Des femmes dans la course

Louise Harel à la tête de la Ville de Montréal ? Caroline St-Hilaire à la mairie de Longueuil ? Le Québec pourrait compter davantage de mairesses après les élections municipales, le 1er novembre. Actuellement, les hommes repré­sentent 87 % des quelque 1 100 maires québécois. Portrait du maire type.

Victoire facile

Plus de la moitié des maires ont été élus sans opposition aux élections de 2005. Le taux de participation des électeurs n’a été que de 45 %.

Baby-boomer

Son âge moyen est de 55 ans.

Un salaire qui varie

Le salaire annuel moyen d’un maire est de 29 620 $, selon l’Union des municipalités du Québec (UMQ), qui a sondé ses membres en 2007. En 2008, les maires de Montréal et de Québec ont respectivement gagné 145 241 $ et 132 361 $ (sans compter les allocations de dépenses).

À temps partiel

Les maires consacrent en moyenne 17,3 heures par semaine à leurs tâches municipales, selon un sondage qu’a mené en 2004 la Fédération québécoise des municipalités (FQM) auprès de villes comptant 15 000 habitants et moins.

Madame la mairesse

Pour améliorer la représentativité féminine, le Centre de développement femmes et gouvernance (CDFG) a offert, au cours de la dernière année, la formation « Mairesse, ça m’intéresse ! », en partenariat avec l’UMQ et la FQM. Une quarantaine de conseillères munici­pales ont suivi ce programme d’une durée de quatre jours, qui traitait notamment du rôle et des fonctions d’un maire. « Au moins la moitié des participantes se présenteront à une mairie », estime Élaine Hémond, directrice du volet « Vie politique et démocratie » au CDFG. On ne connaîtra le nombre exact de candidates qu’au début octobre.

Les plus populaires