Chantal Hébert : Demain

Si le PLQ devait manquer le rendez-vous d’un gouvernement majoritaire, son retour aux affaires pourrait être mouvementé et, éventuellement, de courte durée.

PolitiqueLe Parti québécois

Le Québec a connu beaucoup de déchirements depuis deux ans. Il y a eu le long printemps érable et, depuis l’automne, le débat mouvementé suscité par le projet de charte des valeurs du Parti québécois. Tout cela avec, en toile de fond, des histoires de corruption et de collusion à répétition qui ont miné la confiance de la population à l’égard des élus et des institutions.

Pas surprenant, dans les circonstances, qu’autant d’électeurs aient eu le réflexe de prendre leurs jambes à leur cou devant la perspective qu’un gouvernement majoritaire péquiste relance le débat sur la question nationale. Surtout que le projet de pays ne suscite pas, dans l’état actuel des choses, l’adhésion d’une majorité de Québécois.

Pas étonnant non plus que, malgré l’appui d’une majorité au concept d’une charte de la laïcité, le projet n’ait pas eu l’effet mobilisateur espéré par les stratèges du PQ. Contre l’espoir d’une plage de paix sociale, les affrontements que laisse présager la volonté du gouvernement sortant de ne pas changer une virgule aux articles les plus controversés de la charte n’ont souvent pas fait le poids.

En rétrospective, Pauline Marois aurait fait davantage de millage électoral avec la charte si elle s’était présentée à l’électorat avec un projet rassembleur, adopté à l’unanimité de l’Assemblée nationale, avant le déclenchement de la campagne.

(Un parti moins pressé de se mettre en piste pour une majorité aurait également pris le temps de faire voter son populaire projet de loi sur les soins de fin de vie.)

Le coup de coeur québécois pour le NPD de Jack Layton en 2011 avait démontré combien une campagne consensuelle pouvait être infiniment plus porteuse de votes qu’une campagne négative.

Le Parti libéral du Québec

La soif d’un répit sur le front de la paix sociale contribuera-t-elle à l’élection d’un gouvernement majoritaire libéral demain ? C’est possible, mais le PLQ — après seulement 18 mois de purgatoire dans l’opposition — aurait mieux servi l’électorat et sa propre cause en affichant des signes plus tangibles de sa volonté de s’attaquer à la culture éthique qui lui a valu de se retrouver sous la loupe des journalistes d’enquête et de l’UPAC.

Si Philippe Couillard gagne les élections demain, ce sera, pour l’essentiel parce qu’il aura fini par représenter, aux yeux de suffisamment d’électeurs, un moindre mal par rapport à sa principale rivale.

Mais si le PLQ devait manquer le rendez-vous d’un gouvernement majoritaire, son retour aux affaires pourrait être mouvementé et, éventuellement, de courte durée. L’ancien premier ministre Paul Martin peut témoigner de la difficulté de garder à flot un gouvernement minoritaire sur fond de commission d’enquête et d’allégations sur l’intégrité du parti au pouvoir.

La Coalition avenir Québec

Les sondages s’entendent pour désigner la CAQ comme le seul parti qui aurait du vent dans le dos en ce dernier weekend de campagne. Ce revirement tardif de la tendance ne se traduira pas nécessairement en gains pour la formation de François Legault demain, mais elle pourrait donner un nouveau souffle à ses perspectives d’avenir en politique.

Après avoir perdu les élections de 2004 aux libéraux de Paul Martin, Stephen Harper avait passé un été à broyer du noir. Il avait été tenté de baisser les bras et de démissionner plutôt que de diriger l’opposition à la Chambre des Communes devant un gouvernement minoritaire.

À la faveur du ressac provoqué par les témoignages entendus à la commission Gomery au sujet du programme des commandites, le chef conservateur fédéral devenait premier ministre 19 mois plus tard.

Il y a des défaites qui ont parfois un avant-goût de victoire à venir. L’élection d’un gouvernement minoritaire (libéral ou péquiste) demain pourrait être porteur de lendemains plus chantants pour la CAQ et son chef.

Québec solidaire

Aucun sondage ne permet de croire qu’on assistera demain à la multiplication des pains chez Québec solidaire. Mais dans la foulée du recrutement de Pierre Karl Péladeau par Pauline Marois et de la valse-hésitation de la chef péquiste au sujet d’un éventuel référendum, la formation de Françoise David fait figure de valeur refuge pour un plus grand nombre d’électeurs progressistes et/ou souverainistes qu’au déclenchement de la campagne.

Quel que soit le résultat pour le Parti québécois du vote de demain, il aura fort à faire pour retrouver une certaine cohérence au terme d’une campagne traumatisante pour son option.

Dans la mesure où ses efforts pour terrasser la CAQ n’ont pas porté tous les fruits escomptés, personne ne peut exclure que le PQ continue à se déporter vers la droite et à laisser davantage de terrain progressiste à QS.

Bon vote ! On se reparle de tout cela mardi.

* * *

À propos de Chantal Hébert

Chantal Hébert est chroniqueuse politique au Toronto Star depuis 1999. Elle signe également une chronique dans le magazine L’actualité et commente la politique à la radio (C’est pas trop tôt sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première) et à la télévision (Les coulisses du pouvoir à RDI / ICI Radio-Canada Télé et At Issue à CBC). On peut la suivre sur Twitter : @ChantalHbert.

Laisser un commentaire

Si le PLQ gagne, ce ne serait pas sa victoire, mais bien plutôt la défaite du PQ.

M. Couillard devra alors dire un gros merci à Mme Marois et au PQ pour leurs très mauvaises stratégies de campagne et autres.

Le PLQ ne mérite pas mieux que de former un gouvernement minoritaire… ce serait « ben bon » pour eux!

« Si le PLQ gagne, ce ne serait pas sa victoire, mais bien plutôt la défaite du PQ. » (sic)

…tout comme la courte « victoire » du PQ fut plutôt la défaite des Libéraux il y a 18 mois…

Les gens ont tendance à voter CONTRE un parti plutôt que pour un parti.

Par exemple, dans cette élection-ci, les Québécois en ont assez des hypocrisies, des tartuferies et des grossières manipulations des péquistes à la Drainville et vont voter en masse pour le parti politique qui, à la fois, combine les meilleures chances de bloquer les sinistres péquistes et qui possède le meilleur programme politique à leurs yeux.

Le PQ dans sa forme actuelle ne peut continuer à vivre tout simplement. On a finalement eu des aveux qui ne laisse présager rien de bon pour leur avenir. Quand QS affirme que le PQ n’a pas le «guts» d’aller de l’avant avec le projet d’indépendance, ils ont 100 fois raison. Si le PQ dans son post mortem revient avec une nouvelle formule pour arrimer les conditions gagnantes, je me demande bien ce que se sera. Le même sort que le BLOC peut-être pas avec cette élection mais la prochaine assurément. Le PQ s’est menti à lui-même depuis le 2e référendum au point de se perdre, finalement ils n’ont rien gagnés sauf du temps. Ah! le pouvoir perd son homme ou sa femme, c’est selon.

Je crois bien Mistinguette que votre hargne à cogner sur le PQ ne vous fasse oublier la réalité.
Et dans cette réalité qui frappera bientôt de plus en plus et à répétition…il y aura probablement d’autres perquisitions au liberal party et chez ses ti-zamis du passé et peut-être même du présent, d’autres révélations à la commission Charbonneau surtout sur le liberal party et si jamais il était au pouvoir comme minoritaire et assez longtemps ou comme majoritaire il faudra vous attendre à peut-être des révélations embarrassantes pour le docteur premier-sinistre Couillard à cause de son grand ami et également docteur, le très charismatique docteur Porter alors que son procès aura alors commencé.
Peut-on s’attendre aussi à des actions semblables pour les autres partis surtout au PQ et dans une moindre mesure à l’Action démocratique ? C’est certain. Mais jusqu’à maintenant l’expérience nous démontre que cela serait probablement dans une moindre mesure et de loin. Le PQ n’ayant jusqu’ici subit aucune perquisition. Sauf que la réalité est à venir ! Il faut attendre pour le constater et peut-être s’en désoler. On pourra toujours penser en cas d’absence de révélations qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves ou que c’était que des peccadilles. Car tant qu’à moi, nos élus ont tous joués le jeu.
Autre temps, autres moeurs pourrions-nous penser ? Pas aussi certain !
Les règles changent mais pas les hommes. Et c’est peut-être la créature qui sait et surtout qui a tout les moyens pour s’adapter !

Vous pouvez bien continuer votre travail de démolition du PQ si vous le voulez, mais les faits sont là et sont aussi à venir. Reste à voir ! Mais dans tout les cas, il est peu utile de croire sans fin, que même si notre fils a été arrêté comme étant le chef d’une gagne de malfaiteurs, il est le seul à n’avoir rien fait et surtout que s’il en est là, c’est à cause des autres qui l’ont entraîné…alors qu’il était le chef…habituellement c’est le chef qui entraîne, pas le contraire ! À la fin, la réalité restera la réalité.

Une chose est certaine pour moi, si jamais le liberal party était minoritaire, il faudra s’attendre à cause de ses révélations et perquisitions…à venir et si elles s’avèrent, que des périodes à venir seront encore perturbé par cette fois-ci qu’une plus grande partie de la population revienne dans la rue et finisse par nous retourner aux urnes plus tôt que plus tard.

Jamais je n’avais senti autant le positionnement des journalistes et chroniqueurs de la SRC pour le fédéralisme canadien. Je trouve que les journalistes, en général (écrit, radio et télé) pose et repose les mêmes questions très «people»; ça vole bas. Les débats ont soulevé peu d’intérêts, particulièrement celui de la SRC, mal mené.

et oui le bon vieux temps vous manque quand R-C pouvait compter sur Claude-Jean deVirieux et Normand Lester, deux grands journalistes objectifs !

Sauf respect M. C’est ce qui c’est produit en 2012, les gens n’ont pas élue Mme Marois, Ils ont mis Jean Charest a la porte. Malheureusement les gens au Québec ne vote plus pour le meilleur, mais pour le moin pire. Après lundi nous verrons le départ de Pauline qui sera remplacé par PKP qui dissoudra le PQ lentement mais sûrement !

A- Non seulement madame Marois aurait fait beaucoup plus de kilométrage électoral, si elle avait présenté un ou des projets rassembleurs et adoptés, à l’électorat. En plus elle aurait pu partir en élection sur une base structurée et structurante formée d’un bilan de toutes belles réalisations. Quand c’est bon, on ne redemande !

Ainsi elle aurait coupé l’herbe sous le pied de ses adversaires qui auraient porté l’outrage et l’odieux de l’attaquer sur de belles réalisations politiques qui faisaient consensus dans la population.

B- Madame Marois aurait pu déclencher les élections au moment le plus opportun, voire même achever son mandat, forte d’une loi écrite pour la protéger, instaurant des élections à dates fixes.

C- Au lieu de quoi, madame Marois a préféré se fier à des sondages toujours incertains, préféré présenter un budget pas si bien ficelé que ça, préféré jouer de la trappe en empêchant l’ensemble des députés de débattre sur ce sujet qui est pourtant selon moi d’intérêt public et préféré même déclencher les élections une semaine plus tôt qu’initialement prévu, pour ne pas devoir affronter ses pairs en commission parlementaire relativement à ce supposé « deal » avec la FTQ.

Un simple mot d’anglais d’ailleurs qui ne signifie absolument rien et qu’on peut interpréter comme on veut, aussi souvent qu’on veut. En se présentant en commission, il était possible de lever toutes formes d’ambiguïtés. Ce qui aurait eu pour effet justement de mettre ses adversaires politiques mal-à-l’aise.

D- Pourtant c’est toujours madame Marois qui 18 mois plus tôt — estimait non sans réalisme — qu’il faut savoir faire des compromis en politique, estimant avec sagesse qu’elle se devait de donner un bon gouvernement à toutes les québécoises et les québécois sans nulles distinctions. Bref, madame Marois se montrait inclusive et moi ce qui nous réunis en dehors de tous préjugés, j’aime ça !

Que reste-t-il de ces excellentes intentions ? Beaucoup de personnes qui ont cru en elle en 2012 sont désormais orphelins.

E- Notre système électoral étant ce qu’il est, je ne me lancerai pas dans des pronostics hasardeux. Toutefois, je pense qu’un gouvernement libéral majoritaire demain est la meilleure chose qui puisse arriver au Québec au soir du 7 avril prochain.

BONSOIR,une dette plus de 200milliards et plus 20 milliards pour devaluation et l’entretient et developpement de nos infrastructures 220 milliards global plus le federal je me mais a jour sur la dette total ef global provincial et federal et et je me souviens .
Bonne reflexion.

@ Marcel Côté,

Je suis bien conscient du cumul des dettes, qui ont été produites années après années par tous les partis. Toutefois, l’analyse d’une dette brute ne se subdivise pas à un seul chiffre, elle doit être soigneusement ventilée.

D’autre part, il est important de balancer une dette aussi par ses actifs. Si la valeur des actifs augmente plus vite que la dette, cela signifie qu’il y a un impact positif sur l’économie. Ce qu’il faut donc éliminer, ce sont les dettes qui grèvent l’investissement. Et dans certains cas, elle peuvent être imputables à une inadéquate gestion de toutes sortes de programmes incluant des programmes sociaux.

En outre, une dette est toujours plus aisée à supporter lorsqu’elle est subdivisée « per capita », ainsi la démographie a toujours un impact positif. S’il y avait plus de dix millions d’habitants au Québec, la dette par personne serait moindre et l’apport de population engendrerait plus d’activité.

— À la place de quoi, on invite les gens qui veulent parler des « vraies affaires » à plutôt « krisser » leur camp vers les rocheuses.

Bonne réflexion à vous également.

Oui toujours cette sempiternelle question des programmes sociaux !

Sans jamais remettre en question les subventions aux compagnies même lorsqu’ils n’en ont pas besoin, les impôts des compagnies qui ont diminués de 45%, la possibilité de ne pas déclarer tout les revenus en les transférant «légalement (vous m’en direz tant » dans des paradis fiscaux ou dans des états complaisants, les pertes de la caisse de dépôts (j’espère une commission d’enquête sur ce vol de 2 de pique et camouflé par l’establishment d’affaires ») et quoi d’autres qui profitent à une minorité de citoyens et qui ensemble totalisent des dizaines de fois les dépenses occasionnées pour l’ensemble de la population dans les programmes sociaux.

Combien rapporte le bs à chaque année à un individu ? Moins de $ 7,000.
Combien a été payé le chef de la direction de la banque de Royale en 2012 ? $12,600,000.00 + des actions et autres considérations dont des participations non imposables et d’autres considérations aussi à exercer éventuellement qui seront également exclues d’une manière ou d’une autre de la déclaration d’impôts lorsque le temps sera opportun.
J’aimerais savoir combien il a payé d’impôts.

Le salaire minimum: $10.35.
Salaire annuelle pour 40 heures: $21,528. moins les impôts et les autres frais…
Le dentiste: on oubli, on fait comme s’il n’existait pas !

Certains économistes, biens pensants dont plusieurs ont des revenus dans au minimum les 6 ($100,000.00 et + ) chiffres mais aussi 7 ($1,000,000.00 et +) et 8 ($10,000,000.00 et + ) chiffres, voudraient que cette personne pait plus pour tout les services de l’état qu’il pourrait recevoir, dont une majorité au liberal party, en payant sa « juste part ».
Et quel est donc la juste part à payer pour le président de la banque royale ou pour les pétrolières subventionnées au maximum ?
L’électricité vient d’augmenter, et tout le monde paye le même taux.
Mais les mêmes biens pensants que ci-haut décrit voudraient qu’on paye notre électricité au niveau du marché « mondiale ».
Ce serait créer une plus grande et juste richesse pour les Québécois !
Ah oui ?
Et notre individu au salaire minimum, ça créerait de la richesse ou de la pauvreté pour lui ?
D’autant plus qu’il est à parier qu’il habite un logis non isolé et qui coûte en chauffage plus cher que les habitations qu’habitent les biens pensants millionnaires.

Revenu en dessous du seuil de pauvreté au Canada/Québec: $22,720.
Et donc, même en travaillant 40 heures par semaines, au salaire minimum, on est encore en dessous du seuil de pauvreté !

Les programmes sociaux nous coûtent trop cher?
Non, c’est sont la création de la richesse pour une minorité qui nous coûte trop cher !

Vous qui aimez les études, eh bien il est maintenant prouver hors de tout doute, que de favoriser par tout les moyens l’enrichissement des individus et la présence de plus de gens riches et d’attirer des industriels « créateurs d’emplois » n’influencent pas la richesse de la masse de la population.
Sans entrer dans les détails, le meilleur exemple de cela est les états-unis d’Amérique !
Et qui veut prétendre à une réussite avec une étroitesse d’esprit primaire, prend pour modèle, les riches amaricains. Gratton est une caricature, mais à peine ! Son créateur ne pouvait dire mieux.

Les programmes sociaux nous coûtent trop cher?
Non, c’est sont la création de la richesse pour une minorité qui nous coûte trop cher !

@ Sir Decelles,

Ma phrase était la suivante : « Et dans certains cas, elles peuvent être imputables à une inadéquate gestion de toutes sortes de programmes incluant des programmes sociaux »

Mes propos n’ont jamais été que les programmes sociaux soient inutiles ou qu’ils nous coûtent nécessairement trop chers. Mes propos relèvent des modes de gestion qui engendrent des dettes. En ce sens, vous vous méprenez.

De plus vous faites erreur. Je ne suis pas du tout pour les subventions à tout crin aux compagnies. Notamment, je me suis exprimé clairement sur ce sujet sur le blogue économique et encore récemment pour les subventions considérables attribuées au projet de cimenterie de Port Daniel.

Quant à la fiscalité des entreprises, je pense qu’on se devrait de la réformer. Seules les entreprises en démarrage (moins de 3 ans), tout comme celles qui créent des emplois devraient pouvoir profiter d’avantages en proportion du nombre d’emplois réellement créés.

D’autre part, certaines de vos observations sont pertinentes. Personnellement, je me suis déjà prononcé également depuis le temps sur les blogues à l’effet que les écarts entre les plus hauts salaires et les plus bas sont contre-productifs.

— Nonobstant, Sir Descelles, ce n’est certainement pas avec le PQ que vous serez jamais entendu sur de tels sujets, la plupart sont sourds à de telles argumentations. Regardez dans ce cas plutôt du côté de Québec Solidaire.

Je suis un libre-penseur pragmatique, pas un idéologue ! À vous aussi bonne réflexion !

Bonjour,quand nos leaders a Ottawa on fait un systeme fiscal pour les PLUS RICHES la lois sur les paradis fiscaux que Mne. Cheila Frazer a denonce avec ses rapports a chaque annee et qu’ils ont le ruban de ceux qui on fait des propositions pour faire valider et ceux qui ont leve la main pour y donner une certification.
Alors comment une loi qui sert a sortir de l’argent du pays et que certain avec evasion fiscale des rapports de la verificatrice du Canada,comment ce fait-il que cette loi qui est legal parce-que voter a la chambre des communes mais il y a un mais est inconstitutionnelle envers le receveur general du Canada.
Bonne reflexion.$$$$$$$$$$$$$.

« Toutefois, je pense qu’un gouvernement libéral majoritaire demain est la meilleure chose qui puisse arriver au Québec au soir du 7 avril prochain. » (sic)

Aussi surprenant que cela puisse paraître, je seconde. <;o)))

@ François 1,

Je suis surpris !
Ainsi pour une fois vous êtes d’accord avec moi, voilà qui commence bien la journée 🙂

Et pourtant, j’ai toujours pensé que vous étiez Franççççççois 1 et Serge Drouginsky le même individu !

Avis aux électeurs de Charlevoix et de Saint-Jérôme: aux dernières nouvelles, la lutte est serrée il y a de fortes chances pour que les candidats péquistes dans votre comté perdent leur élection. De grâce, faites en sorte qu’ils soient clairement balayés par les Libéraux.

Ainsi, vous gagnerez deux fois:

1- en ayant élu un député du parti gagnant qui vous ouvrirait les portes du pouvoir.
2- en nous faisant économiser des élections complémentaires qui ne sauraient tarder car les deux candidats en question vous laisseront tomber comme de vieilles chaussettes s’ils étaient élus mais dans l’opposition.

Merci à l’avance.

Oh…j’ai oublié de signer:

d’un contribuable québécois écœuré de payer pour satisfaire les titanesques ego des péquistes.

Quelle pagaille !
Que de tromperies et de mensonges !
Quelle gagne de moutons qui votent pour faire comme son voisin et lui comme le sien que pour pouvoir gagner des élections !
Et dans cette optique, comme les sondages et les rapports journalistiques sont importants !
Entendu tantôt d’une électrice interrogée en se rendant au bureau de vote: « J’espère voter pour celui qui gagnera car ce sera le meilleur » ?????
Ah oui !
On est pas dans une course de chien dans une élections ! Quoi que ?
Eh bien que le meilleur gagne !

Mon meilleur, je ne l’ai pas encore rencontré, ni même entendu !
Si je devais en choisir un, j’aurais des tendances pour m’élire. Mais dans le fond je sais bien que j’en aurais pas les capacités…d’être le meilleur pour une majorité.
Le mot consensus implique de prendre en compte trop de paramètres non seulement incompatibles mais trop souvent simplets voir qui frisent l’idiotie pour le vouloir à tout prix.
Mais sans ce consensus, il est difficile de faire autrement que du sur place.
Avec un large consensus, il est difficile de faire autrement que du sur place.

Une fois au pouvoir…au diable le consensus !
Mais ça revient à l’approche d’une élection.

Et puis, moi les consensus ça veut dire: tout le monde, une large majorité pense dans le même sens: il n’y a rien qui me fait plus peur !
Les consensus « véritables » que l’ont pourrait imaginer ainsi ne sont vraiment atteint que par des Mao, Staline, Hitler, Mussolini, Saddam Hussein, Poutine, etc.

Quand j’entends: la population ne veut pas de chicane je dis que c’est donc vrai.
Mais encore ?
Il ne faut pas confondre chicane et discussion, négociation.
Mais « la population » confond beaucoup de choses.
Je dirais qu’étant jeune j’espérais tant du futur. C’était en 1960.
Mais en 2014, avec tout ce qui est à la disposition de la population pour s’informer, pour communiquer, pour partager, ajouté à un meilleur niveau d’instruction, il me semble que « la population » a fait du sur place.

Mais heureusement, moi, je ne suis pas la population !
Mais heureusement, moi, je ne suis pas la population ?

« Mais « la population » confond beaucoup de choses. » Pourquoi quand la population vote Bloc Québécois pendant 20 ans, on a dit : la population s’est prononcée. Quand la population a voté PQ en 2012, on a dit : la population s’est pronconcé. Mais oh malheur, quand cette même population vote PLQ ou CAQ ou QS, là, elle erre, elle est confuse, elle est désorientée. Moi, c’est ce type de raisonnement que j’en peux plus. Il y a les bons résultats qui démontrent l’intelligence du peuple (sous-entendre il a voté PQ) et il y a les mauvais résultats lorsque peuple ose voter pour autre que ce que souhaitent les biens pensants.

Mon commentaire se voulait beaucoup plus large et ne précisait aucun parti politique.
C’est vous qui l’interprétez en le réduisant à vos considération PQ, Bloc Québécois.
Argumentez-vous alors avec vous Martin Beaulieu !

On merci de votre gentillesse empoisonnée Françççççççççois 1 !

Ce que vous vous entêtez à remâcher est loin de la réalité.

La réalité, la vraie, les vrais affaires, est que c’est toute la population qui y perdra et que des politiciens et leurs ti-zamis qui seront les gagnants.

Moi, personnellement au cas que « moi » ne serait pas suffisant, mon excuse est facile: je n’ai pas noirci le cercle au bout de Fournier. Et sans même consulter les résultats, je sais que Fournier sera ré-élu. Même pas besoin de boule de cristal.

Ne vous en déplaise, je ne suis pas péquiste.
Mais tant qu’à avoir le pire, j’aurais aimé le moins pire sur 3.
Le mieux pour moi dans le sens philosophique à part pour la religion, pourrait être QS…mais ils n’ont encore aucune chance de former le gouvernement et leurs candidats à part que 4 ou 5 sont assez « limités »…

Restez attaché à vie au liberal party vous seriez perdu autrement.
Même si Sam Hamad remplacera Couillard qui n’aura d’autres choix que de démissionner dans les 18 mois à partir de demain !
🙂 😉 :–) :–) :—) :—) :—-) :—-) :—–) :—–) :——)) :——)) :——-)) :——-)) :——–)) :——–)) :———))) :———))) :———-))) :———-)))