Les écoles religieuses à l’âge de la laïcité

Si Québec est sérieux dans sa lutte contre l’intégrisme, il doit mettre un terme aux subventions accordées aux écoles à vocation religieuse — de toutes les confessions, dit Brian Myles.

Photo: Jacques Boissinot / La Presse Canadienne
Photo: Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

PolitiqueLe ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, ne rate pas une occasion de prouver son ineptie. S’il maintient ce rythme effréné, il remplacera bientôt Sam Hamad comme tête de turc préférée des commentateurs et satiristes.

Sa dernière trouvaille ? M. Bolduc invite «à la prudence» et refuse de reconnaître les liens établis par le Journal de Montréal entre certaines écoles religieuses subventionnées par Québec et des organisations islamistes soupçonnées de financer des groupes terroristes.

M. Bolduc a renvoyé mollement la balle au ministère de la Sécurité publique, expliquant que c’est aux policiers de mener les enquêtes appropriées.

C’est pourtant son ministère qui finance l’école Dar Al Iman, les Écoles musulmanes de Montréal et d’autres écoles à vocation religieuse, notamment dans la communauté juive. La balle est clairement dans son camp, mais il feint de ne pas le reconnaître.

Quand je vous disais que la lutte contre l’intégrisme ne peut pas se réduire à choisir la tenue vestimentaire de certains fonctionnaires provinciaux triés sur le volet…

Si Québec est sérieux dans cette lutte, si l’État veut vraiment s’engager sur la voie de la laïcité, il doit mettre un terme aux subventions accordées aux écoles à vocation religieuse — de toutes les confessions.

Que ces écoles soient de confession musulmane, juive, catholique ou protestante m’importe peu. Dans un idéal laïc, elles ne méritent pas l’argent du public. Quel politicien aura le courage d’étendre l’austérité aux «bondieuseries» ? Certainement pas M. Bolduc, ni même les péquistes, qui s’empêtrent dans les foulards et bouts de tissus.

Selon les informations disponibles à ce jour, les écoles mises en cause par le Journal de Montréal ne font pas la promotion de l’intégrisme. Elles respectent les exigences du ministère de l’Éducation, rapporte aujourd’hui Le Devoir. Elles remplissent leur mission, qui consiste à enseigner la langue française et à accueillir la clientèle néo-québécoise.

La toile des liens n’en est pas moins préoccupante. L’Association musulmane du Canada (AMC) et l’Islamic Society of North America (ISNA) sont les propriétaires de sept lieux de culte et de quatre écoles (dont celles de Montréal).

Dans deux des mosquées de l’ISNA, fréquentées aussi par les enfants, le Journal a retrouvé de la propagande intégriste, faisant notamment l’apologie de la charia, du terrorisme en Palestine et des attentats suicides.

L’AMC et l’ISNA n’en sont pas à leurs premières frasques. Selon des documents d’enquête de la GRC, l’AMC, un groupe influencé par les Frères musulmans, a déjà donné près de 300 000 dollars à l’IRFAN, une œuvre de «bienfaisance» qui figure aujourd’hui sur la liste des entités terroristes, pour avoir acheminé près de 15 millions de dollars au Hamas, entre 2005 et 2009. Le Hamas, considéré comme un groupe terroriste par Ottawa, ne reconnaît pas l’État d’Israël et prône l’instauration d’un état islamique en terre sainte.

L’ISNA a aussi perdu son statut d’organisme de bienfaisance au Canada, après avoir acheminé 280 000 dollars au Jamaat-e-Islami, qui milite pour l’instauration d’un état islamique dans le Cachemire indien.

Le fait que ces deux groupes soient impliqués, ne serait-ce qu’indirectement, dans l’éducation des jeunes musulmans québécois est dérangeante — choquante, même —, puisque les contribuables assument une bonne partie de la facture.

Le ministre Bolduc a promis d’agir. Il prévoit élargir l’habilitation sécuritaire aux dirigeants des écoles religieuses. Les propriétaires, les directeurs et les administrateurs qui ont soit un casier judiciaire, soit des antécédents dans la propagande haineuse, soit des sympathies avec des groupes terroristes ne pourront plus obtenir de permis d’écoles privées.

C’est insuffisant. Les écoles gérées par la MAC et l’ISNA reçoivent des subventions annuelles de cinq millions de dollars du ministère de l’Éducation. Pourquoi les Québécois devraient-ils payer pour l’éducation religieuse des jeunes musulmans ?

La question se pose pour l’ensemble des écoles à vocation religieuse. Il ne s’agit pas de les interdire. Par principe, les croyants devraient puiser dans leurs poches pour financer l’éducation religieuse de leurs enfants. Ce n’est pas à l’État de le faire.

* * *

À propos de Brian Myles

Brian Myles est journaliste au quotidien Le Devoir, où il traite des affaires policières, municipales et judiciaires. Il a aussi été affecté à la couverture de la commission Charbonneau. Blogueur à L’actualité depuis 2012, il est également chargé de cours à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). On peut le suivre sur Twitter : @brianmyles.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

41 commentaires
Les commentaires sont fermés.

la lutte à l’intégrisme passera toujours par l’éducation et l’intégration. Ceci est de la prévention, ce qui est beaucoup plus efficace que les interventions policières ou militaires faites en réaction.

Le gouvernement devrait donc cesser d’encourager, voire même éliminer, toutes les écoles à vocation religieuse ou prônant une idéologie particulière.
Il y a quelques décennies, un Gouvernement a aboli le cours classique et ceci a provoqué un essor considérable de la démocratisation du savoir. Sauf que le privé revient graduellement par la porte arrière. Il est essentiel que tous les jeunes québécois fréquentent le même réseau.

Le gouvernement Couillard devrait profiter de la conjoncture sociale et budgétaire actuelle pour donner un grand coup. Ramener tous les élèves à l’École publique, afin de n’avoir qu’un seul réseau à encadrer et à supporter.

Tout jeune, quel qu’il soit, doit avoir l’occasion de fréquenter d’autres jeunes de classe sociale et/ou de croyance différentes. C’est ça de l’intégration. C’est cette diversité qui va sauver l’École publique.

André Massicotte,
Laval

Ça devient des plus inquiétant ce manque de prise de position fsrne et clair de nos dirigeants pour des raisons absolument futiles et facilitant du coup l’envahissement par ses groupes rébarbatifs à nos US et coutumes, à nos valeurs. Il est déjà minuit moins une, Messieurs!

Que se passe-t-il exactement à minuit? Tous les fervants religieux se transforment en terroristes? Les musulmans envahissent les rues de Montréal pour réclamer l’application légale de la Charia?

(1)

La question c’est pourquoi on evisage l’edoctrinement religieux sous l’angle du financement public

« La question se pose pour l’ensemble des écoles à vocation religieuse. Il ne s’agit pas de les interdire. Par principe, les croyants devraient puiser dans leurs poches pour financer l’éducation religieuse de leurs enfants. Ce n’est pas à l’État de le faire. »

(a)

Comme si l’endoctrinement etait pas un probleme en soi. D’avoir des individus avec des carences, phobies de toutes sortes …

En quoi l’etat aurait rien a dire meme sans financement …

Les enfants ont des droits …

Droit a la liberte de conscience …

Droit a l’education …

Ca concerne l’etat il me semble.

(b)

Si ‘etat se donne comme opinion que ces ecoles ne sont pas acceptable pour recevoir du financement publique … elle ne devrait pas etre acceptable point …

C »est un peu peureux de se donner une opinion sur ces ecoles parce que c’est ce que ferait le gouvernement en arretant de les financer … mais de pas aller aux bout de l’idee et de les permettre sans financement …

C »est comme si on savait deja que la charte canadienne des droits permet l’endoctrinement des enfants en fin de compte … et qu’on se resignait a seulement arreter le financement … comme des poltron …

(2)

C’est drole que peu de gens en parle mais la charte des droits canadiennes parle bien de liberte de conscience ?

(a)

A moins que la liberte de conscience concernait pas les enfants …

Dans le fond des demi droits pour eux .. seulement la liberte de subir la liberte d’expression religieuse de leur parent.

(b)

En quoi une ecoles religieuse n’est pas une atteinte non minimale a la liberte de conscience des enfants.

De mon point de vue … il n’existe pas de liberte d’expression religieuse qui tienne sans la liberte de conscience et la liberte de choisir …

Si je fait des enfants des adherents a des partis politiques … peut-on parler de liberte de conscience … ou liberte d’expression de leur opinion politique …

(c)

Anyway ce que je dis je pense ca s’adresse a des etre plus evolue… probablement l’an 2309 ou 2456 ou quelque chose du genre …

(3)

Mais sur le fond ….

Moi j’en ai marre de ce je m’en foutisme a 2$ qui est de l’ordre si l’etat paie pas …. c’est ok … que les flots de pierrejeanjacques aille dans x ou y pseudo ecole … qu’on les endoctrine … les parents feront ben ce qu’ils veulent avec …

C’est pas mes flots … c’est pas moi qui paye …

Ce qui me donne l’impression d’etre entoure d’etre de l’an 234 ou 345 ….

Comme si ces etres etaient incapable de se donner une opinion forte et claire sur l’endoctrinement que l’etat paye ou non …

(4)

Moi je me demande bien jusqu’a quel point l’endoctrinement religieux doit etre debilitant, avec des grave sequelle intellectuelle, sociale et emotionnelle … avant qu’on se demande si c’est fou raide ….

Des sequelles bien visible du moment qu’on se donne la peine d’y faire attention.

(5)

« Quand je vous disais que la lutte contre l’intégrisme ne peut pas se réduire à choisir la tenue vestimentaire de certains fonctionnaires provinciaux triés sur le volet… »

Pas se reduire mais il y a des liens …

(a)

L’endoctrinement se fait dans des ecoles mais aussi a la maison et dans les communautes … par pression dans des communautes … lorsque l’enfant est en bas age. Les discours pour porter des symboles religieux se font a cet age aussi …. et les phobies qui l’entoure . Le reel c’est que l’habillement traduit des discours d’endoctrinement durant l’enfance … discours de pudeur, phobie des contact homme-femme phobie sexuelle … phobie de toute sorte …

(b)

Juste pour la joke … ces fillettes de ces ecoles dont on parle lorsqu’elle vont grandir elles vont s’habiler comment … si ca vraiment pas rapport ….

Au cours des années 60 , on a retiré de nos écoles la pratique de la religion catholique pour rendre celles-ci, laïques.
Pourquoi l’état devrait-il contribuer à la formation religieuse de d’autres groupes religieux?
C’est vraiment ne pas aider à leur intégration!
Arrêtons de se tirer dans le pied…il n’y a plus de place!

Je suis entièrement d’accord avec les propos de l’auteur. Mes taxes et impôts ne doivent pas subventionner aucune institution religieuse, n’en déplaise à mes concitoyens qui adhèrent à une religion. Si le ministre Bolduc ne « reconnaît pas les propos du Journal de Montréal », c’est qu’il est aveugle. Je me demande sérieusement ce qui doit survenir comme catastrophe ou incident dramatique pour que l’État agisse dans ce dossier.

La charte des péquistes n’est que poudre aux yeux des québecois. Je suis d’accord. La laïcité exigent que les écoles privées religieuses ne soient pas subventionnées par l’état. Hélas, ça c’est pas pour demain…..

L’endoctrinement religieux, on a déjà connu ça au Québec avec la religion catholique. Mes parents en ont bien soufferts. On va pas recommencer ça avec la religion musulmane, quand même!

On ne peut pas etre plus d,accord avec une telle logique. Avant de couper dans les livres et autres niaiseries de ce Ministre effectivement émule de Sam hammad, il faut cesser TOUT financement des écoles non seulement religieuses mais aussi privées. Il y aura des conséquences certes. On peut le faire sur 5 ans, par exemple pour atténuer le choc des deux côtés.mais on doit arriver au résultat. Il faudra organiser aussi une certaine relève du secteur public. Soit, qu’on le fasse et qu’on paie pour. Il y a un moment où il faut financer ses principes avant ceux des autres. La laïcité en fait partie.

Je suis 100% d’accord avec votre idée sur les écoles religieuses….nous sommes un état laics….c est comme se mentir à soi-même c est ridicule…
Où je ne vous suis pas par contre c est sur les écoles privé….l’état subventionne moins un enfant à l’école privé qu’un enfant à l’école publique (toutes dépenses confondues….)…il en couterait près de 6 milliard (bâtiments encadrement, programmes offerts etc..) de ramener TOUS les jeunes dans le publique…..on est loin très loin d’une économie….

Que tous les équipements et bâtisses servant d’écoles ou de garderies privées soient nationalisées comme on a fait pour les Compagnies d’électricité en formant HYDRO-QUÉBEC, qui légalement et dans les faits appartient à TOUS les Québécois… Toujours vrai???

Je ne peux qu’être d’accord avec votre proposition. Mais il est malheureusement vrai que M. Bolduc n’ira pas de l’avant avec ceci; ça prendrait du courage politique et, hélas, ce dernier ne semble pas en être pourvu, du moins, pour l’instant. Peut-on en espérer un peu plus de la part de son chef? Cela reste à voir!!!

Excellent texte M. Myles. Il est plus que temps que nous cessions de financer toutes les écoles religieuses et d’investir nos impôts dans les écoles publiques.

Et voilà, c’est ce qui arrive quand tu prends un bon gestionnaire d’hôpital pensant qu’il fera un bon ministre(soit santé et éducation c’est selon)

Bien d’accord avec monsieur Brian Myles. Ce qui est de la sphère religieuse doit être réservé à la famille. C’est d’abord et seulement dans et par la famille et dans et par les lieux de culte que les religions peuvent se vivre. L’école publique doit être laïque et ne pas transmettre les morales religieuses d’une ou l’autre des croyances afin de respecter toutes les croyances. L’école financée par l’état doit transmettre seulement l’éthique citoyenne et plus des connaissances et de former un esprit autant critique qu’ouvert, mais surtout pas naïf, sur le monde.

Tout à fait d’accord avec vous, Abolir le financement pour écoles à vocation religieuse.

Très bon article…
Au lieu de se demander si on doit cesser le financement des écoles privé ….on devrait se pencher sérieusement sur les écoles à vocation religieuse…
De même, je ne vois pas trop comment on peux justifier que c’est pour l’intégration des immigrants et leurs apprendre notre langue….ils seraient bien mieux sur les banc des écoles publiques…
La, ils ne s’intègrent pas…ils s’endoctrinent et se marginalisent….

TROP !

La « Muslim Association of Canada », dans l’introduction retrouvée sur son site Web (http://www.macnet.ca/ Voir l’onglet: About Us), explique les fondements de son mouvement ainsi que les origines de sa pensée, rattachée à un regain de la foi islamique apparu en Égypte dans les années 1920. Son initiateur, Hassan al-Banna, est à l’origine des Frères musulmans :

« This revival aimed at reconciling faith with the challenges of modernity and providing a clear articulation of balance and moderation in understanding Islam. In the Arab world, this revival culminated in the writings of the late Imam Hassan al-Banna and the movement of the Society of Muslim Brothers (commonly known as the Muslim Brotherhood). Al-Banna’s core messages of constructive engagement in society, focus on personal and communal empowerment, and organizational development had a deep impact on much of the Muslim world ».

Tout bon dictionnaire de l’islam vous confirmera que cette idéologie, née officiellement en 1928 en Égypte sous l’impulsion de Hassan El-Banna, proclame la fusion entre le religieux et le politique. À l’origine de la fondation des Frères musulmans, cette idéologie met de l’avant l’application de la charia à tous les aspects de la vie quotidienne et politique, la rupture avec l’Occident et l’instauration d’un État islamique authentique. Cette fondation est considérée par plusieurs comme une étape fondatrice de l’intégrisme musulman.
Donc, le ministère de l’Éducation, à même les fonds publics, finance des écoles relevant de cette association canadienne, donc il finance indirectement la MAC et, par voie de conséquence, l’expansion d’une pensée radicale dans les écoles du Québec ?
Que doit-penser le citoyen québécois debout ça, confronté de plus à une politique d’austérité ?
À chacun de tirer ses conclusions devant cette incompétence des pouvoirs publics !

Entièrement d’accord. Quelle absurdité quand même que de financer des écoles à vocation religieuse dans une province qui se veut laïc…

Bravo et merci. Entièrement d’accord, et si vous mettiez un chiffre sur ce que ce lavage de jeunes cerveaux coûte à chaque contribuable, je suggérerais à tout ceux que cela préoccupe de déduire ce montant de leurs impôts… oui, je rêve, alors protestons vivement contre ce qui est un non-sens dans une société qui se dit laïque.

Parfaitement d’accord. Toutes les écoles privées confessionnelles devraient être exclues du soutien de l’État. Les croyants qui veulent que leurs enfants soient correctement instruits dans leur religion s’organisent pour que ceux-ci le soient en dehors de l’école laïque, publique ou privée. C’est une décision qui les regarde. Il y a des jours de calendriers disponibles.

Il serait toutefois important que dans nos écoles non-confessionnelles, l’État impose que l’on enseigne les principes d’une laïcité ouverte, fondée sur la liberté de pensée, la discussion démocratique, le jugement rationnel et la tolérance. Le besoin est grand! Le cours d’Éthique et de croyances religieuses fait la part belle à l’autonomie de jugement et au principe de tolérance, apparemment, mais je n’en sais rien puisque j’ai eu une formation de collège classique, qui m’a rendu athée par dégoût des génuflexions au sens propre comme au sens figuré (la hiérarchie, l’autorité, la norme). Je soupçonne que l’on n’insiste pas suffisamment, aujourd’hui, sur l’emploi du jugement raisonné, par soi-même, avec le secours des sciences plutôt que des idéologies. Comment ne serait-ce pas le cas, en constatant à quel point un grand nombre de mes concitoyens semblent croire que la science est une religion comme les autres et s’adonnent à toutes les superstitions à la mode, des ondes magnétiques aux pilules miracles, en passant par la pensée binaire (la nature contre l’homme, le biologique contre la chimie, le pur et l’impur)!

Les écoles devraient être neutres, enseigner des matières scolaires, français, mathématiques, sciences,arts etc… Ce n’est pas le rôle de l,école de promouvoir quelque religion que ce soit. Ce n’est pas à l’État de subventionner les idées ou croyances religieuses.
Bien sur, autrefois, dans nos sociétés occidentales,presque tout le monde était chrétien, ce n’est plus le cas.On ne peut continuer à fonctionner comme si un grande partie de notre société n’était pas faite d’immigrants de religions, coutumes moeurs autres que les nôtres.
Nous devons favoriser une certaine cohérence sociale, une harmonie dans les mentalités par des lois, la moralité, la justice, égalité tout court et égalité entre les sexes etc…
La croyance religieuse est une affaire privée, n’importe quelle religion peut naître au bon vouloir d’un groupe de personnes.
Non seulement ce n’est pas au gouvernement de subventionner des écoles à vocation religieuses mais la religion devrait s’enseigner, se pratiquer également en dehors des écoles, ce n’est pas de l’instruction générale.
,

Monsieur Myles est difficile à suivre, dans le texte précédent il a écrit : « L’État est déjà neutre par rapport aux religions : c’est une position de principe sans équivoque. » Maintenant ce texte qui laisse supposer le contraire, que la « position de principe » est très équivoque.

L’honorable M. Bolduc a beaucoup de difficulté à voir les évidences, même quand elles lui sautent aux yeux, comme dans l’histoire des 3000 patients pris en charge en 18 mois… Les libéraux savent bien que leur base allophone ne leur pardonnera pas de couper les subventions de leurs écoles. À leurs yeux, c’est tout-à-fait justifié, ils paient des impôts aussi…

Vincent,

Si la peur du « séparatisme » se maintient le Parti Libéral PEUT faire se qu’il veut , même au risque de déplaire à son électorat captif anglophone ou allophone….

Sincèrement, le ministre Bolduc est complètement déconnecté, il l’était aussi lorsqu’il était ministre de la santé.
Je ne comprends vraiment pas M. Couillard, de nommer un sans colonne comme ça à des ministères aussi importants. Il faut croire qu’il lui en doit toute une…

Au Québec,nos écoles ne sont plus confessionnelles,depuis belle lurette:et l’Etat ne subventionne même plus pour notre religion catholique.Pourquoi donc faudrait-il qu’il subventionne à tout prix pour les écoles de toutes les autres confessions religieuses?

M. Miles, vous avez parfaitement décrit la situation, mais le gouvernement de M. Couillard n’a pas les c……s pour agir.
Un jour on va collectivement payer pour tout ce cafouillage.

Cela fait des années que les écoles juives sont subventionnées! ET On en parlait très peu … et voilà qu’on découvre soudainement qu’il y a des écoles mulsumanes qui recoivent des fonds publics! ON RÉAGI!
j’y vois de la propagantes … PRO JUIVE! et ANTI MUSULMANNE! et je suis CHARLIE …
JE NE SUIS PAS CHARLIE

Ne cherchez pas la propagande, regardez plutôt la venue plus récente ( ici) des communautés musulmanes!

Sans compter que la CSDM note que pour une 4e année c’est l’arabe qui est la langue d’origine la plus enseignée dans le programme d’enseignement des langues d’origine.

Le Québec pourrait cesser de subventionner toutes les écoles privées, comme dans la plupart des provinces canadiennes. Il n’y aurait alors pas lieu de discriminer les écoles religieuses ou quelqu’autres écoles selon leur orientation philosophique.

On pourrait aussi remettre en question le congé de taxes foncières accordé aux lieux de culte et aux communautés religieuses. Que font les autres provinces de notre beau et grand pays à ce sujet ?

Quelle sorte de société voulons nous? Toutes ces écoles religieuses sont des lieux qui légitimisent la division entre les êtres humains. Dans un premier temps il faut au moins arrêter de les subventionner et par la suite s’assurer que ces écoles enseignent en premier lieu les mêmes matières que tous les autres élèves québécois avant même que ces écoles enseignent leur religion. Car vivre dans une société tolérante comporte pas seulement des prévilèges mais aussi un minimum de devoirs pour s’assurer que ces futures adultes contriburont à faire progresser cette tolérance.
Jacques Tremblay
Sainte-Luce

Tout à fait d’accord avec votre suggestion: couper les subventions gouvernementales à toutes les écoles privées qui donnent un enseignement religieux. Le problème se règlerait encore plus facilement (cela éviterait de se faire taxer de discrimination à l’égard des croyances religieuses) en cessant de subventionner toutes les écoles privées, sans exception. Je sais, on peut toujours rêver! Pas un gouvernement aura l’audace et la « poigne » de le faire. Au lieu de mettre la hache dans le système public comme Bolduc s’apprête à le faire, cela permettrait de le renforcer et de mettre les $$$ au bon endroit.

Vivant en Algérie au début des années 80, nous étions conscients que l’école publique arabe véhiculait les valeurs de l’islam. que nous ne partagions pas du tout.. Ainsi, malgré toute les difficultés nous avons pu inscrire nos 2 enfants à l »école de lOffice culturel et unversitaire français pour l’Algérie (OUCFA). Nous avons sauvé nos enfants de l’embrigadement réligieux islamique. Nos amis qui n »ont pas pu éviter l’école arabe pubique nous témoignaient leur désarois devant les propos que leurs enfants reportaient de l’école.
Alors, à quoi servent les écoles coraniques au Québec ? Veut-on perpetuer le déchierment idéologique des jeunes ? Pourqoi leurs familles sont-elles au QUÉBEC, pour vivrre dans leurs croyances et traditions ou s’integer entierment dans le pays qu’ils ont librement choisi?

Nous avons assistes dans les annees passes l’abolissement du Montreal Protestant Shool board et de la Comission scolaire Catholique de Montreal, ainsi obligeant les protrstants, Catholics, Juifs, Orthodoxes etc. a joinder les ecoles soit; Francophones et/ou Anglophones, alors comment ce fait’il que nous avons maintenant des ecoles prives Juives et Musulmanes??? Qui paie Qui?? Pourquoi est-ce que la minorite dicte le parcours du Quebec??