Où sont les circonscriptions les plus sûres ?

Notre chroniqueur Philippe J. Fournier, de Qc125, a compilé les circonscriptions où les partis ont le plus de chances de l’emporter lors du scrutin du 1er octobre prochain.

Voici un exercice intéressant qui m’a été demandé par les élus de plusieurs partis : classer les 125 circonscriptions selon les probabilités de victoire pour chacune des formations, principalement celles qui aspirent au pouvoir le 1er octobre prochain.

  • Les circonscriptions solides sont celles où un parti remporte plus de 80 % des simulations.
  • Les circonscriptions pivots sont celles où aucun parti ne remporte au moins 80 % des simulations. Sur les figures, elles sont indiquées par des couleurs pâles.
  • Les pivots blancs sont les circonscriptions où aucun parti ne remporte au moins 60 % des simulations. Ces circonscriptions hautement incertaines sont représentées par des cases blanches.

La route vers 63 sièges pour la CAQ

[Cliquez pour agrandir]

  • Les 28 premières cases sont des circonscriptions où la dernière projection Qc125 accorde plus de 99 % des chances à la CAQ de l’emporter. Il s’agit ici d’une nette progression pour le parti de François Legault, qui n’a remporté que 19 sièges en 2012 et 22 sièges en 2014. Parmi ces 28 circonscriptions, on en compte 5 remportées par les libéraux en 2014 : Portneuf, Champlain, La Prairie, Montmorency et Charlesbourg, ainsi qu’une circonscription péquiste : Saint-Jean. On retrouve aussi la nouvelle circonscription de Les Plaines (dans les Basses-Laurentides).
  • Plus loin dans la liste, nous retrouvons : no 39 Brome-Missisquoi, une circonscription libérale depuis 1980 ; no 40 Trois-Rivières (libérale depuis 2003, à l’exception d’un bref passage adéquiste de 2007 à 2008) et n41 Argenteuil. Le seuil de 41 circonscriptions, total de sièges remportés par l’ADQ de Mario Dumont en 2007, n’a pas été dépassé par un autre parti que le PQ et le PLQ depuis les 56 sièges de l’Union nationale en 1966.
  • Avec les chiffres actuels, la CAQ remporterait 48 circonscriptions solides (où elle remporte plus de 80 % des simulations), le n48 étant Lotbinière-Frontenac. Parmi ces 48 sièges, 17 ont été remportés par le PLQ en 2014, contre 8 pour le PQ.
  • Des positions no 49 (Mégantic) à no 56 (Verchères) se trouvent les circonscriptions pivots où la CAQ est projetée en tête (probabilité de victoire inférieure à 80 %).
  • La position no 63, le seuil de la majorité, est la circonscription de Jean-Talon, dans la Capitale-Nationale. Malgré des élections extrêmement serrées en 1994 et en 1998, les électeurs de Jean-Talon n’ont jamais envoyé un député d’un autre parti que le PLQ depuis la création de la circonscription, en 1966.

La route vers 63 sièges pour le PLQ

[Cliquez pour agrandir]


  • Nous pouvons reconnaître la base inébranlable du PLQ dans les deux premières rangées du diagramme. En effet, parmi les 29 circonscriptions solides libérales se trouvent les 13 circonscriptions de l’ouest de Montréal, les cinq circonscriptions de la région de l’Outaouais et quatre circonscriptions sur les six lavalloises.
  • Les difficultés pour le PLQ commencent à la position no 30 Laporte, circonscription où le PLQ est favori, mais qui est une circonscription pivot avec la CAQ. Il en est de même pour les no 31 Soulanges, no 32 Vimont et no 33 Châteauguay.
  • La circonscription du chef libéral Philippe Couillard, Roberval, est aussi une circonscription pivot et se trouve à la position no 35.
  • Des positions no 38 Îles-de-la-Madeleine à n44 Côte-du-Sud sont les pivots blancs où le PLQ remporte au moins 40 % des simulations. À partir de no 46 Abitibi-Est, la probabilité de victoire du PLQ descend sous le seuil de 33 %.
  • Pour se rendre à 63 sièges, avec les chiffres actuels, le PLQ devrait remporter no 54 Rosemont et no 57 Sainte-Marie–Saint-Jacques. Si vous vous demandez comment ces deux circonscriptions montréalaises peuvent être plus favorables au PLQ que no 64 Vanier-les-Rivières, no 68 Charlesbourg ou no 77 Portneuf, sachez qu’il s’agit ici d’une conséquence des appuis monstrueux de la CAQ dans la région de la Capitale-Nationale. En effet, les sondages des derniers mois, toutes maisons confondues, nous indiquent que le PLQ pourrait être balayé de la région de Québec. Évidemment, ces chiffres peuvent toujours changer d’ici l’élection.

La route vers 63 sièges pour le PQ

[Cliquez pour agrandir]


  • Selon les chiffres de la dernière projection Qc125, seulement six circonscriptions sont considérées comme solides (probabilité de victoire supérieure à 80 %) pour le Parti québécois. Elles sont : no 1 Matane-Matapédia, no 2 René-Lévesque, no 3 Bonaventure, no 4 Gaspé, no 5 Rimouski et no 6 Duplessis.
  • Les circonscriptions no 7 Lac-Saint-Jean à no 13 Bourget sont des circonscriptions pivots où le PQ est présentement favori. Vient ensuite no 14 Joliette, la circonscription de la vice-chef Véronique Hivon, le premier et seul pivot blanc où le PQ est présentement favori.
  • À la position no 21 se trouve la circonscription d’Hochelaga-Maisonneuve, un bastion péquiste de longue date qui est dans la mire de Québec solidaire.
  • Les positions no 26 Saint-François et no 27 Dubuc sont des circonscriptions où, selon la projection, auront lieu des courses à trois. Le Parti québécois est actuellement projeté troisième derrière la CAQ et le PLQ dans chacune de ces circonscriptions (toutes deux remportées par le PLQ en 2014).
  • Afin de remporter le même nombre de sièges qu’en 2014, soit 30, le PQ doit ensuite ravir trois autres circonscriptions libérales : no 28 Maurice-Richard (anciennement Crémazie), no 29 Rouyn-Noranda–Témiscamingue et no 30 Abitibi-Est.
  • À la position no 38, soit le total de sièges remportés par le PQ en 2007 sous la gouverne d’André Boisclair, se trouve la circonscription longueuilloise de Vachon, siège de la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet.

Les circonscriptions pour QS

[Cliquez pour agrandir]


  • Les circonscriptions de Gouin et de Mercier, à moins d’un revirement titanesque, devraient demeurer solidaires lors des prochaines élections.
  • La circonscription de Manon Massé, Sainte-Marie–Saint Jacques, penche lourdement en faveur de Québec solidaire. Mme Massé a remporté cette circonscription par moins d’une centaine de votes en 2014, mais ses deux principaux rivaux (le PLQ et le PQ) ont aussi perdu des plumes à Montréal depuis 2014.
  • Rosemont, la circonscription du chef péquiste Jean-François Lisée, sera particulièrement intéressante à suivre maintenant que l’ancien chroniqueur Vincent Marissal a annoncé son intention d’y défendre les couleurs de QS en octobre prochain. Le Parti québécois y est présentement favori avec QS non loin derrière.
  • La candidature de Catherine Dorion pour Québec solidaire changera-t-elle la donne dans Taschereau ? Les probabilités d’une victoire solidaire sont de moins de 1 %, selon la dernière projection Qc125, mais nous suivrons les chiffres des prochains mois avec attention.

En conclusion

Avec le budget de la semaine dernière et les annonces de candidatures du dernier mois, les prochains sondages devraient nous éclairer sur les états d’âme des électeurs à moins de six mois des élections.

Lorsque les nouveaux chiffres seront publiés, je compilerai et mettrai à jour la projection électorale sur le site Web de L’actualité.

Le classement utilise les données de la dernière projection électorale Qc125 (8 mars 2018). Les circonscriptions sont ordonnées selon deux variables :

  1. En ordre décroissant de probabilité de victoire selon les 50 000 simulations de la projection.
  2. Lorsque les probabilités tombent à zéro, les circonscriptions sont classées selon l’écart du vote populaire moyen entre le parti et le meneur dans la circonscription.

Pour la CAQ, le PLQ et le PQ, le classement contient les 125 circonscriptions. Pour QS, le classement se limitera aux 11 circonscriptions les plus probables pour ce parti.

Évidemment, il y a certainement un niveau d’incertitude avec ce type de classement (la circonscription no 28 n’est pas nécessairement et absolument plus sûre que la no 29). Néanmoins, ces listes peuvent nous éclairer sur la stratégie qu’adopteront les partis politiques en vue du scrutin.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

23 commentaires
Les commentaires sont fermés.

» parmi les 29 circonscriptions solides libérales se trouvent les 13 circonscriptions de l’ouest de Montréal, les cinq circonscriptions de la région de l’Outaouais et quatre circonscriptions sur les six lavalloises.
Et qu’on en commun toutes ces circonscriptions? Une population anglo-allophone qui vote à 90% pour le PLQ. Un léger déplacement de ce vote vers la CAQ pourrait cependant changer la donne. Mais peu importe, le vote caquiste est si fort ailleurs que je ne vois pas comment elle pourrait perdre

Ce qui me fascine des gens prêts à voter pour la CAQ c’est pourquoi?

Il n’y a jamais eu de vote de confiance envers le « cheuf », Legault est SEUL à prendre presque toutes les décisions et il a fait plus de volte-face sur des sujets fondamentaux que Lisée… C’est tout dire.

ce parti ressemble à une dictature despotique.

Qui nommerait-t-il aux finances? à l’éducation? à la santé? Etc…? À part le « cheuf » et Caire, il n’y a personne dans ce parti qui a quelque envergure que ce soit. Tous des nobodys. Et les gens seraient prêts à remettre des centaines de Milliards entre leurs mains?

Le Québec sera toujours un mystère…

François tu as raison sur ton analyse, mais les Québécois vote avec leurs coeurs ou sentimental et non par intelligence ou par une analyse, ce sont des frustrés et sans logique et voilà. Nous avons vu ce problème avec la mairesse de Montréal et lasse affreux

En effet les québécois votent avec leurs émotions car s’ils votaient rationnellement, le PLQ aurait été effacé de la carte en 2014, réélire un gouvernement enveloppé par un nuage persistant de corruption et ce depuis des décennies, ne s’explique pas autrement que un vote hautement émotif.

@ Veilleux Diane:

Si l’on applique votre raisonnement à la lettre, ce sont TOUS les partis politiques (sauf QS) qui devraient être « effacés de la carte » car ils ont TOUS, à des degrés différents, trempé plus ou moins dans la corruption et le financement illégal. TOUS!!! Voir le rapport Moisan.

@ Michel begin:

Voter émotivement peut vous mettre dans une situation très précaire.

Le Américains en voulaient « du changement! Les Montréalais en voulaient « du changement »! Voyez avec qui ils sont « pognés » aujourd’hui…

Ces exemples devraient à eux seuls suffire à faire réfléchir les électeurs prêts à voter CAQ…

François 1….c’est justement des « nonames » que ça prend…les vedettes à la côn y en a marre…Vive le monde ordinaire qu’ont bu bon sens et du sens commun! On voit ce que ça donne depuis 40 ans le vedettariat!

@Richard:

Ce que ça a donné?

Un des pays les plus enviés de la planète avec une des espérances de vie des plus longues, un pays dans le top 5 en finances et en économie, un pays où les droits de la personne sont respectés comme nulle part ailleurs, où la démocratie est omniprésente (peut-être même trop…), où certaines universités sont reconnues mondialement, où des personnes risquent leur vie ainsi que celle de leur famille pour venir y vivre… Je continue…?

Nous avons des « problèmes » d’enfants gâtés comparé à 99% de la planète et nous devrions remercier nos ancêtres pour avoir su bâtir ce paradis terrestre plutôt que de chiâler continuellement. Allez jeter un œil ailleurs dans le monde et vous reviendrez ici, au Canada en embrassant le sol.

@ François 1er
Meme si le PQ et la CAQ ont eu quelques cas
de corruptions, c’est en proportion, insignifiants
a côté du niveau de corruption du parti libéral, et
les québécois le savent. Prétendre que c’est du
pareil au même relève de l’aveuglement
partisan volontaire. C’est même carrément la
ligne de pseudo-défense officielle du parti
libéral depuis le tout début de ces scandales…
C’est calculé ou vous êtes vraiment convaincu
de ces âneries ?

@ François 1er encore
Vous m’excuserez mais j’ai lu votre dernier commentaire
d’improvisation sur le thème de Jean Chrétien apres avoir
publié mon premier commentaire… Je ne peux donc
m’empêcher d’ajouter dans un deuxième commentaire
détaché qu’il s’agit d’un sophisme. Ce n’est pas parce
que ca va bien (selon vous), qu’on ne peut pas espérer
mieux. Apres tout, le « plus meilleur pays » du monde
se fait battre à toutes les années dans à peu près
tous les palmarès par les pays scandinaves…qui ont
une pensée sociale-démocrate, et non libérale. Si
j’étais vous, je méditerais là-dessus au lieu de
travailler vos classiques du burlesque.

@ jack 2
Le vote libéral est très concentré effectivement, et
si les francophones continuent à vouloir se
débarrasser (avec raison) des libéraux, on aura
une nouveau gouvernement, mais à condition de
ne pas diviser le vote. Si le PQ remonte juste un
peu, on retourne à la case départ, à moins qu’il
renverse complètement la vapeur… (grosse job).
Chose certaine : les québécois ont une très bonne
raison de vote CAQ : il faut se débarrasser des
libéraux. L’insignifiance du statut quo a assez
duré. Il est temps de se préoccuper aussi de la
société et pas seulement d’économie.

Je demeure persuadé que la campagne électorale sera très difficile pour Legault. Son parti n’offre rien de plus que l’austérité 2.0 et une fois que les autres vont commencer à taper sur le clou et mettre en lumière toutes les absurdités du programme caquiste certains vont déchanter et reconsidérer leur vote. D’autant plus que la seule raison pour laquelle les gens penchent pour la CAQ est la volonté de changement. En vérité, le véritable changement est ailleurs. La CAQ n’est que la version plus rigide du PLQ. Parce que les gens ne se passionnent pas trop pour la chose politique, il est fort à parier que les appuis pour la CAQ vont demeurer tout de même assez élevés pour permettre à Legault de prendre le pouvoir, mais sûrement pas majoritairement. Legault a tout intérêt à ce que les gens demeurent ignorants du programme de son parti. Nous serons à nouveau en élection au printemps 2020. Et c’est tant mieux !!!

C’est tout à fait juste. Le vote caquiste est fragile si Legault
s’aligne sur la droite inspirée de Québec. Il doit plutôt
rester au centre et je pense qu’il le sait, meme si je ne
suis pas convaincu qu’il sera en mesure de maintenir le
cap en tenant ses députés plus à droite en arrière-plan.
Lisée quand à lui pourrait reprendre du terrain et
redevenir l’alternative s’il comprend qu’il doit lâcher
de courtiser les électeurs de Québec solidaires pour
reconquérir le vote nationaliste (à défaut d’avoir
abandonné le vote souverainiste) perdu. Mais en
est-il vraiment conscient ? Et a t-il encore le
temps ? Son plan semble être de refaire la coalition
du PQ en commençant à gauche pour finir en force
dans des thèmes plus nationalistes au centre, mais
est-il trop tard pour tirer le tapis sous les pieds
de Legault dans le dernier droit ?

Une partie des gens qui appuie la CAQ dans la région de Québec ont été très déçu que la CAQ soit favorable au tramway.
Ce qui laisse évidemment moins de possibilité à un troisième lien
Faut s´attendre que la CAQ perde des voix dans cette région

Ce serait quand même surprenant que les gens de Québec optent pour autre chose que la CAQ ou le PLQ. Ce qui est vraiment dommage. Les autres ont tellement plus à offrir.

Ce que je constate pour l’instant à la lumière des déclarations fracassantes de Lisée et des écrits la horde de chroniqueurs de l’Empire qui se déchaînent tous contre Marissal, c’est que le comté de Lisée est tout à fait prenable, que les péquistes sont en mode panique (il faut sauver le soldat Lisée!!!) et que le PQ se bat pour ne pas finir en quatrième position derrière QS.

Ce que nous constatons tous encore une fois, c’est
surtout que vous exagérer comme à votre habitude
par partisanerie. Le PQ a encore le double des voie de
QS… Et est encore en avance dans le comté de
Lisée, meme si c’est par une faible marge. Pour ce
qui est de Marissal, les sympathisants du PQ se
déchaîne contre lui parce que sa candidature
semble davantage motivée par un désir de nuire
au PQ (par allégeance pseudo-secrète au parti
libéral), que par un réel désir de se joindre à QS,
comme vous le savez sans doute, comme tout bon
partisan du parti libéral.

J’espère que cette petite phrase de Yves Boisvert vous fera sourire comme elle l’a fait avec moi:

De Yves Boisvert de La Presse:

« Étonnamment, les chroniqueurs d’horticulture et d’alpinisme du JdeM n’ont toujours rien écrit « l’affaire Marissal ». »

Voilà…!

Impressionnant… Surtout venant d’un journal
vendu au fédéralisme comme La Presse… On
voit tout de suite que vous vous abreuver à des
sources d’opinions très diverses…

On en est à la spéculation.

Selon les tendances fortes; l’électorat francophone est très divisé, le PLQ reste puissant à cause de son électorat sensible qu’à Ottawa. Le PQ en chute aurait perdu son noyau électoral par un manque de renouvellement des figures politiques, son propre abandon en profondeur pour la souveraineté, restant la souveraineté comme option pour le futur, pendant dernier point: qu’un quasi simulacre de gauche et de droite s’est mis en place avec l’extrémisme idéalisé abusif de QS et la droite pseudo centre-droit de la CAQ qui en resté à Thatcher.

Le PQ garde une force qui est celle du CENTRE et contre la CAQ et contre QS qui sont des partis d’idéologues peu attractifs.

En campagne de 30 jours, les exclamations de F.Legault à la Duplessis plutôt inégales ne lui garantissent pas le succès, les Québécois votent de plus en plus avec difficultés sans avoir le niveau éducatif de Duplessis. Le refrain économie du tout économie sera t-il le seul que les caquistes chanteront avec convictions? Et si le PQ avec un Lisée qui se fera mieux connaître, arrive à développer plusieurs éléments de programme et de mettre une politique centriste un peu à gauche en avant. Il se pourrait que la CAQ perde 6% et que le parti de Legault en soin au même point qu’en 2012 et 2014.

Legault gagnera s’il sort des sentiers battus qui sont ceux de l’ADQ-CAQ ,malheureusement la CAQ a tout fait pour devenir le nouveau PLQ des francophones sans convaincre que la CAQ puisse atteindre l’ancien PLQ de Bourassa. Les vedettes ou trop vedettes qui viendraient à la CAQ pourraient être accusés d’opportunistes comme V.Marissal avec QS ou d’autres viendront telles avec d’autres convictions que celles des chambres de commerce?

Le PLQ allergique à la majorité de la population du Québec, lui ne profite pour garder le pouvoir que de la division du vote de l’électorat majoritaire, autrement ils sont brûlés pendant que QS et toutes ses patentes demandent plus que des voix, une conversion intégrale au souverainisme trafiqué, au multiculturalisme intégral, à son féminisme doctrinal et revanchard de son chef choisi pour la campagne.

Le PQ face à un PLQ devenu plus radical dans son anti fibre québécoise, le PQ s’il se tient et en continuant de se détacher de la folle odyssée de M.Ouellet qui se prend pour une Don Quichotte pourchassant les moulins à vent, le PQ pourrait surprendre avec trois chances sur dix d’obtenir un gouvernement minoritaire plus solide à la Harper à la condition que l’électorat récent qui veut donner une chance à la CAQ se ravise et y pense avant de se plonger dans la version 2.1 du PLQ.

Le PQ selon les tendances avant la campagne a tout de même sept chances sur dix d’être dans l’opposition et parmi ses sept scénarios de pouvoir remonter à 26 ou 27% pour permettre soit un gouvernement minoritaire caquiste ou libéral. C’est une quasi évidence aussi. Comme il est possible que le PQ rate sa campagne et réalise ses deux possibilités sur dix d’échouer sérieusement. Il faudrait alors toute une performance caquiste et QS profiterait un peu plus d’un PQ très mal en point en n’obtenant qu’un vote de protestation parasite au global des voix une autre fois encore.

Enterrer le PQ qui a été au pouvoir, qui a la capacité de rebondir sur la protection sociale de la classe moyenne, la santé et pour les plus faibles qui ne peuvent que rêver avec QS qui n’aura pas le pouvoir.

Le PQ sans référendum ne peut pas être l’épouvantail des caquistes et libéraux. Le PLQ si minoritaire à Québec, ce sera la contribution principale de la CAQ et son manque de substance.

Beaucoup de chose ici… Je rebondis sur votre premier
point. Le PQ ne chute pas par un manque de renouvel-
lement de ses figures politiques (celles de la CAQ et
du PLQ ne sont pas plus jeunes), et je ne pense pas
que les jeunes sont forcément plus enclin à voter
pour des jeunes. Lisée a deux problèmes urgents.
Il n’a pas utilisé la stratégie habituelle du PQ quand
il ne parle plus de son option : le nationalisme, et
c’est la CAQ qui lui a volé le ballon. Il doit le
reprendre pour retrouver son électorat, comme
l’avait fait Marois quand Dumont lui avait fait
le meme coup avec les accommodements
raisonnables. Deuxiement, il a un problème
d’image. A force de vouloir ménager la chèvre
et le chou, il a l’air de ne plus savoir où il s’en
va : il est moins à gauche que QS, moins
nationaliste que la CAQ, moins obsédé par
l’économie que les libéraux, meme moins
souverainiste que n’importe quel autre
mouvement souverainiste au Qc… Il faut
qu’il détermine une direction et qu’il aie
l’air déterminé à y aller, pour donner une
alternative « solide », et je dis bien « solide »
aux libéraux… Et le temps presse…