Écoute électronique: les grandes oreilles d’Ottawa

hacking-depart

C’est l’agence d’espionnage la plus discrète au Canada. Et quand on connait le penchant des espions pour la discrétion, ce n’est pas peu dire.

En plus, elle porte un nom plate comme la pluie, pour que personne ne s’y intéresse: le Centre de la sécurité des télécommunications Canada (CSTC).

Pourtant, son importance et son influence sont grandissantes au sein de l’appareil gouvernemental qui s’occupe de la sécurité au Canada et à l’étranger.

C’est la branche du ministère de la Défense qui intercepte et surveille chaque jour les appels téléphoniques, les courriels et les transferts de donnés entre citoyens étrangers, mais aussi, parfois, entre des Canadiens et des étrangers — le gouvernement ne peut pas faire de l’écoute électronique ou vérifier les communications web d’un Canadien sans l’autorisation d’un juge.

Une agence au coeur de l’un des débats les plus importants et lancinant de notre époque, particulièrement depuis les attentats du 11 septembre 2001: à quel point les moyens pris pour assurer notre sécurité peuvent-ils empiéter sur nos libertés individuelles? Comment utiliser à bon escient cette technologie d’écoute et de surveillance électronique qui permet d’emmagasiner une masse spectaculaire d’informations, souvent utiles, mais aussi très personnelles? Et qui a accès à cette information?

Avec ce type de questions, la controverse n’est jamais bien loin. Elle vient d’ailleurs de refaire surface, et elle touche indirectement le Canada et son agence responsable de ce travail, le CSTC.

Le dénonciateur américain Edward Snowden a aidé le Washington Post et le Guardian à révéler, la semaine dernière, l’existence de deux programmes secrets de la National Security Agency (NSA), l’Agence nationale de sécurité américaine.

L’un des programmes concerne la récolte depuis 2006 des données d’appels téléphoniques aux États-Unis par l’opérateur Verizon, et vraisemblablement d’autres opérateurs. L’autre, appelé Prism, vise à obtenir des données qui circulent sur les plus importants services de courriels et réseaux sociaux, dont Gmail, Hotmail, Yahoo!, Facebook, Skype et Apple.

La controverse est forte aux États-Unis.

Certains louangent le courage de Snowden, qui a dit vouloir informer la planète de ce qui se trame derrière les serveurs des espions américains. Un peu dans la lignée de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, qui s’inquiétait d’ailleurs de la puissance des États et de la protection de la vie privée dans une entrevue avec L’actualité le mois dernier «Julian Assange, l’homme inquiet».

D’autres, comme Richard N. Haass, président du Council of Foreign Relations, sont d’un autre avis, estimant qu’il met le pays en danger. Richard N. Haass critiquait d’ailleurs les journalistes, qui accolent le titre «dénonciateur» à Snowden. Il juge que ce titre ne lui convient pas. «Pourquoi les médias utilisent le mot sympathique «dénonciateur» pour Edward Snowden, qui a coulé un programme secret de la NSA? Il a enfreint le loi et fait en sorte que nous sommes moins en sécurité», a-t-il dit hier sur son compte Twitter.

capture-tweet

Cette controverse américaine a un lien avec le Canada, puisque Ottawa fait partie d’un club sélect de cinq pays qui s’échangent tous leurs renseignements d’écoute électronique et d’interactions web. Ce que la NSA intercepte, le Canada peut y avoir accès. Ce que le Canada capte sur la Toile ou sur les lignes téléphoniques, les États-Unis y ont accès. C’est ainsi entre le Canada, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Aucun de ces pays ne peut espionner ses propres citoyens. La loi l’interdit. Mais un Canadien est un étranger pour les États-Unis, et vice-versa…

Le programme de partage Échelon — d’autres utilisent le terme Five Eyes — a vu le jour pendant la Guerre froide, pour espionner les communications de l’URSS et de ses pays satellites. Mais il a évolué au fil des ans, à mesure que la puissance des systèmes de télécommunications a pris de l’ampleur, que les gens se sont connectés comme jamais, et que la menace a évolué, passant des Russes aux terroristes.

Le Canada joue donc un rôle dans la grande toile d’interceptions des communications mondiales.

Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada a d’ailleurs été actif en Afghanistan, pour espionner les conversations et l’échange d’information entre talibans, pendant la mission de combat des Forces canadiennes à Kandahar. Des sources affirment que certains jours, jusqu’à 50 % des renseignements utilisés en Afghanistan pour préparer les offensives ou déjouer les complots d’attentats provenaient du travail du CSTC.

Le CSTC s’intéresse également à l’espionnage étranger, aux armes de destructions massives et à la sécurité dans l’Arctique, notamment.

Ottawa a aussi un programme similaire à celui des États-Unis, très discret, qui se nomme «MetaData», qui vise à tracer toutes les conversations téléphoniques et internet susceptibles d’avoir un lien avec la sécurité du pays. Le ministre libéral de la Défense Bill Graham y a donné son feu vert en 2005. Il a été interrompu en 2008. Puis, le ministre Peter MacKay l’a renouvelé en novembre 2011, selon un texte du Globe and Mail.

Le CSTC ne manque pas de travail étant donné l’abondance des communications modernes. À titre de comparaison, chaque jour, il traite — avec ses logiciels et algorithmes — l’équivalent de la masse d’information contenue dans les bases de données de toutes les grandes banques canadiennes réunies!

Le CSTC n’a rien à cirer de vos photos de chats sur Facebook ou de votre mot d’amour reçu par texto de votre ami(e) Français, Allemand ou arabe. Il cherche dans l’écosystème des communications des tendances, des répétitions, des indices. Qui connait qui à l’étranger? De quelle manière ils communiquent et à quelle fréquence? Où se trouvent-ils?  Y a-t-il des échanges répétitifs sur le Canada entre deux personnes, notamment celles fichées comme suspects? Ainsi de suite. Il cherche davantage les liens entre les gens que le contenu des communications, à moins d’avoir une cible spécifique.

Le CSTC affirme que pour respecter la loi, un Canadien qui tombe dans ses larges filets étrangers — après tout, les communications sont mondiales maintenant — verra son nom «blanchi» dans les dossiers. Il sera anonyme dans les fichiers et le contenu qui le concerne sera purgé.

Un secteur de surveillance en si forte croissance que le budget du CSTC a doublé depuis 2002, pour atteindre près de 400 millions de dollars en 2012-13. Il compte maintenant 2000 employés.

Alors que le ministère de la Défense cherche à réduire ses coûts pour aider le gouvernement à atteindre ses cibles budgétaires, le CSTC se fait construire un nouveau siège social dans l’est d’Ottawa, au coût de 880 millions de dollars. Il sera prêt en 2015. Les sept édifices feront 72 000 mètres carrés, soit l’équivalent d’un gratte-ciel de 90 étages couché sur le côté.

En haut: l'édifice actuel du Centre de sécurité des télécommunications du Canada. à Ottawa. En bas: une reproduction de ce à quoi rassemblera le nouveau siège social en construction, à l'est d'Ottawa. Au coût de 880 millions $, il sera prêt en 2015.
En haut: l’édifice actuel du Centre de sécurité des télécommunications du Canada à Ottawa. En bas: une reproduction de ce à quoi rassemblera le nouveau siège social en construction, à l’est d’Ottawa. Au coût de 880 millions $, il sera prêt en 2015.

Dirigé par un militaire de 68 ans, John Adams, le CSTC ne se rapporte pas directement au Parlement. Il rend des comptes uniquement au ministre de la Défense et au Conseil privé, le ministère du premier ministre.

En novembre, le gouvernement a autorisé cette agence à ne plus dévoiler ses priorités et les changements de mandats dans son — déjà très mince — rapport annuel. Ces informations sont maintenant classées secrètes.

Les journalistes qui cherchent des informations sur le CSTC en vertu de la loi d’accès à l’information se cassent les dents sur les clauses de confidentialité — j’en ai fait l’expérience. Les documents reviennent presque entièrement caviardés et inutilisables.

Le journaliste du Globe and Mail, Colin Freeze, racontait son expérience à ce sujet dans un récent texte.

Ce qu’il serait intéressant de savoir, ce n’est pas les détails sur l’espionnage étranger ou la protection des systèmes informatiques au Canada, deux portions du mandat du CSTC.

C’est plutôt le troisième volet du travail de cette agence: l’aide qu’elle apporte à la GRC et au SCRS, ceux qui sont responsables de la sécurité ici, au pays, et qui ont le mandat d’enquêter sur des citoyens qui vivent au Canada.

Dans la loi, le CSTC a l’obligation d’aider la GRC et le SCRS en lui transmettant des informations si ces deux organismes le demandent. Comment? Ils fournissent quel type d’information captée à l’étranger, entre étrangers ou entre un Canadien et un étranger?

Évidemment, les méthodes sont hors limite pour des raisons de sécurité nationale. On peut comprendre. Mais le CSTC refuse même de dire combien il reçoit de demandes par année de la GRC et du SCRS. Est-ce que ce chiffre nuirait vraiment aux enquêtes? Or, ce qu’on sait, c’est que cela se compte par dizaines. Et selon mes sources, le nombre de demandes augmente constamment. Soudainement, l’information captée à l’étranger est utilisée ici…

L’administration Obama et des élus au Congrès ont justifié la collecte d’informations téléphoniques par la NSA par la nécessité de pouvoir intercepter d’éventuelles communications entre terroristes. Que ce type de programme secret permet de sauver des vies et d’éviter des attaques sur le sol américain.

Le gouvernement canadien utilise le même type d’arguments. Des arguments certainement justifiés.

Mais jusqu’à quel point? L’information est tellement rare qu’il devient difficile de juger.

Il restera probablement toujours une zone floue. Mais il n’est certainement pas inutile de continuer à poser des questions pour s’assurer que cette zone floue est la plus étroite possible, afin de garder bien vivant ce débat essentiel: celui de l’équilibre entre la sécurité, la liberté et la vie privée.

Laisser un commentaire

En 1982, James Bamford nous informait avec son livre, The Puzzle Palace, des agissements de la NSA, depuis sa création jusqu’au moment de la parution du livre. Comme le dit M. Castongay, le rôle de cette agence, en lien avec les pays anglophone fiables, dont le Canada, était d’espionner les ennemis réels et potentiels de Corporate America. Chacun espionnait les citoyens de l’autre et envoyait ses donnés aux USA. Les USA savait tout mais les autres savaient e que l’Oncle Sam jugeait nécessaire qu’ils sachent. C’est à dire le moins possible, car le savoir c’est le pouvoir.

Hier, Au Club des Ex, l’ex dame de l’ADQ a demandé à la dame du NPD de coeur, si elle était prête à être victime d’une bombe pour protéger sa liberté et son intimité, ou bien préférait-elle que l’on envahisse son intimité et être à l’abri des terroristes? Malheureusement il n’y a pas eu de réponse.

Ma réponse à moi, est oui, je préfère être victime de terroristes qu’être victime de mon gouvernement. La démocratie a un prix et je suis prêt à le payer.

Faut pas oublier que plusieurs attentats potentiellement meurtriers ont justement été évités grâce aux écoutes électroniques…

L’écoute électronique des citoyens peut facilement devenir débridée et se transformer en chasse aux sorcières. On dit que l’Histoire ne se répète pas nécessairement mais qu’elle bégaie. Je ne souhaiterais certainement pas me retrouver à l’ère du maccarthysme.

«Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.»
[Benjamin Franklin]

Les ultras conservateurs et libertariens sont pour la grande sacro-sainte liberté, mais quand leur gouvernement décide de les déshabiller et de fouiller dans leur portefeuille et dans leurs caleçons, ils sont prêts à sacrifier leur liberté tellement ils aiment la grosse police.

Selon un rapport américain, qui ne dit pas tout :

« Plus de 75 % des attentats et des décès survenus à travers le monde se sont produits en Asie du Sud et au Proche-Orient », précise le NCTC.
Autre observation du NCTC : en 2010, il y a eu plus d’attaques qu’en 2009 (10.969 cette année-là), mais moins qu’en 2008 (11.662). En fait, le nombre des attentats évolue progressivement à la baisse dans le monde depuis 5 ans. »

Selon Slate.fr, le nombre d’attaques terroristes n’est qu’une infime fraction de ce qu’il était en 1970.
« Au cours des cinq dernières années, indique le Washington Post, le risque de mourir lors d’un attentat est de un sur vingt millions. »

http://www.slate.fr/monde/70945/quatre-faits-terrorisme-etats-unis

C’est de la frime. On nous fait peur pour excuser le viol de notre vie privée et intimité.
++++++

Et « ère miles » la fameuse carte. Ils ont votre nom et description et quand vous passez à la caisse, ils apprennent la couleur et la grosseur de vos caleçons, de votre soutien gorge, de toutes vos maladies et sur votre comportement dans la vie.

Vende-ils ces informations aux gouvernements?
Ou à votre pire ennemi?