Chaire Raoul-Dandurand">

Vermont : élections au pays des montagnes vertes

À quelques heures du scrutin de mardi, aux États-Unis, le Vermont est l’un des États qui retiennent le moins l’attention des grands médias. Mais l’absence de courses chaudement disputées ne signifie pas qu’il n’y a aucun enjeu d’envergure dans le Green Mountain State — bien au contraire, selon la Chaire Raoul-Dandurand.

124289843-welcome-to-vermont-sign-gettyimages
Photo : Getty Images

À quelques heures du scrutin de mardi, aux États-Unis, le Vermont est l’un des États qui retiennent le moins l’attention des grands médias.
Politique

Pour cause : aucun des deux sièges du Green Mountain State au Sénat des États-Unis n’est en jeu cet automne. De plus, les démocrates Peter Welch et Peter Shumlin gagneront selon toute vraisemblance un cinquième mandat à la Chambre des représentants (Welch), de même qu’un troisième au poste de gouverneur (Shumlin).

L’absence de courses chaudement disputées ne signifie pas qu’il n’y a aucun enjeu d’envergure au Vermont.

Au contraire, comme nous l’ont confié les équipes de campagne du Parti démocrate lors d’entrevues menées à Montpelier et à Burlington, il y a quelques semaines, le lancement cahoteux du système d’inscription en ligne du système de santé à payeur unique — le Green Mountain Care — et la construction controversée de l’oléoduc Addison-Rutland de la compagnie Vermont Gas (une filiale du géant québécois Gaz Métro) sont au cœur des préoccupations de l’électorat vermontois.

Bureau de coordination des campagnes démocrates à Montpelier, Vermont - Crédit photo: Frédérick Gagnon
Bureau de coordination des campagnes démocrates à Montpelier, au Vermont – Photo : Frédérick Gagnon

L’autre réforme de la santé

À l’instar de la réforme de l’assurance maladie du président Obama (le fameux ObamaCare), le lancement de la campagne d’inscription en ligne du Green Mountain Care a connu des ratés.

Shumlin a essuyé les critiques de ses adversaires, le républicain Scott Milne et le libertarien Dan Feliciano, pour les difficultés qu’a connues le site Web Vermont Health Connect.

La réforme de la santé mise en place sous la gouverne de Shumlin vise la mise en œuvre d’un système de santé unifié et universel confiant à l’État du Vermont la responsabilité d’assurer les Vermontois.

Ce projet repose sur l’idée que l’accès aux services de santé est un droit pour tous. Il est le résultat d’une loi adoptée, en avril 2011, par la législature du Vermont et signée par le gouverneur Shumlin, quelques semaines plus tard.

La route vers un tel système est encore parsemée d’embûches, puisque le gouvernement tarde à faire connaître les coûts de mise en œuvre de la réforme. La loi de 2011 exigeait que le gouverneur présente un projet formel de financement à la législature en 2013, mais l’équipe de Shumlin n’a pas respecté ce délai et prévoit plutôt de rendre ce plan public au début de l’année 2015.

Bureau de coordination des campagnes démocrates à Burlington, Vermont - Crédit photo: Frédérick Gagnon
Bureau de coordination des campagnes démocrates à Burlington, au Vermont – Photo : Frédérick Gagnon

Projet d’oléoduc controversé

Lundi dernier, 64 personnes ont été arrêtées lors d’une manifestation contre le projet d’oléoduc Addison-Rutland qui s’est soldée par l’occupation des bureaux du gouverneur Shumlin dans la capitale, Montpelier.

Plusieurs manifestants s’étaient également rendus sur les lieux de construction de l’oléoduc et dans les bureaux de Vermont Gas, l’été dernier, pour décrier les répercussions de ce projet sur l’environnement et sur les communautés qui devront vivre à proximité de la nouvelle ligne de transport.

La filiale de Gaz Métro essuie aussi les critiques des contribuables de l’État, qui sont amers devant l’annonce d’une hausse de 40 % des coûts pour la phase 1 du projet.

La compagnie risque d’ailleurs de devoir payer une amende de 35 000 dollars au Public Service Board (PSB) du Vermont. Shumlin a défendu le projet à l’occasion du débat entre les candidats au poste de gouverneur du 29 octobre, affirmant que le gaz naturel est une source d’énergie moins chère et plus propre que le pétrole.

Malgré les griefs de groupes citoyens et environnementaux (comme Rising Tide), la construction du projet Addison-Rutland va bon train.

À la fin septembre, la Federal Energy Regulatory Commission a décidé de laisser le soin aux États concernés d’approuver la phase 2 du projet, qui vise à faire passer l’oléoduc sous le lac Champlain pour rejoindre la papetière International Paper, située à Ticonderoga, dans l’État de New York. Une troisième phase reliant la ville de Middlebury et Rutland est également envisagée.

Des élections plus mouvementées qu’il n’y paraît

Outre les obstacles rencontrés par le système d’inscription de Green Mountain Care, la nécessité d’obtenir au moins 50 % des voix pour accéder au poste de gouverneur pourrait donner d’autres «maux de tête» à Peter Shumlin dans sa marche vers la réélection.

Advenant un scénario où Shumlin récolterait 47 % des voix (comme le suggèrent les récents sondages), la législature d’État à majorité démocrate sera appelée à trancher, en janvier 2015 — une simple formalité, à moins d’une surprise électorale, le 4 novembre, qui se solderait par une victoire républicaine aux élections à la législature de l’État.

Shumlin devrait donc être réélu, mais un résultat en dessous de la barre des 50 % pourrait être perçu comme une baisse de la confiance des citoyens du Vermont envers le gouverneur et son projet de réforme de santé, par exemple.

Pour l’instant, la plupart des experts prédisent une victoire de Shumlin : le site Real Clear Politics lui donne 12 points d’avance dans les sondages.

Lors de nos entretiens à Burlington et Montpelier, les équipes de campagne démocrates se sont dites confiantes de vivre une journée électorale fructueuse, ce mardi. Le Vermont est toutefois l’un des deux seuls États qui, aux États-Unis, élisent leur gouverneur pour des mandats de deux ans (l’autre étant le New Hampshire).

Peter Shumlin devra donc courtiser l’électorat vermontois de nouveau, en 2016, s’il souhaite conserver son siège. Et dans un État qui, depuis les années 1960, a toujours alterné entre gouverneurs démocrates et républicains, le fait pour Shumlin de devoir participer à la danse électorale tous les deux ans donnera tôt ou tard l’occasion, aux républicains, de se faire plus convaincants qu’ils l’ont été avec leur candidat cette année.

Pour Peter Shumlin, une campagne électorale s’achève donc dans quelques heures, mais une nouvelle campagne s’amorcera presque aussitôt.

Quartier général du parti républicain à Montpelier, Vermont - Crédit photo: Frédérick Gagnon
Quartier général du parti républicain à Montpelier, au Vermont – Photo : Frédérick Gagnon

Frédérick Gagnon (@gagnonfrederick) est directeur de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand (Chaire @RDandurand @UQAM) et titulaire de la Chaire Fulbright Canada à la State University of New York — Plattsburgh. Vincent Boucher est chercheur en résidence à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand.

Pour en savoir plus:

Le mardi 4 novembre, à partir de 18 h, au pub l’Île Noire (1649, rue Saint-Denis, à Montréal), venez rejoindre nos experts de l’Observatoire sur les États-Unis pour suivre les résultats des élections de mi-mandat en direct, dans une ambiance décontractée. Entrée libre. Information

* * *

À propos de la Chaire Raoul-Dandurand

Créée en 1996 et située à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques compte une trentaine de chercheurs en résidence et plus de 100 chercheurs associés issus de pays et de disciplines divers et comprend quatre observatoires (États-Unis, Géopolitique, Missions de paix et opérations humanitaires et Moyen-Orient et Afrique du Nord). On peut la suivre sur Twitter : @RDandurand.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie