grenier #82 et denis drouin #83,drette din dents avec vos commentaires ,lol j’aime bien vos chutes respectives et aussi celle-là de oxmo puccino ,rappeur français mais qui est tout aussi vraie pour la région de québec:si les cons savaient voler ,y ferait noir tout le temps.

@ Raymond Campagna

Par con commentaire dois-je déduire que tu ne condamne pas l’intimidation des artistes pour la hausse ?

La chose ne serait pas très surprenante… Tout le monde sait que les sociétés qui ont censuré les artistes aimaient la couleur rouge.

David :
juin 15, 2012 à 20:20
@ Raymond Campagna

l’intimidation des artistes pour la hausse ?
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Tu ne comprends pas toujours le sens raboudiné de ce que tu écris, hein.

C’est ça l’implosion de la pensée.

David

«Tout le monde sait que les sociétés qui ont censuré les artistes aimaient la couleur rouge.»

Je ne crois pas que Labeaume et Charest aiment beaucoup les carrés rouges. Ils censurent un groupe anarchiste mais autorisent les groupes néo-nazis…

Effectivement, il se dit et s’écrit plein de choses délirantes en ce moment au Québec, et le parti libéral est carrément en plein délire et d’une malhonnêteté intellectuelle incroyable. Non seulement il n’y a aucune règle qui interdise aux élus de se mettre en situation de désobéissance civile contre une loi qu’ils considérent comme contraire aux droits fondamentaux, mais en plus il est illégal d’arrêter un député comme le souligne l’article http://immunitesparlementaires.blogspot.ca/2012/06/immunites-parlementaires-des-deputes-au.html qui analyse les immunités parlementaires au Canada et Québec