Des nouvelles du transport maritime dans l’Arctique canadien

Voici des développements en matière de transport maritime dans l’Arctique canadien:

1 – Le gouvernement Harper a annoncé la semaine dernière une série de contrats préliminaires évalués à 15,7 millions $ pour les navires de soutien interarmées, le brise-glace polaire NGCC John G. Diefenbaker et les navires hauturiers de recherche sur les pêches.

2 – Le 27 février 2013, le gouvernement Harper a dévoilée une mise à jour de sa stratégie de construction navale (2012).

3 – The Economist publie une série d’articles sur les enjeux économiques de l’Arctique, dont le transport maritime. Par exemple, la Une du Economist le 16 juin dernier : « The Vanashin North ».

Les événements à surveiller:

1 – Si vous en avez les moyens (frais d’inscription d’environ 2000$ ou 1 300£), Montréal sera l’hôte du 4e Sommet du transport maritime (4th Polar Shipping Summit) les 12 et 13 mars 2013.

2 – Un sommet international, « Arctic Summit. A New Vista for Trade, Energy and the Environment » se tiendra en mars 2013 à Oslo avec, on le verra bien dès que le programme sera dévoilée, une brochette d’experts internationaux de très haut calibre.

Et enfin, quelques suggestions de lecture:

1 – ‘La’ référence que consulte l’industrie et les États sur les questions du transport maritime : Arctic Maritime Shipping Assessment (AMSA), scénarios pour l’avenir (préparé sous l’auspice du Conseil de l’Arctique).

2 – La rubrique « shipping » (transport maritime) de la plateforme en ligne Arctic Portal. On y retrouve des ressources et des cartes interactives. Excellent outil pédagogique.

3 – Les articles de Østreng, ainsi que Humpert et Raspotnik (e-book de l’annuaire Arctic Yearbook en version flash). Disponibles gratuitement en lignewww.arcticyearbook.com.

 

Joël Plouffe
Chercheur en résidence, Observatoire de géopolitique, Chaire Raoul-Dandurand, UQAM
Twitter @JoelPlouffe

Laisser un commentaire

Quand l’Organisation des Nations Unies, ou une de ses filiales, tranchera-t-elle une bonne fois pour toute sur le statut juridique du fameux passage du nord-ouest? On sait que le Canada en revendique la souveraineté alors que les États-Unis ainsi que la République Populaire de Chine s’y opposent en prétendant que le passage du nord-ouest est en eau international et qu’il est libre à la circulation de tous les navires… On se souviendra de l’incroyable contradiction du Département d’État des États-Unis sous la présidence de Ronald Reagan lorsque les américains ont envoyé le brise-glace « Polar Sea » dans les eaux de l’Océan Arctique revendiqué par le Canada en clamant haut et fort que le navire naviguait en eau international. Et de voir réagir ce même département d’État des États-Unis d’Amérique réagir vivement quand l’Union Soviétique l’a prise au mot en envoyant un navire à son tour sur les mêmes eaux en récupérant la déclaration américaine à l’effet que c’est une navigation en eau international… La Maison-Blanche a trouvé le moyen d’être la tête de turc dans cette histoire en répliquant que cet eau n’était, finalement, pas si « international » que ça…

Les plus populaires