Des pubs pour la taxe Tobin

Une ONG britannique a embrigadé plusieurs célébrités pour sa campagne pour la Taxe Robin Hood. Ingénieux :

Et aussi :

Laisser un commentaire

Bien beau tout ça, mais dans le contexte d’un univers global où le capital est apatride, une taxe Robin des bois ne peut trouver application sans l’application stricte du principe d’Alexandre Dumas.

Si tous les pays de la planète n’y adhèrent pas, personne n’en bénéficiera.

«Un pour tous et tous pour un»

Jusqu’à quel point nos larbins de services vont venir défendre leurs maîtres sur cette taxe? J’ai hâte de lire les RLQs et Teabagers de ce blog venir nous convaincre de l’impossibilité de taxer les banques.

Bonne chance!

La Suède a déjà mis en place une « taxe Tobin » en 1983. Le résultat: un échec retentissant ! Cette taxe, qui a été abandonnée en 1991, a permis d’amasser seulement 7,7% des sommes attendues. Pourquoi ? Parce que 60% des capitaux des 11 titres les plus transigés sur la bourse de Stockholm ont fui vers Londres et Oslo. De 1983 à 1990, c’est 50% des titres négociés sur les marchés suédois qui ont été relocalisés à Londres. D’ailleurs, la bourse d’Oslo, qui était minuscule par rapport à celle de Stockholm avant l’implantation de la taxe, a fini par avaler cette dernière.

@David no4

Et alors… preuve de plus que ces financiers qui ont reçu des milliards de deniers publics pour réparer les pots qu’ils avaient eux-mêmes cassés en 2008 refusent de faire leur «juste part», de retourner l’ascenseur… un autre bel exemple d’ÉVASION FISCALE!

@ Robert M.

Donc si la taxe tobin a lamentablement échoué en Suède durant les années 80, c’est à cause de la crise économique de 2008.

Ma foi, tout ça est très logique. Vous m’avez convaincu.

@David qui écrit:
«Donc si la taxe tobin a lamentablement échoué en Suède durant les années 80, c’est à cause de la crise économique de 2008.

Ma foi, tout ça est très logique. Vous m’avez convaincu.»

Comme le dit la chanson «Tu peux mener ton cheval jusqu’à l’abreuvoir, mais tu peux pas l’forcer à boire»… L’évidence du cas de la Suède, c’est que tant qu’il n’y aura pas de solidarité pour forcer les financiers à payer leur «juste part», ils opteront pour l’ÉVASION FISCALE. Ces gens-là, tout comme vous me semble-t-il, n’en ont rien à cirer du bien commun, ce qui leur importe avant tout c’est leur bien individuel, le profit à court terme et tant pis pour la planète et pour les générations à venir.