François Legault, le bloque Québécois

Même si chacun a le droit de bloquer qui il veut sur Twitter, Mathieu Charlebois s’inquiète quand même pour son « futur premier ministre ». Et il n’hésite pas à lui tendre la main. 

Photo : La Presse canadienne

Je sais, chers lecteurs, la plupart d’entre vous n’êtes pas sur Twitter. Il y a des choses plus importantes à faire pour le commun des mortels que de traîner sur la célèbre plateforme de microblogage : plier ses chaussettes, trier des vis par grandeur, respirer, etc.

(« Plateforme de microblogage »… Si je ne fais pas attention, je vais finir par utiliser l’expression « autoroute de l’information » d’ici deux paragraphes.)

Mais même si on y trouve principalement des journalistes, des attachés de presse et des militants un peu fanatiques, Twitter demeure une plateforme formidable pour qui aime voir des politiciens s’enfarger dans leurs propres pieds en le moins de mots possibles.

Sur Twitter, il y a vraiment de tout pour tous.

Il y a Pierre Karl Péladeau et ses tweets à la syntaxe alambiquée qui nous font souvent nous demander s’il comprend vraiment ce qu’il veut dire ou s’il essaie seulement d’impressionner Mathieu Bock-Côté.

J’ai l’impression qu’il manque un « de » à la toute fin de sa phrase.

La syntaxe est probablement restée prise dans sa gorge nouée par l’émotion.

Il y a Gaétan Barrette et ses tweets qui contiennent autant d’émojis que de partisanerie.  Comme celui-ci, qu’il a retiré par la suite.

Émoji de face + émoji de main = émoji de main sur la face #Facepalm #JeuxDeMots #Tannant_Gaétan #GaétanEnEmporteLeVent

Et il y a aussi François Legault. Mais ça, je ne peux vous en parler. Parce que…

J’ai été bloqué par François Legault.

Je ne dis pas ça pour m’en vanter. Le club des bloqués par Legault est à peu près aussi sélect que le fameux « Club au Cotton » dont tout le monde portait le chandail officiel dans les années 1990. Mais comme je suis chroniqueur politique, ça complique un peu mon existence.

J’ai été bloqué quelque part en 2014, à la suite de tweets aussi déplacés que celui-ci…

Je suis tellement poli, je me soupçonne d’avoir été complètement ivre au moment d’écrire ce tweet.

… ou aussi révoltants que celui-là.

Tout le monde sur la photo montre son index, signe que celui qui la retweete va se retrouver mis à l’index.

Vous pouvez lire l’ensemble de mes interactions avec le chef de la CAQ juste ici et juger par vous-même si je méritais l’exil numérique.

Parce que c’est tannant de devoir ouvrir un deuxième fureteur pour voir les tweets d’un politicien qui a des chances de devenir MON premier ministre bientôt, j’ai récemment lancé dans l’univers une demande de pardon, en espérant que le vent du blocage tournerait.

Rien à faire. Le mur de Berlin numérique est toujours en place. (Je suis probablement du côté Berlin-Est de cette analogie. J’imagine mal Youri Chassin se joindre à un régime communiste.)

C’est ce qui a mené mon amie Marilyse Hamelin, elle aussi professionnelle de l’opinion et du clavier, à se demander combien de journalistes et chroniqueurs nous étions à ne plus avoir accès à la prose microbloguesque si riche de François Legault.

Et la réponse est… que nous sommes beaucoup. Si on ajoute les simples citoyens à l’équation : vraiment beaucoup. Et pour des raisons qui ne sont pas toujours claires.

Comme nous sommes en 2018, époque formidable où un tweet envoyé à la blague par un auteur d’humour peut se transformer en article complet dans un grand média, une journaliste du Soleil a interrogé la CAQ à ce sujet. Elle a obtenu cette réponse de la conseillère aux relations médias :

 «(…) [I]l arrive souvent que des trolls envahissent [la boîte de réception de M. Legault] et l’empêchent de lire attentivement les commentaires des «vrais gens». Il se voit donc dans l’obligation de bloquer certains comptes qui n’ont d’autre but que de le troller», précise Émilie Toussaint, tout en soulignant que M. Legault «tente de bloquer uniquement les comptes un brin trop intenses avec des propos désobligeants».

Une troll trop intense qui tient des propos désobligeants ? Immédiatement, je pense à mon amie Marilyse, cette furie qui écrit des textes remplis de fiel et de jurons pour un controversé brûlot appelé… le magazine Châtelaine.

Sauf que Marilyse n’a parlé à François Legault qu’une seule fois sur Twitter. C’était en 2014, et elle lui demandait s’il allait désavouer un candidat qui avait tenu des propos tellement antiféministes que même Sophie Durocher l’avait varlopé (!).

Le propos le plus désobligeant de ce tweet? « @francoislegault ».

Et là, je vous entends dire : « Ouin, pis, Mathieu ? Es-tu vraiment en train de faire un texte au complet sur le fait que François Legault t’a bloqué sur une plateforme qui risque d’être rendue désuète avant la fin de la saison des framboises du Québec ? Reviens-en ! C’est l’été ! Va jouer dehors, fais-toi un jardin, trouve-toi une passion ! »

De un, j’en ai une passion, et c’est de faire une collection des tweets de Pierre Karl Péladeau. Comme celui-ci, où il nous parle de sa fille Marie, qui est entièrement électrique.

#Zeugme

De deux, et si le blocage intempestif du chef caquiste nous donnait un aperçu de sa difficulté à composer avec la critique et à accepter les idées divergentes ? En version miniature, disons.

Dans un autre article, de Radio-Canada cette fois-ci, François Legault lui-même explique comment il se gère le bouton « bloquer ».

« Les gens qui ont des critiques constructives, je n’ai pas de problème avec ça. Les gens qui sont agressifs et qui ont des commentaires personnels, ça m’arrive d’en bloquer, ça me fait du bien ! » mentionne en riant le chef de la CAQ.

Mais s’il est capable de trouver que ce vieux tweet (février 2013) de Jean-Philippe Pleau, coanimateur de l’émission C’est fou avec Serge Bouchard, est assez « agressif » pour mériter un blocage complet…

… alors peut-être que François Legault aime un peu trop « se faire du bien ».

Que fait-il quand il croise une caricature dans le journal ? Il y met le feu ? Combien de iPad a-t-il lancé contre le mur en lisant les nouvelles ?

Qui considère-t-il comme étant « les vrais gens », pour reprendre l’expression de sa conseillère en relations médias ? À partir de combien d’idées divergentes des siennes est-ce que je deviens « un faux gens » ?

Je sais que ce n’est que Twitter. Je sais qu’il a bien le droit de bloquer qui il veut. Mais je m’inquiète quand même pour mon futur premier ministre.

Si tu ne te fais pas une meilleure carapace, François, tu vas te faire du mal. Aide-toi. Aide-moi à t’aider. Débloque-moi sur Twitter.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

27 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Eh bien, ne resterait plus qu’à savoir, donc, semble-t-il, comment l’autre aspirant premier ministre — (qui pourrait bien devoir reprendre du service ici à L’actualité si ça ne change pas…) — identifie, lui, les « vrais gens » de l’un, correspondant logiquement aux « véritables citoyens » de l’autre (le PM sortant).

J’ai lu votre texte au complet. En toute franchise, vous agissez effectivement comme un troll. La plupart de vos interactions sont des provocations sans fondement et dénuée d’un argumentaire. « C’est un sophisme! ». À l’inverse, vous accusez Péladeau d’écrire des phrases qui ne tiennent pas debout, alors qu’en revanche vous émettez des tweets aussi condescendant que « Je ne sais plus pourquoi tu m’a barré, François, mais je te jure, j’ai changé. » sans même avoir la compétence d’accorder le verbe avoir correctement. Un peu de maturité vous ferait le plus grand bien.

Legault s’entoure de gens comme lui: pas trop forts. Il est donc normal qu’il ne veuille pas qu’ils parlent librement aux journalistes, sauf pour répéter des phrases communiquées par le parti.

C’est ça le parti du changement?

Aussi bien demeurer avec celui que l’on connaît et qui nous a emmenés à un âge d’or économique plutôt que de sauter dans le vide.

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras…

Vous pensiez avoir connu de « l’austérité » avec Couillard? Attendez voir avec Legault. Là ce sera de l’austérité. Et de la vraie à part ça!!!

Âge d’or économique? Quand le Québec est rendue la province avec le revenu disponible le plus bas, derrière les 9 autres provinces et les 3 territoires!

Moi je l’aime bien , il me laisse croire que je pourrais être premier ministre .
Falardeau,Deschamps,Desjardins,Bigras,Plume,ect dé ostie bon gars .
Si tu est capable de lui préparé ces chaises pliante et tondre son gazon ,je ne vois pas pourquoi il te refuserais ce privilège de revenir à la cage doré du tweet .

Bonne chance de tout mon coeur et de ma 4 ième année B .

Legault veut ‘’mêler’’ les cartes, il demande à toute son équipe de cacher les jeux (leurs idées, leurs opinions, etc.) Lui-même s’est interdit depuis le mois de mars 2018, toutes entrevues de longue durée, sauf exception. Plusieurs animateurs ont soulevés ce problème d’accès direct et de transparence et ils s’en sont plaints, tels Auger, Arcand et Drainville

La CAQ et le PLQ c’est un miroir
Il y a une passerelle des ministrables CAQ et PLQ, une passoire de »poitures importantes » telles Anglade qui pendant 3 ans, avait le poste le plus important après le chef de la CAQ à titre de Présidente de la CAQ, donc la numéro 2 se convertie au PLQ pour avoir un poste de ‘’ministrable’’. Sébastien Proulx, l’ancien Directeur général de l’ADQ et conseiller politique de Mario Dumont de l’ADQ, député ADQ et CAQ pendant plus de 10 ans s’est muer en libéral pour un poste de ministrable. Le candidat Barette très »vedette » de la CAQ en 2012 devient par magie, candidat libéral, encore une fois pour un poste de ‘’boss’’.
Pendant ce temps l’ancienne ministrable Blais, députée et ministre pendant 8 ans a démissionnée après avoir été démis et la voilà qu’elle a muée en Caquiste.

La passerelle PLQ et CAQ, nous donne la PLCAQ
Une partie dont les orientations va de la gauche ‘’molle’’ à la droite, une sorte de regroupement totalement ridicule qui sera source de tensions et de décisions plus que douteuses.

Merci pour ce très bon article à la fois éclairant, désopilant et inquiétant. Et c’est ça qu’on va avoir comme Premier Ministre? Y a de quoi être décourager des politiciens…et des électeurs.

Pour quelqu’un qui surfe sur le “changement”, il a effectivement la couenne bien mince… Il me semble que la capacité d’adaptation, nécessaire au changement, passe en bonne partie par la capacité à se remettre en question. Quel meilleur moyen que l’humour?

Par ailleurs, se prendre trop au sérieux, c’est non seulement montrer son profond déficit d’introspection, mais c’est surtout en soi ridicule. Et si le ridicule ne tue pas, il te “varlope” une image publique. Pensons à Duceppe et son ti-casque à la fromagerie. Si au lieu de s’en défendre, il avait plutôt ri de bon cœur et reconnu que ça faisait dûr, je suis d’avis que son image en aurait beaucoup moins souffert.

Comme mon grand-père avait l’habitude de dire : “Si tu vaux pas une risée, tu vaux pas grand chose.”

Hmm, ça me semble un honneur que d’être « bloqué » par cet individu! Les « vrais gens » ce sont ceux qui votent pour lui et sa gang, les autres, hé bin…

On sait que la droite a la couenne sensible à la critique et si on le laisse aller, on ne sait pas où ça va s’arrêter…

Il y a peu de temps, je te trouvais plus drôle que biaisé alors que maintenant un « doute raisonnable » s’est installé. Serais-tu, par un pur hasard de « chèque de paie », un fan d’Alexandre Taillefer, actionnaire de ton journal et ami d’un nommé Philippe Couilard et qui par un pur concours de circonstances est président de la campagne électorale du Parti libéral du Québec.
Il nous faudrait croire que les prêts consentis par le gouvernement Couillard à l’entreprise Téo Taxi d’Alexandre Taillefer ne sont que le fruit du hasard et non motivés par des considérations politiques….
T’acharner sur Legault et Péladeau dans une même chronique a semé en moi un « doute raisonnable » tant qu’à ton impartialité si humoristique soit elle. Si tu nous prends pour des cruches, je te signale bien respectueusement qu’elles sont pleines à rebord.

Il n’a pas attaqué le chef actuel du PQ. C’est vrai qu’il faudrait creuser longtemps pour pouvoir trouver des tweets douteux de Lisée !!! Ça demanderait une recherche intensive. Ceci dit, je doute que Charlebois soit de couleur rouge. Il faut savoir faire la différence entre ce qui est bon pour un billet humoristique et les convictions profondes d’un individu. Et puis bon, il a écorché Barrette au passage, non ?

Je pense que je vais vous suivre monsieur Charlebois, surtout en découvrant cette quête dans laquelle vous vous êtes engagé «Aidez monsieur Legault à s’aider» Surtout, il me sera très instructif d’être témoin de toute cette aide à s’aider dont je perçois, chez-vous, un réel désir de l’élargir à plus de gens possible.
Si ce n’est pas clair, n’hésitez pas à m’aider…
L’un de mes principaux problèmes, LA ponctuation, je ponctue avec une rage qu’il m’est difficile de refréner, en fait, je sollicite votre aide.

@ Mathieu Charlebois, j’ ai lu votre chronique et j’ avais hâte de finir! Si je reprend votre style chroniqueur humoristique, je ne peux m’ empêcher la comparaison suivante: le réflexe que beaucoup de gens ont lorsqu’ il y a une guêpe qui me tourne autour; c’ est de prendre la tapette à mouche et de l’ éliminer! C’ est probablement ce qu ‘a décider de faire François Legault avec vous!! N » en soyez pas frustré car sans doute qu’ il l’ a fait en humour tout comme vous!

Vous venez de m’éclairer sur la vraie nature de ce supposé chef d’un parti progressiste-conservateur aux couleurs québécoises. Merci et bonne chance! Vous êtes un vrai citoyen comme moi.

Je crois que tu as oublié Alexandre Taillefer qui bloquent tout ce qui est un peu contre ses idées

Ah…tiens…pourtant, vous pouvez publier vos propres commentaires ici même non? Ainsi que plusieurs autres individus qui sont loin de partager les idées de Monsieur Taillefer.

Et rien sur le PLQ, Couillard et autres loufoques personnages au pouvoir qui nous balancent leurs lignes toutes pareilles, insipides et creuses? Eh bien, vive les humoristes de L’Actualité! Comme je m’ennuie des journalistes de la trempe d’un Jean Paré.

Charlevois a écorché Barrette. Avez-sous lu l’article au complet ? Pour ce qui de Jean Paré qui était plus que « teindu » rouge, je ne m’en ennuie pas du tout !!! Son jupon fédéraliste dépassait beaucoup trop à mon goût?

Dans le département des champions bloqueurs, il faudrait peut-être examiner votre propriétaire, monsieur Taillefer, qui semble lui aussi avoir bloqué la moitié de la « Twitosphère ».

Vous touchez là un sujet qui me rejoint. Je viens d’être re-blacklisté de Huffington post et ça me dérange au plus haut point ces jours-ci. Vous abordez votre sujet sur le coté humoristique mais n’y-a-t-il pas aussi un coté sérieux à débattre.

Suis-je le seul vieux qui apprécie possiblement sa dernière chance de se faire valoir par sa pensée ? Le seul qui veut bien, comme J-J Rousseau, revenir au temps où il avait l’illusion d’avoir des amis ?

Comme dans votre cas, il y a un coté injuste qui me heurte. J’essaie toujours de rester poli lorsque je blogue mais c’est vrait que lorsque quelqu’un m’attaque d’une façon trop vulgaire, je vais prendre ce registre aussi pour me défendre c’est humain. Ça doit être pour ça que Huffington post m’a exclu une primière fois.

Bref ! je trouve qu’on devrait avoir le droit à l’oubli sur les principales plateformes de blogues. Qu’ils oublient ce qu’on a pu écrire après deux mois et qui ne faisait pas l’objet d’une poursuite légale de toutes façons… On est dans un pays ou on a le droit à la liberté d’opinion oui ou non ?

C’est le rôle du modérateur de calmer le jeu non?

De mon côté, devant les insultes et les grossièretés vomies par certains interlocuteurs du HP (le J de Montréal n’est pas tellement mieux soit dit en passant…), j’ai écrit à la direction et ils m’ont demandé en retour de leur donner les noms et des exemples des intervenants irrévérencieux. Je leur ai répondu de lire à peu près n’importe quelle intervention suite à des articles au sujet de la politique et ils y trouveraient amplement de quoi les satisfaire.

J’en suis même à me demander s’ils ne le font pas délibérément histoire de s’attirer des « clics ».

Legault ne veut s’adresser qu’aux « vrais gens » parce que seul le petit peuple est assez poisson pour l’élire. Les autres ont la capacité Intellectuelle de comprendre que la CAQ au pouvoir sera une chose désatreuse pour le Québec.