La Coalition Avenir Québec aux portes du pouvoir

À la veille du scrutin, le scénario le plus probable demeure une victoire majoritaire de la CAQ. Le PLQ conserve une petite chance de l’emporter. Le PQ joue sa survie, QS construit son avenir. Explications avec Philippe J. Fournier.

Photo : La Presse canadienne

Nous y sommes enfin. La toute première élection québécoise à date fixe aura lieu demain, le lundi 1er octobre 2018. Selon toute vraisemblance, et malgré le fait que la campagne électorale proprement dite pourrait ne pas avoir marqué l’imaginaire québécois, le résultat de cette 42e élection générale au Québec pourrait chambarder l’échiquier politique pour les générations à suivre.

Depuis près d’un an, la Coalition Avenir Québec trône seule en tête des intentions de vote. Le Parti libéral du Québec, au pouvoir de 2003 à 2012, puis de 2014 à aujourd’hui, demeure encore et toujours compétitif, mais ses appuis ont nettement baissé depuis sa victoire majoritaire de 2014, où il avait remporté 70 sièges avec 41,6 % des suffrages.

Voici les sondages depuis le début de la campagne. Les lignes pâles représentent les moyennes pondérées :

[Pour consulter la liste complète des sondages, visitez cette page. Les petits points au bas du graphique : vert = Parti vert du Québec ; bleu foncé = Parti conservateur du Québec ; violet = Nouveau Parti démocratique du Québec.]

Voici donc la projection électorale Qc125 du 30 septembre 2018, soit la projection finale de la campagne Québec 2018.

Projection du vote populaire

Nous terminons cette campagne avec une égalité statistique en tête des intentions de vote. En effet, la Coalition Avenir Québec obtient une moyenne de 31,6 % du vote populaire, contre 31,3 % pour le Parti libéral du Québec. Les intervalles de confiance des deux partis sont presque parfaitement superposés, de telle sorte que le modèle Qc125 ne parvient pas à déterminer avec un haut taux de certitude lequel de ces deux partis remportera la plus grande part des suffrages demain (pour les sièges, c’est une autre histoire… voir plus bas).

Si nous comparons ces moyennes du vote populaire avec les valeurs au début de la campagne (projection du 20 août 2018 : « L’avance peu confortable de la Coalition Avenir Québec »), voici ce que nous obtenons :
Même si elle est encore en tête des intentions de vote à la veille du scrutin, la Coalition Avenir Québec a enregistré le recul le plus important de tous les partis durant cette campagne avec une baisse de 3,2 points par rapport à la projection du 20 août. De plus, pendant que le PLQ et le PQ ont fait du surplace, Québec solidaire a effectué un bond de géant en passant d’une moyenne de 9,6 % à 15,1 % au cours de la campagne, une hausse majeure de 5,5 points.

Projection des totaux de sièges

Comment ces appuis se traduisent-ils en sièges ? La Coalition Avenir Québec arrive bonne première et remporte une moyenne de 62,7 sièges — essentiellement la limite nécessaire pour une majorité à l’Assemblée nationale.


Malgré cette avance de la CAQ, le Parti libéral du Québec demeure compétitif avec une moyenne de 43,9 sièges. Même s’il est encore possible que le PLQ remporte l’élection avec ces chiffres (voir plus bas), les probabilités d’une majorité libérale sont astronomiquement basses. Si un tel scénario devait survenir demain soir, l’industrie du sondage au Québec entrerait certainement dans une importante période de questionnement.

Le Parti québécois se trouve tout juste à la limite du seuil de reconnaissance officielle de parti avec une moyenne de 11,7 sièges.

De son côté, Québec solidaire remporte une moyenne de 6,7 sièges. Il est en tête ou compétitif dans 10 circonscriptions. Pour la première fois de son histoire, QS pourrait remporter une ou des circonscriptions hors de l’île de Montréal.

En arrondissant les moyennes de sièges à l’unité près, voici ce que nous obtenons :

[Pourquoi la moyenne péquiste est-elle arrondie à 11 plutôt que 12 ? Parce que si on arrondissait chacune des valeurs vers le haut, le total serait de 126 sièges. Pour arriver à 125, il suffit d’arrondir vers le bas le chiffre dont la deuxième décimale est la plus basse — dans ce cas, celle du PQ.]

Projection du résultat de l’élection

Cette projection électorale Qc125 est le résultat de 50 000 simulations d’élections générales. Quels sont les résultats de ces 50 000 simulations ? Voici :

À moins d’une erreur magistrale (et historique) des sondages de cette campagne, seulement quatre scénarios demeurent plausibles pour l’élection de demain. Les voici :

1 – La CAQ majoritaire

Probabilité : 55,1 % (environ 11 chances sur 20)

Selon les données disponibles, le scénario le plus probable est l’élection d’un gouvernement majoritaire de la Coalition Avenir Québec. En isolant les simulations qui aboutissent à cette éventualité, voici les moyennes de sièges et du vote populaire pour chacun des partis :

Nous remarquons que, dans les simulations où la CAQ remporte une majorité, elle obtient en moyenne 33 % du vote populaire. De plus, dans ces scénarios, le PQ tombe à une moyenne d’à peine huit sièges, ce qui serait la pire récolte de ce parti depuis 1973.

2 – La CAQ minoritaire

Probabilité : 32 % (environ 1 chance sur 3)

Quels seraient les facteurs qui limiteraient la CAQ à une minorité de sièges à l’Assemblée nationale ?


Nous pouvons remarquer deux caractéristiques distinctes dans ces scénarios. Premièrement, selon ces données, le PLQ remporte le vote populaire par un écart moyen de 1,2 %. Deuxièmement, le Parti québécois grimpe jusqu’à une moyenne de 15 sièges.

3 – Égalité entre la CAQ et le PLQ

Probabilité : 1,2 % (environ 1 chance sur 85)

Voici un scénario qui ne s’est jamais produit dans l’histoire du Québec : une égalité du total de sièges à la suite d’une élection générale. Voici les projections de sièges et du vote populaire de ces simulations :


Encore une fois, nous remarquons que le PQ devrait augmenter sa moyenne de sièges à environ 15 pour réduire le total de la CAQ, mais, surtout, le PLQ devrait remporter le vote populaire par un écart moyen de 3,4 % sur la CAQ.

En effet, le PLQ pourrait remporter les suffrages par trois points ou plus et ne pas être assuré de la victoire.

Dans une telle éventualité, Philippe Couillard serait toujours premier ministre le lendemain de l’élection, mais dès la première séance parlementaire, il serait soumis à un vote afin d’obtenir la confiance de l’Assemblée. Dans le cas d’un échec, le gouvernement serait défait et François Legault pourrait demander au lieutenant-gouverneur de lui accorder l’occasion de gagner la confiance de l’Assemblée à son tour.

4 – Le PLQ minoritaire

Probabilité : 11,7 % (environ 1 chance sur 9)

Oui, selon les chiffres de cette projection, le PLQ pourrait encore remporter une pluralité de sièges (mais pas une majorité, à moins d’une erreur majeure de toutes les maisons de sondage qui ont été sur le terrain pendant la campagne). Voici les conditions nécessaires pour que ce scénario se réalise :


Nous pouvons remarquer que le PQ devrait surperformer pour récolter une moyenne de 17 sièges et plus, et que le PLQ devrait obtenir une prime à l’urne majeure en obtenant en moyenne 33,3 % du vote populaire. De plus, la CAQ devrait sous-performer dans les derniers sondages et n’obtenir que moins de 30 % du vote populaire.

En conclusion

Cette campagne électorale aura été toute une aventure, de mon point de vue personnel. Bien que je ressente toujours une dose importante de doute en publiant cette projection finale, je tiens à souligner ceci : cette projection ne sera peut-être pas précise demain soir, mais au moins elle aura été honnête.

J’ai tenu mordicus, depuis le début de Qc125 et de ma collaboration avec L’actualité, à demeurer le plus objectif possible à la fois dans ma méthode et dans mes analyses. De plus, je m’étais fixé comme objectif de respecter, autant que faire se peut, la méthode scientifique qu’on m’a enseignée lors de mes études universitaires ; méthode que je tente, lors de chaque semestre collégial depuis 15 ans, d’enseigner à mon tour à mes étudiants inscrits en sciences de la nature au cégep de Saint-Laurent.

Les sondages, quoi qu’en pensent leurs détracteurs, sont des expériences scientifiques. Toutefois, contrairement à des expériences sur des électrons ou des galaxies, les sondages tentent de mesurer et quantifier les humeurs d’êtres humains d’une même collectivité. Et comme l’a dit l’astrophysicien Hubert Reeves à plusieurs reprises : « Les êtres humains sont fort plus complexes que les étoiles. »

Dans l’étude de l’opinion publique, la cible visée est en constant changement et les biais méthodologiques pour l’étudier, quoique involontaires, sont inévitables. Il y a du bruit et des fluctuations qui se mélangent aux données, et c’est cette caractéristique incertaine de la nature même des sondages qui peut créer autant de confusion chez les non-initiés.

J’ai fait de mon mieux pour écrire sur les sondages et les projections de la même façon dont j’ai construit du matériel de cours pour mes étudiants depuis le début de ma carrière. Des erreurs peuvent survenir, mais à long terme, elles se corrigent d’elles-mêmes si l’honnêteté et l’intégrité sont au rendez-vous.

Merci à tous les lecteurs et lectrices de Qc125 pour leur soutien.

À propos de la méthodologie :
Cette projection électorale Qc125 est basée sur les sondages des sociétés Léger, CROP, Recherche Mainstreet et Ipsos publiés au Québec lors des deux dernières semaines. Le modèle utilise également les données du recensement canadien et l’historique électoral des 125 circonscriptions du Québec afin de déterminer les tendances et corrélations entre les régions de la province. De plus, il utilise une distribution non proportionnelle des indécis liée à l’historique des résultats des sondages électoraux au Québec. Chaque sondage employé dans cette projection est pondéré selon la taille de son échantillon et sa date de terrain. Les sondages récents possèdent une pondération plus importante. Pour plus de détails sur la méthodologie Qc125, visitez cette page.
Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

14 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je pense que la clef de cette élection — si tant est qu’il en soit une — sera dans la « fourchette », lorsque pour tout « avaler » il faudra un sacré bon coup de fourchette. Si en termes de sièges projetés la CAQ est la plus choyée, c’est aussi ce parti qui a la plus grande fourchette et qui se devrait d’avoir le plus faim. L’écart entre les prévisions les plus hautes et les prévisions les plus pessimistes est considérable. Ce qui précisément me laisse sur ma faim.

Je comprends que mon opinion soit subjective et qu’elle n’engage que moi-même, si ce n’est que je persiste à ne pas croire que le PQ n’ait dans le meilleur des cas qu’11 sièges dans les prochaines heures. Bien que je comprenne ce « désir irrationnel » de changement partagé par plusieurs de nos concitoyens, je serais toujours surpris que le Parti Libéral ne se ramasse que 44 députés ou moins.

Or, les chances pour la CAQ de former un gouvernement — majoritaire qui plus est — sont intimement liées à la résistance ou la non-résistance des autres partis. À la résistance des électeurs et des électrices qui ont le choix de voter pour : « n’importe qui sauf les Libéraux » ou celui de voter : « peu importe qui sauf la CAQ ». Bien que les sondages développent une méthodologie scientifique pour mesurer, ils n’en restent pas moins intrinsèquement liés au rôle exercé par les médias. Les médias ne sont pas neutres.

Si nous n’allons pas voter selon nos convictions. Nous risquons de voter contre l’un ou bien contre l’autre. Nous risquons de ne pas voter pour un programme, pour un parti, pour des valeurs communes. Nous risquons de voter « contre Couillard » ou « contre Legault » et sans doute pas « pour » quoique ce soit ou qui que ce soit. Dans cette affreuse polarisation électorale de 2018, les médias y sont pour quelque chose selon moi en sorte que les instituts de sondages mesurent le niveau de l’abrutissement des gens et non l’acuité toujours croissante de leur conscience politique.

Cet exercice supposé de toute société démocratique risque de se transformer « en mouvement de la négation » qui illustre à merveille le caractère décati d’une société qui ne rêve plus, toute incapable de se réinventer.

— C’est pourquoi ma conclusion sera lugubre, tout cela selon moi ne présage rien de bon :

Au lendemain de cette élection, peu importe le parti qui formera le gouvernement. Il y aura au Québec quelques 8 millions de perdants. Cette campagne électorale vérifie ce que je redoutais voici déjà quelques semaines avant le déclenchement des élections : cette fracture profonde qui taraude le quotidien de la société québécoise.

Les prochaines années risquent d’être pénibles pour tout le monde ici. Un gouvernement qui n’adoucirait pas ses propositions, qui ne mettrait pas tout-en-œuvre pour rassembler, est un gouvernement qui pourrait carrément jeter toute la population l’une contre l’autre en un rien de temps. C’est usuellement ce qui se passe pour les nations sans projets, sans espoirs, sans vision commune, sans convictions, sans amour, sans horizon ; dont le seul point commun ne se résume qu’en une seule locution suivant des termes empruntés à l’historien-philosophe Michel Foucault : « le grand enfermement ».

Voilà ce qui nous guette, si définitivement nous ne dialoguons pas, campés comme nous sommes derrière de fragiles paravents faits de papier chinois.

Un titre comme cela devrait être interdit la veille et le jour des élections !
C’est un incitatif pour ceux et celles qui sont indécis et ceux et celles qui veulent voter » du bon bord »

Le seul endroit qu’ il y a des indécis, c’est dans les sondages ! À part cela le reste c’ est de la foutaise ! Ce soir à 22H:00 ce sera blanc ou noir ! Et je présume assez facilement que ce sera CAQ majoritaire et la logique aura triomphée!

Il me fait plaisir de vous partager mes pronostic à partir de mes observations. Pour rendre l’exercice facile, j’ai fait des chiffres ronds. Voici donc mon analyse. 1. La course n’est pas aussi serrée que les sondages le disent. Le vote anglophone acquis à 90% (humour) au PLQ vient fausser les résultats. Et ce vote est concentré dans un petit nombre de comtés. Je crois toutefois que le PLQ a sauvé son plancher historique. PLQ = 40 élus. 2. QS sera plus faible que les sondages le laissent entendre, ils n’ont pas l’organisation pour sortir leurs votes. C’est aussi le comportement historique de QS d’avoir de meilleurs sondages que le résultat des élections. Je crois qu’ils vont quand même finir à 11-12%. Cependant, une bonne partie de leur votes, ils vont les arracher au PQ. Je vais y revenir. Je vais faire un chiffre rond facile à compter, QS = 5 élus (possible 6 ou 7). 3. Le PQ, ils finissent mal la campagne, en baisse. Les électeurs péquistes sont paresseux, sans victoire/pays, pourquoi voter? L’abstention combinée aux pertes de votes pour QS va leur faire mal. PQ = 10 élus (encore un chiffre rond). 4. Ainsi, la CAQ est majoritaire à 70 élus. Pourquoi? Les élections dans les comtés francophones seront très serrées. De très courtes majorités (200 à 500 votes), mais l’avance de la CAQ chez le vote francophone va les favoriser. Voilà cela doit balancer à 125!

https://lactualite.com/politique/elections-2018/2018/09/12/la-caq-glisse-la-majorite-compromise/

Le Grand Jack2 a été le premier au Québec à caller (1) la montée de QS le 12 septembre dernier. Jack2 avait aussi callé dans le passé la montée du NPD et de l’ADQ. Jack2 est aussi responsable du fait que les chefs de parti publient maintenant leur bilan financier (mais ça il ne l’expliquera pas parce qu’on ne va pas le croire…)

1) A la bourse, un call est le moment privilégié où il faut acheter un titre avant qu’il ne s’envole.

jack2
12 septembre 2018, 10 h 19 min
La surprise jusqu’à maintenant c’est la montée de QS. Elle pourrait monter encore. 15% ce n’est pas impossible.
C’est aussi le seul parti qui a un projet de société. Qui peut faire rêver une jeunesse qui n’a jamais voté.

Le grand Jack 2 peut-il se prononcer sur le résultat de ce soir ? Moi j’ ose dire que ce sera un gouvernement CAQ majoritaire et les 2 partis de gauche et d’ extrême gauche seront isolé dans leur cabanes !

La nature a horreur du pareil et il faudrait fusionner les trois partis pareils sur la scène provinciale et fédérale.

Que c’est triste Quebec….C’est une des pires campagnes électorales à la quelle j’ai pu assister. Le néant !!!
Je souhaite que les jeunes viennent tout chamboulé.
Il est grandement temps qu’ils prennent la place et qu’ils nous donnent une leçon en évoquent les thèmes majeurs eenvironnement, culture, éducation.

M. Fournier,

Je me permets de vous rendre hommage et de vous féliciter pour votre intégrité, votre honnêteté et votre profond respect de la méthode et de la rigueur scientifique. Très très rafraichissant, réconfortant, apaisant et stimulant. Je vous ai suivi et scrupuleusement lu tout au long de cette campagne et j’en fus fort impressionné. Merci Beaucoup. Le Québec a grand besoin de gens intègres, intelligents et consciencieux comme vous. Vous avez cité Hubert Reeves. Je me permettrai de citer Edgar Morin: En ces temps de modernité nous avons besoin plus que tout d’une science avec conscience. Et je trouve que vous l’incarnez très bien.

Voici mes prévisions pour les élections d’aujourd’hui : 60 sièges à la CAQ, 40 sièges au PLQ, 20 sièges au PQ et 5 sièges pour QS, donc un gouvernement minoritaire de la CAQ qui aurait besoin de l’appui de QS pour gouverner… 😉

Dernières projections de la campagne!

Avec les chiffres utilisés ci-haut, mon simulateur donne:

55 CAQ
47 PLQ
18 PQ
5 QS

Observation personnelle: Je pense que les sondages auront « tort », c’est-à-dire que la CAQ sera soit 2-3 points plus élevés ou plus faibles que prévus. Le vent de changement souffle fort au Québec, et les gens pourraient se coaliser (quel adon!) derrière la Coalition avenir Québec. Cependant, si les gens ne sont pas trop motivés à aller voter et que les machines des vieux partis réussissent à faire sortir leur vote, l’erreur pourrait être inversée.

De façon générale, mon modèle est moins négatif envers le PQ que pas mal tous les autres. Inversement, ça le rend plus négatif envers la CAQ. Aussi, je ne fais aucune modification à mon modèle, donc je n’ajuste pas mes algoritmes pour m’approcher des sondages locaux ou le gain/la perte d’un candidat vedette. À titre d’exemple, Abitibi-Ouest est projeté PQ malgré le départ de François Gendron et le sondage Mainstreet mettant la CAQ en avance.

Ce fut une campagne somme toute ennuyante quant au suspense du parti victorieux. Et, personnellement, une campagne somme toute ennuyante si on comptait se faire offrir une vision de société.

Voici donc les projections par circonscriptions:

Circonscription PLQ PQ CAQ QS Gagnant
Abitibi-Est 29.52% 23.58% 29.57% 14.41% CAQ
Abitibi-Ouest 26.35% 35.12% 21.76% 12.83% PQ
Acadie 64.34% 5.51% 16.51% 12.86% PLQ
Anjou-Louis-Riel 40.79% 16.56% 25.88% 14.81% PLQ
Argenteuil 27.09% 26.67% 32.33% 11.94% CAQ
Arthabaska 15.11% 11.97% 57.01% 11.86% CAQ
Beauce-Nord 28.15% 1.59% 58.35% 9.73% CAQ
Beauce-Sud 41.59% 0.88% 44.77% 8.36% CAQ
Beauharnois 16.51% 32.83% 31.89% 14.95% PQ
Bellechasse 39.56% 8.71% 40.53% 9.19% CAQ
Berthier 7.82% 34.13% 40.01% 14.68% CAQ
Bertrand 15.61% 32.89% 35.12% 15.14% CAQ
Blainville 21.11% 23.32% 40.71% 14.42% CAQ
Bonaveture 29.27% 42.46% 12.36% 12.89% PQ
Borduas 11.09% 27.33% 43.82% 16.68% CAQ
Bourassa-Sauvé 53.40% 12.05% 20.57% 11.10% PLQ
Bourget 18.13% 30.44% 29.65% 19.02% PQ
Brome-Missisquoi 34.38% 15.10% 36.67% 14.37% CAQ
Chambly 9.68% 28.00% 43.68% 15.09% CAQ
Champlain 24.32% 24.68% 37.98% 12.40% CAQ
Chapleau 50.03% 11.69% 21.65% 13.02% PLQ
Charlesbourg 32.27% 11.99% 40.53% 11.99% CAQ
Charlevoix-Côte-de-Beaupré 23.77% 26.96% 35.71% 11.11% CAQ
Châteauguay 39.91% 16.52% 28.44% 13.35% PLQ
Chauveau 21.07% 7.25% 58.09% 10.60% CAQ
Chicoutimi 20.61% 34.11% 28.79% 14.88% PQ
Chomeday 65.96% 5.76% 17.64% 9.09% PLQ
Chute-de-la-Chaudière 23.10% 7.03% 55.19% 11.45% CAQ
Côte-du-Sud 40.70% 13.09% 29.72% 13.14% PLQ
D’Arcy-McGee 78.58% 0.00% 13.17% 8.31% PLQ
Deux-Montagnes 13.80% 26.32% 43.89% 14.55% CAQ
Drummond-Bois-Francs 9.92% 21.94% 52.37% 13.74% CAQ
Dubuc 33.29% 24.23% 26.25% 12.72% PLQ
Duplessis 28.54% 31.55% 23.48% 14.36% PQ
Fabre 46.07% 16.56% 22.29% 13.52% PLQ
Gaspé 21.72% 48.18% 14.76% 11.80% PQ
Gatineau 54.75% 9.83% 22.59% 13.14% PLQ
Gouin 0.00% 4.47% 17.01% 79.56% QS
Granby 4.53% 17.48% 65.86% 10.69% CAQ
Groulx 19.50% 25.42% 38.12% 14.59% CAQ
Hochelaga-Maisonneuve 5.97% 25.34% 22.64% 41.88% QS
Hull 47.25% 14.81% 19.60% 19.02% PLQ
Huntingdon 39.14% 14.14% 31.42% 12.49% PLQ
Iberville 14.31% 26.58% 43.81% 14.97% CAQ
Îles-de-la-Madeleine 41.96% 28.69% 14.29% 13.69% PLQ
Jacques-Cartier 76.76% 0.00% 13.40% 8.86% PLQ
Jean-Lesage 26.10% 16.38% 31.72% 20.24% CAQ
Jeanne-Mance-Viger 69.14% 2.70% 16.74% 9.41% PLQ
Jean-Talon 31.81% 17.80% 29.06% 16.62% PLQ
Johnson 10.17% 25.30% 47.18% 13.53% CAQ
Joliette 6.63% 41.22% 35.48% 14.63% PQ
Jonquière 12.74% 38.96% 34.62% 12.76% PQ
La Peltrie 22.09% 4.02% 60.69% 10.41% CAQ
La Pinière 47.79% 3.07% 34.94% 10.43% PLQ
La Prairie 22.08% 20.87% 42.69% 13.66% CAQ
Labelle 13.17% 39.83% 30.51% 15.82% PQ
Lac-Saint-Jean 16.78% 38.08% 27.04% 14.22% PQ
LaFontaine 64.47% 4.77% 19.05% 10.36% PLQ
Laporte 37.23% 18.21% 26.09% 15.06% PLQ
L’Assomption 0.00% 23.62% 63.07% 13.32% CAQ
Laurier-Dorion 35.86% 5.85% 17.72% 37.82% QS
Laval-des-Rapides 34.77% 25.52% 24.86% 12.77% PLQ
Laviolette-Saint-Maurice 32.90% 20.96% 32.73% 11.97% PLQ
Les Plaines 13.54% 26.44% 44.89% 14.22% CAQ
Lévis 22.50% 7.97% 53.09% 13.98% CAQ
Lotbinière-Frontenac 39.36% 9.69% 36.97% 9.86% PLQ
Louis-Hébert 32.72% 12.37% 39.61% 12.11% CAQ
Marguerite-Bourgeoys 61.34% 7.98% 17.53% 10.75% PLQ
Marie-Victorin 11.55% 35.51% 28.28% 20.46% PQ
Marquette 53.94% 7.97% 21.47% 12.82% PLQ
Maskinongé 28.55% 19.84% 36.66% 13.43% CAQ
Masson 4.72% 30.99% 48.45% 14.19% CAQ
Matane-Matapédia 9.10% 59.68% 18.50% 12.10% PQ
Maurice-Richard 27.83% 25.45% 23.49% 21.59% PLQ
Mégantic 29.23% 25.62% 31.53% 12.94% CAQ
Mercier 11.28% 14.08% 19.02% 55.02% QS
Mille-Îles 41.52% 19.95% 25.11% 11.39% PLQ
Mirabel 7.21% 28.15% 49.71% 13.85% CAQ
Montarville 19.40% 20.74% 44.89% 13.92% CAQ
Montmorency 30.47% 11.90% 40.76% 11.88% CAQ
Mont-Royal-Outremont 59.26% 3.34% 17.01% 17.49% PLQ
Nelligan 72.19% 2.43% 16.37% 10.54% PLQ
Nicolet-Bécancour 15.22% 19.48% 51.37% 17.52% CAQ
Notre-Dame-de-Grâce 68.12% 0.19% 14.45% 13.29% PLQ
Orford 33.26% 21.18% 29.52% 15.44% PLQ
Papineau 42.59% 17.40% 23.61% 14.03% PLQ
Pointe-aux-Trembles 10.35% 37.14% 34.40% 15.47% PQ
Pontiac 69.39% 1.83% 16.30% 13.73% PLQ
Portneuf 30.18% 9.74% 47.05% 11.09% CAQ
Prévost 10.05% 33.80% 40.44% 14.46% CAQ
René-Lévesque 13.44% 48.68% 22.44% 14.02% PQ
Repentigny 11.24% 27.82% 45.35% 14.08% CAQ
Richelieu 13.86% 30.26% 39.85% 11.23% CAQ
Richmond 30.33% 20.57% 31.63% 14.63% CAQ
Rimouski 19.38% 34.48% 17.11% 26.84% PQ
Rivière-du-Loup-Témiscouata 42.51% 16.76% 24.50% 14.14% PLQ
Robert-Baldwin 77.83% 0.00% 13.28% 8.02% PLQ
Roberval 51.59% 24.11% 12.30% 9.19% PLQ
Rosemont 18.50% 27.59% 23.47% 27.45% PQ
Rousseau 4.50% 34.71% 45.76% 13.78% CAQ
Rouyn-Noranda-Témiscamingue 27.95% 26.60% 25.22% 18.93% PLQ
Sainte-Marie-Saint-Jacques 19.64% 19.75% 17.67% 40.66% QS
Sainte-Rose 33.24% 21.41% 31.62% 13.37% PLQ
Saint-François 24.76% 29.11% 26.65% 16.09% PQ
Saint-Henri-Sainte-Anne 40.58% 16.16% 18.57% 19.87% PLQ
Saint-Hyacinte 16.61% 23.59% 43.29% 14.56% CAQ
Saint-Jean 17.47% 26.68% 39.34% 13.90% CAQ
Saint-Jérôme 5.56% 35.33% 39.10% 17.52% CAQ
Saint-Laurent 74.65% 2.99% 19.50% 12.45% PLQ
Sanguinet 12.26% 30.76% 41.55% 13.40% CAQ
Sherbrooke 22.21% 23.20% 29.35% 22.22% CAQ
Soulanges 48.49% 29.29% 34.95% 19.37% PLQ
Taillon 19.84% 28.31% 32.49% 19.46% CAQ
Taschereau 18.24% 25.77% 25.81% 23.76% CAQ
Terrebonne 11.29% 30.02% 43.28% 14.31% CAQ
Trois-Rivières 27.23% 23.81% 30.75% 16.70% CAQ
Ungava 30.70% 24.17% 29.00% 10.73% PLQ
Vachon 22.53% 27.81% 32.97% 15.05% CAQ
Vanier-Les Rivières 34.53% 9.48% 42.29% 11.81% CAQ
Vaudreauil 53.97% 10.04% 21.71% 11.28% PLQ
Verchères 6.55% 38.34% 39.24% 14.99% CAQ
Verdun 38.25% 17.74% 20.48% 19.72% PLQ
Viau 53.31% 7.16% 18.54% 17.72% PLQ
Vimont 42.11% 17.32% 26.08% 12.10% PLQ
Westmount-Saint-Louis 75.40% 2.06% 18.95% 12.89% PLQ

La CAQ O Pouvoir Jamais François Legault et pas Habillite a Gouvernement et Surtout Comme PM Je Me Souviens quand François Legault étais Ministres de la Santé sa Pas Bien Été Revenon a Arriere si François Legault na pas été Capable d être Ministres de la Santé Imaginon le Comme PM sa sera Pas Demain je Me Souviens très très Bien Quand Legault étais Ministres de la Santé un Flopp Total