Une majorité avec 35 % des voix est-elle possible ?
Élections 2018

Une majorité avec 35 % des voix est-elle possible ?

Si les chiffres actuels devaient se confirmer dans les urnes le 1er octobre prochain, il s’agirait d’une première. Mais la vraie campagne commence cette semaine, dit Philippe J. Fournier.

La longue fin de semaine de la fête du Travail est passée, nous entrons dans ce que nous pourrions définir comme le deuxième acte de cette campagne : dans les 10 prochains jours, les chefs de partis qui parcourent les quatre coins du Québec devront préparer le terrain pour la semaine des débats des chefs (le 13 septembre à Radio-Canada, le 17 septembre en anglais à CTV-CBC-Global et le 20 septembre à TVA).

Nous ajoutons à la projection les données suivantes : le dernier sondage Léger–Le Devoir–The Gazette et les sondages Recherche Mainstreet–Capitales Médias (une brève explication de la méthodologie de la projection se trouve à la fin de cet article).

Voici donc la projection électorale Qc125 à la première scène du deuxième acte de cette campagne.

Projection du vote populaire

Encore une fois, il n’y a que très peu de mouvement dans les intentions de vote. En effet, les données de Léger et Recherche Mainstreet convergent généralement vers les mêmes tendances, mais avec une exception importante : les chiffres pour Québec solidaire. Alors que le sondage Léger fait baisser les appuis à QS à 8 % (après répartition), celui de Mainstreet les fait grimper à près de 15 %. Est-ce une divergence temporaire causée par les fluctuations normales des sondages ? Cela reste à voir. En guise de comparaison, rappelons qu’à la mi-août Ipsos–La Presse accordait 12 % à Québec solidaire et CROP–Cogego, 10 %.

En ce lundi 3 septembre 2018, le modèle électoral Qc125 accorde un vote populaire moyen de 35,5 % à la Coalition Avenir Québec, une avance d’un peu plus de cinq points sur le Parti libéral du Québec, dont la moyenne est de 30,4 %.
Les 10 premiers jours de la campagne sont maintenant derrière nous et le Parti québécois se trouve toujours loin en troisième place,  avec 18,2% des intentions de vote. Comme nous le verrons plus bas, de nombreuses circonscriptions péquistes de longue date demeurent en danger, particulièrement dans l’est de la Montérégie et dans Laurentides-Lanaudière. Les prochaines semaines seront déterminantes pour le PQ.

Finalement, Québec solidaire obtient 10,7 %. Avec ce niveau d’appui, la formation de Massé et Nadeau-Dubois est actuellement concurrentielle dans six circonscriptions de l’est de l’île de Montréal. La circonscription de Taschereau, au centre-ville de Québec, vaut aussi la peine d’être gardée à l’œil.

Voici les moyennes des projections du vote populaire avec les intervalles de confiance de 95 % :

Projection des totaux de sièges

Même si le vote populaire moyen de la CAQ oscille toujours autour de 35 % à l’échelle de la province, son avance parmi les électeurs francophones et une division du vote qui lui est favorable accordent à la CAQ une moyenne de 70,9 sièges. Rappelons qu’un vote populaire de 35 % n’a jamais, dans l’histoire politique du Québec, produit un gouvernement majoritaire. Si ces chiffres devaient se confirmer dans les urnes le 1er octobre prochain, il s’agirait d’une première.

Considérez la figure suivante. Il s’agit des moyennes des totaux de sièges avec les intervalles de confiance de 95 % :


Voici les densités de probabilités pour la CAQ, le PLQ et le PQ :



Avec une telle avance, la CAQ remporte plus de 95 % des 50 000 simulations de la projection. Tout comme la semaine dernière, les trois quarts des simulations accordent à la CAQ un total de sièges supérieur à 63, soit le seuil pour une majorité à l’Assemblée nationale.

Distribution régionale

Pour consulter la carte complète de la projection, visitez ce lien. Sur les cartes, les circonscriptions pâles indiquent les circonscriptions pivots, où les probabilités de victoire du parti en tête sont sous les 80 %.

***

Plus tard cette semaine, j’explorerai les détails de la proposition de réforme électorale du Mouvement démocratie nouvelle : un mode de scrutin proportionnel mixte. Cette réforme électorale est dans les plans depuis un bon nombre d’années et, au printemps dernier, la CAQ, le PQ, QS et le Parti vert du Québec ont signé une entente qui engagerait le prochain gouvernement à changer le mode de scrutin des élections québécoises.

À bientôt !

À propos de la méthodologie :

Cette projection électorale Qc125 est basée sur le dernier mois des sondages publiés au Québec, provenant des maisons Léger, CROP, Recherche Mainstreet et Ipsos depuis août 2018. Également, le modèle utilise les données du recensement canadien et l’historique électoral des 125 circonscriptions du Québec afin de déterminer les tendances et corrélations entre les régions du Québec. De plus, il utilise une distribution non proportionnelle des indécis liée à l’historique des résultats des sondages électoraux au Québec.

Chaque sondage utilisé dans cette projection est pondéré selon la taille de son échantillon et sa date de terrain. Les sondages récents possèdent une pondération plus importante. Au cours de la campagne, l’étendue des sondages utilisés ne dépassera pas deux semaines, mais comme il s’agit toujours de la précampagne, les sondages du dernier mois ont été considérés. Pour plus de détails sur la méthodologie Qc125, visitez cette page.