Que disaient les sondages en 2014?
Élections 2018

Que disaient les sondages en 2014?

En février 2014, le Parti québécois était aux portes d’un gouvernement majoritaire. Nous connaissons la suite… Philippe J Fournier nous replonge dans la précédente campagne électorale pour mieux anticiper celle qui s’en vient.

À l’automne 2016, alors que la première version du modèle Qc125 était en construction, je me suis questionné sur l’historique de la performance des sondages politiques au Québec. Quelques années plus tôt, plusieurs firmes de sondages canadiennes avaient complètement raté les élections provinciales en Alberta (2012) et en Colombie britannique (2013).

Était-ce une nouvelle tendance? Les firmes de sondages étaient-elles maintenant incapables de s’adapter aux nouvelles réalités des électeurs? Ou est-ce que ces deux élections furent en fait de simples données aberrantes dans l’univers des sondages?

Une fois la première version de Qc125 complétée, j’ai tenté de reproduire les campagnes électorales de 2014, 2012, 2008… et à ma grande surprise, le modèle concordait merveilleusement bien avec les résultats. Manifestement, les firmes de sondages qui ont travaillé au Québec ces dernières années ont tâté le pouls de l’électorat avec succès.

Pour ce billet, je vous propose de retourner à l’automne 2012.

* * *

Le 4 septembre 2012, Pauline Marois devient la première femme Première Ministre de l’histoire du Québec. Les Libéraux de Jean Charest, vaincus après trois mandats consécutifs (dont un minoritaire), retournent sur les bancs de l’opposition. La CAQ de François Legault obtient un vote populaire respectable de 27,1% et 19 sièges à sa toute première élection. Québec solidaire double son total de sièges avec Françoise David qui parvient à prendre la circonscription de Gouin au Parti québécois (une circonscription qui avait voté péquiste sans interruption depuis 1976).

Regardons la liste des sondages Léger et CROP entre l’élection de 2012 et la dissolution de l’Assemblée nationale en mars 2014 :

Que remarquons-nous? Peu après l’élection de septembre 2012, le PQ jouit d’une période de grâce. La CAQ et le PLQ glissent quelque peu.

Puis, au printemps 2013, après la nomination de Philippe Couillard à la tête du PLQ, le nouveau chef libéral entre dans une lune de miel – ce qui n’est pas rare après l’élection d’un nouveau chef. Selon les données des sondages, cette remontée libérale se fait à la fois aux dépens du PQ et de la CAQ.

Toutefois, la fameuse saga autour de la défunte Charte des valeurs fait tourner le vent en faveur du PQ, principalement au détriment de la CAQ. Du printemps à l’automne 2013, le PQ remonte la pente et, au début de l’hiver suivant, rejoint les libéraux en tête des intentions de vote. Nous semblons, encore une fois, nous diriger vers une course classique entre le PLQ et le PQ.

Puis, entre Noël 2013 et la dissolution de l’Assemblée nationale en mars 2014, le PQ prend les devants dans les sondages. Il est à rappeler que la dissolution, voulue par Pauline Marois alors à la tête d’un gouvernement minoritaire, va précipiter le lancement de la campagne.

Les deux formations sont presque au coude à coude, mais comme le vote libéral est davantage concentré, le PQ n’a pas nécessairement besoin de battre le PLQ au vote populaire pour remporter l’élection. D’ailleurs, dans une proportion importante des simulations, une égalité PQ-PLQ au suffrage signifie une victoire péquiste claire.

***

En ne considérant que les données qui étaient disponibles à l’époque, quelles auraient été les projections Qc125 au début et à la fin de la campagne électorale de 2014? Voici.

Projection Qc125 au début de la campagne de 2014

Avec la méthode de calcul actuellement utilisée par le modèle Qc125, la projection du vote populaire au début de la campagne aurait été la suivante:


Avec une avance moyenne de près de trois points dans les intentions de vote, le PQ se dirigeait non seulement vers une réélection, mais probablement vers une victoire majoritaire.


Voici la projection des totaux de sièges avec les données indiquées ci-dessus:

En début de campagne, le PQ aurait été projeté, en moyenne, à près de 69 sièges à l’Assemblée nationale. Les Libéraux aurait formé l’opposition officielle et la CAQ aurait été décimée, obtenant moins d’une douzaine de sièges.


Avec une telle avance, le Parti québécois remportait plus de 97% des simulations. Au début du mois de mars 2014, à moins d’un revirement majeur, le Québec se dirigeait vers un sixième mandat péquiste depuis 1976:


Près de huit simulations sur dix accordaient au Parti québécois un gouvernement majoritaire.

Mais bien sûr, c’était avant la campagne électorale.

Projection Qc125 à la fin de la campagne de 2014

Voici les sondages publiés pendant la campagne électorale, soit en mars et avril 2014:


Dès le début de la campagne, deux sondages plaçaient le PQ et le PLQ à égalité. Toutefois, rappelez-vous: une égalité au vote populaire signifie une victoire pour le PQ en termes de sièges.

La campagne avançait et les sondeurs mesuraient tous la même tendance: le PQ glissait graduellement au profit des Libéraux. Puis, dans les dix derniers jours de la campagne, la CAQ grimpait abruptement dans les intentions de votes – aux dépens du PQ.

Le matin du 7 avril 2014, le jour de l’élection générale au Québec, armée de sondages des firmes Léger, CROP, EKOS, Ipsos et Angus Reid, la projection Qc125 aurait changé dramatiquement.

Utilisons cette série de sondages afin de projeter le vote populaire. Voici ce que le modèle Qc125 aurait produit en se basant sur les chiffres disponibles à l’époque:

Voici les données avec les intervalles de confiance de 95%:

Le Parti québécois avait perdu des points à la fois au PLQ et, particulièrement en fin de campagne, à la CAQ. Avec cette projection du vote, voici les totaux moyens de sièges de la projection finale:
Le matin de l’élection, le titre de la projection finale aurait sans doute été: « Le Québec en voie d’élire un gouvernement libéral majoritaire ». En effet, en utilisant les données disponibles le 7 avril 2014, le PLQ remportait plus de 99% des simulations:

Comparaison entre la projection et les résultats de l’élection

Comparons la projection de sièges avec les résultats de l’élection. Voici la projection du vote populaire superposée avec les suffrages du 7 avril 2014:

  • Les sondeurs avaient vu juste quant à l’avance des Libéraux, mais force est de constater que le PLQ a une nouvelle fois joui d’une « prime à l’urne ». Le résultat de 41,5% est à l’intérieur de l’intervalle de confiance de la projection, mais il s’agit du plus grand écart entre les projections moyennes du modèle et les résultats finaux;
  • Les projections du vote populaire du PQ et de la CAQ sont toutes les deux à l’intérieur de leur intervalle de confiance. Le PQ a été surestimé de 0,8% et la CAQ sous-estimée de 1,5%. Toutefois, comme nous le verrons plus bas, cet écart additionné de 2,3% entre la projection et les résultats de la CAQ et du PQ a eu un effet significatif sur la projection de sièges.
  • Le résultat de QS a correspondu presque parfaitement avec la projection.

Regardons maintenant les totaux de sièges:

Comme vous pouvez le constater, il aurait fallu une catastrophe de multiples firmes de sondage pour que les Libéraux soient écartés du pouvoir en 2014.

En conclusion

Si les sondages pendant la campagne québécoise sont de qualité (l’histoire récente des sondages au Québec nous porte à croire qu’ils le seront), le modèle Qc125 sera probablement capable de calculer une projection très proche du résultat de l’élection.

En réponse à quelques mauvaises langues sur les réseaux sociaux qui m’ont écrit: « Les sondages ne servent à rien, surtout à des mois des élections! » Laissez-moi vous répondre ceci:

Si par « ne servir à rien », vous voulez dire que les sondages à des mois des élections ne servent pas à prédire le prochain gouvernement, et bien vous avez parfaitement raison! Je n’ai jamais affirmé le contraire. Toutefois, pour comprendre les mouvements (les sautes d’humeur?) dans l’opinion publique, il est primordial de les étudier et de suivre leur progression au fil du temps.

En février 2014, le Parti québécois était aux portes d’un gouvernement majoritaire. À l’été 2017, 40% des électeurs Montréalais ne connaissaient pas Valérie Plante et son parti, Projet Montréal, tirait de l’arrière par 14 points contre le parti de Denis Coderre. Nous connaissons la suite.

Les campagnes électorales peuvent tout chavirer: les candidats sont dans l’actualité en continu, les programmes sont davantage scrutés, les humeurs changent.

Que la campagne commence!