Doutez, doutez! Doutons, doutons!

Aux traditionnels vœux de santé, paix et prospérité, si nous ajoutions cette année… le doute?

Vladimir Poutine est-il vraiment le grand Satan dépeint par le Pentagone? (Photo: EPA/Yuri Kochetkov/La Presse Canadienne)
Vladimir Poutine est-il vraiment le grand Satan dépeint par le Pentagone? (Photo: EPA/Yuri Kochetkov/La Presse Canadienne)

Douter, à l’annonce d’une bonne nouvelle ou d’un sombre pronostic, est souvent hasardeux : vos amis et vos voisins risquent de vous reprocher de gâcher l’effet de leur déclaration.

Prenons cette nouvelle concernant l’adoption, par le Canadien de Montréal, de Catapult, présenté comme une merveille technologique qui réduira le nombre de blessures des joueurs en enregistrant en temps réel leurs moindres mouvements, pour ensuite personnaliser leur entraînement. Qui ne se réjouirait pas que la science, le sport et l’ingénierie s’allient pour améliorer la santé des athlètes ? Pourtant, les raisons d’être prudent ne manquent pas.

Dix équipes de la Ligue nationale de hockey, et quelque 750 équipes professionnelles de soccer, de basketball, de rugby utilisent Catapult, un petit appareil ultraléger, de la taille d’un paquet de gomme, intégré à un dossard. Il enregistre les données physiologiques et un logiciel les analyse, mesurant ainsi l’effort, l’efficacité d’un coup de patin, le niveau de fatigue. Les joueurs du Canadien peuvent le porter ou non lors des entraînements. Catapult est interdit pendant les matchs, mais les discussions vont bon train au sein de la ligue pour en élargir l’usage.

Qui aura accès à ces données ? Qui en sera le propriétaire : le joueur ou l’équipe ? Quel usage pourra en être fait ? Les données seront-elles transférées lors d’un échange ? Que restera-t-il de la vie privée du joueur dont l’équipe connaîtra désormais les moindres moments de relâchement ? Souhaitons que l’Association des joueurs ait de la graine d’Edward Snowden en elle pour se méfier de l’usage possible d’autant de données.

Le doute est aussi essentiel dans le cas des moins bonnes nouvelles qui se bousculent sur la grande patinoire géopolitique internationale.

Prenez Vladimir Poutine. Est-il vraiment le suppôt de Satan que dépeint le Pentagone ? Bien sûr, la Russie bombarde la Syrie, a annexé la Crimée et brime les libertés des médias russes. Mais s’il y avait un envers plus positif à cette médaille ? Le documentaire de France 2 Poutine, le nouvel empire, offert sur YouTube, en donne un avant-goût.


À lire aussi:

L’aventure de 2017


On y découvre comment Poutine est passé du plus pro-occidental des présidents russes à l’homme qui tente de créer un nouvel axe de pouvoir Chine-Russie-Inde. La Fédération de Russie regroupe 750 ethnies et compte 20 millions de musulmans sur 146 millions d’habitants. L’État, qui a mené une guerre sanglante aux musulmans tchétchènes, a inauguré en 2015 une grande mosquée au cœur de Moscou. Plus de 7 000 mosquées tapissent le pays (contre 343 avant l’ère Poutine). Sans burqa ni niqab, la Russie vit à l’heure de l’euro-islam. A-t-elle quelque chose à apprendre à l’Occident ?

Le Canada a avantage à maintenir des relations avec ce grand voisin arctique et à miser sur des intérêts communs, qu’ils soient énergétiques, commerciaux ou environnementaux.

Dans les eaux boréales, les Russes jouent en supériorité numérique, disposant de plus de 40 brise-glaces (les États-Unis en ont 5 ou 6). Le Canada n’a que six bateaux capables de naviguer dans ces eaux glaciales. Et on ne parlera pas des sous-marins. Les Russes ont repris une activité aussi intense qu’à l’époque de la guerre froide.

Il faut se réjouir que le ministre des Affaires étrangères du Canada, Stéphane Dion, ait réactivé les relations diplomatiques avec la Russie, que le gouvernement Harper avait mises en veilleuse en 2014. Le Canada a besoin de nuancer les informations venues de Washington. Aux yeux du Pentagone, la Russie est la première menace mondiale au pouvoir des États-Unis.

En cette matière, comme en bien d’autres, un peu de doute ne sera jamais de trop. Il vaut toujours mieux demander à voir la bande vidéo avant de confirmer le but. Allez, bonne année 2017.

Les commentaires sont fermés.

C’est me semble-t-il l’ancien Premier ministre Bernard Landry qui disait des Québécois qu’ils sont cartésiens, faisant référence à nos origines et au philosophe René Descartes qui par sa formule : « Cogito, ergo sum » (je pense, donc je suis) a influencé nombre de générations de pratiquants de la langue de Molière, mais encore d’autres grands philosophes tels Emmanuel Kant ou encore Friedrich Nietzsche pour n’en mentionner que deux.

L’un des fondamentaux de la pensée de Descartes c’est : le doute métaphysique. Sans le doute, on ne saurait faire progresser la science, on ne saurait faire progresser le cheminement de la pensée, on ne saurait faire progresser l’intelligence, on ne saurait même faire progresser la foi.

Comme Québécois et comme que Québécoises de toutes origines, il est très sain de comprendre que dans toute quête de la vérité : le doute, la pensée et la nuance ne font finalement qu’un.

« Bernard Landry qui disait des Québécois qu’ils sont cartésiens… »

Je ne sais pas si c’est véridique mais je ne serais pas surpris car le pauvre Bernard a toujours été dans le champ.

Bien sûr qu’il y a des cartésiens au Québec mais de là à dire que « les » Québécois sont cartésiens (tens…tiens…comme les anglos…surprenant de la part de Landry non?) est loufoque surtout quand on sait tous que ces mêmes Québécois carburent presque exclusivement aux émotions. Nos origines latines, dont nous sommes sensés êtres fiers selon le même Landry, en seraient d’ailleurs responsables…

Bonne année 2017.

@ François 1

Bernard Landry aimait à prononcer de manière péremptoire la formule latine : « Audi alteram partem » (Entends l’autre côté). Il n’y a pas de certitude — ma foi — qu’il ait souvent fait grand cas de ce que l’autre côté avait à lui dire….

À vous aussi, bonne année 2017.

Bon, une autre pro-Poutine, le dictateur qui fait assassiner les dissidents, journalistes surtout, qui a massacré les tchétchènes et simulé de faux attentats en Russie, annexé illégalement la Crimée, s’en va défendre Assad pour ses propres intérêts au lieu de combattre l’EI, bombardant les civils pour être sûr de tuer les opposants d’Assad parmi eux. Et qui y va à fond de train avec sa propagande mensongère anti-américaine. Cet homme est rusé et dangereux car rien ne l’arrête pour atteindre ses fins. Misère!

Monsieur Drouin

Il est manifeste que vous carburez selon la propagande américaine qui a fait deux guerres totalement inutiles pour s’approprier le pétrole de l’Irak et de tenté de repousser la frontière entre la Russie et l’Océan Indien en inventant une guerre éminente sans précédent qui aurait été créé par les soi-disants centaines de camps d’entraînement des djihadistes de Ben Laden.

Ces deux guerres ont fait des millions de morts parmis les citoyens et plus de 7,000 soldats américains, sans oublier les 900,000 blessés dont 110,000 avec séquelles permanentes et d’un nombre inconnu pour le moment de soldats atteints du Syndrome de stress post traumatique avec lequel il devront vivre pou le reste de leur vie. Des centaines de miliers de soldats ont vu leur vie changer du tout pour tout, combiens de conjoint(e)s ont dû quitter leurs époux, épouses, devenus violents au point où leur sécurité et celles des leurs enfants sont devenus en danger.

L’Irak a bannie les États-Unis des grandes rénovations du secteur pétrolier en Irak en plus de les bannir sur l’approvisionnement en produits pétroliers puisque la population a envoyé un message clair au nouveau parlement qu’ils en avaient assez des Américains qui se croient tout permi. C’est exactement la même chose en Afghanistan.

Selon les dernières données l’Irak suit l’Iran dans l’approvisionnement des pays asiatiques afin de ne pas fournir les BP, Shell et co. qui pourraient ainsi re-diriger leur production vers les USA.

« de la chaire à canon pour du pétrole » qu’invoquaient des millions d’Américains au début de ces guerres est devenu une réalité méprisante et méprisable.

Voici un lien qui vous en apprendra un peu http://www.huffingtonpost.com/h-a-goodman/6845-americans-died-and-9_b_6667830.html je pourrais vous donner de nombreux liens mais vous pourrez faire votre propre recherche pour vous en convaincre.

Ce que le Huffingtonpost oublie réside dans le fait que ce n’était pas la guerre d’Obama mais celle de Bush dont Obama a déclaré durant sa première campagne à la présidence qu’il rapatrierait les 180,000 soldats en territoire de guerre, ce qu’il fit. Il ne reste plus qu’environ 8,000 experts pour reconstruire une armée en Irak.

Bravo MR Roger, les Bush, « le nouvel ordre mondial » qui disaient….on a jamais entendu ça de la bouche des Russes…

Ce qui manque beaucoup je crois de nos jour, c`est L`ESPRIT D`ANALYSE, afin de ne pas se laissé lavé le cerveaux PAR LES SPÉCIALISTE DU LAVAGE DE CERVEAU, avec les journaux, les nouvelles télévisé, les reportages qui portent sur les pays que l`on aime pas, » les méchants » et les pays que l`on aime, « les bons » et pour finir le cinéma, où le bon qui à la fin du film tue le méchant, et c`est qui le bon? devinez. Le principal péché que nos voisins du sud reprochent aux méchants russes et qu`ils martèlent depuis la dernière guerre mondiale c`est qu`ils sont des communistes, le pourquoi qu`ils ne les aiment pas, ils ne pensent pas comme eux et quant on n`est pas du même avis qu`eux….Pour ce qui est des guerre et des tueries, j`aimerais mettre cote à cote les méchants communistes et les bons capitalistes pour voir…… on a besoin d`avoir de L`ESPRIT D`ANALYSE….

Le doute est l’une des principales qualités en journalisme.
Mais force est de constater que depuis le 11 septembre 2001, en passant par la tragi-comédie des couveuses pour justifier la 1re guerre du Golfe, par les ADM inexistantes de Saddam pour justifier le massacre de l’Irak, par l’odieux mensonge que Kadhafi bombardait sa population pour justifier la destruction de la Libye et l’assassinat de son président et ensuite le mensonge qu’Assad tuait aussi la sienne pour justifier cette guerre d’hypocrite et ces multiples tentatives d’assassinat par des «allah wakbar» comme on a fait pour feu Kadhafi, le doute a quitté nos brillants journalistes qui oublient de servir l’information véritable et vérifiable.
On préfère nous livrer du Fake News sans soulever le moindre doute.

La propagande ne doute pas.
En propagande il suffit de dire avec assurance et fermeté.
Comme dire que la Crimée a été envahie par la Russie.

On oublie le résultat du référendum en Crimée.

Une invasion russe dit-on !
Combien de chars, combien de bombes, combien de morts ?

Où sont les images ?
Nulle part. Que des mots.

Et comment la population de Crimée a-t-elle réagi à cette invasion ?
Où sont les manifestations antirusses en Crimée ?

Non, en propagande le doute est totalement absent.
On dit avec assurance et fermeté même lorsque les faits contredisent clairement les mots !

Le citoyen doit plus que douter, il doit scruter les faits pour évaluer les mots de nos propagandistes qui orientent le jugement citoyens.

Salutations,

Serge Charbonneau
Québec

Le doute où pas de doute ? Cela fait partie de nos vies d’êtres faillibles, croyants ou pas. les commentaires reçus illustrent très bien d’ailleurs le point de vue que vous avancez. Heureux de pouvoir vous lire en saine démocratie !
Opinion de viou croulant de croyant et un peu cartésien dans l’ombre. Et méfier vous donc à bien y penser …

Que préférer? un re0nouveu de guerre froide avec l’expulsion de diplomates ou une bonne parole pour Poutine qui tend un rapprochement, donc un réchauffement des relations? on l’aime chaud ou froid l’avenir politique avec la menace atomique facilement réactivée? à bien y penser le doute semble la meilleure approche à l’une ou l’autre des alternatives. Doutons, mais laissons une chance au renouvellement.

Les plus populaires