Ce que nous disent les sondages

À moins de trois mois des élections provinciales, Philippe J. Fournier analyse une année de sondages. Si certaines tendances se dégagent sur plusieurs semaines et plusieurs mois, gare aux coups de sonde uniques.

La publication du dernier sondage CROP à la fin de juin (commandé par Cogeco Média) était le premier sondage de cette firme à être rendu public depuis janvier 2017. Toutefois, outre les nouveaux chiffres de juin 2018, nous apprenions que la firme CROP avait continué son « tracking » régulier des intentions de vote au Québec. Ces données ont maintenant été rendues publiques.

Dans le rapport du sondage de juin étaient indiquées les données des autres coups de sonde effectués par CROP depuis juin 2017. En fait, nos informations nous ont révélé que CROP aurait sondé les intentions de vote des Québécois à pas moins de dix reprises entre avril 2017 et avril 2018. Nous pouvons donc ajouter ces onze sondages CROP au modèle Qc125.

Voici donc les intentions de vote des sondages de la firme CROP d’avril 2017 à juin 2018:

Source: Alain Giguère, président de CROP

Voici tous les sondages des intentions de vote au Québec publiés entre juin 2017 et juin 2018, y compris ces nouveaux sondages de la firme CROP:

Les lignes pâles et accidentées représentent les moyennes pondérées des intentions de vote telles que calculées par le modèle électoral Qc125, où chaque sondage est soigneusement pondéré selon la taille de son échantillon et sa date de terrain. Plus le sondage « vieillit », plus sa pondération diminue dans le temps. Cette méthode de calcul permet d’amortir les fluctuations normales des sondages.

En isolant ces courbes, voici ce que nous obtenons:

L’exercice d’aujourd’hui est de comparer les résultats des quatre firmes de sondages ayant publié les intentions de vote des Québécois dans la dernière année : Léger, Mainstreet, Ipsos et CROP avec les moyennes pondérées de Qc125.

Chiffres de la firme Léger

Voici les sondages de la firme Léger de juin 2017 à juin 2018 superposés avec les moyennes pondérées du modèle Qc125:

Nous pouvons remarquer que les points du Parti québécois et de Québec solidaire se trouvent généralement très près de leur courbe respective.

Même s’il y a des écarts plus significatifs pour les points du PLQ et de la CAQ, aucune donnée de ce graphique ne pourrait être qualifiée d’aberrante.

Comparons la moyenne des données de la firme Léger avec les moyennes du modèle Qc125 au moment de chaque prise de sonde pour les sondages de juin 2017 à juin 2018:

Somme des écarts (en valeur absolue): 4,9 %

Les sondages de la firme Léger sont effectués par panel internet. Les échantillons ne sont donc pas probabilistes, ce qui signifie que la marge d’erreur au sens classique ne s’applique pas. Néanmoins, avec des échantillons d’environ 1000 répondants, nous pourrions approximer l’incertitude de tels sondages aux environ de ±3 % si l’échantillon est réellement représentatif de l’électorat québécois. En cas de pauvre représentativité, l’incertitude pourrait augmenter dramatiquement, mais aucune donnée publiée par Léger dans les dernières années laisse envisager de telles aberrations. La firme Léger a obtenu de bons résultats lors des élections québécoises de 2007, 2008, 2012 et 2014.

En conséquence, même si Léger est la firme qui mesure les appuis libéraux les plus faibles parmi les quatre firmes étudiées ici, l’écart moyen de 2,3 % sous la moyenne ne peut certainement pas être considérée comme un biais significatif.

Chiffres de la firme Mainstreet

Voici les sondages de la firme Recherche Mainstreet de juin 2017 à juin 2018 superposés avec les moyennes pondérées du modèle Qc125:



Il est à noter que les sondages Mainstreet en 2017 étaient effectués par appels téléphoniques en direct, alors ceux conduits depuis janvier 2018 ont été menés par appels automatisés (IVR)

Comme nous pouvons le constater, les chiffres de Mainstreet suivent les tendances et les moyennes pondérées pour chacun des partis. Toutefois, selon les données ci-dessus, Mainstreet semble surestimer les appuis de Québec solidaire et, dans une moindre mesure, sous-estimer quelque peu le PLQ. Regardons les écarts moyens des chiffres Mainstreet de la dernière année:

Somme des écarts (en valeur absolue): 3,6 %

Lors des douze derniers mois, les chiffres de Mainstreet ont, en moyenne, suivi les moyennes pondérées du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec à la fraction de point près.

Toutefois, (tel que mentionné d’ailleurs dans un récent balado de L’actualité), les chiffres de Mainstreet pour Québec solidaire se trouvent constamment au-dessus de ceux des autres firmes. En effet, lors de l’été 2017, alors que Léger et CROP mesuraient des appuis solidaires entre 13 % et 15 %, Mainstreet obtenait des résultats entre 17 % et 19 %. Depuis l’hiver 2018, les appuis à QS sont redescendus entre 8 % et 10 % chez les autres firmes, mais se sont maintenus entre 11 % et 12 % chez Mainstreet.

Néanmoins, il demeure que cet écart moyen de +1,9 en faveur de QS point au cours de la dernière année n’a rien de dramatique.

Chiffres de la firme Ipsos

Il n’y a eu que trois sondages Ipsos depuis l’automne 2017, tous publiés dans La Presse :

Les sondages Ipsos d’octobre 2017 et février 2018 étaient de méthode hybride: en partie panel internet et en partie téléphonique. Le sondage de mai 2018 n’était que par panel internet.

Évidemment, nous devons faire preuve de prudence avec un échantillon de seulement trois sondages, mais à première vue, nous pouvons remarquer que les chiffres d’Ipsos pour le PLQ et la CAQ semblent alignés avec les moyennes Qc125, mais que les données pour Québec solidaire se trouvent nettement sous sa moyenne.

Regardons les écarts moyens:


Somme des écarts (en valeur absolue): 4,9 %

Les chiffres d’Ipsos ont tiré la moyenne de Québec solidaire vers le bas avec un écart moyen de 2,1 points sous la moyenne et poussé le PQ vers le haut avec un écart de 1,9 point au-dessus de la moyenne Qc125. Encore une fois, aucun de ces écarts n’est particulièrement significatif ou révélateur d’un biais important.

Chiffres de la firme CROP

Finalement, voici les chiffres récemment rendus publics par la firme CROP. Tout comme Léger, les sondages CROP sont effectués par panel internet:


La donnée qui ressort immédiatement de cette figure est le sondage d’octobre 2017 qui mesure le PLQ à 42 % et le PQ à 13 %. Ce sondage semble clairement se qualifier comme une aberration. Néanmoins, si nous omettons ce coup de sonde et regardons la tendance générale de la dernière année selon CROP, les chiffres s’alignent tout de même bien avec ce qu’ont publié les autres firmes: c’est-à-dire que la CAQ aurait pris l’avance dans les intentions de vote à la fin de l’automne 2017 et grugeant graduellement les appuis péquistes.

Mais il ne demeure pas moins que les écarts de CROP sont plus importants que les écarts de ses compétiteurs:

Somme des écarts (en valeur absolue): 10,1 %

Les chiffres de CROP semblent à la fois tirer le PLQ vers le haut et le PQ vers le bas dans des proportions équivalentes (des écarts moyens de 3,5 points par rapport à la moyenne Qc125) et ce, plus que toute autre firme. Donc, même si les tendances mesurées par CROP sont certes similaires, les « niveaux de l’eau » de chaque parti demeurent différents.

La somme des écarts de CROP est plus élevée que celles des autres firmes, mais le sondage aberrant d’octobre 2017 à lui seul fait bondir ce chiffre. En effet, en omettant seulement ce sondage, la somme des écarts de CROP descend à 8,5 %.

En conclusion

Y a-t-il un « House Effect » chez les firmes de sondage au Québec, c’est-à-dire un biais systématique envers un parti ou un autre? Si tel est le cas, les écarts calculés dans cet article sont bien en-deçà des écarts qui ont été mesurés, par exemple, par certaines firmes américaines lors de l’élection présidentielle de 2016. Certes, les chiffres bruts de CROP sont plus à l’écart de la moyenne, mais ils indiquent tout de même des tendances générales similaires aux autres firmes.

Comme j’ai écrit à plusieurs reprises depuis la création de Qc125, il est important de ne pas trop donner d’importance à un sondage unique, mais de considérer les tendances générales des sondages sur plusieurs semaines et plusieurs mois. Les firmes sur le terrain ont des échantillons différents et techniques de sonde variées, alors leurs chiffres ne peuvent pas, statistiquement, être identiques!

C’est pourquoi il est sage et prudent de considérer chaque sondage comme une pièce d’un grand puzzle. Une succession de sondages est immensément plus révélatrice qu’un seul coup de sonde.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

24 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Peu importe les sondages, JFL est dans le déni total. Il s’imagine qu’il va faire une campagne exceptionnelle et aller chercher le titre, comme Trump, Macron, Plante et Trudeau ont fait. Il s’imagine que partir 3e n’est pas grave du tout, qu’il va remonter la pente et devenir PM de la PROVINCE de Québec.
Il oublie que Trump a eu moins de votes que Clinton, que Plante a été élue grâce à sa solide base de gogauche (ce que le PQ sans souveraineté n’a plus), que Macron incarnait la jeunesse et que c’est le nikab à Mulcair qui a donné le pouvoir à Trudeau
Attachez-le quecqu’un….

Vous avez tout faux car le niqab était davantage chez Trudeau que chez Mulcair.
La base du PQ ( majoritairement des boomers)est toujours là. Ce sont les jeunes et les marchandeurs de votes, à l’affût d’une victoire certaine, qui font défaut au PQ.

Je suppose que Lisée devrait dire que c’est terrible, qu’il est fini, qu’il va rester collé à la troisième place? Ce qu’il dit au sujet des chefs qui ont remonté la côte reste vrai. Une campagne peut changer bien des choses. Mais ça ne veut pas dire que Lisée n’est pas conscient de la réalité. Alors, attachez-vous vous-même, quant à avoir un tel raisonnement.

Surtout, les gens ont eu plus de 20 ans pour se faire une tête sur JFL. On ne parle pas d’une première impression fugace et facile à renverser. Legault est dans le décor depuis presque aussi longtemps, sauf que sa réputation de mononc’ drabe et pragmatique, capable de sentir le sens du vent, le sert bien dans le contexte actuel où les électeurs souhaitent du changement sans bouleversement, une sorte de continuité PLQ sans le PLQ lui-même.

@micheline st-pierre Otis
Vrai que Trudeau était aussi pour le Nikab sauf que le portrait était différent
Mulcair partait gagnant et Trudeau était loin derrière. Au Québec, c’était le royaume de Mulcair alors que Trudeau était à zéro dans le Québec francais. Mais voilà, Mulcair s’est étranglé avec le Nikab ce qui l’a fait chuter au Québec d’un point par jour. Sans le Québec français, il ne pouvait plus battre Harper. Alors le ROC, voyant Mulcair couler, l’a abandonné pour se tirer dans les bras de Trudeau qui n’a cessé de monter dans les deux dernières semaines.
Lisée n’a pas de nikab à s’accrocher. Il n’est même pas capable de parler de la frontière. Au contraire, Legault risque lui de jouer très fort la carte identitaire ce qui pourrait lui procurer 80 comtés.

Comme vous avez raison.

Essayez maintenant d’imaginer JFL Président de la Républik Indépendante du Québek en train de négocier avec Trump…!

Aucun poids! Aucun pouvoir de négo! RIEN!!! Ça fait peur hein?

Souvenez-vous en aux prochaines élections provinciales.

@ jack2:

Lisée n’a pas de niqab auquel s’accrocher mais il lui reste nos nouvelles plaques minéralogiques qui, ô horreur, pourraient possiblement comporter de l’Anglais!!!

<;o)))

Monsieur Jack2, il faudrait peut-être vous attacher vous, si vous vous imaginez que Lisée est dans le déni. Vous voudriez qu’il fasse des déclarations telles « Oh, nous sommes finis au PQ, nous savons très bien que nous ne gagnerons pas l’élection, mais nous allons nous essayer quand même »? Il refuse d’adopter l’attitude d’un défaitiste et c’est la seule attitude à avoir.

Juste à l’idée de nous débarrasser de Couillard et de sa gang d’arrogants, le sourire me revient.

Se débarrasser d’une « gang » qui comporte le meilleur économiste au monde et qui a porté le Québec vers des sommets inégalés en matière d’économie de santé, d’éducation et de finances? Au point où nous dépassons maintenant l’Ontario (du jamais vu!)?

Bonne idée. Bravo champion!

Dans moins de 3 petits mois, nous nous débarrasserons enfin de cette équipe économique catastrophique qu’est le PLQ/QLP corrompu, digne titulaire de la pire transaction financière de tous les temps du Québec, le don de Bombardier à des intérêts étrangers, en plus de quelques centaines de millions comme si ce n’était pas assez. Notre économie se porte bien non pas grâce au PLQ, elle se porte bien MALGRÉ le PLQ! Imaginez comment notre économie se porterait sans ce petit parti médiocre, sans toutes les malversations et mauvaises décisions économiques partisanes, nous serions une puissance!

Tout à fait d’accord avec toi Gaetan, et avec Billy aussi :
l’économie du Québec se porte bien « malgré le PLQ »…
Wow ! C’est exactement ça ! En raison de l’austérité du
Dr. Couillard (qui ne connais strictement rien à
l’économie), le Québec a cessé de rattraper l’Ontario
au niveau du pouvoir d’achat par habitant… Quand au
soi-disant génie de Leitao, il s’en est visiblement
seulement servi pour amasser une cagnotte électorale
pendant 3 ans pour la dépenser juste avant l’élection…
Quelqu’un peut-il me rappeler une seule mesure
vraiment visionnaire des budgets libéraux dans le
dernier mandat ? Peut-être était-il bon dans le
secteur privé, mais au gouvernement, son bilan
est anémique. N’importe quel ministre des finances
des années passées aurait pu faire la même chose
les doigts dans le nez.

Eh bien, il va vite descendre votre sourire si la CAQ est élue. Autant je déteste le PLQ autant je souhaite qu’il soit élu minoritaire, car ce serait moins pire que la CAQ majoritaire.

OUI se débarrasser de couillard et son fameux ministre des finances ce serait mettre fin à un gouvernement le plus crasse depuis fort longtemps.
Facile d’avoir un budget non déficitaire quand tu as magané le peuple avec tout leurs coupures, n’importe qui aurais pu réussir ce tour de force, mais au Québec on se souvient, et la fin du cauchemar approche enfin.

Dans la mesure où Stéphane Le Bouyonnec a cumulé les fonctions de président de la CAQ et membre du conseil d’administration de Léger Marketing de 2014 à juin 2018, il est impossible de considérer les résultats de Léger vu le conflit d’intérêts criant.

Le Bouyonnec était chez Léger depuis 15 ans, donc bien avant que la CAQ soit fondée. Et même après, Léger a publié des sondages montrant la CAQ bonne dernière, sauf cette année. Il n’a donc rien à voir avec les sondages.

Il suffirait de très peu de chose pour que les Libéraux reprennent du lustre et je suis assuré que les Québécois et les Québécoises reprendront leurs esprits au cours de la campagne électorale et décideront de redonner le pouvoir au seul parti qui peut les mener à des sommets encore plus élevés que ceux déjà atteints (du jamais vu!) par le gouvernement actuel plutôt que de plonger dans l’inconnu et le marasme économique et financier.

Ceux qui croyaient avoir vécu de l’austérité sous les Libéraux n’ont encore rien vu s’ils élisent la CAQ!!!

En tout cas ce que disent les sondages actuellement ; c’ est que la CAQ est en avance et ce presque partout dans la province, excepté sur l’ île de Montréal et dans la région de Gatineau ! Donc les libéraux devront s’ armer de tact et faire des compromis sur le multiculturalisme pour se rapprocher du pouvoir!

Il est grandement temps que les libéraux cèdent leur place à un autre parti.
Ils se croient les seuls détenteurs qualifiés pour le pouvoir.
Les prédictions de malheur ne fonctionnent plus, heureusement.
Stephen Harper avait tenté de démoniser Justin Trudeau: on a vu le résultat!
Chers libéraux, allez vous refaire une virginité…

Qui est-tu donc pour me parler de quoi que ce soit qui est le meilleur au monde?
Qui a dis que nous avions avec ce parti libéral du Québec, nous avions le meilleur économiste au monde?
Qui a démontré que cet économiste était le meilleur au monde?
L’économie n’est qu’une facette, importante bien évidemment, de ce qu’un gouvernement doit gérer et surtout ne peux pas pour autant mettre de côté au nom de l’économie le côté humain de ses commettants!
Un jour il y a une certaine madame Marois qui voulait devenir première première ministre du Québec. J’avais toujours voté pour son parti depuis son existence. Mais pas cette fois là. Pas parce que c’est une femme. Mais parce qu’en entrevue un jour elle a eu un discours très néo-libéral et qui disait à peu près que pour que le Québec soit prospère et puisse payer les services offerts, il fallait avoir des politiques pour favoriser la richesse…et avoir des politiques pour faciliter les riches à venir s’installer et investir. Il n’y a rien de plus faux. Les riches investisseurs, qui souvent n’étaient pas très riches à leurs débuts, sont devenus riches en faisant beaucoup d’argent sur le dos des travailleurs et des populations…si non aucun ne seraient aussi riches. Encore s’ils se contentaient un jour d’avoir une richesse certaine. Mais non seulement ils n’en ont jamais assez, lorsque la croissance, comprenons leurs croissances de richesses personnelles est compromises, pas leur richesse mais sa croissance, ils déménagent leurs activités ailleurs dans des pays où les normes sont moins exigeantes…
Des supers brillants j’en ai côtoyé dans mon entourage et ils sont rarement brillants et surtout agissent rarement en conséquence de leur intelligence dans tout les domaines de leur vie…entre autres, un avocat connu et reconnu comme étant supérieur qui est spécialisé dans le droit de la personne et qui maltraite ses proches, un psychanalyste qui terrorise sa femme qui lui demande le divorce justement à cause de son comportement violent et un autre qui est connu publiquement, un certain Valery Fabrikant…grand scientifique et chercheur qui a harcelé et tué des confrères…et la liste pourrait s’écrire pendant des jours…l’autre qui a 15 ans avait un laboratoire de recherches payé par la NASA dans un établissement publique mais qui ne connaissait pas qui était le premier ministre du Canada et donc qui était uniquement dans sa bulle…ça fait de belles relations…
Lorsque l’on constate la vie de personnages connus comme étant ou avoir été de grands hommes, si à la place de s’attarder à leurs grandes réalisations…connues…et qui leurs sont attribuées on s’attardait d’avantage à plusieurs autres aspects de leur personnalité et de leur vie ou encore lorsqu’on le fait, si on ne retenait que ça, on en considérerait un grand nombre comme étant des tarés… Il existe d’ailleurs un livre dont je ne me rappelle pas le titre qui en démontre l’exercice, dans lequel on décrit des actions et sur lesquelles on porte une appréciation ou un jugement et comme l’auteur on ne peut que les condamner souvent très fortement. Puis on nous dit ce que cette personne qui a été considéré comme un génie a aussi fait de grandioses comme de grandes découvertes ou rendus des décisions qui ont changer l’avenir de l’humanité, puis on comprend souvent de qui il s’agit mais en plus on nous le dit.
Le meilleur de quoi que ce soit ne devrait être utilisé que très rarement…et surtout pas pour ce qui ne se mesure pas avec précision mais qui est sujet à l’appréciation un peu aléatoirement… L’homme le plus grand au monde peut être connu et ce fait vérifié mais encore sous réserve de préciser: « connu » car tout n’est pas partout, sur la planète, homologué, ou encore pas de la même façon…
L’homme le plus intelligent au monde, l’économiste le meilleur au monde et quoi d’autres, comment le mesurent-on mais surtout comment peut-on le prouver?
Il y a plusieurs années, un prétentieux de pâtissier français, ayant boutique au marché de l’ouest (west island pour les francophones qui ne connaissent pas l’ouest de l’île) affichait ses trophées du plus grand pâtissier au monde lors de concours en France, qui grâce à ces concours prétend ainsi proclamer le plus grand pâtissier de la planète pour l’année en cour. Combien de pâtissiers participent à ses concours? Mais ce n’est pas pour autant que je le qualifie de prétentieux et il est probable que la qualité de sa pâtisserie est certainement appréciable. De là à être pour autant qualifié de plus grand pâtisserie au monde…? Mais c’est à cause de ce qui suit. J’avais l’habitude d’aller acheter tout mes gâteaux à la pâtisserie Granada (Fermé depuis 200?) sur Cadillac, ce qui faisait passablement loin. Mais nous aimions tellement leurs oeuvres sucrés juste à point que toutes les occasions devenaient un prétexte pour en commander un. Quoi qu’il en soit, un jour je décide de lui commander un gâteau de fête pour 40 personnes. Je précise que je n’aime pas la liqueur dans les gâteaux pas plus que les gâteaux dont la base et quelques fois jusqu’à la moitié, mouillés… Il m’a dit, pas de problème je n’en mettrai pas. Inutile de vous dire que même dans ce temps la, un gâteau pour autant de personnes et qui risquent d’en redemander (s’il est aussi bon qu’à l’habitude) doit être en conséquence et surtout lorsqu’il est du grand art d’un grand chef pâtissier reconnu n’était pas donné. Et vous comprenez la suite, le gâteau était très mouillé et goûtait le cognac. Mais un cognac de grande qualité qu’il m’a dit lorsque je lui ai rapporté.
Et voilà pourquoi je le traite de prétentieux, c’est qu’il c’est fâché, il c’est indigné que j’ose lui rapporté, le critiqué, en me faisant la leçon sur mon ignorance et sur ce que je devrais aimé, car lui, lui il savait ce que je devais aimé, car il ne pouvait y avoir de doute, puisqu’il avait les preuves comme quoi, plusieurs années de suite il avait été le meilleur pâtissier au monde…
Je ne conteste pas la qualité de son travail, de son art, de la pertinence, les qualités et les connaissances de ceux qui l’ont jugé, mais peu importe ma soit disant ignorance, à mes yeux, je et nous n’avons pas aimé le gâteau qu’il nous a vendu et nous avons toujours grandement apprécié et aimé les gâteaux achetés à la pâtisserie Granada. En passant lui aussi, ce chef et très grand artiste de la pâtisserie avait des trophées et des attestations de grands pâtissiers de concours français et espagnol. Je lui ai laissé plus de la moitié de son oeuvre d’art sans qu’il m’accorde un remboursement. Et pourtant j’avais au départ pris la précaution de l’aborder sur une erreur potentiel d’avoir omis ma demande de ne pas mettre de liqueur. Mais contrairement à l’entente, il m’a alors dit qu’il mettait toujours des liqueurs dans ses gâteux car c’était la seule manière de faire pour respecter son art… Et moi j’ai alors répond que l’art véritable n’était que dans l’oeil de celui qui l’apprécie peu importe ses connaissances et dans ce cas-ci aussi dans les poches de celui qui paye.
Et c’est à peu de choses près ainsi que je juge le parti libéral et que peu importe si ce parti libéral qui sollicite un autre mandat a le meilleur économiste au monde, ce qui reste à démontrer, ou non, le parti libéral est pour moi comme la noix de coco, ça me fait vomir, même celle qui serait la meilleure au monde! Juste d’y penser, le coeur me lève…à la noix de coco.
Et comme je suis dans Saint-Laurent, pour qui je vote n’a aucune importance, la libérale sera élue. Ça me facilite la tâche, car autrement je serais plus que jamais très mal pris pour faire un choix « éclairé » me convenant. Et donc si un candidat n’a que quelques votes, je serai sans aucun doute l’un de ceux qui aura voté pour lui. Peut-être un prétendant du parti des extra-terrestres? J’ai juste hâte de voir si l’écart entre cette élue sera moins grand qu’à l’habitude et qui sera le deuxième!
Et donc la défaite que j’espère fracassante des libéraux sera un grande victoire mais qui sera vite remplacée par une très amère défaites si les sondages ne sont pas contredit!
p.s.: Malgré que j’aie cherché dans toutes les analyses du prestigieux et meilleur auteur au monde de ce billet et je n’ai pas trouvé le parti extra-terrestres! Peut-être ai-je mal regardé? Je vais recommencér plus attentivement!

Les pro CAQ connaissent-ils bien son programme? Savent-ils que les coupures pénibles des dernières années étaient moins iimportantes comparées aux amputations dans les services publiques qui attendent les québécois si la CAQ est élue avec une forte majorité. Les valeurs la coalition caquiste ne représentera semble-t-il qu’un électeur sur trois.
Pour calmer les ardeurs des scies tronçonneuses caquistes seul un gouvernement minoritaire leur donnerait un message clair de respecter 100% des électeurs.