Élections 2015 : les dés pipés des conservateurs

Si l’argent est le facteur déterminant d’une victoire électorale, celle de Stephen Harper, le 19 octobre prochain, lui est acquise.

(Photo : Adrian Wyld/La Presse Canadienne)
Après la distribution de milliards de dollars aux parents d’enfants de moins de 18 ans en juillet, Stephen Harper aurait peut-être eu davantage besoin d’un scrutin anticipé que d’une campagne prolongée. (Photo : Adrian Wyld / La Presse Canadienne)

Si l’argent est le facteur déterminant d’une victoire électorale, celle de Stephen Harper, le 19 octobre prochain, lui est acquise.

Tous les partis au pouvoir ont la (désolante) habitude de saupoudrer le terrain électoral avant de s’y aventurer, mais l’équipe Harper s’est surpassée. Jamais gouvernement sortant n’aura mis autant d’argent — puisé pour l’essentiel à même les fonds publics — au service de sa réélection.

Pensez, notamment, au Noël du campeur, version conservatrice, qui a vu ministres et députés présider à la distribution de milliards de dollars aux parents d’enfants mineurs le mois dernier. Ou encore au déclenchement hâtif des élections. La décision d’ajouter un mois au calendrier habituel de 37 jours de campagne a pour effet principal de piper les dés en faveur des conservateurs.

Chaque jour supplémentaire entraîne une hausse du plafond de dépenses imposé aux partis en lice. On parle ici d’une vingtaine de millions de dollars qui viennent s’ajouter à la trentaine qu’avait prévu pouvoir dépenser chaque formation d’ici le vote.

En pratique, seul le Parti conservateur a des coffres assez garnis pour en profiter. À condition de répartir ses millions en conséquence, la formation de Stephen Harper pourra dépenser le double ou plus de ce que débourseront ses adversaires au cours des semaines les plus rapprochées du scrutin — qui sont, par définition, les plus déterminantes.

Pour autant, la recette n’est pas garante de succès pour le parti qui l’applique. Demandez à John Turner ou à Joe Clark. Ils ont tous deux perdu le pouvoir au terme de campagnes de plus de 60 jours.

Se lancer en campagne électorale pour une formation au pouvoir, c’est renoncer, en grande partie, à la maîtrise des événements. La vie politique passe en mode accéléré. Et plus la campagne est longue, moins il est facile de voir venir les coups. Les plus dévastateurs ne sont pas toujours attribuables à des rivaux politiques.

Le gouvernement Harper en a eu un avant-goût lorsque Santé Canada a annoncé, à quelques jours du déclenchement du scrutin, qu’il donnait le feu vert à la pilule abortive. En soi, cette approbation n’a rien de révolutionnaire : la RU-486 est déjà autorisée dans plus d’une soixantaine de pays.

Mais de toute évidence, les conservateurs n’avaient pas vu venir une mesure qui a fait sursauter leurs alliés de la droite religieuse à un moment particulièrement mal choisi pour le gouvernement. Le jour de l’annonce, la ministre de la Santé, Rona Ambrose, s’est bornée à expliquer que la décision n’était pas de son ressort, mais de celui de ses fonctionnaires. Elle a annulé des apparitions publiques pour éviter de se retrouver davantage sur la sellette. Au moins un des nombreux députés conservateurs qui militent contre le droit à l’avortement, le Saskat­chewanais David Anderson, a déchiré sa chemise en public.

La machine fédérale réserve-t-elle d’autres mauvaises surprises au parti gouvernemental d’ici le 19 octobre ? Chose certaine, aucun parti au pouvoir n’a entretenu de relations aussi peu cordiales avec sa fonction publique que celui de Stephen Harper. Depuis 10 ans, il se comporte davantage comme une force d’occupation que comme le patron d’une fonction publique autrement réputée pour son dévouement et son professionnalisme.

Avec le temps, la méthode Harper a favorisé l’apparition d’un noyau de résistance autour duquel gravite un régiment d’anciens serviteurs de l’État — bien branchés sur la machine fédérale et sur les tribunes médiatiques. Le précédent directeur général des élections, Jean-Pierre Kingsley, est du nombre. La semaine avant le déclenchement hâtif du scrutin, il a dénoncé cette stratégie, qu’il considère comme un détournement de démocratie.

La transformation d’un si grand nombre d’anciens fonctionnaires de haut niveau, pour qui le devoir de réserve a longtemps été une vocation, en critiques d’un gouvernement fédéral sortant est inédite.

Si Stephen Harper avait eu le choix, ou, surtout, s’il avait osé, c’est davantage d’un scrutin anticipé que d’une campagne prolongée qu’il aurait eu besoin. Sans surprise, la tournée de chèques du mois de juillet a été ponctuée d’une modeste embellie conser­vatrice dans les intentions de vote. Mais sera-t-elle encore au rendez-vous à l’Action de grâces ?

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

32 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Seul le public aura le dernier mot. L’argent influence la première idée. mais gardera-t-il le « lead » à long terme?

Un auteur a donné un titre « Le tricheur » à une bio d’un ancien premier ministre du Québec. Pourrait-on appliquer ce titre à la biographie de Stephen Harper?

Ce déclenchement hâtif est d’autant plus mal placé qu’il y a par les temps qui courent une conjoncture économique mondiale qui en principe réclamerait du ministre de finances, du premier ministre et de tous les ministres économiques qu’ils soient vigilants. Donc présents !

Le contexte géopolitique n’est pas au mieux à un moment où un accueil bien fait des réfugiés qui affluent actuellement de toutes parts en Europe permettrait de soulager « un peu » des personnes qui survivent en un état avancé de précarité ; au même titre que cela aiderait les pays et partenaires amis qui éprouvent des difficultés dans la gestion de cette crise humanitaire.

Que dire des opérations militaires du Canada au Moyen-Orient ? Comment apprécier la coopération militaire avec l’Ukraine ? lorsque ce pays en raison de ses finances publiques désastreuses a surtout besoin d’une aide logistique en vue d’une sortie de crise et non d’une aide militaire destinée à pousser toutes les régions de ce pays fragmenté vers toujours plus de conflits.

Pendant ce temps, notre premier ministre préfère s’adonner au Poutine bashing au lieu d’aborder les priorités et les vraies affaires dans la politique intérieure. À un moment où il préfèrera encore se laver les mains de ce qui se passe réellement au sein de son propre bureau quand il conviendrait d’assumer pleinement ses responsabilités comme chef de gouvernement.

Et comme si ce n’était pas assez, Stephen Harper se montre carrément méprisant envers Rachel Notley et encore Kathleen Wynne. Le Canada, comme modèle coopératif… On repassera !

Qu’importe tout ce qui se dit, puisque le PCC jouit de façon outrageuse, envers et contre tout (du moins pour le moment) de quelques 30% des électeurs qui ne voient que des bienfaits dans toutes, absolument toutes les politiques introduites par Stephen Harper. Peu importe que ces politiques contredisent ou bien pas les principes mêmes d’une gestion des finances publiques rigoureuse puisque — en apparence — cette politique glorieuse, fait se pâmer d’envie tous les pays membres du G7 et de l’OCDE en un seul chœur louangeur réuni. Hosannah !

— Par le truchement de si belles occurrences. Nous aurions bien tort de nous lamenter. Qu’importe la durée de la campagne électorale puisqu’au fil des jours cela ne devrait que galvaniser les masses électorales indécises qui ne sauront voir dans le PCC que la quintessence de ce qui se fait de mieux en politique, quel que soit le pays où on puisse se trouver…. Puisque comme le dit si bien le proverbe chinois : c’est le sage qui pointe la Lune et c’est l’imbécile qui regarde le doigt !

Est-ce que son problème avec Rachel Notley et Kathleen Wynne ne serait qu’une autre facette de son mépris pour les femmes en général ?

Vous posez une question pertinente. Mais je ne peux pas répondre à la place de monsieur Harper 🙂

Harper n’avait pas le choix de déclancher si tôt les élections. Les syndicats montaient des publicitées contre son parti, qui a fait que pour arrêter les publicitées il a déclancher les élections, pour force majeur, probablement contre son vouloir.

Maudit que vous êtes naïf!! Ou de mauvaise foi. Naïf c’est moins pire, alors je vais vous donner le bénéfice du doute.
Contre son vouloir, MDR!! Lorsque le déclenchement a été officiellement annoncé, ça faisait un bon 2-3 semaines que la rumeur courait. C’était planifié et entièrement volontaire. Ne vous faites pas d’illusions.
Quant à la « nécessité », laissez-moi rire. Comme si les Conservateurs se gênaient, eux, pour faire de la publicité négative, en campagne électorale ou hors campagne électorale!! À ce que je sache, il n’y avait pas de campagne électorale en cours lors de l’élection de Justin Trudeau comme chef du PLQ, ni dans les mois qui ont suivi, qui ont pourtant vu une importante offensive publicitaire.
La vérité, c’est que les Conservateurs veulent bien en faire, eux, de la publicité négative, mais ne supportent pas qu’il s’en fasse sur leur dos.
En fait il n’y a absolument rien qui justifie cette campagne de 78 jours. Rien. Les Conservateurs n’avaient qu’à répliquer aux publicités des syndicats. Le choix de déclencher la campagne est uniquement pour couper les vivres. Et ça va coûter le double à vous et à moi et à tous les contribuables.
Je ne comprends pas que leurs supporteurs continuent à les défendre. Vraiment, comme ils diraient en anglais, « Harper can do no wrong. »

«Comme si les Conservateurs se gênaient, eux, pour faire de la publicité négative, en campagne électorale ou hors campagne électorale!»

Avec nos taxes, soit-dit en passant. Ça ne respecte pas l’esprit de la loi électorale mais m’est d’avis que les conservateurs n’en ont cure…

Je vous approuve et c’est là que l’on append la vérité sur ces magouilles et son indifférence envers le Québec

Lac Mégantic est un attentat ???

Le déraillement du train a Lac Mégantic ne pourrais t-il pas être un attentat commandé par certain compagnie pétrolier Albertain, Américaine et Russe pour influencer l’opinion publique sur la dangerosité du transport par train du pétrole comparativement aux transport par oléoduc. (Dakota du Nord).La capacité de transport par train du Canada ne serait t-tell pas saturer de la l’impotence temps en rapidité quant cout de promouvoir les oléoducs.

Le train a dérailler étrangement a la même hauteur que (1.3) l’ aiguillage qui peut- être actionner a distance et les locomotives eux non pas dérailler peu être presque quelles aurait été décrocher avant leur départ et précédaient de quelque mètre les citernes de pétrole .
Peut-être que des morceau de ruban adessif a ventilation gris(1.0)pourrais avoir été découverte dans les 500 premier mètre de l’endroit ou le train étais stationner (Nant) couvert de graisse semblant avoir subit une friction exemple (1.1)lamelles de frein et roue de train qui aurais contribuer a réduire leurs efficacité suite a une pousser. Le convois aurais t-il pue être pousser par un exemple (1.2) véhicule hybride pouvant aller sur le route comme sur les raille de train considérant la dénivellation.

Peut-être que le code criminel oblige le ministère de la justice du Québec et la Sureté du Québec a informer le ministre de la justice fédéral avant de porter tout actuations contre un individu ou un groupe d’individus ou organisation si cela pourrais porter atteinte aux relation international ou a la sécurité intérieur du pays (Canada).

Des compagnie comme TOTAL, CNOOC (firmes pétrolières d’État chinoises), GAZPROM(RUSSE) etc. aurais t-il un intérêt a sponsoriser une tell action. Le tout étant de notoriété publique avec un minimum de recherche existerais t-il déjà des précédent a de tell action exécuter dans d’autre pays en particulier de pays défavoriser ? La réponse est oui.

Un énorme système tentaculaire d’oléoduc existe déjà dans la plupart des pays européens, d’Afrique etc.
Considérant que le tout peu représenter des milliard de dollar $$ et plus de façon récurant aux temps pour les compagnie pétrolières que les pays concerner en retomber économique (PIB).

Cela ne pourrais pas être un motif raisonnable pour amender certaine législation fédéral contraignant par des instances gouvernemental comme la réglementation ferroviaire pour faciliter de tell action.

De façon circonstanciel l’amendement ou l’allégement par un gouvernement dune tell réglementation (ferroviaire ) a penne 2 ans et moins précédant le drame de Lac Mégantic en tout connaissance de cause ne pourrais pas être considéré comme une négligence CRIMINEL au sens de la loi ? Le ministère de la justice fédéral et de la sécurité publique ne pourrais t-il pas être en conflit d’intérêt.

CODE CRIMINEL
SEC 7; ART 7
3.72
Infraction; engin explosif ou autre engin meurtrier
f) l’acte est commis dans le but de contraindre le gouvernement du Canada ou d’une province à accomplir un acte quelconque ou à s`en abstenir.

http://affaires.lapresse.ca/economie/energie-et-ressources/201207/24/01-4558308-petrole-la-chine-sort-les-milliards-pour-un-joyau-canadien.php

http://business.financialpost.com/news/energy/alberta-oilsands-will-struggle-without-pipelines-says-total-sa-ceo

http://industrialheartland.com/index.php?option=com_content&view=article&id=130:project-status&catid=53&Itemid=160

http://affaires.lapresse.ca/economie/200901/06/01-675374-total-investit-des-milliards-en-alberta.php

http://www.pwc.com/ca/fr/doing-business-in-alberta/oil-and-gas-export-challenges.jhtml

http://www.davidsuzuki.org/fr/blogues/le-nid-du-colvert/2012/10/accord-canada-chine-sur-linvestissement-ombres-chinoises-sur-le-canada/
http://www.ieim.uqam.ca/IMG/pdf/Valadefinal.pdf

http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/444982/canada-les-premiers-ministres-veulent-accelerer-la-construction-des-pipelines

http://www.ledevoir.com/politique/canada/422760/francois-hollande-entame-sa-visite-en-alberta

http://www.usinenouvelle.com/article/visite-de-francois-hollande-en-alberta-un-terrain-glissant-jugent-les-ecologistes.N294957

http://www.theglobeandmail.com/report-on-business/joslyn/article18914681/

http://www.ledevoir.com/politique/canada/447284/harper-place-un-ex-lobbyiste-des-pipelines-a-l-one

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/dossiers/elections-federales/201508/08/01-4891315-les-oleoducs-au-menu-de-la-campagne-electorale.php
https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_ferroviaire_de_Lac-M%C3%A9gantic

http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201508/13/01-4892495-energie-est-lontario-craint-quil-y-ait-plus-de-risques-que-de-benefices.php

http://www.journaldequebec.com/2015/08/13/transport-petrolier-le-pipeline-est-plus-securitaire

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/environnement/2015/08/14/002-ressources-planete-consommation-empreinte-ecologique.shtml

(1.0)
http://www.rona.ca/fr/construction/ventilation-et-qualite-de-lair/rubans-a-conduits

(1.1)
https://traincabview.wordpress.com/2012/08/18/des-trains-et-des-freins/

(1.2)
http://trainjoel.canalblog.com/archives/2010/01/22/16621045.html

(1.3)
http://www.ikonet.com/fr/ledictionnairevisuel/transport-et-machinerie/transport-ferroviaire/voie-ferree/aiguillage-manoeuvre-a-pied-oeuvre.php

C-51 pour quoi ?

Non Monsieur, ce fut une tragédie sans nom qui s’est produite à cause d’une accumulation d’erreurs toutes les plus stupides les unes que les autres et sûrement aussi par manque d’entretien, de connaissances et de surveillance. S’il y eût eu complot, on aurait procédé d’une façon différente, causant du tort aux compagnies ferroviaires et aux transporteurs de pétrole, mais on n’aurait pas mis en danger un ville entière. Les freins sont appliqués à la main et il n’y a pas eu d’explosion causant leur déclenchement. Et pourquoi ce commentaire dans la situation actuelle.

Incroyable malgré l’offensive médiatique contre lui Harper se maintient à égalité des deux autres dans les intentions de vote…

Stephen Harper se présente pour un quatrième mandat.

On risque de le réélire.
Devrait-on avoir une loi pour l’empêcher de se présenter.

Serge Charbonneau
Québec

Pour le bénéfice des lecteurs, il est bon de rappeler que la plupart des pays démocratiques imposent des limites aux termes de leurs chefs d’état (le vrai chef de l’exécutif). Les É-U imposent une limite de 2 mandats et certains pays imposent même une limite d’un seul mandat (Costa Rica par exemple). Il n’y a pas l’excuse que le chef d’état ici est la reine d’Angleterre ou son représentant, le Gouverneur général – ce sont des symboles et pas des chefs d’états effectifs. À titre d’exemple, on n’a qu’à regarder le fonctionnement du Parlement canadien où le PM Harper s’est conduit comme un véritable dictateur en faisant fi de l’opposition depuis qu’il a obtenu sa « majorité » (technique il est vrai)…

Pour le bénéfice des lecteurs, il est bon de rappeler que le Canada, la France, l’Italie, l’Angleterre, l’Australie, Nouvelle-Zélande, Belgique, Espagne, Pays-Bas, Suède, Islande, sont tous des Pays où les dirigeants peuvent se présenter indéfiniment.

Avons-nous déjà senti le besoin d’avoir une limite et d’interdire à un Premier ministre de re-soumettre sa candidature ?
NON.

Chez nous le nombre de fois qu’un élu peut se re-présenter comme candidat est illimité et cela ne nous a jamais incommodés.

Le problème que nous connaissons est plutôt celui de voir un gouvernement se dire «majoritaire» avec 39,6% (Harper) ou 41,52% (Couillard) des voix uniquement.
Une réelle fraude.

Qu’un élu puisse se représenter indéfiniment ne nous cause absolument aucun problème.
Nous savons fort bien que c’est nous qui avons le dernier mot et c’est bien ainsi.
Personne d’autre que les électeurs ne peuvent décider qui sera élu.

Si nous sommes satisfaits d’un premier ministre même après deux mandats pourquoi ne pourrions-nous pas avoir le choix de le ré-élire pour un 3e mandat. C’est nous la population qui décidons et c’est notre pouvoir démocratique qui pourrait être réduit si on nous introduisait une pareille clause.

Serge Charbonneau
Québec

@ Serge Charbonneau,

en France le mandat présidentiel est de 5 ans et limité à deux mandats successifs. Quoiqu’il en soit, quand le mandat était de 7 ans, un seul président (François Mittérand) n’a pu exxercer que deux mandats successifs, Jacques Chirac n’a exercé que deux mandats également, 7 ans et 5 ans. C’est lui qui a réduit la durée du mandat présidentiel à 5 ans.

La constitution de plusieurs pays que vous citez relève de la monarchie. Par concéquents, ce ne sont pas les premiers ministres qui se représentent…mais le parti. À cet effet vous auriez pu aussi faire mention de l’Allemagne où Angela Merkel gouverne depuis plus de dix ans et en est à son troisième mandat successif.

Quoiqu’il en soit, je ne vois aucun problème à limiter la durée et le nombre de certains mandats. Après tout en démocratie, il faut donner l’opportunité à des gens venant de tous horizons de pouvoir exercer des fonctions publiques.

Vous avez raison, M. Douginsky, en 2008 les lois françaises furent modifiées, cela m’avait échappé. Merci de votre mise au point. C’est sous Sarkozy que la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 a limité à deux mandats consécutifs l’exercice de la fonction présidentielle.

Et en effet, c’est Chirac qui a réduit la durée du mandat présidentiel à 5 ans par la réforme de 2000 n’a pas remis en cause le principe d’un quinquennat renouvelable sans limitation, même si, en pratique, dans l’histoire de la République, aucun président n’a encore effectué plus de deux mandats. Ils ne sont pas nombreux à avoir été réélus : sur 21 présidents, tel est seulement le cas de Jules Grévy et d’Albert Lebrun.

On constate donc que la limitation du nombre de mandats successifs n’est pas vraiment un problème.

Cependant, on nous vend cette clause en disant que c’est pour éviter que certains s’accrochent au pouvoir !

Mais voyons, nulle part dans ces Pays permettant la réélection nous n’avons vu un président ou un Premier ministre pouvant « s’accrocher » au pouvoir. Si tel était le cas, ce serait alors le processus électoral qui serait défectueux ! Les électeurs qui en ont assez ne sont pas imbéciles au point de réélire quelqu’un qu’ils ne veulent plus.

Une constitution comme la nôtre permet-elle le Premier ministre à vie ?
Soyons honnête, NON , pas du tout, nous sommes là pour toujours décider.
«Nous» décidons à chaque élection et personne ne pourrait être élu à vie, même s’il peut se re-présenter autant qu’il le veut. Ce sont nos bulletins de vote qui décident.

Si on dit qu’une clause de limitation du nombre de mandats est « essentielle », cela revient à dire automatiquement que les urnes sont une vraie farce et que la volonté de la population ne compte pas du tout dans notre système électoral.

Cette fameuse clause dont on fait une loi sacrée ne sert finalement que ceux qui aiment bien avoir des pions à leur service.
Un pion on peut facilement se remplacer, mais un Président ou un élu exceptionnel qui décide de travailler vraiment pour les intérêts de ses citoyens et de son Pays, ça c’est plus difficile à trouver et lorsqu’une population en découvre un ou une, elle veut le réélire. C’est là le danger pour ceux qui aiment placer leur pion.

La limitation du nombre de mandats permis est un affront à la démocratie en enlevant à l’électeur le droit de réélire une personne hors du commun.

Serge Charbonneau
Québec

@ Serge Charbonneau,

Personnellement, je ne fais pas de la limitation du nombre de mandats un « mantra » et je suis tout à fait d’accord avec vous quant au fait que c’est aux citoyennes et aux citoyens de procéder et choisir qui ils veulent.

Mais des personnes même « hors du commun » qui sont rares par les temps qui courent…. Ne pensez-vous pas que la sagesse devrait leur commander, passé un temps raisonnable au pourvoir (± 10 ans) qu’elles devraient avec modestie laisser leur place néanmoins à d’autres ? Ainsi va la vie !

**** NB : Sauf erreur ma part, les présidents à l’époque de Jules Grévy et d’Albert Lebrun n’étaient pas élus au suffrage universel mais par l’Assemblée nationale (chambre des députés + sénat). Il faut attendre les années 60 pour que l’élection soit populaire. Le rôle de président étant passé d’un pouvoir honorifique à un pouvoir exécutif.

Madame Hebert, vous ne pensez pas que les citoyens méritent qu’un premier ministre se rende conscient que l’on a assez de se faire vider les poches par les gouvernements..M.Harper veut aider les citoyens ..avec l,argent des citoyens….pourquoi vous êtes contre ça…?? Vous me tapez sur les nerfs..on sent bien que vous êtes de la GAUCHE…..

Ben, avez-vous lu l’article? C’est justement une partie du problème – déclencher des élections si tôt augmente les coûts pour tout le monde, que ce soit aux frais des contribuables qu’aux partis politiques qui puisent souvent leurs ressources dans les poches de leurs membres… On parle aussi dans l’article de cette dilapidation des fonds publics à la veille d’une élection par le PCC pour aller chercher des votes et se faire réélire! Vous trouvez que c’est pour aider les citoyens??? Attendez de faire vos rapports d’impôts, vous allez voir comment ce gouvernement Harper va aller chercher dans vos poches une bonne partie de ce qu’il vous a donné… Mme Hébert de gauche? Elle est bien bonne celle-là! L’avez-vous au moins regardé de temps en temps à CBC au National quand elle participe au panel At Issue? C’est une journaliste responsable qui cherche à garder sa neutralité dans tous ses commentaires et ce n’est pas parce que la vérité ne fait pas votre affaire que la vérité est nécessairement de GAUCHE!

Et pendant ce temps, il a coupé les millions de dollars accordés à une associations palestinienne qui aide les enfants de là-bas à aller à l’école, ce qui est primordial étant donné les traumatismes qu’ils subissent de façon constante de la part de leurs voisins occupants. Cette aide a été coupée complètement depuis 2 ou 3 ans, ce qui constitue un véritable crime contre l’humanité de la part d’un gouvernement complètement aveuglé par son appui pro-Israel, déconnecté des conditions de vie inhumaines qui existent en Palestine; ce gouvernement est d’un sans-coeur incroyable; c’est le temps qu’il débarque, qu’il décolle!

« Sans surprise, la tournée de chèques du mois de juillet a été ponctuée d’une modeste embellie conser­vatrice dans les intentions de vote » Est-ce moi ou il manque un ou des mots dans cette phrase?

L’argent est le facteur déterminant d’une victoire électorale? Vous en parlerez au parti libéral du Québec, qui vole les élections depuis au moins 20 ans. Argent et tricheries sont très efficaces aux élections. Au moins, le parti conservateur est bon pour le Canada. Le PLC est totalement destrusteur pour la nation québécoise. Méchante différence …

Bon pour le Canada? Ça doit être ironique! On a jamais vu en temps modernes au Canada une telle sape de la démocratie et une telle dilapidation des fonds publics, même aux temps les plus obscurs du PLC de PET et Chrétien et les commandites! Sans parler de la réputation internationale du Canada qui est devenu un paria en matière de changements climatiques et un « bully » au Moyen Orient… Comme destructeur du Canada on pourrait difficilement faire mieux…

Correction majeure : meilleure réputation dans les 55 pays sondés et où la majorité des répondants vivent dans le G7.

D’ailleurs, le Canada a encore bonne réputation auprès des individus qui sont généralement très mal informés, mais si vous posiez la question auprès d’organisations internationales et autres journalistes qui suivent l’actualité internationale, la réputation serait tout autre.

Il ne faut pas oublier que ça s’inscrit dans une longue liste d’abus de la démocratie par le gouvernement Harper. Il y a eu les projets de loi mammouths où les conservateurs ont passé de très nombreux changements aux lois, tentant de les faire passer inaperçus; l’augmentation éhontée de la publicité gouvernementale à des fins partisanes; au musèlement des fonctionnaires; à la guerre à la science de ce gouvernement et du congédiement de centaines de scientifiques; de la manipulation de la carte électorale et du processus électoral à des fins politiques et j’en passe. Il est important de rappeler aux électeurs les abus de ce gouvernement pour justement éviter que l’argent soit le facteur déterminant de cette élection; elle devrait se tenir sur le dossier du gouvernement Harper qui est loin d’être positif pour le Canada.

« Avec le temps, la méthode Harper a favorisé l’apparition d’un noyau de résistance autour duquel gravite un régiment d’anciens serviteurs de l’État — bien branchés sur la machine fédérale et sur les tribunes médiatiques. Le précédent directeur général des élections, Jean-Pierre Kingsley, est du nombre. La semaine avant le déclenchement hâtif du scrutin, il a dénoncé cette stratégie, qu’il considère comme un détournement de démocratie. »

Certes, mais d’anciens serviteurs de l’état « libéral » qui ne se sont pas fait entendre pour dénoncer les tromperies de Chrétien et de ses acolytes, en particulier avec l’affaires des commandites. Il en est de même avec les médias qui lorsqu’ils ne sont pas libéraux, sont anti-conservateurs, à peu d’exceptions près.

Je ne suis pas en amour avec les conservateurs, loin de là, mais force est de constater qu’existe en ce pays une Pensée Unique, une Rectitude Politique, hors de laquelle il n’y a pas de salut. Nous l’avons bien vu au Québec avec le débat sur la laïcité…