La balance du pouvoir aux deux partis souverainistes ?
Élections 2018Carnets de campagne

La balance du pouvoir aux deux partis souverainistes ?

Bien qu’il soit trop tôt pour parler d’une tendance, la Coalition Avenir Québec a reculé de plusieurs points dans les sondages depuis le premier débat des chefs. Et c’est le Parti québécois et Québec solidaire qui semblent en profiter.

Il ne reste plus que 14 jours avant l’élection générale québécoise du 1er octobre. Depuis le début de la campagne, les intentions de vote semblaient figées à un point tel que nous étions en droit de nous demander si la CAQ pouvait se mettre sur la conduite automatique jusqu’à la ligne d’arrivée. Toutefois, depuis le débat des chefs de jeudi soir à Radio-Canada, la Coalition Avenir Québec a reculé de plusieurs points dans le dernier sondage Recherche Mainstreet–Groupe Capitales Médias.

Est-ce seulement une fluctuation statistique ou le début d’une tendance ? Seuls les chiffres des prochains jours nous le diront. Néanmoins, nous ajoutons ces nouvelles données au modèle Qc125 et mettons à jour ici la projection électorale (une brève explication de la méthodologie se trouve à la fin de cet article).

Projection du vote populaire

Le modèle électoral Qc125 accorde un vote populaire moyen de 33,0 % à la Coalition Avenir Québec, une avance d’un peu moins de trois points sur le Parti libéral du Québec, dont la moyenne est de 30,6 %. Les chiffres des derniers jours se sont resserrés, mais nous verrons plus bas que la CAQ est toujours favorite pour remporter une pluralité de sièges.
Le Parti québécois franchit la barre importante du 20 % et obtient une moyenne de 20,1 % des intentions de vote. Finalement, Québec solidaire obtient 12,0 %.

Voici les moyennes des projections du vote populaire avec les intervalles de confiance de 95 % :

Projection des totaux de sièges

Pour la deuxième semaine consécutive, la moyenne des totaux de sièges de la Coalition Avenir Québec se trouve sous le seuil de la majorité. Cette semaine, la CAQ se trouve à 60,3 sièges.

Nous remarquons que la moyenne du Parti québécois est maintenant de 15,1 sièges. Ces points précieux arrachés à la CAQ auront donc été payants pour le PQ, selon le modèle. En effet, en date du 20 août, le PQ n’était projeté qu’à 8,4 sièges. Évidemment, le PQ demeure encore loin de la victoire avec ces chiffres, mais sa progression dans les sondages et dans la projection est manifestement mesurable.

Considérez la figure suivante. Il s’agit des moyennes des totaux de sièges avec les intervalles de confiance de 95 % :

Voici les densités de probabilités pour la CAQ, le PLQ et le PQ :

En arrondissant les moyennes des totaux de sièges à l’unité, voici ce que nous obtenons :

Avec une telle avance, la CAQ remporte près de 80 % des 50 000 simulations de la projection, soit quatre simulations sur cinq. Seulement 45 % des simulations accordent à la CAQ un total de sièges supérieur à 63, soit le seuil pour obtenir une majorité à l’Assemblée nationale.

Distribution régionale

Pour consulter la carte complète de la projection, visitez ce lien. Sur les cartes, les circonscriptions pâles indiquent les circonscriptions pivots, où les probabilités de victoire du parti en tête sont sous les 80 %.

En conclusion

La semaine qui débute s’annonce riche en rebondissements : lundi soir, les chefs participeront au tout premier débat en anglais sur les ondes de CBC, CTV et Global (de 17 h 30 à 19 h). L’électorat québécois prêtera-t-il attention à ce débat dans la langue de Shakespeare ? Les thèmes abordés lors de ce débat seront généralement les mêmes que lors du débat de Radio-Canada (santé, éducation, soin des aînés, immigration, économie, etc.).

Ensuite viendra le troisième et dernier débat des chefs, jeudi soir à l’antenne de TVA, puis un sprint final de 10 jours avant l’élection.

Nous attendons les sondages des autres maisons sur le terrain (Ipsos et CROP) sous peu. Nous pouvons parier que Léger ira sur le terrain après le dernier débat. Nous aurons alors des données fraîches à nous mettre sous la dent.

* * *

À propos de la méthodologie :
Cette projection électorale Qc125 est basée sur le dernier mois des sondages publiés au Québec, provenant des sociétés Léger, CROP, Recherche Mainstreet et Ipsos depuis août 2018. Également, le modèle utilise les données du recensement canadien et l’historique électoral des 125 circonscriptions du Québec afin de déterminer les tendances et corrélations entre les régions du Québec. De plus, il utilise une distribution non proportionnelle des indécis liée à l’historique des résultats des sondages électoraux au Québec. Chaque sondage utilisé dans cette projection est pondéré selon la taille de son échantillon et sa date de terrain. Les sondages récents possèdent une pondération plus importante. Pour plus de détails sur la méthodologie Qc125, visitez cette page.