D’où vient le mot «candidat» ?

Les origines étymologiques d’un mot qu’on entend souvent à la veille des prochaines élections municipales.

En pleine campagne électorale municipale, nos candidats arborent chacun leur couleur : rouge, bleu, vert, et parfois même celles de l’arc-en-ciel.

Leurs prédécesseurs romains avaient tous pour symbole le blanc. Les citoyens qui briguaient une fonction publique à Rome portaient tous une toge blanche afin de cacher leur origine sociale et de montrer la pureté de leurs intentions. Ils étaient alors appelés candidatus, c’est-à-dire « vêtus de blanc ».

En passant au français, « candidat » a simplement désigné une personne qui se présente à un concours, à un examen ou qui sollicite un mandat électoral. Mais l’idée de pureté et d’innocence a été préservée dans les mots « candide » et « candeur », qui sont de même origine.

C’est ainsi que Voltaire donne au héros d’un de ses contes philosophiques le nom de Candide, pour souligner ironiquement la naïveté du personnage. En ces temps de corruption, que reste-t-il de la candeur de nos candidats ?