Véronique Hivon et le PQ en danger à Joliette
Élections 2018

Véronique Hivon et le PQ en danger à Joliette

Au coeur de la région de Lanaudière, la circonscription de Joliette s’annonce comme une chaude lutte entre la vice-cheffe du Parti québécois, Véronique Hivon, et le candidat de la Coalition avenir Québec, François Saint-Louis.

Un nouveau sondage de la firme Recherche Mainstreet commandé par Qc125 nous indique que Mme Hivon pourrait être en danger de perdre sa réélection dans ce château fort péquiste.

Ce nouveau sondage exclusif a été conduit le 23 juin 2018 auprès de 628 électeurs de la circonscription de Joliette par appels automatisés (une méthode appelée « IVR » pour interactive voice response). Les réponses ont été pondérées statistiquement en utilisant les renseignements démographiques recueillis dans le cadre du recensement de 2016. La marge d’erreur de ce sondage probabiliste est de ±4 %, 19 fois sur 20.

Voici donc les résultats. À la question: « Lors de la prochaine élection, pour le candidat de quel parti avez-vous l’intention de voter? », voici les résultats:

La Coalition avenir Québec obtient le plus grand nombre de répondant avec 26 %.

Le Parti québécois se trouve tout près derrière avec 24 %. Il y a donc une égalité statistique entre la CAQ et le PQ dans Joliette parmi les électeurs décidés, car leurs résultats respectifs se trouvent à l’intérieur de la marge d’erreur.

De plus, et il ne s’agit pas d’une surprise en soit, mais le Parti libéral du Québec (avec 9 %) et Québec solidaire (avec 8 %) ne seront vraisemblablement pas compétitifs dans cette circonscription.

Néanmoins, plus du quart des répondants (27 %) s’identifient comme indécis, ce qui nous indique que rien n’est encore joué et que la campagne locale sera d’une importance capitale en août et septembre prochain.

Comme c’est la norme dans l’industrie des sondages politiques, une question de relance était ensuite posée aux répondants: « Si vous êtes indécis, pour le candidat de quel parti seriez-vous le plus enclin de voter? »

Voici les résultats des intentions de vote après la question de relance:

C’est ici que les mauvaises nouvelles commencent pour Mme Hivon: après la question de relance, la Coalition avenir Québec récolte 33 % des répondants, une hausse de sept points, contre seulement 26 % pour le Parti québécois (un gain de deux points).

Cela signifie donc qu’une plus grande part des indécis de la circonscription de Joliette se rangerait du côté de la CAQ et ce, même avec la notoritété généralement positive dont jouit Mme Hivon (dans un sondage Léger de mars 2018, Mme Hivon était décrite comme « un atout pour son parti » par 44 % des répondants [pp. 20-21], le plus haut score parmi ceux et celles testés par l’étude).

En isolant seulement les électeurs décidés et enclins de ce sondage (un total non négligeable de 523 répondants), voici ce que nous obtenons:

La Coalition avenir Québec serait donc en tête avec 40 % des répondants décidés et enclins. Un tel total, s’il devait se transférer dans l’urne, serait un sommet pour un parti autre que le PQ depuis le début du présent siècle.

Le Parti québécois et Mme Hivon ne sont toutefois pas loin derrière avec 30 % des répondants. Notons ici que Mme Hivon, lors des trois élections générales où elle a porté les couleurs du PQ dans Joliette, avait récolté 46 %, 47 % et 44 % des suffrages en 2008, 2012 et 2014 respectivement. Si ce sondage devait s’avérer, cela nous indiquerait que la chute abrupte du PQ au niveau national depuis le printemps 2017 aurait aussi plombé les chiffres du PQ dans Joliette.

Comment ce sondage se compare-t-il avec la dernière projection électorale Qc125, publiée le 28 juin dernier dans L’actualité? Voici la plus récente projection pour la circonscription de Joliette (qui ne prenait pas en compte de ce nouveau sondage):

Selon le modèle Qc125, Joliette est présentement une circonscription pivot où la CAQ et le PQ sont à quasi égalité – avec un léger avantage pour la formation de François Legault. En effet, sur le graphique ci-dessus, nous remarquons que les intervalles de confiance des deux partis se croisent considérablement.

Superposons maintenant les données de ce sondage avec celles de la projection:

Nous pouvons remarquer que les données de ce sondage Mainstreet/Qc125 (MS) se trouvent à l’intérieur des intervalles de confiance de la projection et ce, pour chacun des partis. La donnée la plus éloignée de la moyenne est celle du PQ qui, avec 30 % dans ce sondage, frôle la limite inférieure de l’intervalle de confiance.

Cela signifie donc que, si le sondage est précis, le modèle Qc125 surestime quelque peu les appuis au Parti québécois et Mme Hivon et, dans une moindre mesure, sousestime légèrement le vote solidaire.

Évidemment, je répète souvent qu’il ne faut pas donner trop d’importance à un sondage unique et qu’il est préférable de calculer des moyennes afin de décerner les tendances. Chaque sondage est un morceau d’un grand puzzle dont les formes et les tracés changent constamment.

Toutefois, advenant que le PQ soit bel et bien en danger de perdre Joliette, cela n’augure rien de bon pour les troupes de Jean-François Lisée. À l’exception de la vague adéquiste de 2007, le PQ a remporté la circonscription de Joliette à chaque élection générale depuis 1981.

Mme Hivon et le Parti québécois n’ont plus que 89 jours avant l’élection pour renverser la tendance.

* * *

Pour consulter le rapport de ce sondage Mainstreet/Qc125 pour la circonscription de Joliette, veuillez visiter ce lien.