Bertrand : La pauvreté discrète
Élections 2018

Bertrand : La pauvreté discrète

Derrière la beauté des montagnes et des lacs de cette circonscription se cache une difficile réalité économique, qui se détériore depuis 20 ans sans faire les manchettes. 

Pour aider les électeurs à faire leur choix, L’actualité a passé au peigne fin les 125 circonscriptions du Québec… et a fait des découvertes surprenantes. Ce texte fait partie d’un grand dossier de 30 pages d’analyses et de reportages qui jettent un éclairage nouveau sur les élections du 1er octobre prochain.

Les pères et les mères, parfois accompagnés de leurs enfants, suivent en silence le parcours à travers les cinq pièces du sous-sol du presbytère, qui jouxte la belle église en pierres de Sainte-Agathe-des-Monts, au cœur des Laurentides. Les tables adossées aux murs de blocs peints en blanc débordent de nourriture : pains, yogourts, fruits et légumes, biscuits au chocolat, lait, jus… Il y en a même pour le chat. Dans la dernière pièce, les gros congélateurs renferment la viande et des pâtés au poulet ou au saumon. En ce jeudi matin pluvieux, c’est jour de distribution à la banque alimentaire Bouffe-Dépannage, la plus imposante de la région, qui donne chaque semaine 1 700 kilos de nourriture.

Le matin, 30 familles — qui nourrissent 73 enfants — viennent y chercher leur ration pour survivre à la semaine. Aux stations divisées selon les groupes alimentaires, les parents tendent leurs sacs aux bénévoles, qui y glissent la nourriture en fonction de la taille du ménage — l’un a huit enfants. Quelques notes d’humour sont parfois échangées à la hâte, mais les mots sont généralement inutiles. Ils se connaissent. C’est la triste routine de la pauvreté.


Une routine qui touche de plus en plus de personnes dans le grand secteur de Sainte-Agathe-des-Monts. L’affluence de la banque alimentaire a bondi de 50 % en 10 ans. « Avant, une grosse journée, c’était 80 personnes. Maintenant, une petite journée, c’est 120 », raconte la dynamique Françoise Garand, infirmière à la retraite qui dirige l’organisme depuis 16 ans.

Après les familles le matin, c’est au tour des gens seuls en après-midi. Près de 140 personnes se présentent avec leur carte d’utilisateur — l’organisme vérifie les revenus avant de la délivrer — et leur contribution symbolique de deux dollars. « Au Québec, une famille a des subventions, alors beaucoup s’en sortent, mais pour les personnes seules, c’est difficile », souligne Françoise Garand. Particulièrement au milieu du mois, lorsque le chèque d’aide sociale est épuisé.

Celle que tous appellent simplement « Françoise » fait penser à une petite souris, tant par sa taille que par sa voix, mais elle dirige la vingtaine de bénévoles de Bouffe-Dépannage avec l’aplomb d’une lionne, qui s’assure que son monde ne manque de rien. Elle fera plusieurs allers-retours dans le vaste garde-manger pour répondre à certaines demandes spéciales : pogos, pommes de terre en conserve, macaroni Kraft Dinner… « Ce sont les plus populaires, alors je ne les sors pas trop. Le drame, c’est que nos familles ne cuisinent pas », dit-elle.

Les chiffres compilés par L’actualité pour ce dossier électoral témoignent d’une région qui tire le diable par la queue depuis 20 ans. La circonscription de Bertrand, à cheval sur les Laurentides et Lanaudière, regroupe notamment Sainte-Agathe-des-Monts, Sainte-Adèle, Val-Morin, Val-David, Estérel, Saint-Donat et plusieurs petits villages le long de l’autoroute 15. C’est l’endroit au Québec où la situation socioéconomique s’est le plus dégradée depuis 1996.

Françoise Garand, directrice de la banque alimentaire Bouffe-Dépannage, à Sainte-Agathe-des-Monts. (Photo : Daphné Caron)

Sur nos 28 indicateurs, 24 sont au rouge. Bertrand est la  circonscription qui compte le plus de personnes âgées au Québec. La moitié de ses habitants ont plus de 53 ans. Elle se classe au 107e rang sur 125 circonscriptions en ce qui a trait au revenu médian des ménages — 50 000 dollars. Une personne sur cinq (19,1 %) fait partie d’un ménage à faible revenu. Ils n’étaient que 11,6 % en 2006…

Dans la file qui s’étire entre les tables au sous-sol du presbytère, la plupart des bénéficiaires portent des vêtements propres. Leur allure n’est pas la mesure de leur détresse. Certains sont trahis par leurs chaussures, difficiles à dénicher et donc usées, ou par la santé de leurs dents. Beaucoup travaillent au salaire minimum, comme cette mère de cinq enfants qui bosse au Canadian Tire du coin, mais qui n’arrive pas à conjuguer le loyer, l’habillement et la nourriture. D’autres sont atteints d’un trouble mental, invisible à l’œil du simple passant.

« On n’a pas la pauvreté apparente ici, explique Françoise Garand. Les Laurentides souffrent, mais on n’en parle pas. Les gens sont fiers. C’est un peu tabou. » Il n’y a aucune ressource pour les itinérants, qui doivent prendre le chemin de Montréal pour obtenir des services, les rues se retrouvant ainsi vidées de la détresse la plus visible.

Dans Bertrand, les transferts gouvernementaux par habitant sont supérieurs à la moyenne québécoise. Le taux d’activité de la population en âge de travailler (15-64 ans) y atteint à peine 55,1 %, contre 64,1 % au Québec. Plus de 22 % des jeunes ne décrocheront pas de diplôme d’études secondaires, ce qui est là encore supérieur à la moyenne québécoise.

Le député sortant du Parti québécois Claude Cousineau, 68 ans, qui prend sa retraite après 20 ans et six mandats, convient que ce portrait grisâtre peut surprendre, alors que les Laurentides jouissent d’une image idyllique grâce à la beauté de leurs paysages. « La richesse côtoie la pauvreté. L’écart est énorme, dit-il. Des enfants font du ski avec des combinaisons à 1 000 dollars sur le dos pendant que des jeunes vont dans le sous-sol de l’église à la soupe populaire », raconte-t-il.

Il n’est pas rare de voir des « chalets » se vendre près d’un million de dollars en bordure de certains cours d’eau de la région. Tout un contraste avec les petits rangs de Lantier ou de Val-Morin, peuplés de maisons parfois déglinguées. La moitié de la valeur foncière de la région est attribuable à des résidences secondaires, utilisées à temps partiel par des gens qui vivent à Montréal ou dans sa banlieue. Les secteurs qui maintiennent ces chalets (entretien paysager, ménager…) ou animent leurs occupants (villégiature, ski, bateau…) offrent souvent des emplois à maigres salaires.

Bertrand, comme les circonscriptions voisines d’Argenteuil (119e) et de Saint-Jérôme (122e), également dans le bas de notre classement des circonscriptions, est assez près de Montréal pour en être le terrain de jeux, mais trop loin (1 h 15 de voiture) pour que ses habitants puissent véritablement profiter des emplois bien payés de la métropole et de ses environs. « C’est la quatrième banlieue après Laval, Blainville et Saint-Jérôme. On a une industrie saisonnière l’été, mais pas beaucoup d’usines ou de professionnels. Les emplois permanents de qualité ne sont pas si nombreux », explique Denis Chalifoux, maire de Sainte-Agathe-des-Monts depuis 2009 et préfet de la MRC des Laurentides depuis 2013. « L’époque n’est pas glorieuse, c’est sûr. »

Lueur d’espoir depuis deux ans : la construction se porte mieux, alimentée entre autres par les acheteurs des environs, de sorte que les électriciens, plombiers, couvreurs et autres frigoristes ont eu moins recours à l’assurance-emploi qu’à l’habitude.

La hausse des loyers à Saint-Jérôme, la capitale régionale, plus au sud, crée un effet domino et fait grimper ceux de Sainte-Agathe et des environs. Rien pour faciliter la vie des résidants de Bertrand, où plus d’un ménage sur cinq (22,8 %) consacre désormais au-delà de 30 % de son budget à se loger. La valeur foncière près des lacs ayant explosé, certains retraités sont à présent incapables de payer les taxes municipales et doivent, la mort dans l’âme, s’en aller vers l’intérieur des terres.

À 71 ans, l’énergique Serge St-Hilaire, ancien maire de Val-Morin, s’occupe aujourd’hui des plus démunis à la Halte alimentaire du village, à un jet de pierre de la mairie. « Je connais des gens qui vivent maintenant dans des roulottes, isolés, et qui sortent juste pour venir nous voir », dit-il en pointant ses six bénévoles, qui leur préparent une trentaine de paniers de nourriture. « Ça fend le cœur. »

Le télétravail, de plus en plus répandu, aide à garder des résidants à l’année, ce qui devrait contribuer à la prospérité, affirme le député Claude Cousineau. Encore que, dans son village de Sainte-Lucie, qui compte 1 100 habitants et où il vit depuis 40 ans — il a construit lui-même sa maison en bois au bout du rang 7 —, les ondes cellulaires et Internet ne se rendent toujours pas, ce qui l’oblige à sortir de son patelin et à parcourir trois kilomètres s’il veut lire ses courriels ! « Certains disent qu’il faut aimer la sainte paix. Moi, j’aime bien dire qu’il y a encore du chemin à faire ! »

Le chemin des Hauteurs, qui traverse Sainte-Lucie, est le même que les colons empruntaient il y a près de 150 ans, du temps du curé Labelle, pour se rendre à Saint-Donat. La petite et charmante église en bois blanche et verte, au centre du village, vient de fermer. L’école primaire n’accueille plus d’enfants depuis quelques années, faute d’élèves, à l’image de plusieurs localités des Laurentides, dont la population ne se renouvelle pas suffisamment. « Dans Bertrand, à bien des égards, nous vivons la même réalité que les régions éloignées, mais personne ne semble s’en rendre compte », dit Claude Cousineau, qui espère que le prochain gouvernement, quelle que soit sa couleur, prêtera attention à son coin de pays.