Qsistes, plquistes et le bon côté de la vertu
Élections 2018Carnets de campagne

Qsistes, plquistes et le bon côté de la vertu

Parmi les quatre partis principaux qui se partagent l’arène politique québécoise, deux ont littéralement confisqué une qualité, affirme Marie-France Bazzo, qui propose une nouvelle façon de nommer le monde — et les partis. 

Il y a quatre partis principaux qui se partagent l’arène politique québécoise. De ceux-ci, deux ont littéralement confisqué une qualité : les libéraux et les solidaires. Ni les péquistes ni les caquistes ne poussent l’appropriation jusqu’à se qualifier de « québécois », même si leur nom de parti inclut « Québec » ou « québécois »…

C’est l’ami Antoine Robitaille, dans le Journal de Montréal, qui a attaché le grelot. Dans un article récent, il parlait des Qsistes. Il est le seul à le faire. Mais il a probablement raison. En s’autoproclamant d’office des « solidaires », les membres du parti de Manon Massé relèguent les autres à leur contraire. Si tu n’es pas solidaire, tu es donc égoïste, narcissique.

Il y a, dans cette appellation séduisante, une volonté de se camper du côté de la vertu. C’est très habile, et pernicieux. En 2005, lors de la fusion de l’Union des forces progressistes et d’Option citoyenne, on s’est inspiré du titre du manifeste des Solidaires, qui s’opposait au manifeste des Lucides (autre beau cas d’appropriation que celui de la lucidité !). Et voilà, les généreux Solidaires existaient. Qsistes, ç’aurait sonné tellement technocratique…

À une autre époque moins regardante, les libéraux réussissaient un formidable braquage sémantique, s’arrogeant le mot très enviable de « libéraux », synonyme d’ouverture, de libertés civiles, de progrès. Les autres étaient les conservateurs. Mais c’était en 1867. Aujourd’hui, plquiste serait plus logique, mais plus modeste aussi. Car le libéralisme n’est pas l’apanage des troupes de M. Couillard, tout comme la solidarité n’est pas distillée uniquement dans la cuisine de GND.

La manière de nommer le monde — et les partis — n’est jamais neutre. On lance ça : péquistes, caquistes, qsistes, plquistes ?

On peut rêver…