Démissions au PQ: Étonnement général

Sur le site de Radio-Can, Patrice Lécuyer, généralement apolitique, n’arrive pas à cacher sa surprise:

Comme beaucoup de Québécois, il n'en revient pas !

(Merci à mon amie Twitter
Jue_C pour cette photo.)

Laisser un commentaire

Décidément…

Votre gag de 15h15 est tout de même 3 heures avant son temps.

Mme 93% réagira à 13h30, vous aurez peut-être une suite pour 15h15.

Alea jacta est…

Après la défection de Legault et l’élection du NPD (entre autre) ces démissions démontrent à quel point la question nationale n’est plus l’axe principal pour se définir politiquement au Québec.

C’est une mauvaise nouvelle pour le PQ ET pour le PLQ ainsi que pour les indépendantistes purs et durs comme J-F Lisée.

Mais c’est comme ça et ce n’est guère surprenant, car malgré les propos rassurants sur le Québec, de gens comme M Lisée qui voudraient bien qu’on continue de parler de souveraineté, tous les autres problèmes comme la santé, la dette et la faible productivité sont en train de devenir trop criants pour être ignorés.

Vous voulez continuer à parlez de la question nationale, vous allez devenir de plus en plus marginal. C’est ça M Lisée la dure réalité.

Ça, ça va faire mal au PQ.

Ça donne l’impression que les seuls trois députés qui ne sont pas corrompus quittent le navire! On s’y attendait de la part du PLQ, mais pas du PQ.

Les souverainistes se divisent de plus en plus. Y aura-il un autre parti souverainiste dans 3 ans?

Le Québec est fait de deux sous divisions: les colonisés et ceux qui se tiennent debout. Mais ceux qui se tiennent debout s’entre-déchirent et se divisent plutôt que de s’accaparer du PQ.

Maintenant Charest à de très bonne chances de gagner les prochaines élections.

Voilà, ce qui devait arriver arrive. Ne reste plus qu’une émergence du Parti indépendantiste pour compléter le tableau complet de toutes les tendances et obédiences politiques au Québec.
À la prochaine élection un parti n’aura besoin que de 25% des suffrages pour former un gouvernement minoritaire. Très excitante la politique ces temps-ci au Québec!!! N’est-ce pas M. Lisée ?

La démission de ces 3 poids lourds (et peut-être d’autres éventuellement), jumelée à un large bassin de personnes compétentes et disponibles du Bloc … pourraient ouvrir la voie à un nouveau parti et ainsi confronter cet élan de nouveauté souhaité par François Legault !

La stratégie diviser pour mieux régner est en place et plus efficace que jamais…

Je prédis Charest comme PM aux prochaines élections à moins d’un sérieux coup de barre des souverainistes.

Ha! oui, j’oubliais, Legault et l’ADQ devraient se méfier, parce que dès que le PQ est K.O., alors les libéraux vont détruire ces mouvances de l’intérieur. Rien n’y paraîtra, sauf l’effritement de ces mouvements par en dedans.

Le pouvoir ne va pas à celui qui est le mieux placé pour mener, mais à celui qui sait le mieux se placer pour mener!

Vraiment heureuse de voir que des députés ont à coeur les principes fondamentaux de notre démocratie!
La contestation juridique est au coeur de ces principes et j’ai honte de voir que des partis et une partie de la population en font fi pour des nananes comme un amphithéâtre et une équipe de hockey!
J’étais la fan no1 des Nordiques, j’étais à Québec quand ils sont déménagés et j’étais profondément attristée.
J’ai toujours souhaité profondément le retour des Nordiques et y croyait même avait que ça soit à l’heure du jour. Mais jamais je n’accepterai que ça se fasse en dénigrant mes droits démocratiques les plus fondamentaux…

Plus rien ne m’étonne en ce qui concerne ce Parti politique. Il semble impossible de dénicher un vrai chef charismatique.Une personne qui fera l’unanimité. Mme Marois n’est tout simplement pas à sa place comme chef de Parti.Elle ne fera qu’accentuée le mouvement de recul de la Souverainneté.

Le 93% recue pour sa part, n’est plus ni moins que de l’aplatventriste de la part de ses député(e)s. Trois, à venir jusqu’à date la défie en remettant leurs démissions. D’autres suivront c’est sûr, maintenant que le coup d’envoi est donné. Disons que je réfléchi d’avantage aux autres options politique qui s’offre à moi.

« Ça donne l’impression que les seuls trois députés qui ne sont pas corrompus quittent le navire! On s’y attendait de la part du PLQ, mais pas du PQ. »

Évidemment, au parti Libéral du Québec, il n’y a pas de corruption et l’unité se maintient sans tordage de bras…

@Nicolas Huguet-Latoure (commentaire #5)
Je comprend dans vos propos qu’il n’y aurait seulement que 3 députés intègres au sein du parti Québécois. Si c’est vraiment le cas je pense tu confond avec le parti libéral du Québec.

La nature à horreur du vide.

Le PQ en s’auto détruisant donne toute la place aux clans Legault et Khadir et accorde une grande chance aux libéraux de se maintenir minoritaire au pouvoir ou fortement dans l’opposition plus tard électoralement.

Secondairement cette remarque, les 66 députés libéraux sont soudés comme un pont de fer pendant que l’opposition péquiste imite le petit caucus adéquiste de 6 députés qui s’est fractionné.

Second point. Mme Marois aurait dû laisser faire cette idée de loi privée la reporter à l’automne, laisser les libéraux s’occuper du nouveau Colisée complètement.

Le leadership de P.Marois était fragile avant le 2 mai et la chute du Bloc, il l’est plus que jamais.

Au Québec, la moitié des gens votent pour le chef plutôt que pour le parti. Hier Lawton, avant hier Duceppe. Aujourd’hui, Legault, Khadir.

Le PQ avec P.Marois court au suicide.

Je crois que ce sera une excellente chose à long terme. Mme Marois veut le pouvoir et moi je veux un pays. Le projet national n’appartient pas au parti Québécois et je rêve encore de voir les forces nationalistes se regrouper autrement. ¨ca redonnera peut-être un peu de crédibilité au travail des politiciens.

Impression: Lisette Lapointe était la voix de son mari en chambre (qui intervient encore et encore dans le travail des chefs qui l’ont suivi) et Pierre Curzi est un tribun à la parole dorée qui n’a pas toujours un bon jugement politique. Pour Mme Beaudoin, ses contacts Européen vont peut-être manquer au PQ mais si la souveraineté ne progresse pas, leur importance demeurera marginale. Malgré leurs prestiges, les 3 ne sont donc pas irremplaçables.
Autre impression: Pauline continue de mettre le parti à sa main, et ça fait forcément des mécontents. Reste à voir si le mécontentement va grandir ou se résorber. S’il se résorbe, on verra un parti beaucoup plus discipliné que par le passé. Est-ce que ce sera nécessairement mauvais pour le PQ?

Ça aidera peut-être Gilles Duceppe à se remettre de sa dépression, maintenant qu’il n’est pas impossible que le poste du chef du PQ se libère.

Enfin!

Le seul problème, le 93% de Marois, elle va s’y accrocher ferme….misère….

J’ai été très pro-péquiste pendant toute ma vie d’électrice jusqu’en 2007, je demeure très souverainiste, mais Marois, jamais!

Que ce parti se ré-enligne comme du monde et redevienne cohérent!

On dit d’eux qu’ils sont quoi maintenant?
Des séparatistes séparés?
Des indépendantistes indépendants?

Un putsch et/ou une mutinerie signée Jacques Parizeau. Ils veulent remplacer Mme Marois par qui ? Nous devrions le savoir bientôt.

Difficile de comprendre comment Pauline Marois s’est laissée entraînée là-dedans… Si près du but, si près du pouvoir ! Et toujours selon les sondages 40 % de souverainistes… Hé un vote libre aurait changé quoi ? Beau résultat maintenant !

PBrasseur dit que pour lui «la question nationale n’est plus l’axe principal pour se définir politiquement au Québec».

je sens un petit peu de malhonnêteté intellectuelle dans cette affirmation. Pour PBrasseur la question nationale n’a jamais été l’axe principal pour se définir politiquement au Québec.

C’eut été plus honnête de le dire comme ça. Mais ce n’est qu’une opinion. L’avenir nous dira ce qui en est vraiment.

À la lumière de ces démissions, je réitère ce que j’ai dit sur le billet de l’autopeluredebananisation:

Si le PQ gagne les élections majoritaire, ce qui est douteux, il ne serait même pas capable de faire la souveraineté même si le fédéral l’offrait sur un plateau d’argent tout cuit dans le bec.

Bonjour,
Bien évidemment que le Parti Québécois et la Cause Nationale sont sous le respirateur artificiel depuis 1995. Seulement des nationalistes québécois qui selon leurs tristes habitudes vivaient dans le déni en essayant de fouetter un vieux cheval mort. Seulement une conjoncture qui les favorisait a permit de se rendre jusqu’à aujourd’hui car le vote nationaliste était depuis 1995 dans la plupart des situations un vote non pas pour la Cause mais bien faute d’alternatives. La porte étant grande ouverte aux alternatives avec la fulgurante débandade du Morceau de Bloc, le tour est venu pour le Parti Québécois et les trois démissionnaires en sont conscients, les autres le verront assez tôt à leur tour …… Bien à vous, John Bull.

Vous saurez, PBrasseur, qu’au contraire, la question nationale est justement d’actualité puisque le Québec serait largement mieux en mesure de régler tous ces problèmes à long terme s’il disposait d’un État souverain.

Rien d’étonnant ! À force de couper les cheveux en 4, puis en 16, puis en 256, il ne restera plus rien. Pardon, j’oubliais… le PQ assassine toujours ses chefs. En garde, Madame Maurois !!!
… et dire qu’ils avaient le pouvoir au bout du nez …

Patrice ne t’en fais pas, dans un an tu demanderas
à l’un de tes invités à quelle date trois députés du P.Q. ont démissionné, et personne ne le saura.
Il y a une vie après le P.Q. et la politique !

manikoutai

Avec ces démissions nous sortons de l’ère sclérosante des slogans vides électoralistes pour l’alternance du pouvoir d’intendance coloniale du Québec, et ce autant chez les fédérastes liberals que chez les péquistes provincialistes des années 1996 à ce jour.

Une toute nouvelle ère politique vient de voir le jour aujourd’hui au Québec avec aussi tout ce qui se brasse à gauche, à droite, côtés pro-colonialisme rocanadian et indépendantistes. Ce qui fait de la démocratie seule gagnante de ce mini-séisme.

Pourquoi ces trois députés n’ont-ils pas démissioné depuis longtemps en invoquant leurs vrais motitifs? En voyant aller Lapointe et Cursi au dernier congrès du PQ, il était clair que ces deux-la démissioneraient un jour ou l’autre. Alors je trouve particulièrement odieux qui’ils prennent la loi 204 comme déclencheur de leur constatation de leur pureté. Ou est-ce que la ville de Québec dérange à ce point l’establishment Montréalais quand elle veut avacer?

Bonne affaire que les rats abandonnent le navire. Tout ce que je souhaite c’est que Mme Marois exigent qu’il remettent leur carte du parti et qu’ils partent. C’est à souhaiter qu’elle leur montre de quel bois elle se chauffe. Je souhaite qu’elle tienne bien la barre du parti et qu’elle leur serve ce qu’ils méritent. Je les trouve tout simplement méprisables. Comment voulez-vous établir des stratégies et des tactiques politiques avec de telles imbéciles et de tels prétentieux.

@ Nicolas Paillard #10

Très bien envoyé votre dernière phrase. J’achète.

Puis-je la citer? Vous me direz où expédier vos droits d’auteurs.

Mme Marois est l’une des meilleures ministres du Québec. Les 93% ont été obtenus sur cette valeur et sa reconnaissance. Malheureusement, Mme Marois ne « pogne » pas avec l’ensemble de l’électorat souverainiste et encore moins avec l’électorat indécis. Dans le paysage politique que M. Lisée a dessiné ce matin, elle devra être remplacée par une figure plus charismatique pour que le PQ garde une petite chance majoritaire. La traversée du désert risque d’être écourtée pour M. Ducceppe.

On ne parle pas de Montréal qui veut empêcher Québec d’avancer. On veut parler de tous ceux qui ne veulent pas d’une démocratie à géométrie variable.

Pour protester et faire pression, démissions genre Jacques Parizeau, une répétition du scénario de 1985.

Jacques Parizeau a fait, en 1985, à M. Lévesque ce qui Mme Lisette Lapointe vient de faire, 26 ans plus tard, à Mme Pauline Marois avec leurs démissions en groupe, ce qui ressemble à des putschs ou à des mutineries.
Même procédés et même raisons : Chefs du PQ pas assez séparatistes à leurs goûts. M. Lévesque ne s’en est jamais relevé.

Est-ce que Mme Marois pourra réussir à passer à travers ?

À PBrasseur#3

Vous êtes certainement très fiers de la défection de Legault et des autres a en avoir un orgasme intellectuel.

« …tous les autres problèmes comme la santé, la dette et la faible productivité sont en train de devenir trop criants pour être ignorés. »

Voyez-vous PBrasseur, la dette du Québec n’a rien à envier de celle de nos voisins que vous admirez.

Pour votre système de santé, celui du Québec et du Canada, il n’a rien a envier à celle de vos voisins endettés favoris. Vous et vos concitoyens vivez trois ans de plus que vos voisins tant admirés et en meilleure santé pour moins de la moitié du prix de leur système en voie de faillite. C’est vrai que c’est trop criant pour être ignoré.

Quant à la productivité, il faut aussi tenir compte du fait que le système de santé de vos voisins à cause du double du prix augmente la productivité et le PIB en augmentant les salaires de quelques uns. Il faut tenir compte de WS qui gonfle encore la balloune du PIB, ce qui n’est pas le cas du Québec.

On se rend bien compte M. PBrasseur, malgré que vous nous prédisez depuis trois ans un bulle hypothécaire imminente qui n’arrive pas, que les Québécois moyens ont un meilleur niveau de vie que vos idoles en décrépitude économique.

M. PBrasseur c’est votre réalité fabulé qui fait dure et qui n’est pas tellement marginale chez la droite.

CE qui frappe en regardant les photos ce sont les rides! On parle de gens qui ont beaucoup roulé et qui sont plus prêts de la retraite que du pouvoir.
Le PQ a besoin d’un coup de jeunesse

La remarque de JP Québec # 9 est très intéressante. Ces hommes et ces femmes qui se retrouvent «libres» à la suite des résultats du 2 mai dernier ne vont pas juste continuer à se tourner les pouces.

«Quand le vin est tiré, il faut le boire» ! Se pourrait-il qu’il ne soit pas si mauvais après tout.

Si tous ces bloquistes éconduits décidaient de se serrer les coudes où ça compte, ici au Québec, peut-être assisterions-nous à l’émergence d’une dynamique insoupçonnée. Qui sait ?

Cette idée me plait bien. Il y a peut-être là une fenêtre d’opportunité qui vient de s’ouvrir.

«Une chose dont on ne parle pas n’a jamais existé. C’est l’expression seule qui donne la réalité aux choses.»
[Oscar Wilde]

Une intention qui devait rester lointaine d’appuyer le Colisée

Pauline Marois a mal compris que la base électorale péquiste est rétrécie et est ou était concentrée dans le 450 Montérégie-Laurentide-Est de Montréal puis au Saguenay Lac St Jean. Que maintenant à cette heure la base électorale péquiste n’est plus qu’anémique. Le Saguenay, dernier château fort du PQ?

Il fallait laisser les libéraux s’occuper seul du Colisée qui en dehors de toute montréalité est effectivement désuet. Au lieu de cela, au lieu d’appuyer de façon générale et distante le nouveau Colisée. La direction Marois a pris l’initiative du projet de loi en étendant à tout le Québec d’une manière, le vieux conflit social entre la Haute ville et la Basse Ville de la capitale nationale dont Denis Belleval l’opposant au maire Labeaume est un acteur direct.

C’est un gâchis pour le PQ voire un désastre.
Une proposition: Qu’un ancien groupe de députés bloquistes dirigé par G.Duceppe confronte directement le leadership de Pauline Marois. Duceppe a rencontré déjà la crise politique québécoise de plein fouet qui a frappé surtout le BQ mais également les libéraux fédéraux, les conservateurs. Duceppe a payé pour Charest, Harper, Ignatieff et Marois mais n’a pas été la première cible.

Pauline Marois dispose de l’été pour réfléchir et accepter de donner sa démission volontairement et à la demande générale.

Est-ce à dire, Monsieur Lisée, que le PQ compte son lot de « squelettes dans le placard »?

À Martin Hudon 14h18,
je dirais comme Charlebois ,des IndépendanTristes,

Mais pour le trio Beaudoin-Curzy-Lapointe , s’ils prennent leur place à la manière Khadir, ils feront ensemble la meilleure opposition.

Parti libéral: trois ans de scandales: 0 démission dans le caucus. Parti québécois: débat sur une question de principe: 3 démissions. Franchement, monsieur Charest, je me garderais une petite gêne avant de pavoiser.

À koval

« Que ce parti se ré-enligne comme du monde et redevienne cohérent! »

Ben oui pour faire un bon gouwennement. Pis la souveraineté, le franças et la culture qui nous permet aujourd’hui de faire de l’argent, fock, pourvu qu’il est un bon gouvernement et selon l’oncle P. rester des petits sans envergures de gauche ou de drette.

C’est la meilleure recette pour devenir des amaricains à la elvisse.

Sinon que les partis marginaux s’accaparent du PQ et ce n’est pas pour demain.

Charest doit avoir un orgasme présentement, il sera le prochain PM du Québec dirigé par oncle Paul.

Pauvres gagne de petits naïfs.

À Martin Hudon

Des séparatistes séparés, indépendants des souverainistes divisés, qui sont indépendants des séparatistes divisés souverainistes indépendants.

Y A PAS DE BOSS AU PQ!

Une mise en scène qui ne vise qu’à ralier les passions séparatisses? Qui vivra verra. Et si ça ne faisait rien? Et si on s’en foutait de ces extrêmistes qui ne peuvent agir rationnelement. On ne peut jamais mettre au pouvoir des gens incapable d’une certaine contenance émotive. Quand on agit pour une cause en laquelle on croit vraiment on ne sabote JAMAIS ces chances d’être dans l’action. Ils vont tomber dans l’oubli… à moins que ça ne soit une stratégie pour joindre un autre parti. Il y en a toujours qui s’illusionnent de la popularité médiatique et ne réfléchissent pas aux impacts réels sur la population. Si ces personnes ne veulent plus être à l’assemblé et pensent ainsi acquérir du pouvoir. Ça sonne déjà vu. Copier-coller de Kadir et Iggy zossa donne? Ils paieront pour l’apprendre.

« Ça aidera peut-être Gilles Duceppe à se remettre de sa dépression, maintenant qu’il n’est pas impossible que le poste du chef du PQ se libère. »
Simon Langelier no 18

************************
Avec le ton sur lequel elle a donné sa conférence de presse, Madame Marois n’est pas près de libérer le poste, et c’est tant mieux. Il faut du courage et du « guts » pour affronter la meute et tenir son bout. Les trois dissidents ne sont pas irremplaçables et, comme elle l’a dit, c’est bien beau d’écouter et de consulter, mais un moment donné il faut décider. C’est ça la job de chef et c’est ce qu’elle fait depuis le début. Ça ne veut pas dire que je suis d’accord avec sa décision comme telle, mais elle en a pris une et ceux qui ne peuvent pas vivre avec n’ont qu’à partir eux aussi.

De plus, le PQ a démontré noir sur blanc et plutôt deux fois qu’une que les changements de chef au gré des crises ne sont jamais LA solution. Ça ne fait que renforcer l’impression de tournage en rond et de perpétuelle dissension. Ceux qui réclament « le Québec, un pays », vont-ils mettre le gouvernement dehors dès qu’il déviera d’un iota de leurs aspirations? Des gouvernements sur mesure où tout baigne dans l’huile à longueur de mandat, ça n’existe pas. Voyez Obama.

Quant à Gilles Duceppe, il a raté sa chance de venir défier Pauline Marois sur le terrain quand c’était le temps. Je le vois mal tenter de la déloger maintenant qu’il s’est fait montrer la porte sans ménagements à Ottawa. Pour le Messie, on repassera.

La crise au PQ me fait beaucoup de peine. Par contre il faut demeure dans la région de Québec pour comprendre les enjeux. Et si on veut gagner au prochain référendum, on a besoin de la région de Québec. Et avant toute cette histoire, l’appui du Parti Québécois dans le dossier était le Bienvenue. Les gens pensaient de plus en plus à donner leur voter au PQ lors des prochaines élections. Et on sentait moins le clivage entre Québec et Montréal. Mais la décision de ces 3 députés viennent mettre le feu aux poudres encore une fois. Les gens de Québec sentent encore une fois à tort ou à raison que Montréal chialent sur le projet du colisée tandis qu’on a donné plusieurs centaines de millions à la ville de Montréal pour l’OSM, etc. C’est ce que les gens de la région de Québec et des régions avoisinantes pensent de ce débat.

Je m’adresse aux souverainistes, si vous pensez sérieusement que QS a des chances de faire comme le NPD, oubliez cela. Venez faire un tour et parler d’Amir Khadir. Il n’est pas aimé du tout et même on surnomme le parti, Montréal Solidaire. Certaines personnes m’ont affirmées qu’ils voteraient pour Charest avant de voter pour Québec Solidaire. Et mêmes certaines personnes fédéralistes frustrés de la réaction de la région montréalaise sont prêts à devenir souverain et à laisser l’île de Montréal. Je sais, c’est loufoque comme projet mais c’est juste pour vous montrer la grande frustration des gens. Au Canada, il y a deux solitudes. Au Québec, malheureusement, il y les régions de Québec et Montréal. C’est une journée triste pour le mouvement souverainiste. Mme Marois n’a jamais eu autant de félicitations de la part des gens de la ville de Québec mais pour une fois que ça aurait donné quelques choses, il y une division du vote à Montréal.

Comme dans l’Évangile

Tiré de l’Évangile selon Luc, Le pharisien et le publicain :
Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain.

Le pharisien me fait penser aux trois mutins du PQ qui se sont aussi montrés avec une morale au-dessus des autres députés ordinaires.

Après avoir entendu M. Curzi, trônant entre les 2 femmes députées et interviewé par M. Lévesque à la Télé, j’ai l’impression qu’il a été choisi par M. Parizeau pour succéder à Mme Marois comme il a succédé à P.M. Johnson`, suite à sa mutinerie.

M. Curzi est populaire, il a travaillé, sous Mme Marois, à chercher des moyens pour améliorer la place du français au Québec, semble facilement maniable, en admiration envers Monsieur et sait jouer la comédie « déchirer sa chemise juste ce qu’il faut » en public.

@Gilles Gagnon

Vous semblez en connaître plus que moi sur le déroulement du congrès du PQ. Pourriez-vous éclairer ma lanterne en nous indiquant comment M. Curzi s’est comporté alors. Vous pourriez aussi nous indiquer d’où vous tenez ces informations s’il y a lieu.

Merci de votre collaboration.

La semaine dernière, j’ai protesté auprès de mon parti, le Parti Québécois, au sujet de cette erreur monumentale consistant à présenter un projet de loi qui déclare qu’une entente est «présumée» ne pas contrevenir à la loi. La réponse farfelue et populiste de l’attaché de presse de madame Marois m’a scandalisé. Pierre Curzi me rejoint et je l’en félicite.

Mon courriel :
Incroyable, cet appui au projet de loi concernant l’amphithéâtre de Québec. Inacceptable. Dans notre société de droit, le judiciaire est indépendant et doit le demeurer. Comment pouvez-vous cautionner un projet de loi qui affirme qu’une décision politique est réputée ne pas
contrevenir à la loi. Ce n’est pas le rôle du pouvoir politique. Le PQ, dont je suis membre depuis 1967, me déçoit énormément avec ce geste
populiste.
Jacques Rousseau

Réponse :
Bonjour,

Il est important pour nous de bien expliquer notre position au sujet du projet de loi privé 204 concernant le projet d’amphithéâtre multifonctionnel à Québec. Rappelons que ce projet de loi ne concerne pas la construction de l’amphithéâtre prévue au coût de 400 millions de dollars, coût assumé par le gouvernement du Québec (200 millions), la Ville de Québec (187 millions) et le groupe privé « J’ai ma place » (13 millions). Il ne concerne que la légalité de l’entente de gestion de l’amphithéâtre survenue entre la Ville de Québec et Quebecor Media, entente conclue au terme d’un appel de propositions qui mettait en concurrence plusieurs groupes intéressés. Précisons également que la Ville doit recourir à une procédure d’appel d’offres en vue de la construction elle-même.

De plus, nous croyons que notre capitale nationale a besoin d’une telle infrastructure, notamment pour recevoir des manifestations de niveau international et des activités culturelles. Le Colisée actuel, désuet, ne permet plus de le faire. Le nouvel amphithéâtre pourra accueillir une équipe de la Ligue nationale de hockey (LNH) � qui rendra le projet encore plus rentable �– et c’est ce qui lui procure un tel appui populaire dans la ville de Québec.

Il y a présentement un contexte favorable à l’obtention d’une concession de la LNH, alors que quelques transferts sont à prévoir, celui de Winnipeg étant imminent. Cette opportunité peut être unique. Il importe donc d’agir sans hésiter.

Précisons aussi que le dépôt d’un tel projet de loi n’a rien d’inhabituel. À chaque session parlementaire, l’Assemblée nationale adopte plusieurs de ces lois, dites privées, à la demande des municipalités pour leur permettre de réaliser des projets particuliers. C’est le cas pour la Ville de Québec. Bref, il s’agit d’une procédure habituelle pour un dossier exceptionnel. Clairement, le projet de loi n’enlève aucun droit à quiconque voudrait poursuivre, contrairement à ce qui a été véhiculé. Le principe de base en droit où toute loi est contestable s’applique.

La démarche que nous avons mise en branle est des plus transparentes. Dès qu’un tel projet de loi est déposé, il est étudié en commission parlementaire. C’est automatique. Toute personne qui a un intérêt dans le dossier et qui souhaite s’exprimer peut en faire la demande à l’Assemblée nationale, qu’elle soit en faveur ou non du projet de loi. Il ne revient à aucun groupe parlementaire de choisir qui aura le droit de se faire entendre, contrairement à ce qu’ont laissé entendre certains. Le débat sera donc plus large et jouira d’une couverture médiatique qu’il n’y aurait sans doute pas eue sans projet de loi d’intérêt privé. C’est pourtant ce que certains parlementaires indépendants ont tenté d’empêcher.
Nous espérons que ces précisions répondent à votre questionnement à l’égard du geste posé par le Parti Québécois.

Claude Villeneuve
Attaché politique de la chef du Parti Québécois

Vous le dites vous-même, M. Villemure, ce projet « ne concerne que la légalité de l’entente de gestion ». Depuis quand les députés se substituent aux juges, sommes-nous dans un régime totalitaire?

Comment faire une montagne avec une butte.

Une femme qui a de l’autorité : elle est intransigeante.

Un homme qui a de l’autorité : il sait ce qu’il veut.

Rien d’autre à ajouter.

Les québécois sont trop arriérés pour avoir une femme à la tête d’une »’belle tite province de Québec » Il y a trop de machiste dans la société québécoise. Une bonne femme à la tête du parti libéral ça passerait toujours (avec leur 30 pour cent »anglos » de vote au départ, dans la belle »tite province de Québec ») mais , au PQ , (parti presque au bord de l’implosion), il faut que ce soit presque parfait, il ne faut pas que la tête du parti soie »dérangeante » , qu’elle heurte , ne serait-ce que 2-3 % des votes , ça prend tout le petit change pour gagner contre les libéraux , encore une fois , merci , aux Amir de ce monde , l’employé de la semaine au parti libéral

Je lis que plusieurs pensent que les 3 démissionnaires vont rejoindre François Legault. Je vois mal comment c’est possible. Trois indépendantistes purs et durs qui feraient partie d’une coalition qui ne veut pas faire la souveraineté?
Peut-être QS mais le parti a l’air plus à gauche qu’indépendantiste. À moins qu’ils veulent redémissionner dans 3 ans…

Mmes Beaudoin, Lapointe et M. Curzi ont démontré une grand intégrité en quittant le P.Q. Ils ont toujours le goût de ce pays mais ils croient aussi à la démocratie. Je souhaite juste qu’il y en ait d’autres.

Ils veulent des micros et des flash de kodac comme Kadir. Ils ont l’impression qu’il a plus de pouvoir. Le pouvoir de se caller, oui bien sur. Iggy il l’a eu emmasse le micro pis qu,est-ce qu’il a eu après ça?

Malheureusement Madame Marois et sa garde rapprochée viennent de manquer gravement de jugement.

Comme le PQ, sous sa direction, ne peut plus maintenant prendre le pouvoir dans un avenir pr;evisiible, Pauline Marois DOIT – au nom de l’intérêt supérieur de la cause de la souveraineté du Québec et du peuple québécois – remettre rapidement sa démission en tant que chef du Parti Québécois.

Pierre Marc Johnson, malgré tout ce qu’on a pu lui reprocher, a rapidement remis sa démission dans des circonstances comparables. Il a ainsi sauvé le PQ de la désintégration et préservé l’avenir plus important que tout de la liberté de la nation québécoise.

Tout le reste n’a maintenant plus d’importance.

Encore un autre psycho-drame au PQ…

Dans ce parti, il faut traiter aux petits oignons les Égos et les susceptibilités des « grands personnages », sinon, la terre pourrait cesser de tourner.

La CAUSE, LA SOUVERAINETÉ DU PEUPLE QUÉBÉCOIS…n’est qu’accessoire pour les « Grands de ce Monde ».

Militant depuis les premières heures du Parti de René Lévesque…il faut tenir vraiment à avoir un pays pour rester fidèle à ce parti…seul instrument, à mes yeux qui pourrait peut-être nous permettre d’accéder au concert des nations…

Je me croyait malin en pensant que nous ne vivrions plus de tels esclandes avec les souverainistes qui sont partis soit pour la droite de l’ADQ ou la gauche de Québec Suicidaire.
J’avais tort…on réussi encore à se diviser…

Nous sommes peut-être comme un Grand Peuple de CAVES.
Afin de ne pas être sensurer j’éviterai d’utiliser tout ce que peut contenir la « vaisselle du curé »…………

Quelle est la différence entre un dictateur et un leader? Le dictateur impose ses vues par la force alors que le leader inspire et donne envie de se rallier à lui. Un chef de parti doit donc D’ABORD avoir le talent de rassembleur. René Lévesque était un leader rassembleur. Mais Pauline Marois n’a pas encore compris que son rôle ne lui donne pas la légitimité de faire avaler ses décisions de force à ses députés et aux membres du parti. C’est foncièrement antidémocratique.

Le rôle de Pauline est de représenter ses députés qui eux, à leur tour, ont la responsabilité de représenter leurs électeurs à l’Assemblée Nationale du Québec.

On sait bien que la réalité est toute autre! Et c’est pour cela que la population N’a jamais été aussi cynique et désillusionnée face à la classe politique.

Bon, il est vrai que le système politique tel qu’il existe actuellement, encourage les élus à défendre d’abord les intérêts du parti. Et les intérêts du parti sont d’abord de plaire aux bailleurs de fond, aux lobbys et autres groupes d’intérêt qui l’ont élu.

Accessoirement, le parti tente de répondre aux demandes des électeurs. Le problème est qu’il y a trop d’intermédiaires entre le pouvoir et le citoyen. Et tous ces groupes d’intérêts ont presque invariablement des préoccupations autres que celles du citoyen. Et c’est l’impasse.

La solution réside à mon avis à changer le système pour une démocratie participative, un pouvoir beaucoup plus décentralisé afin de dépondre mieux aux besoins de la collectivité.

Cela n’empêche évidemment pas d’avoir des politiques centralisées lorsque nécessaire. Une décentralisation aurait aussi comme avantage d’éliminer la lourdeur bureaucratique du fonctionariat qui trop souvent impose ses intérêts plutôt que de répondre aux besoins. On le voit en Santé, en éducation et dans tellement d’autres domaines.

D’accord avec M. Bousquet. Un second schisme signé Jacques Parizeau ,l’orthodoxe qui avant de mourir veut voir un pays.

Il y a eu un manque de jugement politique de la part du PQ dans cette affaire de loi spéciale 204.

La fin ne justifie pas les moyens.

Y aura-t-il quelqu’un pour reconnaître son erreur?

Félicitation enfin un peu de cran!

Je suis résident de Rosemont et je suis bien fière de ma député Louise Beaudoin. Malgré tout son expérience et…quoi d`autre? C`est un parachute. Merci tout de même pour votre honnêteté et pour savoir vous tenir debout face a la machine arrièrée qu`est le PQ. Félicitation encore une fois, maintenant offrez-nous une alternative progressiste souverainiste crédible SVP, je ne voudrais pas me résoudre à voter Québec solidaire…quel tristesse. Et Mr.Lisée, sortez de l`ombre SVP. Think big.

On vit comme si le monde politique était parrallèle au monde. Aussi, s’accommode-t-on des décisions contre productives.

Un Parlement n’est pas un stade de football où les équipes n’ont pour seul objectif que la victoire. Il s’agit d’une institution qui a le mandat de veiller au meilleur développement d’une société.

On nous aura tellement habitués à la fourberie que nous avons du mal à reconnaître la droiture.

Jean Charest et ses stratégies fourbes l’auront conduit à sa propre perte. Une personne dotée de sens commun ne saurait cautionner de telles dérives morales au nom d’une fin qui justifierait les moyens.

On voit que cette réalité est applicable au clergé Québécois qui s’est vu décapiter par un peuple qui en aura eu assez de la fourberie.

Belle trouvaille!

Dans la même veine, coïncidence moins joyeuse toutefois, de mes élèves et moi furent consternés quand la pub d’une compagnie de cellulaire « You’ve been thunderstruck » d’ACDC jouait sur le web avant le Téléjournal qui devait raconter l’arrestation de Mladic et le massacre de Sebrenica. Ladite émission est ici: http://www.radio-canada.ca/audio-video/#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2011/CBFT/Telejournal201105262200_3.asx&pos=0

Même s’il est probablement trop tard, je tiens à rectifier quelque chose : non, je ne pense pas que le PQ est corrompu. C’est habituellement le PQ qui fait le ménage après que le PLQ soit passé au pouvoir. Je dis que l’image que ça projette (du moins, c’est comme ça que je le vois), c’est que tous les autres députés (ou presque) sont prêts à n’importe quoi pour avoir des votes.

Je pense que le PLQ est très corrompu, que c’est probablement le pire parti pour diriger le Québec. J’aurais aimé que des députés du PLQ partent après le refus de Jean Charest de tenir une commission d’enquête sur la construction. Vu qu’aucun ne l’a fait, je conclue qu’ils doivent être impliqués et / ou n’ont pas les principes nécessaires pour diriger.

Les plus populaires