Le mea-culpa des sondeurs?

C’est certainement un revirement de la prime à l’urne qui a amené les maisons de sondages à sous-estimer la CAQ et à surestimer les libéraux, explique Alain Giguère, président de la maison de sondage CROP. Pour ce dernier, les avenues de réflexion face à cette déconvenue ne sont pas encore très claires.

Photo : iStockPhoto

Nous allons certainement nous faire dire par plusieurs que les sondeurs se sont trompés et nous devrons encaisser le verdict.

Nous pourrons toujours invoquer un taux de participation particulièrement bas (66% contre 71% en 2014), que les libéraux ne sont pas sortis et que sais-je encore? Ce qui ne sera pas totalement faux non plus.

Mais pouvions-nous vraiment prédire l’imprévisible d’un tel virement de situation? Les sondages sont des photos prises à un moment précis et surtout dans un contexte précis. Il faut faire attention quant à leur pouvoir prédictif. L’isoloir quelques jours plus tard peut introduire une dynamique différente.

Nous devons nous fier à ce que les gens nous disent, et peut-être qu’ils ne nous livrent pas toujours le fond de leur pensée.

L’ancien premier ministre Robert Bourassa avait créé cette expression maintenant historique : « la prime à l’urne », plaidant que les électeurs libéraux étaient plus discrets avec les maisons de sondage, qu’ils n’osaient pas vraiment révéler leur réelle intention de vote.

Lorsqu’il a créé cette expression, il était « cool » de voter pour le Parti québécois. Ce dernier était un parti jeune, libérateur, branché, montréalais (sans être élitiste). Face à cette image du PQ, le Parti libéral était perçu comme plus « conservateur ». On se gardait « une petite gêne » avant d’admettre dans un sondage que l’on votait pour eux. Je ne dis pas que les gens nous mentent, mais certains demeurent discrets, alors que d’autres expriment une attitude différente dans l’intimité de l’isoloir.

Dans un tel contexte, la presque totalité des politologues du Québec nous ont toujours reproché de sous-estimer les libéraux. On nous recommandait même, et ce encore dernièrement, de donner 50% de nos discrets (indécis) aux libéraux dans nos procédures de répartition, afin de nous rapprocher de cette prime à l’urne. Imaginez ce que ça aurait donné s’il avait fallu que l’on fasse ça durant cette dernière campagne!

Or, si la perception d’un certain « conservatisme » attaché à un parti amène les électeurs à se garder « une petite gêne » avant d’admettre qu’ils votent pour lui et les maisons de sondages à sous-estimer ce dernier, la CAQ pourrait très bien avoir fait les frais de cette tendance durant cette campagne.

Dans le dernier texte que j’ai écrit pour L’actualité et pour mon blogue, je soulignais que les électeurs de la CAQ entretiennent davantage de craintes à l’endroit de l’immigration que la moyenne des Québécois. Rappelons aussi que la campagne a porté en grande partie sur l’immigration et que la CAQ a pu paraître intolérante à ce sujet.

Ce parti est certainement perçu comme un parti de droite, plus conservateur et au Québec ce conservatisme se fait plus discret, tout en pouvant s’exprimer librement dans l’isoloir.

On peut donc certainement faire l’hypothèse que c’est un revirement de la prime à l’urne qui a amené les maisons de sondages à sous-estimer la CAQ et à surestimer les libéraux, les deux autres partis ayant été fort bien estimés.

L’industrie va assurément entreprendre une réflexion à l’égard de ces résultats, mais à ce moment-ci, les avenues ne sont pas très claires.

Notamment, il ne sera pas évident de trouver une solution de répartition des discrets et des indécis dans ce nouveau contexte. Il aurait vraiment fallu les manipuler dans une direction difficile à imaginer pour que l’on retombe sur les résultats d’hier soir!

CROP investit dans l’intelligence artificielle pour mieux prédire les comportements des consommateurs. Mais c’est en fusionnant des données transactionnelles à des données attitudinales, déclaratives, qu’on y arrive. Dans le cas d’un sondage électoral, nous n’avons que ce que déclarent les gens et il faut s’y fier.

La donne a changé avec cette élection. Nous allons devoir être très créatifs dans les années qui viennent pour contourner ce qui semble être une nouvelle prime à l’urne!

 

Alain Giguère est président de la maison de sondage CROP. Il signe toutes les deux semaines un texte sur le site de L’actualité, où il nous parle de tendances de société… et d’opéra.

Pour lire d’autres chroniques d’Alain Giguère sur des tendances de société et de marché, rendez-vous sur son blogue.  

Dans la même catégorie
29 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Il faudrait commencer à introduire des notions d’élasticité du vote, relation région – grande ville, facteur 5 taux de participation, prime du matin dans les sondages.

Avons-nous considéré les effets perverts potentiels des sondages à influencer les votes eux mêmes ? Depuis le début de la campagne, voir ces prédictions détaillées régulièrement, peuvent laissez croire que les résultats sont « joués » à l’avance, avec un interval de confiance si élevé et donc influencer le vote final. Et si le modèle qc125 avait en fait «polariser les résultats » ? Devrions nous parler d’une « Prime au Sondage » ? Je penses que ce mea culpa devrait inclure un questionnement pour s’assurer que les sondages n’influencent pas outre mesure les résultats…

Le gouvernement devrait passer une loi interdisant tout sondage durant une campagne électorale. Les sondages ont une grande influence sur le vote des électeurs. Surtout quand les médias s’en mêlent et leur répètent à la journée longue que tel chef sera le prochain PM et qu’ils font mousser son parti. Les sondages durant une campagne électorale ne devraient être qu’internes afin que les partis sachent à peu près où ils se situent.

@ D.Drouin , tiens,tiens le maternage à outrance ! Donc aucun sondage durant la campagne; tant qu’ a y être aucune chronique dans les journaux, aucune émission avec les spécialistes tv et medias de toutes sortes de peur d’ influencer nos pauvres petites cervelle d’ oiseaux ! Bouuu! Bouuuu!

@Stephane, D. Drouin
Le gouvernement canadien a déjà voté une loi interdisant la publication de sondages trois jours avant la journée de l’élection. Cette loi a été contestée devant les tribunaux jusqu’à la Cour suprême qui a jugé la loi inconstitutionnelle parce qu’elle brimait la liberté d’expression. Sans se tromper, l’interdiction totale de sondage aboutirait aussi à son inconstitutionnalité.

Pour preuve que les sondages n’ont aucune influence, le résultat de lundi le démontre. La lutte entre la CAQ et le PLQ qui devait être serré, selon les sondages, n’a pas eu lieu. Si les sondages avaient exercé une influence, les partisans libéraux se seraient montrés. Ce n’est pas arrivé, soit ils ont décidé de s’abstenir, soit ils ont voté pour un autre parti.

En effet, les sondages font partie de la liberté d’expression. D’ailleurs, la spécialiste des sondages Claire Durand précisait dans une entrevue que les sondages sont interdits dans les pays totalitaires.

« je soulignais que les électeurs de la CAQ entretiennent davantage de craintes à l’endroit de l’immigration que la moyenne des Québécois. »
Pourtant, vous (les sondeurs) nous avez bien dit que Legault avait perdu 6 points lors de sa dure fin de semaine où il a échoué le test des journalistes sur l’immigration, passant de 36 à 30%. Si points en 3 jours!!!
Comment avez-vous pu mesurer pareille débâcle alors que la CAQ a fini à 38%?

Hi! Hi! Les sondeurs sont des humains comme nous! Et ils ne sont pas en possession de la science infuse!

C’est tout à fait consistent avec la théorie mentionnée dans cet article. À ce moment, des électeurs caquistes auraient eu honte de s’afficher comme tels et répondaient plutôt dans les sondages qu’ils voteraient libéral ou qu’ils étaient indécis.

totalement d’accord avec le concept des discrets, les medias ont mis une pression sociale énorme depuis bouchard-taylor et la propagande libérale qui traitaient les gens ant-immigration comme des xenophobes, des racistes, même Leitao a dit que c’était du nationalisme ethnique (pour ne pas dire nazi), cette pression sociale doit avoir créé plus de ‘discrets’ qui ont voté selon leur opinion dans l’isoloire mais qui ont donné une réponse politiquement correcte dans les sondages. La même chose est arrivé pour Trump. Les medias devraient se questionner si ils doivent eduquer la population avec multiples point de vue diversifiés ou s’il doivent continuer à faire un discours moralisateur. Je trouve que l’immigration est un sujet complexe qui mérite une disvussion rationelle dans le débat publique. Je suggère à ceux qui se posent de réelles questions sur l’immigration à lire ce recieuil de plusieurs très intéressants. Les medias ne parlent jamais des sujets qui y sont mentionnés: impact sur l’environnement, sur les infrastructures, sur le maillage social, le coût et l’accès à l’immobilier, les bénéfices économiques mesurables, l’unité du pays, comparaison avec d’autres pays, comparaison avec l’historique migratoire du Canada…. sérieusement avant qu’une personne qui pense que l’immigration devrait être diminuée soit traité impunément de raciste il y a une longue discussion à avoir, ce n’est pas vrai qu’il s’agit simplement d’une peur de l’autre.
https://www.fraserinstitute.org/studies/effects-mass-immigration

Ils avaient déjà évalué à 25G le cout annuel de l’immigration au Canada, i.e. la différence entre ce que les immigrants paient en taxes et impots et qu’ils retirent à travers tous les programmes auxquels ils ont droit. Pour le Québec, c’était plus de 5G, une somme considérable. Mais Legault aime mieux nous dire qu’on est pauvre et qu’on sur le BS canadien (la péréquation).
Faut écouter l’interview que Legault vient de donner à Nantel pour voir qu’il n’a pas inventé les boutons à trois trous….

ou le mea culpa des médias? pourquoi le sujet de l’immigration n’a jamais été discuté de façon intelligente par les médias? voici un recueuil qui existe depuis 9 ans, écrit par un Think Tank les mieux côté mondialement, et pas un mot dans les médias.

Since 1990, Canada’s annual rate of immigration has been extremely high-the highest in the world, averaging 0.75% of the population-and has had a significant impact on the size of the population, adding, between 1990 and 2006, 3.9 million (14.2%) to the 1990 level of 27.4 million. Such mass immigration has profound effects on economic, demographic, social, and political conditions in Canada that affect the well-being of all Canadians, including past immigrants. Unfortunately, Canadians are insufficiently aware of these effects partly because a code of political correctness tends to identify any examination of immigration policies with racism and partly because Canada’s electoral system rewards politicians who are in favor of the current high intake.
vous pouvez télécharger le recueuil gratuitement pour vous informer ici https://www.fraserinstitute.org/studies/effects-mass-immigration
#chupasraciste

Think Tank les mieux côté mondialement, et pas un mot dans les médias… C’est un Think Tank de droite très très droite et de libertariens… pas certaine que ce soit le genre de principes qui me touchent…

c’est un recueil d’article écrit par d’autres chercheurs à travers le monde, un des auteurs est un ancien leader du parti libéral aux BC, il ne faut pas se fermer l’esprit aux point de vue différents et discriminer les gens sur la base de leur allégeance politique, la charte canadienne protège aussi contre la discrimination envers l’allégeance politique et protège la liberté de pensée, et surtout ce n’est pas le seul ouvrage sur le sujet, c’est juste décevant que les médias n’ouvre pas un débat rationnel sur le sujet et c’est juste décevant que les médias ne condamne pas la fermeture d’esprit, la société progresse lorsqu’il y a ouverture d’esprit et des débats publiques

Tout simplement parce que les médias sont là pour le sensationnalisme et non pour faire de l’ information ! Parler des vraies affaires c’ est ennuyant et ça baisse les cotes d’ écoute ! Les journaleux aiment plus faire des quizs que de poser des questions intelligentes ! Donc un peu plus de rigueur serait le bienvenu car une campagne électorale ce n’ est pas un cirque!!

Il fait aussi dire que les deux derniers sondages parus quelques jours avant le 1er octobre montraient une tendance significative à la hausse pour la CAQ. On sentait que la vague se préparait. Est-il possible que cela ait contribué à l’amplifier, certains indécis n’ayant pour objectif de pouvoir dire « j’ai gagné mes élections ». Les sondeurs devront réfléchir à devancer la date butoir aux sondages pour éviter ce que j’appelle l’effet mouton. 2 ou 3 jours avant le début dui vote anticipé serait-il préférable?

Bien raison… l’effet mouton Bêêêê… du peuple qui se laisse mener à l’abattoir sans même s’en rendre compte…

Un peuple qui beaucoup plus que moins, ne sait même pas ce qu’il vient d’élire comme gouvernement majoritaire… aucun sens critique, aucun questionnement… On aime un slogan du Caquiste, ça y est, cé pour lui que je vote ti-cash… Caquiste: le Québec est à vendre… libertariens, affairistes, tous vont flairer la belle affaire encore une fois avec le Québec (car nous vivrons la suite des grands démantèlements et nous verrons beaucoup trop d’acquis sociaux vendus au privé)… une honte…

Encore du maternage !! Vous ne voulez aucune influence pour nos pauvres moutons écervelés qui vont voter depuis la fondation du pays ! Pour qui vous vous prenez le très intelligent?

M.Giguère, vous le dite si bien; qu’ il faut se fier aux réponses des sondés et c’ est là que ça devient impossible de prédire dans la marge d’erreur l’ intention réelle des électeurs ! Aussi un sondé n’ est pas nécessairement un voteur!!

Bonjour,
Je crois en fait que les sondages dont on recoit régulièrement la livraison viennent semer la confusion chez beaucoup de personnes qui sont dès lors certains si le sondage UNTEL dit que la CAQ sera minoritaire et ce, à plusieurs reprises… Ce que je vois comme réaction possible: c’est que beaucoup de gens ne sont pas allés voter… par paresse… se disant que de toute façon, un gouvernement minoritaire, cela ne dure pas longtemps et donc, qu’il y aurait un autre vote dans quelques mois, qui lui compterait… Et voila pour la paresse si des citoyens ont eu cette certitude… D’un autre côté, il y a des électeurs pour qui cela faisait l’affaire que tous les partis soient minoritaires… cela ferait des décisions plus discutées etc… donc pourquoi aller voter si le sondage nous dit que tous seront minoritaires… Bref, le résultat des sondages modifient le comportement des gens dans le fait de quand il vont aller voter… et que d’entendre le résultat de ces sondages ad nauseum sur tous les postes de nouvelles à la télé (RDI, LCN) vous bousillent un peu la réflexion quelques fois… Donc, chers électeurs, la prochaine fois, méfiez-vous des résultats des sondages et faites votre devoir de citoyen… La démocratie ne s’en portera que mieux!

Bon ,bon ,bon la démocratie se porte très mal suite a une victoire historique de la CAQ ! À part cela avez-vous voter vous et si oui je soupçonne que vous n’ avez pas gagné ?

Il ne faut pas oublier ceci : peut-être, au fond, que les gens se fichent des sondeurs et de leurs sondages. En a-t-on vraiment besoin pour se faire une idée – à moins que ce soit, justement, pour voter à l’opposé des résultats prévus? Le sondeur est à la politique ce que le « donneur de tuyaux » est aux courses de chevaux. Dans les deux cas, il y a pas mal de parasitisme et beaucoup d’argent dépensé sans que celui-ci crée quoi que ce soit.

Dans le dernier mois, j’ai refusé de participer aux sondages , refusant de divulguer mon opinion politique, puisque je considère que ces sondages servent d’outil de changement de dernière minute pour les partis, qui peuvent virer leur capot de bord et dire aux électeurs ce qu’ils veulent entendre, pour ne rien faire après l’élection. Je les regarde aller, j’étudie les programmes des partis, je les regarde se crêper le chignon, mentir et exagérer et surtout, j’écoute les remarques telles: On peut nourrir une famille avec $75.00 par semaine ……pour n’en nommer qu’une ! Je me garde une gêne comme bien des électeurs et c’est aux urnes que le couperet tombe…..et il a été tranchant cette fois-ci.

En fait, plus j’y pense, plus je me dis qu’il devrait y avoir une enquête au sujet de ces résultats de sondage qui ressemblent à n’importe quoi… c’est tellement une manière facile de manipuler les gens, surtout ceux qui n’ont aucun esprit critique et qui ne peuvent voir que finalement, peut-être qu’au Québec aussi il y a un certain degré de magouille dans nos élections??!!!?????…

Ha! Ha! Une enquête !!! êtes-vous sérieuse ? Vous avez de l’ argent a jeté à l’ eau ! Pourquoi pas une enquête au Nouveau-Brunswick, en Ontario dernièrement et pourquoi pas une enquête pan canadienne sur les élections en Colombie-Britannique et au fédéral quand les libéraux ont coiffé royalement les orangistes! Cessez de penser , vous allez avoir mal à la tête!!

Vu qu’au Québec l’élection est à date fixe, je crois sincèrement qu’un seul sondage devrait être fait au jour #1 de la campagne et qu’aucun autre soit rendu publique par la suite. Les tonnes de sondage influencent faussement les électeurs en les faisant voter en réaction aux résultats prédits. De toute façon, les voteurs ont peur de révéler leur vote s’ils sont à contre courant de la tendance. Et surtout, que les journalistes et les médias ( Radio Canada, RDI , TVA, LCN, COGECO, LA PRESSE, LE DEVOIR, JDM, etc.) qui influencent DIRECTEMENT le vote ainsi que les médias et journalistes fassent leur mea culpa. La prochaine élection sera définitivement plus 《authentique 》!…. Le mot si à la mode pendant la campagne!

Parlez pour vous madame! Surtout pour vous car votre jugement est è la dérive ! Dite-moi avez-vous perdu votre élection et c’est pas de votre faute car vous , vous avez voté correctement !

Tout à fait d’accord avec vous Madame… au lieu de se faire remplir la tête de toutes sortes de chiffres, que les médias nous donnent des faits, qu’ils fouillent un peu plus la vérité des faits… voici d’ailleurs un excellent site pour qui aime en savoir un peu plus: http://www.météopolitique.com