Égypte: le vendredi de tous les dangers

Son peuple est en révolte. Il parle à la télé. Je délègue mes pouvoirs, dit-il. Mais je reste. A-t-il cru que cela pouvait marcher ?

Voici ce qu’écrit le blogueur cairote de Libération, Aalam Wassef.

Il est 1h30 du matin. J’entends qu’on marche sur Héliopolis, quartier du palais présidentiel de El Orouba. Le palais lui-même est gardé par la garde présidentielle, pas l’armée. On marche également sur le bâtiment de la Radio-Télévision.

La tour de la télé égyptienne. Un endroit chaud ce vendredi.
La tour de la télé égyptienne. Un endroit chaud ce vendredi.

Cette nuit sera longue et peut-être dangereuse. Tout dépend de ce que l’armée a vraiment dans le ventre et les égyptiens sont maintenant impatients de le savoir.

Voici ce que dit George Ishak, un leader de l’opposition: « Les gens ne vont pas rentrer à la maison et demain [vendredi] sera un jour horrible ».

Voici ce qu’écrivent les correspondants du New York Times:

Les organisateurs des manifestations ont annoncé que ce vendredi les attroupements se feront non seulement sur la place Tahrir, mais ailleurs dans la ville, en particulier devant le Parlement et les installations de la télévision.

Auparavant ces organisateurs annonçaient pour vendredi certaines des manifestations les plus importantes à ce jour, mais après le discours de Mubarak leurs propos étaient sombres.

“Il a mis le pays en feu », a déclaré l’un d’eux, Zyad el-Elaimy. “Personne ne peut contrôler la violence vendredi. Vendredi, je pense que beaucoup de gens vont être tués. »

Ce vendredi, les manifestants jouent leur va-tout. L’armée devra décider si elle contient la foule ou si elle la laisse agir à sa guise, c’est-à-dire violemment. Ce vendredi, c’est le jour de tous les dangers pour la révolution égyptienne.

(On peut voir la carte des lieux ici pour se rendre compte de la géographie des lieux.)

Laisser un commentaire

Quel dommage. Les gens sont prêts à mourir pour défendre leur droit. Ce sera un vendredi noir; que de tristesse en cette période de Saint-Valentin.

Mourir pour la libeté, pour se débarrasser d’un dictateurn ca je peux comprendre. Mais mourir et tuer pour qu’il parte maintenant plutôt qu’en septembre???
À qui est-ce que ces morts profiterons vraiment?

Maintenant que le peuple s’est libéré de la peur, rien ne les arrêtera ! La Liberté a un prix inestimable qu’on ne peut coter en Bourse !

C’est évident que Moubarak avec son grand égo fait monter la pression pour justifer une intervention plus musclée. Il faudrait vraiment que les autres pays lui fasse comprendre que s’il a recours a l’armée pour massacrer le pueple qu’il sera lui-même porté au buché. Hier j’ai cru que les gens allaient le brulé vif. Malgré leur nombre ils en ont peur. C’est clair qu’il fait tout pour saboter les chance d’harmonie dans son pays car la seule chose qui compte pour lui c,est son nombril, son pouvoir, sa domination et son cash. Ce pays il le considère comme lui appartenant et est prêt a sacrifier la vie, l’économie et la sécurité au nom de sa domination. Un espèce d’antéchrist? Avec les rumeurs de fin du monde y manquait plus que ça. Le déclencheur.

Les militaires forment-ils un bloc solide ? Le régime Moubarak n’existe désormais que sur cette seule question. Soit des milliers de morts ou la libération dès ce soir. Le destin des peuples tient uniquement sur la capacité d’un État de payer suffisamment une armée apparemment. Mais le peuple a trop faim et l’espoir trop grand pour être déçu maintenant. Retenons notre respiration et souhaitons qu’Obama trouve la formule magique ! La poursuite d’un dictateur déchu afin de récupérer ses 15 milliards volés à l’Égypte ?

Lorsqu’un dirigeant s’obstine à s’accrocher au pouvoir, la situation ne peut que se détériorer. Regardez aussi la Côte d’Ivoire où Laurent Gbagbo s’accroche malgré sa défaite électorale.
Et même, ici (dans une moindre mesure quand même) où l’obstination de Charest, depuis deux ans, à ne pas tenir la fameuse commission d’enquête pourrit l’atmosphère, sans compter les gaz de schiste et le budget Bachand qui créent une atmosphère délétère.
(à ce sujet, il ne reste que 2 jours pour signer la pétition en ligne de l’Assemblée Nationale demandant sa démission pour justement ces trois sujets:
https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-1123/index.html )

Comme le disait pourtant De Gaulle: « Quand un homme tient dans ses mains le sort d’un peuple, il lui faut regarder plus loin que lui-même. »

Je me demande bien ce qui se passe au sein de l’armée égyptienne. Et devra-t-elle défendre son territoire contre une autre armée ? Qui se promène autour ?

C’est dommage pour qui?

C’est parce que ce peuple veut reconquérir sa dignité, son pays et décider de son lendemain que les centaines de milliers d’Égyptiens descendent et restent dans la rue, et prêts aux risques et aux dangers de ce vendredi et de tous les jours. Ce sont des jours « Saints » pour ces assoiffés et affamés de liberté, de dignité et de démocratie.

Vive les peuples Égyptiens, Tunisiens, Algériens, Yéménites, Marocains et tous ceux qui se réveillent de leurs cauchemars qui a duré trop trop longtemps. Cauchemar et misère prolongés par et avec le silence, l’hypocrisie et la bénédiction de la part principalement de certains pays occidentaux (États_Unis; France, Royaume_Uni, Canada, etc.).

À cause de calculs et de magouilles géostratégiques, de finances et d’économie pour le compte de leurs gouvernements et de leurs partis et des lobbies qui leurs dictent leurs politiques, ils sont prêts à sacrifier le sort des peuples du Moyen-Orient, de l’Asie, de l’Afrique et même celui des pays de l’Europe de l’est!

Nous aussi devons nous réveiller et comprendre ce qui se passe ailleurs! Qu’on le veille ou pas, nous sommes et nous serons touchés par tout ce qui se passe ailleurs de bon ou de mauvais. Ne laissons pas nos gouvernements faire la pluie et le beau temps ici et ailleurs.

Je vous salue et vous souhaite un bon Saint-Valentin, une fraternité partagé et une solidarité entre les gens et entre les peuples :O)

Samou

Nous sommes ici à même d’entrevoir ce qui se passerait, au Québec, si le « oui » l’emportait avec 50% des voix plus une.

Tout de même…quel sage personnage que ce Stéphane Dion.

La Tunisie, le Sud-Soudan, l’Égypte. A quand le Québec?
Ottawa, à qui on envoie 50 milliards par année, vient de cracher sur le nouveau Colisée. Il me semble que ca voudrait une belle révolte contre le Canada non?

Moubarak vient tout juste de remettre sa démission et l’armée prend les responsabilités de l’État jusqu’aux élections prochaines pour la formation d’un gouvernement démocratique. Israël doit être dans ses petits souliers puisque Netanyahu espérait le maintien de Moubarak au pouvoir. Israël craint une montée de l’islamisme en Égypte et la rupture de l’entente de paix (Camp David) signée avec l’Égypte il y a trente ans. L’Égypte peut se radicaliser pour éventuellement créer un régime théocratique à l’exemple de l’Iran qui est l’ennemi juré de l’État d’Israël. Un règlement du conflit israëlo-palestinien devient urgent pour la sécurité à court terme d’Israël. Est-ce que la révolution égyptienne aura entre autres comme conséquence d’obliger la reconnaissance de la souveraineté du peuple palestinien dans les territoires occupés de Gaza et Cisjordanie par Israël ?

Et voilà, Moubareck démissionne, il était temps!!!
Il faut espérer que les Mossad, CIA et certains gouvernements hypocrites laissent les Égyptiens choisir leur Président et leur gouvernement. Certains médias et certains hommes politiques devraient faire des lectures moins biaisées et moins calculatrices à propos de ce qui se passe dans cette région du monde.

Soyons heureux pour ce peuple qui a subi ce dictateur et despote pendant 30 ans!!!
Et soyons vigilants quant aux jeux et magouilles géostratégiques qui ont lieu dans les hautes sphères du pouvoir principalement en Occident.

Si on laisse les Égyptiens le temps d’installer et de batir des structures démocratiques, ils sauront se prendre en main.

À bon entendeur, salut!

Eh non François,

Cette journée de vendredi de prière n’est pas du tout violente mais plutôt de joie puisque le dictateur: ami et chouchou de l’Occident a quitté avec ses 50 milliards de dollars!

Qui sème la tempête récolte le vent. L’occident a semé dans ces pays de la dictature et fait face maintenant aux jeunes bloguistes, internautes, etc. Une véritable révolution déconnectée des vielles écoles de pensées……Pour l’Occident, il est temps de revoir ses stratégies, ses relations et ses politiques mal vues chez les jeunes manifestants qui aspirent à leur liberté, à un meilleur bien être,…les cartes géopolitiques se mélangent à nouveau et on verra bien la suite.

Salutations de liberté et de paix

Kamal El-Batal

Hé non, ce vendredi n’est pas une journée noire, c’est le Vendredi de la Victoire, Victoire de la démocratie vs la tyrannie et la dictature.

Félicitation au peuple Égyptien pour leurs solidarité et leur succès.

J’espère juste que les Québécois prennent cet exemple pour qu’on se débarrasse nous aussi de notre parrain de l’industrie de la corruption, le dictateur John James CHAREST.

Jean GODBOUT
Victime d’un crime d’État

Je me permets une réponse aux propos radiophoniques tenus ce jour par JFL sur l’attitude adoptée par le Président Obama pendant les derniers jours de révolte ayant mené à la chute du régime Mubarak. Plus qu’une réponse, je propose une lecture alternative.

La ligne directrice de la politique américaine était la suivante: « Orderly transition in Egypt must begin now », une phrase répétée et saluée maintes fois, mais dont l’ambiguïté n’a été soulevée par personne. Quelle était cette transition que le président américain voulait voir? Une transition vers quoi? Un simple remaniement ministériel? L’amendement de quelques articles de la constitution? Une passation des pouvoirs à Souleyman, aux dirigeants de l’armée? Sans réponse à cette question, la position du président Obama était totalement dépourvue de sens.

Sous le règne Obama de la politique-marketing, ces formules choc sans substance résistent aux critiques les plus élémentaires.

Toujours est-il que l’on doit se rappeler le discours du président Obama en 2009 au Caire. Ses propos furent applaudis par tous, incluant bien des arabes. La conférence de presse qui a précédé ledit discours est plus important, néanmoins. Un journaliste de la BBC lui avait demandé s’il comptait commenter le régime autoritaire de Mubarak dans son discours, à quoi le président a assuré que ce genre de vocabulaire ne l’intéressait pas, que Mubarak était un homme bon qui a fait de grandes choses pour son pays. Après une réponse pareille, sachant ce que l’on sait au sujet des méthodes de répressions du régime Mubarak, je vois mal comment l’on a pu s’émouvoir du discours sur les droits de l’homme qui a suivi.

Comme l’ont fait les présidents américains aux époques de Marcos, Suarto et Ciaucescu, le président Obama a soutenu son partenaire tortionnaire Mubarak jusqu’à la limite du possible. Lorsqu’il fut évident que Mubarak ne pouvait plus tenir, Obama a effectué son virage à 180 degrés et prétend maintenant avoir été du côté des manifestants depuis le début. On efface ainsi le passé et espérons que le régime alternatif permettra aux américains de continuer: « business as usual ».

Les plus populaires