Après Maurice Duplessis, Daniel Johnson et Lucien Bouchard… François Legault ?
Élections 2018Carnets de campagne

Après Maurice Duplessis, Daniel Johnson et Lucien Bouchard… François Legault ?

Selon la dernière projection Qc125, la CAQ pourrait prendre le pouvoir tout en ayant reçu moins de votes que son principal rival, une possibilité qui ne s’est produite qu’à trois reprises dans les 100 dernières années au Québec.

En analysant les sondages de la dernière semaine, nous constatons qu’il est de plus en plus possible que la Coalition Avenir Québec remporte une pluralité de sièges à l’Assemblée nationale tout en perdant le vote populaire au profit du Parti libéral du Québec.

Préparez donc vos analogies et comparaisons par rapport à l’élection américaine de 2016, où Hillary Clinton avait remporté le suffrage, mais perdu le Collège électoral (« Couillard aurait dû faire campagne au Wisconsin ! »).

Utilisons les données de la mise à jour du 20 septembre 2018 : cette projection nous indique que le PLQ et la CAQ sont à égalité statistique dans le vote populaire…

… mais que François Legault et son équipe sont toujours favoris pour remporter une pluralité (ou même une majorité) de sièges.

En effet, selon les données de la projection, la CAQ remporte le plus grand nombre de circonscriptions dans près de 59 % des simulations. Le PLQ se faufile avec la victoire dans les environ 40 % restants.

Donc, il est clair que la CAQ pourrait prendre le pouvoir au Québec tout en ayant reçu moins de votes que son rival principal, une possibilité qui ne s’est produite qu’à trois reprises dans les 100 dernières années au Québec :

  • En 1944, Maurice Duplessis, de l’Union nationale, a remporté 48 sièges sur les 90 de l’Assemblée législative du Québec avec 38 % du vote, contre son rival libéral Adélard Godbout, qui n’a récolté que 37 sièges, bien qu’il ait remporté le vote populaire, avec 39,4 % des suffrages.
  • Les résultats de l’élection de 1966 sont probablement les plus aberrants du point de vue de l’écart entre les totaux de sièges et le vote populaire. Bien qu’il ait reçu 47,3 % des suffrages, le libéral Jean Lesage n’a remporté que 50 sièges sur les 108 de l’Assemblée législative. L’Union nationale, dirigée par Daniel Johnson père, remporta une courte majorité de 56 sièges avec 40,8 % du vote. (Perdre une élection en gagnant le vote populaire par près de sept points ? Je peux voir les partisans du scrutin proportionnel s’arracher les cheveux, et avec raison.)
  • Finalement, en 1998, lors la première élection postréférendaire, Lucien Bouchard et le Parti québécois ont remporté 76 sièges sur les 125  de l’Assemblée nationale avec 42,9 % du vote. Toutefois, les libéraux de Jean Charest ont récolté 43,6 % des votes (environ 27 500 de plus que le PQ) et ont dû se contenter de 48 sièges.

Alors, cette possibilité pourrait-elle se répéter ? Selon les données de la dernière projection Qc125, la CAQ pourrait perdre le vote populaire par deux points et tout de même remporter le plus de sièges.

Considérez la figure suivante :

Il s’agit de la densité de probabilités de l’écart du vote populaire entre le PLQ et la CAQ. Selon les dernières données disponibles, le modèle Qc125 calcule que le PLQ remporte le vote populaire dans 56 % des simulations.

Or, si l’on trace la densité de probabilités de l’écart de sièges entre le PLQ et la CAQ, on peut constater que la CAQ remporte 59 % des simulations, contre 40 % pour le PLQ (et environ 1 % pour l’égalité entre les deux partis) :

Nous pouvons donc reprendre le graphique des écarts du vote populaire entre le PLQ et la CAQ, mais diviser les distributions selon le gagnant de chaque simulation. Voici le résultat :

Que nous indique ce graphique ?

  • Le PLQ ne peut tout simplement pas espérer remporter l’élection s’il perd ou même s’il est égal à la CAQ dans le vote populaire.
  • Quant à la CAQ, elle pourrait remporter une pluralité de sièges tout en perdant le vote populaire même par autant que 2,5 %.
  • Avec une avance dans le vote populaire d’environ 1,5 %, le PLQ deviendrait le favori pour remporter le plus grand nombre de sièges.

En conclusion

Une victoire minoritaire caquiste avec une plus grande fraction des suffrages pour les libéraux est une possibilité tout à fait plausible, selon les chiffres actuellement disponibles.

D’ailleurs, question de conclure avec un peu de politique-fiction, voici les moyennes des totaux de sièges avec le mode de scrutin actuel et le mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire, selon la dernière projection Qc125.

Avec une proportionnelle, le PLQ obtient en moyenne un siège de plus que la CAQ, qui formerait l’opposition officielle. Québec solidaire bondirait de 6 à 18 sièges.

Quel contraste, n’est-ce pas ?