Des maires mécontents des cadeaux des entrepreneurs

Il est maintenant acquis qu’un maire de banlieue peut avoir recours aux entrepreneurs en construction de sa ville pour obtenir de petites gâteries comme… une maison neuve et gratuite.

Mais comme on le voit sur les écrans ces jours derniers, certains entrepreneurs ne veulent pas se plier à ce retour d’ascenseur pourtant simple et refusent de s’exécuter. D’autres, comme le prouve cette photo exclusive, livrent le cadeau demandé, mais y mettent énormément de mauvaise volonté:

Ben quoi, M. le maire ? Tu voulais une  maison gratisse ? Tu l'as !
Ben quoi, M. le maire ? Tu voulais une maison gratisse ? Tu l'as!
Laisser un commentaire

J’ai de plus en plus l’impression que le cancer de la corruption, que le gouvernement Charest se refuse à sérieusement soigner, a essaimé dans beaucoup de secteurs de notre société. C’est rendu un cancer généralisé.

Bien qu’ils semblent pouvoir compter sur l’appui indéfectible de Charest et de son gouvernement corrompu, les corrupteurs mafieux n’ont certainement pas gagné la guerre. Il y a de la résistance.

Mais la population a de plus en plus l’impression que toute la classe politique est atteinte par le cancer de la corruption. Fédéral, provincial, municipale et même scolaire, tous seraient atteints.

La population réclame autre chose qu’une enquête policière. Mêmes les forces de l’ordre, les policiers eux-mêmes réclament une enquête publique.

Pourquoi Charest et son gouvernement corrompu s’y refusent-ils ? Poser la question s’est y répondre.

En allant au noyau du problème des liens mafieux de la FTQ construction, d’entreprises de la construction qui étendent leur toile d’araignée sur des centaines de municipalités qui connaissent leurs entrées au ministère des transports du Québec. De la caisse électorale débordante du PLQ. Comment se fait t-il que le système politique britannique qui inflige le Québec et le Canada accorde une telle imputabilité soit exempt d’un mécanisme d’impeachment (de mise en accusation) contre un premier ministre soupçonné d’incompétence et d’irresponsabilité?

J.J.Charest peut faire comme bon lui semble et refuser à la demande générale: une commission d’enquête sur le financement des partis et la collusion des entreprises de la construction et d’ingénierie. Que Charest ne trouve plus crédibilité que dans le West Island et Saint Léonard à Montréal ne lui donne pas le droit de se moquer du droit fondamental à l’intégrité sociale et politique des Québécois.

Ainsi, servons nous de cette situation révoltante pour oser une fois pour toutes de cesser d’accorder raison à des historiens révisionnistes québécois qui nous chante la pomme des mérites de la démocratie britannique depuis la conquête de 1759 et la cession de la Nouvelle France par le traité de Paris de 1763! L’histoire dément cette fausse évaluation, le présent politique également!

J.J.Charest est le pire premier ministre du Québec depuis 80 ans. Pire sur des aspects essentiels que les Taschereau et Duplessis.

Si j’avais bien compris le but du regroupement de certaines villes par l’ancienne ministre Louise Harel, il s’agissait à l’époque d’amorcer des changements majeurs qui permettraient de réduire le nombre de villes au Québec, beaucoup plus nombreuses ici qu’en Ontario, même si cette province est beaucoup plus populeuse.
Mais, ce ne devait être là qu’un début. L’obligation qu’ont nos élus de s’assurer que les villes, ces créations du pouvoir provincial, soient organisées de façon aussi intelligente et responsable qu’ailleurs au pays, justifiait cette réforme.
Qu’a fait ce gouvernement au cours des sept dernières années? Incapable de continuer à améliorer les choses, il aurait dû ne rien faire plutôt que briser une partie de ce qui avait été fait et bien fait… mais, il y avait les petits amis roitelets… puis les défusions qui ont suivi… puis le refus d’enquêter sur le crime organisé… puis finalement, on récolte ce que l’on a semé.

Voilà un article utile en dessous dans le lien pour informer sur une droite idéologique en quête de puissance qui tente d’imiter le mouvement du tea party au Québec avec l’assentiment contradictoire tout de même convergent de Québécor et secondairement de Power Corporation.

Pendant que les libéraux au pouvoir compromettent les ressources publiques des Québécois par la priorité accordé aux citoyens corporatifs des compagnies de construction suite au travail occulte de collecteurs de fond, une autre droite associée aux conservateurs d’Harper et à l’ADQ dont celle ci pourrait fournir un nombre éventuel de
-soldats- pour le nouveau parti Legault s’active dans les coulisses.

http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=2635

C’est tout le système de taxation municipale qu’il faudrait changer; en effet, alors qu’autrefois (il n’y a pas si longtemps!), les municipalités avaient relativement peu de pouvoirs, le système de taxation et le « pelletage » de responsabilité du gouvernement provincial, leur donne maintenant beaucoup plus de pouvoir de dépenser.
En plus, ces maires et conseillers, avides de nouvelles taxes, peuvent se déresponsabiliser de celles-ci en se cachant derrière le système d’évaluation qui ne dépend pas d’eux. Les rôles d’évaluation de la plupart des municipalités se sont accrus de façon très importante depuis les dernières années………

Avec ces énormes sommes d’argent et ces nouvelles responsabilités qui leur sont désormais évolues, les élus municipaux mal préparés et souvent incompétents, deviennent alors des terreaux fertiles pour les fournisseurs sans scrupules (ingénieurs conseils ou autres), les milieux corrompus de l’industrie de la construction et le crime organisé.
En effet, on récolte ce qu’on a semé comme le mentionne M.Faille; il y tout un virage à faire d’urgence avant que la pyramide ne s’écroule !!.

Hubert Lavigne

On comprend mieux pourquoi, des maires ou petits roitelets, à l’automne 2000 étaient devenus hystériques en voyant venir et aboutir le projet de loi sur les fusions municipales.

Ils savaient que les privilèges nombreux obtenus via leurs postes d’élus seraient terminés à jamais

C’est dans les banlieux de Québec que l’opposition fut la plus féroce. Mais le Pq refusa de les entendre et fusionna.

Depuis Québec n’a jamais connu une telle prospéritée ,ça ne cesse de croître et on a parfois l’impression de vivre dans une grande ville…

Le bien commun a donc triomphé de l’individualisme .

@ Pierre Bouchard:

Charest pire que Lévesque lors e son deuxième mandat alors que presque TOUS ses ministres, dont Jacques Parizeau lui-même, l’avaient lâchement trahi?

Permettez-moi d’en douter; d’ailleurs, ici même, Monsieur Lisée vloue hebdomadairement les mérites de Monsieur Charest, responsable de la bonne tenue de notre provoince face au reste du Canada durant la crise.

Pas beau ça?

Combien d’autres premiers-ministres québécois peuvent se vanter d’un pareil résultat?

Aucun!!!

François 1

Face à la crise la décision de Charest était facile à prendre en investissant dans les routes et viaducs.

De plus, il faisait une pierre deux coups en faisant plaisir aux entrepreneurs qui eux mêmes donneront leur pizzo de 5 % à la mafia.

Voyez, Charest gère le Québec comme si c’était un grosse ville de 7,500,000 habitants.

@ Jean François Côté

Charest a investit dans les infrastructures parce qu’un viaduc est tombé sur le tête des gens…

@ Jean François Côté:

Jean Charest a été très bien servi par les circonstances (comme Ducepppe lors des 2 élections fédérales sur le scandale des commandites!) comme le souligne David: 2 ponts se sont écroulés tout juste avant la crise qu’aucun politicien n’a d’ailleurs vu venir, et il n’a alors pas eu d’autre choix que de réparer les erreurs de nos gouvernements précédents qui n’avaient pas investi dans l’entretient de nos infrastructures comme tout bon père de famille l’aurait fait. Ils ont préférer gaspiller cet argent et nous endetter encore plus à tenter de gagner des référendums ou à essayer de se faire réélire.

Lorsque je souligne les mérites de Jean Charest via les interventions hebdomadaires de Monsieur Lisée, j’ironise bien sûr, en soulignant la position pour le moins intellectuellement aberrante dans laquelle se place lui-même l’auteur de ce blogue (un séparatiste notoire doublé d’un incurable gauchiste) qui loue les capacités du plus fédéraliste des Premiers Ministres qu’a eu le Québec depuis des lustres.

Même un ex-péquiste comme Monsieur Brassard se questionne sur Monsieur Lisée:

http://blogjacquesbrassard.blogspot.com/

@ David

LE viaduc est tombé , la crise a suivi et Charest a investi.

Ce que je veux dire ça ne prend pas un grand visionnaire pour investir dans les ponts et routes.N’importe qui aurait pu le faire.