Écrire un article sur Justin Trudeau en 4 étapes faciles

«Pourquoi ne pas écrire, moi aussi, un texte sur Justin Trudeau ? se demande le blogueur Mathieu Charlebois. Après tout, ce n’est pas si difficile : il suffit de suivre le canevas établi et d’utiliser les quelques trucs suivants.»

PolitiqueÀ défaut de multiplier les propos éclairants, Justin Trudeau multiplie ces jours-ci les entrevues pour parler de son autobiographie, Terrain d’entente.

Dixit Le Devoir, c’est un livre qui «ne révèle aucun scandale, mais offre un regard personnel sur les événements qui ont forgé Justin Trudeau. Y compris un problème d’acné qui a laissé des “blessures”». Tentez-moi.

Pour être un blogueur politique consciencieux et professionnel, il faudrait que je lise le bouquin de monsieur Trudeau. C’est pourquoi j’ai récemment entrepris un cours de plomberie.

Mais d’ici à ce que je puisse amorcer une nouvelle carrière dans le monde du tuyau, pourquoi ne pas écrire, moi aussi, un texte sur Justin Trudeau ? Après tout, ce n’est pas si difficile : il suffit de suivre le canevas établi et d’utiliser les quelques trucs suivants.

1– Rencontrez-le dans un endroit public

Si vous devez écrire un portrait de Justin Trudeau, donnez-lui rendez-vous dans un café ou sur le coin d’une rue. Autrement, vous ne pourrez pas ouvrir votre texte en racontant qu’il est difficile de parler avec Justin Trudeau, parce que tout le monde vient lui parler et tout le monde l’aborde.

Si votre texte ne contient pas au moins une anecdote du genre, est-ce vraiment un texte sur Justin Trudeau ?

2– Ayez un bébé sous la main

L’équation est simple : Justin Trudeau + bébé + foule + photographe = bonbon.

Le 11 août dernier, le chef libéral a fait en public son truc du bébé qui tient debout dans sa main. Le fait que ce ne soit pas une nouvelle du tout n’a pas empêché plusieurs médias d’en faire un article, ou de faire tourner leur article autour de ce moment.

Peut-être Justin venait-il de sauver ce bébé d’un immeuble en feu ? Peut-être allait-il être dévoré par des loups ? Peut-être est-il allé le chercher au fond d’un puits où il était tombé ? Mais tout ça, les articles ne le mentionnent pas.

Le Vancouver Sun :

trudeau-bebe-1

The Gazette, à Montréal :

trudeau-bebe-4

Le Huffington Post :

trudeau-bebe-3

Le Times Colonist :

trudeau-bebe-2

Ce petit numéro qui fait virer fou le public et les journalistes, le chef libéral le fait souvent. L’édition anglaise du magazine Chatelaine consacre pas moins de 300 mots au truc du bébé qui tient debout dans un récent article sur Justin Trudeau (*).

C’est peut-être une métaphore de sa vision politique — je ne sais pas, je ne comprends jamais les métaphores. Sur ce point, je suis une tarte aux pommes.

Bref, si vous devez remplir une page et que vous avez fini d’énumérer les idées de Justin après deux paragraphes, un bébé vous permettra de remplir facilement l’espace restant.

(*) Je dis «un article sur Justin Trudeau», mais il s’agit plutôt d’un article sur la séance de photos, sur le jardin de Sophie Grégoire et sur le frigo de la famille Trudeau-Grégoire. Les photos, elles, nous permettent d’apprendre qu’il y a BEAUCOUP de lumière chez les Trudeau.

3– Quand vous parlerez finalement de politique, ne vous attendez pas à des réponses claires

On rencontre Justin, on lui parle de sa famille, de son père, de son entraînement de boxeur, de sa recette de sauce à spaghetti. Ça va bien, tout le monde a du plaisir, et soudain : paf ! On se souvient que c’est un politicien et qu’il faudrait donc lui poser quelques questions sur la politique. Zut, flûte, barreau de chaise !

Pas de panique : avec M. Trudeau, vous ne parlerez pas longtemps de politique. Après tout, il y a une limite à la discussion qu’on peut avoir à partir de ses réponses. Une fois qu’il a rappelé qu’il n’est pas Stephen Harper, tout devient flou comme une photo prise sur la faille de San Andreas.

Par exemple, à l’émission Les coulisses du pouvoir, on lui a demandé ce qu’il compte faire avec les surplus budgétaires prévus en 2015-2016, s’il devient premier ministre. Sa réponse : «proposer des investissements en infrastructures, en éducation, en innovation et en recherche».

Il a beau ajouter que «c’est très clair» comme plan, ce l’est à peu près autant qu’envoyer son conjoint à l’épicerie pour qu’il achète des féculents, des produits laitiers et quelques aliments préparés.

4– Apprenez à retenir vos fous rires

Quand on pose une question complexe à Justin Trudeau et qu’on pousse un peu pour obtenir une vraie réponse, il arrive généralement ceci :

Oh ! Je pense que je viens de faire une métaphore. Hum… non. Je voulais seulement pouvoir regarder Justin Trudeau débouler un escalier encore et encore.

Prenons, par exemple, cet extrait débusqué et rediffusé par Olivier Niquet à l’émission La soirée est encore jeune (en audio, vers la troisième minute de sa chronique) :

Animateur : [Le Parti conservateur, c’est de l’]extrême droite, monsieur Trudeau ? Vous ne poussez pas un peu ?

Justin Trudeau : Par moments, oui.

A : Donnez-moi un cas d’extrême droite au Canada.

JT : Ben de vouloir, heu, limiter les, heu, heu, de vouloir permettre ce, ce, aux, heu, aux, aux partis politiques d’utiliser, heu, sans sans droit d’auteur, heu, toute pub passée, toute entrevue passée sur heu…

En bon journaliste professionnel, il est de votre devoir de ne pas partir à rire, mais ce n’est pas toujours facile.

Mordez-vous les joues, buvez une gorgée d’eau ou pensez à des choses tristes. Comme, par exemple, le fait que dans un an, Justin Trudeau a des chances de devenir premier ministre.

* * *

À propos de Mathieu Charlebois

Ex-journaliste Web et ex-chroniqueur musique à L’actualité, Mathieu Charlebois blogue sur la politique avec un regard humoristique depuis 2014. Il a aussi participé à de nombreux projets radio, dont Bande à part (à Radio-Canada) et Dans le champ lexical (à CIBL). On peut l’entendre régulièrement à La soirée est encore jeune, et le suivre sur Twitter : @OursMathieu

Laisser un commentaire

Heu,,,,je pense que …heu…c’est instruisant……Chanceux d’avoir des bébés

Sujet insignifiant, comme l’homme… Cessez de perdre votre temps !

Je ne crois pas qu’illustrer la vacuité intellectuelle de celui qui deviendra probablement le prochain premier ministre du pays soit si insignifiant. Si cela est une telle perte de temps, pourquoi lire l’article et, surtout, prendre le temps de laisser un commentaire?

J’ai tout lu et je me disais en lisant que l’on pourrait finalement écrire un article sur n’importe quel politicien en 4 étapes faciles (les mêmes!).

Pas seulement sur Justin Trudeau.

Insignifiants avec la tête vide? Pas tous.

Par exemple, nous avons le privilège de pouvoir compter dans notre gouvernement actuel, à Québec, sur plusieurs personnages très intelligents et reconnus par leurs pairs mais ils doivent malheureusement et trop souvent s’en tenir à la ligne de parti ce qui fait en sorte qu’ils ont l’air nuls à certains moments.

Ce midi, nous nous ressemblons étrangement, Justin Trudeau et moi : tout comme lui , très peu à dire, sinon RIEN ! Mais il me propose un excellent moyen de détente: un saut dans le VIDE!

Quelle désolation que celle de constater qu’une telle cruche vide, et de façon si évidente, réussisse à charmer tant d’anglophones nostalgiques du temps de son père au point de ne pas en faire la différence. Pauvres de nous!!!

Malheureusement il n’y a pas que les anglophones qui se laissent prendre au jeu de séduction de Trudeau: Il y a plein de francophones aussi. Les médias des deux côtés l’encensent (sauf SunNews), on lui offre le tapis rouge. Les journalistes ont tous oubliés leurs devoirs de journalistes et le regardent comme si c’était le sauveur de l’humanité, la population gobe tout, ne pose pas de questions et ne s’en tient qu’à la photo. La population ne connait rien de sa plateforme sauf l’histoire de la mari….et partout je lis et j’entends qu’il ferait un trés bon premier ministre et qu’il le voit bien là.
C’est plus que consternant ! Il devrait y avoir un examen à passer avant de pouvoir voter ! Cet insignifiant sans contenu à moins d’un revirement spectaculaire va prendre la tête du pays. Je ne crois pas que dans toute l’histoire du Canada, il n’y aura eu un individu si peu apte à le faire, mais nous en sommes là.
Je frémis d’avance et appréhende tous les désastres qui se profilent à l’horizon.

Bravo Mathieu Charlebois pour jeter un caillou dans l’étang.

Et dire que dans les sondages , son parti est le premier!!! Mais a un an de l, élection tout peut arriver. Campagne électorale et bras de fer avec les grands; soit dans des débats télévisés ou dans des scrum journalistique le BOY SCOUT ne fera pas le poids du visage de meneur et leader chef de parti aspirant au poste de premier ministre! Je crois qu, il faut faire confiance aux électeurs en fin de course.

Question, est ce possible qu’il y ait une personne intelligente sur terre, qui laisserait la gouverne de son enfant, sa famille, ses placements, son compte en banque, son pays à un gérant parce que il est beau …c’est. est a ni rien comprendre. On en a déjà un M Clean qui met notre pays sur la carte des pays fabriquant de guerre,un pays qui avec ses idées de guerre sème de la graine de terroriste dans notre territoire.

Antoine! Pauvre de vous! La naiveté est imprégnée en vous comme l, air que vous respirez.! Réveille-toi , sort de ta bulle et reviens sur la terre car la graine de terroriste est en amérique depuis longtemps! Elle a commencé a se manifester de facon plus spectaculaire le 11 sept 2001 et depuis ce jour la sécurité n, a cessé de s, améliorer et de prendre de plus en plus de mesures pour contrer ce phénomene!

Le syndrome du PAS DANS MA COUR comme plusieurs québecois vous afflige beaucoup! Si le premier ministre du Canada a pris la décision de se joindre aux pays de l,Otan pour faire sa part dans la lutte contre des lâches, des barbares, c, est tout simplement qu, il avait la population de son côté!! Voyons-donc!! Cessez de vous regarder le nombril; croyez-vous que notre boy scout aura le même leadership et qu, il va réussir a faire paraître le Canada comme pays qui se respecte d,abord et avant tout et ensuite aider les pays DÉMOCRATIQUES a faire valoir nos VALEURS a travers le monde!

Mettre sur la carte un pays fabricant de guerre!!! C, est n, importe quoi! Quel aplaventrisme!

Juste comme ça, en passant, que feriez-vous devant le massacre de milliers d’innocents non-armés (hommes, femmes et enfants) commis par l’État Islamique? Vous resteriez comme ça? Tout bonnement? L’arme au pied? De peur d’avoir des représailles de ce groupe d’assassins?

Ah…elle est belle votre compassion et votre sensibilité envers les victimes de groupes de terroristes assoiffés de sang.

Vous auriez fait la même chose devant un Hitler?

C’est avec de telles images et une stratégie basée sur l’attrait physique qu’on a monté la trudeaumanie à la fin des années 60 et au début des années 70… La presse s’y était laissé prendre et tout ça a bien fonctionné…. Aujourd’hui, avec tous cers médias sociaux et cette recherche des meilleures images, la recette est vraiment efficace…. Quand on en est rendu à croire tout ce qu’on voit et entend dur Facebook ou Twitter on est prêt à élire n’importe qui…. Il y en a un autre qui a adopté le même stratagème. Il s’appelle Pierre-Karl Péladeau….. Des images, le poing levé et ça suffit… Pour les idées on repassera…. C’est comme ça voyez-vous … C’est ainsi que se forgent nos dirigeants….